Partagez
 

 It was just a summer romance... Lisa&Aaron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: It was just a summer romance... Lisa&Aaron   It was just a summer romance... Lisa&Aaron EmptySam 25 Mai 2013 - 14:00

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

It was just a summer romance... Lisa&Aaron Empty


it was just a summer romance...
lisa and aaron









Un samedi après-midi habituel. Par chance, j'étais en congé ce jour-là, depuis le temps que ma supérieure me sucrait mes samedis, j'étais vraiment ravi de pouvoir en profiter enfin. Quant à ce que j'allais faire, c'était une autre question. Mon dimanche allait être pleinement occupé avec mon meilleur ami Clarence, qui fêtait son anniversaire. Trente ans, ce n'est pas rien, j'avais du mal à réaliser pour lui, alors qu'est ce que ça serait pour moi... Enfin, bref. En début d'après-midi, alors que je venais de terminer mon déjeuner, je sentis mon téléphone vibrer puis sonner. Je le sortis de ma poche et lus le nom de celui, ou plutôt celle qui m'appelait. Oh, non... vision d'horreur, c'était ma supérieure. Je savais déjà à quoi m'attendre. « Oui Jenna. » Dis-je sans cacher mon immense joie. « Aaron, j'ai un service à te demander. Si tu es libre, il faudrait que tu viennes au studio, on a une actrice espagnole qui s'est déplacée jusqu'ici ce matin et qui repart demain. Nous avons besoin de toi pour un shooting, tu te souviens du thème... » Je la coupai net. « Je me souviens, sauf que c'était prévu pour lundi. » Mais bien sûr, les acteurs et leurs caprices, c'est connu de tout le monde. Je me résignai alors et acceptai de me déplacer. Après tout, je n'avais pas prévu grand chose. « Je serai là dans dix minutes. » Et je décrochai, avant de me préparer pour aller au boulot. Tout se passa bien, hormis le tempérament insupportable de la-dite actrice. Une horreur, même Penelope Cruz aurait été plus agréable, j'en mettais ma main au feu. En sortant, je me dirigeai vers le Starbucks où j'allais habituellement pour me commander un café. Une fois cela fait, je me dirigeai vers une place au fond du café, avec un peu de chance, elle ne serait pas prise. C'était un coin plutôt tranquille pour un Starbucks, ce que j'appréciais grandement. Mais malheureusement, la place était occupée par quelqu'un. J'allais repartir en arrière mais mon visage ne put s'empêcher de se retourner vers la personne assise à ma place habituelle. Surprise. Grande surprise ! C'est un visage pâle et une chevelure blonde connus que j'observai alors, immobile, à quelques mètres d'elle à peine. Lorsqu'elle releva son regard vers moi, je me décidai enfin à m'approcher. « Lisa ? Lisa de Hawaï ?! » Lançai-je, toujours sous le choc de cette rencontre. Sans lui demander son autorisation, car après tout elle était seule, je m'assis en face d'elle. « Bon sang, je ne m'attendais pas te retrouver ici... » Dis-je, spontanément. Je profitai des prochaines secondes pour reconnaitre les moindres détails de son visage. J'avais une mémoire visuelle et rien ne m'échappait, même si cela datait de plusieurs années. « Ça remonte à quand ? Au moins cinq ans... Mais tu n'as pas beaucoup changé. » Un petit sourire se dessina alors sur mes lèvres. Je repensais alors à tout ce qui s'était passé, cinq ans en arrière. Nous nous étions rencontrés dans un petit café à Hawaï et avions tellement bien sympathisé que le reste des vacances s'était déroulé ensemble, elle et moi. Nous avions été très proches, c'est peu de le dire...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: It was just a summer romance... Lisa&Aaron   It was just a summer romance... Lisa&Aaron EmptySam 25 Mai 2013 - 21:09

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

It was just a summer romance... Lisa&Aaron Empty




J'étais penchée au dessus de mon cours d'oncologie. Non, parce que c'était fascinant, quand même, ce qu'on apprenait, là bas. Ça méritait bien que nos pupilles scrutent avec précision et proximité la feuille que l'on étudiait. Cela ne me ressemblait pas trop, d'étudier dans un Starbucks le samedi ... Mais il s'avérait que tous mes autres amis en médecine s'étaient trouvé autre occupation à faire, ce week end, et que je me retrouvais donc seule, en train de me pencher une énième fois sur les fascinantes notes que j'avais griffonnées à l'arrache pendant que ce docteur avait parlé, la semaine dernière. C'était quoi, ce mot, déjà ? Ah, oui. "Greffe". Parfois, j'écrivais tellement vite que je n'arrivais pas à déchiffrer ma propre écriture ... Et c'était en ces moments là que je me promettais d'écrire mieux, à l'avenir. C'est alors qu'une voix m'interpelle, et, surprise, je lève les yeux vers ... Un agréable souvenir du passé. Je souris, légèrement gênée, tandis qu'il s'était assis, face à moi. Pourquoi pas, hein. Ce n'était pas comme s'il était de mauvaise compagnie ... Bien que je devais avouer être prise au dépourvu, là, tout de suite, étant donné que je ne m'attendais pas, mais alors, absolument pas, à être confrontée à nouveau à cette partie de notre passé. Et pourtant, avec son visage s'étaient vus revivre les souvenirs que je chérissais avant tant de tendresse et d'affection. Les soirées passés dans ses bras, à fredonner au coin d'un feu sur la plage ... Les nuits passées à ses côtés, la tête posée confortablement sur son solide torse, mobile à la cadence de sa respiration. Les baisers échangés, et les langoureux, et les tendres, et les furtifs ... Une liaison secrète qui n'avait pas duré bien longtemps. Un été. C'était tout ce qu'il avait fallu. Un été pour que je tombe amoureuse, et un jour pour que l'amour meurt avec la saison qui l'avait précédé. Nous étions repartis, chacun de notre côté, à nos vies respectives ... Cinq ans ... Cela faisait longtemps.

- On ne m'appelle pas souvent comme ça mais, oui, c'est moi ... Aaron. lui répondis-je alors, amusée. C'était lui, celui qui n'avait pas changé. Et fort heureusement. Parfois, les hommes vieillissaient, et perdaient de ce charme qui les rendaient si unique ... Souvent, McDonalds' était responsable de cette perte d'attractivité. Néanmoins, il pouvait également y avoir plein d'autres facteurs. Tous ceux-ci n'étaient pas d'importance conséquente, cependant, étant donné qu'Aaron avait survécu à ces cinq années, intact, pratiquement identique à celui qu'il était dans mes souvenirs. Il me fait part de sa surprise quant à des retrouvailles, ici ... Et comme ça, surtout, même s'il ne le dit pas. Et je me contente de lui répondre en souriant, faiblement, avant de rebaisser nostalgiquement mes yeux vers mes cours, ne sâchant pas réellement quoi lui dire ... Je n'étais vraiment pas dans mon élément, là. Vraiment pas du tout. Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, en plus ... Aaron. Très longtemps, même. Cinq ans, oui ... Il disait juste. Et il avait essayé de me complimenter. C'était gentil. Peut être que je devrais en faire de même, moi aussi.

- Cinq ans, oui. Tu es toujours aussi charmant. avais-je donc répondu, prudemment. Un sourire se dessina alors sur ses lèvres, le genre de sourire capable de transformer n'importe quelle fille en latte machiatto. Lui semblait heureux, réminescent de ces temps oubliés où tout semblait, à vue d'oeil, plus simple et moins complexe ... L'été, il n'y avait pas de complications, ni la douloureuse notion de l'avenir. Il n'y avait que des mois. Des mois qui se succédaient à rapidité affolante, mais qui nous marquaient davantage que n'importe quelle année entière. Et j'étais perdue car je ne savais pas quoi lui dire.

- Que deviens-tu ? osais-je finalement lui adresser comme première question. C'était bête, de rattraper le temps perdu, étant donné que j'étais persuadée que nous ne nous recroiserions pas de sitôt, mais soit ... C'était fait.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: It was just a summer romance... Lisa&Aaron   It was just a summer romance... Lisa&Aaron EmptyMar 4 Juin 2013 - 15:30

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

It was just a summer romance... Lisa&Aaron Empty


it was just a summer romance...
lisa and aaron









S'il y a bien un adjectif qui pourrait décrire parfaitement Lisa Renfield, c'est "ensorcelant". Regardez-moi ce petit visage rond aux expressions lutines, ces yeux aussi clairs que des diamants, ses lèvres parfaitement rebondies... Son regard perçant me rappela ceux qu'elle m'adressait alors que nous étions là-bas, sur cette île, dans notre monde à nous. A Hawaï, il n'y avait qu'elle qui comptait. Nos innombrables jeux de séduction, nos soirées enflammées, tout me revint à l'esprit. Heureusement, je n'étais pas du genre à rougir facilement, et puis les années avaient passé. Nous avions continué notre vie chacun de notre côté et il n'y avait aucune raison d'être nostalgique à ce jour, même si elle était encore plus belle qu'avant, je devais l'avouer. C'est bien connu, la plupart des femmes de cet âge ne cessent de s'embellir, de prendre de l'assurance et Lisa faisait partie de celles-ci, comme je pouvais le voir. Force fut de constater que Lisa fut surprise de me voir. Je ne sus déchiffrer ses pensées. Était-elle juste réservée ? Ou gênée ? Repensait-elle elle aussi à tout ce que nous avions vécu ? Elle complimenta mon apparence, ce qui me fit certes plaisir. Je l'observai un instant silencieusement, un léger sourire aux lèvres. Lorsqu'elle me demanda ce que je devenais, je me hâtai de boire une gorgée de mon café avant de répondre. « Oh, pas grand chose à changé depuis cinq ans. Si ce n'est que maintenant, je gagne plutôt bien ma vie avec mes photos vu que je travaille pour un magazine. » Il me semble que je vivais difficilement à l'époque, car mon travail n'était pas encore reconnu. Par chance, une exposition à Los Angeles avait changé le cours de ma vie, il y a environ trois ans. En tout cas, Lisa connaissait bien ma passion pour la photo, étant donné que mon appareil était sans cesse accroché à mon cou. J'avais d'ailleurs chez moi des vieux clichés d'elle, sûrement enfouis quelque part. Ce serait intéressant de les revoir... « Mais sans ça je suis toujours le même, en un peu plus vieux. » Dis-je avec un petit sourire en coin. Je rabaissai mon regard vers ses cahiers et livres. « Et toi alors, tu fais quoi ? Ce sont des cours ? » Je me penchai un peu plus vers ses affaires, nullement gêné encore une fois. « Je me souviens, tu sortais du lycée à l'époque, tu venais de faire une année à l'université il me semble. » Je souris. « Tu avais tellement de boulot que tes vacances avec moi tombaient à pic pour te détendre. » Ah ah ah, c'est vrai, non ? Je faisais mon malin, mais je n'y voyais aucun mal, après tout. Et puis j'ai toujours été spontané, je n'allais pas changer devant elle.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: It was just a summer romance... Lisa&Aaron   It was just a summer romance... Lisa&Aaron EmptyJeu 6 Juin 2013 - 7:49

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

It was just a summer romance... Lisa&Aaron Empty




Aaron était indéniablement l'un des hommes les plus âgés avec qui j'avais eu une aventure, et, sans nul doute, également l'un des plus beaux. Si la nature l'avait gâté, à la naissance, un charme se dégageait de son regard et de sa personnalité, et le rendait davantage attrayant. Je savais, le jour où nos regards s'étaient croisés, sur cette plage, à Honolulu, qu'il était spécial. Différent ... Je savais, instinctivement, que quelque chose de spectaculaire m'arriverait, avec lui. Et j'avais également compris qu'il était doté de quelques années de plus que moi - cela tombait bien, en plus, car j'avais toujours préféré les hommes plus âgés. Néanmoins, je ne me serais jamais doutée que la différence d'âge était aussi conséquente qu'il se retrouverait à être trentenaire alors que je n'aurais pas encore entamé la 6ème année de mes vingt ans. Après ce moment d'introductions nouvelles, un silence doux et léger s'installa entre nous, et, j'étais persuadée qu'en fermant les yeux, je serais capable de ressentir son odeur virile et d'entendre les crépitements du feu. Toutefois, son regard hypnotisant m'avait ancrée dans cette réalité distante du passé, et y retourner ne m'était donc plus une option, à présent. Il me répondit, me disant qu'à présent, sa passion était également son gagne pain, et je souris, d'une bonté spontanée et innée, heureuse de voir qu'il était capable de faire ce qu'il aimait faire, professionnellement. J'espérais d'ailleurs que si les situations étaient inversées et que j'étais devenue une pionnière de l'oncologie, il m'aurait félicité avec chaleur et sincérité.

- Tant mieux, tant mieux. Tu faisais vraiment de belles photos. Mon enthousiasme était cependant étouffé par la douceur de mes souvenirs de lui, et je ne me voyais pas crier mes félicitations avec exubérance ; un ton des plus chaleureux serait donc suffisant pour lui exprimer mon point de vue. Je suis vraiment contente pour toi, je me doute que cela a dû t'être un grand bonheur. Je me rappelle encore des photos que tu as prises de moi ; je dois en avoir une ou deux, en cherchant bien. Connaissais-je réellement Aaron ? La logique voudrait que non ; et pourtant, en deux mois, j'en avais probablement plus appris sur lui que n'importe quelle autre personne qu'il côtoyait au quotidien - sans doute parce que, lorsque l'on savait que notre temps était limité, on tentait, par tous les moyens, d'en profiter. En l'occurrence, de profiter de l'autre personne ; de celle avec qui on avait eu la bonté de partager tout son été ... Douce tendresse passée que je n'oublierais jamais. Je me rappelai également d'Aaron et de son appareil photo, et des jours où je l'avais tapé affectueusement car il m'avait immortalisée à un moment peu flatteur de ma journée, tel que le réveil ou lors des déjeuners.

- Âgé. Plus âgé. le corrigeais-je, alors. Je n'avais pas l'habitude de rectifier les gens, mais en l'occurrence, je n'accepterais pas qu'il se considère vieilli. À mes yeux, il n'était que plus âgé, et donc, plus sage, mature et attirant. Il me demanda alors ce que je faisais, et, gênée, je laissais tomber mon regard vers les copies qui se trouvaient entre mes mains. Je ris, légèrement, me sentant très très idiote et jeune face à ce bel homme qui gagnait visiblement bien sa vie. Moi, face à ça, je ne faisais pas le poids. Je n'étais qu'une étudiante universitaire bourrée d'espoirs de changer, un jour, le monde. Ma voix se fit donc calme ; silencieuse, et peut être à un degré, inaudible.

- Oui ; j'étudie toujours, comme tu peux le voir, même si je fais parfois des stages dans des hôpitaux ou des cliniques. Cet été, je crois que je dois aider à l'hôpital de LA, d'ailleurs ... Je n'avais pas accompli grand chose, face à lui ; insignifiante et naïve, voilà ce que je devais être et lui paraître. J'avais honte de ma jeunesse, de mon manque d'expérience. Il ne fallait pas chercher pourquoi, étant donné que les hommes comme lui aimaient ça. Du moins, il me semblait qu'il disait que cela me donnait une certaine spontanéité pétillante ... À moins que je ne me sois trompée d'homme.

- Oui, c'est bien ça. Je lui souris alors, préférant cependant ne pas repenser à la différence d'âge. Cela m'intimidait plus qu'autre chose, et si j'avais pris de l'assurance et de la confiance en moi avec le temps, je me sentais toujours comme une gamine, à ses côtés. La seule différence, c'était qu'à l'époque, je me complaisais dans ma jeunesse, fière de vivre et de découvrir le monde pour la première fois. Là, j'avais ma nouvelle paire d'yeux, et tout ce que je voyais était un étalon majestueux face à un poney.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: It was just a summer romance... Lisa&Aaron   It was just a summer romance... Lisa&Aaron EmptySam 8 Juin 2013 - 18:53

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

It was just a summer romance... Lisa&Aaron Empty


it was just a summer romance...
lisa and aaron






Avec sa réserve naturelle, Lisa me dit qu'elle était heureuse pour moi, qu'elle se rappelait de mes photos et qu'elle devait d'ailleurs en avoir toujours une ou deux chez elle. Alors de vieux souvenirs me revinrent à la mémoire. A n'importe quelle heure de la journée, elle pouvait être victime de ma passion, elle autant que les paysages ou autres personnes de l'île. Mais dès que nous nous étions rencontrés, le feeling était tellement bien passé que finalement, nous avions décidé de rester ensemble, le plus naturellement du monde. Nous étions bien, ensemble et il m'en faut toujours très peu pour être à l'aise. Bien que mon métier m'ait formé et m'oblige à avoir des exigences en matière de tenue, de pose ou d'esthétique plus généralement, j'adorais toujours prendre des photos en toute spontanéité à titre personnel, et Lisa n'y avait pas échappé. Au réveil -elle les avait en horreur celles-là, et celles du matin en général-, durant la matinée, le déjeuner, l'après-midi dédiée au tourisme et bien sûr les soirées passées entre nous à côté du feu sur la plage, en ville ou tout simplement dans ce qui nous servait de lit. Des dizaines de photos d'elle chez moi devaient retracer ces deux mois de vacances avec elle et ce serait bien étrange de toutes les revoir... « Je dois en avoir plus qu'une ou deux. Mais ne t'inquiète pas, j'ai rarement été les revoir tellement elles sont planquées sous des tonnes d'autres albums... » Lui dis-je alors, en la fixant d'un regard malicieux. Bien sûr, je plaisantais un peu, ne voulant pas l'effrayer. J'imaginais mal lui dire -et en plus ce serait faux- que j'avais été revoir les photos régulièrement, par nostalgie du passé ! Non, il fallait avancer, passer à autre chose. J'avais beau être passionné de la photographie, mais ça ne faisait pas pour autant de moi quelqu'un d'accro à ses photos personnelles.

Finalement, je lui disais que j'étais resté le même, avec le même état d'esprit, les mêmes opinions et idées, quoi que juste vieilli. Et Lisa me reprit directement sur le vocabulaire employé. Je n'étais pas un fin littéraire mais si elle voyait une différence notable entre "vieilli" et "âgé", je n'y apportai pas mon grain de sel. Elle devait sûrement avoir raison, et cela me fit rire. « Tu es bien une fille pour me reprendre sur un mot comme ça. Pourtant l'idée est la même, j'ai pris quelques années... De maturité évidemment. » D'accord, c'est vrai, je ne pouvais m'empêcher de la charrier un peu, mais c'était plus fort que moi. Je suis quelqu'un de spontané et séducteur par la même occasion. Mais avouez que ça peut plaire... Non pas que je cherche à lui plaire, quoi que. C'est toujours l'intérêt, de plaire aux gens. Surtout à une fille comme Lisa. Je souhaitais au fond qu'elle m'apprécie encore pour ce que j'étais devenu. Je m'intéressai ensuite à ses cours, sous ses bras. Elle m'apprit alors qu'elle était à l'université, poursuivant sans doute le même parcours depuis plusieurs années. Et elle me parla de quelques stages en hôpital. « Je ne connais pas tant cet aspect de toi, mais tu m'as toujours eu l'air d'être une fille très sérieuse. » Je lui souris tendrement. « Tu vas faire quoi exactement dans l'hôpital ? Enfin quel secteur ? » Honnêtement, la médecine était un domaine qui m'impressionnait. J'admirais la capacité de tous ces gens à être aussi pointilleux, responsables, volontaires et courageux. Jamais je n'aurais pu arriver à travailler là-dedans ! Tandis qu'elle m'expliquait ses compétences, je bus une grande partie de mon café, qui se refroidissait assez vite. « Et est-ce que mademoiselle Lisa a rencontré l'amour à Los Angeles ? Il y a bien un homme dans cette ville qui a craqué pour ces jolis yeux. » Demandai-je en plissant légèrement mes yeux, fixés sur elle, avec un petit sourire en coin. Quoi ? Je prenais toutes les nouvelles nécessaires à une nouvelle amitié, c'était juste ça.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: It was just a summer romance... Lisa&Aaron   It was just a summer romance... Lisa&Aaron EmptyMer 26 Juin 2013 - 17:40

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

It was just a summer romance... Lisa&Aaron Empty




Je crois qu'Aaron avait été ma première expérience avec un homme plus âgé. Et quelle expérience. Depuis, il y en avait eu des garçons ... Anthony. Harlow, à nouveau, et même, très brièvement, Peter ... Encore une fois. Et tous avaient eu le point commun fatal qui avait fait que nous ne serions jamais compatibles : tous ne correspondaient pas à ma mentalité. Aaron avait été différent, entièrement. Il vivait sur un plan de maturité plus élevé que tout autre jeune de mon âge ne saurait le faire, du moins, à mes yeux. Je crois que c'est pour cela que ça avait aussi bien marché, entre nous ... Je me demande, d'ailleurs, si cela aurait duré, si notre été avait été une année entière, ici-même, à Los Angeles ... Mais je sais pertinemment que si cela avait été le cas, notre idylle n'aurait probablement pas eu lieu d'être au départ, de toutes façons. L'été passé à ses côtés avait été magique, tout comme les photos souvenirs que j'avais pu en tirer. Les deux qui me revenaient particulièrement en mémoire étaient celle où je m'étais retournée vers la caméra lors du coucher du soleil lorsque celui-ci virait au mauve, mes cheveux blonds ressemblant alors à de l'or, rendus éclatants par les rayons mourants du jour, ainsi que celle où j'étais debout, dans l'ouverture de la porte de la salle de bains, un sourire triomphal aux lèvres avec, comme seul vêtement, sa chemise décidément bien trop grande pour moi. Un été de joie et d'insouciance ... Voilà ce que cela avait été. Des vacances bien méritées pour l'étudiante ardue que j'avais été toute ma vie. Je ris alors, face à sa remarque, avant de répondre, chaleureusement :

- Moi aussi, sans nul doute, si je cherche bien ... Mais je me souviens particulièrement de deux d'entre elles, en fait. Celles là, je ne les oublierais jamais. Elles étaient précautionneusement dissimulées entre les pages d'un ancien journal intime que je saurais retrouver si jamais l'envie me prenait, un jour. Je les regardais, parfois, lorsque le coeur était lourd et l'envie de s'évader, prenante. Lorsque j'avais envie de me rappeler d'un moment où l'euphorie avait été le fin mot de mon existence et où le malheur et les turbulences n'existaient que dans le monde des cauchemars. Et autant dire que perdue dans ses bras, je n'en avais que rarement fait, de ceux là. Je crois que je rougis légèrement, lorsqu'il m'affirme que je suis une fille. C'est drôle, surtout, quelque part, ce qu'il me dit ; je n'avais jamais vu les choses de cette manière, après tout.

- Et toi, tu es bien un garçon pour ne pas faire de nuance entre "âgé" et "vieux". Lui dis-je d'un air faussement contrarié, presque solennel. Dans un cas, le sujet devient ridé et fripé ; totalement désagréable à la vue - ou presque. Dans l'autre, il prend en corpulence et en musculature ... Une évolution bien différente, si tu veux mon avis. J'ajoute alors de façon plus douce, voire, même, discrète. Il me dit qu'à ses yeux, j'avais toujours eu l'air sérieuse, et je crois que ça me fait légèrement rougir. Je ne sais pas si je devrais le prendre comme un compliment ou une insulte, en fait. Toute ma vie, la deuxième option avait semblé la plus logique ... Mais venant de lui, la première était la plus réaliste. Je me considérais responsable, organisée et posée ... Sérieuse, parfois, oui. Je trouvais simplement ironique qu'il ait pu voir cette facette de ma personnalité lors de l'un des seuls moments de ma vie où je m'étais permise de respirer, penser et vivre librement, sans contraintes ni responsabilités. Bref. Il me demande ce que je compte faire, dans l'hôpital, et je souris, que trop heureuse de pouvoir changer de sujet.

- Cancérologie. Je souris, un peu moins naturellement qu'avant. Je ne lui avais jamais parlé de mon père ... Et je ne comptais pas le faire de sitôt. Le sujet change à nouveau. Sauvée, encore une fois. Comme si Aaron savait quels sujets esquiver en rapidité pour ne pas me mettre dans l'embarras ... Quel gentleman il faisait, vraiment. Je ris, lorsqu'il me parle d'amour. Ça m'amuse, quelque peu, en fait. Je souris, doucement, avant d'avouer d'un ton à la fois calme, et pourtant, légèrement distant :

- C'est arrivé, inévitablement, ces dernières années ... Mais non. Rien en ce moment. Ce n'est pas plus mal, si tu veux mon avis. Et toi ? Ces deux derniers mots quittent mes lèvres telles des fleurs. Si mes sentiments pour lui ne disparaîtront jamais entièrement, cette histoire était bien assez passée derrière moi pour que le fait qu'Aaron ait pu se poser pour de vrai cette fois-ci me laisse indifférente ... Enfin, me remplisse de joie pour lui sans pour autant me rendre malheureuse, quoi. Une jolie fille a-t-elle su faire chavirer ton coeur ?


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: It was just a summer romance... Lisa&Aaron   It was just a summer romance... Lisa&Aaron EmptyJeu 27 Juin 2013 - 22:53

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

It was just a summer romance... Lisa&Aaron Empty


it was just a summer romance...
lisa and aaron






Lisa était particulièrement photogénique à Hawaï. Sans rechigner, elle avait pris part au jeu des clichés spontanés, qui ne demandent aucune préparation, aucun préavis. Mon appareil photo faisait partie de notre duo, d'une manière à la fois clairement définie mais aussi magique. Même si j'étais celui qui l'utilisait le plus, Lisa y prenait aussi goût, dépourvue de ce côté perfectionniste que j'avais déjà à l'époque. En tout sens, elle était entièrement naturelle. Mon cœur s'était emballé de nombreuses fois pour elle et je l'avais aimée, mystérieusement, sans jamais oublier que nous allions nous quitter finalement au bout de quelques semaines. Elle n'était pas une aventure comme les autres et elle le savait. Son regard dans ce café m'indiquait qu'elle avait changé, muri encore. Plus rien n'était comme avant, et c'était tout aussi bien. Je me plaisais à repenser à notre idylle amoureuse si spéciale, si magique. Digne d'un rêve, irréel. Son rire me fait sourire, immanquablement. « Deux précisément ? » Je plisse légèrement mes yeux, cherchant lesquelles cela pourraient être. Mais c'était mission impossible de deviner, tellement nous avions mitraillé en photo. « Pourquoi t'ont-elles marquée ? » Étrangement, je ne demandais pas lesquelles c'était, juste ce qu'elles lui inspiraient. En soi, cela revenait un peu au même, sans doute. Mais en tant que photographe professionnel, les effets et le rendu sur le public m'importaient toujours plus. Pour ce qui était de ma fibre littéraire, c'était autre chose apparemment. J'écoutais, amusé, l'explication détaillée de la blondinette que j'avais presque contrariée. Il semblerait que je me sois attaqué à l'une de celles qui accentuent toujours sur le contraste entre violet et mauve, ou encore rose et fuchsia... Et je devais avouer que même si les nuances de couleur ne m'étaient pas inconnues, je n'y donnais pas tant d'importance au quotidien. Alors oui vraiment, Lisa m'égaya à cet instant. Suite à ses paroles, une seule question me vient bien sûr. « Et alors, je suis le type ridé et fripé ou le type musclé ? » Je m'offenserais un peu si elle me répondait la première option, faisant partie de ces hommes qui aiment prendre soin d'eux, sans pour autant en faire trop. D'accord pour les rides, mais seulement celles qui traduisent mes sourires fréquents ! Je remarquai que l'attitude de Lisa se décontracta un peu lorsque j'en vins à ses cours. Sérieuse et studieuse, je vous le disais ! J'émis spontanément un petit bruit d'étonnement lorsqu'elle me donna sa spécialisation. « Il faut le vouloir, travailler dans cette branche... Qu'est-ce qui t'a convaincue de faire ça ? » La médecine, une voie que je n'aurais pu suivre. Ce n'est pas la vue du sang ou de la chair qui m'aurait dégouté, loin de là. Mais il y a d'autres manières pour sauver les gens parfois, et je préférais user de ces méthodes plus naturelles, plus à ma portée. Les outils et les blouses blanches avaient un pouvoir répulsif sur moi. J'ai toujours fait partie de ceux qui sont littéralement allergiques à être patient dans un hôpital. J'admirais cependant tous ceux qui se donnent la force d'aller au bout de leur ambition, ayant pour unique but de sauver des vies, d'une façon parfois proche des miracles divins et pourtant, je n'avais foi en rien sinon la nature humaine. Qu'en était-il de la vie amoureuse de la jolie Renfield ? Cela m'intéressait sincèrement, ayant une grande considération pour elle. Inévitablement... Lisa dit cela comme si l'amour était tout naturel, presque commis d'office pour des jeunes de notre âge. Suite à ma relation avec October quand j'étais jeune adolescent, elle avait été la seule avec qui je m'étais autorisé quelques fuites à l'amour... Et puis bien sûr, il y avait cette toute nouvelle rencontre, Shaé. Cette fois-ci, c'était encore bien différent, mais peut-être plus puissant encore. Je ne pourrais le dire que sur un long terme. Je souris vaguement, sans la quitter du regard. « Pourquoi ? La testostérone commence à te barber ? A moins que ça ne t'empêche de bosser tranquillement ? » Quelle manière délicate de poser mes questions, bravo Aaron ! Moi-même, je ris furtivement. Puis, c'était peut-être vraiment ça en plus, qui sait. « Moi, et bien... Je n'ai pas trouvé l'amour. Il y a bien cette belle brune que j'ai rencontrée l'autre soir à une exposition photo... Mais les premiers mots qu'elle m'adressa furent une critique ouverte et naturelle envers une de mes photographies. Je ne sais pas si c'est un bon présage, ou non. T'en penses quoi ? » Demandai-je, nonchalamment mais aussi drôlement intéressé par ce qu'elle aurait à me dire, tentant moi-même de trouver réponse à cette question. Quoi qu'il en soit, je ne l'avais plus revue depuis malgré que je lui ai laissé mon numéro. Je commençais à perdre espoir et bus une gorgée de mon café, l'esprit ailleurs. Cela ne dura pas bien longtemps, reposant vite la tasse et profitant de la chaleur de celle-ci sur mes doigts. « En tout cas, c'est une bonne surprise de te trouver ici à Los Angeles. Si j'avais su... » Non, laisse tomber Aaron. « Nous devrons nous revoir ailleurs que dans un café, sans laisser cinq ans s'écouler, cette fois. » Suggérai-je simplement à la jeune fille, le regard pétillant.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: It was just a summer romance... Lisa&Aaron   It was just a summer romance... Lisa&Aaron EmptyDim 14 Juil 2013 - 1:20

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

It was just a summer romance... Lisa&Aaron Empty




Je crois que le savoir si proche de moi, et pourtant si distant, à l'époque, avait été ce qui avait donné une dimension tout autre à notre idylle. Nous étions séparés par tant de choses ... Des années d'écart, des vies respectives, des ambitions différentes. Et pourtant, chaque nuit, nos corps s'embrassaient avec passion et vigueur, comme si la notion du lendemain avait entièrement été éradiquée de la civilisation. L'été nous avait murmuré de douces sérénades d'amour à l'oreille, et nous avions mieux fait que d'y prêter sourde oreille. Nous avions laissé le vent nous murmurer ses mille et un secrets ; nous avons laisser ses voix infinies nous bercer, l'une dans les bas de l'autre, et je m'étais sentie heureuse, entière ... Épanouie. Aaron semble surpris que deux photos était le nombre auquel je me cantonnais, en me remémorant ses nombreux clichés de moi, tant et si bien qu'il finit par me demander ce qu'elles avaient eu de si marquant pour moi.

- Eh bien ... Lui répondis-je doucement. C'est parce que ce sont mes deux préférées. Je crois que je n'ai pas réellement répondu à sa question, mais bon. Autant j'aimais la danse, autant j'étais loin d'être une artiste. Je respectais l'art, j'adorais aller aux expositions, mais je ne me prétendrais jamais experte en matière de cubisme et de sculpture, soyez en surs et certains. Aaron me demande alors s'il semble ridé et fripé à mes yeux, ou plutôt bien bâti dans le genre Musclor. Feignant de le dévisager un bref instant, je fronce légèrement des sourcils, un peu contrarier, avant de m'essayer à la plaisanterie : Ridé et fripé, je crois. Il faut avoir moins de dix ans pour paraître musclé. Navrée. Je lui lance un léger sourire simulant la compassion avant d'émettre un petit rire, amusée ; et pourtant, je n'avais pas l'habitude de plaisanter. Comme quoi, je crois qu'il me permet de sortir un peu de mes gonds. D'être autre que celle que je suis au quotidien, et ce, même après tant d'années de distance. Ça fait du bien, de pouvoir se libérer un peu ... De pouvoir être vraiment soi, sans se soucier de ses responsabilités ou de l'étiquette. Aaron semble cependant surpris de savoir que j'étais étudiante en médecine, plus précisément dans le domaine de l'oncologie. Il me demande ce qui m'a convaincue de me lancer dans ces études, ce à quoi ma tête tourne furtivement vers le côté. Cela fait mal, d'en parler et d'y penser ... Je n'aime pas parler du décès de mon père.

- Mon père ... je me contente donc de dire avec douceur, comme si les mots que je dis sont fragiles et pourraient se briser s'ils se retrouvaient heurtés à une langue tranchante et sèche. Je ne suis pas particulièrement enjouée à l'idée de continuer la conversation à ce sujet, au passage, ce qui explique ma légère joie lorsque nous transitons à autre chose. Malheureusement pour moi, le sujet semble tout aussi fâcheux ... Ou peut être un peu moins. Je ne lui en veux cependant pas : il ne pouvait pas savoir, après tout ... Il semble par contre ne pas comprendre ce qui anime mon enthousiasme au célibat. Je me sens donc en devoir de clarifier un peu le sujet pour lui :

- Ne t'inquiète pas, je ne compte pas devenir lesbienne. J'adore mes amies, vraiment, mais ... Pas dans ce sens. Et c'est sûr que c'est toujours difficile de cumuler amour et études, mais lorsqu'en plus, on ne tombe jamais sur la bonne personne, on finit vite par se lasser ... Mon regard traîne alors doucement par la fenêtre avant de s'arrêter sur un jeune couple qui semble assez heureux, mine de rien. Je secoue lentement de la tête, revenant à la réalité. Le voyeurisme, c'était plutôt du registre de Jake, pas du mien. On en vient aux amours d'Aaron ; un sujet qui aurait pu me blesser mais qui, étrangement, ne me fait ni chaud ni froid. Je crois qu'au bout d'un certain temps, il ne reste que le souvenir de l'amour, et non l'amour lui-même ... Comment pourrais-je oublier les nuits passées à m'endormir avec une photographie de lui entre les doigts, une fois revenue d'Honolulu ? Il me demande si le fait qu'une brune ait critiqué son travail était bon signe ou non.

- Tout est relatif : as-tu envie de passer le restant de tes jours avec une fille intelligente ? C'était les blondes, les connes, non ? Et pourtant, je faisais médecine. Ironie, quand tu nous tiens. Elle essaie peut être de sortir du lot, qui sait ? Moi, je trouve tes photos très belles ... Enfin, après, je suis loin d'être le genre de personnes à aller à ce genre d'événements ... Je manque d'expertise en photographie, soyons honnêtes et appelons un chat un chat. Il me dit alors être agréablement surpris de m'avoir retrouvée ici, ce à quoi je souris, ne comprenant que trop bien ce qu'il ressentait, ressentant moi-même la même chose intérieurement. Il me dit alors que nous ferions mieux de nous revoir, ailleurs, semblant spéculer que le plus tôt serait le mieux en insistant sur le fait qu'il ne faudrait pas attendre cette fois-ci. Je comptais lui répondre que nous pouvions aller nous promener sur le moment même si cela lui chantait lorsque j'entendis un léger raclement de gorge et que je me retournais, surprise. Mes yeux s'écarquillèrent alors légèrement.

- Ja ... Jared ?! Qu'est-ce qu'il faisait ici ?


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: It was just a summer romance... Lisa&Aaron   It was just a summer romance... Lisa&Aaron EmptyMer 17 Juil 2013 - 11:16

avatar
Invité
Invité

It was just a summer romance... Lisa&Aaron Empty

Cela faisait un moment que je n'avais pas pris un peu de temps pour moi. Je suis cloîtrée à l'hôpital et lorsque je sors, généralement les boutiques sont fermés. Il est souvent trop tard pour boire un verre car il nous faut un cota de sommeil nous médecins pour être en forme le lendemain. Généralement je rentre directement, je ne prend pas le temps de m'amuser. Et puis disons que la dernière fois n'a pas été .. comme dire.. je n'ai pas eu le résultat désiré. Cette fille reste gravée dans ma tête, impossible de l'enlever, ses yeux envoûtants, ses lèvres pulpeuses, son sourire gêné.. ses longs cheveux blonds dorés. Il n'y a pas dire, je n'ai pas géré, j'aurais dû la suivre dans l'hôtel lui donner mon numéro, faire un truc au lieu de sa, je suis resté à poil dans la lit à la regarder se sauver sans que je suis faire quoique se soit, je me suis sentie totalement impuissant, c'est carrément frustrant, je ne sais pas si les filles le savent mais elles sont des déesses en l'art et la manière de torturer les mecs, surtout les mecs comme moi, un peu trop naïf ou sentimental. Je ne sais pas ce qu'elle fait dans la vie, Lisa, je ne sais que son prénom et il résonne parfois encore dans ma tête lorsque je tente de dormir en vain. Donc lorsque je termine un peu plus tôt j'en profite. Je sors marcher un peu, pour une fois qu'il ne fait pas nuit quand je sors ou entre de l'hôpital c'est plutôt plaisant et agréable. J'ai l'impression de ne pas avoir vu de vrai lumière depuis un bon bout de temps. Je passe devant un starbuck et une envie de café macchiato me prend, je m'y arrête. Fouillant dans mes poche à la recherches de mon porte monnaie d'avance dans la queue. Je le commande je reçoie ma boisson au moment de me trouver une place c'est là que je la vois. Je déglutis.. elle parle avec un homme, je ne vois pas son visage, il est de dos, il semble assez classe quand même. Je ne sais pas ce qu'il me prend mais je m'avance, si elle a un copain elle n'avait pas à coucher avec moi, je suis totalement scié, elle aurait pu tout bonnement me le sortir qu'elle était prise, cela m'aurait évité d'espérer comme un débile. Je racle ma gorge, elle relève la tête et semble totalement surprise, tient.. bah oui.. " Je vois que je te dérange, je ne savais pas que tu avais quelqu'un.. tu aurais prendre le temps de me le dire.. " Je lui fais un regard qui veut tout dire, je ne veux pas avouer à tout le monde qu'on a couché ensemble, mais les sous entendus il n'y a qu'elle pour comprendre. C'est en m'avançant un peu plus que je constate que l'homme avec qui elle parle n'est autre que l'un de mes meilleurs amis. Je tombe des nues. " Aaron .. charmante compagnie hein..? " Je me retourne à nouveau vers la blondinette. " Tu manques en plus pas de culot ! " Elle le fait exprès qui sait ? Sortir avec le meilleur ami du mec avec qui tu viens de coucher.. bah oui voyons c'est tout à fait normal..
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: It was just a summer romance... Lisa&Aaron   It was just a summer romance... Lisa&Aaron EmptySam 20 Juil 2013 - 20:09

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

It was just a summer romance... Lisa&Aaron Empty



it was just a summer romance...
lisa, aaron & jared





Je m’attendais à ce qu’elle me parle un peu plus précisément de ces deux photos qui l’avaient touchée encore plus que les autres. Mais au lieu de ça, Lisa ne m’apprit rien de particulier, si ce n’est que c’était simplement ses deux préférées. La raison de cette préférence me resterait donc inconnue, et ce n’était peut-être pas plus mal. Cette relation que nous avions vécue était désormais passée et révolue, n’est-ce pas ? Tenter de s’y replonger par quelques explications futiles n’était peut-être pas la meilleure des idées, après tout… Alors sous ce mystère, je souris doucement en la fixant du regard. Puis quand elle me dit que j ‘étais plutôt le genre ridé et fripé, je perdis mon sourire et feintai une moue déçue. « Tss. Tu ne connais pas l’expression « prendre de l’âge » et être meilleur encore comme le vin ? Je t’assure que c’est vrai, peu importe les rides ! » Lui dis-je malicieusement. Le prochain sujet de conversation que je lançai ne fut pas aussi drôle que le précédent, sans que je ne m’y attende forcément. La plupart des étudiants qui se lancent en médecine y vont par pur passion de la recherche, de la science, de la biologie plus généralement. C’est donc à ce type de réponse que je m’attendais mais celle de Lisa me surprit. Son père ? Je baissai le regard, me replongeant dans mes lointains souvenirs de cet été partagé avec elle sur cette île paradisiaque. M’avait-elle parlé de son père, déjà, à cette époque ? Oui, oui bien sûr. Oh, elle n’avait du m’en parler qu’une fois et très brièvement. Mais je me souvins de son visage, lorsqu’elle m’avait appris qu’elle avait perdu son père, quelques années auparavant. A dix-neuf ans, on ne peut évoquer cela qu’avec de la tristesse et c’est bien ce même regard que j’aperçus sur son visage, dans ce café, lorsqu’elle me répondit. Sachant qu’elle travaillait dans la cancérologie, je pouvais en déduire que son père était décédé d’un cancer. Alors je recroisai son regard et me montrai compatissant. « Parfois les plus grandes pertes font les plus grands hommes. Dis-toi que ton père aurait été fier. » La fierté d’un père se révélait être un sujet assez mystérieux et étranger pour moi. Je n’avais jamais connu ça, ni même avoir un père ne serait-ce qu’un peu heureux de me voir réussir dans ma vie. Je ne savais pas ce que c’était et bizarrement, cela ne me manquait pas, à moins que ce soit inconscient… Le manque d’un père n’était pourtant pas synonyme chez moi d’un manque de conscience paternelle si je puis dire. Je savais très bien que cela ne m’empêcherait pas de savoir comment me comporter avec un enfant, bien au contraire. Mon père avait été le plus mauvais exemple possible et je n’aurais aucun mal à savoir comment agir une fois le moment venu… Si encore il devait arriver ! Sur le ton de l’humour, je lui demandai quelle pouvait être la raison de son célibat, elle qui donnait l’impression de ne rien regretter de ce statut. Sa réponse m’amusa légèrement. « Il n’y a que chez les étudiants en médecine qu’il est difficile de cumuler amour et études, comme si c’était éventuellement cumulable d’ailleurs… » Je souris avant de continuer. « Donc à t’entendre, tu te lasses des hommes. Je crois que même les plus malheureux et désespérés en amour n’arrivent pas à se lasser de ce sentiment. Quant à trouver le bon, il suffit de garder les yeux ouverts et d’avoir un peu d’audace… » L’audace, ça me connaissait. Je n’étais pas le genre à rester coincé devant une femme qui me plaisait, mais peut-être était-ce plus simple pour un homme de prendre les devants que pour une femme… Quoi que cela restait une simple généralité. J’en vins d’ailleurs à évoquer ma rencontre avec Shaé et à demander à Lisa, le plus simplement du monde, si le fait qu’elle ait ouvertement critique l’une de mes photographies était un bon signe ou non. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle me repose ce genre de question. J’avais oublié à quel point son esprit vif m’avait souvent étonné lors de notre idylle amoureuse. « Vu comme ça… » Je ris nerveusement, avant d’écouter Lisa parler à nouveau de mes clichés. « Merci. » Répondis-je gentiment pour la remercier du compliment. « Elle non plus n’est pas le genre à y aller, c’est une amie à elle qui l’a forcée… Comme quoi, je ne trouverai jamais l’amour chez une artiste. » A nouveau, un rire m’échappa, repensant à moi adolescent, quand je me promettais à moi-même que la femme de ma vie serait une artiste. Allez savoir pourquoi j’avais envie de ça, j’étais sûrement déjà plus branché par les arts abstraits que par les sciences un brin trop concrètes et matérialistes à mon goût. Et c’est sur ces quelques paroles légères que je vis le visage de Lisa se décomposer, soudainement. A ce moment-là, une voix masculine se fit entendre derrière moi, une voix qui m’était familière, trop familière. Je me retournai et tombai nez à nez avec Jared, mon meilleur ami de longue date. Nous nous voyions un peu moins ces derniers temps, lui étant certainement très occupé avec son travail de médecin. Mais dans nos dernières conversations, il ne m’avait pas parlé d’une nouvelle rencontre… En tout cas, à l’entendre, il connaissait très bien Lisa et il sembla d’ailleurs croire que je sortais avec Lisa. Drôle de quiproquo, que je devais stopper dès que possible… Jared me dévisagea alors et je fronçai les sourcils, ne comprenant que très peu encore ce qui m’arrivait. Alors qu’il visait une nouvelle fois Lisa pour l’accabler d’une faute qui n’était sûrement pas exacte, je pris la parole. « Hé Jared, ne t’emballe pas, je ne sors pas avec elle. » Mon regard se posa à ce moment sur Lisa qui était visiblement toute gênée. Je dus comprendre qu’à l’évidence ils se connaissaient, et pas qu’un peu… A en voir la réaction de Jared, ils n’étaient pas loin de sortir ensemble, tous les deux. Qui sait ce qu’ils avaient déjà fait ? Cette idée me choqua presque, réalisant que le monde était trop, trop petit. « J’ai connu Lisa il y a quelques années, lors d’un voyage… Mais rien de plus, vraiment. T’en fais pas. » J’aurais pu en dire plus d’ordinaire mais vu la situation, cela aurait été vraiment déplacé et presque offensant. Et une fois que tout redevint plus clair et calme, je les observai tous les deux, l’un après l’autre. « Alors… Vous vous connaissez d’où, tous les deux ? Vous êtes ensemble ? » Même si tout ça ne m’emballait que moyennement, je fis naturellement un effort pour ne rien laisser transparaitre, et regardai Jared avec un faible sourire malin qui signifiait qu’il avait réussi à approcher une sacrée jolie créature… Depuis le temps que nous nous connaissions, il comprendrait surement.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: It was just a summer romance... Lisa&Aaron   It was just a summer romance... Lisa&Aaron EmptyDim 4 Aoû 2013 - 17:22

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

It was just a summer romance... Lisa&Aaron Empty




Je le regarde, adoptant un faux air perplexe pour l'occasion :

- Mais ... Non ? Ce sont des expressions de vieux, sans aucun doute. Si Aaron est vieux, je suis encore vierge, hein. Je lui souris, timidement, mais avec confiance. J'aime énormément Aaron. Si nos chemins se sont séparés, avec le temps, la distance et les circonstances, il n'en reste pas moins quelqu'un que j'affectionne particulièrement. Il doit d'ailleurs être le seul ex avec laquelle une amitié a pu se résumer, sans la moindre ambiguïté, et autant dire que ça, ça a énormément de valeur, à mes yeux. On se met cependant à parler de mon père, et ça, ça ne me comble pas de joie. Pas du tout, même. J'ai beaucoup de non-dits et de séquelles liées à lui et à son décès. Je ne sais pas si je parviendrais un jour à me débarrasser de tous ces bagages émotionnels, mais il le faut bien ... Non ? Je souris faiblement face à l'affirmation d'Aaron, sur la fierté de mon père. Je n'en suis pas aussi certaine que lui, mais je sais mieux, maintenant, que de rouvrir cette vieille plaie depuis longtemps cautérisée et pansée, alors je n'y accorde pas plus de suite ni de débat. Lorsque l'on parle couple et études, je lui déclare, d'un air enjoué :

- Tu veux dire, seuls ceux qui ont assez d'ambition ont assez de courage pour sacrifier certains aspects de leur vie. Le sacrifice n'était pas tant un choix personnel qu'un mélange de circonstances. Toujours est-il que me voilà, blonde, jeune, célibataire ... Et sans le moindre regret. Pas le moindre regret du tout. Énigmatique, je l'écoute, parler d'audace, de trouver le bon homme, et je renchéris simplement, amusée, par un :

- Oh, Aaron ... Je ne me fais aucun soucis pour cela. Simplement, je suis dans une période où je n'ai personne dans ma vie, et je m'y plais, pour le moment. Le célibat me sied bien, en ce moment. C'est moins épuisant que de devoir s'occuper d'un enfant adulte ... Parce que la plupart des hommes étaient toujours au fond les petits garçons de cinq ans portant des pyjamas Star Wars, quoi qu'ils disent ou pensent. C'était une évidence à laquelle je m'étais faite depuis quelques temps, déjà. Aaron partage alors ses histoires de coeur. La conquête qui fait à présent frémir son coeur. Je me demande si je devrais être jalouse de cette heureuse élue, en temps normal ; si une autre fille, à ma place, aurait été jalouse. Mais je ne le suis pas. Je me contente de sourire, heureuse pour lui. Nous discutons, un peu, de cette fameuse jeune femme. Éventuellement, ma curiosité prend cependant le dessus, et je me surprend moi-même à lui demander :

- Elle est comment ?

Mais il n'a pas le temps de me répondre, car déjà, j'entends une voix familière, et je me retourne, surprise. Jared. Cet illustre inconnu à qui j'avais offert tout mon corps, et ce, l'espace d'une nuit. Qu'est-ce-qu'il faisait ici ?

- Ce n'est pas ce que tu crois. Me contentais-je de lui répondre calmement, lorsqu'il me révéla que j'aurais pu lui dire que je n'étais pas disponible. Que "j'avais quelqu'un". Cependant, je ne demande pas mon reste, et lorsqu'il se met à faire des remarques qui me déplaisent et que je trouve un brin désobligeantes, mon regard vire au rouge et je me lève, trop gênée pour me défendre, moi et mon honneur. Je ne le regarde pas directement, me tournant vers Aaron et tentant un sourire avant de lui déclarer :

- Ce fut avec plaisir, mais je vais être en retard. Je t'appellerais, si tu n'as pas changé de numéro. Passe une bonne fin de journée.

Je passe alors rapidement à côté de Jared ; nos bras se frôlent dans le contact, et je lui dis, froidement :

- Au revoir.

Et sans demander mon reste, me voilà sortie. Il est hors de question que je permette à un homme de me traiter de la sorte.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: It was just a summer romance... Lisa&Aaron   It was just a summer romance... Lisa&Aaron Empty

Contenu sponsorisé

It was just a summer romance... Lisa&Aaron Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
It was just a summer romance... Lisa&Aaron
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L5R CCG 2010 Summer Con Promo Pack
» How to live dangerously in one lesson ~ Kiara-Luka & Lisa
» Aaron Dutra
» MATCH N°5 - SUMMER RAE vs MARYSE
» SOS 125 à 130 petits chiens entassés dans une maison(08)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP :: Terminés-
Sauter vers: