Partagez | 
 

 Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   Lun 18 Mar 2013 - 18:49

Invité
Invité



quand faut y aller...
ft Isabelle & Tyler
Installé devant son miroir, Tyler soupirait pour la centième fois. Ce n'était pas vraiment que ce qu'il voyait ne lui plaisait pas, c'était même plutôt pas mal. Il portait un simple costume cravate noir avec une chemise blanche qui faisait ressortir sa peau mate. Il était passé entre les mains d'un coiffeur un peu plus tôt qui lui avait fait la coiffure style "on dirait juste que tu viens de prendre ton méga pied" pour citer le coiffeur en question. Ce n'était pas ce qu'il voyait dans son miroir qui le décourageait à ce point mais ce qu'il s’apprêtait à faire. Plus il y repensait et plus il se disait que c'était une mauvaise idée. Malgré toutes les bonnes raisons que lui avait donné son agent il avait l'impression de se prostituer.

Mais non, qu'il lui disait, tu dois juste accompagner une jolie fille à une soirée. C''est quand même pas la mer à boire.

Mouais chez lui on appelait ça un escort boy ce qui revenait plus ou moins à de la prostitution. Il acceptait déjà de poser à moitié à poil ce qui était déjà un grand pas par rapport à ses débuts il fallait quand même pas pousser le truc à le faire se prostituer. Il avait du supporter pendant plus d'une heure les excuses les plus diverses et variées du genre de "Tu vas te faire plein de fric", "Ca va te faire une super pub pour ta carrière" et autre " En plus elle est canon qui sait ce qui pourra se passer après la soirée". Un plan cul quoi et merde il n'était PAS un gigolo. Enfin il avait cédé espérant que son agent lui foutrait la paix et que la demoiselle en question se décourage devant son manque d'enthousiasme.

Non parce que ce soit clair, ce n'était pas parce qu'il avait accepté de faire l'escort boy pour une soirée qu'il se comporterait en parfait petit gigolo, fallait pas pousser non plus. Il allait faire acte de présence mais c'était tout.

Avec un soupir il se décida à quitter son miroir et son appartement par la même occasion et à aller chercher la jeune femme en question, Isadora ou un truc du genre. Il grimpa dans son joujou, une porsche carrera noir décapotable, la coupée sport, qu'il venait de s'offrir. Son traitre d'agent avait même osé lui sortir que s'il voulait pouvoir garder son joujou il fallait qu'il gagne du pognon et donc qu'il joue au gigolo. Il allait falloir qu'il pense sérieusement à changer d'agent.

Après quelques minutes il se gara finalement devant le domicile d'Isatruc et laissa son bébé au voiturier. A contre coeur il s'engouffra dans le hall se préparant mentalement à passer une longue soirée.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   Mar 19 Mar 2013 - 20:31

Invité
Invité


    Assise devant une psyché art déco, Isabelle rectifie sa coiffure, une nouvelle fois. Ses doigts retirent une pince diamantée et la remplacent par une épingle plus simple, décorée uniquement de petites turquoises. Elle pince les lèvres, retient une nouvelle fois ses mains qui voudraient se serrer sur le tissu fluide de sa robe. Elle y laisserait des plis et une apparence négligée déplairait à son père. Tant de choses lui déplaisaient déjà... Ce soir... Ce soir, elle ferait un effort.

    On se lasse de tout, même de la guerre.
    Même des coups bas.
    Même de détester.

    45 ans. 45 ans et une fête grandiose, où Monsieur exposerait sa petite famille: ses deux fils, sa délicieuse adolescente, pianiste prodige, et.... et puis elle. Isabelle, qui a choisi le nom de sa mère, plutôt que le sien, plutôt que le partager avec sa précieuse progéniture. Elle. Née du mariage précédent, ex-droguée, forte tête, impolie... Elle, qui lui faisait s'arracher les cheveux mais qu'il ne pouvait cacher. Difficile de nier l'existence d'une adolescente turbulente, qui ne cessait de se faire remarquer.

    Elle sort d'un tiroir d'acajou laqué une boite à maquillage qu'elle pose sur la marqueterie délicate du meuble, avant de l'ouvrir et d'en sortir méthodiquement les produits qu'elle emploiera. Ses gestes sont secs, nerveux, mais assurés: elle a reçu des cours, à l'instigation de sa belle-mère, pour « tirer le meilleur parti de ses traits et sauver ce qui peut l'être ». En résumé, à défaut d'être considérée bien élevée ou intelligente, elle pouvait faire office de jolie potiche et être refourguée à un quelconque héritier pas trop regardant et qui tolérerait son caractère excentrique.

    D'y penser, sa main se serre sur son bâton de rouge et tremble un peu de fureur contenue. Mais un oeil sur le cadran de l'horloge murale lui fait pousser un soupir. Elle doit se presser un peu... Tant pis pour la rage, elle la ferait taire un moment de plus. Quelques heures. Le rouge recouvre ses lèvres. Un peu de poudre libre, un tout petit peu, puis du parfum... Elle est prête. Ses doigts jouent sur la fermeture de son bracelet: or et turquoise... Elle cède à la tentation, repousse les bijoux modernes, choisis par sa belle mère pour accompagner sa robe sage, laisse son coeur aller à ce coup de coeur qu'elle a eu quelques mois plus tôt, cette parure ancienne et complète...

    Distraite, elle se lève et s'appuie au mur, surveillant l'allée de la maison. « Il » ne devrait plus tarder, se dit-elle. « Il » est mannequin, à son âge à peu près, n'est pas bête, lui a-t-on assuré. « Il » a été recruté à l'insu de son père, pour échapper à « un jeune homme très convenable et sérieux » qu'il voulait qu'elle rencontre, et qui l'aurait fait mourir d'ennui. Elle avait prétendu avoir déjà un cavalier... Ledit cavalier s'appelle Tyler, lui a dit son agent, et n'a pas été simple à dégoter dans l'urgence: il a fallu faire jouer ses relations avec un photographe célèbre, croisé dans les ghettos roumains, pour obtenir cette faveur qui lui coutera les yeux de la tête.

    Mais, pour un soir, elle est sauvée.
    Le combat reprendra plus tard...

    Des phares approchent et elle pose sur la voiture un regard étonné. Ligne et luxe ostentatoire... le métier paie mieux qu'elle ne le soupçonnait, constate-t-elle, un sourire désabusé aux lèvres. Le majordome a l'instruction d'accompagner son invité jusqu'à sa chambre, aussi, elle ne bouge que pour s'asseoir sur un fauteuil de designer et enfiler ses chaussures. Quelques minutes d'explications, pour lui parler de son rôle, évoquer à grande ligne la situation, puis ils rejoindront la maison de campagne de son père, à 20 km de là... Mais, son rôle, sans doute le connait-il par coeur.

    Un gigolo...
    Elle sourit, à part elle.
    Evidemment, il a de quoi se payer les voitures de son choix.
    On pousse la porte, le majordome tousse.
    Elle ne relève pas la tête.

    « Merci Graham... Vous pouvez nous laisser. »

    La porte se ferme.

    « Bonsoir... Tyler. Aide-moi, veux-tu? Le collier de turquoise, dans la boite à ta gauche, tu peux me le passer? La fermeture a du être créée pour obliger les femmes à demander de l'aide... »

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   Ven 22 Mar 2013 - 15:12

Invité
Invité



quand faut y aller...
ft Isabelle & Tyler
Il arrive finalement dans une grande allée menant à une maison plutôt imposante. Vue la tête de la maison il comprends pourquoi Isanova à payer une telle pour qu'il lui tienne compagnie le temps d'une soirée. Il gare sa voiture devant la grande entrée se foutant de savoir s'il gênait ou pas. Cette baraque était sûrement le genre d'endroit où il y avait des serviteurs pour faire tout et n'importe quoi à votre place. Il vient à peine de frapper à la porte d'entrée qu'un type à l'air constipé lui ouvre la porte et lui lance un "Mademoiselle vous attends dans sa chambre veuillez me suivre."

Une frisson d'horreur le parcourt quand il entend la phrase du valet. Elle l'attend dans sa chambre... Putain mais ça c'était pas du tout prévu. Il était sensé l'accompagner à une soirée, faire le piquet pendant la dite soirée, la raccompagner et rentrer chez lui en se promettant de chercher un autre agent dés le lendemain. Mais ça... non non non il ne se prostituait pas. Il n'allait pas coucher avec cette fille même si elle était canon il refusait de le faire. D'ailleurs il allait faire demi tour, se barrait de là et envoyer chier son agent.

Il venait prendre cette décision quand il se rendit compte que ses pieds avaient décidés d'eux même de suivre le serviteur. Les enfoirés!! Il arriva finalement dans une chambre décorée aussi richement que le reste de la maison. Installée devant une psyché la femme lui tournait le dos.


« Merci Graham... Vous pouvez nous laisser. »

Il vit le dit Graham quitter la pièce. La porte se referma avec le bruit d'une porte de prison se fermant sur lui. Il resta planté à plusieurs mètres de... d'elle, n'osant pas approcher. Il ne se rendrait pas si facilement. Non!! Il ne se rendrait pas du tout. Il allait lui dire qu'il n'était pas un gigolo et que ce n'était pas parce qu'elle était pleine aux as qu'il coucherait avec elle. Il était peut être mannequin mais il avait une fierté. Il refusait de faire parti de ceux qui réussissait en couchant.

« Bonsoir... Tyler. Aide-moi, veux-tu? Le collier de turquoise, dans la boite à ta gauche, tu peux me le passer? La fermeture a du être créée pour obliger les femmes à demander de l'aide... »

A contrecœur il attrapa le collier en question et s'approcha de la jeune femme pour lui passer autour du cou et le fermer. Il s'autorisa à la regarder dans le miroir. Son agent avait raison, elle était plutôt jolie mais ça ne justifiait pas ce qu'ils voulaient l'obliger à faire. Gardant un regard froid et un visage fermé il se décida à lui demander :

- Qu'est-ce que vous attendez de moi?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   Sam 23 Mar 2013 - 19:53

Invité
Invité


    ...
    Elle avait payé un paquet pour un mec aussi sympathique et souriant qu'un garde de prison. Seigneur dieu! L'arnaque du siècle. Le pli mécontent de ses lèvres se reflétait dans le miroir, mais elle n'avait d'yeux que pour la mine renfrognée du mannequin.

    Bien sur, il avait obéi. Bien sur, il lui avait passé le collier au cou. Mieux, il avait réussi à le fermer. Quotient intellectuel: au moins 20.

    Bien sur, il n'était pas moche. Il était même plutôt... bien. Elle l'avouait. Et il avait dégotté une tenue de soirée correcte. Mais cette lippe boudeuse et ce regard cadenassé... Cela avait de quoi vous donner envie de vous suicider plutôt que de le laisser approcher! Et cette voix... Réticente et froide.

    Ciel.
    Un tel investissement et si peu en retour.

    « Un peu de politesse, pour commencer? Avec ce que je paie, j'estime avoir droit à un sourire, mh? »

    ... Sa nervosité se trahissait dans la tension et l'âpreté des voyelles, dans le rythme soutenu des syllabes. Elle avait espéré... oh. Elle en savait pas trop. Elle s'était attendue à ce qu'on tente de la charmer, à ce que ce soit facile. A être distraite, au moins un peu, de ses soucis.

    « ... Je préférerais que tu n'oublies pas de saluer les invités... Moi, à la limite, tu ne me dis pas bonjour et tu pends la gueule, passe encore... »

    Sa voix prit un tour plus aigu.

    « Mais mon père n'a besoin d'aucun prétexte supplémentaire pour me critiquer, ce soir. Et qu'est-ce que ce « qu'attendez-vous de moi »... comme si j'allais ... comme si j'avais envie de... ARGH! »

    Les yeux clos, elle posa la pulpe des doigts sur ses tempes et, d'une pression légère, dessina de petits cercles, inspirant profondément avant de demander, d'une voix monocorde, soigneusement contrôlée.

    « Je suppose que ton agent ne t'a rien dit. J'ai besoin de quelqu'un qui se ferait passer pour un cavalier, un petit ami... pour échapper aux projets de mon père pour la soirée. »

    Avec un soupir, elle posa ses mains sur la table de la psyché, bien à plat, et entrouvrit les yeux pour les contempler, avant de relever le regard et de chercher le sien dans la glace.

    « Je n'ai aucune envie de... coucher avec un mannequin que je devrais payer. Ni aucun besoin de payer quand j'ai envie de coucher. Est-ce clair? »

    En temps normal, sans doute la situation l'aurait-elle amusée, sans doute se serait-elle plue à le mettre mal à l'aise.

    « J'ai besoin que tu fasses semblant de m'apprécier, de me connaitre et d'être bien élevé, une fois que nous serons à la fête. Rien d'autre. Tu en es capable? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   Dim 24 Mar 2013 - 10:08

Invité
Invité



quand faut y aller...
ft Isabelle & Tyler

Après avoir attaché le dit collier il avait laissé tombé ses mains le long de son corps. Il avait rapidement décidé de les cacher derrière son dos, les serrant l'une contre l'autre afin d'en empêcher les tremblements.

« Un peu de politesse, pour commencer? Avec ce que je paie, j'estime avoir droit à un sourire, mh? »

...puis qu'il embrasse, qu'il la caresse, qu'il la fasse grimper au rideau, qu'il mette une tenue sadomasochiste... et PUIS QUOI ENCORE?!?!?? Il n'était pas un gigolo. Elle avait peut être abusé de son statut de fille à papa gâtée mais il allait vite lui faire regretter d'avoir voulu engager un mec plutôt que de s'en être trouvée un seule. Vu le pognon qu'elle avait elle n'avait surement pas l'habitude d'essayer de faire les choses par elle même, c'était tellement plus facile de payer.

« ... Je préférerais que tu n'oublies pas de saluer les invités... Moi, à la limite, tu ne me dis pas bonjour et tu pends la gueule, passe encore... »

Mais bien sûr qu'il allait les saluer les invités et même être sympa avec eux, il n'avait rien contre les invités, EUX il n'avaient pas payer pour l'avoir tandis qu'elle... elle avait payé pour sa présence c'était tout ce qu'elle aurait.

« Mais mon père n'a besoin d'aucun prétexte supplémentaire pour me critiquer, ce soir. Et qu'est-ce que ce « qu'attendez-vous de moi »... comme si j'allais ... comme si j'avais envie de... ARGH! »

Bien sur c'est ce qu'elle voulait lui faire croire, histoire de le rassurer, de le tranquilliser et puis une fois qu'il est bien PAF elle lui saute dessus. Elle devait certainement s'attendre à pouvoir coucher avec lui vu le prix qu'elle l'avait payé.

Il était sur le point d'exploser et de l'envoyer chier quand il la vit fermer les yeux et se masser doucement les tempes du bout des doigts. Elle avait l'air légèrement à cran. Il se demandait si c'était sa faute ou celle de la soirée à laquelle elle le trainait. Peut être un peu les deux...


« Je suppose que ton agent ne t'a rien dit. J'ai besoin de quelqu'un qui se ferait passer pour un cavalier, un petit ami... pour échapper aux projets de mon père pour la soirée. »

Il ne valait mieux pas qu'il lui dise dans les détails ce que son agent lui avait dit sur la soirée et sur ce que son agent aimerait bien qu'il fasse de sa soirée. Il n'était pas sur qu'elle apprécierait de savoir qu'il l'avait décrite comme "une nana sexy et bien chaude" qu'il serait "trop con putain ne pas en profiter et de la sauter comme elle le mérite cette chienne". Mouais pas sur.

« Je n'ai aucune envie de... coucher avec un mannequin que je devrais payer. Ni aucun besoin de payer quand j'ai envie de coucher. Est-ce clair? »

Ahah non mais le foutage de gueule quoi. Quand on en était réduit à se payer quelqu'un pour une soirée on était pas loin de se le payer pour plus que la soirée. Elle voulait faire gober ça à qui??

« J'ai besoin que tu fasses semblant de m'apprécier, de me connaitre et d'être bien élevé, une fois que nous serons à la fête. Rien d'autre. Tu en es capable? »

Il soupira avant de se déplacer pour se mettre en face d'elle. Parler avec quelqu'un par miroir interposé n'était pas ce qu'il appréciait le plus. Elle l'avait peut être engagé comme gigolo, il était peut être furax contre elle mais elle avait l'air d'être dans une sacrée merde et il s'en voulait de ne pas l'aider. Bah tant qu'il était là.

- J'en suis capable mais avant j'aimerais mettre les choses au clair. Mon agent ne m'a pas expliqué grand chose sur ce que vous attendiez de moi. Il m'a plutôt renseigné sur ce qu'IL attendait de moi et je ne suis pas sur que vous apprécierez que je vous le répète. Je ne suis pas escort boy ni gigolo ni quoi que ce soit du même style. Je ne vous accompagne à cette soirée que parce que mon agent pense que ça peut booster ma carrière...

... et parce qu'il trouve que ce n'est pas sain que je ne m'envoie pas en l'air plus souvent et qu'il veut que j'y remédie mais ça il peut aller se faire voir.

- Je ne coucherais pas avec vous ce soir ni même jamais. Vous pouvez bien essayer de me faire croire que vous n'y avez pas pensé mais si vous n'avez pas besoin de payer pour baiser comme vous le dites vous ne devriez pas avoir besoin de payer pour avoir de la compagnie ce soir or je suis là.

Il inspira profondément avant de s'adosser au mur face à la jeune femme.

- Maintenant si vous me parliez un peu de vous. Histoire que je sois un minimum crédible en petit ami.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   Sam 6 Avr 2013 - 22:39

Invité
Invité


...
Bon. Si elle avait eu le moindre espoir d'alléger ses tensions, après la soirée, elle avait bel et bien compris qu'elle pouvait faire une croix sur le projet. Non pas qu'elle y ait jamais songé sérieusement. Juste, peut-être, s'ils s'entendaient très bien. Si elle avait passé une soirée vraiment affreuse. Si elle avait envie de pleurer. Si...

Si rien du tout. Tant pis, la solitude, elle connaissait.

Elle lui sourit un peu et laisse tomber de ses lèvres moqueuses un sarcasme léger. C'est beau, les sarcasmes, de solides barrières, de jolies protections, de sublimes armes

« J'ai compris, tu sais, pas la peine de me dire 100 fois que je ne suis pas assez bien pour toi, choupet. Je ne te violerai pas, promis...»

Se redressant, elle appuya les paumes, dans son dos, à la psyché et lui adressa un regard volontairement dégoulinant de provocation.

« Si un jour il se passe quelque chose entre nous, ça sera toi le demandeur. Promis. »

Bon. Peut-être son orgueil était-il quelque peu écorché... peut-être avait-elle envie de l'étrangler, là, tout de suite. Peut-être qu'elle regrettait de l'avoir engagé. Mais elle était tout à fait capable de le cacher, cela et la plaie sur laquelle il avait appuyé, sans le savoir: mentir n'était-il pas l'une de ses spécialités? Quelques secondes, seulement

« Te parler de moi, hein? »

Se détournant, elle rangea à petit gestes calmes son maquillage et ses bijoux, tout en parlant. Elle ne le regardait pas, elle évitait le miroir... juste le temps de se calmer.

« Mh... J'ai vécu à Londres jusqu'à mes 18 ans avec ma mère. Puis un an en Roumanie et... Voilà. Maintenant je suis ici, dans la famille de mon père. Il a divorcé de ma mère quand j'étais enfant. »

Ses doigts s'attardent un peu sur sa brosse à cheveux, avant qu'elle n'ouvre un tiroir pour l'y ranger.

« Tu vas avoir la chance de rencontrer ma belle-mère et ses enfants. Enfin, enfants... Certains ont mon âge. Père n'était pas un modèle de fidélité. »

Que dire d'autre?

« Je fais des études de scénographie. Ca parle de mise en scène, d'expo ou de spectacles... Je suis le mouton noir de la famille. Extravertie et pas vraiment obéissante. Et puis j'ai fréquenté les mauvaises personnes il y a quelques années, ça m'a valu quelques ennuis. »

Elle déteste avoir à lui confier cette dernière information, mais... mais peut-être cela sera-t-il nécessaire?

« A ton tour. Il faut que je sache quelques petites choses de ta vie, au moins. »

Avec un sourire crâneur, elle se retourne vers lui.

« J'ai du champagne, là... Veux-tu un verre? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   Lun 8 Avr 2013 - 12:08

Invité
Invité



quand faut y aller...
ft Isabelle & Tyler

Plus le temps passait et plus il regrettait amèrement d'être venu ici. D'accord Isabelle était plutôt jolie mais elle était aussi désagréable, arrogante, malpoli et surtout elle le traitait comme un putain de gigolo. Elle aurait été sympa il aurait peut être supporter un peu mieux cette soirée mais là...

« J'ai compris, tu sais, pas la peine de me dire 100 fois que je ne suis pas assez bien pour toi, choupet. Je ne te violerai pas, promis...»

Vu le gabarit d'Isabelle et vu le sien c'était sur qu'elle ne le violerait pas. Il s'en foutait de ses promesses. Il savait que lui il n'était pas prêt à faire ça avec elle et rien de ce qu'elle pourrait dire ou faire ne changerait ça. Elle pouvait même lui proposer des millions qu'il ne le ferait. Et ce n'était pas parce qu'elle le dégoutait. Elle n'était pas désagréable à regarder là n'était pas la question mais il n'était pas une bête pour coucher avec une fille qu'il venait à peine de rencontrer pour de l'argent.

« Si un jour il se passe quelque chose entre nous, ça sera toi le demandeur. Promis. »

Mais bien sûr. Et bien ce jour là n'était pas prêt d'arriver. Elle se croyait peut être irrésistible au point de le faire flancher mais c'était loin d'être le cas.

« Te parler de moi, hein? »

Oui lui parler d'elle, ça serait certainement mieux. Il ne serait pas crédible en petit ami s'il ne connaissait rien de sa soit disant petite amie. Lui il s'en foutait s'il était démasqué mais Isabelle certainement pas. Elle devait certainement à en vouloir un minimum pour son argent.

« Mh... J'ai vécu à Londres jusqu'à mes 18 ans avec ma mère. Puis un an en Roumanie et... Voilà. Maintenant je suis ici, dans la famille de mon père. Il a divorcé de ma mère quand j'étais enfant. »

Il attendit patiemment qu'elle se décide à continuer, avec ça il n'allait pas tenir bien longtemps. Il la regardait jouer avec sa brosse à cheveux avant qu'elle ne se décide à la ranger. Tant mieux, parce qu'une minute de plus et il la lui arrachait des mains et la balançait par la fenêtre. Il était à cran? Noooon c'était juste une impression.

« Tu vas avoir la chance de rencontrer ma belle-mère et ses enfants. Enfin, enfants... Certains ont mon âge. Père n'était pas un modèle de fidélité. »

Pour la seconde fois depuis qu'il était là il commença à se demander dans quelle merde elle était et dans laquelle elle l'avait entrainé. Passer la soirée dans un dîner mondain à se faire passer pour son petit ami c'était une chose mais faire face à son père et à sa belle famille qu'elle n'avait pas l'air d'apprécier s'en était une autre.

« Je fais des études de scénographie. Ca parle de mise en scène, d'expo ou de spectacles... Je suis le mouton noir de la famille. Extravertie et pas vraiment obéissante. Et puis j'ai fréquenté les mauvaises personnes il y a quelques années, ça m'a valu quelques ennuis. »

Bon ben au moins c'était clair maintenant... elle était entrain de l'entrainer dans un diner de merde. Si elle avait eu des mauvaises fréquentations, qu'elle avait fait des conneries et qu'elle était un mouton noir comme elle disait, ces gens allaient avoir tendance à le ranger lui aussi dans la même catégorie. Youhouuuuu! Chouette soirée en perspective.

« A ton tour. Il faut que je sache quelques petites choses de ta vie, au moins. »

Ouais bon ça il devait s'y attendre. Il n'avait pas vraiment envie de parler de lui et encore moins à un inconnu aussi désagréable qu'elle. Il ne parlait jamais de son passé, à personne et là il allait devoir le faire. Enfin il pouvait très bien suivre son exemple et ne parler que du strict minimum. Il était encore perdu dans ses pensées quand elle se tourna vers lui avec un sourire craneur. Putain mais qu'est-ce qu'il lui avait pris d'accepter cette sortie.

« J'ai du champagne, là... Veux-tu un verre? »

- Oui je veux bien...

Après quelques secondes il rajouta :

- ...merci.

Ce n'était pas franchement une bonne idée de boire avant de conduire mais là il en avait vraiment trop besoin.

- Je suis né en Oklaoma et j'y ai passé toute mon enfance. Je suis venu ici à 18ans pour faire des études de criminologie. Je bosse à côté en tant que mannequin afin de pouvoir les financer.

Il se retint de dire que lui contrairement à elle n'était pas né avec une petite cuillère en argent à la bouche et que donc lui il était obligé de bosser si il voulait pouvoir poursuivre ses études.

- Je suis fils unique et mon père est mort quand j'étais gosse.

Il passa brièvement sur le sujet de son père décédé. Le fait de le dire suffisait à raviver sa douleur et à faire monter des larmes à ses yeux. Hors de question qu'elle le voit pleurer.

- Continuons dans les détails pratiques. Comment est-ce qu'on s'est rencontré? Je me vois mal dire à ton père et au reste de ta famille que tu étais tellement désespérée que tu as du te payer un mec pour la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   Dim 9 Juin 2013 - 21:41

Invité
Invité


    Isabelle se leva d'un mouvement souple et se dirigea à pas rapides vers la table où étaient posés bouteille, seau et verres. En l'écoutant parler, elle déboucha la bouteille, dans un « pop » éclatant et versa consciencieusement le précieux liquide dans les verres préparés par le majordome, un peu plus tôt.

    Rangeant la bouteille dans le seau empli d'eau glacée, elle pris par le pied les deux verres et s'approcha de Tyler qui évoquait son père décédé. Rapide. Froid. Sans inflexion. Elle lui glissa un regard curieux mais ne pu rien distinguer sur son visage qui lui indiquât si le sujet était ou non important à ses yeux.

    Puis, silencieuse, elle lui tendit son verre, en l'écoutant poser sa question. Ses lèvres se posèrent sur le rebord de son verre et elle avala une petite gorgée tout en réfléchissant. Où pouvait-elle prétendre avoir croisé le jeune homme? Certainement pas dans le cadre de ses études... Leurs chemins étaient bien trop différents pour cela. Peut-être en soirée?

    Avec un sourire pincé, elle imagina ce que son père penserait, si elle prétendait avoir rencontré Tyler lors d'une fête... Une nuit de débauche, d'alcool et de sexe. Mieux valait donc imaginer une autre « rencontre » que celle-là. Quelque chose qui puisse sembler sérieux ou inoffensif. Ou banal. Mais pas débauché... Voir le mépris dans les yeux de sa famille, non, pas ce soir. Pas encore.

    Elle avale une gorgée plus longue avant de proposer, d'une voix basse:

    « S'il t'arrive de visiter des expositions ou des galeries, nous pourrions nous être croisées là... Autrement... En bibliothèque? Ou... peut-être... sur le net? Quoi que ça ne fasse pas très sérieux. Je ne sais pas. Je ne voudrais pas quelque chose de trop étrange ou trop excentrique. Ni de quelque chose d'humiliant... Pour moi ou pour toi. »

    Le verre qu'elle a à la main, elle le fait tournoyer doucement entre ses doigts, en en fixant le contenu.

    « Et puis il faudrait quelque chose que mon père puisse considérer comme « respectable ». Mais je suis contente de savoir que tu étudies... Mannequin tout seul,... Jamais il ne considèrerait ça comme correct. »

    Elle se tait un instant.

    « ... Pas que ca ne soit pas bien, hein... Juste que ça fait encore moins sérieux que scénographie... Et que je voudrais un peu casser mon image, ce soir. Alors une rencontre gentillette... une relation qui dure depuis un certain temps, sans précipitation... Ca me ferait plaisir. Tu as un scénario qui te semblerait plus crédible qu'un autre? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   Dim 16 Juin 2013 - 14:47

Invité
Invité



quand faut y aller...
ft Isabelle & Tyler

Il la regarda faire tandis qu'elle allait déboucher une bouteille et verser le champagne dans deux verres. Il préféra ignorer son air empli du curiosité tandis qu'elle lui tendait son verre. Qu'elle ne rêve pas ce n'était pas parce qu'ils allaient passer une soirée ensemble qu'il allait lui raconter sa vie. Une fois cette soirée terminée il ne la reverrait plus. Ca il s'en faisait la promesse.

« S'il t'arrive de visiter des expositions ou des galeries, nous pourrions nous être croisées là... Autrement... En bibliothèque? Ou... peut-être... sur le net? Quoi que ça ne fasse pas très sérieux. Je ne sais pas. Je ne voudrais pas quelque chose de trop étrange ou trop excentrique. Ni de quelque chose d'humiliant... Pour moi ou pour toi. »

C'était sur que le "je l'ai engagé pour passer la soirée avec moi" ça ne faisait pas vraiment très sérieux quand on y pensait. Il avala une gorgée de champagne doucement. Il mourrait d'envie de descendre le verre d'un trait mais il se retint. Elle le prenait déjà pour un gigolo pas besoin de rajouter ivrogne à cela.

« Et puis il faudrait quelque chose que mon père puisse considérer comme « respectable ». Mais je suis contente de savoir que tu étudies... Mannequin tout seul,... Jamais il ne considèrerait ça comme correct. »

Ah ben il pouvait rajouter débile aussi. Génial vraiment la soirée qu'il devait passer à prétendre être le petit ami d'une femme qui le prenait pour un gigolo ET un débile.


« ... Pas que ca ne soit pas bien, hein... Juste que ça fait encore moins sérieux que scénographie... Et que je voudrais un peu casser mon image, ce soir. Alors une rencontre gentillette... une relation qui dure depuis un certain temps, sans précipitation... Ca me ferait plaisir. Tu as un scénario qui te semblerait plus crédible qu'un autre? »

Mouais bon il enlèverait peut être la mention "débile" finalement. Il réfléchit quelques instants au scénario qui semblait le plus plausible et le moins compromettant pour l'un comme pour l'autre.

- Je pense qu'une rencontre à la bibliothèque c'est bien. Et puis ça montrerait que nous sommes des étudiants un minimum sérieux et pas des glandeurs. Je te propose une rencontre banale, on s'est vu, on a engagé la discussion parce que tu... me plaisais... on a d'abord bu un café et puis de fil en aiguille on s'est mis à sortir ensemble.

Arf il était mal barré pour cette soirée si le simple fait de dire qu'elle lui plaisait lui écorché déjà la bouche. Finalement il but une plus longue gorgée de son verre pour se donner du courage.

- 6 mois ça te convient comme durée? Pas assez long encore pour que je te connaisse par coeur mais suffisamment pour que ça explique que tu m'amènes à cette soirée.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   Dim 16 Juin 2013 - 16:29

Invité
Invité


    Isabelle acquiesce silencieusement: va pour la bibliothèque, va pour les six mois. Cela lui semble affreusement long, six mois, cela devrait impressionner favorablement son père. Sans doute. Ou peut-être pas. Parfois, elle se dit que rien n'y arrivera jamais, de sa part. Avec un haussement d'épaule, elle termine son verre, d'un trait, comme il l'a fait. Après tout, c'est encore à elle qu'il faudra le plus de courage, pas à lui...

    « Ca me va... 6 mois, c'est assez, oui. Plus, jamais ce ne serait crédible... »

    Elle a un sourire en coin et se dirige vers son dressing room pour en retirer un manteau, à pas nerveux. Puis elle revient vers la pièce principale, entourée du tissu sombre et chaud, le col relevé jusqu'au dessus du menton.

    « On devrait y aller... Le reste, on le règlera en voiture. Et ainsi, tu n'auras pas le temps de vider la bouteille. OU de me faire arriver en retard. Je ne te paie pas pour créer plus de soucis encore, après tout... »

    Isabelle aurait pu se taire, bien entendu. Ne pas souligner ce détail qui déplait tant au jeune homme: elle le paie! Mais elle a besoin de cacher sa nervosité, de s'occuper l'esprit, de se distraire. Lancer quelques piques n'est qu'une façon comme une autre de faire tout cela... et d'oublier qu'elle s'est montrée vulnérable face à cet inconnu.

    « Dépêche-toi un peu... »

    Elle, elle dévale l'escalier monumental de la maison et passe, le menton haut, devant Graham qui lui souhaite une bonne soirée en ouvrant les lourds battants de la porte d'entrée. DU bout des lèvres, elle le remercie et lui, le vieux serviteur, a un sourire secret: il commence à la connaitre, il sait voir son son attitude hautaine la nervosité qui la tenaille.

    Dans l'allée, le gravier crisse sous ses talons, et elle pose une main impatiente sur la carosserie, attendant que Tyler déverrouille sa voiture.

    « Si tu préfères, je peux conduire. Si tu ne tiens pas l'alcool! Mais je suppose qu'en tant que mannequin, tu vas souvent à des soirées assez... chaudes. Ca devrait aller, non? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   Dim 16 Juin 2013 - 19:30

Invité
Invité



quand faut y aller...
ft Isabelle & Tyler

« Ca me va... 6 mois, c'est assez, oui. Plus, jamais ce ne serait crédible... »

Il se retint de lui dire que déjà là ce n'était pas sur qu'ils soient très crédibles. D'ailleurs l'idée même d'engager quelqu'un qu'elle ne connaissait pas pour se faire passer pour son petit ami était complètement débile. C'était voué à l'échec. Cette soirée allait mal se terminer pour Isabelle. Tant pis pour elle.

« On devrait y aller... Le reste, on le règlera en voiture. Et ainsi, tu n'auras pas le temps de vider la bouteille. OU de me faire arriver en retard. Je ne te paie pas pour créer plus de soucis encore, après tout... »

Ne pas la taper... Ne surtout pas la taper... Non il ne fallait pas faire ça... C'était une fille... C'était mal de taper une fille... Même si elle le cherchait... Même si elle le méritait... Même si ça lui ferait un putain de bien... Non il ne fallait pas...

« Dépêche-toi un peu... »

Avec l'air d'un condamné à mort il se décida à la suivre tandis qu'elle dévalait les escaliers. Il la rejoignit plus lentement et la retrouva appuyer contre sa voiture entrain de l'attendre. Ca lui ferait les pieds de l'attendre un peu.

« Si tu préfères, je peux conduire. Si tu ne tiens pas l'alcool! Mais je suppose qu'en tant que mannequin, tu vas souvent à des soirées assez... chaudes. Ca devrait aller, non? »

- Même pas dans tes rêves. JE conduis.

Et puis quoi encore? Il était hors de question qu'elle conduise SA voiture, son bébé. Personne à part lui n'avait le droit d'y toucher. Et il n'allait certainement pas céder ce droit à une petite connasse de bourgeoise. Il démarra sur les chapeaux de roues et sortit de la propriété. Il préféra ne pas relever encore une fois l'insulte vis à vis de son boulot. Oui les mannequins avaient sale réputation mais il n'était pas comme ça. Il était allé une ou deux fois à une de ces soirées, il n'avait pratiquement pas bu et il en avait conclu que ce n'était vraiment pas son truc.

- Bon alors dis moi où est-ce qu'on va? Et surtout qu'est-ce que je devrais savoir de plus pour que ton cher papa chéri ne sache pas que tu es incapable de te trouver un mec sans payer?

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   Jeu 20 Juin 2013 - 14:54

Invité
Invité


La possessivité qui étrangle son « je conduis » tire un sourire à Isabelle. Etrange comme découvrir un nouveau sujet sensible, un endroit à titiller chez ce jeune homme la rassérène. Peut-être parce qu'elle sait que bientôt elle perdra toute assurance et devra porter les plus solides de ses masques, pour faire face. Peut-être parce que le savoir susceptible c'est la certitude qu'il est humain, qu'elle ne sera pas seule blessée... Que si les choses dérape, elle peut se venger.

Elle a toujours des idées de violence et de destruction, quand elle angoisse.
Elle a toujours la colère, la bassesse à fleur de peau, dans la peur.
Ce sont des masques à poser sous les masques de bonne humeur, de politesse, d'optimisme.
Dessous, elle peut encore en glisser d'autres...

En s'asseyant dans la voiture, Isabelle sourit vaguement et clôt les yeux. Le vent sur son visage allège ses soucis, un instant, et elle peut s'imaginer... s'imaginer mille folies. Cela ne dure pas, cela ne dure jamais: la réalité trouve toujours un moyen de poser ses griffes sur les rêves pour les déchirer, elle l'a appris il y a longtemps, mais la leçon est toujours aussi cuisante qu'au premier jour, la blessure s'est à peine atténuée

Elle entrouvre les yeux, souffle qu'il faut prendre à gauche, puis la deuxième à droite, puis... Elle dira le reste le moment venu. Elle lui remboursera l'essence, aussi. Elle a le ton monocorde, fixe la route qui défile sous ses yeux, cherche que dire.

« J'aime faire la fête, la margherita, je ne fume pas, je suis plutôt moqueuse. Père et mère riche... Ne t'étonne pas si on fait des sous-entendus sur tes intentions en sortant avec moi. C'est habituel. D'habitude je suis habillée un peu plus... excentriquement que ce soir. J'aime les couleurs, le mouvement, le théâtre, le lyrisme abstrait... Je suis née à Vérone par accident. Quoi d'autre? »

Elle fronce les sourcils, cherche ces mille et uns détails qui font l'intimité d'un couple.

« J'ai un rire... trop bruyant pour mon milieu. TU verras,, ma belle-mère fronce les sourcils à chaque fois que je ris, c'est drôle. Je suis allergique aux chats. Mon parfum de glace préféré est vanille, simplement. J'ai pataugé dans la boue des ghettos roumains un an. Pour mettre mes parents en colère... »

Elle secoue la tête, rit un peu, chasse les souvenirs. Ferme les yeux sur les images que les mots évoquent.

« Oh... Et j'ai une cicatrice sur le ventre. Blessure par balle. J'ai toujours eu mauvais gout, en copain, on te le dira sans doute... Ca m'étonnerait que ma demi-soeur ne te raconte pas toute l'histoire. Elle l'adore et la raconte de façon assez drôle, il faut l'avouer. Le côté positif, c'est que si tu gardes ton air d'âne buté, au fond, ça ne les surprendra pas d'un garçon avec qui je sors. Quoi d'autre? J'appelle mon père « daddy » en public, pour me moquer du tableau de famille idéale que nous formons. Je déteste les jeux de carte, le thé vert, le monde de la finance, les gens trop joyeux. Cela fait longtemps que je n'ai plus eu de relation sérieuse. Je fais semblant d'aimer le hip hop et la musique classique, mais en fait je déteste ça. Sauf l'opéra... J'aime quand on me raconte des histoires, même bateau... Mon disney favori, c'est « La Belle et la Bête » mais mon personnage préféré de tous les disney est Ursula... la sorcière des mers. Et Scar a une voix affreusement sexy. »

Elle pourrait ajouter mille et un détail, mais il en a déjà pas mal, non?

« A gauche, maintenant... Et à toi de me parler de toi. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   Jeu 20 Juin 2013 - 18:51

Invité
Invité



quand faut y aller...
ft Isabelle & Tyler

Sitôt qu'il démarra sa voiture il commença à se sentir mieux. Le vent qui s'engouffrait dans ses cheveux, la sensation de vitesse, la voiture qui répondait au moindre de ses ordres... il n'y avait rien de meilleur.

Il suivait les indications d'Isabelle sans dire un mot. C'était d'ailleurs à elle de lui répondre. Il se devait d'en savoir un maximum sur elle sinon ils se feraient vite démasquer par son père. Lui s'en fichait mais cela ne devait pas être le cas pour la jeune fille. Après quelques minutes de silence elle commença à le noyer sous un flot de paroles.


« J'aime faire la fête, la margherita, je ne fume pas, je suis plutôt moqueuse. Père et mère riche... Ne t'étonne pas si on fait des sous-entendus sur tes intentions en sortant avec moi. C'est habituel. D'habitude je suis habillée un peu plus... excentriquement que ce soir. J'aime les couleurs, le mouvement, le théâtre, le lyrisme abstrait... Je suis née à Vérone par accident. Quoi d'autre? »

Il se tait en voyant qu'elle réfléchit à ce qu'elle peut lui dire d'autres. D'autres détails insignifiants comme ceux là mais qui font parti de la vie d'un couple. Il se concentre sur ce qu'elle dit et essaie de retenir, ce qui n'est pas gagné vu le flot de paroles qu'elle débite à la minute.

« J'ai un rire... trop bruyant pour mon milieu. TU verras,, ma belle-mère fronce les sourcils à chaque fois que je ris, c'est drôle. Je suis allergique aux chats. Mon parfum de glace préféré est vanille, simplement. J'ai pataugé dans la boue des ghettos roumains un an. Pour mettre mes parents en colère... »

Doucement il se met à sourire en l'entendant parler. A l'entendre se décrire ainsi elle a l'air radicalement différente de celle qu'il a pu rencontrer dans sa chambre luxueuse. Il pourrait apprécier cette fille là.

« Oh... Et j'ai une cicatrice sur le ventre. Blessure par balle. J'ai toujours eu mauvais gout, en copain, on te le dira sans doute... Ca m'étonnerait que ma demi-soeur ne te raconte pas toute l'histoire. Elle l'adore et la raconte de façon assez drôle, il faut l'avouer. Le côté positif, c'est que si tu gardes ton air d'âne buté, au fond, ça ne les surprendra pas d'un garçon avec qui je sors. Quoi d'autre? J'appelle mon père « daddy » en public, pour me moquer du tableau de famille idéale que nous formons. Je déteste les jeux de carte, le thé vert, le monde de la finance, les gens trop joyeux. Cela fait longtemps que je n'ai plus eu de relation sérieuse. Je fais semblant d'aimer le hip hop et la musique classique, mais en fait je déteste ça. Sauf l'opéra... J'aime quand on me raconte des histoires, même bateau... Mon disney favori, c'est « La Belle et la Bête » mais mon personnage préféré de tous les disney est Ursula... la sorcière des mers. Et Scar a une voix affreusement sexy. »

Il finit par rire en entendant son commentaire sur Scar. C'était sur maintenant il ne rêverait plus ce dessin animé de la même façon.

[color=#cccc33]« A gauche, maintenant... Et à toi de me parler de toi. »

C'est maintenant son tour de réfléchir à ce qu'il peut lui raconter. Il essaie de se rappeler de ce qu'elle a pu lui dire afin de lui dire un peu ce qu'il en est le concernant.

- Je n'aime pas trop faire la fête et je ne fume pas. A choisir je suis plus manhattan même si mes margaritas sont à se damner. Père et mère plutôt pauvre alors oui je vais me préparer à me prendre des réflexions même si aujourd'hui je n'ai plus vraiment de problèmes d'argent. C'est d'ailleurs uniquement pour me payer mes études que je fais mannequin sinon je ne me serais jamais lancé là dedans.

Il s'arrête quelques secondes, histoire de retrouver le fil de ce qu'elle lui a dit un peu plus tôt.

- Je ne fais pas vraiment attention à mon apparence. En général je mets ce qui tombe de mon armoire qui est rempli de fringues qu'on m'offre. Il n'y a que ce soir que j'ai fait un véritable effort. Je n'ai rien contre les chats mais je préfère les chiens. J'aime bien la vanille aussi en parfum de glace mais un jour je suis tombé sur un parfum cookie et putain qu'est-ce que c'était bon.

Mais ça c'était avant, une autre époque, une autre vie, un autre lui.

- Je suis parti de chez ma mère à 18ans et je n'y ai jamais remis les pieds. Je n'ai jamais trouvé chaussure à mon pied en matière de filles. Je ne tombe que sur des chaudasses qui en veulent à mon cul et ce n'est pas ce qui m'intéresse. J'ai des cicatrices aussi mais je ne te dirais pas lesquelles ni où.

Il y avait des blessures trop profondes en lui, des choses dont il ne pouvait pas parler. Il sentait déjà que là il commençait à aller trop loin avec Isabelle.

- Je déteste aussi les jeux de cartes, mais aussi le thé, je suis plus café voir chocolat chaud. Je n'aime pas les hypocrites, les prétentieux, les personnes superficielles. Je suis plus rock niveau musique et je n'ai jamais mis les pieds dans un opéra. Mon disney préféré c'est le roi lion et à cause de toi je ne regarderais plus jamais Scar de la même façon. J'ai toujours envié de connard d'Aladdin et je rêve souvent de pouvoir faire bouffer son balais à Blanche Neige.

Il ne sait plus trop quoi rajouter. Il trouve qu'il en a déjà dit pas mal mais en même temps tout cela lui semble tellement superficiel. Ils vont se faire démasquer c'est sûr.

- Bon dis moi on est bientôt arrivé? Le spectacle va bientôt pouvoir commencer?

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   Sam 20 Juil 2013 - 2:43

Invité
Invité


Elle l'écoute, elle essaie de retenir ce qu'il lui dit. Une partie, au moins. Certains mots la frappent plus que d'autres. Certaines infos sont déjà oubliées. D'autres restent un peu plus longtemps...

Un garçon sage ? Mannequin et sage. Elle le fixe d'un regard interrogateur, au départ, presque certain qu'il se moque d'elle. Mais non, à voir son expression, il est sérieux. Des margheritas à se damner. Et peut-être, se dit-elle, peut-être est-ce par leur faute qu'elle est damnée, attachée à lui, dans leur petite histoire. Peut-être que la bibliothèque a commencé le charme, que l'alcool l'a terminé.

Elle range l'idée dans un coin, avec un sourire. L'écouter la détend un peu. Sa voix chasse les souci, allège la peine. Isabelle ferme les yeux, à moitié. Dissimule à moitié ce qui viendra. Oublierait presque.

Il aime les chiens, la vanilles, les cookies, pas les vêtements, pas sa mère, ou pas tellement, et pas les filles qui veulent l'allumer. Le sexe, ça ne lui parle pas, monsieur a des valeurs. Monsieur l'accompagne à une fête contre rémunération. Monsieur la perd en chemin. Les valeurs, dans son milieu à elle, ça ne se reconnait pas. C'est pour les pauvres, les bourgeois, pour faire semblant et rire en douce ou sous cape. Ou ouvertement.

Elle a un pâle sourire et souffle un « romantique ? » interrogatif, à mi voix, qu'il n'entend pas. Il poursuit. C'est tout aussi bien. Elle l'écoute en silence et en sourire.

« Oh oui, Blanche-Cruche est très agaçante... »

« Bon dis moi on est bientôt arrivé? Le spectacle va bientôt pouvoir commencer? »

« Dans 300 mètres environ, prends l'allée, entre les tilleuls. C'est tout au bout. Tu verras, facile à repérer. » 

La jeune fille se redresse et passe une main nerveuse dans sa chevelure, en surveillant la route et le ruban de led qui, là, indique la voie qu'il faudra suivre. Elle sait ce qu'il y aura tout au bout. Elle le redoute. Un moment, elle s'est laissé aller à la faiblesse, elle a baissé une partie de ses barrières, de ses protections, mais il lui suffit d'un souflle, d'un soupir pour tout reconstruire. Le visage sans expression et le regard vide, le slèvre spibncées sur un sourire moqueur, hautain.

Ses mains, serrées sur ses genoux, la trahissent, mais il est déjà temps d'abandonner la voiture, de glisser son bras autour de celui de Tyler, pour aller jusqu'aux marches de la résidence de campagne de son paternel adoré.

« Attends... Deux secondes. »

Elle ferme les yeux. Ils sont à l'ombre d'un arbre, à quelques mètres des escaliers monumentaux qui vont mener à la scène de sa torture. Elle fourage dans son sac, en tire un miroir de poche, tente de se voir dans la semi obscurité du parc, baigné de lumières artificielles.

« Ca va ? Je ne suis pas décoiffée ? Il ne faut pas remettre du rouge à lèvre ?»

Tu es prêt ? Dis... Tu es prêt à affronter les fauves ? Mon père, aux cheveux et aux yeux gris acier, couleur de son âme, de la lame qu'il porte au cœur et qu'il use pour entretenir les blessures ? Les invités, leurs chuchotis, leurs rires polis, leurs faux sourires, les fausses amitiés ? Ma tête qui me tournera, mon bras qui s'agrippera à toi ? La dureté du regard de ma belle-mère, le rire de ma belle-sœur ?

Dis ? Tu es prêt ? Moi, je le suis toujours. Je ne le suis jamais. C'est pareil.

« Tu n'as pas une dernière question ? »

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   Mar 23 Juil 2013 - 17:04

Invité
Invité



quand faut y aller...
ft Isabelle & Tyler

Il n'en pouvait plus. Il ne lui tardait qu'une chose, arriver et en finir avec cette fichue soirée. Il allait l'entendre son agent quand il en aurait fini ici. Plus jamais mais alors plus jamais de sa vie on ne le trainerait à un truc à la con comme ça. Et cette fille... elle aussi il n'était pas prêt de la revoir.

« Dans 300 mètres environ, prends l'allée, entre les tilleuls. C'est tout au bout. Tu verras, facile à repérer. »

Il suit la route qu'elle lui indiqua et se mit ensuite à suivre le ruban de led conduisant à l'immense bâtisse qu'il a du mal à distinguer dans le noir. Il la sent se tendre à côté de lui. Plus ils approchent et plus il sent le stress monter chez sa compagne. Lui aussi il stress mais certainement pas autant qu'elle. Il descend de la voiture et part la rejoindre. Elle passe son bras doucement autour du sien avant de s'arrêter pour lui dire.

« Attends... Deux secondes. »

Il s'arrête quelque temps à l'ombre des arbres près desquels il s'est garé. Elle le lâche un peu pour fouiller dans son sac et fini par en ressortir un petit miroir de poche dans lequel elle tente de se voir.


« Ca va ? Je ne suis pas décoiffée ? Il ne faut pas remettre du rouge à lèvre ?»

Il l'inspecte quelques instants avant de lui répondre avec un sourire sincère.

- Mais non tu es très bien.

« Tu n'as pas une dernière question ? »

Il fait semblant de réfléchir quelques secondes avant de lui dire :

- Non c'est bon.

Il reprend son bras et le passe autour du sien. Il sert doucement sa main avec un sourire rassurant.

- Ne t'inquiètes pas ça va bien se passer.

Allez quitte à être là autant jouer son rôle jusqu'au bout. Il l'entraina doucement à sa suite en direction des gigantesques escaliers.

-Allez... direction la fosse aux lions...

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]
» Quand faut y aller faut y aller
» Quand faut y aller, faut y aller ! [Faust]
» Quand faut y aller, faut y aller ! || PV Matthew
» A quand le second tour?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP-
Sauter vers: