Partagez | 
 

 Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Mar 30 Juil 2013 - 2:11

avatar
Solomon Collins
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Date d'inscription : 14/06/2013
Prénom : maya/animals.
Célébrité : chachatte.
Crédit avatar : whiskey lullaby.
Messages : 11929
Nationalité / origines : américaine.
Etudes/études passées : diplômé en littérature.
Job/Métier : prof de philosophie et combattant actif dans les tournois clandestins des bas fonds de l.a.
Adresse de résidence : south central.
Autres comptes : rj, oz.
Voir le profil de l'utilisateur


Après que RJ eut raccroché, il vida le contenu de son verre d’un trait, évitant de justesse de s’étouffer. Il ne savait vraiment pas boire, pourquoi diable se forçait-il de la sorte ? Pour oublier, comme tout un chacun. Oublier…il comptait sur l’alcool pour le délester de ses souvenirs, au moins l’espace d’une soirée. Adieu Swann. Adieu cette nuit passionnée. Adieu ses regrets. Adieu ce masque qu’il revêtait sans cesse. Adieu cette vie dont il finissait par se demander si elle était vraiment sienne. En fait, il lui semblait qu’il n’était jamais aussi lucide que lorsqu’il était saoul. L’alcool aliénait ses raisonnements, bien sûr, il n’était pas un surhumain et il supportait encore moins l’alcool que la moyenne, mais sa capacité se réflexion semblait à la fois lente et rapide. En fait, il se permettait enfin de s’étendre plus longuement sur sa situation, ne pouvant contrôler le flux de pensées qui affluait inlassablement. Il en venait à douter de la pertinence de l’existence qu’il menait, à quoi ça servait ? Il répondait aux attentes de personnes qui se fichaient pas mal qu’il vive ou qu’il meure, tant qu’il se comportait comme ils le désiraient. Il n’était qu’un pantin que l’on agitait au gré de l’envie. Tais-toi. Il ne vivait pas, il se contentait de déambuler, parfaite illusion de vie qu’il était. Bon dieu de bonsoir, vas-tu la fermer ? Avait-il jamais été en vie ? Peut-être l’était-il mieux lorsqu’il n’y a que les BD et les jeux vidéo dans sa vie. « Un autre ! » Ordonna-t-il au barman dans une tentative désespérée de réduire son cerveau, sa conscience ou quoique ce fût d’autre au silence. « Je pense que vous avez assez bu comme ça » rétorqua simplement le barman d’un ton neutre. Qu’en savait-il ? Bon certes, il suffisait de le regarder et il avait bien évidement entendu sa conversation avec Alice tout à l’heure. « Je le saurai si j’avais assez bu ! » rugit RJ, sans grand succès puisque l’homme en face de lui ne broncha pas d’un millimètre, il semblait coutumier de ce genre de comportement. Puis soupirant, le brun décida de sortir. Il étouffait soudainement dans cet endroit. Respirer lui semblait être une véritable torture. Il avait besoin d’air. Et de Swann aussi. Que diable Swann venait-il faire dans cette histoire ? Il déposa un billet de cent, nettement plus qu’il ne fallait et tituba maladroitement vers la sortie. Lord, qu’il était pathétique. Il faudra qu’il songe à se reprendre. Un jour. Pas aujourd’hui. Demain peut-être. Ou Après-demain. Il était fatigué. Il voulait que le temps s’arrête. Il voulait…il poussa la porte et ce fut une réelle délivrance. Il donnait l’impression qu’il avait passé de longues heures sous terre. Il ferma les yeux un instant. C’était tout comme, après tout ne vivait-il pas sous sa propre peau ? Lord, vas-tu bien te taire ? « Avez-vous une cigarette ? » demanda-t-il au premier fumeur qu’il rencontra et qu’il voulut bien lui fournir son poison. RJ ne fumait pas, habituellement, grand sportif, il mettait un poing d’honneur à garder un esprit sain dans un corps sain. Pourtant, en ce moment, il était même prêt à prendre des rails de poudre tant il était perdu. Seulement ce soir. Demain tout irait mieux. Demain il y verrait plus clair. Demain était un autre jour. A la première bouffée, il s’étouffa. Pathétique, il le savait. Aussi pathétique qu’un homme qui se recherche. Mais demain, tout irait mieux. Soudain le visage de sa meilleure amie se dessina dans son champ de vision et il se souvint qu’il l’avait appelé, il le regrettait soudain. « Helloooooooo ! » dit-il pourtant avec l’entrain d’un esprit enivré.



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Mar 30 Juil 2013 - 22:31

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/




RJ & Alice

Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps.


La Brique. Quel propriétaire assez fumé de Los Angeles avait pu appeler son bar La Brique ? Avec le peu d'explication que j'avais eu, il allait falloir que je me débrouille pour trouver cet endroit et y repêcher mon ami qui n'avait pas l'air en bon état. D'ailleurs, je ne préférais pas attendre trop longtemps avant de filer car mon intuition me disait qu'il n'était pas bourré et seul dans ce bar sans aucune raison ! RJ, c'est le genre d'homme qui se la joue fort mais qui a des tourments. Une goutte d'alcool et c'en est fini, les tourments ressortent à la surface. Tenant fortement à lui, je ne désirais pas le laisser tomber dans un moment pareil, alors je fonçai au garage de mon immeuble, en sortis la voiture et me dirigeai vers cet endroit non sans regarder au moins trois fois ces quelques lignes que j'avais inscrites sur un papier auparavant, indiquant la location du bar où il était... Mais impossible à trouver ! C'était incroyable, ce bar semblait introuvable, au fur et à mesure où je me plongeais dans toutes ces petites ruelles noires du centre ville reculé. Génial ! Je commençais à désespérer et à croire qu'il m'avait fait une blague lorsque enfin, je vis "LA BRIQUE" inscrit sur le haut d'une porte, au bout d'une ruelle. Alléluia ! A la hâte, je tentai de trouver une place où garer ma petite voiture. Chose accomplie quelques minutes plus tard. Alors je me ruai vers le bar et c'est à ce moment-là que j'aperçus RJ, droit devant moi, dos contre la façade du bar. Il était en train de fumer. HEIN ? Lui, fumer... Rien ne va plus. En moins de dix secondes, j'arrive face à lui et enfin, il me reconnait. Dieu merci, il ne m'a pas oubliée en cours de route. Son sourire de mec saoul me fit tout de même légèrement rire, je l'avoue. « Comme c'est moche !! » Lançai-je spontanément en le regardant de haut en bas et en remuant ma main afin d'éloigner cette odeur de cigarette. Loin de moi l'envie que ma nouvelle robe d'été empeste ! D'ailleurs, à l'aide de mon pouce et de mon index, je lui retirai la clope de la bouche, avant de l'écraser par terre à l'aide de ma chaussure et de jeter le mégot à la poubelle la plus proche. « Ça ne te va pas de fumer, monsieur le spécialiste en cardiologie. » Je lui fis les gros yeux avant d'approcher mon visage du sien, juste pour sentir l'odeur du désastre. « Pouah. Tu as carburé ! Je peux t'assurer que tu pues. » Dis-je en riant. Il n'y avait pas mort d'homme tout de même. Cela dit et j'en étais persuadée, quelque chose clochait. Les bras croisés, je fixai mon ami. « Bon, tu peux me dire pourquoi tu es seul ? Et tu fêtes quoi, au juste ? » J'insistai bien sur le mot "fêtes" car je me doutais bien qu'il ne s'agissait pas d'une fête, je n'étais pas idiote quand même.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Mer 21 Aoû 2013 - 3:28

avatar
Solomon Collins
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Date d'inscription : 14/06/2013
Prénom : maya/animals.
Célébrité : chachatte.
Crédit avatar : whiskey lullaby.
Messages : 11929
Nationalité / origines : américaine.
Etudes/études passées : diplômé en littérature.
Job/Métier : prof de philosophie et combattant actif dans les tournois clandestins des bas fonds de l.a.
Adresse de résidence : south central.
Autres comptes : rj, oz.
Voir le profil de l'utilisateur


Paumé. Perdu. Largué. A l’ouest. Allégorie du moribond aveugle. Il fixait sa meilleure amie venir vers lui et se demandait brièvement ce qu’elle pouvait bien faire là. Il se souvenait qu’il l’avait appelé quelques minutes auparavant –heureusement- mais il ne se souvenait plus pour quelle raison. Qu’avait-elle à faire ici ? La vraie question était : qu’attendait-il d’elle ? Elle ne pourrait lui ôter sa croix de pêcheur inconvenant. Il voulut s’excuser de l’avoir traînée jusqu’ici mais ses mots moururent dans sa gorge. Il était content de la voir. Son rire lui donnait l’impression que tout n’était légèreté, l’alcool n’y était pas complètement étranger non plus. Néanmoins, Alice, ô que ton prénom est volatile, à l’image de cette légèreté que tu sèmes tout autour de toi. Ce qui pesait jusque lors des tonnes, semblant impossible à soulever me paraissait désormais tellement dérisoire. « Ô Alice ! Alice ! Pourquoi es-tu Alice ? Renie ton père et abdique ton nom ; ou ; si tu ne le veux pas, jure de m’aimer et je ne serai plus… » Sa voix alla crescendo à la manière des tragédies antiques avant de s’éteindre brutalement ; il venait de se rendre compte que sa cigarette lui avait été ôtée. « Eh ! » s’exclama-t-il, faussement offusqué « Justement, je suis le cardiologue, enfin futur cardiologue alors je sais ce qui est bon pour ça –parlant, il donna un coup contre sa cage thoracique, à l’emplacement du cœur- et le tabac permet de vivre longtemps ! » Il éclata de rire, visiblement amusé par sa plaisanterie, qui n’en était pas vraiment une. Sans doute une de ces galéjades qui n’égayent que les cardiologues. « Quoi, tu n’aimes pas l’odeur, du vrai male, viril ? Je suis déçu je pensais que ça te plairait  et te ferait de l’effet ! » Allégorie de la ridicule assurance. Il avait conscience de s’enliser mais il s’agissait simplement d’Alice. Alice prénom volatile qui répandait la bonne humeur par où elle passait. Âme bienveillante qui prit sous sa responsabilité l’âme hagarde qu’il était. « Ce que je fête… » Il se tut et se mit à réfléchir, qu’était-il déjà entrain de célébrer ? Il avait beau fouiller dans sa mémoire, rien ne lui venait. Ah oui ! Swann ! Un sourire indéchiffrable fleurit sur ses lèvres « Je venais fêter ma première sodomie ! Youhou ! » Cria-t-il en frappant dans ses mains, un sourire lumineux aux lèvres avant de s’esclaffer. « Je m’étais toujours demandé ce que ça pouvait bien faire d’utiliser ce mot à l’oral ! » Un nouveau gloussement. C’était pire que ce qu’il avait pensé, il venait de donner un aspect nettement plus réaliste à cette nuit qui n’aurait pu demeurer qu’un lointain cauchemar. Une violente nausée lui étreignit violemment la gorge. « Je me sens pas… bien du tout… » Il mit une main devant sa bouche et partit à la recherche d’un coin isolé pour dégobiller ses tripes sur un mur éculé, qui avait jadis été blanc, du moins le supposait-il. Avait-il déjà dit qu’il était pathétique ? Cela dit, le dire une nouvelle fois ne pouvait pas lui faire de mal, bien au contraire. Misérable, pathétique, minable…il en avait une tripotée dans le domaine du pathos. Il se releva par la suite, s’essuyant la bouche. « C’est pire que le mariage notre truc » il afficha un sourire contrit, désignant là leur amitié. « Bon nous sommes d’accord, ceci n’est jamais arrivé, si quelqu’un le sait, t’imagines bien que les filles n’auraient qu’une envie se suicider, leur prince ne serait pas comme elles l’auraient imaginé et je suis sur que tu ne veux pas être responsable du suicide collectif de plusieurs jeunes femmes n’est-ce pas ? » Il fouilla dans les poches de son pantalon et en sortit deux chewing-gum qui finirent immédiatement dans sa bouche « Sinon on la prend cette douche ? »



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Sam 24 Aoû 2013 - 15:10

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/




RJ & Alice

Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps.


Que Shakespeare le pardonne. J'avais beau être d'ordinaire sensible à ces tirades de tragédie, ce qu'elles m'inspiraient dans ce lieu obscur, citées en plus par mon meilleur ami complètement plein, n'avait rien de beau ou même poétique. « Et bien ! Shakespeare va se retourner dans sa tombe. » Dis-je en lui retirant cette cigarette des lèvres sans lui avoir laissé le temps d'accepter l'idée. Parce qu'entre lui et moi, la politesse et la délicatesse, c'est juste quand on a envie. D'ailleurs, ça avait été ainsi depuis le tout début où nous nous connaissions. J'avais craché - au sens figuré vous comprendrez - sur le dos d'une de ses poufs d'amies et lui m'en avait fait voir de toutes les couleurs. Pas de place pour le superflu entre nous, on allait toujours droit à l'essentiel ! Il me dit que le tabac faisait vivre longtemps et suite à son rire tellement communicatif, j'éclatai de rire avec lui comme une idiote aussi saoule que lui. « Mais tout est relatif bien sûr ! » Et tout en riant, je m'étais approchée de lui au point de sentir son haleine de phoque à plein nez. Sans prendre de pincettes, je le lui fis remarquer et cela ne sembla pas l'atteindre plus que ça, non au contraire ! Comment tout tourner à la dérision, RJ lui en était le maître. « Désolée de te décevoir mais tu es loin de l'homme viril là, Hemingway. Cet effet que tu me fais, c'est un peu comme celui du fumier des fermes auprès des touristes randonneurs, tu vois ? C'est répulsif. Je préfère de loin ce parfum que tu mets de temps en temps. » Je lui souris tendrement car il savait bien que j'étais née pour l'embêter. J'aimais tellement ça qu'au fond, cela devait faire partie de ma destinée. Vint le moment où je lui demandais enfin ce qu'il était venu faire dans ce bar, seul. Les bras croisés, je sondai son regard pensif. Et quand les mots sortirent de sa bouche en m'annonçant qu'il venait fêter sa première sodomie, je manquai m'étouffer et je fis exprès d'en rajouter une couche en m'accrochant à son bras. « Attends, tu as bien dit sodomie ? Tu t'es fait prendre par un mec ? Genre... vraiment ? T'es en train de me faire marcher là hein ? » Nerveusement, je me mis à rire. Non pas que la sodomie me choque, chacun fait comme il peut et surtout comme il veut, mais venant de RJ, quand même. Je ne pensais pas que... Enfin bon. J'aurais pu poser plein de questions sur le moment. Qui, quoi, quand, comment, où. Mais pas une seule ne me vint spontanément. Et pour couronner le tout, il s'en alla vomir. Le temps pour moi de digérer ça. Parce que je le connaissais et sur ce coup, j'étais sûre qu'il ne disait pas ça pour me faire marcher. D'où sa venue dans ce bar, d'où sa cuite phénoménale. Et beh... Sacré RJ ! Je l'observai en coin en train de se vider et il finit par se relever et revenir vers moi. Sa remarque me fit sourire. « C'est mieux, tu veux dire... Là, je ne me suis pas sentir obligée de venir, j'en avais juste envie. » Fière de moi, je haussai l'épaule d'une façon enfantine qui m'était propre. Bien sûr, il me demanda de tout garder pour moi afin d'épargner sa réputation d'homme à femmes. Je finis par lever les yeux au ciel avant de lui donner une tape amicale sur le côté de sa tête. « OK, très bien ! Comme tu voudras, sauf que moi je ne suis pas prête d'oublier ça tu peux me croire !! » Comme un buffle, mais un buffle mignon attention, je me mis de nouveau à ricaner avec ma main devant la bouche, en le regardant. Une amie indigne, dites-vous ? Vous n'étiez sans doute pas à ma place ! Il sortit des chewing-gum de sa poche qui atterrirent aussi vite dans sa bouche d'homme bourré. Miam. Sa question sur une éventuelle douche me laissa perplexe. Qu'est-ce que j'allais bien pouvoir faire de lui ? Le ramener dans ce bar pour l'inciter de nouveau à boire ? Non. Et puis, il puait trop pour le mêler de nouveau à la population, quand bien même certains étaient dans la même situation que lui. J'avais ma dignité vous voyez. Enfin, façon de parler. « Parle pour toi. Je sens la rose moi, pas besoin d'une douche. » Dans l'immédiat, je saisis sa main pour l'emmener plus loin, vers ma voiture précisément. Ce n'était pas un gros bolide mais nous elle était assez grande pour contenir deux places arrières relativement confortables. Alors au lieu de grimper à l'avant à ma place de conductrice, je montai avec lui à l'arrière. Et après m'être assise en tailleur à côté de lui, je commençai les festivités. « Promis, tu auras le droit à ta douche très vite. Mais avant, tu vas te confier à ta superbe amie, magnifique et digne de confiance, Alice ! Alors, euh... C'était qui ce mec ? Et comment c'est arrivé ? Et tu comptes avoir ta deuxième fois ? » STOP. J'étais irréparable décidément. En posant ma dernière question, je mimai une légère grimace, tout de même.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Dim 25 Aoû 2013 - 1:06

avatar
Solomon Collins
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Date d'inscription : 14/06/2013
Prénom : maya/animals.
Célébrité : chachatte.
Crédit avatar : whiskey lullaby.
Messages : 11929
Nationalité / origines : américaine.
Etudes/études passées : diplômé en littérature.
Job/Métier : prof de philosophie et combattant actif dans les tournois clandestins des bas fonds de l.a.
Adresse de résidence : south central.
Autres comptes : rj, oz.
Voir le profil de l'utilisateur


L’on disait qu’une vraie amitié était celle qui avait vécu et survécu aux moments difficiles. RJ était forcé de le reconnaître en regardant Alice, parce qu’il fallait bien reconnaître qu’il s’agissait là d’un moment plutôt compliqué et puis il y en avait eu d’autres. Il lui était tout spécialement reconnaissant d’être présente ce soir. Il avait suffit d’un simple coup de fil et elle avait rappliqué aussi sec, ce qui n’était pas le cas de tout le monde. D’ailleurs, cela lui rappelait une publicité ou téléréalité qui passait inlassablement ces derniers temps à la télévision, celle où des gens décidaient de piéger leurs amis en leur faisant croire qu’ils avaient joué gros dans une partie de poker avec des gens peur recommandables et qu’ils avaient maintenant besoin d’argent et de leur secours pour se sortir de cette situation délicate. Le but de cette mascarade était de savoir si celui que l’on considérait comme ami saurait être là au moment où l’on en aurait le plus besoin, c’était certes quelque peu tordu et de mauvais goût, mais dans le fond ce n’était pas aussi stupide. Quel plus grand bonheur que de savoir que les personnes qui comptaient pour nous et pour lesquelles l’on ferait tout, nous retournerait la politesse ? C’était ce qu’il ressentait à l’instant précis avec Alice, elle était là. Toujours. Dans les moments les plus embarrassants –vomir devant une fille, il n’y a pas plus gênant- pourtant elle était toujours là, au rendez-vous, souriante et une réplique cassante en cadeau. Il appréciait sa spontanéité qu’il trouvait attachante et surtout qu’il considérait comme une preuve de sincérité. Souvent, il se demandait si elle était comme toutes les autres et n’aimaient que ce RJ bien sous tout rapport, au physique plaisant et l’assurance écrasante ? « La rose ? Je crois que tu n’as pas compris de quoi je parlais » fit-il avec un léger sourire qui en disait long sur ce qu’il avait en tête « Un homme, une femme, une douche, je pense que chacun peut y trouver son compte » Il tenta de garder son sérieux –un sérieux légèrement obscène- avant d’éclater de rire. Non pas qu’il trouvât l’idée de passer une nuit avec sa meilleure amie risible, après tout il l’avait fait avec son meilleur ami, ce ne serait que justice que d’équilibrer les forces mais... Sans qu’il ne s’en rende véritablement compte, il se retrouvait sur la banquette arrière du véhicule d’Alice, cette dernière assise juste à côté. Il se demanda un instant comme il avait pu arriver ici, quelques secondes à peine, il était à l’extérieur, cajolée par la délicieuse odeur nauséabonde de ses entrailles et le voici des mètres plus loin, dans un véhicule qu’il mit du temps à identifier comme étant celle de la brune. La réalité sur les mondes parallèles s’avéraient donc être réelle, il avait pénétrer la quatrième dimension où la matière ne se déplaçait pas comme nous en avions l’habitude, les humains par exemple, n’avaient qu’à cligner les yeux pour atterrir à l’endroit de leur choix. En imbécile heureux qui se respecte, il mit ses pensées en pratique, fermant brièvement ses paupières…manque de bol, il n’avait pas bougé d’un millimètre. Curieux, peut-être fallait-il simplement y penser sans vraiment le faire ? Son esprit était accaparé par autre chose tout à l’heure du coup son inconscient avait dû se manifester et faire valoir ses droits sur la partie consciente de son cerveau. Il tourna la tête vers Alice et l’observa un long moment. « Je me demandais…pourquoi t’es toujours célibataire ? » Il pencha la tête sur le côté, désormais intéressé. Elle était très jolie, il fallait bien le reconnaître, elle lui faisait cependant l’effet d’être le genre que l’on aime et non que l’on consomme. Aie, il avait mal au crâne et ce fut d’ailleurs à cet instant que les questions d’Alice qu’il n’avait pas entendu jusqu’ici, choisirent de retentir en écho dans sa tête. « Swann, on était bourrés, ‘fin une des pétasses qu’il avait envoyé sur les roses a foutu un truc dans nos boissons et on a baisé ensemble » récita-t-il comme s’il s’agissait d’un texte qu’il avait appris par cœur pour un quelconque travail scolaire, seulement la chose la plus marquante dans sa réponse était la grossièreté, RJ ne l’était jamais, merci l’éducation stricte à laquelle il fut soumis mais cela s’expliquait en partie parce qu’il n’avait pas l’impression de parler de lui, comme si c’était quelqu’un d’autre qui s’était adonné à ces pratiques répréhensibles. Quelques verres, une expérience gay et la schizophrénie pointait déjà le bout de son nez. Ce qui était rassurant –tout dépendait du point de vu que l’on décidait d’adopter- avec RJ c’était qu’il n’avait nullement besoin de drogues pour planer, quelques verres de vodka suffisaient amplement. « T’as déjà testé la sodomie ? » reprit-il de longues secondes plus tard en ancrant ses prunelles dans les siennes « si tu l’as déjà fait, tu comprendras qu’une seconde est exclue » A vrai dire il n’en savait rien. Il ne savait plus rien. Tous ses repères avaient volé en éclats et étaient présentement disséminés en des milliers de morceaux qu’il ignorait comment recoller.



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Lun 26 Aoû 2013 - 19:27

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/




RJ & Alice

Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps.



Comment ça je n'avais pas compris ce qu'il disait ? Mes deux yeux clairs se montrèrent alors dubitatifs à son adresse, attendant qu'il ne daigne éclaircir ses propos. Il souriait déjà, d'un sourire qui veut tout dire, si vous voyez ce que je veux dire. J'attendais alors que sa bombe tombe et cela finit par arriver. Ouvertement j'éclatai de rire face à lui et voilà qu'il s'y mit aussi. Décidément, nous ne devions pas être beaux à regarder. « Tu es tellement hilarant parfois RJ. Essaye un peu de toucher à mes seins ou mes fesses et je te castre aussi vite. Tu sais que je n'hésiterai pas à frapper là où il faut, sale petit pervers. » Finis-je par dire en le fusillant du regard. J'étais à moitié crédible car je n'arrivais pas à me retenir de rire de temps à autre. Je n'avais même pas réfléchi à ce qu'il m'avait proposé, répondant du tac-o-tac par simple réflexe. Il était mon ami et il n'y avait jamais vraiment eu d’ambiguïté entre nous même si nous n'avions aucun tabou. Mais quand même, il m'amusait à délirer autant... Peut-être que dans une autre vie... Enfin. Bref. Je l'entrainai hors de ce bar, quelque part où nous serions tranquille, vus de personne et surtout écoutés de personne. A l'arrière de ma voiture, nous pourrions discuter de cette histoire qui l'avait amené à ce bar pour se saouler comme un trou bien profond. Parce que mine de rien, toute cette histoire m'intéressait grandement. J'étais très ouverte d'esprit et je savais que RJ ne se sentirait pas mal de me confier tout ce qu'il avait sur le coeur, quand bien même je serais très étonné d'entendre ça de sa bouche à lui. Dans l'attente d'une réponse de sa part, je le fixai du regard comme s'il était un animal de laboratoire dont on attendait une réaction. Il était étrange à m'observer de cette manière, et sa question qui sortit clairement de nulle part -enfin si, de son imagination à la fois débordante et incompréhensible- eut le don de me faire rire à nouveau, après avoir grimacé pendant deux bonnes secondes. J'étais presque gênée qu'il me considère de cette façon et mes épaules se haussèrent vaguement. Sans le vouloir, mon coeur s'était très légèrement emballé et je me sentis aussitôt idiote d'être ainsi. Sauf que je ramenai la faute à lui. « T'es con. Tu sais très bien pourquoi. Je profite de ce qui vient en attendant de ne plus penser à lui. » Répondis-je en boudant presque. Lui, c'était Edgar bien sûr. RJ et lui avaient eu l'occasion de se voir, mais jamais je n'avais connu exactement l'opinion de mon meilleur ami sur mon ex. J'en savais des choses mais cela restait très sommaire étant donné que j'étais folle amoureuse au point d'être aveuglée par le reste. La rupture avait eu l'effet d'une bombe à retardement sur moi et je commençais seulement à sortir la tête du trou. Et encore. RJ choisit finalement de répondre à ma question, alléluia ! Dans sa délicatesse habituelle, il me raconta la soirée brièvement mais cela suffit à me donner un aperçu satisfaisant... « Mais t'es gay ? » Demandai-je spontanément avec un air un peu idiot certes. OK c'était impulsif comme remarque de ma part, mais bon il fallait m'excuser... « Enfin non laisse, on s'en fout. » Je n'aimais pas les étiquettes, c'est pour ça que je me corrigeais aussi vite. Je n'allais certainement pas le juger sur ce qu'il aimait ou non faire même si bizarrement, je me sentis toute chose d'apprendre tout ça. Et sa question suivante n'améliora pas du tout mon état. Me demandait-il vraiment si j'avais déjà testé la sodomie ? Son air sérieux et sa dernière révélation parvinrent à me faire rire, finalement. J'avais beau ne pas m'y connaitre dans cette pratique, je me doutais que ça ne devait pas être une partie de plaisir...au premier contact. Ah ah. « OK cette discussion est vraiment louche. Mais non je ne l'ai jamais testé et j'ai envie que cette voie-là reste proscrite si tu veux mon avis. » Je ris en calant ma tête sur l'appuie-tête ; mon regard était captivé par le sien. « Je n'arrive pas à croire que tu aies fait ça. » Un doux sourire se dessina sur mes lèvres avant de poursuivre. « Mais tu sais, il ne faut pas te mettre dans tous ces états juste parce que tu t'es fait prendre par un mec. Il t'en arrivera des plus dures, dans la vie. » Remarquant après coup que ma dernière phrase était propice aux sous-entendus, je me mis à pouffer de rire doucement. « Désolée. »



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Sam 14 Sep 2013 - 1:22

avatar
Solomon Collins
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Date d'inscription : 14/06/2013
Prénom : maya/animals.
Célébrité : chachatte.
Crédit avatar : whiskey lullaby.
Messages : 11929
Nationalité / origines : américaine.
Etudes/études passées : diplômé en littérature.
Job/Métier : prof de philosophie et combattant actif dans les tournois clandestins des bas fonds de l.a.
Adresse de résidence : south central.
Autres comptes : rj, oz.
Voir le profil de l'utilisateur


« C’est ce qu’on dit, tu vas voir, tu vas adorer ! » avait-il répondu à la proposition pas du tout menaçant pour un sou de sa meilleure amie au sujet d’asséner de violentes chatteries à ses bijoux de famille. Enfin, du moins, était-ce qu’il aurait voulu répondre. Il ne parvenait plus à se souvenir s’il l’avait fait ou non. Peut-être l’avait-il fait mais du fait du voyage dans le temps qu’il avait effectué, certains faits auraient été modifié. Il n’était pas vraiment un connaisseur dans le domaine et ne pouvait que se contenter d’avancer des hypothèses. S’il se souvenait bien de ce qu’il avait appris dans les films –pas sûr que cela mérite d’être titré comme références-, alors qu’il était présentement dans la voiture avec sa meilleure amie, un autre lui était à l’extérieur avec son autre meilleure amie, entrain de subir la menace factice de la jeune femme. Peut-être que sa réponse lui parviendra ? M’enfin, il s’agissait de la même personne, donc il réfléchissait à coup sûr de la même manière…A moins que ! A moins que ce soit lui qui ait reçu un message de son lui passé. Un genre réminiscence, de déjà vu… okay, cela devenait un peu trop compliqué à son goût, enfin au goût de son cerveau qui était loin d’être prêt pour une telle gymnastique ! « Profite, tu a bien raison ! La vie est trop courte pour pleurer un homme qui ne te mérite pas ! » Ce fut quand le silence dans l’habitacle qu’il se rendit compte qu’il avait parlé, quoiqu’il n’en était pas tout à fait certain. Il n’avait pas sentit ses lèvres remuer et le son de sa voix lui parvenait en décalé, vous savez, un peu comme un écho se répercutant contre les parois d’une montagne. Inlassablement. Il se dit alors que c’était le temps nécessaire pour traverser tout son corps, oubliant de ce fait que son oreille n’était pas si loin que cela de sa bouche. « Gaaaaaaaaay ?! » reprit-il en plaquant ses mains sur ses joues, la tête toujours penchée, avec un air ahuri. « Gay, gay, gay, gay ! » chantonna-t-il d’un ton léger avant de se taire et de fixer un point invisible dans l’air, puis il éclata de rire comme s’il eut s’agit là de la blague la plus drôle au monde. « Gaaaaay non ! Mais… » Il reprit tout d’un coup son sérieux, enfin autant que l’on pouvait dans son état et il ne lâcha plus le regard de la jeune femme. T’as de beaux yeux » c’était sortit tout seul et ses intonations surprises donnaient l’impression que c’était la première fois qu’il les voyait. « Je disais donc que maiiiiis, il faut que je t’avoue un truc… » il laissa planer le mystère et fit signe à la jeune femme de se rapprocher, signe qu’il allait lui faire une confidence qui ne devait en aucun sortir de la voiture improvisée en confessionnal. « ne le dis à personne mais… » Un autre suspens pendant lequel RJ s’humecte les lèvres et regarde de gauche à droite pour vérifier qu’ils sont bel et bien seuls. «…Je suis Batman » un murmure qui fut clôturer par son index contre lèvres suivi d’un petit ‘chuuut’. Il poussa un soupir de soulagement, se sentant visiblement léger d’avoir partager cet important secret avec l’une des personnes qui comptait le plus pour lui. « Je t’en ai parlé parce que j’ai besoin de toi, ta fac, la Californie a besoin de toi ! Je ne peux m’en charger seul, alors sauras-tu répondre présente ? » Le solennel avec lequel il s’exprimait était preuve qu’il croyait profondément à son délire d’homme chauve-souris. « Tu ne peux pas comprendre, c’est comme si du jour au lendemain tu devenais chauve, tu vois ?! » s’était vivement exclamé, il était certain qu’elle ne pouvait pas appréhender l’ampleur des dégâts. Ah oui, il répondait là à sa précédente question, qui lui était parvenue avec du retard –encore- satané connexion défectueuse ! Il faudrait qu’il lise des livres à ce sujet afin de l’améliorer. « Donc tu as le choix entre Robin et Catwoman pour me seconder, même si je te conseille Catwoman, le cuir t’ira à merveille ! » Il hocha à plusieurs reprises la tête pour appuyer ses propos avant de lui lancer un regard appréciateur. « Je sais qu’il y a pire, je profite juste avant que fiancée arrive et ne me passe la corde au cou » il était presque parvenu à la sortir de cette pensée, celle qui lui ferait arrêter son existence de joyeux célibataire qui goûtait à tous les fruits qui lui tombaient dans les mains. A en croire leur parents, ils les voyaient mariés d’ici un an et la progéniture viendrait l’année suivante ou un peu plus, cela étant, avant leur trente ans, RJ et sa future femme avaient pour devoir de former un couple irréprochable qui deviendra par la suite très influent. « Et puis si tu prends Catwoman, on pourra… » Pourquoi ses prunelles s’étaient-elles perdues sur les lèvres d’Alice ? Il ne parvenait même plus à terminer sa phrase, pourtant d’une simplicité enfantine. Seul demeurait cette délicieuse tentation qui l’attirait inexorablement à elle. Cependant, plus important se profilait à l’horizon, juste à côté, une chose non-identifiée et en tant que Batman, il devait tirer cette affaire au clair. Doucement, presque au ralenti, il rapprocha son visage de celui de la jeune femme, son nez frôlant le sien, ses lèvres effleurant les siennes. Enfin, la marque convoitée. « Tiens, t’as un truc par ici » Ici indiquant le côté gauche de son cou « Un reste de repas peut-être »



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Sam 14 Sep 2013 - 22:49

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/




RJ & Alice

Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps.


« J'aime ça mais avec toi ça serait comme de l'inceste. » J'employais les mots forts, certes, mais si au moins ça pouvait le calmer dans ses ardeurs... Des ardeurs que je mettais sur le compte de l'alcool ingurgité, même si dans le fond... Il avait toujours été du genre à me balancer des piques de ce genre. Peut-être que le contexte était différent ce soir-là, je n'aurais su dire pourquoi... Mais c'était évident, quelque chose était différent. RJ avait cette capacité à être spontané, tout autant que moi, et j'en étais fan. Il me faisait rire autant que je pouvais parfois le détester pour ne pas réfléchir avant de parler. Je n'avais pas envie qu'on me parle d'Edgar, je voulais juste l'oublier, le mettre dans une boite et l'enfermer à triple tour avant de la jeter au fond de mon placard. Non mieux, au large de l'océan. Me lamenter n'était pas la bonne option et pour ça, je savais d'avance ce que mon ami allait me dire. Profiter, toujours profiter. On dirait que c'est simple comme ça et pourtant, il y a toujours notre tête ou en tout cas des petits bonhommes dans notre tête qui nous arrêtent, nous disent "mais si tu fais ça, tu vas t'en vouloir", "mais si tu fais ça, on va te prendre pour une fille facile"... etc. Ca ne me ressemblait pas de me poser autant de questions mais quand même, elles me prouvaient que se débarrasser d'un amour n'était pas si simple. Si Edgar ne me méritait pas ? J'avais pourtant eu l'impression de ne pas être à la hauteur pour lui. Qu'il accepte de flirter avec cette fille me l'avait bien prouvé, en quelque sorte. Et puis... Ca veut dire quoi, "un homme qui te mérite" ? Tout ça me laissait sans voix, alors je me contentais de hausser les épaules en acquiesçant avec un bref sourire. Nous en vînmes à son expérience homosexuelle, car appelons un chat un chat, RJ s'était fait prendre par un homme. Et réaliser ça me laissait très perplexe, pour une raison que j'ignorais. Etait-ce juste l'idée qu'il puisse aimer ça et donc être gay ? Non ça ne me ressemblait pas, je m'en fichais bien de ce qu'il pouvait aimer, non... ? Non... Comme un fou qu'on devrait interner dans un asile, RJ se mit à répéter trois, quatre.. cinq, six fois le mot "gay". C'est vrai, il est rigolo ce mot, mais quand même. Je gloussais en le regardant, toujours avec cette même expression sur mon visage. Il était grave ! Et s'en suivit un moment encore plus étrange. Vraiment, je crois qu'il était ailleurs, sur une autre galaxie même peut-être, au beau milieu des étoiles. Et là... peut-être venait-il de voir une vache voler... ah non, non c'était juste mes yeux qui l'intéressaient sur ce coup-là. Un compliment tellement bien placé... Je souris vaguement en levant les yeux en l'air et il se remit à parler, prétextant avoir un secret à me dire. Jouant le jeu, je rapprochai mon visage et tendis l'oreille... Quand le secret me fut enfin révélé, je jouais à nouveau à fond le jeu, presque attendrie par ce RJ saoul. Mimant théâtralement un visage ahuri et surpris, je me reculai légèrement pour reprendre ma position initiale, tout en amenant ma main à ma bouche, pour lui faire comprendre que je ne dirais rien, promis juré craché. C'était fou comme j'avais envie de rire. Toute sorte d'expression faisait apparition sur mon visage au fur et à mesure qu'il parlait, pour l'accompagner dans son délire. Jusqu'au moment où il lui proposa de choisir entre Robin et Catwoman. Bien sûr que le cuir m'irait à merveille, quelle question. C'est ce que mon haussement de sourcils signifia. RJ ramena sa pseudo fiancée sur le tapis ensuite... Ce que j'en pensais de cette histoire ? Pas grand chose si ce n'est que c'était vraiment étrange, sordide même. Enfin... Tant que je ne voyais pas cette fille, il n'y avait pas mort d'homme. Je ne réalisais pas la possible ampleur de l'histoire, car RJ fiancé ou pire marié, non vraiment, je n'arrivais pas à imaginer ça. « Tu profites avec moi, quel privilège.. Et arrête de parler comme un homme soumis ! Cette histoire de fiançailles n'a pas de sens... » Pour moi en tout cas. Et il me semblait que RJ avait juste pour intention de satisfaire l'envie de ses parents, chose que je trouvais stupide et il le savait déjà d'ailleurs. Mais RJ et ses parents, c'était tout une histoire. La parole de sa meilleure amie n'allait rien y faire, je le savais bien. Au moins, je disais ce que je pensais. Oui bon OK, on s'en fout ! Il s'égara à nouveau, cette fois-là il m'imaginait dans le costume de Catwoman, je pouvais lire ça dans son regard. Mais que regardait-il, au juste... Il divaguait totalement, il n'était plus mon RJ, il était un autre, que je connaissais moins et pourtant... Toujours cette gueule dont j'étais littéralement fan. Mais... Il fixait mes lèvres. Et ça, ça m'intriguait complètement. Mon regard se fixa un instant dans le sien et au lieu de me moquer de lui, je ne fis rien. Rien du tout. « On pourra... ? » C'était sorti tout seul, mais j'étais captivée par son visage qui s'avançait doucement. Il avait vu quelque chose. Mes yeux se froncèrent légèrement et plus il avançait vers moi, plus mon coeur s'emballait. Idiote Alice ! Sale RJ ! Qu'est-ce qu'il me prenait d'être paralysée dans un moment pareil ? Et lui, qu'est-ce qu'il foutait... Mon visage recula légèrement, très très légèrement quand le sien vint frôler le mien... Je me forçai à garder les yeux ouverts mais je ne pus les contrôler quand ils s'abaissèrent vers ses lèvres. Il racontait encore des bêtises... Ma parole, j'étais dingue !!! Un réflexe me frappa l'esprit, tout autant que ma main s'éleva et atterrit sur la joue de RJ, non pas violemment, mais comme pour lui faire comprendre qu'il débloquait complètement. « Abruti, tu me fais quoi là ? » Agacée autant qu'amusée - oui je relâchais toute la tension accumulée -, je me mis à le taper plusieurs fois à la suite sur ses épaules, son torse, de sorte qu'il recule à nouveau vers sa portière. Et j'en profitais pour me rapprocher de lui, assise en tailleur. Des étoiles dans les yeux, je le fixai à nouveau. « Ce n'est pas parce que tu es triste d'avoir une fiancée que tu dois jeter ton dévolu sur moi. Et puis tu sens mauvais je te rappelle... Ca casse tout. Après une douche, je songerai à nouveau à être ta Catwoman en cuir. » Il était avachi n'importe comment, lui aussi. Et sans que je ne m'en rende compte, mes doigts commencèrent à triturer un pan de sa chemise. Ma tête se tourna pour observer furtivement les alentours, mais il n'y avait pour ainsi dire rien d'intéressant hormis deux poufs en train de fumer une clope à l'entrée du bar. Alors mon attention revint sur le beau brun assit à côté de moi. « Tu viens chez moi ? Allez accepte, ça fait longtemps qu'on a pas passé une nuit à parler de tout et de rien. Et puis vu ton état, ça promet d'être super. Et en plus ça permettra à Yvonne d'être tranquille un peu ! » Oui bon cet argument était une plaisanterie hein... Quoi que. C'est le moment où RJ dut subir mes yeux de chat potté.







Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Dim 29 Sep 2013 - 11:32

avatar
Solomon Collins
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Date d'inscription : 14/06/2013
Prénom : maya/animals.
Célébrité : chachatte.
Crédit avatar : whiskey lullaby.
Messages : 11929
Nationalité / origines : américaine.
Etudes/études passées : diplômé en littérature.
Job/Métier : prof de philosophie et combattant actif dans les tournois clandestins des bas fonds de l.a.
Adresse de résidence : south central.
Autres comptes : rj, oz.
Voir le profil de l'utilisateur


RJ n’en revenait pas. Il venait de dévoiler son plus grand secret. Il se sentait tellement léger et tout de même anxieux. Il savait qu’Alice n’en dirait rien, elle serait un peu son Alfred mais en plus sexy. Heureusement d’ailleurs ! Avec elle son secret serait bien gardé et puis ça ne pourrait pas lui faire de mal d’avoir quelqu’un avec qui en parler. C’était ça ce qu’il y avait de pire avec les secrets, n’avoir personne avec qui en discuter. Porter ce poids écrasant sur les épaules sans avoir quelqu’un avec qui le partager, heureusement, maintenant, il pourrait se tenir un peu plus droit et pouvait compter sur elle pour remarquer le bien qu’il faisait dans la ville. Certes était-il un héros masqué, qui agissait une fois la nuit tombée et sauvait les gens sans rien demander en retour, mais l’humain est vanité et il a besoin que l’on reconnaisse sa valeur, ses actes et qu’on ait de la gratitude envers lui lorsqu’il fait quelque chose de bien, pas besoin qu’elle soit bien grande, pas besoin de tapis rouge ou de temples construits en son honneur ou bien encore des statues à son effigie mais un petit merci de temps à autre ne faisait pas de mal. Même s’ils insistaient vraiment pour le temple et les statues ainsi que pour le tapis rouge, il ne dira pas non, après tout, c’est bien connu, ce serait très impoli de refuser un cadeau que l’on nous fait. Hors délire, le subconscient encore conscient –oui c’était tout à fait possible- de RJ remerciait Alice de jouer le jeu avec le jeune homme, ce qui la rendait plus précieuse encore dans les relations du tatoué. A comprendre que c’était une personne qu’il avait tout intérêt à ne pas perdre au risque de rater véritablement quelque chose dans sa chienne de vie. Et il savait, pas dans l’immédiat vu que son esprit était noyé dans l’alcool qu’il avait ingurgité, mais il le savait. C’était d’autant plus étrange au vu de la manière dont les choses avaient débuté entre eux, un peu comme…Batman et Catwoman à vrai dire. En effet, eux-aussi se détestaient, du moins, se faisaient des tours de cochon et l’on sait tous comment cela s’est soldée, ils sont devenus comme cul et chemise, RJ dirait même mieux, comme cuir et chemise. Voilà qu’il riait comme un con. Enfin, ses lèvres de remuaient, pourtant il était mort de rire intérieurement. Merci, son masque de Batman, on ne pouvait pas remarquer ses accès d’hilarité –quelqu’un aurait la bonté de lui expliqué que le fameux masque, ne recouvrait qu’une partie du visage, laissant ainsi la bouche à la vue de tous ? Le mieux était sans doute de le laisser dans ses délires, pour ce soir du moins. Ah peut-être pas puisque la main d’Alice s’écrasa sur la joue du jeune homme mais comme tout le reste, il ne le ressentit tout de suite. Il fallut d’abord que la jeune femme retire sa main et s’attaque à une autre partie de son corps pour qu’il prenne enfin conscience de l’agression dont il était victime. Dure la vie de super-héros, vraiment ! Il voulait simplement l’aider, la sauver du reste de nourriture qu’il lui restait au coin de la bouche et au lieu de le remercier comme tout être normalement constitué ferait pour quelqu’un qui venait littéralement de lui sauver la vie –bah oui, le reste de nourriture devait être une attaque de son ennemis de toujours le joker et le reste de repas aurait pu être plus dangereux, comme être un virus qui se serait infiltré dans son organisme et la contrôler afin de faire d’elle une marionnette que monsieur le joker contrôlerait à sa guise ou bien encore un gaz hilarant qui l’aurait fait rire jusqu’à ce qu’elle en meure. Pourquoi les choses se passaient-elles toujours ainsi ? Il voulait juste l’aider et elle le frappait comme s’il avait voulu l’agresser ! C’était lui le gentil merde ! Si même celle qu’il avait choisie comme son sa Catwoman ne parvenait pas à le croire, qui l’aurait fait ? Où était l’intérêt d’une association si elle n‘avait pas confiance en lui ? Batman était vexé, incroyablement vexé ! Il savait qu’il aurait dû ne plus se soucier de tels agissements mais il n’y pouvait rien, surtout que cela venait de son binôme qui aurait dû croire en ses capacités. C’était injuste ! Profondément injuste ! Vouloir aider et se faire jeter comme un malpropre ! Il comprenait mieux pourquoi tous les super-héros finissaient par raccrocher face à l’ingratitude de ceux qu’ils voulaient aider ! Son pote, Superman par exemple, il avait été considéré comme un monstre parce qu’il avait des capacités extraordinaires alors qu’il voulait simplement se faire une place ici bas en aidant son prochain ! « Ouais, si tu veux » dit-il simplement en se tassant contre la portière, posant la tête contre la vitre, boudeur. Il ne lui accorda plus aucune attention et se perdit dans ses pensées de super-héros martyr tandis que sa meilleure amie conduisait. C’était incroyable tout de même ! Pas étonnant que Dieu nous ait abandonné dans notre merde ! Avec autant d’ingratitude, il ne pouvait en être autrement ! Peut-être que même bientôt il serait le suivant à abandonner son costume d’homme chauve-souris, ça n’apportait que des emmerdes ! Les films de Nolan l’ont bien montré ! On jette la pierre sur qui ? Sur celui qui vient vous sauver le cul ! Allez tous crever dans votre merdre ! Il lui faudrait fonder la le syndicat des super-héros rejetés et maltraités. Ouais, c’était une bonne idée ainsi ils pourraient enfin faire valoir leur droits ! Faire savoir à tout le monde qu’ils étaient tout aussi important et qu’ils avaient eux-aussi droits à la parole ! Déjà, il lui faudra passer une annonce sur une internet pour joindre tous les personnes dans son genre afin qu’ils puissent avoir un poids conséquent dans les négociations et les débats. Ils étaient des citoyens à part entière, que diable ! Une fois la voiture stationnée, RJ s’extirpa sur véhicule avec une détermination nouvelle ; il allait changer le monde, changer la situation de ses congénères, faire bouger les choses en somme ! Tout changement débutait par une bonne toilette, il fallait se montrer présentable ! « Ouvre vite la porte, il faut que je prenne une douche, je dois changer les choses ! » la pressa-t-il, ceci fait, il se dirigea vers la salle d’eau en enlevant progressivement ses vêtements et les laissant derrière lui, comme pour se souvenir du chemin qu’il avait emprunté. Sous le jet d’eau, il se mit à réfléchir à la manière la plus adéquate de débuter ce discours qui changera l’avenir de toute une population. Opter pour le fameux ‘I have a dream’ ? Etant aux USA, cela risquait fort bien de séduire les afro-américains et de lui mettre à dos les conservateurs. Il ne pouvait décemment pas y aller sans avoir peser chacun de ses mots car son but était de toucher le plus de monde afin de les rallier à leur cause. Il sortit, s’essuya et s’enroula dans une autre serviette. Il connaissait suffisamment l’appartement pour y avoir quelques habitudes. Son ventre gargouilla et soudain ses préoccupations concernant la révolution des super-héros parut très loin. Serviette autour des hanches, il alla à la recherche de la brune. « Aliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiice ! » cria-t-il, se fichant pas mal que l’on soit la nuit et que les voisins puissent déjà dormir à une heure aussi tardive. « j’ai faiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiim ! » Une médaille du courage pour la demoiselle, une ! Ou même deux, voire trois ! Heureusement, il reprendrait bientôt ses esprits. L'espoir fait vivre.



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Lun 7 Oct 2013 - 1:52

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/




RJ & Alice

Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps.

Ce mec était incroyable. Il était capable de me faire ressentir tout un tas de choses contradictoires, à la fois galvanisantes et bien emmerdantes. Incroyable je vous dis ! RJ était mon meilleur ami, alors pourquoi ressentais-je ces doux picotements à son approche, approche qui avait le goût de l'alcool à haute dose... J'étais complètement tarée. Voilà que je m'imaginais en tenue de Catwoman, et lui en tenue de Batman. Il serait tellement sex.. euh mignon avec ses petites oreilles de chauve-souris, hein ? Bref, mon premier réflexe avait cependant été de le frapper. Non pas qu'il m'embêtait énormément à se rapprocher dangereusement, c'est juste que mes pensées nécessitaient de déguerpir de ma tête, alors gifler RJ était un moyen comme un autre de me ramener sur Terre. Le pauvre, quand même... Il n'avait pas mérité ça. Non, il avait beau raconter de la merde depuis dix minutes, cette claque n'avait aucun sens. L'alcool excusait tout à son comportement, n'est-ce pas ? Il délirait, c'est tout. Oui enfin... pourquoi alors avais-je tant envie de croire qu'il avait encore un soupçon de conscience au point d'avoir.. envie de m'embrasser ? Folle, j'étais folle. A croire que c'était moi la défoncée dans l'histoire. RJ se renfrogna dans son coin, affichant un air boudeur qui me fit soupirer. Un vrai gosse... Si je voulais, alors ? Et bien, c'était parti. Ni une ni deux, je me faufilais jusqu'à la place du conducteur et conduisis jusqu'à mon immeuble. Je rentrai la voiture au parking et montai jusqu'à l'appartement en compagnie de mon ami. Il m'ordonna d'ouvrir la porte plus rapidement que la vitesse de la lumière et je fis donc exprès de prendre mon temps pour tourner la clef dans la serrure. Une fois cela fait, je le vis foncer vers la salle de bain comme un véritable fou fraichement sorti d'asile. « Et ne t'avise pas de dégueulasser ma salle de bain ou je te demande de la nettoyer demain matin, avant même que tu aies pu t'engloutir un bol de céréales ! » Lui criai-je avant d'entendre la porte de la salle d'eau se claquer violemment. Je laissais alors tomber mon sac sur le sol et allai m'effondrer dans le sofa après m'être débarrassée de mes chaussures. Réflexe humain suite à un moment éprouvant, allumer la télévision. Et bien sûr qu'est-ce qu'il y a à la télé à cette heure-là ? De la merde ! Je tombai de suite sur une chaine exposant les déchets de la télé-réalité et me dis que décidément, il n'y a plus que ça qui marche. Faut dire que ça divertit... Assise en tailleur sur le canapé, je saisis un coussin et le posai sur mon ventre, comme un véritable nounours. J'entendis l'eau couler et j'imaginais RJ en train d'entrer dans la douche. Rien que ça... Mon dieu, j'étais fichue. Jetant ma tête en arrière, je fermai les yeux et laissai s'échapper un râle d'exaspération. Je devais me reprendre et ressaisir mes esprits. Je zappai alors et tombai sur la rediffusion d'un épisode d'une série télévisée exposant les péripéties de quelques colocataires. Ah, parfait. Les minutes passèrent vite et bientôt, j'entendis une porte s'ouvrir, ainsi que sa voix stridente. Cet imbécile était en train de réveiller tout le quartier ! Affichant une grimace momentanée, je finis par tourner ma tête dans sa direction et le vis alors, torse nu, ma serviette blanche autour de sa taille. Nom d'un schtroumpf arc-en-ciel... Occultant carrément sa gueule d'ange, je fis une fixette sur les lignes élégantes de son torse et même un peu plus bas... Non, je n'étais pas en manque de testostérone ! Il s'approcha un peu plus encore et cria qu'il avait.. hein, quoi ? Je secouai furtivement ma tête avant de relever mon regard vers le sien. « T'as cru que j'allais te servir ou quoi ? » Répondis-je sans réfléchir, comme pour me défendre une nouvelle fois de mes vilaines pensées. Et quand je vis son air de chien battu, je réalisais qu'il était bourré, sans doute incapable de se souvenir où était les choses dans la cuisine. Pauvre de lui... ou plutôt, pauvre de moi. « Bon, c'est bien parce que j'ai pitié de toi. » Je me levai et m'avançai vers lui, soudainement prête à jouer avec le feu. C'était peut-être l'effet puissant d'imaginer une tartine de Nutella à engloutir... Bref. Arborant un air faussement excité, je laissai glisser mon index sur son torse pendant une brève seconde le temps de passer à côté de lui, avant d'amener le bout de mon doigt jusqu'à mes lèvres. « Que tu es sexy Hemingway, ma serviette te va bien. » Oui, j'étais une coquine. Dos à lui, j'en rajoutais une couche, cette fois avec un large sourire. « Espérons juste qu'elle ne tombera pas, j'aurais peur d'être déçue de la super puissance de Batman ! » Hahahahaha. Comment allait-il réagir à ça ? Cette douche l'avait sans doute un peu réveillé ! Je sortis le pain de mie du placard, ainsi que le pot de pâte à tartiner, et un couteau, avant de m'asseoir sur le tabouret à côté de la table. Tout en ouvrant le pot, je dévisageai RJ avec un petit sourire en coin. « Allez, ramène ton joli cul, j'ai là le meilleur remède possible pour oublier la sodomie. Crois-moi, ce n'est pas une publicité mensongère. Enfin je crois. » Dis-je finalement avec une légère grimace avant de rire. Oui, qu'est-ce que j'en savais après tout !





Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Sam 12 Oct 2013 - 13:31

avatar
Solomon Collins
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Date d'inscription : 14/06/2013
Prénom : maya/animals.
Célébrité : chachatte.
Crédit avatar : whiskey lullaby.
Messages : 11929
Nationalité / origines : américaine.
Etudes/études passées : diplômé en littérature.
Job/Métier : prof de philosophie et combattant actif dans les tournois clandestins des bas fonds de l.a.
Adresse de résidence : south central.
Autres comptes : rj, oz.
Voir le profil de l'utilisateur


RJ avait faim. Très faim. Vous savez ce qu’on dit sur l’homme et son estomac. Il n’y avait que deux choses importantes chez un mâle, le sexe et la nourriture, parait-il. Et RJ ne faisait visiblement pas exception à la règle. L’alcool en plus de le rendre complètement fou, avait tendance à percer un trou sans fin dans son ventre. Les effets de la vodka se dissipaient peu à peu, cédant ainsi sa place à la faim qui était visiblement prêt à tout pour signaler sa présence, si bien que ses préoccupations de super-héros en carton était désormais à des années lumière. Après tout, comment fournir un travail conséquent le ventre vide ? Il lui fallait des ressources sur lesquelles s’asseoir. « Bah oui » une moue angélique à laquelle très peu, voire personne ne résistait. Alice, la première. Ce qu’il pouvait être adorable lorsqu’il le voulait, c’était sans doute pour cette raison qu’il se montrait très souvent capricieux puisque tout le monde répondait favorablement à ses demandes. Enfin, le plus souvent. Soudain, sans qu’il ne s’y attende, la jeune femme se rapprocha de lui, un peu trop pour leur bien à tous les deux, même si RJ n’en avait pas réellement conscience. Il se contenta de la regarder faire, curieux de savoir où elle voulait en venir. Il eut de violents frissons lorsqu’il sentit ses doigts sur sa peau. Il serra machinalement la mâchoire, résistant à l’envie de se mordre violemment la lèvre inférieure. Même l’esprit embrumé –bien que moins que tout à l’heure-, il savait ce qu’il devait à tout prix éviter. Peut-être avait-il déjà retrouvé ses facultés. Elle jouait avec lui. Etait-elle folle ? Inconsciente ? Savait-elle ce que cela impliquait ? Il ne répondit rien alors qu’elle se déplaçait pour aller chercher ce dont elle aurait besoin pour nourrir son meilleur ami, laissant un RJ en proie à ses réflexions, à ses désirs, son excitation croissante. Dieu qu’un homme était faible, un simple contact suffisait à lui faire perdre ses moyens, si ce n’était pas malheureux. N’écoutant plus que cette faim primaire, il se rapprocha d’elle et bloqua son geste en posant sa main sur la sienne. « Tu devrais savoir que je suis allergique au nutella » lui fit-il remarquer d’une voix basse, séductrice aux allures de murmures. Son regard rencontra celui d’Alice pour ne plus le lâcher. Plus rien ne parut avoir d’importance, mise à part ces prunelles bleutées qui le fixaient sans discontinuer, lui donnant plus envie encore de faire ce qu’il s’apprêtait à faire. Quelque part en lui, perdu dans le labyrinthe alcoolisé de son cerveau, il savait que ce n’était pas une chose à faire. Passant sa main libre doucement sur la joue de sa meilleure amie qui semblait tout à coup avoir troqué ce costume pour celui d’une femme désirable qu’il aurait pu aimer, il posa ses lèvres sur les siennes. C’était vivement déconseillé dans une relation amicale, on ne mélangeait pas les torchons et les serviettes. La coinçant entre le meuble derrière et son corps, il tentait de lui éviter tout échappatoire. Damn it.



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Sam 12 Oct 2013 - 17:14

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/




RJ & Alice

Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps.

Son corps ne m'avait jamais attirée de cette manière et je m'en voulais presque. Je dis bien presque. Ne faisant guère attention à sa réaction après mon passage, j'étais allée sortir de quoi manger un peu. Et quand mon regard s'était relevé sur lui, c'est bien une lueur intrigante que j'avais pu voir dans ses yeux, comme si je l'avais immobilisé grâce à un simple léger contact. Ah... RJ. Je souris et l'invitai à me rejoindre non sans plaisanter au sujet des bienfaits du Nutella. Je ne m'attendais pas à ce qu'il s'approche de moi avec ce regard de vautour. Ma main allait attraper le couteau pour le plonger à l'intérieur du pot mais ce geste fut contré par mon ami qui bloqua ma main. Ce fut instantané, mon sourire disparut en un éclair et mon regard s'était relevé sur lui, sur ses lèvres qui se mouvèrent pour me dire qu'il était allergique à ce produit. Quelle tragédie, je ne savais pas... ou peut-être que j'avais oublié... Mes yeux croisèrent alors les siens, moment que choisis mon cœur pour s'emballer à tout rompre dans ma poitrine. Je ne sentais plus que lui, pompant mon sang à vive allure. C'est comme si je redécouvrais son visage, ces traits si fins et si séduisants. Son corps entier me donna chaud, tant il était proche du mien. Je ne me reconnaissais plus ; je ne le reconnaissais plus. Où était mon meilleur ami ? Au placard sans doute. Avant même que je ne le réalise, il s'était encore plus dangereusement approché et là, boom. Ses lèvres contre les miennes, scellant un doux interdit qui pourtant n'avait rien de grave, en soi... Bien sûr j'étais surprise. J'aurais du le stopper aussitôt car le laisser faire seconde après seconde, c'était le laisser croire que j'appréciais ça, que je ne trouvais pas ça idiot. Il avait bu, j'étais saine. Bon sang, j'étais fichue. J'avais reculé et rapidement mon corps s'était fait contrer par un meuble derrière moi. C'était le moment où jamais d'y mettre fin. Il sentait mon gel douche, autrement dit, il sentait plutôt bon. Et merde. Au lieu de freiner l'allure, je laissai mes envies parler, ajoutant même de l'intensité à ce baiser qui dura, dura. Mes deux mains s'étaient accrochés au plan de travail derrière moi, aucune d'elle n'avait l'intention d'atterrir sur la joue de RJ cette fois-là. Cela dit, quand j'eus l'horrible envie de m'agripper à lui, un électrochoc me frappa et j'éloignai mon visage avant de fermer les yeux, comme pour me raisonner. Cuite. « Tu ne voulais pas manger ? » Demandai-je, les joues sans doute rosies tellement j'étais bouillante. J'en perdais mon répondant. Mes deux prunelles se rouvrirent sur lui. « Pourquoi tu as fait ça... » Bien malgré moi, je ne pus m'empêcher de fixer à nouveau ses lèvres. Dis-moi que tu as faim de moi.




Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Sam 12 Oct 2013 - 18:28

avatar
Solomon Collins
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Date d'inscription : 14/06/2013
Prénom : maya/animals.
Célébrité : chachatte.
Crédit avatar : whiskey lullaby.
Messages : 11929
Nationalité / origines : américaine.
Etudes/études passées : diplômé en littérature.
Job/Métier : prof de philosophie et combattant actif dans les tournois clandestins des bas fonds de l.a.
Adresse de résidence : south central.
Autres comptes : rj, oz.
Voir le profil de l'utilisateur


Dès lors qu’il avait posé ses lèvres sur les siennes, RJ avait craint de recevoir une autre gifle comme tout à l’heure dans la voiture, mais cela ne l’avait pas pour autant arrêter. Vous savez ce qu’on dit au sujet des désirs et de la raison, la seconde ne fait en aucun cas le poids. Bien au contraire, elle sembla s’abandonner complètement à l’étreinte. Certes eut-elle quelques brèves secondes de réflexion, sans doute pour déterminer s’il ne valait pas mieux d’arrêter –comme RJ avant elle- mais encore une fois, la raison se montrait très souvent un luxe que l’on ne pouvait s’offrir dans ce genre de situation. RJ s’était donc permis d’amenuiser plus encore la distance qui les séparait, bien que celle-ci n’existait déjà plus, se laissant lui aussi aller à ce geste que sa raison lui ordonnera de regretter une fois en plein possession de ses moyens. Pour l’heure, il n’avait aucune seconde à perdre en pourparler. Profiter de l’instant, du moment…de toute façon, se lacérer de questions n’avait jamais été sa tasse de thé et cela ne faisait que gâcher le moment. « Pour le moment, j’ai envie d’une toute autre nourriture » Il lui servit un sourire qui en disait long sur ses pensées. Bon dieu, elle était irrésistible le rose aux joues et sans s’en rendre compte, il remit une mèche de cheveux derrière l’oreille de la jeune femme, afin de profiter du spectacle que lui offrait son visage. Il ne se souvenait pas l’avoir jamais vu dans pareil état dans le passé, peut-être que l’alcool avait annihilé quelques souvenirs mais il aurait mis sa main à couper que non. Cela lui allait plutôt bien, voire même très bien. Pour toute réponse, il scella de nouveaux leurs lèvres dans un baiser passionné. « Si on remettait les questions à plus tard ? » proposa-t-il dans un souffle contre la bouche d’Alice avant de s’en emparer de nouveau, bien décidé à ne plus la quitter. Il dut cependant, pour respirer et en profita pour nouer ses bras autour de cet être qu’il affectionnait tant pour la garder contre lui, son visage perdu dans sa chevelure d’ébène. « Merci… »



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Sam 12 Oct 2013 - 23:15

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/




RJ & Alice

Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps.

Et il le fit, juste comme le désirais. Être sa nourriture était alléchant autant pour lui que pour moi, alors. J'en étais dingue et c'était fou de constater à quel point ce revirement de situation changeait tout, tout, tout. J'avais toujours aimé RJ comme j'avais aimé peu d'hommes dans ma vie, mais de là à vouloir son corps de cette manière un jour, alors là, je m'étais fourrée le doigt dans l'oeil. Mais il me rendait folle de lui par un simple sourire et j'en avais marre de chercher des explications à cet acte. Je n'étais pas en train de commettre un crime, quand même. RJ était vraiment beau, et séduisant. Pour moi, juste pour moi. D'ordinaire, je détestais être en position de faiblesse, mais j'étais presque soumise à ses actes à ce moment-là. Il m'avait entrainé là-dedans, alors ce serait à lui de m'en sortir. C'est comme ça que ça se passe, non ? Non, je rêve... A nouveau, je le laissais m'embrasser, en y répondant que très légèrement car il se remettait à parler, pour cependant me demander de me taire, en gros. Incroyable, par ces simples mots, il avait réussi à me faire sourire, avant même de m'embrasser à nouveau. « C'est juste que.. je t'ai connu plus.. bavard. » Murmurai-je entre plusieurs baisers saccadés. Culpabilité au niveau zéro. Je savais que je ne regretterais rien de ce moment intense, tant mon cœur avait besoin d'une telle empreinte. Bientôt, il mit fin à ce baiser pour m'encercler de ses bras. Enfin, j'osai lâcher le plan de travail derrière moi pour glisser ma main dans sa nuque, tendrement. Ce mot soufflé contre mon oreille me toucha jusqu'au plus profond de mon être et pourtant, je n'étais pas totalement sûre de savoir pourquoi il me disait ça. Peut-être pour avoir été le chercher au bar en situation de détresse... Je tenais tellement à lui que ça me semblait presque naturel. Je caressai doucement ses cheveux avant de déposer mes lèvres sur sa joue. « Quand je pense que je t'ai détesté. En fait, si j'aimais autant t'emmerder déjà à l'époque, c'est parce que je savais que je ne devais pas te lâcher. Je savais que tu aurais besoin de moi un jour comme celui-ci. » Lui dis-je en souriant malicieusement, avant de me détacher de lui, non sans reluquer discrètement son corps divin. « Je vais dans ma chambre, prends-toi quelque chose à manger et rejoins-moi. » Méprenez-vous, je ne dis même pas cela avec un ton d'aguicheuse, juste tendre. Mes doigts glissèrent contre les siens et les lâchèrent, avant que je ne file dans ma chambre. Et une fois que j'y fus, j'allumai ma petite lampe de chevet uniquement, et retirai mon jean avant de m'allonger sur le ventre sur mon lit. En l'attendant, je farfouillai dans mon portable, à la recherche d'un truc intéressant à lire.





Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Dim 13 Oct 2013 - 15:18

avatar
Solomon Collins
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Date d'inscription : 14/06/2013
Prénom : maya/animals.
Célébrité : chachatte.
Crédit avatar : whiskey lullaby.
Messages : 11929
Nationalité / origines : américaine.
Etudes/études passées : diplômé en littérature.
Job/Métier : prof de philosophie et combattant actif dans les tournois clandestins des bas fonds de l.a.
Adresse de résidence : south central.
Autres comptes : rj, oz.
Voir le profil de l'utilisateur


Il sourit simplement. « Peut-être bien oui » répondit-il finalement, un air amusé sur le visage. Il y avait beaucoup de chance en effet. RJ avait besoin de personnes dans le calibre d’Alice et ne saurait jamais assez la remercier du temps qu’elle lui avait consacré et surtout de l’avoir accueilli au moment où il en avait le plus besoin. Au fait n’était-il pas devenu dépendant de sa présence et de cette main qu’elle tendait dans sa direction ? Sûrement… Un dernier contact électrisant et elle avait disparut dans le couloir, laissant un RJ songeur et muet dans la cuisine. Il laissa quelques longues secondes à fixer l’endroit où elle s’en était allé avant de sourire et de repartir à le recherche de nourriture. Certes, avait-il faim d’elle mais son estomac n’en démordait pas. Il n’avait pas été rempli depuis onze heures du matin et réclamait de fait son dû. Il rangea le Nutella dans le placard et se lança plutôt à l’assaut du beurre et de la confiture dans le frigo. Ceci serait amplement suffisamment, il n’oubliait pas les prérogatives pour éviter de grossir, ne pas manger des trucs conséquents une fois passé vingt-une heures. Il prépara ses mini-sandwich, nettoya le bordel qu’il avait mis –oui, il était quelque peu maniaque et avait horreur que les choses traînent, ce fut d’ailleurs pour cette raison, qu’il fit escale à la salle de bain pour ramasser ses vêtements éparpillés sur le sol avant d’enfiler son boxer afin d’être plus confortable. Il passa enfin la porte de la chambre d’Alice un plateau en main, sur lequel on trouvait ses mets d’homme célibataire et trop fainéant pour cuisiner ainsi qu’une bouteille de jus de pomme et de deux verres. Il prit place en tailleur sur le lit, déposant les victuailles entre eux. « Tu m’accompagnes ? » Il se servit en premier, mordant dans son pain avec une expression de béatitude, bien ravi de manger enfin. « Promis, j’ai rangé tout ce que j’ai utilisé dans la cuisine » ajouta-t-il sur le ton de la plaisanterie.



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Dim 13 Oct 2013 - 15:53

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/




RJ & Alice

Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps.

Je n'attendis pas bien longtemps avant de le voir revenir dans ma chambre. Les yeux fixés sur l'écran de mon portable, je lisais la newsletter d'un de mes magasins de fringues fétiches. Enfin, lire est un bien grand mot, je regardais surtout les quelques looks qu'ils proposaient dedans. Quand RJ me rejoignit sur le lit, je me retournai et constatai qu'il avait troqué la serviette de bain pour un boxer. Ma foi... Je ne sais pas ce qui était le mieux, alors va pour ça. Au moins, il y avait peu de chance que ça glisse, là. Arborant un petit air satisfait, je me frottai les mains devant ce qu'il nous avait préparé -en toute simplicité certes- généreusement. « Volontiers ! » J'attrapai un des petits sandwichs et mordis à pleines dents, avant de rire en l'écoutant. « Quel amour. Tu ferais un bon coloc. » Dis-je en le fixant un instant avec des yeux pétillants. Vivre avec lui, ça devait être une sacrée aventure, loin de la routine... Je préférais ne pas trop y penser, à vrai dire. Tout en dégustant ce qu'il nous avait préparé, je laissais mon regard glisser sur ses épaules, la naissance de son torse. Et allez savoir pourquoi j'eus envie de dire ça à ce moment-là, mais ce fut spontané. « Dire que tu es fiancé. Tu crois que je pourrai m'opposer à ton mariage en me levant, comme dans les films ? » Parce que dans les films, ils ont parfois le cran de le faire, et si ça continuait, j'allais finir par en rêver. Mon regard se rabaissa sur ce le plateau, n'osant même pas le regarder. J'avais englouti mon sandwich en moins d'une minute comme une grosse morfale sans prendre gare aux traces de confitures rebelles. J'attrapai la bouteille de jus de pomme et nous servis deux verres.






Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Dim 13 Oct 2013 - 19:05

avatar
Solomon Collins
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Date d'inscription : 14/06/2013
Prénom : maya/animals.
Célébrité : chachatte.
Crédit avatar : whiskey lullaby.
Messages : 11929
Nationalité / origines : américaine.
Etudes/études passées : diplômé en littérature.
Job/Métier : prof de philosophie et combattant actif dans les tournois clandestins des bas fonds de l.a.
Adresse de résidence : south central.
Autres comptes : rj, oz.
Voir le profil de l'utilisateur


« Je sais, je sais, crois-moi Yvonne est ravie de m’avoir dans le coin » fanfaronna-t-il en mordant dans son pain. Ce n’était pas tout à fait vrai, puisque la dite colocataire avait tendance à se plaindre des partenaires qu’il invitait, de son manque d’implication dans la cuisine ou de ses absences répétées du fait de son stage. En somme, quand il était là, elle se plaignait, quand il n’était pas là, elle se plaignait de toute de même, inutile de préciser que lorsqu’elle était dans sa semaine, c’était une horreur. Bon…il n’y avait pas que du négatif, bien au contraire. Elle rendait son séjour à Los Angeles plus supportable. «Et je quitterai l’autel pour m’enfuir avec toi sur un beau cheval blanc jusqu’au bout du monde ! » rit-il en enfournant la dernière bouchée. Il avait décidé de prendre cela à la rigolade, sachant pertinemment qu’une telle chose était complètement proscrite et ne resterait qu’à l’état de fantasme. A vrai, avant aujourd’hui, il n’avait jamais songé à une telle possibilité et sans doute, ne le fera-t-il plus jamais. Les fantasmes ne devaient être nourris au risque de subir de violentes déceptions. La regardant, il remarqua un reste rouge sur le coin des lèvres, il poussa un soupir. « Ta manière de manger s’améliore pas ! » remarqua-t-il d’un ton faussement exaspéré en y passant le pouce avant de le mettre machinalement dans sa bouche, ses prunelles rencontrant de nouveau celle de la brune. « Bon, il serait peut-être temps pour moi de dormir, je travaille aux urgences demain ! » dit-il au bout d’un moment en s’étirant, coupant ainsi sciemment court à ce contact plus qu’étourdissant. Il posa le plateau au sol, attrapant le verre qu’elle lui tendait et le vida d’un trait.



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Dim 13 Oct 2013 - 19:30

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/




RJ & Alice

Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps.

RJ me fit rire à vanter sa présence auprès d'Yvonne. Je savais bien qu'il avait ses défauts aussi, déjà le fait qu'il soit un gamin dans sa tête assez souvent... C'est d'ailleurs quelque chose de fou chez lui. Autant il peut être enfantin pendant une heure, autant l'heure d'après il peut devenir si... viril. Oui, c'est ça que j'ai toujours adoré chez lui. « Mouais. » Répondis-je juste en riant à moitié, avant de changer complètement de sujet. Son chouette mariage avec une inconnue venue d'Angleterre... Génial ! En espérant qu'il ne craque pas pour son accent british. Enfin bon. Il répondit avec un air tellement détaché. Bien sûr, c'était totalement proscrit que quelqu'un s'oppose à ce fichu mariage. « Je ne te vois pas sur un cheval. Va pour une mustang, à la rigueur. Faut bien que ton fric serve à quelque chose. » Ouais bon, j'avais raison, non ? ... Je ris vaguement tout en dévorant le pain et comme je ne suis clairement pas une fille soucieuse des bonnes manières avec mes amis, RJ me critiqua encore, avant de retirer le reste de confiture sur mes lèvres. Immobile, je le fixai, me demandant pourquoi j'étais ce soir sensible au moindre de ses gestes. « Je voulais juste que tu me débarbouilles, au fond. » Dis-je mielleusement, en exagérant mon regard d'enfant gâtée. Monsieur travaillait aux urgences demain, alors je m'exclamai vaguement en lui filant son verre pour qu'ensuite il débarrasse. A genoux sur mon lit, je croisai son regard de chaton fatigué. « Tu veux que je te sorte le matelas de sous le lit ou tu préfères le sofa ? » Demandai-je le plus sérieusement du monde en pointant du menton le sofa qui trônait contre un mur de ma chambre, non sans espérer qu'il me remballe avec mes idées pourries...





Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Dim 13 Oct 2013 - 22:31

avatar
Solomon Collins
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Date d'inscription : 14/06/2013
Prénom : maya/animals.
Célébrité : chachatte.
Crédit avatar : whiskey lullaby.
Messages : 11929
Nationalité / origines : américaine.
Etudes/études passées : diplômé en littérature.
Job/Métier : prof de philosophie et combattant actif dans les tournois clandestins des bas fonds de l.a.
Adresse de résidence : south central.
Autres comptes : rj, oz.
Voir le profil de l'utilisateur


« Va pour une mustang alors, même si je trouve le style trop ostentatoire ! Sinon, un cabriolet peut être aussi très bien ! » La suivit-il dans son délire. Ce n’était pas l’argent qui manquait, quoiqu’après une telle fuite, ses parents lui couperaient les vivres mais sa carrière de chirurgien serait déjà en bonne voie d’être lancée donc il n’était pas exclu qu’il puisse subvenir à ses propres besoins, certes, devra-t-il troquer son loft pour quelque chose plus…simple mais quelques années seulement suffiraient à ce qu’il retrouve sa fortune d’antan ! La chirurgie était un domaine qui rapportait un max, de quoi en faire un bon parti pour toute demoiselle rêvant d’un beau mariage. « Je préfère ton lit moi ! » dit-il le plus naturellement du monde, non sans un sourire en coin. « Allez, je suis généreux, je t’autorise à dormir avec moi » Il déposa le verre sur le plateau au sol avant de s’étirer, faisant craquer les os de son dos dans un soupir d’homme éreinté. « Si ça peut te rassurer, je suis trop épuisé pour te grimper dessus pendant ton sommeil » Son ton était léger tout comme ses gestes et sans plus de cérémonie, il passa sous les draps puis lança un regard en biais à la brune. « Tu décides quoi ? »



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Dim 13 Oct 2013 - 23:08

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/




RJ & Alice

Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps.

RJ n'était donc pas "m'as-tu vu" pour ses choix de voiture... Je souris en l'écoutant parler, pensant que le modèle m'importait peu, tant que c'était lui qui la conduisait, avec ses belles lunettes de soleil et sa classe naturelle. Enfin bref. Je levais les yeux en l'air pour mettre fin à ce petit délire. Alors monsieur préférait mon lit. Sans doute une lueur de satisfaction éclaira mes yeux. Mais quand il dit qu'il m'autorisait à dormir avec lui, je râlai un coup. « Comment tu parles ! Je te vire de mon lit quand je veux. Tu ne ronfles pas. Tu ne me pousses pas. Tu ne me piques pas toute la couette. Sinon c'est la guerre. » Il fit craquer tous ses os, chose qu'il faisait de temps en temps, depuis le temps j'avais cessé de pousser un grognement à cause du bruit de craquement désagréable. Après m'avoir promis qu'il ne me grimperait pas dessus, il se faufila sous les draps et me regarda avec un air malin, sans doute pour me narguer. « Je décide que t'es vraiment casse-cou quand tu t'y mets. » Je me levai, éteignis la lumière et retirai mon T-shirt et mon soutien-gorge pour les troquer contre un simple débardeur de nuit. Puis je rentrai dans le lit, sans rallumer la lampe ; les volets n'étaient pas complètement fermés, je pouvais ainsi vaguement discerner quelques traits. « Allez, pousse-toi, laisse-moi rentrer dans MON lit que je t'offre pour la nuit. » Dis-je sans le ménager, avant de m'installer confortablement, face à lui. La tête sur l'oreiller, je le fixai un moment, avant de rompre le silence. « Tu comptes dormir tout de suite...? » L'une de mes mains se releva et j'approchai mes doigts de son visage, pour voir où il était exactement. Ah, son nez..




Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Dim 13 Oct 2013 - 23:50

avatar
Solomon Collins
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Date d'inscription : 14/06/2013
Prénom : maya/animals.
Célébrité : chachatte.
Crédit avatar : whiskey lullaby.
Messages : 11929
Nationalité / origines : américaine.
Etudes/études passées : diplômé en littérature.
Job/Métier : prof de philosophie et combattant actif dans les tournois clandestins des bas fonds de l.a.
Adresse de résidence : south central.
Autres comptes : rj, oz.
Voir le profil de l'utilisateur


Il rit seulement aux remontrances et bouderies de sa meilleure amie. Au moins, elle ne l’avait pas simplement viré, lui imposant la froide solitude du sofa ou du matelas qu’elle aurait sorti Dieu sait où. Emmitouflé sous les draps, elle la regarda se changer, ne discernant qu’une fine silhouette grâce à la lumière des lampadaires que les volets permettaient de filtrer dans la chambre. « Voilà, voilà » gloussa-t-il en se poussant sous l’insistance de la jeune femme, qui avait visiblement décidé de ne pas lui rendre les choses faciles. Les yeux clos, il se mit à faire une liste mentale de toutes les raisons pour lesquelles il ne devait pas la toucher d’une manière charnelle ce soir. Néanmoins, ce fut elle qui lança les festivités en premier et saisissant sa main de la sienne, il en baisa délicatement l’intérieur, à la manière d’un baisemain pratiqué chez les gens de la haute société. « Je crois que ce que tu cherches est par ici » Il l’attira contre lui avant de chercher doucement ses lèvres des siennes, commençant tout d’abord par sa joue, sa mâchoire, son menton et enfin la destination tant convoitée. Maladroitement, comme une personne tentant désespérément de s’orienter dans l’obscurité. « Pourquoi, tu as des plans pour moi ? » répondit-il enfin à sa question.



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Lun 14 Oct 2013 - 0:10

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/




RJ & Alice

Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps.

Ce gros malin finit par se pousser et tandis que je cherchais à tâter le terrain pour voir où son visage se situait, c'est sa main qui attrapa la mienne pour l'embrasser... Décidément, j'étais perdue ce soir-là. RJ faisait battre mon cœur à une vitesse totalement anormale, si bien que je me sentais... étrange. Comme une adolescente. Il fallait se rendre à l'évidence, cette réaction de trouble n'était pas réservée qu'aux ados. Mes lèvres esquissèrent un sourire suite à ses paroles. Oui, peut-être que je voulais c'était à la fois sa main et à la fois ses lèvres. J'avais l'impression d'être connectée à lui comme à aucun autre. C'était magique, comme dans un rêve au milieu duquel j'étais l'héroïne. Mon corps fut attiré contre le sien et ma respiration s'arrêta pendant quelques secondes, à moins qu'elle ne s'emballe, je ne savais plus. Tout en lui m'attirait, je ne voulais pas m'endormir avant de l'avoir marqué un peu plus encore, avant de lui avoir laissé comprendre qu'il ne me laissait vraiment pas indemne. Ses lèvres glissèrent sur mon visage et lorsqu'elles parvinrent jusqu'aux miennes, je fermai les yeux, entremêlant mes doigts aux siens, doucement. J'étais bouillante, d'une chaleur aussi vive que quelques minutes auparavant dans la cuisine. Je ne cherchais pas à approfondir ce baiser ; ma simple envie était de goûter à ses lèvres, tendrement, et quand il me demanda si j'avais des plans pour lui, je souris. « J'ai toujours eu des plans pour toi RJ et ce soir, je veux que tu t'endormes en pensant à moi. Je sais, c'est dingue. » Murmurai-je en souriant, tandis que je me lovais contre lui, profitant par la même occasion de son odeur. Ma main lâcha finalement la sienne et je repliai mes bras contre son torse, les yeux toujours fermés. « Enfin ne t'inquiète pas, tu restes quand même mon meilleur ami. Demain je t'enverrai un texto pour te dire que j'ai passé la nuit avec un charmant jeune homme... » J'étais sur le point de m'endormir, et silencieusement, je ne pouvais m'empêcher de réaliser que j'étais chanceuse de l'avoir.




Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   Mar 15 Oct 2013 - 23:23

avatar
Solomon Collins
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Date d'inscription : 14/06/2013
Prénom : maya/animals.
Célébrité : chachatte.
Crédit avatar : whiskey lullaby.
Messages : 11929
Nationalité / origines : américaine.
Etudes/études passées : diplômé en littérature.
Job/Métier : prof de philosophie et combattant actif dans les tournois clandestins des bas fonds de l.a.
Adresse de résidence : south central.
Autres comptes : rj, oz.
Voir le profil de l'utilisateur


« M’endormir en pensant à toi…mhh » il laissa ses mots planer dans les airs, comme s’il réfléchissait, comme s’il pesait le pour et le contre, comme si cela méritait une réflexion très poussée. « Je pense que je peux faire ça » finit-il par dire au bout d’un moment, en souriant comme un idiot. « Je pense même que ce sera pas trop compliqué » Il caressa doucereusement ses doigts sur sa joue, profitant au maximum de contact, se demandant brièvement comment les choses avaient pu en arriver là avant que ce questionnement ne disparaisse aussi soudainement qu’il était apparu dans son esprit. « Quel chance a donc ce jeune homme ! » Il s’esclaffa légèrement, l’observa quelques longues secondes. Ouais, quel chanceux était donc ce charmant jeune homme pour reprendre les mots d’Alice et il le pensait sincèrement. Même avant que leur amitié ne se transforme en ce qu’elle était maintenant, il y avait toujours cru. Chanceux d’avoir Alice à ses côtés, chanceux d’avoir une personne telle qu’elle à ses côtés, veiller sur soi, qu’aurait-il pu rêver de mieux ? Grâce à elle, il s’était senti un peu moins seul dans cette ville, ce pays dont il ne connaissait rien à l’époque et dont les coutumes lui paraissaient tellement absurdes ! "bonne nuit !" Il baisa tendrement son front avant de passer des bras protecteurs autour d’elle, fermant finalement les yeux, épuisé mais satisfait.



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.
» (dane) ✻ j'ai fait des choses que j'regrette suffisamment, suffisamment pour y penser tout l'temps.
» ❝ J'ai fais des choses que je regrette suffisamment, suffisamment pour y penser tout le temps.❞
» ❝ J'ai fais des choses que je regrette suffisamment, suffisamment pour y penser tout le temps.❞
» ■ Une réplique, un film

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP :: Terminés-
Sauter vers: