Le Deal du moment : -25%
APPLE Écouteurs sans fil AirPods 2
Voir le deal
135 €

Partagez
 

 Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron   Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron EmptyMer 29 Mai 2013 - 11:39

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron Empty


let's remember the past as we were teen lovers
october and aaron


Et merde, je suis encore en retard. Voilà ce que je me dis intérieurement, lorsque je vis l'heure sur le tableau de bord de ma voiture. J'étais irréparable pour ce qui était de la ponctualité, tout le monde pourrait vous l'assurer. Heureusement, la personne qui m'attendait n'était en rien un rendez-vous professionnel, alors j'espérais qu'elle ne m'en voudrait pas trop. Ce n'est pas comme si elle ne me connaissait pas, de toute façon. October Tyler. Cette fille avait une place particulière et chère dans mon coeur. Pour cause, elle devait être la fille avec qui j'avais vécu le plus de trucs dans toute ma vie. Elle était même la première avec qui je m'étais laissé aller aux plaisirs de la chair, et contrairement à ce qu'on peut dire à ce sujet sur les hommes, je n'avais pas oublié ma première fois. Rien n'était oubliable, dès qu'il s'agissait d'October. Rien que ses yeux avaient le pouvoir de vous hypnotiser... parole d'habitué ! Finalement j'arrivai à la plage avec dix minutes de retard. Bon, cela aurait pu être pire. Tant que je ne franchissais pas le quart d'heure, j'avais l'impression de plutôt bien m'en sortir. Les plus ponctuels pâliraient en me lisant, mais j'en avais vraiment rien à faire. Habillé d'un short de bain bleu foncé et d'une chemise plus claire que je n'allais pas tarder à retirer, j'enfilai mes tongs et descendis en direction de la plage, après avoir garé ma voiture au petit parking. Comme je m'y attendais, je ne tardai pas à la voir. Toujours aussi captivante et affriolante dans ses maillots d'été, je priai silencieusement pour m'en sortir indemne, tandis que mes pas me rapprochaient d'elle. October releva son visage et ses yeux bleus se posèrent sur moi, qui sourit. « Salut belle plante. Ca va ? Tu n'as pas l'impression d'attirer de trop les regards ? » Demandai-je avec un ton malicieux. Nul doute que chaque homme sur cette plage l'avait remarquée. Quoi que les gens n'étaient pas nombreux autour de nous, nous avions de la chance. Je m'agenouillai vers elle pour lui faire la bise, et je fis exprès d'insister quelque peu la pression sur sa joue histoire de l'embêter. Puis je me redressai et déboutonnai ma chemise, avant de la retirer et de la mettre, sans aucune gêne, dans le sac d'October. « Bon alors, qu'est-ce qu'on attend pour s'amuser ? » Dis-je avec une lueur brillante dans les yeux. « Le premier à l'eau gagne le droit de se faire tartiner de crème solaire par le dernier, t'en dis quoi ? » Proposai-je en riant déjà, sachant très bien que j'allais encore être le premier à plonger dans l'océan. Je pensais déjà à ses mains sur moi, moi qui adorais toujours autant jouer avec le feu en sa présence. Cette après-midi, je voulais profiter de tout, du soleil, de l'océan, d'elle. En toute simplicité. J'avais eu trop de déception ces derniers jours pour pouvoir penser à autre chose. Ni une ni deux, je pris mes jambes à mon cou et me ruai vers l'eau dans laquelle je plongeai, quelques secondes avant elle... J'avais gagné !

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron   Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron EmptyMar 4 Juin 2013 - 2:11

Athéna J. Shawn
Athéna J. Shawn
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Jade
Célébrité : Doutzen Kroes
Crédit avatar : (c) toxic heart
Messages : 2245
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Job/Métier : Journaliste au LA Times
Dispo pour le rp : Oui

Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron Empty



Arrivée sur la plage, j'admirais la vue qui s'offrait à moi. J'avais toujours aimé la mer, je trouvais cet endroit apaisant et vivifiant. Le soleil tapait fort aujourd'hui ce qui était loin de me déplaire. J'adorais sentir ma peau se réchauffer sous ses rayons. D'un rapide coup d'œil je regardai ma montre. J'étais à l'heure. Mais connaissant Aaron je ne pouvais pas en dire autant à son sujet. Je ne lui en voulais pas pour ça car je savais comment il était, et c'était comme ça que je l'aimais. Je déposa mes affaires sur le sable et m'installa confortablement sur ma serviette en attendant le jeune homme. Mes lunettes posées sur les yeux je regardais l'horizon, tout en pensant au jeune Campbell. J'étais tellement heureuse de passer la journée avec lui. Aaron était un point essentiel de ma vie, une personne chère à mes yeux. Il m'avait aidé dans l'une des périodes les plus difficiles de ma vie, et rien que pour ça je ne pourrais jamais l'oublier. Lui et moi avions vécu tellement choses ensemble. Il m'avait redonné goût à la vie, il m'avait appris à aimer. C'était avec lui que pour la première fois j'avais fais l'amour. Une chose était certaine : Aaron faisait parti de moi et ce pour toujours. Ce n'était peut-être pas l'amour de ma vie mais il restait important pour moi et depuis que Jayden était parti sans crier gare je ressentais le besoin de voir Aaron. Il savait me faire rire, avec lui je ne pensais plus à mes problèmes et puis nous étions assez proches physiquement parlant. Après nous étions tous les deux célibataires où était le mal ? Néanmoins je ne lui avais pas tout dit concernant ma rupture, j'étais restée plutôt évasive ne voulant pas avouer que mon ex avait quitté la ville du jour au lendemain sans plus d'explications. Ce n'était pas parce que je n'avais pas confiance en lui ou que je craignais son jugement que je ne lui avais pas tout dit mais simplement car je n'arrivais pas à affronter la vérité. Pourtant les faits étaient là: mon petit ami m'avait lâchement abandonné. Cela avait un amer goût de déjà vu. Lorsque j'avais dix huit ans mon premier amour m'avait laissé tomber après avoir appris que j'étais enceinte et aujourd'hui plus de dix ans après cela recommençait. La différence étant que cette fois ci je n'étais ni enceinte ni une jeune lycéenne. Je commençais à perdre espoir en l'amour. Mais alors que je ressassais de vieux souvenirs je vis le jeune Campbell arriver au loin. Un sourire s'afficha automatiquement sur mon visage. Il s'approcha de moi, me lançant une remarque qui eut pour effet de me faire sourire d'avantage. « Salut beau brun. Ça va à merveille et encore plus depuis que tu es là ! Et toi beau gosse ? A vrai dire je trouve qu'on ne me regarde pas assez ! ».Bien sur je disais cela sur le ton de la rigolade, je n'aimais pas tellement être le centre d'attention, malheureusement je ne passais que rarement inaperçue, ma plastique y étant pour beaucoup. Je savais que j'avais un physique plutôt avantageux mais je ne jouais pas tellement de mes charmes n'y trouvant aucun intérêt. Le jeune homme se pencha vers moi pour me faire la bise mais appuya intentionnellement un peu plus sur ma joue, geste qui déclencha chez moi un léger rire. Il était arrivé depuis à peine une minute et déjà je me sentais mieux. Aaron avait un pouvoir apaisant sur moi. Alors qu'il retirait sa chemise afin de se mettre à l'aise mon regard s'attardait sur son torse parfaitement bien sculpté. Nul doute qu'Aaron était ce qu'on pouvait appeler un bel homme. Déjà jeune il faisait tourner les têtes des filles, dont la mienne, mais je devais avouer qu'en vieillissant il était devenu encore plus beau. Je fus sorti de mes pensées par la voix enjouée de mon ami. « Toujours fidèle à toi-même ! » rétorquais-je en riant. « J'en dis que tu ferais mieux de courir vite car je suis partante !  » je me redressais rapidement et me mis à courir vers l'eau en sachant pertinemment qu'il allait gagner. Il courait bien plus vite que moi et puis il était debout bien avant moi mais cela ne me dérangeait pas de perdre, pas avec lui en tout cas. Qu'il y avait-il de déplaisant à toucher un corps pareil sérieusement ? Rien ! Je commença à éclabousser Aaron tout en déclarant  «  Tu n'es qu'un tricheur Campbell ! »

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron   Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron EmptyMar 4 Juin 2013 - 20:17

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron Empty


let's remember the past as we were teen lovers
october and aaron


October plaisanta en signalant qu'on ne la regardait pas assez à son goût, ce qui suffit à me faire rire ouvertement. « Pauvre petite chose. » Dis-je en mimant un air plaintif. Elle était certainement la femme la plus sexy que je connaissais, quoi que Seven aussi était particulièrement attirante. D'un côté, il y avait d'un côté le charme sud-américain, et d'un autre, le charme slave. Jamais je n'aurais pu décider lequel était le vainqueur mais ce qui était sûr, c'est que October et moi avions une sacrée histoire, irremplaçable. Et que malgré notre solide amitié, la vision de son corps jamais ne me laissera indemne, jamais ! Après m'être libéré de ma chemise, je lui dis que j'avais justement envie de m'amuser. Mon intention était de mettre à la trappe pendant une après-midi la dure semaine que j'avais eu. Évidemment, October accepta le défi que je lui proposai et se rua à l'eau avec moi, sauf que j'arrivai le premier dedans, ce qui fit de moi un gagnant, pour changer. Je reçus des éclaboussures de la brunette, signe qu'elle trouvait tout ça injuste. Mais je trouvais plutôt cela très amusant, moi et je n'avais que faire de ses critiques. « T'es juste dégoutée, arrête de faire ta mauvaise perdante ! » Je lui renvoyais l'eau qu'elle me jetait dessus, et décidai d'aller même plus loin. Je me rapprochai d'elle, l'attrapai dans mes bras et la balançai en arrière, toujours plus avide de l'embêter. Je savais qu'elle aimait ça, derrière ses petites moues. « Aujourd'hui encore, grâce à toi, je ne prendrai aucun coup de soleil. Tu es ma bonne fée, October. » Lançai-je en la regardant, malicieux. L'eau était assez fraiche, tout de même. La haute saison n'était pas encore vraiment installée et c'est d'ailleurs pour ça que la plage n'était que peu remplie en cette après-midi. Furtivement, je m'approchai d'elle tel un homme qui n'avait rien à se reprocher. Elle releva un instant ses longs cheveux, et la vue de sa nuque dégagée m'affriola un court instant. Il m'en fallait peu, certes, mais je crois qu'une jolie nuque dégagée fera toujours le même effet chez un homme, je n'y échappe pas. Surtout qu'October et moi n'étions pas simplement amis, d'autres choses plus intimes nous avaient unis quelques années auparavant. Parfois, je me surprenais à y repenser, à me demander comment c'était réellement. Car mine de rien, le temps passe vite et le présent remplace le passé qui peu à peu, s'efface... Je n'avais vraiment pas envie d'oublier nos débuts. « Tu te souviens de nos étés quand on était ado, à Newport Beach ? Quand je passais plus de temps à te défaire ton maillot qu'à faire des longueurs. » Dis-je en riant, rien qu'en y pensant. Elle avait du élaborer un système de nœud particulier, histoire que je n'arrive pas à défaire son haut totalement. Mais je n'avais que ça à faire, à seize ans. Et puis déjà à cet âge, elle était terriblement séduisante.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron   Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron EmptyVen 14 Juin 2013 - 10:58

Athéna J. Shawn
Athéna J. Shawn
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Jade
Célébrité : Doutzen Kroes
Crédit avatar : (c) toxic heart
Messages : 2245
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Job/Métier : Journaliste au LA Times
Dispo pour le rp : Oui

Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron Empty

Je me sentais bien. Oui je pouvais l'affirmer à ce moment même, en compagnies d'Aaron j'allais bien. Avec lui j'étais moi-même, naturelle, sincère, je ne me cachais pas et ça faisait du bien. Même si nous étions plus ensemble depuis des années le regard du jeune homme me faisait me sentir unique, presque spéciale, et me rassurait. Et si il portait sur moi un tel regard c'était parce que notre relation était unique, pareille à aucune autre. À mes yeux Aaron resterai éternellement une personne spéciale, différente des autres par la place qu'elle occupe dans ma vie et dans mon cœur et je savais qu'il en était de même pour lui. Il n'y avait plus de sentiments amoureux entre nous, mais une grande affection nous liait. C'était un lien que beaucoup de personnes avaient du mal à comprendre mais qui était pourtant bien présent. Avec Aaron j'avais l'impression de redevenir une ado, celle qu'il avait connu il y a des années. Tout semblait plus simple, comme si le poids des années et des responsabilités s'était tout à coup envolé. Alors que nous jouions dans l'eau je me plaignais de l'injustice dont j'étais victime face au mauvais joueur qu'était le jeune Campbell mais à vrai dire je disais cela sur le ton de la plaisanterie plus qu'autre chose. Je lui tira la langue en entendant sa réponse. Et dire que j'allais sur mes trente ans ! Parfois on pouvait en douter... Nia nia nia ! Je ne suis pas dégoûtée du tout et c'est plutôt toi qui est mauvais joueur assume !  » répondis-je avec un sourire en coin. J'aimais le taquiner, c'était un jeu entre nous qui existait déjà depuis des années, du moins que lorsque nous étions célibataires. La forte complicité qui nous lie n'avait jamais vraiment posé problème quand l'un des deux était en couple. Nous savions faire la part des choses et je me souviens que malgré quelques tensions au départ entre Aaron et Jayden dû à la jalousie de mon ex petit ami, les deux jeunes hommes avaient très vite appris à s'apprécier. Je sortis de mes pensées en le voyant s'approcher de moi lentement. Je savais qu'il avait une idée derrière la tête et mon sourire disparu aussitôt. « Non Aaron, non non non ! » Je n'eus le temps d'en dire plus que le jeune homme me pris dans ses bras pour me balancer dans l'eau. Je te déteste ! » lui dis-je en sortant la tête de l'eau avant de me mettre en rire. À vrai dire tout cela m'amusait beaucoup et il le savait, c'était pourquoi il n'y allait pas par quatre chemins avec moi. Je souris en entendant sa remarque. Moi une bonne fée ? C'était plutôt l'inverse vu tous les malheurs que mes proches et moi avons dû traverser. TA bonne fée alors Campbell. Et toi tu sais que tu es mon ange gardien ? Quand je suis avec toi il ne m'arrive rien de mauvais. » J'avais dis ça en rigolant mais en réalité je le pensais et j'espérais qu'il saisirait la sincérité derrière la "plaisanterie". Aaron m'avait sauvé, et je ne pourrais oublier ça. La remarque du jeune me toucha car je vis que lui aussi n'avait pas oublié tous les souvenirs qui nous liaient. Comment oublier ? C'est impossible ! C'est gravé là -désignant sa tête- et là -désignant son cœur-. Je me souviens que tu étais déjà un pervers à l'époque et que j'étais bien plus pudique et réservée que aujourd'hui. Mais ça reste de merveilleux souvenirs. ». Je lui souris tendrement et m'approcha de lui. Je posa mes mains sur son torse et cala ma tête au creux de son cou. N'y voyez là rien d'ambiguë. Juste un besoin de réconfort, de tendresse, mais aussi un relâchement de la pression face à tout ce dont j'ai dû faire face ces derniers temps. « Ça me manque tout ça... Parfois j'aimerai revenir à cette époque... »

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron   Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron EmptyDim 16 Juin 2013 - 18:51

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron Empty


let's remember the past as we were teen lovers
october and aaron


« Moi, un mauvais joueur ! Je dirais plutôt que je suis un joueur rusé, ce n'est pas pareil du tout. » Et c'était plus à mon avantage pour être honnête. Certainement que de son côté elle voyait les choses différemment mais de toute façon, ça n'allait pas la déranger grandement de me passer de la crème sur le dos. Je la connaissais bien. Je savais aussi que malgré ses petits cris de femmes désespérée, elle adorait que je la prenne et la renverse dans l'eau. Tant pis pour ses cheveux, si elle pensait que j'allais la laisser avec une partie sèche, elle pouvait se mettre le doigt dans l'oeil. Je m'amusais déjà très bien. « J'aime ta manière de me détester alors ! » Lui dis-je avec ironie en riant ensuite avec elle. Mine de rien, elle était une présence rassurante. C'est étrange à expliquer mais avec elle, je savais que seuls des bons moments pouvaient avoir lieu. Sérieuse quand il le fallait, amusante à d'autres moments, respectueuse aussi. Elle était une amie idéale, avec une apparence plus qu'attirante... Quoi qu'il se passe entre nous, j'étais certain qu'October saurait toujours agir en tout honneur. Je n'avais jamais été déçu d'elle dans le passé. Le fait que la brunette pense la même chose que moi à son propos me fit sourire. « Nous nous sommes bien trouvés alors. Tu devrais rester avec moi plus souvent, tu aurais une vie de rêve avec un gardien pareil. » Lui répondis-je en me vantant à moitié en bombant le haut de mon torse. J'avais l'impression d'être resté un adolescent avec elle, comme si le temps s'était resté pendant ces belles années où l'insouciance était maitresse. A l'époque, la joie d'October était le plus cadeau que je pouvais avoir et j'attendais toujours impatiemment l'été comme un enfant attendrait Noel. Encore aujourd'hui, je ressens ce bien-être en sa présence. Je lui rappelai justement ces premiers étés ensemble, quand nous flirtions et quand tout était rose ou plutôt bleu, comme ses beaux yeux. « C'est impossible de ne pas être pervers quand on a seize ans et qu'on a une fille comme toi en face de soi. » October se rapprocha de moi et vint se coller contre mon torse, tendrement. Je l'encerclai alors avec mes bras, et joignis mes mains en bas de son dos. « Il a fallu qu'un Campbell passe par là pour te rendre moins prude... » Je ne pus m'empêcher de repenser à certaines fois... Ma mémoire photographique se jouait de moi, dans ces moments-là. D'un certain côté, j'aurais préféré me souvenir des choses très vaguement, afin de ne pas y repenser en détails. Mais c'était loupé. Doucement, je laissai mes doigts caresser le bas de son dos. Et alors elle devint nostalgique des années passées. « Pourquoi faire ? Tu es devenue plus épanouie, encore plus belle... Tu n'as rien à envier au passé. » Je pensais sincèrement ce que je disais. Malgré ça, je voyais là où October voulait en venir. Nous n'avions que peu de préoccupation ces étés-là, nous étions juste, bien... « Enfin si tu y tiens tant, on peut remonter le temps, et faire comme si nous étions revenus à l'adolescence. En fait, nous sommes sur la plage à Newport Beach là, ta tante est en train de faire cuire un gâteau dans la cuisine, Aaron joue aux jeux vidéos dans le salon, et nous sommes tous les deux, seuls, sur la plage... Tu aimes ? » Je m'écartai alors d'elle et attrapai sa main, la fixant droit dans les yeux, avec un petit sourire en coin.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron   Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron EmptyMer 19 Juin 2013 - 8:43

Athéna J. Shawn
Athéna J. Shawn
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Jade
Célébrité : Doutzen Kroes
Crédit avatar : (c) toxic heart
Messages : 2245
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Job/Métier : Journaliste au LA Times
Dispo pour le rp : Oui

Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron Empty


« Hum... Mouais, pas faux. On va dire que tu marques un point ! » Je n'aimais pas admettre que j'avais tord, sauf avec lui, car en réalité peu importait qui avait raison ou tord l'issue serait la même: moi tartinant de crème le jeune Campbell. Et sincèrement ce n'était pas pour me déplaire. Aaron avait un corps d'Apollon alors pourquoi se plaindre ? Je m'amusais réellement avec lui et j'avais l'impression de ne pas avoir ressenti ça depuis des lustres ! Il faut dire qu'à part ces derniers temps je ne voyais plus grand monde... En tout cas personne de proche. Je passais mes soirées seules dans des bars finissant dans un lit différent à chaque fois. Pas top quoi... C'était pourquoi cette journée me tenait à cœur et me faisait un bien fou ! Aaron arrivait à me faire rire et sourire sans difficulté, il parvenait à ensoleiller ma vie rien qu'en étant lui-même. « Tu aimes tout de moi surtout. Avoue le ! » répondis-je avec un sourire en coin preuve que je le taquinais. Avez-vous déjà ressenti ce sentiment de sécurité et d'apaisement comme si rien ne pouvait vous arriver ? Et bien c'était ce que je ressentais en présence d'Aaron. Durant toutes ces années il m'avait montré qu'il était là pour moi quoi qu'il arrive, il avait réussi à gagner ma confiance c'était la raison pour laquelle je me sentais si sereine en sa compagnie. De plus, Aaron était l'un des seuls à ne m'avoir jamais abandonné. Même si avec le temps nos obligations nous avaient empêché de nous voir aussi souvent qu'avant il avait toujours répondu présent. Je ne pouvais pas en dire autant de certaines personnes... Je regardai mon ami faire le "coq" en souriant. Que serais-je sans lui et sa bonne humeur ? Je me le demandais ! « Je suis d'accord avec toi, on s'est bien trouvés tous les deux. Et bah c'est pas la modestie qui t'étouffe dis moi ! Mais je dois avouer que tu es un bon gardien, je n'ai pas à me plaindre. » répondis-je en plaisantant. Nous ressemblions à des enfants, c'était comme si rien n'avait changé entre nous, et ça l'était en un sens. J'avais passé mes plus beaux étés en compagnie d'Aaron. Il faisait de chaque moment un souvenir inoubliable. Après la tragédie que j'avais vécu à cette époque avec la perte de mes parents, je ne croyais plus le bonheur possible. Et pourtant... Il avait suffit qu'il débarque dans ma vie pour me faire changer d'avis et me montrer que j'étais capable de me relever et d'aller de l'avant. Il avait été mon espoir. Et l'affection que j'avais pour lui était unique. Je lui devais tellement, il ne semblait même pas s'en rendre compte. Ces moments où nous étions encore des adolescents semblaient si loin et restaient pourtant parfaitement gravés dans ma mémoire. « Une fille comme moi hein ? Qu'entends-tu par là Campbell ? » demandais-je en sourire en coin. Je voyais où il voulait en venir mais je tenais à l'entendre de sa bouche histoire de l'embêter un peu. J'eus un petit face à sa remarque. « Tu m'as bien dévergondée petit diable que tu es ! N'empêche sache que je ne regrette absolument pas d'avoir fait ma première fois avec toi. Tu es l'une des personnes que je respecte le plus et je tiens réellement à toi. » J'étais sincère, je ne savais pas pourquoi je lui disais cela maintenant surtout qu'une savait probablement déjà mais j'avais ressenti le besoin de lui en faire part. Je tenais à ce qu'il sache que je ne regrettais rien de ce qu'il s'était passé entre nous. Cela ne voulait pas dire que je voulais tenter quelque chose maintenant, non ce n'était pas ça, je voulais juste lui dire qu'il comptait énormément pour moi. Je sentis ses doigts me caresser doucement le dos, mais il n'y avait rien d’ambiguë là-dedans. Aaron avait toujours fait preuve d'une tendresse incroyable à mon égard, en plus d'être extrêmement respectueux.  Comment ne pas apprécier une si belle personne ? C'était impossible ! Il savait toujours apporter du réconfort sans en faire trop et à l'époque j'étais une jeune fille en manque d'affection, totalement perdue et pleine de désespoir. Comment ne pas regretter les années où nous étions tous les deux face au reste du monde (mes frères mis à part) ? J'étais heureuse à cette époque, je croyais que l'avenir ne pouvait qu'être beau après ce que j'avais vécu mais j'avais tord... « Parce que j'étais heureuse et que tout me semblait possible ! C'est gentil Aaron mais je ne suis pas épanouie. J'ai bientôt trente ans et regarde où j'en suis... À cette époque au moins mes frères et moi étions soudés et tout me monde allait bien. Puis je t'avais toi... »   Une larme roula sur ma joue, la nostalgie du passé me faisait souvent cet effet. Je m'empressais de l'essuyer ne voulant pas que le jeune homme voit ma souffrance à cet instant là. Sa réponse parvint à m'arracher un sourire. Il n'y avait pas à dire il savait s'y prendre avec moi. Il parvenait à me rassurer sans effort. « J'adore même, tu sais trouver les mots c'est fou. Et dis moi, pendant que tous les autres sont occupés, toi et moi on fait quoi sur la plage de Newport Beach ? » Mon sourire toujours accroché à mon visage je plongea mon regard dans le sien. Cela me fit remonter des années en arrière, à l'époque où lui et moi formions un couple et que je pouvais rester des heures à l'observer. Aaron était beau c'était un fait et jeune il faisait déjà chavirer tous les cœurs. Et c'était moi qui avait eu la chance d'être sa petite amie. Nous avions tellement de souvenirs ensemble et évidemment que des bons.


men made madness
Found myself just the other day in the backyard of a friends place, thinkin' about you, thinkin' of the crowd you're in. What you up too where you been ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron   Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron EmptyDim 23 Juin 2013 - 22:20

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron Empty



let's remember the past as we were teen lovers
october and aaron




Avouer que j'aime tout d'elle ? Déjà, est-ce que j'aime tout d'elle ? Ce serait en tout cas mentir que de dire qu'il y a beaucoup de chose que je déteste chez elle. October est une femme comme je les apprécie en général. Que ce soit au niveau de sa personnalité ou au niveau de son apparence, elle a vraiment tout pour elle. Je me fis mine de réfléchir un instant, en réponse à son ton plaisantin. « Tout, hou la non ! Je suis gentil mais il ne faut pas pousser... » Imparfaite, comme toutes les femmes ! Bon, ça je le gardais pour moi au risque de me faire frapper. Pourtant ce côté imparfait était drôlement attachant. Nous avons beau dire ce que l'on veut, ces petits défauts qu'ont nos meilleurs amis ou nos petits-amis sont parfois ce qui les rendent si attachants, si... propres à eux, tout simplement. Si j'aimais autant être en la compagnie d'October, c'est parce qu'elle me pousse à être, d'une façon inexplicable, cet homme que j'ai toujours voulu être : amusant, rassurant et protecteur. Avec elle, je suis toujours l'un des trois, voire même tous en même temps. Et c'est pour cette raison que je me sens si bien avec elle. Je tends à être au meilleur de moi-même avec elle car nous avons un fort lien, très rare et unique. Comme elle le dit si bien, nous nous sommes bien trouvés, elle et moi. Elle pouvait être sûre que jamais je ne l'abandonnerais, pas après tout ce que nous avions vécu. « La modestie c'est seulement quand je veux, tu le sais bien. Nous deux, on se connait trop. Plus besoin d'être modeste maintenant ! » Je ris de mes propos, sentant d'avance qu'elle allait m'embêter pour me la péter autant. Je n'y voyais aucun mal, à vrai dire. On n'a qu'une vie, non ? Après qu'elle se soit rapprochée de moi, elle me demanda d'être plus clair quant à mes propos. En plus d'être peu modeste avec elle, j'étais on ne peut plus spontané. « Une fille comme toi, c'est une fille qui est sacrément belle, qui a des formes attirantes qui donnent envie de s'adonner à des choses très peu catholiques. » Un sourire en coin se dessina sur mes lèvres tandis que je cherchais son regard. «  C'est clair, dit comme ça ? » Peu après, elle se confessa sur quelque chose de plus qui nous unissait, mais pour cette chose-là, aucune forme de modestie exagérée ne me vint à l'esprit. J'avais beau être libertin et amateur de ce genre de sensation charnelle, je ne voyais pas cet événement de ma vie comme quelque chose qui en vaille le coup d'être vanté. Pourtant, cela avait été magique pour moi comme pour elle. Mais j'avais aussi ma réserve, du fait que ce soit une fille à laquelle je tienne beaucoup, sûrement. Ses paroles me touchèrent droit au coeur et je suis persuadé qu'elle s'en doutait. « Tu sais que tout est réciproque, alors je n'ai pas besoin de le dire, hein ? » Oui pour le coup, ce fut vraiment une intimidation que je ressentis. Ce fut étrange d'ailleurs car ce n'était pas mon genre mais cette période de ma vie et tout ce qui en avait suivi avec October me tenait vraiment à coeur. J'avais beau être le genre d'homme à ne pas redouter le romantisme, c'était totalement différent sur ce coup-là. Bien plus fort encore qu'une quelconque forme de romantisme. Nos sentiments l'un envers l'autre étaient bien plus forts que je ne le pensais moi-même. October m'avait aidé aussi à vivre mon adolescence mieux que je n'aurais pu le vivre sans elle, après une dure enfance et un père absent. La brunette me confia ses doutes et sa nostalgie. « Tu sais, entre frères et soeurs, on prend souvent des chemins différents, parfois c'est la distance, parfois c'est les modes de vie... C'est ce qui vous unit qui est le plus important. Ce qui est invisible c'est ce qui compte le plus, parfois... » Je repensai à ma petite soeur qui avait disparu six ans en arrière. Dieu sait combien elle me manquait, combien je serais prêt à donner pour la revoir, et pour pouvoir la prendre dans mes bras, ressentir son odeur. « Et tu m'as toujours. Tu ne t'imagines même pas ce que je pourrais faire pour sauver ta peau ou pour te rendre heureuse, October. T'es un peu comme une soeur pour moi, sauf que... » Ouais, j'avais envie de me reprendre tellement ce que je venais de dire sonnait étrange. Je tenais beaucoup à elle mais quelque chose de plus subtile nous liait de temps à autre et c'est ce que mes caresses suggéraient d'ailleurs. Je remarquai que ce retour en arrière lui plaisait et mon impression fut confirmée quand elle me répondit. « Toi et moi, on se regarde dans le bleu des yeux... » Murmurai-je en calquant mes mots à la réalité. Je m'écartai un peu d'elle et la fixai. « On se tient la main. » C'est un réel souvenir qui me revint à l'esprit. Une après-midi classique, comme on en passait souvent là-bas. « Tu te mords la lèvre et je t'embrasse... » Tout doucement, je l'attirai à moi et n'hésitai pas une seule seconde à capturer ses jolies lèvres contre les miennes, tandis que ma main encore libre se posait sur la hanche d'October. Ce baiser fut très doux, très léger et peu approfondi. Seulement assez pour réveiller cette partie de nous qui s'était à moitié éteinte. Je rouvris les yeux et l'observai un instant. « Je peux arrêter, si tu veux. Mais je peux aussi continuer. » C'était clair. Oui, ou non.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron   Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron EmptyVen 28 Juin 2013 - 7:50

Athéna J. Shawn
Athéna J. Shawn
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Jade
Célébrité : Doutzen Kroes
Crédit avatar : (c) toxic heart
Messages : 2245
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Job/Métier : Journaliste au LA Times
Dispo pour le rp : Oui

Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron Empty



Le temps emporte tout qu'on le veuille ou non. Le temps emporte tout, efface tout, et tout ce qui reste à la fin ce sont des ténèbres. Cette phrase s'appliquait à de nombreuses choses dans sa vie, sauf à sa relation avec le jeune Campbell. Certes leurs sentiments amoureux s'étaient dissipés petit à petit et ils ne formaient plus un couple depuis déjà des années mais le temps n'avait en rien altéré le lien qui les unissait. Cette tendresse, cette complicité étaient toujours là, bien présentes. Leur façon d'être était naturelle, spontanée. Ils étaient réellement eux-mêmes lorsqu'ils étaient ensemble. Le bien être qu'elle ressentait en sa compagnie semblait illusoire tellement ce sentiment était rare dans la vie de la jeune femme. Le jeune homme parvenait à effacer toutes ses souffrances sans le moindre effort. Cela tenait presque du miracle. October était une jeune femme fragile, une écorchée de la vie; Aaron avait su voir cette douleur et il l'avait sauvé sans rien demander en retour. Et encore aujourd'hui il était là pour elle. En sa compagnie elle riait, souriait et laissait sa peine de côté. Elle n'était plus cette femme à la vie difficile, elle était simplement elle-même. Elle était heureuse. Un rire franc s'échappa de sa jolie bouche lorsqu'elle entendit la réponse de son ami. « Gentil ? Hum je n'irai pas jusque là. » dit-elle un sourire malicieux plaqué sur le visage. « Finalement heureusement que tu n'aimes pas tout de moi, cela veut dire que j'ai des défauts. Je ne suis donc pas parfaite, tant mieux car je ne souhaite pas l'être. » avoua-t-elle sans honte. Après tout c'était la simple vérité. Elle avait des défauts comme tout le monde. Et dans sa tête perfection rimait avec pression. De toute façon aucun être n'était parfait sur cette Terre. Nos imperfections c'était cela qui nous rendaient uniques après tout non ? En tout cas, elle, elle pensait ainsi. Leur relation était belle, et elle l'était toujours. Ils ne se rendaient même pas compte de l'impact qu'ils avaient l'un sur l'autre. Elle ne réalisait pas qu'en sa compagnie il semblait être un autre homme, un homme meilleur. Bien qu'Aaron n'ai pas énormément de défauts en temps normal, en tout cas du point de vue de October. Quand il était en sa compagnie il tendait à être parfait. Après tout en y pensant bien que pouvait-elle lui reprocher ? Il était doux, rassurant, protecteur, il était tout ce qu'elle pouvait attendre d'un homme. Pourtant elle s'entêtait à aimer un homme qui l'avait laissé tomber. Mais c'était ainsi, on ne contrôle pas ses sentiments encore moins quand il s'agit d'amour. Et puis au fond elle savait que d'autres choses les attendaient, il y avait d'autres personnes à aimer. Ils avaient eu leur chance quelques années plus tôt et ça n'avait pas marché. Et dans son regard, elle avait compris qu'il y avait quelqu'un d'autre. Elle avait senti qu'une autre fille lui torturait l'esprit. Mais elle ne lui en voulait pas, pas du tout même, car elle savait qu'il avait de forts sentiments pour elle. Elle avait les mêmes. Ce qu'ils ressentaient dépassait le stade de la simple amitié. C'était pourquoi ils étaient si à l'aise l'un avec l'autre, il n'existait plus aucune gêne, plus aucune honte, tout cela était passé depuis bien longtemps. Elle n'était donc pas étonnée des propos d'Aaron qui ne témoignaient d'une quelconque modestie. De sa part, elle le prenait à la rigolade car elle savait qu'il n'était pas vantard de nature, et qu'il était ainsi parce qu'il était avec elle.« Je vois ça ! Fais gaffe à toi, je ne suis pas sure de t'aimer autant avec la grosse tête. » répondit-elle du tac au tac les yeux remplis de malice. Avec lui, elle avait l'impression de redevenir une enfant. Elle retombait dans cette époque où l'insouciance était reine. Elle ne pensait plus à rien, profitant pleinement de ce moment avec lui car elle savait que le temps passé avec Aaron était précieux et que bientôt tout serait sûrement différent. Elle sourit en entendant sa réponse. Au moins il n'y allait pas par quatre chemins ! Mais venant de lui, ces compliments la touchaient réellement, parce qu'elle savait qu'il était sincère et qu'il ne se concentré pas seulement sur son physique. October n'était pas dupe, elle savait qu'elle avait un physique très avantageux, mais cela n'avait pas toujours été un atout pour la jeune femme. Nombreux étaient les hommes qui l'avaient approché seulement pour sa beauté, ne s'intéressant même pas à ce qu'elle était vraiment. Elle baissa les yeux un instant presque gênée par ce qu'il venait de dire avant de planter son regard dans les beaux yeux du jeune homme. « Très clair. Tu sais... Tu es pas mal dans ton genre toi aussi. Et à l'époque un bon nombre de filles auraient tué pour être à ma place. Après tout je n'ai pas succombé au plaisir de chair avec toi par hasard. » avoua-t-elle dans un sourire. Ce moment était gravé dans sa mémoire pour toujours. Certains oubliaient leur première fois, ou la regrettaient mais ce n'était pas son cas. Elle l'avait fait avec une personne qu'elle aimait et qui était un garçon en or. Elle vit alors son ami perdre son assurance. Il paraissait presque gêné de cela et elle comprit alors que cela comptait autant pour lui que pour elle, et qu'il ne tenait pas à faire une plaisanterie qui pourrait ternir ce merveilleux souvenir. Elle eut un sourire bienveillant à l'égard du jeune Campbell. Même si ils ne le montraient pas souvent les hommes ont leur part de mystère, de gêne et de réserve. Et ce souvenir faisait apparemment partie du côté sensible de Aaron. Elle posa sa main sur la joue du jeune homme avec une tendresse infinie. Elle n'avait pas besoin de mots, elle avait compris dans son regard qu'il était touché. « Je le sais oui, ne t'en fais pas mon Aaron. » Elle était douce, attentive, câline. À vrai dire elle ne voyait aucune raison d'être différente avec lui. Cet homme l'avait sauvé d'une vie qui lui devenait insupportable et elle lui en serait éternellement reconnaissante. Quand elle y repensait elle réalisait la chance qu'elle avait eu de tomber sur lui. Aaron était l'une des rares personnes à ne lui avoir fait aucun mal. Il avait réussi là où d'autres avaient échoué. C'était pourquoi elle tenait tant à lui, et que pour rien au monde elle ne voulait le perdre. Mais elle avait cette boule au ventre. La peur était là, bien présente, et elle ne pouvait rien y faire. Trop de gens étaient partis, on l'avait bien trop souvent abandonné, et voilà le résultat. Elle pensait que c'était elle le problème, et pas les autres. Alors elle redoutait toujours ce moment où l'autre s'en irait. Pourtant elle n'avait pas à s'inquiéter avec le jeune Campbell. Mais c'était plus fort qu'elle. Il avait une place trop importante dans sa vie pour qu'elle ne supporte son départ. Elle soupira doucement essayant de chasser ces pensées stupides. Aaron était là, il avait toujours été là d'ailleurs, et ce n'était pas prêt de changer aujourd'hui. Elle pensa alors à ses frères, à la famille qu'ils formaient, et au lien qui les unissaient. Ce lien qu'elle croyait indestructible. Mais elle s'était trompée apparemment... Elijah pensait-il à elle de là où il était ? Est-ce qu'elle lui manquait autant qu'il lui manquait ? C'était dur pour elle, de ne plus rien savoir de son grand frère, de ne plus faire partie de sa vie depuis cinq ans. Elle se demandait souvent comment serait sa vie si il n'était pas parti, mais ne trouvait jamais de réponses.  Aaron ne tarda pas à la rassurer à ce propos, lui disant que le lien qu'il y avait ente eux ne pourrait jamais se briser. En entendant ses paroles, October se sentit un peu mieux. Il savait toujours comment la rassurer. « Tu as sûrement raison... Mais je n'arrive pas à me faire à l'absence de mon grand frère. Depuis cinq ans j'espère un coup de fil, un message n'importe quoi, mais rien. Je nous croyais soudés mais ce n'était qu'une illusion... » Elle se pinça les lèvres pour ne pas pleurer, mais l'évocation de son frère lui faisait toujours mal. Parce qu'il lui manquait, parce qu'elle lui en voulait, parce qu'elle avait peur pour lui, mais ça elle ne l'avouerait jamais. Elle comprenait pas comment leur famille avait pu en arriver là, tout s'était enchainé si vite, elle n'avait pas eu le temps de voir les choses se produire. Alors aujourd'hui elle avait l'angoisse qu'on la laisse, qu'on l'oublie. C'était sa plus grande peur. Elle avait trop souffert dans sa vie pour supporter la solitude, le manque et l'absence. Un léger sourire s'afficha malgré elle lorsqu'elle entendit les paroles rassurantes de son ami. Elle le savait sincère, il pensait réellement ce qu'il disait, et cela la toucha au plus profond de son cœur parce qu'il n'y avait rien de plus beau à ses yeux que quelqu'un qui est toujours là pour vous. Il n'était pas comme les autres. Non. Lui, il serait là. Il serait son pilier, son ange gardien, son protecteur, et ce pour toujours. « Sauf que c'est bien plus que ça, ça dépasse l'amour fraternel. » répondit-elle pour finir la phrase que le jeune homme avait laissé en suspend mais dont elle avait su deviner la fin. « Merci Aaron... Merci d'être celui que tu es et de tout de ce que tu fais pour moi. Tu ne sais pas à quel point tu comptes pour moi... C'est bien simple je ne vois pas ma vie sans toi. » Elle ne disait pas ça en l'air. Ces mots elle les pensait, ils reflétaient à la perfection ce qu'elle ressentait pour le jeune homme. Certains verraient ça comme une déclaration d'amour mais ce n'en était pas une, en tout cas pas dans le sens où on pouvait l'entendre normalement. Elle n'avait pas de sentiments amoureux pour Aaron, ce qu'elle ressentait c'était autre chose, il n'y avait pas de mot pour l'expliquer. Ils se fixèrent un instant. Elle fut déstabilisée par son regard si intense. Elle se perdait dans ses yeux et tout ce qu'il y avait autour d'eux semblait avoir disparu. Elle écoutait attentivement chacun de ses mots, se remémorant au passage les vacances qu'ils ont passé ensemble. Elle sent son cœur s'accélérer peu à peu car elle comprend qu'il va l'embrasser et elle attend ce moment où leur lèvres vont se rencontrer. L'attente n'est pas longue. Dans les secondes qui suivirent il l'attira à lui afin de lui déposer un doux baiser. Elle eut des frissons dans le corps. C'était ce dont elle avait besoin : cette tendresse, ce retour en arrière. Elle ne voulait pas que ce moment s'arrête, ça n'avait peut-être aucun sens tout ça mais elle voulait qu'il continue, qu'ils soient ces adolescents amoureux l'espace d'une journée. Un sourire en coin s'afficha sur le visage angélique de la belle brune avant qu'elle ne mette fin au suspense dans lequel se trouvait Aaron. « Embrasse moi idiot . » La réponse était oui.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron   Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron EmptySam 6 Juil 2013 - 20:47

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron Empty



let's remember the past as we were teen lovers
october and aaron



Ses paroles sont celles d'une femme mature et réfléchie. Outre ma meilleure amie Lindsay qui est plus âgée de quelques années que moi, October est bien la seule presque à avoir mon âge. On a beau dire tout ce qu'on veut, une femme murit énormément entre vingt et trente ans. J'aime tant cette douce assurance et cette sagesse qui règnent chez October, quelle que soit l'heure de la journée à laquelle je la vois, elle est toujours fidèle à elle-même. Alors que son physique est presque trop avantageux, ses principes eux ne sont pas extravagants. Elle est une femme responsable et sérieuse, comme je les aime à vrai dire. Quant à ce regard malicieux qu'elle me jette et que je connais par cœur, il signifie que par-delà cette sagesse d'esprit, elle reste celle que j'ai rencontrée, il y a une quinzaine d'années. La même, pétillante, complice. Et être en compagnie de cette jeune femme a toujours été pour moi aussi efficace qu'une machine à remonter le temps. Oui, avec elle il m'arrive souvent de retomber à l'adolescence, comme si c'était permis de rêver à nouveau d'un monde meilleur. Comme si c'était permis de ne pas penser au lendemain, si angoissant. « Le truc, c'est que tu me connais presque par cœur. J'ai beau faire mine d'être arrogant pour te faire rire ou t'embêter, tu sais qui je suis au fond alors... Peu importe en fait. S'il y a bien une personne avec qui je n'ai pas peur d'avoir la grosse tête, c'est toi. » J'ai toujours détesté les personnes vantardes, et je n'allais pas changer du jour au lendemain. S'il m'arrivait d'avoir la grosse tête, ce n'était que dans un unique but, celui de séduire quelqu'un, ou d'arriver à mes fins d'une façon plus générale. Il est bien connu que malgré ce qu'elles peuvent en dire, les femmes aiment les hommes un brin arrogant. Parce que l'arrogance, si elle est bien maniée, peut être la garante d'un bon nombre de choses délicieuses, en particulier chez les femmes sensibles... Spontané, je savais l'être aussi. Alors sans la moindre  hésitation mais tout de même avec une once de poésie, je lui expliquai ce qu'était une « fille comme elle ». Je ne m'attendais pas à ce qu'elle soit gênée par ma remarque et cela me valut un petit sourire en coin, signe de ma satisfaction à avoir trouvé les bons mots. A son tour, c'est elle qui sut flatter mon égo d'homme libertin. « Mais tu étais la première et la première aveugle. » Répondis-je sans réfléchir. Il m'arrivait de temps en temps de repenser à notre relation qui avait débuté l'été de nos quinze ans. C'était pour elle que mes premiers sentiments amoureux s'étaient construits et amplifiés, tout au long de ces années. Ma mère était la première à me dire que je ne jurais que par October mais elle l'aimait bien alors elle ne se plaignait pas tant que ça... Cette pensée me fit sourire, tandis que je reposai mon regard dans le sien. « A t'entendre, j'étais le bourreau des cœurs ! Je ne laissais aucun espoir aux autres pourtant. » Je ris doucement en repensant à deux ou trois filles qui m'avaient demandé de sortir avec elles et à qui j'avais répondu d'aller voir October pour lui demander son approbation. C'était vraiment drôle, à l'époque. Aujourd'hui, ce genre de réplique serait number one dans le top des répliques has-been. Et pour continuer dans la lancée des compliments, la brunette insista sur le fait qu'elle tenait à moi, ce qui m'arracha une douce gêne. J'ai toujours été celui qui se laisse guider instinctivement par les sentiments mais qui n'arrive pas à les dire à voix haute. Celui qui craint pour sa dignité qu'ils ne soient refusés, ou pas à la hauteur des espérances peut-être... Parce que les sentiments ce n'est pas rassurant, mine de rien... Ils peuvent être aussi solides qu'un roc, aussi fragiles qu'une coquille d'oeuf (→) et c'est bien ce que la vie m'a appris jusqu'à ce jour. Quoi qu'il en soit, avec October c'était différent. Quand bien même c'était difficile à avouer, les bases solides étaient là. Et c'est bien grâce à ces bases que la jeune femme osait me parler de ses doutes et de ses inquiétudes à propos de son frère, Elijah. Évidemment, ça me faisait mal au cœur d'entendre tout ça, ressentant exactement ce que le manque d'un frère ou d'une sœur peut faire. Une souffrance qui remet en doute beaucoup de choses venant du plus profond de nous, de notre origine. Comme si ne pas avoir cet être à nos côtés remettait en cause notre propre existence, en quelque sorte. De nombreuses années, je me suis senti faible, incapable de m'adonner à certains plaisirs sous prétexte que je ne savais pas ce qu'était devenue ma sœur. Était-elle en vie ou déjà plus de ce monde ? Était-elle heureuse ou malheureuse ? Et moi, comment m'adapter à ce qui m'était inconnu ? Pour toutes ces raisons, je ne pouvais que comprendre October. Mais je pouvais aussi tenter de comprendre ce qui se passait dans la tête d'Elijah, qui était lui aussi un grand frère. « Ton frère n'est pas quelqu'un de mauvais. Peu importe ce qu'il fait et où il est, n'oublie pas qu'il pense à toi quand même. C'est humain. » Il n'y a pas plus humain que de penser naturellement à ceux qui viennent du même endroit que nous et qui ont été élevés avec nous, après tout... October en était probablement consciente mais la parole d'un ami est souvent précieuse, à ce qu'il paraît. Un ami qui se tente de dépasser les limites... Et s'il n'y avait pas de limites vraiment fixées ? Je pourrais me comporter avec October comme je le ferais avec ma sœur, mais il y avait toujours ce petit quelque chose en plus, qui venait du fait que nous n'avions justement rien de fraternel. Quand elle le mentionna à voix haute, je baissai mon regard et m'avançai un peu plus loin dans l'eau qui arrivait maintenant au milieu de mon torse. Puis je me retournai vers elle et l'attirai vers moi. « Arrête de me remercier pour t'avoir aimée, et pour être ton ami. Je compte pour toi autant que tu comptes pour moi et je ne prévois pas de partir donc normalement, on n'a pas à s'en faire. » A l'opposé de moi, October s'affranchit de toutes ces pensées sentimentales qui occupaient son esprit. Si j'arrivais à lui dire que j'aimais être là pour elle, c'est parce qu'elle en avait trop dit, parce qu'elle me mettait sur un piédestal alors que je n'avais fait que répondre à mes envies. La simple envie de la connaître, puis celle de la protéger. Un homme normal en soi, non ? Si ce n'est que mes envies parfois dévient vers des chemins plus douteux, plus mystérieux. Sans que je ne comprenne vraiment pourquoi, j'eus besoin de me l'accaparer l'espace d'un instant. Peut-être pour lui demander d'arrêter d'être sentimentale, ce qui me mettait mal à l'aise. Étrangement, j'étais beaucoup plus à l'aise avec les gestes qu'avec les mots. Si je n'étais plus amoureux d'elle, je ressentais toujours autant cette attirance pour elle. Il y a un peu plus d'une semaine en arrière, j'avais fait la rencontre d'une femme qui m'avait littéralement chamboulé. Mon cœur était en peine depuis ce fameux soir mais avec October, je pensais à autre chose, j'étais ailleurs. J'étais dans ma bulle avec elle et il fallait avouer que c'était très, très agréable. Je venais de l'embrasser et sa réaction fut sans équivoque. Les trois mots qu'elle prononça formèrent un ordre plutôt délicieux à entendre, auquel je réponds avec un air enfantin propre à moi. « Un bel idiot alors. » Et je ne me fis pas prier pour m’exécuter après l'avoir fait encore languir pendant deux ou trois secondes. Bercés par la faible houle de l'océan, nos deux corps se rapprochèrent jusqu'à ce que sa peau frôle la mienne, chaude malgré la température de l'eau. Nos lèvres se scellèrent et nous partageâmes ce qui fut d'abord un baiser tendre, emprunt d'une délicatesse digne de notre relation, quand petit à petit, je laissai mes envies d'homme prendre le dessus, presque incapable de contrôler cette partie de moi. Ma main s'aventura sur ses fesses recouvertes de son joli maillot et j'en profitai pour la coller encore plus à moi tandis que ma langue devenait plus joueuse avec la sienne... Savoureux instant, peau à peau, le cœur battant à un rythme irrégulier. Ma main remonta lentement le long de son dos, et elle fut rejointe par mon autre main qui tenait le visage d'October. En souvenir du bon vieux temps et en espérant que cela l'amuse un minimum, je défis son haut de maillot. Par chance, ce n'était pas un nœud farfelu. J'éloignai légèrement mon visage du sien et levai les yeux au ciel. « Mince, ça ne tient vraiment pas bien ce truc, faudrait se plaindre au créateur je pense... » Murmurai-je taquin avec le sourire aux lèvres. J'étais mauvais lorsqu'il s'agissait de jouer l'innocent, c'était d'ailleurs elle qui ne cessait de me le répéter...

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron   Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron EmptyJeu 29 Aoû 2013 - 12:21

Athéna J. Shawn
Athéna J. Shawn
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Jade
Célébrité : Doutzen Kroes
Crédit avatar : (c) toxic heart
Messages : 2245
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Job/Métier : Journaliste au LA Times
Dispo pour le rp : Oui

Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron Empty



La jeune femme se mit à réfléchir. Depuis combien de temps n'avait-elle pas été en compagnie d'un adulte ou du moins avec une personne ayant à peu près son âge. À cause du départ de son grand amour elle avait reprit ses mauvaises habitudes de jeune femme au cœur brisé, couchant avec un homme différent chaque soir, tentant de combler le vide qu'elle avait en elle. Mais la plupart de ses "conquêtes" étaient des étudiants parfois bien plus jeunes qu'elle. Elle n'avait plus eu de discussions sérieuses depuis des lustres ! Sauf ces derniers temps. Tout ses proches étaient revenus dans sa vie au même moment, ce qui était assez perturbant en soi. Elle qui s'était sentie abandonnée et si seule pendant des mois. Peu à peu elle retrouvait son monde, bien que certaines personnes essentielles à ses yeux, manquaient encore à l'appel. Mais elle était ravie de voir qu'Aaron était toujours fidèle au poste, et elle aimait toujours autant sa compagnie. Il était mature, posé, réfléchi mais aussi blagueur, enjoué. Il savait s'adapter à chaque situation et elle appréciait beaucoup cela chez lui. Puis il ne fallait pas omettre qu'il était incroyablement beau ! Pourtant il ne s'en vantait pas vraiment, ce qui le rendait encore plus irrésistible. Elle n'avait jamais été attirée par les hommes qui se rendaient compte de leur beauté et qui en jouaient. C'était quelque chose qu'elle ne supportait pas. Sauf quand cela relevait de la plaisanterie, comme avec le jeune Campbell. Un sourire apparu sur le doux visage de la jeune femme. Ses paroles la touchèrent une fois de plus, lui rappelant à quel point elle pouvait tenir à lui et à quel point il était exceptionnel. Ce qu'elle aimait beaucoup chez lui était le fait qu'il lui montrait constamment qu'elle était spéciale pour lui. La jeune femme savait parfaitement qu'elle avait une place unique dans le cœur du jeune homme et qu'il serait toujours pour elle. Et c'était quelque chose de précieux pour elle. « En effet, il en va de même pour moi. On ne peut pas tricher quand on est ensemble, on se connait trop. Tu sais de toute façon que je ne te jugerai jamais, tout comme je sais que je peux être moi-même sans crainte quand je suis avec toi. » Qu'est-ce que cela pouvait être agréable d'ailleurs ! Dans une société où chacun cache ce qu'il est réellement par peur d'être rejeté, il est rare de trouver des personnes qui nous apprécie et nous accepte pour ce que nous sommes vraiment. Aaron faisait parti de ces gens là. Il allait au delà des apparences. Il était vrai. Elle avait une confiance aveugle en lui et elle savait que ce serait pour toujours. Le lien qu'ils avaient tissé était solide en plus d'être unique. Aaron était presque parfait à ses yeux, il avait tout pour lui c'était une chose qu'elle admettait facilement, pourtant elle ne désirait rien de plus que son amitié et elle savait qu'il en était de même pour le jeune homme. Bien qu'elle se sente extrêmement apaisée et sereine en sa compagnie, qu'elle ressente une profonde affection en plus d'une certaine attirance, ce n'était pas lui que son cœur avait choisi. Mais ce n'était pas important. Ils n'étaient pas là pour ça. Profiter de sa présence et de la chaleur qu'il apportait dans sa vie, c'était tout ce qu'elle voulait. Il n'existait plus aucun secret, plus aucune gêne entre eux. Elle se sentait appréciée à sa juste valeur avec lui. Certes il ne niait pas qu'elle avait un physique plus qu'attirant, mais il n'était pas focalisé sur cela. Elle ne pouvait pas en dire autant des autres hommes qu'elle avait pu côtoyé. C'était pour cela qu'elle ne prenait pas mal les remarques d'Aaron, dans sa bouche cela sonnait comme de vrais compliments, et elle appréciait beaucoup ça. Il avait toujours réussir à la faire se sentir bien dans sa peau, et ce déjà lorsqu'ils étaient adolescents. Leur relation passée pouvait sembler être une amourette de vacances, mais ça avait été bien plus que cela. Ils avaient eu de réels sentiments l'un pour l'autre. Et elle s'était toujours sentie la plus belle à ses yeux, chose qui lui avait apporté énormément de réconfort dans une période sombre de sa vie. Se sentir aimée avait été pour elle une raison de se relever et d'avancer après la perte tragique de ses parents. Elle se mit à rire en entendant la réponse de son ami. Cela la replongea des années plus tôt, quand tous deux étaient ensemble. Déjà à cette époque la jeune femme avait un sacré caractère et ce malgré son jeune âge. Elle se souvint d'ailleurs avoir été quelque fois jalouse lorsqu'elle voyait des filles s'approchaient un peu trop près d'Aaron. La jalousie faisait donc partie d'elle depuis déjà plusieurs années se dit-elle. « Je sais que tu ne leur en laissait pas mais elles croyaient naïvement que tu leur tomberai dans les bras. Si tu savais le nombre de filles qui espéraient qu'on se sépare pour avoir une chance avec toi, tu serais surpris ! » La jeune femme ne put s'empêcher d'insister sur le fait qu'elle tenait à lui. Elle savait pourtant qu'Aaron n'était pas très à l'aise avec tout ça. Il avait toujours été plus tactile que bavard, ce qui n'avait jamais déplu à October. Oui mais voilà, aujourd'hui les choses étaient différentes, aujourd'hui elle ressentait le besoin d'exprimer ce qu'elle avait sur le cœur. Le jeune Campbell ne semblait pas réaliser à quel point cela pouvait compter pour elle. Elle n'avait pas assez dit aux gens qu'elle aimait à quel point ils étaient importants pour elle, et pour certains elle n'aurait plus jamais la chance de leur dire. Du moins c'était ce qu'elle pensait. L'histoire avec son frère et Jayden l'avait marqué au point qu'elle était convaincue que le problème venait d'elle et qu'elle n'était pas assez démonstrative. C'était bien sur totalement faux d'un point de vue objectif, mais c'était ce quelle pensait. Elle ne voulait plus perdre qui que ce soit dans sa vie, de toute façon elle ne pourrait le supporter. Elle était forte mais pas invincible. Elle avait des faiblesses comme tout le monde, et ses proches étaient la principale. Mais la relation qu'elle entretenait avec Aaron n'avait jamais vacillé, elle était restée intacte même après toutes ces années. Dès le début ils avaient été très liés ce qui expliquait probablement pourquoi ils étaient toujours aussi proches au jour d'aujourd'hui. Elle se sentait en confiance avec lui, au point d'aborder des sujets qu'elle tentait habituellement d'éviter. Le départ de son grand frère en faisait parti. Elle n'en parlait jamais et à personne, excepté avec son petit frère et encore. C'était un sujet tabou car douloureux. Rien que d'évoquer son prénom lui donnait des frissons et lui faisait ressentir le vide qu'il avait laissé en elle. C'était une sensation extrêmement désagréable mais surtout douloureuse. Il lui manquait tous les jours un peu plus mais elle ne pouvait rien faire, elle était impuissante et c'était cela qui la détruisait. Aaron était l'un des plus aptes à comprendre ce qu'elle vivait. Lui aussi n'avait plus de nouvelles de de sœur et même si il n'en parlait que très peu elle savait qu'il en souffrait terriblement. C'était une chose horrible que de vivre dans le doute et dans l'angoisse en particulier quand il s'agit de votre famille. Sa vie avait été chamboulée depuis que son frère était parti, comme si on lui avait arraché le cœur mais qu'elle devait continuer de respirer malgré tout. Ses frères représentaient l'une des parts les plus importantes de sa vie. Elle donnerait n'importe quoi pour eux ! N'importe quoi... Pourtant depuis cinq longues années elle devait se résoudre à vivre sans son grand frère, son repère, son protecteur... La vie n'avait-elle pas été assez cruelle envers elle ? Pourquoi n'avait-elle pas le droit au bonheur comme tout le monde ? Elle ce qu'elle voulait c'était juste une vie posée, sans encombre, une vie où elle pourrait avoir ses deux frères auprès d'elle. Mais cela semblait désormais impossible... Et cela lui brisait le cœur. Heureusement Aaron était là auprès d'elle et ses paroles réchaufférent quelque peu la jeune femme en peine. « Je le sais, en tout cas je l'espère, car moi je pense à lui tous les jours. C'est plus fort que moi et ça me tue je te jure. Je suis désolée d'avoir abordé ce sujet avec toi, ce n'était pas très fin de ma part. » Elle s'en voulait car elle savait qu'inconsciemment elle avait rappelé de mauvais souvenirs à Aaron. Elle n'avait pas réfléchi au fait que son histoire pouvait lui faire penser à sa sœur et désormais elle regrettait amèrement d'avoir abordé le sujet. Mais son ami ne lui en tiendrait pas rigueur elle en était parfaitement consciente. Ami... Ce mot résonnait bizarrement pour la belle brune car ce qu'il existait entre les deux jeunes gens était particulier et unique. Ils étaient très proches, très complices mais il n'y avait rien de fraternel, du moins l'attirance qui existait entre eux l'empêchait. Ce qu'ils avaient vécu il y a des années ne pouvait s'effacer comme ça. Il avait été sa première vraie relation, sa première fois. Et cela changeait tout. Personne n'était vraiment apte à comprendre leur lien. Il fallait le vivre, le ressentir. Ils ne poucaient pas s'empêcher d'être proches physiquement, en particulier car ici rien ne leur l'interdisait. Deux célibataires éprouvant une forte attirance. Pourquoi résister ? Ils savaient très bien que cela ne changerait rien entre eux. Ils avaient chacun leur cœur pris par quelqu'un d'autre. Quelqu'un avec qui ils ne pouvaient pas être pour le moment. Elle ne savait pas très bien ce qu'il en était pour Aaron mais elle sentait le jeune homme tourmenté, et seule une femme pouvait être là dessous. De son côté ce n'était pas tellement mieux. L'amour de sa vie l'avait abandonné il y a six mois de cela, et depuis elle n'avait plus aucune nouvelle. Il s'était évaporé dans la nature et encore aujourd'hui elle en souffrait. Elle souffrait parce qu'elle l'aimait. Elle en était folle. Et elle ne pouvait rien faire à part essayer d'avancer et de refaire sa vie, puisque de son coté lui avait préféré continuer sans elle. Mais elle ne voulait plus penser à ça. Pas en présence d'Aaron en tout cas. Il l'apaisait et elle voulait se concentrer sur cette sensation de bien être qu'il lui apportait. C'était si rare et tellement précieux aux yeux de la jeune femme. La remarque du jeune homme la fit sourire. Il était vrai que depuis le début elle ne cessait de lui dire à quel point il comptait pour elle, au point de le mettre mal à l'aise. « Je suis désolée... Avec tout ce qu'il se passe dans ma vie en ce moment je ne peux pas m'empêcher de dire à mes proches qu'ils comptent pour moi. Mais promis j'arrête de faire ma sentimentale pour aujourd'hui. » avoua-t-elle dans un sourire. Elle devait avouer n'avoir pas trop su à quoi s'attendre aujourd'hui en revoyant Aaron au vue de la situation actuelle de chacun. Mais la tournure que les choses prenaient ne la dérangeait pas le moins du monde. Au contraire. C'était peut-être égoïste de sa part mais elle ne voulait pas penser à Jayden. Il l'avait abandonné alors pourquoi devrait-elle se sentir coupable de se laisser aller avec le beau Campbell ? Jay et Aaron ne s'étaient jamais beaucoup appréciés, et peut-être que le fait qu'ils se connaissaient aurait pu bloquer October aujourd'hui. Pourtant elle se laissa aller dans les bras de Aaron sans hésitation. Elle en avait besoin. Besoin de ce retour en arrière, de cette tendresse, de cette douceur. De toute façon cela ne changeait rien dans son cœur. Jayden y occupait la place principale et ce pour toujours, elle en était certaine. Il n'y avait aucun doute là dessus. Oui mais voilà, elle souffrait. Elle souffrait du manque de son frère, du manque de Jay et elle avait besoin d'oublier tout ça. De plus elle ne pouvait nier l'attirance qu'elle éprouvait pour le jeune Campbell à ce moment même. C'était indéniable, il lui plaisait. Encore plus quand elle le voyait ainsi : torse nu, mouillé et légèrement bronzé. Qui ne craquerait pas franchement ? Il l'avait embrassé et elle avait apprécié. Pourquoi déciderait-elle d'arrêter cela ? Tous ses problèmes semblaient s'effacer, elle se sentait légère et sereine comme lorsqu'elle avait seize ans et qu'elle sortait avec Aaron. C'était pourquoi elle lui avait demandé de continuer. Elle ne voulait pas que tout ceci s'arrête. Non. Elle voulait le sentir contre elle encore un peu. « Le plus beau de tous même » répondit-elle l'air taquin. La fraîcheur de l'eau ne semblait pas éteindre la fièvre qui venait de s'emparer d'elle. Le voyant approcher lentement elle sentit son cœur battre la chamade dans sa poitrine. Elle se mordilla la lèvre tandis qu'il la faisait languir. Puis ce fut la délivrance. Ils s'embrassèrent tendrement au départ, mais leur baiser devint plus passionné signe de la forte attirance qu'il y avait entre eux. Elle sentit les mains d'Aaron sur son corps et frissonna. Sensation agréable qu'elle vivait là. Son cœur lui ne diminuait pas la cadence, battant toujours aussi vite et toujours aussi fort. Elle plongea son regard dans les yeux bleus du jeune homme et son sourire taquin n'annonçait rien de bon. C'est alors qu'elle sentit la main d'Aaron lui retirait le noeud de son haut de maillot. Cela la ramenait des années en arrière, à l'époque où elle était obligée de trouver des stratagèmes pour qu'il ne puisse plus arriver à ses fins. Ce geste la fit rire et elle n'en fut absolument pas gênée. Elle ria davantage face au faux air innocent du beau brun. On voyait à des kilomètres à la ronde qu'il était coupable, il savait d'ailleurs qu'il était mauvais lorsqu'il s'agissait de jouer la comédie. « Moi je pense plutôt qu'il faudrait se plaindre des mains baladeuses d'un certain monsieur Campbell. Tu le connais pas par hasard ? » demanda-t-elle joueuse. Elle retira complètement son haut de maillot le gardant dans une main. Elle n'était pas mal à l'aise, ayant déjà fait du monokini sur la plage. Elle ne le faisait pas souvent mais ce n'était pas quelque chose qui la dérangeait particulièrement. Elle se colla au le jeune homme. Sa poitrine nue était désormais collée au torse d'Aaron. Elle savait que cela avait le don de faire pas mal d'effets aux hommes. « On fait moins le malin hein ? » Elle lui sourit. Elle voulait l'embêter elle aussi, comme il venait de le faire avec elle. C'était toujours ainsi entre eux. Ils étaient redevenus les ados qu'ils étaient il y a longtemps et ça leur faisaient du bien.


men made madness
Found myself just the other day in the backyard of a friends place, thinkin' about you, thinkin' of the crowd you're in. What you up too where you been ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron   Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron EmptyJeu 3 Oct 2013 - 22:51

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron Empty



let's remember the past as we were teen lovers
october and aaron



Cette amitié était une richesse que j'appréciais chaque fois en sa présence. Une richesse semblait briller toujours un peu plus au fil des années. October était une fille que j'avais aimé, toujours énormément, bien que les sentiments se soient transformés petit à petit. C'est comme un feu. Celui-ci pourrait s'éteindre avec le temps et pourtant, sa chaleur resterait la même identique. Quand bien même nous ne sortions plus ensemble, nous étions profondément attachés l'un à l'autre par un lien invisible mais ô combien fort. A ce stade de ma vie, October était l'une des femmes qui m'avaient le plus apporté et c'est par cette attention portée envers elle chaque fois qu'on se voyait que je le lui montrais. C'était en aucun cas un effort, bien au contraire. Étant quelqu'un de particulièrement sentimental, je tiens toujours à cœur de montrer aux gens à quel point je peux tenir à eux. L'air de rien, nous reparlâmes de notre relation amoureuse, quand soit-disant les filles me tournaient autour. En réalité, je le voyais bien, je n'étais pas aveugle et ce serait une fausse modestie de dire ça. Mais je ne mentais pas sur le fait que je ne laissais pas vraiment d''espoir à ces adolescentes. Sa réponse m'arracha à nouveau un rire mesuré. « Elles avaient raison d'espérer, tu ne vas quand même pas les blâmer les pauvres... » Oui, c'est une qualité d'être tenace et de ne pas perdre espoir, n'est-ce pas ? Je n'étais pas bien sûr que la brunette réceptionne ma réponse à la plaisanterie, mais bon... « Bon ça va, certaines ont pu profiter au final. Un mal pour un bien comme on dit. » Contrairement à ce que je pouvais laisser transparaitre, la fin de ma relation avec October n'était pas passée comme une lettre à la poste. Il y avait ces coups de fil entre elle et moi à l'aube de la vingtaine qui laissaient sous-entendre un possible rapprochement, et puis elle avait rencontré quelqu'un finalement, tandis que je m'habituais petit à petit aux joies du libertinage. Ce qui avait été le plus difficile au début, c'était de la voir au bras d'un autre, mais il avait vite fallu se faire au changement. Plus qu'un amour d'adolescents, notre histoire était construite sur les simples mais si fortes bases d'une amitié indestructible. C'est pourquoi il n'était pas difficile de se confier l'un à l'autre et si elle s'excusait d'avoir parlé de son frère disparu sous prétexte que je n'avais plus ma soeur, je répliquai de suite. « Ne t'excuse pas de parler de ça October, tu sais très bien que tu peux me parler de tout, comprenant tes frères. Encore heureux ! » La disparition de ma soeur, j'avais appris à vivre avec. Et même si ça me faisait mal d'y penser, je ne voulais pas que ce soit un prétexte pour éviter le sujet délicat avec d'autres personnes, loin de là. Mon amie avait besoin de parler et j'étais bien placé pour savoir qu'une oreille attentive dans cette situation là était réconfortante, quoi qu'on en dise. Je voulais être cette bonne épaule pour October. Cependant, j'avais beau être tactile et complice avec elle, je ne pouvais m'empêcher de ressentir une légère gène face à tous ces compliments, cette effusion de sentiments. A l'entendre, j'étais une espèce de héros qui l'aurait sortie des flammes, mais je n'étais rien de ça. J'étais simplement heureux de l'avoir rencontrée moi aussi. « C'est ça, arrête de faire ta sentimentale. » Répondis-je avec un léger sourire figé sur les lèvres. Et s'en suivirent un baiser assez doux, puis un autre, plus intense... tandis que nos deux corps s'étaient rapprochés dans l'eau. October me glissa entre temps que j'étais le plus bel idiot de tous les idiots, ce qui en soi n'était pas désagréable à entendre... mais mon attention était désormais plus captivée par son corps que par ses mots, en toute honnêteté. Laissant mes mains caresser le bas de son dos, puis remonter vers la fermeture du haut de son bikini en deux en trois mouvements. Mon regard gourmand ne manqua pas une miette du spectacle qui s'exposait plus bas. Elle était délicieuse, mais ça je le savais déjà, même si ça faisait tout de même longtemps que nous n'avions pas craqué face à la tentation. « C'est un chouette type, il parait. Et ses intentions ne sont jamais mauvaises, tu devrais le savoir... Enfin si tu veux t'en plaindre, faudrait déjà le repousser. J'dis ça, j'dis rien, tu es grande. » Dis-je sans la quitter des yeux un instant, profitant de la douce chaleur de son corps contre le mien, de plus en plus chaud... Nul doute que la jolie brunette me faisait de l'effet, déjà... et je n'allais pas m'en cacher. « Comme si tes seins allaient me faire taire. » En fait, j'avais parlé un peu vite. Je n'avais plus vraiment envie de parler désormais, préférant me laisser mes mains s'exprimer pour moi comme elles savaient si bien le faire. J'abaissai mon regard sur ses lèvres un bref instant avant de le détourner vers ma droite, pour inspecter la crique. A croire que le destin jouait en ma faveur, le dernier couple venait de partir, nous n'étions plus à la vue de quiconque désormais. Avec un très faible sourire de vainqueur, je me retournai à nouveau vers elle et attirai son bassin contre le mien, moins subtilement qu'auparavant. « Je crois que tu as rendu jalouses toutes les femmes de la plage avec ta plastique, elles ont fui de peur que leur mec se rince l’œil... Enfin ce n'est pas comme s'ils avaient une chance. » Terminé le blabla, ma main chercha son cou, sa nuque pour attirer son visage à nouveau. Quand mes lèvres rejoignirent les siennes, une décharge électrique se répandit en moi et sonna le début des festivités. Laissant la fougue m'emporter, je la pris dans mes bras et une fois que ses jambes encerclèrent ma taille, je l'emportai jusqu'au bord de la plage où finalement, la petite hauteur de l'eau nous couvrait assez pour garder ce charme... aquatique. Je l'allongeai sur le sable et tandis que l'eau allait et venait sur nous, mes lèvres parcoururent avec volupté sa joue, son cou, son épaule... Je ne retenais surtout pas mes mains sur sa poitrine, sur ses hanches. L'envie d'elle rythmait les battements de mon coeur avec une frénésie dont j'étais littéralement fan. J'avais envie de ce plaisir charnel, qui aurait en plus un sens car il s'agissait d'elle et non d'une parfaite inconnue comme celles auxquelles j'étais plus habitué. Mes yeux bleutés recroisèrent les siens et je lui adressai un petit sourire en coin tandis que je faisais glisser le bas de son bikini contre ses cuisses, doucement...

Spoiler:
 





Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron   Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron Empty

Contenu sponsorisé

Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Let's remember the past as we were teen lovers, October&Aaron
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP :: Terminés-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser