Partagez
 

 [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptySam 10 Aoû 2013 - 14:45

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty



Jesen A. Grime
featuring Nicolas Bemberg
NOM(S) : Grime. C'est un nom plutôt banal. Vous ne devriez pas avoir trop de mal à le retenir. PRÉNOM(S) : J'en ai deux. Mon premier prénom c'est Jesen et c'est celui que la majorité des gens emploient mais ça c'est sans compter sur ma mère. Elle m'appelle immanquablement par mon deuxième prénom qui est Aalen. Vous voulez savoir pourquoi ? Parce qu'elle aime me faire chier. Cette folle regrette de m'avoir appelé Jesen et raconte aux gens qui veulent bien l'écouter que c'est le nom d'un serial killer comme ça, ils abondent dans son sens et m'appellent eux-aussi Aalen. La vérité c'est que mon père était tellement cuit le jour de ma naissance qu'il a mal orthographié le prénom que ces deux couillons avaient choisi. Depuis, elle s'en remet pas et s'obstine à m'appeler Aalen. Elle va jusqu'à m'envoyer du courrier en soulignant ce prénom pour être sûre de semer la confusion même dans la tête du facteur. Salope. AGE : 28 ans  (10/06). LIEU DE NAISSANCE : Si les Etats-Unis étaient un homme, ses pieds ce serait la Louisiane. Et forcément, c'est là où je suis né. Pas de chance, hein ? Je viens plus particulièrement de Lac Charles. Ça ressemble un peu au décors du « Livre de la jungle » et là-bas, y-a plus de moustiques que d'hommes et comme nous sommes en démocratie, je me suis souvent demandé s'il ne fallait pas leur filer le droit de vote... Saleté de région. NATIONALITÉ : Je suis américain à 100%. Tellement que j'ai petit tatouage « Made In America » pour le prouver. C'est un peu comme les poupées made in china vous voyez ? Pourquoi j'ai fait ça ? J'en sais rien moi. Pourquoi vous me le demandez ? Je l'ai fait et puis c'est tout. Fin de la discussion et je vous emmerde. ORIGINE(S) : Américain. MÉTIER : Je suis professeur d'histoire. Ouais, rigolez bien bande de ploucs mais c'est sérieux. J'ai la vocation... putain même moi ça me fait rire d'écrire toutes ces conneries. Je suis devenu professeur d'histoire parce que j'ai toujours eu des facilitées dans ce domaine. Cette carrière s'est imposée à moi parce que j'ai une excellente mémoire. Je retiens tout ce que je lis au mot près et vous reconnaîtrez que c'est pratique pour être un AS en histoire. Je n'étais pas obligé d'enseigner mais à un moment, il a fallu faire un choix entre ça ou passer le pinceau dans le désert à la recherche des ruines de vieilles chiottes en pierre. J'ai préféré devenir professeur et venez pas me chercher avec ça, ok ? ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel mais bourré, les choses peuvent devenir beaucoup plus... floues m'voyez ? DES SOUCIS DE SANTÉ? : Ouais. J'ai une malformation artério-veineuse. Pour vous épargner de la salive dites plutôt M,A.V. Est-ce que c'est grave ? Pas tant que ça n'explose pas. Ce n'est pas rassurant mais ne vous inquiétez pas, je promets d'éviter de dégueulasser vos pompes lorsque ça arrivera. Si vous vous demandez ce que c'est, dîtes-vous simplement que c'est comme une bombe à retardement. Cette saloperie me tuera mais les médecins ne savent pas me dire quand et c'est dommage parce que j'aimerais être prêt ce jour-là. C'est une question de principes, j'aime bien être élégant lors des grands événements, pas vous ? Jusqu'ici, je n'ai eu que de petits saignements qui se sont résorbés d'eux-même grâce aux médicaments. SITUATION SOCIALE : Célibataire. SITUATION FINANCIÈRE : Je ne suis pas blindé alors les charognards peuvent aller tourner autour d'un autre mourant. Je suis même plutôt du genre à dépenser ce que je n'ai pas. J'ai plein de dettes mais ça m'inquiète pas plus que ça parce que je trouve toujours une pauvre petite fille riche pour m'aider. C'est vrai quoi, faut qu'elles apprennent à partager.  Je leur apprend la répartition juste et équitable des richesses. SITUATION FAMILIALE : J'ai une sœur. Je la surnomme « Cee ». Je ne veux pas parler d'elle. Vous pourriez tomber amoureux et je serai obligé de vous casser la gueule alors vaut mieux pas. Faut pas y  toucher, elle est genre... sacrée et c'est tout ce qu'il y-a à savoir. Le reste de ma famille se décompose en Louisiane. PLUS GRAND RÊVE : Mon plus grand rêve c'est de me faire une genre de célébrité ou bien une femme puissante qui ne pourrait plus respirer sans moi. Vous trouvez que j'ai l'air d'être un enculé ? Peut-être bien. Je m'en fiche et rappelez-vous, je vous emmerde. Voilà. PLUS GRAND CAUCHEMAR : Que la mort m'emporte par surprise. Je veux la voir venir pour pouvoir trinquer à sa putain de santé. Je ne veux pas mourir dans mon lit. Je veux que ça fasse mal. Je veux avoir l'impression qu'on arrache ma vie de force, avoir l'illusion d'être entrain de me débattre... VOTRE PROVERBE DE VIE : « Supprimez le conditionnel et vous aurez détruit Dieu.  ».

You know my name...
come on down to front and sit right here and don't be shy
Il est deux heures du matin. Après une soirée bien arrosée, vous rentrez chez vous en prenant le bus. Pour une raison qui échappe à votre esprit embrumé par l'alcool ( si ce n'est une envie de parler très pressante ) vous vous dirigez alors vers le chauffeur et le saluez comme un vieil ami. Ce dernier tourne brièvement la tête vers vous, sourire aux lèvres. Ah, il semble sympa, celui-ci ! Eh bien, on dirait qu'on a bien fait la fête ce soir ! Est-ce que c'était pour une occasion spéciale ? Chic, il a envie de discuter, lui aussi ! Ça fait longtemps que vous n'aviez pas raconté votre vie à quelqu'un.

« Ouais. Non. Enfin, je ne sais plus... » Je ne sais même pas ce que je suis venu foutre dans ce putain de taxi. C'est bien un taxi, hein ? La vache ! Pour un taxi, ça a l'air bien plus grand que dans mes souvenirs. Peut-être bien que c'est un genre de taxi pour les culs triple XL ? Vous me le diriez si ça n'en était pas un, hein ? Je vous fais confiance. Par contre, vous allez rire mais je ne sais plus où j'habite... quand j'y pense y-a que l'adresse d'Elvis Presley qui me vient. Putain, je crois que j'ai abusé de la tequila... qu'est-ce que je lui dis au chauffeur ? Roulez jeunesse, tout droit vers l'infini et au-delà ? Ah bah voilà, j'ai envie de regarder Mulan maintenant... Maintenant que j'y pense, elle est drôlement sexy la fille dans ce dessin animé, vous savez, Jasmine c'est ça ?, elle a de sacrées boobs cette rouquine... les Disneys c'est toute mon enfance, sans déconner, je les connais tous par cœur.

Il vous lance un coup d’œil, pas certain de discerner un petit accent dans votre voix où alors juste une mauvaise élocution en raison de votre état. C'est moi où tu viens pas d'ici ? C'est le moment d'étaler vos expériences dans les pays étrangers.

C'te chauffeur de taxi est un gros naze. Au lieu de me demander où je veux aller, il préfère me demander d'où je viens... « Ça se voit tant que ça que je suis noir ? * connard ! * Je viens de Papouasie... » Vous faites pas de bile, il n'ira pas vérifier... « Non mais je plaisante Taximan... te vexe pas hein ? Je sais que tu veux être sympa avec moi et c'est bien de l'être, surtout de nos jours... t'es un type en Or, voilà. Je l'ai dit. Je peux te faire un câlin mon poto ? » Quoi ? Ça vous arrive jamais d'avoir subitement envie d'un câlin ? « Si tu veux tout savoir, je viens de Louisiane... Ouais. Mais j'suis parti y-a longtemps... genre j'sais pas moi, y-a 1000 ans. J'ai l'impression que ça fait 1000 ans. Y-a 1000 ans c'était en 2012, parfaitement. » Voilà ce qui m'arrive quand j'essaye de faire boire une jolie fille, c'est toujours moi qui termine pompette. La vie est injuste...

Eh ben, c'est pas moi qui aurais l'occasion de faire ça... après un moment de silence durant lequel seule une musique imaginaire résonne dans votre tête, le chauffeur vous ramène à la réalité d'une voix enjouée. Et sinon, tu fais quoi dans la vie ? T'es marié(e) ?

Ok. Il est un peu teubé. L'occasion de faire quoi ? Ce mec me fait penser à une centrale d'appel. Remarquez c'est certainement pas de sa faute. Personne n'est volontairement débile quoique si, y-a Snooki. « Marié ? Ouais, absolument. Enfin non. J'ai personne en particulier. Tu comprends ? Je fidèle à mon célibat. » Y-a la route qui fait des vagues, j'ai le mal de mer... c'est terrible. « Je suis enseignant. Mais chuuuuuuuut, personne ne doit savoir... les élèves savent pas. » Qu'est-ce que je raconte ? Je m'entends parler mais j'y comprends rien... et vous ? T'façon ce n'est pas grave, demain je me souviendrai de rien.

Ah oui? Bref. Parles moi plutôt de cette soirée à laquelle tu étais, ou je ne sais plus trop quoi. Qu'est-ce qui t'a fait sortir en plein milieu de semaine tout(e) seule, alors ?

« Ce n'était pas une soirée. Y-avait cette belle nana et... après y-en avait encore une et puis encore une autre, c'était un défilé, un truc de fou et tu sais ce que c'est mon poto, faut savoir assurer pour pouvoir choper de la donzelle. J'ai picolé, elles ont picolé aussi et je rentre tout seul, c'est les risques du métier et... j'bois quand je veux, même en semaine. Mes élèves s'en foutent du moment qu'ils ont un polycopié à gribouiller... des connards. C'est rien que des connards. Tous des connards d'ailleurs sauf toi mon poto, toi je t'aime bien. T'es un chic type... »

Il sourit en coin mais vous êtes totalement incapable de décrypter la signification de ce geste. Est-ce qu’il se moque de vous ? Naaan, pas possible, c’est un mec cool, Manu (s’il s’appelle bien Manu) ! Amigo ! Fais attention, t’es en train de tomber. Va t’asseoir et raconte moi plutôt un truc que je sais pas encore sur toi avant qu’on arrive à ta station. C'est quoi ta plus grande honte ?

D'où il voit que je tombe lui d'abord ? M'enfin, il a peut-être raison, il faut que je m'assois parce que j'ai comme de la limonade qui me pétille dans le cerveau « Hey poto, sont où les ceintures ? » Et puis merde... tant pis, je ne trouve pas. « J'ai honte de rien... enfin si mais on est pas assez intime pour que je te raconte ça... tu m'en veux pas taximan, hein ? C'est pas contre toi et si tu veux, je peux te dire un truc... » Qu'est-ce que je voulais dire déjà ? Merde. J'ai oublié... Il me disait quoi lui aussi ? Putain. On est où là ? Je ne reconnais pas le quartier... Il m'emmène où ce con ? Vous croyez que je suis monté dans une camionnette ? Ça ressemble décidément pas à un taxi... Vous pensez qu'il va essayer de me tuer ? Non. Ce n'est pas crédible. Il a une casquette. Les gens avec des casquettes bah... ils sont gentils. Par exemple, prenez Riri, Fifi et Loulou, bah ils ont des casquettes et y-a pas plus gentil au monde que ces trois canards... alors vous voyez, c'est la preuve.

Vous regardez les bâtiments qui défilent par la fenêtre et commencez à sentir vos membres s’engourdir petit à petit. Tout à coup, vos pensées s’embrouillent et vous soupirez en repensant à un épisode sombre de votre vie. Décrivez la scène qui se déroule dans votre tête.

Il y-a des éclats de verres répandus partout par terre. Maman me dit de ne surtout pas m'inquiéter mais je n'écoute pas, je n'écoute jamais ce qu'elle me dit et alors que j'essaye de remonter me coucher, elle m'attrape par le bras et me fait m'asseoir sur une chaise. Elle boit. Il faut toujours qu'elle boive. On est dans la cuisine, la pendule indique vingt et une heure mais il doit être beaucoup plus tard que ça... J'ai peur. Je tremble. Je claque des dents. Son regard m'écrase. Je me sens comme un moustique sous la chaussure d'un géant. Elle ricane méchamment et se ressert un verre. Nos regards se croissent, je vois qu'elle me veut du mal. Je le sens. Il y-a comme du désespoir en suspension dans l'air. Elle passe sa main dans ses cheveux mal coiffés et d'une traite, vide son verre et l'envoie valser par terre. Je sursaute et elle ricane, encore. Je n'ose pas respirer. Je n'ose pas bouger. Je reste assis et j'attends fébrilement que quelque chose se passe. Elle s'assoit face à moi et maintenant c'est à celui qui baissera les yeux en premier. Je cède et elle ricane, victorieuse. Je regarde mes pieds. Je vois qu'ils saignent. Je vois du verre dans la plante de mes pieds mais je ne dis rien. Tout ce sang, je trouve ça splendide. Je n'ai pas mal. Ces blessures ont quelque chose d'irréel, le sang m'hypnotise. Maman me hurle alors de la regarder et tape sur la table avec son poing. Le bruit m'arrache à ma rêverie et à nouveau, nos regards s'affrontent. Je ne sais pas quoi faire pour m'en sortir. Je sens les larmes monter. Je les sens grimper les barreaux d'une échelle imaginaire et ne peux pas empêcher leur ascension. Je prends une grande inspiration pour les retenir. J'essaye vraiment de les empêcher mais elles se glissent entre mes paupières, s'entortillent dans mes cils et tombent lourdement le long de mes joues. Maman me dit que les hommes sont tous des pleurnichards. Avec mes mains, j'écrase mes larmes, leur barre la route et pendant ce temps, maman me fixe. Elle a l'air fasciné. Elle chantonne sa chanson favorite et boit au goulot. Tous les verres sont par terre et Maman me dit qu'ils sont comme ses rêves, tous brisés. Elle rajoute que c'est la faute à mon père. Elle le traite de salaud et ne me lâche toujours pas du regard. Je me sens pris dans la toile d'une araignée. Elle dit que je ressemble à mon père. Elle me sourit, me demande si je la trouve belle dans sa robe rouge. C'est celle qu'elle portait au bal des pompiers en l'an 1000 avant Jésus Christ au moins... J'ose pas lui dire qu'elle me fait peur. Je ne réponds rien. M'emmure vivant dans mon silence et sens bien que ça l'énerve. Elle se lève précipitamment, renverse sa chaise et s'en va mettre son disque favoris. Je veux m'enfuir mais elle me surveille au loin. Elle revient dans la cuisine avec dans ses yeux, une lueur fébrile, chancelante, comme prête à s'éteindre. Elle veut qu'on danse. Je n'ai pas vraiment mon mot à dire alors... elle m'attrape, me soulève et me fait tournoyer. Elle me chuchote à l'oreille que ses parents la croient chez une amie et pouffe de rire comme une collégienne, elle m'appelle Capitaine Matthews... la voilà revenue 15 ans en arrière. Je n'existe plus. Pour elle, je viens de disparaître. Elle rejoue sa soirée, revoit les visages des gens qui le temps d'une soirée, l'avaient tous admirés. Mes pieds se heurtent aux meubles mais elle n'entend pas et continue à nous faire tournoyer tout en récitant les répliques tirés de sa plus belle soirée. Je lui demande d'arrêter mais elle n'entend rien. Elle est ailleurs mais moi, je suis bien ici. J'ai peur qu'elle me lâche. Je la sens fébrile. Finalement, elle s’effondre et moi avec elle. Je me relève et la voit étendue par terre, elle ronfle.

Deux minutes plus tard, vous vous êtes assoupi. Ce n’est qu’une demi-heure plus tard que le chauffeur vient vous réveiller pour vous annoncer qu’il est arrivé au terminus et qu’il vous faut descendre… t’as pas l’air en forme, toi. Si tu veux, je peux te garder chez moi jusqu’à demain ou te ramener en voiture si tu ne vis pas trop loin ?

« Hein ? Quoi ? On est où là ? Merde. » Cinq minutes dans les vapes et déjà, les choses s'éclaircissent... je ne suis pas dans un taxi mais dans un bus. La honte. Je peux vraiment pas compter sur vous... « Non mais merci. Je vais... Je vais marcher. J'en ai besoin. Merci encore. » Après un cauchemar, le mieux pour se remonter c'est l'air frais, pas vrai ?

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptySam 10 Aoû 2013 - 18:48

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Not my story.
this is my life and I'm still trying to figure out how that could be.

Savez-vous pourquoi il est important de ne jamais respirer en présence d'un mort ? Je parie que vous n'en savez rien. Pas vrai ? Vous n'avez pas une tête de savant alors je vais vous aider. Dans l'antiquité tardive, certaines personnes pensaient que l'âme des macchabées s'infusaient dans l'air après leur mort comme un putain de sachet de thé dans une tasse d'eau chaude. Quelques rares alchimistes posaient des pierres ou plutôt des genres de pierres semi-précieuses (avec ça, ça avait l'air moins bidon comme « science ».) sur les narines d'un mort pour capturer ce qu'ils nommaient « l'essence de mort ». Faites pas semblant de trouver ce que j'écris intéressant parce qu'en toute honnêteté, je sais bien que ça doit déjà vous faire chier n'est-ce pas ? Vous donnez pas la peine de bailler, j'arrête de vous torturer et j'en viens aux faits : Stéphanos d'Alexandrie pensait que la mort était contagieuse. Que c'était une forme de maladie et qu'il suffisait de l'éviter pour accéder à une forme d'immortalité. La vieillesse, les maladies et toutes ces choses étaient selon-lui, des résidus laissés par les morts pour que nous les rejoignions dans la tombe. Je ne vous dis pas comment il est mort puisqu'il y-a dans l'histoire plusieurs Stéphanos d'Alexandrie. Déduis-en ce que vous voudrez mais certains illuminés pensent qu'il est devenu vraiment immortel en trouvant le moyen de ne jamais marcher sur les traces d'un mort mais entre-nous, même en devenant Bouddhiste, y-a de fortes chances pour quelqu'un clapse près de chez vous. Les gens ont une fâcheuse tendance à faire ça un peu n'importe où. Il devrait y avoir des panneaux « interdit de clapser par ici siouplait, merci et... bonne route. » mais bon, c'est comme ça et on ne peut pas y échapper. La mort est partout. Elle nous enveloppe. Nous ne sommes rien d'autre que des immortels mortels mais si nous sommes tous obligés de mourir, rien ne nous empêche de choisir comment ça va arriver et c'est ce qui nous amène ici, dans cette chambre d'hôtel. Je sais plus trop ce que je suis venu foutre par ici... y-avait une jolie fille et c'était à peu près tout ce qui avait de l'importance à mes yeux et puis, je suis tombé... et j'ai su immédiatement que j'étais à ma place là, par terre. Je ne sais pas comment l'expliquer mais ce que je sais c'est que je n'ai jamais autant l'impression d'exister qu'au moment où je me suis écroulé comme un gland sur la table basse... Vous comprenez ça ?

« Depuis combien temps est-il dans cet état ?! Monsieur ? Monsieur ?! Vous m'entendez ? Pouvez-vous parler ? *Bas les pattes. Si je pouvais te répondre, tu garderai tes mains dans tes putains de poches.*
_ Qu'est-ce qu'il a pris ? C'est quoi tous ces médicaments ? *C'est des bonbons. Connard. Et ils sont pas pour toi.* »


Quand j'étais môme, mon père qui n'avait rien du génie de Stéphanos d'Alexandrie m'avait dit de retenir ma respiration dans un cimetière pour ne pas rendre les morts jaloux. Il blaguait bien sûr mais pas moi. Je me suis évanoui à l'enterrement de l'oncle Ernest parce que je ne voulais pas respirer en sa présence s'il ne le pouvait pas lui non plus. Je trouvais ça injuste. Ce jour-là, ma tante Cécilie, ma grand-mère Livia et deux autres personnes sont tombées dans les pommes peu après moi. C'était comme regarder une cascade de dominos tomber. Le curé a dit que c'était des choses qui arrivaient, que c'était probablement un moyen d'accompagner l'oncle Ernest jusqu'à « l'autre rive ». Vous trouvez pas ça complètement con ? Si le curé avait connu l'oncle Ernest, il y-aurait pas cru un seul instant. Ce fumier jusqu'à la fin de ses vieux jours tirait encore sur ses putains de cigarillos qui puaient le vieil ours avec sa bouteille d'oxygène sur les genoux tout en sifflant les filles qu'il pensait apercevoir au travers du brouillard provoqué par sa cataracte qui lui donnait une apparence de vieux papy prophète et croyez-moi, c'était pas de la frime. C'était le genre de type qui me donnait l'impression de pouvoir plier la mort en boule pour marquer un panier et pourtant...

« Il... enfin c'est ridicule ! Il allait bien. Il... enfin merde quoi, qu'est-ce qu'il a ? Jesen ? Faites-quelque chose ! Jesen !!! *Faut toujours que cette nana hurle. J'ai bien une petite astuce pour qu'elle ferme mais là, bah... vous voyez bien que je suis plutôt du genre indisponible. Va falloir que vous la supportiez. Chacun son tour.*

_ Les médicaments sur la table, c'est quoi ? *Touche pas. Ils s'appellent reviennent.*

_ C'est... juste pour nous relaxer quoi. Je vous jure ! Et il en a pas pris tant que ça. C'est pas méchant, c'est juste de l'Haldol... c'est un médecin qui lui a prescrit alors ça peut pas faire de mal, hein ? *retenez bien ce nom les tafioles, H.A.L.D.O.L. Répétez après moi : HALDOL. Putain ça fait pas du bien ? C'est sûr que c'est l'hydromel qu'on doit vous servir dans l'au-delà. J'espère qu'ils ont du stock. Si y-en a pas, ramenez-moi, j'y vais pas.* »


Enfin, bref, le curé est venu me trouver à la fin de la cérémonie pour voir comment j'allais parce que c'est ce que sont censés faire les curetons alors je n'ai rien dit par courtoisie chrétienne, vous comprenez ? Je suis sûr que vous comprenez. Il avait l'air gêné et moi c'était pire parce que je le voyais venir. Je savais ce qu'il allait faire mais je n'ai rien dit parce que je n'avais pas la force et puis, il était sympa et... je n'aime pas vexer les gens à 100% sympa. Ils sont rares alors faut les ménager mais j'étais sûr qu'il allait tenter de me réconforter en posant sa grosse patte velue sur mon épaule pour faire genre « j'comprends » ou « je compatis ». SALAUD. Je ne sais pas pourquoi je re-pense à ça maintenant mais les gens qui font ça sérieusement, faudrait tous les faire exécuter même s'ils sont à 100% sympa. Si vous l'avez déjà fait à quelqu'un, j'espère que vous regrettez. Les connards qui vous tapotent l'épaule c'est comme ces infirmières qui vous filent une sucette ou un chocolat chaud après vous avoir pompé le sang. Avant qu'il s'en aille et je ne sais pas pourquoi, je lui ai posé quelques questions sur la mort et vous savez ce qu'il m'a répondu ? Il m'a dit que les morts étaient tous des anges et c'est bien connu : les anges c'est bienveillant. C'est la bible qui le dit alors, c'est forcément vrai. Selon lui, je n'avais pas de raison d'avoir peur mais c'était des conneries et vous voulez savoir pourquoi ? Attendez que je crève et vous verrez si je deviens un putain d'ange bienveillant. Putain ça ouais, j'aimerai bien voir ça...

« Je n'ai pas de pouls ! *Qu'est-ce qu'il raconte lui ?* On commence le massage cardiaque. *Alors ça y est... ? J'ai même pas eu le temps d'envoyer les cartons d'invitation...*

- Oh putain ! Jesen... Est-ce que les flics vont venir ? *Si c'est pas beau l'amour... SALOPE.*

- 1...2...3... *J'ai froid.*

- Jesen ? Il peut pas être mort... il a pas l'air d'être... Jesen ? Il allait bien... ça n'a pas de sens. *Pourquoi est-ce que j'ai aussi froid tout à coup ?*

- 13...14...15... *Vous avez vu ? Je n'ai pas mis de t-shirt. Je ne peux pas mourir comme ça. De quoi j'aurai l'air à la morgue, devant les médecins et tous ça ?* 16...17...18 *Laissez-moi enfiler un truc et... après, on reprends notre petite danse ? Okay ? Deal ?* 19...20...21 *A qui je parle et... à quoi ça sert ?* 22...23...24 *C'est ce que je cherchais alors... pourquoi je m'inquiéterai pour ça maintenant ?* 25...26...27 *C'est idiot. De toute façon, il aurait fallut me l'enlever ce foutu t-shirt alors pourquoi ça m’obsède comme ça ?* 28...29...30 *Hey !, mais vas-y te gêne pas et fais comme chez toi ! Je mérite pas d'être embrassé une dernière fois par un type comme toi. C'est l'enfer qui commence, c'est ça ? Pas vrai ? Il fait aussi froid en enfer ? Je ne sais pas pourquoi je vous le demande, vous n'êtes pas mort.*


Vous n'entendez pas ? Y-a cette musique bizarre... je connais les paroles... ma mère écoute souvent cette niaiserie en fumant d'une traite tout un paquet de Lucky Strike comme s'il s'agissait de sucreries. Pourquoi est-ce que je pense à ça maintenant ? Faut toujours que cette pute vienne tout gâcher. Quel bouton on pousse ici pour allumer le chauffage ? Je suis où d'ailleurs ? Où est « mon prince pas-charmant du tout » ? Putain. Je voudrais que Cee soit là. C'est con. Je ne sais pas. Je ne sais plus... Ne vous moquez pas, j'aimerais bien vous y voir... Je me doutais que mourir ça ne devait pas être évident mais je ne m'attendais pas à ce vide, ni même à ce froid... Peut-être que c'est ça l'au-delà ? J'en envie de hurler REMBOURSEZ, PUBLICITÉ MENSONGÈRE ! Peut-être que quelqu'un viendra histoire de me souhaiter la bienvenue et de me présenter à Dumbledore ou au grand-manitou du coin mais au lieu de ça... je pense dans le noir avec cette putain de musique de merde dans les oreilles ! Vous ne connaissez pas ? C'est une vieille chanson... ma mère en est fan parce qu'elle raconte sa vie sois-disant mais ça ne me dit pas pourquoi je l'entends à cet instant très précis ? Je m'attendais à voir des AS de coeur jouant de la trompette, à des vierges peu farouches drapées dans une simple étoffe de soie, à des chérubins faisant pipi des arcs-en-ciel ou bien à des cris, des flammes et des fleuves de larmes mais là, il n'y a rien, vraiment rien d'autre que moi.


_______________________________________________________





- SCÈNE 1 -
17 JUILLET 1989



Je connais cette odeur. Je me souviens... enfin je crois. C'était le parfum de ma mère. Elle sentait l'eau de vaisselle et la cigarette. Je sais, c'était pas ce qu'il y-a de plus chic mais petit, je ne détestais pas. Où suis-je maintenant ? « Si tu me quittes, je te jure que je tue les enfants ! Je te promets que tu les retrouveras avec ton linge sale !!!! Tu as compris ? » Ne me dites pas que cette histoire de revoir sa vie défiler est vraie ? Et pourquoi avoir choisi cette scène ? On peut pas revoir les cuisses de Jamiline Pierce plutôt ? Allô ?! Qui est aux commandes ? Dieu ? Je savais que t'étais un gros salopard. Je ne veux pas voir ça... c'est trop déprimant. Comment on zappe ? Je devais avoir 6 ans à cette époque et mon père voulait partir avec sa poule de Las-vegas et ils avaient dans l'idée d'acheter une ferme dans l'Utah pour y élever des poux pour un laboratoire qui commercialise encore aujourd'hui des shampoings contre ces insectes. Putain, ça s'oublie pas ce genre d'histoire. C'est ça, marrez-vous. Allez-y, je vous autorise... c'est de bonne guerre. Vous n'y croyez pas hein ? Bah n'empêche que ça existe les élevages de poux et dès que mon père croyait détenir une idée originale, ce fils de pute se précipitait dessus jusqu'à perdre sa chemise. « C'est la dernière fois que tu vois ton fils ! Aalen, dis adieu à papa. Papa ne veut plus de toi. Il veut que maman se débarrasse de toi. T'entends ?
- J'ai pas envie... !
- Janice arrête... tu lui fais peur ! Lâche-le, ok ? C'est entre toi et moi alors laisse-le aller se recoucher. »
C'est vrai que j'ai l'air terrifié et c'est normal, vous l'auriez été aussi à ma place... Ma mère faisait toujours ça pour retenir mon père et à la longue, je n'ai plus eu peur du tout. Plus fort même, j'ai eu envie qu'elle le fasse. J'ai eu envie qu'elle me tue pour savoir si elle était assez monstrueuse pour le faire à son propre fils mais maintenant que j'y repense, je sais qu'elle l'aurait fait... et vous savez pourquoi ? Parce que cette pute n'a pas hésité à me parler de suicide lorsque je lui ai appris pour ma maladie... SALOPE.




- Scène 2 -
21 JUIN 1992


Y-a un match ce soir. Avec toutes ces conneries, je vais le rater... Y-a moyen d'avoir un replay par ici ? Où on est maintenant ? J'aimerais bien me voir à l'intérieur de l'utérus à ma mère... je suis sûr que c'était plein de clous et de punaises... On peut ? J'adorerai ! Hey ? Le salaud aux commandes, tu voudrais bien tirer sur la bonne manette c'te fois ? Quelqu'un m'entend ? C'est fou ce que vous êtes bavard... « Une femme dans le Massachusetts a balancé ses trois enfants par la fenêtre parce qu'ils lui tapaient sur les nerfs. Tu entends ça ? Sais-tu ce que maman va te faire si tu n'arrêtes pas immédiatement de crier Aalen ? Le sais-tu ? » Encore mon enfance. A quoi ça sert de remuer toute cette merde ? Je n'ai pas eu d'enfance et ça s'arrête là, point. On peut au moins appuyer sur avance rapide ? Non ? Alors faut prévenir les âmes sensibles parce que cette scène est pathétique. C'est à ce moment que je me suis rendu compte que jamais rien n'arriverait à me rendre heureux dans la vie. Je ne saurai pas comment vous l'expliquer... tout ce que je sais c'est que quelque chose d'essentiel m'a été arraché ce jour-là « Je te dis que Cee est malade ! » Une mère ordinaire aurait rappliqué fissa mais pas la mienne. Non, la mienne a préféré rester en tête-à-tête avec son miroir. Tous les matins, elle s'asseyait devant sa coiffeuse et faisait à son reflet des sortes d'adieux déchirants. Il ne fallait jamais interrompre la messe qu'elle donnait en l'honneur de sa jeunesse perdue mais cette fois-ci, j'ai pris le risque. Ma soeur n'avait que moi alors fallait que j'affronte le dragon... il le fallait bien, pour elle. Je devais la protéger, c'était mon job, le seul que j'avais en ce temps-là alors je le prenais au sérieux. Putain... Cee. Je n'ai jamais rien aimé dans ma vie sauf elle. Je sais que j'ai l'air d'une mauviette à cet instant très précis mais ce que je dis ce n'est rien de moins que la vérité vraie. « Elle fait semblant. Tu ne vois pas qu'elle veut qu'on s'occupe d'elle. Cette petite peste n'a rien. C'est moi qui souffre ici. C'est moi. Pas elle. Tu entends ? Depuis sa naissance, j'ai l'impression d'être une vieille femme. Regarde-moi Aalen. Tu vois ? Comment est-ce que j'ai pu devenir cette vieille femme ? Je ne me reconnais pas. Ce n'est pas moi. Je... Je tombe en poussière. Regarde ça ! » Je sais bien ce que vous vous dites. Vous trouvez ce spectacle affligeant n'est-ce pas ? Ne me mentez pas, je sais bien que cette scène vous met mal à l'aise et y-a pas de honte à ça... parce que c'était malsain, vraiment malsain. Je ne me souvenais pas mais à cette époque, j'avais l'air drôlement misérable et c'est certainement dû au fait que ma mère ne savait rien faire d'autre à manger que des céréales et c'est ce régime alimentaire qui a dû me rendre insensible au sucre. Je n'aime pas ça. « - Mais m'man, elle ne peut pas se lever ! Elle dit qu'elle a mal au ventre et... je peux pas appeler le 911 parce que papa a arraché le téléphone pour le vendre... m'man ? T'écoutes ?
- Pourquoi tu voudrais appeler le 911 ? Hein ? Tu veux leur dire que je suis une mauvaise mère c'est ça ? Regardes ce que tu me fais ? Quel genre de fils ferait ça à sa propre mère ? Pourquoi ne me tuez-vous pas au lieu de me torturer comme ça ? »
Qu'est-ce que vous voulez qu'un gamin réponde à ça, franchement ? « - Ta sœur n'a R.I.E.N. Elle joue la comédie, toutes les femmes sont des comédiennes. Tout ce qu'elle veut c'est épuiser les dernières forces qu'il me reste. J'aurai mieux fait de tous nous tuer pour m'épargner encore bien des malheurs.
- M'man je te jure elle...
- ARRETE ! TAIS-TOI !!!
- Elle a ma...
- Ne dis plus rien ! Maman à mal à la tête. Si tu dis encore rien qu'un mot, rien qu'un seul petit mot, je sens que je ne le supporterai pas.
- M...mais
- Pourquoi est-ce que tu ne te tais pas quand on te le demande ? P.O.U.R.Q.U.O.I ? »
C'est à ce moment qu'elle se lève pour me secouer et me hurler dessus. J'ai envie de me sauver de ça mais un souvenir ne se ré-ecrit pas pourtant ce que j'aimerai pouvoir l'empêcher... Je ne sais pas combien de temps ça a duré mais maintenant que la scène se déroule sous mes yeux, je constate que ça n'était pas l'éternité que j'ai eu la sensation de vivre. Et puis brusquement, elle s'est arrêtée alors que j'avais dans l'idée de lui fiche mon poing dans la gueule. Elle s'est mise à chialer, à geindre, à se passer les mains sur le visage comme pour le scanner du bout des doigts et puis, elle a saisi les ciseaux qui étaient sur le rebord de sa coiffeuse. Elle m'a fixé. Je l'ai fixé. C'était comme dans les westerns... « Tu ressembles à ton père. Dès que je te regarde, je le vois sur ton visage... » Si vous ne trouvez pas cette phrase flippante, attendez la suivante « Je suis coincée ici avec toi, avec ta soeur et cet homme qui avait promis de m'aimer et regarde, REGARDE ce que son... a.m.o.u.r m'a fait ! Ton père est un menteur de la pire espèce et toi... TOI... tu lui ressembles tant alors dis-moi ce que je dois faire ? Toi aussi tu briseras les rêves d'une jeune femme, tu feras sa ruine et... et je pourrais l'empêcher, là, maintenant. Je pourrais mais je ne veux pas. Mais je pourrais Aalen est-ce que tu te rends compte de ça ? Est-ce que tu comprends ce qu'est l'amour ? C'est choisir d'épargner. » Et c'est sur ces mots qu'elle s'est jetée sur son lit. Bêtement, j'ai cru qu'elle boudait comme le faisait Cee lorsqu'elle ne voulait plus me parler. Elle n'arrêtait pas de répéter que c'était de ma faute d'une voix de plus en plus ténue pendant que j'insistais frénétiquement à propos de l'état de santé de Cee. Je ne voyais pas le sang sur le couvre lit. Je n'avais pas vu qu'elle s'était plantée le ciseau dans le ventre. J'étais concentré sur mon objectif et me contentais de répéter sans interruptions à ma mère les phrases que j'avais répétées quelques heures auparavant. Vous ne pouvez pas vous imaginer la frayeur que ça m'a fait quand j'ai vu ma mère tourner de l'oeil. Pendant un bref moment, j'ai souhaité la voir morte. Je l'ai souhaité si fort que ça m'a retourné l'estomac. C'était ma mère et la terre entière vous apprend à l'aimer envers et contre tous. Finalement, je suis parti alerter la voisine et ma mère comme ma soeur s'en sont sorties indemnes... pas moi.

- Scène 3 -
RÊVE ONIRIQUE


« Sais-tu ? » Quoi ? Qui parle ? Quel souvenir est-ce cette fois ? Qu'est-ce que je suis censé savoir ? Oh ?! « Les tricératops ne portent jamais de chaussettes. » O.K.A.Y. Quelqu'un est entrain de fumer sans moi ? Faut venir faire tourner, ça va peut-être me réchauffer. « Ils n'attendent pas le printemps pour porter des bermuda. » Gné ? Qu'est-ce qui n'attend pas le printemps ? Qui est là ? « NOUS. » Vous ? Vous savez que vous êtes flippants ou bien c'est une découverte ? « TOI » Quoi ? Vous venez me chercher c'est ça ? Il était temps ! Je veux pas être médisant mais je supportais pas ses flashbacks et je trouvais le temps long en compagnie de tous ces ploucs. Vous vexez pas, hein ? On reste amis. On se reverra... enfin peut-être, c'est pas moi qui décide. La voix, toujours là ?



Je n'ai jamais vécu ça ! C'est moi ? Où suis-je à la fin ? Pourquoi ce type tombe toutes les 5 secondes ? Je dois le sauver ou un truc comme ça ? Il peut pas juste... tomber pour de bon ? J'sais pas moi... j'ai pas vraiment envie de me fatiguer. Je suis engourdi comprenez ? J'ai froid ! Hey oh ? Youhou ? Le tricératops ou je ne sais pas quoi ? Pourquoi je suis sur ce foutu toit ? Est-ce que c'est une espèce de prophétie ? C'est un message du ministère de la santé ? Je dois arrêter de me pencher à la fenêtre pour regarder ma sublime voisine se changer le matin ? Faut que vous veniez la voir pour comprendre qu'elle mérite qu'on prenne des risques pour elle. Qu'est-ce que c'est le message ? Qu'est-ce que je dois comprendre ?

TU ES MORT

MORT

M.O.R.T


- Scène 4 -
24 DECEMBRE 1999


Maintenant, je ne rigole plus. C'était quoi ça ? Mort ? Si ça se trouve, je ne suis pas mort. Je n'ai pas encore vu le certificat ni même l'ombre d'un vers de terre ! Peut-être que j'ai des hallucinations ? C'est un bad trip ? Et bien sûr, je ne peux pas compter sur votre aide. A quoi vous servez, vous là ? Oui oui, c'est de TOI que je parle. Tu ne sers à rien. Absolument à rien. Bravo, tu as de quoi être fier. Bon sang de merde, je veux sortir, vous m'entendez ?! « Tu le jures ? » Cee ? C'est la voix de Cee ! C'est ma soeur ! Oubliez ce que je viens de dire, je reste. « Ouais. Je dirais rien. » Elle sourit ! J'y crois pas !!! Si vous saviez comme c'est rare de la voir avec le sourire ! Et je reconnais l'endroit, c'est chez grand-mère Livia. Comment oublier les portraits brodés aux murs ? Y-a le miens quelque part mais je ne préfère pas essayer de me reconnaître... ça ne serait pas flatteur et tel que je vous connais, vous allez vous moquer mais vous auriez l'air con en apprenant que ma grand-mère, bah... elle était manchote ! Ouais, parfaitement alors on la respecte parce que c'était une reine, pas de la broderie mais une reine quand même. D'après ce que je vois, on est en décembre 99... Ma soeur et moi étions intenables parce que nous avions hâte d'être à demain, c'est un truc qu'on a tous vécus, pas vrai ? Même si nous étions sûrs de ne pas avoir de cadeaux « valables » sous le sapin à cause de notre connard de père, ce n'était pas grave. Nous nous contentions des babioles que ma mère et ma grand-mère nous confectionnaient. C'était genre des pulls qui grattaient et que nous allions fourrer dans le fond de nos armoires dès que l'école reprenait. Ma mère allait toujours bien en présence de grand-mère Livia. Elle ne buvait pas, ne pleurait pas et ne s'intéressait pas aux nouvelles lubies de mon père qui étaient pourtant nombreuses à cette époque de l'année. En somme : nous avions la paix. « Si tu le répète, j'irai dire à Linda ce que tu as fait avec Cassie Donovan dans les toilettes des filles ! *Linda ? Je suis sorti avec cette mocheté ? Ha bon ? Pourquoi j'aurai fait un truc pareil ? C'était pas pour avoir le droit de jouer sur la console de son frère ? Ouais ouais, gamin j'étais un peu... comment dire ? Vénal ?! J'ai pas d'autres mots alors vous bidonnez pas, ok ? Linda m'a pas marqué alors que la console, je vous raconte pas les moments de pur bonheur ! D'ailleurs, je vous met au défi de pouvoir me battre à Need for speed...*
- Il s'est rien passé ! *Et c'était vrai en plus...*
- Pourquoi elle dit le contraire alors ?
- Tu vas le dire ou pas ton secret ? *Vous avez vu son sourire en coin ? Quand elle fait ça, c'est qu'elle vous tient fermement par les couilles. Putain... Cee.*
- … *Je déteste quand elle fait ça. Quand elle ne dit rien pour faire monter la tension.*
- Je pars. Et toi aussi ! *Je me souviens en voyant sa tête m'être imaginé qu'elle avait trouvé un billet par terre mais non... c'était « ça » le secret.*
- Putain, quoi ? On pars où ? *Je vous raconte pas le choc que ça m'a fait...*
- J'ai tout organisé. On s'en va. On peut pas rester. J'ai tout prévu.
- Quand ? Pour aller où ? Et avec quel argent ?
*Si vous saviez... je préfère même pas vous dire.*
- Ce soir. C'est mon cadeau pour toi. On va aller vivre chez Milanne.
- Milanne ? C'est qui ça ? Ce n'est pas un prénom ça, Milanne ! Tu le connais d'où ?
- Parles moins fort ok ?
- Non ! C'est qui ? Pourquoi tu m'en as pas parlé avant ?
- Il travaillait près de l'épicerie en bas de chez Kylie ? Tu te souviens ? Il arrêtait pas de te filer des malabars ?
*que je m'empressais de jeter à la poubelle... ça avait l'air louche et puis c'était y-a une éternité de ça...*
- Lui ? Mais il a 150 ans ! Je vais lui péter sa gueule !
- Dis pas n'importe quoi. Toi ? T'es un minus face à lui et il a 19 ans, c'est rien ça ! Tu sais combien maman et papa ont de différence d'âge ?
*sauf que les années comptent double avec notre mère...*
- Je m'en fou ! Pourquoi tu veux partir avec lui ? Pourquoi pas rien que nous deux ? *Cee ou l'art de me fendre le cœur. Nous avions souvent parlés de nous enfuir et nous avions déjà fait quelques tentatives mais les flics nous récupéraient à chaque fois...*
- J'ai mes raisons. Je m'en vais et c'est tout. Tu viens ou tu viens pas ? Il a de l'argent, on ira vivre avec son cousin et après, on avisera... *Vous sentez ça ? Non ? Vous sentez pas l'odeur qui se dégage de cette idée ? Eh bah pourtant, ça schlingue les emmerdes...* »
Je ne sais pas ce qui a poussé ma soeur à vouloir s'en aller aussi subitement mais elle avait l'air d'être comme un animal en cage depuis plusieurs mois. Je ne vais pas vous mentir, j'ai hésité à partir mais ma soeur s'est mise à pleurer au moment du départ et en voyant ses larmes, le courage m'est aussitôt remonté dans le pantalon et nous sommes allé rejoindre ce fameux Milanne. Ce type, c'était un connard 5 étoiles. Un salaud grand luxe. Un enflure de compétition. Dès le départ, je le sentais pas et j'ai voulu le tuer plus d'une fois parce qu'il me prenait pour sa boniche mais Cee ne voulait pas me laisser faire alors je lui ai rien fait. Comme je sais que vous êtes curieux, vous vous demandez certainement comment ça s'est terminé ? Bah, j'ai fini par lui aplatir sa sale gueule de bad-boy de mes deux sur le bitume quand j'ai appris qu'il frappait ma soeur. J'aurai pu le tuer. Je l'aurai tué c'est sûr s'il y avait pas eu son enculé de cousin. Il n'avait pas le droit de lui faire ça. Personne n'a ce droit. Et quand je dis personne, ça te concerne toi-aussi, le grand blond qui écrit cette putain de fiche trop longue pour moi... t'entends ? Fais pas le con et n'oublies pas que je suis dans ta tête.

- Scène 5 -
17 Mars 2003


Je ne sais pas vous mais moi, je commence à avoir le tournis. Y-a pas moyen d'appuyer sur pause ? Une hôtesse pourrait passer me filer quelque chose à boire ? Je tiens à dire qu'ici, le service est vraiment à chier. Ne comptez pas sur moi pour un pourboire.  « L'histoire ? » Je ne veux pas écouter. Je ne veux pas regarder. J'en ai marre. Débrouillez-vous sans moi et profitez bien du spectacle parce que ça ne m'étonnerai pas qu'on finisse par avoir mon cul en gros plan si c'est bien le souvenir auquel je pense... Remarquez, je devrais en être plutôt fier et non, je ne parle pas de mon cul bande de pervers (bien que j'en sois fier de lui aussi, vous méprenez pas) mais de ce souvenir.« Pourquoi pas ? Tu as d'excellentes notes dans cette matière. *La télé et particulièrement History Channel ont fait mon éducation alors y-a rien d'étonnant à ce que je sois une tête en histoire...*
- J'en sais rien...
- Si la vie se passait dans un lit, tu ne dirais pas ça...
*J'étais démasqué...*
- Je vais peut-être prendre une genre d'année sabbatique pour chercher Cee, paraît qu'elle est à Seattle...
- Mais peut-être qu'elle n'a pas envie d'être retrouvée ? C'est une jeune fille très indépend... qu'est-ce que tu fais ? Jesen ?
- Je m'en vais.
- Quoi ? Déjà ? Pourquoi ?
- Ouais, déjà. Quand t'en aura marre de croire que tu peux m'enseigner la vie en plus de m'enseigner les maths, peut-être que je reviendrai. En attendant, je me casse d'ici...
*Hey ouais, c'était ma prof' de mathématique. Jaloux ? Avouez que vous l'êtes, je vous en voudrez pas... Je suis pas peu fier de cette « prise » de choix. Si vous saviez... mais mieux vaut pas que j'enfonce le clou, je ne veux pas vous faire du mal... quoique me tentez pas trop quand même, hein.*
- C'est à cause de ce que je viens de dire sur ta sœur ? Elle n'arrête pas de fuguer et tu sais comment je vois qu'elle est de retour ? Au nombre des bleus que tu te fais pour l'aider à se sortir du pétrin dans lequel elle s'est encore fourrée !
- Putain...
- Qu'est-ce qu'il y-a ? Tu cherches quoi ? J'essaye de t'aider et rien d'autre.
- M'aider ?! A faire quoi ? A trahir ma propre sœur ? Elle a besoin de moi ! Il est où mon pantalon ?
- Dès qu'on parl...
- Il est pas sous le lit. Je l'ai envoyé valsé sans réfléchir à l’atterrissage... tu crois qu'il a pu passer par la fenêtre, elle est grande ouverte ? »
N'empêche... je l'ai écouté. J'écoute toujours ce qu'on me souffle dans un plumard et pour ça croyez-moi, les femmes savent s'y prendre. Toutes des garces. Je me suis inscrit à l'université. J'ai abandonné Cee... je m'en suis voulu mais elle ne donnait plus de nouvelles, mon père venait de mourir et ma mère se levait toutes les nuits pour aller le déterrer... vous ne pouvez pas imaginer ce que ça fait de voir sa mère creuser avec une cuillère à soupe dans un cimetière parce qu'elle n'avait rien trouvé de mieux. J'ai été obligé de la faire interner et elle m'en veut encore aujourd'hui pour ça. Tous les 15 Mai, date de son internement, elle m'envoie ses remerciements : une boite remplie d'aiguilles. Cherchez pas à comprendre, elle voit un marabout qui lui a dit que je suis ensorcelé par ma sœur qui serait la réincarnation de je ne sais plus quelle succube de l'enfer...

- Scène 6 -
20 Février 2006


On passe au souvenir suivant ? Déjà ? C'est que je ne me lassais pas de regarder ma prof de mathématiques... Je suis sûr que tous les mômes seraient des AS en mathématiques si leurs professeurs se donnaient la peine de rendre ces matières un peu plus... attractives. Je propose que les moches soient interdits dans l'enseignement. Quelqu'un m'entend ? Évidemment non... y-a que vous. Vous êtes collants, vous savez ça ? « JESEN ! ARRETE ! » Ah ? L'entracte est terminé ! Ce qui est bien ici c'est qu'au moins, y-a pas de bandes annonces. « Tu vas le tuer ! Arrête s'il te plaît !!! Il a compris. Arrête !!! » Les petits-amis de ma soeur sont quasiment tous beaucoup plus vieux qu'elle alors pour leur mettre une branlée, ça n'a jamais été bien compliqué et puis faut dire qu'à cette époque, en 2006 (mais corrigez-moi si je me trompe), mes crochets du droit avaient de la renommée... Ce mec, je m'en souviens pas vraiment et c'est une bonne chose pour lui croyez-moi. Et puis, ne le plaignez pas. Sa raclée, il l'avait bien mérité enfin... faisons comme s'il l'avait mérité, ok ? Et attendons que je le démolisse encore un peu, peut-être que là, j'arriverai à me rappeler de lui. « T'étais où ? Tu m'appelles pour me dire que t'es en ville et tu raccroches et puis, plus de nouvelles ! Tu me rappelles plusieurs mois après en chialant pour m'annoncer que cette loque a essayé de te violer. C'est quoi ton putain de problème Cee ? T'aimes qu'on te foute sur la gueule c'est ça ?
- Je suis désolée. Arrête. Je voulais pas. Arrêt...
- Si y-a que ça pour te faire plaisir, je peux y remédier !
- O.S.E seulement.
*Voyez comment elle est ? Vous avez vu ? Notez bien le changement : elle passe de la princesse éplorée à la femme froide et dominatrice en quelques secondes. C'est bien ma sœur.*
- Peut-être que si je te cogne assez fort, je te graverai un souvenir qui te rappellera que j'existe ?
- Baisse d'un ton et aide-moi.
- A faire quoi ? Je finis d'essuyer mes godasses sur ce gros fils de pute et on s'en va, point.
- Il m'a offert des bijoux. J'en ai besoin.
- Quoi ? Putain ! Qu'est-ce qui tourne pas rond chez toi bon sang de merde ?
- Je t'ai dit d'arrêter de hurler. Je t'ai pas fait monter pour que les voisins appellent les flics.
- J'hallucine... Tu sais que papa est mort et que maman a été internée ?
- C'est pas trop tôt... Bon. Tu m'aides ou pas ? Les clefs de son coffre doivent être dans sa poche. Avec l'argent, j'aurai de quoi payer ce que je te dois, et avec ce qu'il reste, je t'invite aux caraïbes !
- J'ai cru que t'étais morte et Maman a fait enterrer des cendres de cigarettes à ton nom.
- Bingo ! Avec ça, on va pouvoir se rincer les doigts avec des billets de cent dollars.
- Je me casse. Démerdes-toi avec... ça là par terre.
- Jesen. Attends ! Je vais t'expliquer. Je vais tout te dire mais avant, faut qu'on sorte d'ici avec les bijoux. Il me les doit bien. Tu comprends ? Il dira jamais rien aux flics, il les a tous volés.
- Lui ? Tu vas faire croire que c'est un gangster ?
- Crois ce que tu veux. Papa est mort alors ? Il aura mis le temps... »
Et ce genre de scènes, ça arrive régulièrement. J'ignore pourquoi je vole systématiquement à son secours. C'est ma soeur, la seule. Elle est mon point faible, elle le sait et en profite mais vous faites pas de bile pour moi. Je ne suis pas naïf, je sais qu'elle me manipule mais je l'accepte et venez pas me demander pourquoi parce que j'en sais foutrement rien. Ce que je sais en revanche c'est qu'elle m'appelle toujours pour régler ses problèmes alors ça veut dire qu'elle me voit comme son protecteur, vous comprenez ? Quand j'étais môme, c'était mon devoir de la protéger parce que je suis son grand frère mais contre mon père et contre ma mère, j'étais impuissant mais maintenant que je suis un adulte, elle n'a plus rien à craindre, vous comprenez ?

- Scène 7 -
INTROSPECTION


Je suis fatigué. Vraiment fatigué et... vous savez quoi ? Pour la suite de la visite, je vous autorise à partir devant et je vous rejoindrais dès que possible. Rappelez-vous qu'on regarde avec les yeux, d'accord ? Maintenant, laissez-moi. Vous en faîtes pas pour moi, ça ira et puis ce froid n'est pas si désagréable en fin de compte, il suffit de ne plus y penser. C'est ça. Ne plus y penser. Vous voyez, ce n'est pas bien compliqué. Je pourrai essayer de dormir ? Qu'en dîtes-vous ? En fermant les yeux rien que quelques minutes, je sens déjà les forces me revenir. Allé, ne restez pas plus longtemps. Barrez-vous, n'attrapez pas ce froid... « Maman ! N'éteins pas la lumière. J'ai peur. » Y-a pas moyen d'être tranquille deux secondes. C'est pire qu'un hall de gare par ici... « On est tous effrayés Jesen. Il faut t'inventer une lumière dans ta tête. » Pourquoi elle n'a jamais su appliquer ses propres conseils sur elle-même ? « M'man. S'il te plaît... » J'avais quel âge là ? 6 ans, peut-être 8 ? Pourquoi on a fait ce détour ? Parce que c'est un des rares moments où ma mère n'est pas un monstre qui rêve d'infanticide ? « Tu te souviens quand tu es tombé dans ce lac ? Tu ne savais pas nagé mais pourtant tu t'es débattu dans l'eau comme un beau diable. On aurait dit une carpe sur de l'huile bouillante... » Je rêve où elle vient de « rilloter » ? Ouais, « rilloter » c'est le frère cadet du mot rire. Je sais que ça n'existe pas alors gardez science parce qu'ici, je fais ce que je veux. « Tu as réussi à garder la tête hors de l'eau jusqu'à ce que ton père termine de se regarder pisser et crois-moi, ça a duré un long moment. A quoi pensais-tu pendant tout ce temps ? » Je pensais au hot-dog qui m'attendait et c'est pas des conneries, je pensais qu'à ça parce que je n'en avais jamais mangé. N'importe qui se serait débattu pour ça à ma place... non ? Pas vous ? Ce que vous êtes bizarres... « Dors maintenant » En voilà une bonne idée... après mon petit somme, on pourra repartir. On ira peut-être voir comment j'assure au kick boxing ? Peut-être. Je ferme les yeux. Restez pas là à me regarder, je vais cauchemarder. Je supporte pas qu'on me fixe. OH ? Tant pis. Je suis trop fatigué. J'ai plus de forces. Je ferme les yeux. Puisque vous avez décidés de rester-là, rendez-vous utile et réveillez-moi si je m'attarde un peu trop...ok ?

...

_______________________________________________________


« Le cœur repart ! On l'emmène. Monsieur ? Monsieur ? Vous avez fait un arrêt cardiaque. Est-ce que vous comprenez ? Monsieur ? Vous m'entendez ? Pouvez-vous cligner des yeux ? *Je ne suis pas mort ? Qu'est-ce que j'ai sur la bouche ?* Non monsieur, c'est pour vous aider à respirer. On va vous transporter aux urgences. Reposez-vous. On s'occupe de vous. *Ouais bah non. Plus jamais je ferme mes yeux. Même pas je cligne des yeux sinon y-a moyen que ça me reprenne...* » Combien de temps je suis resté mort ? J'ai peut-être établi un record ? Quelqu'un a chronométré ? J'ai eu l'impression que ça avait duré 8 ans, pas vous ? Je ne rêve pas là, je ? Je suis bien vivant ? Je ferai bien de vérifier mais... j'ai pas la force de bouger pour me pincer quoique ce soit mais la douleur que je ressens dans la poitrine m'a l'air authentiquement vraie. « Sa tension est très basse. *Je connais un moyen pour la faire monter mais t'as pas ce qu'il faut pour...* Il a pris combien de cachets ? *Lui demande pas. Elle aura jamais assez de ses deux mains pour compter* Merde. *Qu'est-ce qu'il y-a encore ?* Monsieur ? Restez avec nous ! Regardez-moi. Vous pouvez faire ça ? Fixez-moi, ok ? *Quoi ? Non. Non. NON. Je reste là. Regarde. Je m'accroche, je te sers la main. Je ne te lâche pas. Je bouge pas de là... alors me lâche pas non plus, compris ? J'ai des choses à faire genre... nourrir le chat que je n'ai pas encore et y-a Cee... putain, Cee.* On l'emmène... vite ! » Hey merde. Revoilà ce froid et ce noir qui m'étouffe... Je suis encore mort c'est ça ? Si je compte bien, j'ai usé deux vies ? Il m'en reste encore combien ? Oh ?! Vous entendez ? Dieu ? Puisque vous êtes pas là, je peux laisser un message sur votre boîte vocale ? Je ne veux pas mourir, vous entendez ? Pas maintenant. Pas comme ça... je ne suis pas présentable. Avant de claquer, je veux pouvoir dire à ma mère d'aller se faire foutre, je veux embrasser la factrice parce qu'elle a l'air de manquer d'affection et ça, c'est triste et je suis sûr que vous êtes d'accord avec ça, hein ? Vous récompensez les bonnes actions ? Vous savez, j'ai une voisine aveugle alors... je peux l'aider vous en pensez quoi ? Dieu ? Satan ? Michael Jackson peut-être... ? Je veux un avocat, c'est injuste. Y-a quelqu'un ? Des milliards de personnes sont mortes avant moi alors pourquoi cet endroit à l'air foutrement désert ? Quelqu'un m'explique ? HEY OH !

_______________________________________________________


- Scène 8 -
The Beginning of the End


« Jesen!!! Ouvre !!! Qu'est-ce qu'ils t'ont dit les toubibs ? Tu as vu le médecin que je t'ai recommandé ? Je n'aime pas quand tu t'enfermes comme ça. Et si tu as une nouvelle crise ? Et si tu tombes dans la baignoire ? Jesen ? » Dieu, le grand sachem ou le tricératops sans chaussettes, pourquoi vous me faites-ça ? Qu'est-ce que je vous ai fait ? Vous aimez me torturer c'est ça ? Pourquoi vous ne m'achevez pas directement plutôt que me refaire revivre toutes ces conneries ? Je ne veux plus mourir. Est-ce que je dois me l'écrire sur le front pour que vous compreniez ? Relâchez-moi. Je ne veux plus rien voir ok ? Laissez-moi repartir ! Si je dis s'il vous plait ? C'est un mot magique s'il vous plait, non ? « Tu fais chier ! Jesen !!! Qu'est-ce que tu fais là-dedans ? Réponds au moins ! Je suis venue exprès jusqu'en Californie pour prendre soin de toi frérot, quoiqu'il t'arrive, on va l'affronter ok ? Tu ouvres ? T'es dans cette baignoire depuis au moins 2 heures ! » Pourquoi. Pourquoi. POURQUOI. P.O.U.R.Q.U.O.I MOI ? « Tu vas bosser ou pas ? Tes élèves doivent déjà t'attendre... Tu veux que j'appelle pour leur dire que tu ne vas pas venir faire cours ? Ils peuvent bien se passer de toi encore quelques jours, non ? » TA GUEULE ! FERME-LA !! TAISEZ-VOUS !!! TOUS !!!!



***

« Vous voyez cette petite masse noire ? C'est la malformation artério-véneuse. Et vous voyez ici ? Il y-a un très léger épanchement et c'est ce qui est responsable de vos crises d'épilepsie. Notre plus grand problème avec cette masse c'est sa localisation dans votre cerveau. Comme vous pouvez le voir sur ces clichés, elle est très mal située et... j'ai bien peur qu'aucun neurochirurgien digne de ce nom n'accepte de vous d'opérer, c'est beaucoup trop risqué. Ceci-dit, nous pouvons régler le problème du petit saignement qui est en réalité un AIT grâce à un traitement médicamenteux approprié.
_ Et donc, je n'ai plus qu'à m'asseoir tranquillement et à attendre que ce machin me tue ? C'est ça ? Est-ce que c'est ça ? Vous ne pouvez pas... je ne sais pas moi... l'atomiser avec un laser ? »
J'étais pas dans ma baignoire t'as l'heure ? Nous étions, je crois, en Février 2013 et maintenant nous voilà remontés dans le temps de quelques semaines ? Je crois que tout ça commence à déconner sérieusement... Y-a un bug quelque part ? Y-a plus de logique dans la chronologie ou quoi ? Et puis, ce souvenir, je l'emmerde ! Allez tous vous faire foutre. Vous entendez ? Je coopère plus. Sois je meurs. Sois je vis. Et si nous tirions à pile ou face ? Dieu ou le tricératops de tout à l'heure t'entends ? Qu'on en finisse, MAINTENANT. Tu veux me tuer ? Okay. Vas-y ! Qu'est-ce que tu attends ? Alors ? Si tu es tout puissant, montre-le. Tu te dégonfles c'est ça ?

***




« Tu fumes maintenant ? » Ok. Puisque personne ne me répond, je vais me taire moi-aussi. A trois, je ne dis plus rien. 1... « Qu'est-ce que t'en as à foutre ? Je vais savourer chaque bouffée de cette saloperie en imaginant le mal que ça va faire à mes spermatozoïdes. Putain ouais, je vois déjà une grande plaine remplie de spermatozoïdes, la moitié sont déjà morts, tués avant même d'avoir vu l'ombre d'une belle petite minette... et tout ça à cause d'une cigarette. D'une putain de cigarette qui n'a aucun rapport avec eux. A cause d'elle, des dizaines de millions de spermatozoïdes crèvent en ce moment même, tu te rends compte ? Y-a un génocide qui se joue dans mes putains de testicules et personne n'y peut rien. Ils ne peuvent pas lutter. Ils n'ont pas d'autres choix que de prier pour être épargnés et... je n'entends rien. » 2... « C'est quoi ces conneries ? A quoi tu joues ? Hier tu puais l'alcool, aujourd'hui tu fumes ? A quoi ça rime ? » 2,5... ne me pousse pas à bout, tu sais que je vais le faire, hein, tu le sais ?! « Justement. Tout ça ne rime à rien sœurette. Absolument à rien. » 2,9 1/3 ? Toujours personne ? 2,9 2/3, Bon, ok. Vous l'aurez voulu : 3 !!!!



- Scène 9 -
Apothéose Onirique


« Maman ? » Qu'est-ce qu'elle tient dans ses mains ? C'est quoi ? On dirait... « Un poulpe. Et il est à toi mon chéri. » Ouah. Ça c'est du cadeau... faut que je dise merci avant de gerber ? « Euh... » Elle a l'air encore plus bizarre que d'habitude mais elle ce n'est rien comparé à tout ce qui nous entoure. Le ciel est complément... rouge. Pourquoi est-ce qu'il est rouge ? Bizarre. Je n'arrive pas à me souvenir de ce que je faisais avant d'être ici et puis ici, c'est où ? J'ai la sensation d'oublier quelque chose d'important mais quoi ? Vous saviez ce que je faisais avant d'être ici, vous ? Tiens. Ma mère se met à... danser et sans musique en plus de ça. Ça devient inquiétant toute cette histoire vous ne trouvez pas ? J'ai peut être pris du LSD ? C'est vraiment étrange... Y-a rien que nous deux, ce ciel écarlate et ce chemin plein de bouts de verre ? C'est des bouts de verres ça ?! Putain, je me penche pas pour vérifier mais ça ressemble à du verre. « Tu es prêt Aalen ? » A faire quoi ? Et arrête de m’appeler Aalen ! Pourquoi je garde ce poulpe dans les mains moi d'abord ? Vous n'allez pas me croire mais je ne peux pas me résigner à le laisser tomber par terre. J'ai envie de m'échapper mais quelque chose me force à avancer avec cette conne qui n'arrête pas de danser « N'aies crainte. La douleur ne reste pas. » Quoi la douleur ? Je vais bien. Qu'est-ce qu'elle raconte ? « Mais... j'ai mal nulle part. » Je crois que le poulpe gigote, sans déconner ça bouge ce machin, vous ne voulez pas le prendre deux secondes ? C'est cadeau ? Non ? Vous êtes sûrs ? Y-a pas de solidarité dans ce monde de pourris. « Ça ne te fait rien d'être en train de mourir ? » Mourir ? Maintenant qu'elle le dit... ça me fait un mal de chien mais je ne saurai pas dire où j'ai mal très exactement, ça a l'air de venir d'un peu partout à la fois. « Tu vas le faire pleurer. » Mais j'en ai rien à branler de ce poulpe ! C'est quoi ce délire ? Ce n'est pas censé chialer ces machins là, je me trompe ? Je me trompe ou pas ? Dites-le si je me trompe ! J'ai reçu un coup sur la tête c'est ça et en me réveillant demain, j'aurai une bosse qui ressemblera au mont Everest ? « Il faut te dépêcher... » J'ai rendez-vous quelque part ? Et avec qui ? « Qu'est-ce que tu m'as fait ? » Je suis dans le flou total. Je me sens perdu mais étrangement, j'avance sur ce putain de chemin avec ce machin répugnant entre les mains. « Nous y voilà. » Où ça ? Qu'est-ce qu'elle raconte encore ! « Je vois rien. Nous voilà où ? » Et voilà que ce satané poulpe se met à chialer avec la voix d'un putain de nouveau né. « Devant l’échafaud. Ta sœur a fait spécialement le déplacement pour te couper la tête. » Nom de dieu ! Comment j'ai fait pour être transporté en un éclair de seconde devant un échafaud ? « Tu es prêt frérot ? » Non. NON. Je ne suis pas prêt. « Allonge-toi, tu veux ? ». Vous savez c'est quoi le pire ? C'est que je le fais et avec un sourire horrible qui me colle au visage. Je n'ai pas le contrôle de mes jambes et ce putain de poulpe n'arrête pas de hurler et de se débattre, il veut peut-être un biberon ? Ou une claque à son cul enfin... si j'arrive à le trouver. Vous savez à quoi ça ressemble le cul d'un poulpe ? « Tu as une dernière chose à dire ? » Attendez. D'abord j'étais entrain de marcher sur un chemin plein de bouts de verre et maintenant je suis allongé sous une putain de guillotine et c'est ma sœur qui tient la corde ! Vous pouvez m'expliquer ? Qu'est-ce que j'ai fait de mal ? Vous n'allez tout de même pas me tuer ? Et mon poulpe ? Vous y avez pensé ? Ouais, le poulpe !!! Qui va s'en occuper ? C'est pas interdit par la loi de tuer les jeunes... papa ? « Bien. » NON. ATTEND... !



OK... Apparemment, ça n'a pas bien marché. Enfin... loin de moi l'idée de me plaindre, hein. Et maintenant on fait quoi ? Je me sens pas mort du tout et en plus, je crois que j'ai un pied qui me gratte, c'est normal ? Vous pensez que ça l'est ? Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?



C'est quoi ? Je fais quoi avec ça ? Je choisis quoi ? Quelque chose me pousse à croire qu'il faut appuyer sur continuer... Je le fais ? Ok. Je le fais et... on verra bien.

_______________________________________________________




« Enfin réveillé ? Vous nous avez fait de belles frayeurs vous savez ? Vous pouvez parler ? Et bouger ? Vous revenez de loin, vous le savez ? *Putain ça ouais, de très loin même... !* » Pas de poulpes ou de tricératops en vue, alors... ça y est ? « Je... suis en vie ? » Pourquoi elle rigole cette conne d'infirmière ? J'ai l'impression que ma gorge a servi à un circuit automobile, qu'est-ce que vous avez foutu avec ? « Faut pas pleurer *Hein ? Non mais la croyez pas ! Elle raconte n'importe quoi. Je pleure pas. J'ai les yeux lumineux, rien de plus normal à la lumière... et puis merde, n'allez pas le répéter ok ? J'ai une réputation à tenir. C'est un secret entre nous, ok ?* et oui, vous l'êtes... vivant. Vous avez eu de la chance. Un arrêt cardiaque de deux minutes et 8 heures de coma. Qu'est-ce qui vous a pris ? *J'en sais rien moi... je me sentais mort, ça me semblait logique de l'être pour de vrai...*
_Vous allez être content, votre sœur a appelé et va venir vous voir mais en attendant, reposez-vous, hein ? »
Elle ne viendra pas. Personne ne viendra. Personne ne vient jamais. Cee n'aime pas les hôpitaux. Et maintenant que je suis vivant, je fais quoi ? J'en fais quoi de ma vie ?


Behind the character.
better drink my own piss
PRÉNOM : Romain PSEUDO : Maverick ÂGE : (a)PRÉSENCE : Plutôt soutenue NIVEAU RP : J'essaye de m'adapter au niveau de mes camarades OÙ AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM ? On me l'a recommandé calin1 COMMENT LE TROUVEZ-VOUS ? Particulièrement chaleureux ** ANCIEN MEMBRE DE FRAT ? SI OUI, QUI (nom + avatar) ? Euh... nope ^^ GROUPE SOUHAITÉ : Le personnel [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] 118772136 POSTE VACANT OU PERSONNAGE INVENTÉ ? : 100% inventé VOTRE PLUS GRANDE PEUR VIS-À-VIS DE FRATERNITIES : Clairement ? De ne pas pouvoir m'intégrer. UN DERNIER MOT ♥️ ? Jamais de dernier mot. Ça porte malheur.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptySam 10 Aoû 2013 - 18:50

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Moi aussi j'aime bien les petits vieux sexy comme ça siffle
Bienvenue parmi nous en tout cas ** fall bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptySam 10 Aoû 2013 - 18:54

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Bienvenue Mister !Cool bon courage et comme disent les autres ca fait plaisir de voir un plus de 20 piges haha!
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptySam 10 Aoû 2013 - 19:11

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Je crois que je n'ai plus qu'à aller me ranger dans une allée entre le tricératops et le brontosaure  :mdr2:

Eden Cartwright a écrit:
Moi aussi j'aime bien les petits vieux sexy comme ça siffle
Bienvenue parmi nous en tout cas **:fall:bon courage pour ta fiche !
lovu 

En présence d'Ashley Benson, je sens mon vieux palpitant s'emballer...  lovu lovu lovu Je l'adore ah oui? 

Abel P. Fox a écrit:
Bienvenue Mister !Cool bon courage et comme disent les autres ca fait plaisir de voir un plus de 20 piges haha!
C'est si rare que ça ? gla 

heh 

Maintenant que j'y pense, j'ai pris un personnage masculin (et vieux de surcroit!, ça compte double !), est-ce que j'ai le droit à un cadeau ? Un petit quelque chose pour récompenser mon courage ? (a) * comment ça, je profite ? siffle Pensez-vous ! siffle   *
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptySam 10 Aoû 2013 - 19:25

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

C'est bien les vieux ! Surtout s'ils sont riches et que tu peux les pousser dans les escaliers xD

Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta présentation mister Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptySam 10 Aoû 2013 - 19:56

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Welcome calin1 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptySam 10 Aoû 2013 - 20:04

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Rafael Alvarez a écrit:
C'est bien les vieux ! Surtout s'ils sont riches et que tu peux les pousser dans les escaliers xD

Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta présentation mister Very Happy
Laughing D'habitude on veut me faire des bleus aux fesses pour d'autres raisons que mon argent Laughing 

Merci pour l'accueil lovee 

Booth > Merci crazy
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptySam 10 Aoû 2013 - 20:52

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Passe nourrir petit Jesen pour ce soir et lui grattouille le ventre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyDim 11 Aoû 2013 - 0:01

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Vive les vieux ! Bienvenue bg !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyDim 11 Aoû 2013 - 10:20

Athéna J. Shawn
Athéna J. Shawn
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Jade
Célébrité : Doutzen Kroes
Crédit avatar : (c) toxic heart
Messages : 2245
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Job/Métier : Journaliste au LA Times
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Tu sais déjà ce que je pense de ta célébrité (a)
Bienvenue parmi nous beau garçon, j'ai hâte de voir comment va être ton personnage excited


men made madness
Found myself just the other day in the backyard of a friends place, thinkin' about you, thinkin' of the crowd you're in. What you up too where you been ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyDim 11 Aoû 2013 - 22:05

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Aaron S. Tyler a écrit:
Passe nourrir petit Jesen pour ce soir et lui grattouille le ventre
[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] 8x25bd

Voilà pourquoi la vie mérite d'être vécue :hope: :hope: :hope: 

Jekyll Schwarzenberg a écrit:
Vive les vieux ! Bienvenue bg !
Merci Jekyll calin1 Je ne vais pas faire le jeu de mot qui m'est venu avec ton prénom, on a déjà dû te le faire mille fois (a) En tout cas je suis un fan de Stevenson love 

October S. Tyler a écrit:
Tu sais déjà ce que je pense de ta célébrité (a)
Bienvenue parmi nous beau garçon, j'ai hâte de voir comment va être ton personnage excited
J'espère être à la hauteur rocky 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyLun 12 Aoû 2013 - 22:55

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Bienvenuuuuue sur le forum **
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyMar 13 Aoû 2013 - 16:04

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Joli choix Bienvenue parmi nous ** 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyMer 14 Aoû 2013 - 20:29

Leaven S. Campbell
Leaven S. Campbell
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Age : 27
Date d'inscription : 16/02/2013
Prénom : Aurore
Célébrité : Bar Refaeli
Crédit avatar : cranberry
Messages : 3149
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Depuis deux ans avec M. Clarence Burns
Orientation sexuelle : Pansexuel(le)
Etudes/études passées : Etude en communication
Job/Métier : ANIMATRICE RADIO CONNUE SOUS LE PSEUDONYME DE SWAD
Adresse de résidence : Chez son frère Aaron (Westwood)
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Adélaïde J. Sullivan ; Emma B. Castello & June A. Callaghan
Voir le profil de l'utilisateur

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Bouge ton cul, mécréant !
Bienvenue


   
SHE IS ANIMAL
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyJeu 15 Aoû 2013 - 21:25

marin
marin
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 15/11/2012
Prénom : Marine/SPLEEN.
Célébrité : Nicolas Duvauchelle
Crédit avatar : odistole
Messages : 3831
Nationalité / origines : FRANCAIS
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : nope.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frat7yearslater.com/

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Toi t'es beau bave

Bienvenue !




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyVen 16 Aoû 2013 - 23:49

Leaven S. Campbell
Leaven S. Campbell
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Age : 27
Date d'inscription : 16/02/2013
Prénom : Aurore
Célébrité : Bar Refaeli
Crédit avatar : cranberry
Messages : 3149
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Depuis deux ans avec M. Clarence Burns
Orientation sexuelle : Pansexuel(le)
Etudes/études passées : Etude en communication
Job/Métier : ANIMATRICE RADIO CONNUE SOUS LE PSEUDONYME DE SWAD
Adresse de résidence : Chez son frère Aaron (Westwood)
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Adélaïde J. Sullivan ; Emma B. Castello & June A. Callaghan
Voir le profil de l'utilisateur

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Délai accordé jusqu'au 23 août inclus, tu me revaudra ça, tsss xDD *out*


   
SHE IS ANIMAL
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyLun 19 Aoû 2013 - 11:37

Valery S. Belemi
Valery S. Belemi
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 23
Date d'inscription : 15/11/2012
Prénom : Loïc
Célébrité : Holden Lower
Crédit avatar : yonna
Messages : 6008
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Ma main droite.
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : première année en langues Étrangères (option français)
Job/Métier : aucun job à l'horizon.
Adresse de résidence : quelque part sur le campus (pour le moment, le temps qu'il prenne ses marques et se trouve un appartement en ville)
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

OUUUUUH, des avatars comme ça c'est juste incitatif de faire des cochoncetés avec les plus âgés hein. smirk 
Bienvenue sur le forum et bonne chance pour ta fiche. ** 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyMar 20 Aoû 2013 - 17:11

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Bienvenue par chez nous love



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyJeu 22 Aoû 2013 - 14:30

Leaven S. Campbell
Leaven S. Campbell
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Age : 27
Date d'inscription : 16/02/2013
Prénom : Aurore
Célébrité : Bar Refaeli
Crédit avatar : cranberry
Messages : 3149
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Depuis deux ans avec M. Clarence Burns
Orientation sexuelle : Pansexuel(le)
Etudes/études passées : Etude en communication
Job/Métier : ANIMATRICE RADIO CONNUE SOUS LE PSEUDONYME DE SWAD
Adresse de résidence : Chez son frère Aaron (Westwood)
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Adélaïde J. Sullivan ; Emma B. Castello & June A. Callaghan
Voir le profil de l'utilisateur

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Nouveau délai accordé, c'est bien parce que c'est toi hein xDDD
On te donne jusqu'au 31 août, d'ici là t'auras terminé je suis sûre (et t'as intérêt sinon je te botte le cul x 15 000)


   
SHE IS ANIMAL
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyJeu 22 Aoû 2013 - 14:56

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

@Leaven S. Campbell a écrit:
Nouveau délai accordé, c'est bien parce que c'est toi hein xDDD
On te donne jusqu'au 31 août, d'ici là t'auras terminé je suis sûre (et t'as intérêt sinon je te botte le cul x 15 000)
** Je savais que te conseiller de mettre ce gif en avatar m'ouvrirait des portes calin1 MERCIIIII lovu 

Je pense que ce sera terminé ceci-dit ce soir ou demain pompom 

Merci à tous ceux qui m'ont souhaité la bienvenue calin1
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: jesen, adouilette va xD   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyJeu 22 Aoû 2013 - 15:28

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Allez, va faire ta fiche !
Bienvenue :aidan:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] 2222   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyDim 25 Aoû 2013 - 21:18

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

@M. Clarence Burns a écrit:
Bienvenue à toi.
Les trentenaires au pouvoir. :excited:Bon courage pour ta fiche. love
C'est fatiguant le pouvoir. Je préfère laisser la jeunesse se user à l'exercer (a)

Merci à toi calin1

Sofia Dmitrieva a écrit:
Superbe choix d'avatar ! **

Clay a raison, ça fait toujours plaisir de voir des "vieux" (sexy) s'inscrire ! What a Face

Bienvenue à toi jeune homme, et bon courage pour ta fiche. I love you
lovu

C'est bien connu, on se bonifie avec le temps siffle Dans quelques années, la beauté de Scarlett fera marcher les hommes sur la tête lovee

Merci hug1

Aaron S. Tyler a écrit:
Ohhh Nico ! Ca fait longtemps que je l'ai pas vu... trop cool **

bienvenue !
Je suis une espèce en voie d'extinction alors, il faut bien prendre soin de moi, me grattouiller l'estomac et me donner pleiiiin de petits lu :hope:

Merci hug1

Caleb N. Williams a écrit:
Vive la vieillesse ! :hoho:bienvenue à toi et bon courage pour ta fiche ! love
Merci :lèche:

Je retourne à ma fiche, et vous remercie encore une fois tous pour votre accueil hug
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyLun 26 Aoû 2013 - 0:03

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Fiche Validée !
tu as fighté et tu as réussi ! *0*
Dis, est-ce que tu me files un Kinder Surprise pour avoir lu toute ta fiche ? What a Face Si tu refuses, j'hésiterai à te valider... Bon... Mais en réalité, ça me ferait mal au coeur. Cette fiche est impeccable, longue certes mais très agréable à lire. J'adore ton style, j'adore comment tu exploites le thème "entre la vie et la mort", ces rêves et aussi bien sûr tes délires nombreux sur le tricératops, le poulpe qui crie comme un bébé, les spermatozoïdes désespérés... Mais OMG quoi, tu as une sacrée imagination ! What a Face AH et aussi, gare à toi, je déteste qu'on profite de la cécité de ma soeur. :boude: BREF... je te souhaite un très bon jeu parmi nous.

→ prendre ses repères ←

Tout d'abord, recenses ton avatar ici. Merci. love

Félicitations, petit Padawan ! Te voilà maintenant validé, et prêt à intégrer la communauté de Fraternities, Seven Years Later ! Fini, la solitude, bonjour, le flood, le rp, les amis, les liens, la chatbox ! (Enfin, vous l'aviez déjà, avant, celle-là Arrow) Fini les longues fiches à remplir et à rédiger, bonjour les fiches de liens et les coins détente ! Dorénavant, vous êtes l'un des nôtres. N'oubliez donc pas, en conséquence, de bien recenser votre avatar, de bien (re)lire les règles pour vous assurer que vous les avez toutes en tête, et surtout, de vous amuser sur le forum !

Vous trouverez ici un petit message dont le seul but est de vous guider à travers le forum donc n'hésitez pas à vous en servir pendant l'intégralité de votre séjour !

Encore une fois, félicitations, et bienvenue, un ou une réceptionniste viendra sous peu vous prendre sous son aile. En attendant, n'hésitez pas à commencer à vous familiariser avec vos pairs et à débuter le jeu sur Frat !

L'équipe administrative à son grand complet.


La parole est à
Aaron


Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] EmptyLun 26 Aoû 2013 - 0:19

avatar
Invité
Invité

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

@Aaron Campbell a écrit:
Dis, est-ce que tu me files un Kinder Surprise pour avoir lu toute ta fiche ? What a Face Si tu refuses, j'hésiterai à te valider... Bon... Mais en réalité, ça me ferait mal au coeur. Cette fiche est impeccable, longue certes mais très agréable à lire. J'adore ton style, j'adore comment tu exploites le thème "entre la vie et la mort", ces rêves et aussi bien sûr tes délires nombreux sur le tricératops, le poulpe qui crie comme un bébé, les spermatozoïdes désespérés... Mais OMG quoi, tu as une sacrée imagination ! What a Face AH et aussi, gare à toi, je déteste qu'on profite de la cécité de ma soeur. :boude: BREF... je te souhaite un très bon jeu parmi nous.
Un kinder surprise... tu peux attendre que j'aille dévaliser mon petit neveu pour en avoir ? hide  Mais sinon, j'ai des Kinder Bueno (a) 

J'aimerai quand même remercier la patience des admins parce que je n'avais rien préparé en postant ma fiche (bah ouais, je suis un cancre (a) ). Et merci à Leaven qui m'a beaucoup aidé & Aaron parce qu'il a eu le courage de lire ma fiche et ça, c'est un véritable exploit xD

Et pour ce qui est de mon imagination... je saurai continuer à en faire bonne usage devil  

Maintenant, place au jeu ship ship ship 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]   [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Contenu sponsorisé

[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ Jesen A. Grimes - I THINK I'M DYING HERE ]
» dying to feel again ▬ Lexa
» Lindsay River ♥« Je suis l'unique créatrice de mes Désirs »
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)
» Flowers of the dying sun ~ Jaime & Amarinda

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Les dossiers archivés-
Sauter vers: