Partagez
 

 ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyVen 1 Nov 2013 - 18:07

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 28
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty

« Grace je te jure qu’on va s’amuser. » Ouais, bien sûr, j’aurai du me douter que cette idée était mauvaise. Mais non, je ne me suis pas méfié, comme une idiote on dira, n’est-ce pas ? « Une fête où la règle est mettre un déguisement ridicule, t’es certaine de ton coup ? » Je m’entends encore prononcer cette phrase, j’étais déjà convaincue, voilà la vérité. Malgré mes réticences, ouais, j’étais déjà convaincue. « Certaine, Gracie ! » Elle était trop confiante, putain, beaucoup trop. Mais je me suis laissée emportée, alors je suis allée avec elle choisir mon déguisement pour la soirée d’Halloween qui aurait dû être la soirée de ma vie. Une belle connerie.
Je nous revois dans le magasin, elle a choisi un déguisement de clown tandis que je prenais celui d’une énorme citrouille. On est rentré, on s’est préparée et puis on est parties en direction de l’adresse qu’elle avait notée sur un mouchoir. Forcément, ça aurait du tilter dans mon cerveau qu’une adresse noté sur un mouchoir ça annonçait quelque chose de con. Mais non, j’ai trouvé ça très normal et j’ai filé avec elle dans mon déguisement de citrouille qui me donnait l’impression d’avoir pris cinquante kilos en un jour. Y avait même un chapeau à ce truc bizarre.
On a fini par arriver et c’est là que j’ai compris que c’était en réalité un rassemblement des plus ringards au monde. J’ai viré rouge, ou plutôt dans le cas de mon habit, orange. J’ai regardé Phillis avant de lui hurler à moitié. « Un bon plan ? Tu te fous de ma gueule ? » Foutus étudiants en architecture. Après ils se demanderont d’où nous vient cette réputation d’être hors des choses la plupart du temps. J’ai secoué la tête, d’un air dépité, me disant qu’après tout je n’allais pas gâcher leur soirée. J’ai appelé un taxi, quand le mec m’a vu, il a ri. Je lui aurais bien foutu une baffe mais malheureusement, je me suis dit que si ça avait été moi au volant, j’aurai ris aussi.
Alors quand il m’a déposé, je ne lui ai pas laissé la monnaie. Il a tiré la gueule, mais tant pis. J’ai regardé le bar qui s’offrait à moi, comptant jusqu’à dix avant de me décider à entrer. Et puis … Si Ted Mosby a réussi à penser que le déguisement d’une citrouille pouvait devenir celui d’une citrouille salope je ne devais pas avoir peur du ridicule. De toutes les façons, je m’en foutais un peu de comment on allait me voir, tant que moi je me sentais bien. Du coup, j’ai soupiré, plus d’une fois. Et tout simplement j’ai repris confiance en moi.

Me voilà donc, en train d’attendre de passer la queue pour pouvoir entrer, juste pour un verre, pour me calmer les nerfs. Les gens me regardent un peu, et je me remercie d’avoir quand eu l’idée de ne pas mettre les pantoufles qui allaient avec pour les troquer contre une paire de mes compensées. J’ai toujours une quinzaine de centimètres en plus alors rien ne doit pouvoir m’arrêter. Quelques minutes passent et je suis enfin à l’intérieur, je retire l’étrange chapeau qui tenait mes cheveux en place pour les laisser onduler sur mes épaules. Je ne regarde qu’à moitié qui se trouve ici, mais c’est Halloween alors c’est évidemment bourré de monde. Je m’avance vers le bar, marchant comme si de rien était. Je commande sans même y penser. Buvant une gorgée du liquide ambré, je me retourne vers la salle pour voir si je remarque une tête connue, me demandant si je suis condamnée à être seule ce soir ou bien …

J’arque un sourire quand je vois un garçon brun que je « connais » de moitié. Il est en bonne compagnie et je me lance un défi à moi-même, encore une fois. Puisqu’il a su me rejeté la dernière fois, je me suis peut-être un peu lancée dans une guerre contre lui et contre ses conquêtes. Après tout, on ne me dit pas non, tout simplement et c’est ma fierté qui a été blessé. Je ne dis pas que j’aurai couché avec lui, non je suis même sure que je n’aurai pas couché avec lui … Je voulais juste jouer, le faire enrager. Et à l’inverse de ça, c’est moi qui enrage. Mais je fais semblant que tout va bien. Et quand je m’avance vers le petit couple du soir, je souris déjà de ma prochaine victoire. A leur hauteur, je les regarde trois secondes avant de m’entendre dire : « Tylian, chéri ! Tu peux m’expliquer ce que tu es en train de faire avec cette trainée ?! » Je me demande si je n’ai pas trop poussé, mais intérieurement je suis plutôt fière de moi. J’en oublie mon accoutrement, parce que je m’attends à tout de sa part. Les dés sont jetés, la partie vient de commencer.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyLun 11 Nov 2013 - 17:57

avatar
Invité
Invité

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty


Thriller



Halloween. Soirée tant attendu par de nombreux enfants pour la collecte de bonbons, mais également pour les petites farces jouées aux habitants du quartier. Pour ma part, elle était le souvenir d’un passé que je tentais d’oublier coûte que coûte dans la boisson et la compagnie d’une demoiselle dont je ne connaissais rien ou presque. Pas même son prénom n’avais su conserver une place dans mon esprit. Elle m’avait accosté un peu plus tôt dans la journée et si je ne voyais aucun potentiel avenir à deux, je me fis particulièrement galant en acceptant le café qu’elle s’était gentiment proposé d’offrir. La soirée passerait peut-être plus vite ! Quoiqu’il en soit j’écoutais avec attention son histoire, ses goûts et passions qui n’avaient en rien de points communs avec les miens. Elle était éprise de shopping, de manucure et de parfum tandis que mon cœur ne battait que pour le hockey sur glace et les chocolats pour qui je me contrôlais que trop difficilement. Elle aimait le luxe et moi la simplicité, si bien qu’il me paraissait évident que cette soirée ne se terminait aucunement dans cette complicité qu’elle disait recherché chez un homme. Elle se méprenait. Je n’étais en rien celui qui saurait subvenir à ses besoins, combler son cœur de bonheur dans le mariage et la famille. A son tour elle se fit curieuse, m’interrogeant sur ma vie et mes attentes dans un futur proche. Peu enclin à me confier à une parfaite inconnue, je fis dans l’évasif en proclamant une vie sans le moindre accroc, à son image. Je refusais que l’on s’apitoie sur mon sort, que l’on voit en moi une brebis égarée alors que force et courage m’avaient mené à prendre ma vie en main et ce, loin de toute famille. Portant mon café devenu tiède à mes lèvres, je ne pu que sourire à ses compliments, ne ressentant ni l’envie ni le besoin de lui retourner mon admiration quant à sa beauté. Elle était loin d’être déplaisante et la demoiselle ne le savait que trop bien pour se vêtir d’une jupe aussi courte qu’un mouchoir de poche.   « Ca te dirait de terminer cette conversation dans un endroit plus…intime ? » Son petit numéro de charme me laissait indifférent, presque amusé par si peu de subtilité qu’elle s’apparentait presque à celle des hommes. Bien évidemment je ne pouvais qu’être flatté par tant d’intérêt, mais le refus brulait mes lèvres. Assurément mes amis s’empresserons d’appeler les hommes en blanc si cela était amené à se savoir, étant plutôt connu pour les filles d’une nuit plutôt que pour la vie.  « Tylian, chéri ! Tu peux m’expliquer ce que tu es en train de faire avec cette trainée ?! » Sauvé par le gong ! J’aurai pu d’ailleurs m’en réjouir si cette aide ne venait pas de Grâce, une demoiselle qui s’était montré plus qu’entreprenante elle aussi. Malheureusement pour moi le refus n’était pas la meilleure chose à faire, prenant à présent un malin plaisir à me le faire payer chaque fois qu’elle en avait l’occasion.

« Une seconde ce n’est pas ce que tu cr » Trop tard, la main de la demoiselle s’en était allé à la conquête de ma joue droite sous les regards ébahis, parfois amusés, des autres clients. Naturellement le comble fut atteint lorsqu’elle quitta la pièce dans une insulte qui mettrait à mal l’ego d’un homme.  Lâchant un soupire, ma main vint se placer sur ma joue endolorie et chaude tandis que mon regard se porta avec plus d’attention sur Grâce, certainement ravis d’être parvenue à ses fins. Malgré la douleur occasionnée, un petit rire en vint à s’échapper de mes lèvres lorsque je pris conscience de son accoutrement pour le moins…grotesque. Qui a dit que le ridicule ne tue pas hein ? Faisant mine de regarder à droite comme à gauche, je fis à mon tour dans la provocation, bien décidé à lui rendre la monnaie de sa pièce… « Qu’est-ce qui se passe Grace, même les enfants n’ont pas su succomber a tant de charme ? » A son image, je n’avais aucun scrupule à m’en prendre à elle, me moquant sans vergogne en faisant référence à l’affront que j’avais osé lui infliger. « Qu’ils peuvent être cruels. En tout cas félicitation, le naturel te va plutôt bien. » Bien décidé à pousser le vice, ma main vint se poser sur l’une de ses joues, y déposant une caresse dans un sourire qui ne laissait aucunement entrevoir le subterfuge.   «  Haute en couleur et creuse à l’intérieur...Enfin rassure toi, je suis prêt à parier qu’un démon traine les rues dans l’espoir de t’y rencontrer. Après tout il en faut pour tous les goûts ! » Ouille ouille ouille, je savais qu’en la provocant de la sorte je ne parviendrai pas à m’en débarrasser, pour autant je ne pouvais m’en empêcher, prenant presque goût à nos petites chamailleries. Et puis reconnaissons-le ! Grace en citrouille valait toutes les baffes du monde, ressentant même l’incommensurable besoin de l’immortaliser en prenant une photo. « Un petit sourire ? MA-GNI-FI-QUE »

CODE BY APACHE.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyJeu 28 Nov 2013 - 19:29

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 28
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty

Je suis fière de moi, affiche une mine faussement vexée, j'ai envie de jouer c'est vrai. D'oublier le fiasco que cette soirée est. Ca aurait pu tomber sur n'importe qui à la vérité, mais je ne vais surtout pas être désolée que ce soit tombé sur lui. Après tout la vengeance est un plat qui se mange froid et j'ai horreur que l'on me rejette, voilà. Je me délecte du spectacle qui se tient face à moi, un Tylian qui comprend que trop bien ce qu'il va se passer et que je suis une peste comme il doit se plaire à le penser, et une jolie fille un tout petit blessée, bon ok, c'est pas sympa de jouer avec les sentiments des gens, mais je me dis simplement qu'ils ne se connaissent depuis pas longtemps puisque la demoiselle n'est à l'évidence pas au courant du fait que Tylian et moi on est loin d'être ensemble même si je prétends le contraire. « Une seconde ce n’est pas ce que tu cr » Non même vraiment pas. Je tire une grimace quand elle se permets de le gifler, bordel, c'est trop bon pour être vrai. Là je me dois d'être désolée ? Non, même pas une seconde quoi, elle y a mis la baffe que j'aurai pu lui mettre on va dire ça comme ça. Je ne suis presque pas coupable quoi. Elle se lève finalement dans un acte si théâtral que je suis obligée de me battre avec moi même pour me retenir d'exploser de rire. Tandis que Tylian lui, pose sa main sur sa pauvre joue qui doit être surement endolorie à présent.

Je m'attends à de l'énervement de sa part, mais pour l'instant cela n'en est rien, non, au contraire, il se met à rire tout en me regardant, je lève les yeux au ciel, moi quand je comprends. D'accord, d'accord, après ce qu'il vient de se passer, je peux bien lui permettre de rire de moi. Après tout, je suis habillée en citrouille, n'est ce pas ? Juste il faut que ça ne dure pas trop longtemps. « Qu’est-ce qui se passe Grace, même les enfants n’ont pas su succomber a tant de charme ? » Très drôle, j'en meurs de rire un peu. Mais bon s'il n'a trouvé que ça pour riposter, je ne peux pas le blâmer, et puis, autant ne pas lui énumérer le nombre de personne qui justement ont succombé, je ne suis pas très fanatique de la prétention gratuite. « Qu’ils peuvent être cruels. En tout cas félicitation, le naturel te va plutôt bien. » Je dois le remercier pour ce compliment digne d'une vipère qu'il me fait ? Excusez moi d'en douter. Le naturel ? Trop aimable, et quand sa main se pose sur ma joue, je me dis que là, il est clair qu'il y a quelque chose qui ne va pas, faut juste que j'arrive à définir quoi. Je ne suis pas aussi faible qu'on pourrait le penser, non, bien sur que non, je suis encore capable de résister quand un joli garçon s'en vient à me toucher. D'ailleurs, il devrait savoir qu'à ce petit jeu je suis plutôt douée. « Haute en couleur et creuse à l’intérieur...Enfin rassure toi, je suis prêt à parier qu’un démon traine les rues dans l’espoir de t’y rencontrer. Après tout il en faut pour tous les goûts ! » Je ne me vexe pas, préfère me dire que tout simplement il ne me connait pas. Que se sont ses mots qui le sont, creux, et qu'il me désole par son manque d'imagination, que si je le voulais je me casserai simplement, aussi théâtralement que la fille avec qui il était, avec une insulte minime mais bien choisi. Le seul truc c'est que je n'aime pas copier autrui. Je suis unique, Tylian, et le démon qui me trouvera un jour tu regretteras que ce ne soit pas toi. Et alors qu'il sort son téléphone pour me prendre en photo j'en ai un peu la nausée. « Un petit sourire ? MA-GNI-FI-QUE » Je hausse les épaules, ne comprenant surement pas son délire. C'est pas une photo qui va me gêner, je viens de traverser la ville habillée comme ça, alors je suppose qu'à peu près tous les gens à croiser et à ne pas croiser étaient là, surtout pour cette soirée. C’est Halloween Tylian, allo ?! Enfin bon, juste parce que j'ai l'esprit de contradiction et que j'ai envie de l'emmerder, je me surprends à prononcer. « T'as intérêt d'effacer ça. » Même si ça ne compte pas tellement quoi. Je fais semblant et j'aime bien je suis obligée de l'avouer. « Chou, au passage ne me confonds pas avec tes jolies pétasses. » Oui parce que même si je suis blindée niveau insulte et autres saletés, y a un mot qui est passé en travers et qui veut pas me lâcher. « Le cerveau vide ce n'est pas du tout moi, je crois malheureusement que tu passes trop de temps avec elles et qu'à force ça ramollis le tien. » Ouais, le mot creuse je l'ai pas supporté, c'est comme ça, y a des choses qui parfois ne passent pas. Je m'assoie alors sans demander mon reste là où la fille se tenait juste avant, lui signifie que c'est fichu pour lui et que ouais il va devoir me supporter ce soir. « J'savais pas que "Mec sans personnalité" était un déguisement au top cette année. » Vu qu'on parle du mien, autant parler du sien.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyDim 15 Déc 2013 - 17:03

avatar
Invité
Invité

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty


Thriller


Je ne pouvais que deviner la satisfaction de la jeune femme. A vrai dire, je m’étonnais que cette dernière n’éclate pas au grand jour un peu plus tôt, bien trop heureuse du petit mélodrame auquel elle venait de donner le jour. Pour ma part, je sentais ma joue fiévreuse, me brulant presque les doigts lorsque je pris l’initiative de passer une main sur la nouvelle scène du crime. Si mon ego en avait pris un coup, la souffrance causé par l’impact m’était pour le moins familière, me rappelant sans grand mal un passé que je m’efforçais d’oublier dans une vie faite de liberté et de débauche. L’esclandre aurait pu être l’une de mes réactions, mais je savais tout aussi bien qu’elle n’attendait que cela. N’était-ce pas là le seul but de la manœuvre ? Se venger ? Jouer avec mes nerfs et s’approprier toute mon attention  pour m’entendre dire combien elle transformait ma vie en véritable enfer ? Elle était tellement loin du compte. Ces petits jeux de manipulations n’étaient rien si ce n’est une petite partie de plaisir lorsque je décidais à mon tour, d’entrer dans son jeu. Je m’en fis d’ailleurs un malin plaisir, jouant sur cet accoutrement ridicule dans lequel elle avait osé se glisser. Bien évidemment je connaissais halloween et la tradition qui voulait que l’on parcoure les rues dans un déguisement appartenant au monde de l’horreur. Mais comment ne pas sauter sur cette occasion qui m’était offerte, profitant de son costume pour insulter la personne qu’elle était, du moins, celle qu’elle prétendait être en ma compagnie. Il est vrai que je ne la connaissais pas. Là était tout son problème, je refusais de connaitre la demoiselle qu’elle disait être, cette fille qui se voulait aguicheuse et a l’âme vengeresse simplement parce que son petit ego de femme fatale se trouvait éméché. A quand le naturel ? Car si je détestais bien une chose, c’était le surfait ! Là était d’ailleurs la raison pour laquelle la disparition soudaine de celle qui me tenait compagnie un peu plus tôt, me laissait pour le moins indifférent. J’en étais donc là, prenant en photo cette fille creuse qui jouait l’indifférence ou presque. « T'as intérêt d'effacer ça. » Elle s’en doutait, ma réponse ne pouvait être qu’autre chose qu’un sourire amusé devant tant de ‘menace’ « Ou sinon quoi ? Tu vas te faire passer pour ma petite amie à n’en plus finir ? La terrible vengeance de Miss citrouille ! Bouhou trop Flippant ! » L’ironie marquait amplement mes propos, allant jusqu’à mimer la peur pour finalement me concentrer sur ma boisson comme le plus apaisé des hommes. J’avais connu pire et la demoiselle allait devoir faire preuve d’un peu plus d’imagination pour me tourmenter.

« Chou, au passage ne me confonds pas avec tes jolies pétasses. » Chou ? N’avait-elle rien trouvé de mieux que de poursuivre son petit jeu de proximité ? M’affubler de l’un de ces petits surnoms ridicules eut pour simple reflexe un haussement de sourcil, posant à nouveau mon regard sur elle pour lui faire comprendre que je l’incitais à poursuivre.  Qu’allait-elle bien trouver pour se distinguer de ces ‘jolies pétasses’ comme elle le disait si bien ? Elle qui pourtant, avait tout fait pour s’ajouter à la longue liste de celles qu’elle dénigrait ce soir. Contradiction quand tu nous tiens ! Une insulte envers mes conquêtes qui me fit ni chaud ni froid, aucune n’étant parvenu jusque là, à faire naitre en moi le moindre sentiment. « Le cerveau vide ce n'est pas du tout moi, je crois malheureusement que tu passes trop de temps avec elles et qu'à force ça ramollis le tien. » Voilà qui devenait beaucoup plus intéressant, y découvrant que son indifférence face à mes propos n’était qu’apparence. Je l’avais touché, ébréchant une nouvelle fois son égo tandis qu’un sourire en proie à la fierté vint se dessiner sur mes lèvres. Elle m’insultait, tentait de retourner mes propres paroles contre moi, c’était un juste retour des choses. Quelque chose d’humain. Ne dit-on pas que c’est dans la difficulté que l’on voit finalement le vrai visage des gens ? Finalement elle n’était peut-être pas si inintéressante sur cela ! « Et donc je devrais passer davantage de temps avec toi dans l’espoir de recouvrir un tant soit peu mes esprits c’est bien ca ? » D’un naturel assez déconcertant, un léger rire en vint à s’échapper de mes lèvres, laissant entrevoir une blague de mauvais goût. Car bien évidemment il lui faudrait beaucoup plus que cet argument pour me convaincre d’accepter sa compagnie, aussi charmante elle puisse être lorsqu’ elle daigne l’accorder. Lorsqu’elle prit place à mes côtés, mon sourire se fit plus discret, mon cerveau n’étant pas suffisamment ramollis pour ne pas comprendre qu’elle comptait s’attarder sur mon cas pour le restant de la soirée.   « J'savais pas que "Mec sans personnalité" était un déguisement au top cette année. » Forte de caractère et persuadée de m’atteindre pour si peu, elle se fit une nouvelle fois insultante envers ma personne. Ce qu’il ne fallait pas entendre ! Portant une nouvelle fois le verre à mes lèvres, je pris le temps d’avaler deux à trois gorgées pour finalement mettre les choses au clair. «Tellement que certaines personnes frôlent le harcèlement pour attirer leur attention. Tu te rends compte ? Ils n’ont rien pour eux et pourtant elles vont jusqu’à s’immiscer dans leurs vies, insulter les autres femmes qui osent s’en approcher d’un peu trop près, tout comme elles ont pu le faire d’ailleurs…S’accrocher a ce point à un mec qui n’en vaut soit disant pas la peine, plutôt pathétique tout ça tu ne trouves pas ? » Ma voix n’empruntait aucunement le chemin de la rancune, lui adressant mon point de vu dans l’espoir qu’elle comprenne que son comportement restait désolant et pour le moins contradictoire. Que voulait-elle au fond ? Se venger pendant des décennies de l’affront que je lui avais fait ? Grand bien lui fasse, je répondrai présent. Pour autant je ne pouvais pas m’empêcher de penser que tout ceci cachait autre chose. Oh bien évidemment je ne comptais pas sur Grace pour m’en dévoiler les raisons, à coup sûr la demoiselle trouverait bien quelque chose à rétorquer pour nier un quelconque intérêt à mon égard.  Armé d’un sourire du coin des lèvres, je fis appel au personnel pour me commander un second verre. C’est que la nuit risque d’être longue !

CODE BY APACHE.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyMar 24 Déc 2013 - 12:16

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 28
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty

« Ou sinon quoi ? Tu vas te faire passer pour ma petite amie à n’en plus finir ? La terrible vengeance de Miss citrouille ! Bouhou trop Flippant ! » Je ne peux pas m’empêcher de sourire à sa phrase, c’est vrai que plus ridicule on ne fait pas, mais d’un autre côté ce n’est pas comme si je me souciais longuement de ce qu’il pense de moi. Après tout, je sais qui je suis alors ce n’est pas son avis qui va faire changer ça. Bon ok je sais que mon délire de l’emmerder est venu du fait qu’il m’a rejeté, mais en fait, je me suis prise au jeu et j’aime bien nos joutes verbales à répétition je dois avoir un côté maso je ne vois que ça quand j’y réfléchis vraiment. Le fait qu’il mime le fait d’avoir peur me tire même un petit rire, c’est n’importe quoi.
« Et donc je devrais passer davantage de temps avec toi dans l’espoir de recouvrir un tant soit peu mes esprits c’est bien ca ? » Je hoche la tête positivement pour approuver clairement ses mots. Puis je rajoute juste pour compléter. « Bah voilà, tu fais enfin preuve de bon sens ! » Et mon visage lui signifie carrément que ouais, il en a mis du temps. Je m’attends à tout comme retour de sa part, mais je m’en tape de ses vulgarités envers moi, au final, j’estime que j’ai un peu gagné cette partie-là, la fille avec qui il était s’est barrée, lui a foutu une baffe et moi je suis pratiquement certaine que même en citrouille je vais finir accompagnée. Le truc c’est qu’il ne faut pas que je m’attarde trop ici, je ne voudrai pas qu’on croit que pour Halloween c’est lui mon cavalier, il ne faut pas abuser. Deux trois réplique plus tard, l’attaque de son côté est de nouveau lancée, et j’en écoute chacun de ses mots avec un intérêt surfait. «Tellement que certaines personnes frôlent le harcèlement pour attirer leur attention. Tu te rends compte ? Ils n’ont rien pour eux et pourtant elles vont jusqu’à s’immiscer dans leurs vies, insulter les autres femmes qui osent s’en approcher d’un peu trop près, tout comme elles ont pu le faire d’ailleurs…S’accrocher a ce point à un mec qui n’en vaut soit disant pas la peine, plutôt pathétique tout ça tu ne trouves pas ? » Encore une fois, je souris à ses phrases, je me dis que les prendre mal ne servirait strictement à rien, et puis je ne sais pas, ça m’amuse tout simplement quoi, alors je me demande pourquoi je devrai m’énerver, j’ai choisi d’être là, je savais exactement à quoi m’attendre donc si je dois en vouloir à quelqu’un c’est d’abord à moi, n’est-ce pas ? Ouais, c’est ça. Quand il se commande un nouveau verre, j’en profite pour en demander un aussi  et remettant mes cheveux derrière mes oreilles je réfléchis dix secondes à ce que je vais pouvoir lui répondre. « Je m’accroche pas à toi. » Ouais, non, vraiment pas, manquerait plus que ça, que je m’accroche à quelqu’un et surtout à quelqu’un comme lui, ce serait tellement désolant que j’ai envie de vomir rien que d’y penser. Le serveur arrive finalement avec nos verres, et je bois une assez longue gorgée du liquide ambrée qui brûle délicatement ma gorge lorsqu’il glisse dedans. Je passe ma langue sur mes lèvres afin de profiter encore un peu de ce gout que j’apprécie. Et puis, j’affiche une moue dubitative quand je prononce. « T’imagines pas des trucs bien dégoulinant d’amour ou je ne sais quoi, hein, ok j’aime t’emmerder c’est tout. » Je finis en haussant les épaules et en buvant une nouvelle fois ma boisson. Un peu d’honnêteté ne peut pas faire de mal, mettre les points sur « i » pour le bien de tout le monde, qu’on ne commence pas à me penser amoureuse de ce désagréable à souhaits et puis demain je pourrai toujours nier ce n’est pas comme si j’avais un vrai problème avec le mensonge, pas le moins du monde, c’est tellement simple avec ça de se jouer des gens en résumé quoi.
« Dans le fond, je suis sure que ça te plait mon harcèlement. » Appelons un chat, un chat Tylian, si ça te faisait tant chier que ça, tu m’aurais déjà viré. « Avoue le et ça ira mieux, tu verras. » Ouais, je suis sure de moi, mais c'est comme ça qu'on m'aime qu'on ne s'y trompe pas.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyLun 30 Déc 2013 - 17:58

avatar
Invité
Invité

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty


Thriller


A ma grande surprise, je ne pu réprimer un sourire lorsqu’elle m’offrit quelques éclats de rire. C’était bien la première fois qu’elle me donnait l’impression d’être sincère, de ne pas jouer ce rôle de séductrice dans l’âme. Elle se laissait aller, abandonnait ces grands airs pour rire d’une petite grimace que je lui accordais en faignant la crainte de son courroux. Il était certain que le ridicule se trouvait être le principal moteur de ce ‘lâché prise’ que je croyais déceler en elle, pour autant je ne pouvais que l’interpréter comme une petite victoire. Aurais-je un jour la possibilité de voir la véritable Grace ? Il me faudrait être patient, je le savais que trop bien.
« Bah voilà, tu fais enfin preuve de bon sens ! » Place donc à nos habituelles petites joutes verbales, celle-ci affirmant haut et fort qu’il me faudrait passer du temps en sa compagnie pour accroître en intelligence. Allons ! N’avait-elle pas décelé l’ironie qu’empruntaient mes propos ? «  Et toi de beaucoup d’imagination » Je n’étais pas prêt à lui concéder la moindre victoire, refusant d’admettre que sa présence pouvait un tant soit peu m’intéresser. Après tout elle s’était immiscée dans cet infernal monologue dans lequel s’était lancé mon ‘rendez-vous’. Si une part de moi s’en réjouissait, mon égo d’homme avait prit un sérieux coup de par la gifle que j’avais prise en guise d’adieux. Ce n’était assurément pas la première, ni la dernière, mais je refusais qu’une personne puisse me porter atteinte de la sorte, retombant à chaque fois dans un passé pour lequel j’avais fait le choix de ne plus y songer. Il me fallait faire preuve de contenance, ne pas faire ressurgir mes mauvaises manières sous peine de blesser la jeune femme qui se tenait victorieuse à mes côtés. Bien au contraire, je comptai bien la prendre à son petit jeu…

Dans un naturel renversant, verre à la main et petit sourire taquin sur les lèvres, je peignais avec un certain amusement un portait d’elle qui, je le savais, lui déplairait. Après tout qui aimerait être comparé à une personne en proie au désespoir au point d’harceler un mec qu’elle jugeait dépourvu d’intérêt ? Le côté pathétique de cette description ne la laisserait pas indifférente et ce, d’autant plus lorsqu’elle laissait entrevoir une faiblesse de sa part. « Je m’accroche pas à toi. » Comme prévu elle se défendait de tout attachement, à croire qu’il s’agissait là d’une faute impardonnable. Je ne pouvais que sourire, ne pouvant qu’y reconnaitre notre premier point commun. Elle se revendiquait libre comme l’air, parcourant la vie sans véritablement prêter attention aux personnes qui étaient amenées à croiser son chemin.   « Assez pour te sentir concernée pourtant » Je persistais, bien décidé à la mettre mal à l’aise en la confrontant à son attitude pour le moins douteuse.  De plus, affirmer qu’elle pouvait éprouver un quelconque sentiment à mon égard, même le plus ingrat d’entre eux, n’aurait de cesse de l’agacer. Mission que je m’étais moi-même fixée en réponse à ses innombrables attaques.
Rapidement nous furent interrompu par le serveur qui vint assuré un second service. D’un sourire je le remerciais, apportant presque dans l’immédiat, le verre à mes lèvres. « T’imagines pas des trucs bien dégoulinant d’amour ou je ne sais quoi, hein, ok j’aime t’emmerder c’est tout. » Une fois n’est pas coutume, j’abordais une mine faussement choquée par la nouvelle qu’elle venait de m’apprendre. « Non pas possible ! Alors là ! Je ne m’en étais, mais alors pas du tout, rendu compte ! C’est vrai, pourquoi dire ‘Salut comment tu vas ? ’ alors que l’on peut se pourrir mutuellement la vie ?! » Bien évidemment je ne pouvais que sourire, lui adressant un regard en proie à l’amusement face a cette logique qui n’appartenait qu’à elle. Volontairement, je ne m’épanchais pas sur le sujet de l’amour, peu enclin à la rassurer. Si j’avais bien des défauts, la prétention de me croire irrésistible au point de l’envouter m’avait fort heureusement épargné. « Dans le fond, je suis sure que ça te plait mon harcèlement. » En revanche, la demoiselle elle, semblait ne pas manquer de confiance. Comment pouvait-il en être autrement ? C’était une belle femme et elle le savait ! Les refus devaient être rares, sinon pourquoi aurait-elle mal perçu le mien ? Je ne pouvais cependant nier le fait qu’elle n’avait pas tord. J’appréciais nos chamailleries, le fait de pouvoir lui rendre la monnaie de sa pièce chaque fois qu’elle pensait prendre le dessus sur moi par l’intermédiaire d’un nouveau traquenard.  « Avoue le et ça ira mieux, tu verras. » C’est qu’elle insistait, se faisait pressante dans l’espoir d’être consacrée de sa plus belle victoire ! De quoi m’insuffler un fort esprit de contradiction, ou du moins de ne pas lui donner raison comme elle l’espérait tant. «Qui dit harcèlement dit un certain attachement non ? Ca te fait du bien de le reconnaitre ?!» Et oui, plutôt que de lui répondre favorablement, je faisais dans l’obstination, retournant une nouvelle fois ses propres paroles contre elle.  Pire encore, je lui extorquais un aveu alors qu’elle espérait en obtenir un. «  Wuahhhhh comme t’es belle !!!!! Trop CANON !!! » Intrigué, je lançais un regard en direction de l’intéressé, un homme se tenant presque entre nous. Sans gêne, il s’adressait à Grace, espérant visiblement obtenir une danse si ce n’est davantage. « Et ton costume est shuper ! La classe !!! » Ah oui ?! Visiblement éméché, je ne pu m’empêcher de rire, plus qu’amusé de la situation dans laquelle se trouvait la demoiselle, victime de son propre succès. «  Jsuis amoureux !!! Je me retenais difficilement, regardant alternativement l’homme mais également Grace qui se déclarait totalement fermé à l’amour un peu plus tôt. Et voila qu’elle trouvait chaussure à son pied, ce démon qui trainait probablement les bars depuis un moment déjà. « En plus j’adore la citrouille ! J’y gouterai bien tiens ! » Ni une ni deux, l’homme se fit tactile, déposant une main en direction du postérieur de la jeune femme. « Ca suffit » Le visage fermé, je dégageais cette main un peu trop envahissante, regardant l’homme dans les yeux afin de lui faire comprendre que j’étais sérieux.  Si je prenais un malin plaisir à la voir en difficulté, les familiarités, ce manque de respect me poussait à agir… « Me touche pas » « Alors garde tes distances et je ne parle pas seulement de cette pièce »   Sans plus prêter attention à l’homme, je tendis une main à Grace, l’invitant à prendre une décision… « Je vais danser. Tu m’accordes une danse ? Ou tu restes en charmante compagnie ? »
CODE BY APACHE.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyJeu 2 Jan 2014 - 15:42

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 28
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty

«  Et toi de beaucoup d’imagination » Je hausse les épaules pas du tout vexée parce que bon il en faut de l’imagination pour devenir architecte alors je le prends plutôt comme un compliment même s’il n’en a aucune idée. Tant pis pour lui et tant mieux pour moi, n’est-ce pas ? Je lui certifie par la suite que je ne suis pas accrochée à lui parce que bordel ce serait vraiment flippant de l’être mais quand il répond « Assez pour te sentir concernée pourtant » Je me rends compte que c’est vrai mon comportement porte vraiment à confusion. Je m’imagine en train de me calmer avec lui, le laisser tranquille, mais la vérité c’est que cela m’amuse trop pour l’instant, et puis je fais du mal à personne en agissant de la sorte, enfin presque pas quoi, quand je repense à la fille et à la baffe qu’elle lui a donné. Bon ce n’est pas si grave, je suis certaine qu’il a déjà oublié. Enfin, j’espère quoi. « Non pas possible ! Alors là ! Je ne m’en étais, mais alors pas du tout, rendu compte ! C’est vrai, pourquoi dire ‘Salut comment tu vas ? ’ alors que l’on peut se pourrir mutuellement la vie ?! » J’amorce un sourire face à son ironie et à son sourire naissant à lui. C’est tellement vrai ce qu’il vient de dire que je dois me retenir pour ne pas me mettre à rire. Mais c’est tellement plus amusant d’avoir une relation du genre plutôt qu’une où on passerait notre temps à s’adorer, puis de toute façon je crois bien que je ne suis pas douée pour adorer les gens, non, pas vraiment. Je continue notre petit délire en lui signifiant que d’après moi il aime bien tout cela, cette petite guéguerre qu’on se plait à tenir toujours éveillée, ou plutôt que je me plais à tenir éveillée, c’est plus correct en vérité. Je suis presque certaine que certains mecs se damneraient pour être harcelés par moi, après tout, je suis plutôt jolie, n’est-ce pas ? Ma prétention me fait gentiment sourire et quand il finit par dire «Qui dit harcèlement dit un certain attachement non ? Ça te fait du bien de le reconnaitre ?!» Cette fois je rigole carrément. Il est malin, passe par les petits chemins pour retourner mes phrases contre moi, je ne lui en veux pas, c’est un bon joueur et c’est pour cela aussi que je continue à vouloir lui pourrir la vie. Et puis, c’est vrai qu’il y a ce reste de fierté mal placée quand on pense comment il n’a pas voulu de moi. Même si parfois, j’oublie que notre histoire part de là, je me suis prise au jeu en fait, donc en ce sens-là, il a certainement raison de parler d’attachement. Je vais pour lui répliquer une nouvelle pique quand j’entends ; «  Wuahhhhh comme t’es belle !!!!! Trop CANON !!! » J’avale difficilement ma salive, me demandant sérieusement si cet idiot s’adresse à moi, cependant je vois le regard de Tylian partir dans sa direction, donc je ne peux que me rendre à l’évidence, oui, c’est à moi qu’on parle. « Et ton costume est shuper ! La classe !!! » J’affiche un mine dégoutée quand mon compagnon, lui, se met à rire. L’alcool joue évidemment son rôle dans ce petit délire, alors je choisi simplement de ne pas répondre parce que cela ne lui donnerait qu’une raison de plus pour continuer à m’emmerder. «  Jsuis amoureux !!! » Je fini enfin par me retourner entièrement vers lui, levant les yeux au ciel, synonyme muet d’un « Non, sérieux ? » Il m’agace rien qu’en étant là, et même si je joue les indifférentes je comprends qu’il ne va pas s’en aller de si tôt. Génial, non, vraiment.  « En plus j’adore la citrouille ! J’y gouterai bien tiens ! » J’envisage de lui foutre une claque maintenant, sauf qu’il me prend de court et s’avance un peu trop de moi, sa main notamment. Je respire fortement, me mordant la lèvre prête à exploser quand « Ca suffit » Il retire la main de l’autre garçon et se retrouve alors en position de « sauveur », orgueilleuse jusqu’au bout des ongles, je me dis que maintenant je vais lui devoir quelque chose. Mon attention à nouveau sur le mec envahissant étonnamment pas content. « Me touche pas » Cette fois c’est à Tylian qu’il s’adresse et plus à moi, s’ils se battent, je sens que je vais le regretter même si à l’évidence je n’ai absolument rien cherché. « Alors garde tes distances et je ne parle pas seulement de cette pièce » Non manège m’intrigue assez, et j’avoue ne plus regarder l’inconnu pour rester fixée sur celui que j’aime un peu trop embêter. Il tend sa main vers moi, et j’avoue que comme une idiote sur le coup je ne comprends pas. « Je vais danser. Tu m’accordes une danse ? Ou tu restes en charmante compagnie ? » Souriant clairement, je pose ma main dans la sienne tout en lançant un regard au trouble-fête. « Je te l’accorde. » Je réponds en souriant et je me laisse guider alors vers le milieu de la piste de danse. Une fois qu’on se retrouve face à face tous les deux, je me rends compte que je suis gênée, je n’aime pas l’idée qu’il vient de m’aider à me sortir d’un mauvais plan. Ouais, je ne suis clairement pas à l’aise quand mon corps se moue au rythme des accords joués par je ne sais qui ou je ne sais quoi. Je me tiens tout de même à une distance respectable de lui, il ne faudrait pas non plus qu’on se retrouve collés serrés, je suis quand même censée le détester le zouave qui vient de me sauver. Au moment où je pense à cela, je me rends compte que je ne l’ai pas encore remercié pour ça. Alors j’approche mon visage de son oreille pour être certaine qu’il m’attende malgré le brouhaha. « Merci, pour ça, enfin, tu vois ... » Je recule ma tête un sourire dont je ne connais pas le sens sur mes lèvres. Et puis, je décide de ne pas prendre en compte de la gêne occasionnée par ce qu’il vient de se passer pour opter pour la chamaillerie, encore une fois. « Et en plus de cela, tu n’es pas doué en danse ! » C’est petit, je sais, mais je m’échauffe encore faut croire.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyDim 5 Jan 2014 - 21:18

avatar
Invité
Invité

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty


Thriller


Je taquinais la jeune femme, enchainait les répliques pour lui démontrer par A + B qu’elle adoptait un comportement sujet à controverse. Elle se revendiquait sans attaches, me faisait comprendre qu’elle me détestait, pour autant elle faisait tout et n’importe quoi pour me tenir compagnie. Ce soir ne faisait pas exception ! Elle souriait, riait de mes arguments, mais je savais tout aussi bien qu’elle que la seule chose qui l’empêchait de le reconnaitre était son orgueil.  Je devinais à son sourire qu’elle s’apprêtait une nouvelle fois à nier l’évidence, qu’elle me tiendrait tête comme a l’accoutumé. Malheureusement pour elle un homme éméché vit en elle la femme de sa vie, l’accostant sans trop de délicatesse.  Elle fulminait de l’intérieur, niait son existence pour finalement lui faire comprendre en un regard, qu’elle n’était aucunement intéressée. Trop alcoolisé pour s’en rendre compte, il insistait, se disait amoureux. Comment ne pas rire de toute cette situation ? Elle se trouvait en difficulté et je devais avouer que je m’en réjouissais. Du moins c’était le cas jusqu’à ce que l’homme crut bon d’apposer sa main sur le corps de la demoiselle. Je ne pouvais permettre un tel geste, il me fallait agir.
« Je te l’accorde. » Une menace plus tard j’en vins à inviter Grace à danser. Qui l’aurait cru, moi dansant avec une citrouille ( xD) Je tenais sa main dans la mienne, l’invitant à me suivre jusqu’à la piste de danse où nous prirent naturellement nos distances. Point trop n’en faut ! Mon corps se mouvait au rythme de la musique lorsque Grace vint à rompre les quelques centimètres restant pour me remercier. « Merci, pour ça, enfin, tu vois ... » Elle était mal à l’aise, de quoi me faire sourire, m’amuser. Si elle savait. Je me fichais bien de ces remerciements, j’en attendais aucunement bien que je ne pouvais qu’apprécier ce geste. « Et en plus de cela, tu n’es pas doué en danse ! » Tiens tiens, voilà un réflexe que je connaissais que trop bien, prenant refuge dans l’humour chaque fois que je ressentais le besoin de faire une diversion. Je me refusais de l’avouer ouvertement, mais Grace me ressemblait plus que je l’aurais cru.   «  Tu m’excuses, c’est la première fois que je danse avec une citrouille. Aussi raide qu’un piquet qui plus est ! » J’entrais dans son jeu, reprenant les hostilités en insinuant fortement qu’elle était la raison pour laquelle je ne faisais pas le moindre effort. « Je t’ai pourtant connu plus…enjouée. Qu’est ce qui se passe ?! Je ne suis plus à ton goût ? Si tu veux je vais lui dire que tu as changé d’avis.  » J’arborais un sourire amusé, pointant du doigt la direction du bar où se trouvait peut-être encore l’ivrogne de service. Elle allait certainement nier une quelconque attirance, pour autant elle comme moi avons en mémoire la soirée de notre rencontre. Ce soir où elle s’était lancée dans une opération ‘séduction’. « Détends-toi tu veux ! Je n’ai pas joué aux héros pour t’impressionner ou je ne sais quoi. Ne t’imagines pas des trucs bien dégoulinant d’amour ou je ne sais quoi, hein, je suis simplement le SEUL à avoir le droit de t’emmerder, c’est tout. » Je voulais la mettre à l’aise, éclaircir ce point non sans une touche d’humour en reprenant –une nouvelle fois- ces propres paroles. Ainsi je m’autoproclamais comme l’unique détenteur de ce droit, l’emmerdeur officiel de la jolie Grace Nolan.

CODE BY APACHE.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyJeu 9 Jan 2014 - 22:43

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 28
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty

Dans cette situation je ne sais pas ce qui m’emmerde le plus, qu’un mec veulent à l’évidence manger la citrouille que je suis ou bien que mon sauver soit Tylian. Soit cette histoire va me poursuivre longtemps, soit faut que je trouve un truc pour la lui faire déjà oublié. En bref, je crois que je suis piégée et en plus je n’apprécie pas du tout la façon dont je suis sapée. Je soupire longuement et puis nous voilà parti pour danser donc. Un remerciement, non pas trop grand, et une pique plutôt bien placée même si elle était facile à utiliser. On dira que ce n’est pas important, que je serai meilleure plus tard. « Tu m’excuses, c’est la première fois que je danse avec une citrouille. Aussi raide qu’un piquet qui plus est ! » Cette blague. Je lève les yeux au ciel tandis qu’on danse, on le fait ouais, même si ce n’est pas très en rythme mais au moins on essaie c’est ce qu’on peut se dire. « Je t’ai pourtant connu plus…enjouée. Qu’est ce qui se passe ?! Je ne suis plus à ton goût ? Si tu veux je vais lui dire que tu as changé d’avis. » Cette fois je passe ma langue sur mes lèvres pour m’empêcher d’être vraiment vulgaire avec lui. Je me connais le pouvoir d’être mauvaise, juste que je ne m’en sers pas souvent et je suis en train de définir si c’est ce soir que je dois l’être ou pas. Même si je m’énerve intérieurement, je souligne d’un sourire le fait qu’il sait parfaitement jouer avec les mots et me remémorer mes exploits de la première fois qu’on s’est croisés, là fois où je me suis faite remballée. Cependant, je ne me laisse pas abattre et me défends du mieux que je peux en lui disant « Tu veux essayer de danser alors que t’as un costume comme celui-là ? » Quand je pense que je me suis vraiment fait convaincre de porter cela, je me demande encore si je n’étais pas complètement saoule à ce moment-là. « Détends-toi tu veux ! Je n’ai pas joué aux héros pour t’impressionner ou je ne sais quoi. Ne t’imagines pas des trucs bien dégoulinant d’amour ou je ne sais quoi, hein, je suis simplement le SEUL à avoir le droit de t’emmerder, c’est tout. » Si je le frappe là, on va me penser folle ? Oui, mais et alors ? Ce sera la première fois qu’on verra une citrouille énervée et j’aime bien faire partie des premières fois. Je réfléchis quelque chose, me disant que je n’en ai pas vraiment besoin, parce que je sais déjà ce que j’ai en tête. Je tente de ne pas laisser le fait que ce n’est peut être pas une bonne idée dans mon esprit, et puis, je me dis que la plupart des gens ici sont bourrés, que personne ne s’en souviendra, que c’est Halloween et que surement que ce sera normal du coup de voir une fille faire cela. Du coup, un petit sourire aux lèvres et entendant les accords d’une nouvelle chanson que j’aime bien, j’arrête de danser quelques secondes pour trouver la fermeture du machin qui me couvre encore. Je la trouve, et la descend simplement. Me retrouvant en legging, donc, et en débardeur noir. Le tout un peu transparent mais bien mieux que ce que j’avais avant. Au moins, j’avais pensé à mettre autre chose en dessous, et je me remercie de ça. Tandis que je lance un sourire à Tylian, je le plante en plein milieu de la piste pour aller lancer mon accoutrement sur un tabouret, et perché sur mes talons, je le rejoins finalement. « Maintenant, je peux te montrer que je ne suis pas un piquet. » Alors sans y penser je laisse mon corps onduler au rythme du son, me rapprochant de lui parce qu’il l’a demandé, après tout, le monsieur me voulait enjouée. « J’sais pas si ton acte héroïque m’a impressionné mais en tout cas ta danse ne s’améliore pas. » Je secoue le visage d’un air faussement dépité. « M’emmerder ok, mais me faire honte, tu pourrais éviter. » Ouais parce que là, il faut revenir dans notre réalité et comprendre que lorsqu’on est au milieu de gens en train de danser, on doit le faire nous aussi.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyLun 13 Jan 2014 - 21:20

avatar
Invité
Invité

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty


Thriller


Les deux minutes de sincérités semblaient écoulées, reprenant de plus bel notre petite gueguerre sans fin. Bien évidemment je n’étais pas dupe, ces petites attaques n’étant rien d’autre qu’une échappatoire, un moyen de passer outre l’incident survenu un peu plus tôt.  Comment l’en blâmer ? Je fonctionnais de la même façon, me réfugiant dans l’humour, voir l’agressivité dés que je me sentais pris au piège, redevable de quelqu’un. Elle l’ignorait, mais je n’étais pas ce type d’homme, pas du genre à me battre pour une fille dans l’espoir d’atteindre ses faveurs, pour obtenir un juste retour des choses. Je n’avais guère besoin de cela ! Au risque de paraitre prétentieux. « Tu veux essayer de danser alors que t’as un costume comme celui-là ? » Je riais devant ces excuses, profitant de l’occasion qu’elle me donnait pour l’admirer de la tête aux pieds, non sans un large sourire qui trahissait mon amusement. Je reconnaissais intérieurement que sa beauté ne se retrouvait aucunement entachée. Pour autant la voir vêtu de la sorte ne m’inspirait que la moquerie. « Arrête tu vas me faire pleurer. Vu ton costume je m’attendais a un peu plus d’imagination en terme d’excuses bidons » Le problème n’était pas le costume, nous n’étions seulement pas fait pour nous entendre, la preuve en était de par la distance qu’elle avait instaurée entre nous.  Ainsi donc je décidais de mettre les points sur les ‘i’, les barres aux ‘t’, m’autoproclamant comme étant son emmerdeur officiel. La voilà dans de beaux draps !  De quoi l’agacer, je le devinais que trop bien à son regard, son envie foudroyante d’imiter celle qu’elle avait fait partir un peu plus tôt. Mais contre toute attente ma joue fut épargnée, bien au contraire, elle arborait ce petit sourire tout en dévoilant son corps après avoir délicatement fait peau neuve. J’haussais un sourcil, lui faisant part de ma surprise tandis que les regards de nombreux hommes se détournaient de leurs petites amies.
Et voilà qu’elle m’abandonnait sur la piste de danse, se frayant un chemin à travers la foule. C’était à ne plus rien comprendre ! L’avais-je seulement comprise un jour d’ailleurs ? Rapidement une fille vint à ma rencontre, se frottant contre mon corps malgré mon indifférence la plus totale. Elle n’eut d’ailleurs pas d’autres choix que d’abandonner, remarquant le retour fulgurant de Grace.  La jalousie pouvait se lire dans son regard, dans celui de toutes les demoiselles en réalité !   « Maintenant, je peux te montrer que je ne suis pas un piquet. » Oh je n’en doutais pas un seul instant ! Bon ok, j’avais prétendu le contraire, était tombé dans le mensonge sans le moindre remords. Mais je devais avouer que je ne m’attendais pas à ce qu’elle prenne mes propos au sérieux. Comme quoi l’indifférence dont elle faisait constamment preuve n’était qu’une façade ! « Il va te falloir redoubler d’effort pour me faire oublier la danse de la citrouille »  Je souriais amusé, la laissant s’approcher pour mieux se mouvoir au rythme de la musique. « J’sais pas si ton acte héroïque m’a impressionné mais en tout cas ta danse ne s’améliore pas. » L’insupportable, elle n’était pas en reste, me provoquant une nouvelle fois en affirmant que je dansais mal. « M’emmerder ok, mais me faire honte, tu pourrais éviter. » C’est qu’elle insistait en plus ! Un petit rire en vint cependant à s’échapper de mes lèvres. « C’est l’hôpital qui se fout de la charité là nan ? » Après tout ce n’était ce pas elle qui venait de retirer le plus ridicule des costumes ? C’était à se demander qui faisait honte à qui ? Et puis l’un ne va pas s’en l’autre ! Lui faire honte ne revenait-il pas à l’emmerder ? Pourquoi donc ne pas poursuivre dans cette voie ? L’envie ne manquait pas, pour autant ma main vint se poser sur sa taille sans la moindre gêne, la forçant presque à réduire les quelques centimètres restant. Un contact qui lui déplairait peut-être, l’amènerait sans doute à reprendre ses distances ou encore à me coller la gifle qui devait certainement démanger sa main depuis un moment déjà. Je m’en fichais bien. A mon tour mon égo se trouvait mis à mal et j’étais bien décidé à lui clouer le bec. « On a déjà surmonté tout ça, si je voulais te sauter dessus ça serait déjà fait » j’affichais un sourire taquin, lui affirmant que mes mains ne seraient aucunement aventurières contrairement aux regards des autres hommes qui flirtaient dangereusement avec ses formes. Ainsi j’abandonnais les paroles pour des actes, suivant le rythme de la musique dans des mouvements souples et langoureux. Néanmoins je ne pouvais m’empêcher de remarquer que de nombreux regards étaient braqués sur nous, sur Grace plus précisément. Tous flirtaient dangereusement avec ses formes, certains allant même jusqu’à se rapprocher de nous dans l’espoir de voir la demoiselle changer de partenaire « C’est vrai ce que l’on dit sur toi. Tu aimes attirer l’attention, te faire désirer pour finalement les abandonner a leurs désirs. » Et oui, sa réputation n’était plus à faire, pourquoi pensez-vous que je l’avais rejeté ? Nombreux de mes amis gardaient en mémoire cette frustration qu’elle avait su faire naitre en eux, tout comme cette impression d’avoir été manipulés. Ma voix ne trahissait cependant aucun reproche, allant même jusqu’à conserver un petit sourire sur les lèvres… «Qu’est ce que c’est ? Une façon comme une autre de se venger des hommes ? »

CODE BY APACHE.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyVen 17 Jan 2014 - 21:18

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 28
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty

J’accueille son rire d’une mine faussement dépitée par son action, me préoccupe si peu de la phrase qu’il prononce, ayant déjà en tête l’idée d’enlever ce que je porte depuis le début de la soirée. J’aurai peut-être dû y penser avant, c’est vrai, mais je crois bien que le moment n’a pas vraiment d’importance, au moins dans quelques secondes ce sera enfin fait. Je m’exécute et disparait le temps de quelques secondes pour me débarrasser de ce déguisement qui me donne envie de vomir encore plus lorsque je le vois posé sur le tabouret, comme ai-je sérieusement pu m’habiller comme ça ? Je dois avoir un côté folle parfois. Je me décide à regagner mon compagnon du soir que je vois avec une autre que moi, je pince mes lèvres et hausse les sourcils. Et je suis bien contente de voir que je n’ai besoin que de ce regard pour la faire fuir, non mais, toutes les filles se jettent sur lui ou quoi ? Bon, ok, je fais preuve de mauvais foi en pensant cela, parce que je fais partie de ces filles là, mais et alors ? Moi, j’en ai le droit.  Bref, une fois qu’elle est partie je lui plante une phrase servant à commencer à démontrer que je suis douée. « Il va te falloir redoubler d’effort pour me faire oublier la danse de la citrouille » Je lève les yeux au ciel, tout simplement pour répondre à son nouvel affront. Juste avant de réattaquer avec un des miens, pour changer, mais d’un autre côté c’est comme cela que ça fonctionne lui et moi et je commence à croire que rien ne nous changera. « C’est l’hôpital qui se fout de la charité là nan ? » Une joute verbale, une vraie. En fait, je nous pense incapable de rester plus de deux secondes sans tenter de s’en foutre plein le visage. C’est tellement ridicule que ça m’amuse en réalité. Je me dis surement que pour une fois qu’un mec ne veut pas juste passer la nuit avec moi, ça fait du bien quoi. Ouais, c’est complétement paradoxal, je le sais, vu que notre relation a commencé au moment où justement il n’a pas voulu de moi. Qu’on ne s’y trompe pas, sur le coup, moi non plus je ne comprends pas pourquoi je réagis comme ça, ça m’amuse, on dira. Je hoche la tête positivement pour répondre à sa phrase, oui, je me fiche de lui, mais c’est ce qu’il aime non ? Parce que vraiment, il ne me supporterait pas, il m’aurait déjà viré n’est-ce pas ? Quoi que … Est-ce que je serai partie ? Là est la seule chose à définir il me semble. Une nouvelle fois, je hausse les sourcils quand il force le fait qu’il n’y ait plus de distance entre nous, posant sa main sur moi, sur ma hanche en vérité, je retiens mon souffle pour ne pas de suite la virer, je me calme intérieurement, me disant qu’après tout, je l’ai bien cherché, je n’ai qu’à subir en me taisant. Comme une idiote quoi. « C’est vrai ce que l’on dit sur toi. Tu aimes attirer l’attention, te faire désirer pour finalement les abandonner a leurs désirs. » Je le regarde, surprise, avant de lancer un regard circulaire dans la salle pour comprendre pourquoi il me plante ça d’un coup. D’accord, je ne suis pas dans la meilleure tenue pour passer inaperçue, mais beaucoup de regards sont posés sur moi. Un sourire fin vient se poser sur mon visage, parce que oui, j’aime attirer l’attention. C’est comme ça, ça coule dans mes veines on dira. Mais je ne peux pas être blâmée pour cette raison là, je veux dire, au moins je suis honnête et je sais que toutes les filles aiment être regardées comme ça. Avec envie. Cependant, la seconde partie de sa phrase me plait moins, le fait qu’il sache que j’aime laisser tomber au dernier moment. Que je les laisse sur leurs fins, sans même avoir un seul regret. Ca m’amuse c’est vrai. C’est simple de le faire en vérité. « Qu’est ce que c’est ? Une façon comme une autre de se venger des hommes ? » Je rigole franchement après sa dernière phrase. Je ne me venge de personne, non loin de là. Je me demande franchement ce que je devrai répondre à ça, peut-être même que je ne me dois pas de répondre, mais je crois bien que ça ne fait pas de mal d’être honnête parfois, c’est assez difficile de mentir aussi souvent que ce que je me sais capable de le faire. Alors sans enlever mon sourire de mes lèvres, j’avoue en haussant les épaules trois secondes « Ca m’amuse. » C’est vrai, en fait, on ne fait pas plus véritable, je crois bien. « Ne t’en fais pas, va, je ne suis pas une psychopathe qui a un sérieux problème avec les hommes. » Non, non, aucun traumatisme de ma part, juste un petit jeu, juste pour voir lequel va finir par me faire craquer, celui qui finira par prendre le contrôle, qui me fera fermer ma bouche en vérité. J’ai un côté maso, maintenant, il me semble que ce n’est plus la peine de le cacher. « En fait, j’aime avoir le contrôle. » Je conclue finalement le paragraphe « Et si on parlait de Grace, un peu. » Je n’en suis pas vraiment fan de ce chapitre-là. Il ne faut pas rêver, on danse, il m’emmerde, je l’ennuie, et puis voilà, demain on ne va pas se faire une soirée pyjama, donc ça ne sert à rien qu’il en sache plus que cela.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyMer 22 Jan 2014 - 20:19

avatar
Invité
Invité

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty


Thriller


Le regard pour le moins possessif de la jeune femme à son retour eu le don de me faire sourire, amusé de voir un autre sentiment que l’indifférence ancré sur son visage. Pour autant je ne me faisais pas d’illusion sur la signification, l’amour n’y avait guère de place. Elle aimait m’emmerder, jouer avec mes nerfs, ce qu’elle faisait à la perfection soit disant passant ! Et visiblement la demoiselle était bel et bien décidé à poursuivre dans son objectif, fêter Halloween à sa façon. Rapidement la distance qui séparait nos deux corps fut amoindrie, dansant l’un contre l’autre tandis que mes mains s’en allaient à la conquête de ses hanches. Un geste anodin, dépourvu de mauvaises intentions comparées à celles que je pouvais deviner rien qu’en posant mon regard sur l’attroupement d’hommes qui lorgnaient sur les formes de Grace. D’un naturel sans failles, franc, je lui fis part des rumeurs qui courraient à son sujet, cette fâcheuse habitude de plaire pour finalement abandonner les hommes à leurs frustrations. Nombreuses étaient les femmes qui se prêtaient au jeu. Elle observe les alentours, souris, visiblement satisfaite de ce constat. Je m’interrogeais donc sur ses motivations, sur ce plaisir qu’elle pouvait éprouver en jouant de la sorte. Oh n’allez pas croire que je portais un jugement, à vrai dire j’étais bien mal placé pour juger quoique ce soit. J’étais loin d’être un ange, fort heureusement.. Non, la curiosité l’emportait tout simplement ! « Ca m’amuse. » Ca, j’aurai pu le deviner ! Il suffisait de remarquer la satisfaction qui se trouvait sur son visage chaque fois qu’elle se donnait un malin plaisir à jouer avec mes nerfs. Je n’avais donc nul doute à ce sujet. « Ne t’en fais pas, va, je ne suis pas une psychopathe qui a un sérieux problème avec les hommes. » Je souriais. «  Ais-je l’air inquiet ? » Après tout que pouvait-elle faire contre moi ? Je l’avais déjà éconduite, ne prêtait aucunement attention aux rumeurs, n’avait rien ou plutôt plus rien à perdre. Je ne me sentais donc pas le moins du monde en danger.
« En fait, j’aime avoir le contrôle. » Voilà un sentiment, si ce n’est une devise, que je connaissais que trop bien. Et pour cause, il en était de même pour moi.  Je détestais les personnes qui parvenaient un tant soit peu à avoir une emprise sur moi, les maudissais pour m’insuffler le peu de bonté qui me restait encore malgré cette promesse faite à moi-même de ne plus m’attacher, de ne plus me laisser attendrir par mon entourage. Je me voulais sans attache, libre comme l’air et voguant vers de nouveaux horizons chaque fois que l’envie me prenait.  J’aimais être libre de mes pensés, de mes gestes quitte à manipuler et à prendre la vie comme un jeu d’échec grandeur nature. Ironie du sort, ce fut l’instant choisi par notre ivrogne de service pour revenir à la charge, m’affublant d’un coup dans le dos si bien que mon corps en vint à bousculer la demoiselle. Tout deux à terre, le corps de Grace se trouvant sous le mien, j’eu pour réflexe de passer une main sous sa nuque tandis que je prenais appuis sur mon autre bras. «  Le contrôle hein Tu vas bien ? »  D’un regard relativement rapide je m’assurais qu’elle ne présentait pas de blessures apparentes. Un fin sourire sur les lèvres, ce qui en soit n’annonçait rien de bon pour le coup, je l’abandonnais sans plus attendre pour me jeter sur l’homme bien trop ivre pour avoir un quelconque réflexe. Un coup, puis deux, je n’avais aucun scrupule à lui rendre la monnaie de sa pièce, visant son visage puis son abdomen avant d’être interrompu par les vigils qui m’attrapèrent par le bras. Je savais que trop bien qu’ils ne feraient pas de différence, qu’ils ne chercheraient pas à savoir celui qui, des deux, était en tord. Nous étions tout deux pris pour cible. Mon moral étant loin d’être en berne, j’adressais un sourire amusé à Grace. « Tu m’excuses ! Mais je pense que tu n’auras aucun mal à trouver une bonne âme pour le reste de la soirée. Ohé doucement avec mon bras ! » « Arrête tes manières et avance” Il resserrait son emprise par l’intermédiaire d’une clé de bras parfaitement exécutée, me forçant ainsi à rejoindre la première issue qui donnait sur une ruelle assombrie. « Dégagez de là ! » Abandonné, je replaçais mes vêtements avec agacement avant de reporter mon attention sur cet ivrogne de haut niveau. Il grommelait, insultait les vigils comme ma personne de petits noms d’oiseaux qui m’échappaient. Mon seuil de tolérance fut cependant atteint lorsqu’il en vint à s’approcher de moi, encore, toujours plus prêt tout en gesticulant dans tous les sens. Il envahissait mon espace vital, cette distance que je comptais bel et bien conserver en lui offrant un ultime coup au visage en guise de conclusion. «  Bordel qu’est-ce que ça soulage ! » J’inspirais lentement, fermant les yeux le temps de remplir mes poumons de cet air qui me paraissait soudainement plus pur. Je renouais avec le passé, ce caractère qui était le mien.  Glissant ma main dans la poche arrière de mon jean, je ne tardais pas à y trouver mon paquet de cigarette, y attrapant l’objet de mes désirs pour le porter à mes lèvres. Douce souffrance, offrant à mon corps cette toxine qu’il me réclamait chaque fois que mes nerfs se trouvaient mis à l’épreuve. Pour autant mon visage laissait entrevoir un tout autre sentiment, le reflet d’un homme apaisé, un sourire à peine distinct ancré sur mes lèvres. « Quoi ?! Aucun n’a succombé à ton charme ?  Parce que malheureusement les soldes viennent tout juste de se terminer.» Grace m’avait rejoint pour une raison qui m’échappait, elle qui semblait pourtant décidée à passer une soirée digne de ce nom. Je jetais à coup d’œil à l’homme, presque inconscient et avachi contre l’une des énormes poubelles qui rendait à cette ruelle tout son charme…
CODE BY APACHE.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptySam 25 Jan 2014 - 14:37

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 28
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty

Je commence à en avoir marre de notre proximité qui ne sert à rien. Je me demande un peu à quoi on joue. Bon d’accord, le but premier de cette danse était de me sauver, mais maintenant que ce problème là on peut arrêter ? Je crois bien que je n’aime pas faire les choses sans avoir un vrai but en tête, et là, je ne vois pas vraiment pourquoi on continue. J’avoue que je ne suis pas de celles qui aiment se faire remballer plusieurs fois, alors cette danse elle ne risque pas de nous emmène dans un lit ou je ne sais quoi, puisque le monsieur s’évertue à dire qu’il ne veut pas de moi. Et ses questions, les rumeurs et ma révélation. Pas si grande que cela, qu’on ne s’y trompe pas. Juste la vérité, parce que de toute façon ce n’est pas un secret. « Ais-je l’air inquiet ? » Pas le moins du monde et je souris juste quelques secondes avant de dire enfin pourquoi je fais tout ça. Oui, pour avoir le contrôle, pour ne jamais me faire avoir. Pour ne pas me retrouver piégée comme mon frère l’est. Je refuse de m’approcher de l’amour, de prêt comme de loin. J’aime être libre, être maitre de moi. Avoir le vrai contrôle de ma vie, de mes pensées, et des personnes que je choisi d’accepter. Cela fait un peu peste, je sais, mais je l’assume totalement. Je suis comme cela, c’est tout. Je m’apprête à tenter de changer de sujet parce que j’ai horreur de parler de moi, il doit le savoir vu mon expression, mais je n’ai pas le temps, tout simplement. J’ai l’impression de n’entendre que le bruit sourd du coup qu’il vient de prendre dans le dos, mais surtout à cause de moi. Sans que je ne le comprenne ou encore ne le voit venir, il est déséquilibré et tombe littéralement sur moi. J’en ai le souffle coupé juste un instant. Non pas parce que j’ai mal, mais surtout parce que je ne m’y attendais pas. « Le contrôle hein Tu vas bien ? » Il me détaille quelques secondes, mais pour ma part je me fiche de savoir si je vais bien. Non, je ne me concentre que sur ce qu’il fait lui, et comment il se relève rapidement pour se jeter sur l’homme qui vient de le frapper. Tandis qu’il le massacre, oui, c’est le seul mot qui me vient en tête à ce moment-là, je me redresse, me remets sur mes deux pieds, frotte mes jambes de mes mains. Je me demande si je dois aller les séparer, mais vu l’état de Tylian, je devine que je n’arriverai à rien. Et que je risque surement de prendre un coup si je le fais. Cependant, dieu merci, c’est à ce moment-là que les vigiles choisissent d’agir. Séparant enfin les deux hommes, mais surtout m’enlevant mon cavalier improvisé. « Tu m’excuses ! Mais je pense que tu n’auras aucun mal à trouver une bonne âme pour le reste de la soirée. Ohé doucement avec mon bras ! » Qu’il prononce avec un sourire aux lèvres quand ils l’amènent loin de moi. Replaçant mes cheveux derrière mes oreilles en un mouvement nerveux, je regarde vers où ils vont, et c’est en soupirant que je ne perds pas de minute pour me décider, je sais que je vais les suivre. J’accélère mes pas, me fait un chemin dans la foule pour suivre le rythme, mais non, je ne suis pas assez rapide et quand j’arrive enfin à l’extérieur, Tylian a déjà asséné son dernier à ce mec qui est venu nous faire tant chier. Une cigarette dans la bouche, il en vient à me donner envie de fumer aussi, mais je ne le fais pas de suite, d’abord, je regarde son visage, cherchant à y voir s’il n’a rien. « Quoi ?! Aucun n’a succombé à ton charme ? Parce que malheureusement les soldes viennent tout juste de se terminer.» J’esquisse un petit sourire, je le trouve beau, mais je sais que ce n’est pas le moment. Je me sais attirée par les mauvais garçons et ce soir il vient de me prouver qu’il n’est pas des plus gentils. En soupirant, je lève les yeux au ciel, révélant qu’il m’agace un peu à toujours faire celui qui en a marre de moi. Ouais, parce que je refuse tout simplement de croire que c’est vraiment le cas. C’est peut être une erreur de ma part, mais je m’en fiche c’est comme ça. Je passe ma langue sur mes lèvres, avant de les mordre pour m’empêcher de dire quelque chose que je pourrai surement regretter. Perchée sur mes hauts talons, je parcours sans y penser les quelques mètres qui nous sépare encore, je m’approche de lui simplement, sans arrière-pensée, enfin il me semble quoi. « Je voulais que personne ne succombe à mon charme, nuance. » Faux. Je n’avais même pas imaginé finir la nuit avec un autre mec alors qu’il venait de se passer ça, je suis ne pas celle qu’il croit. Ma main vient se poser sur sa joue, naturellement je crois, je ne crains pas qu’il me rejette, s’il a envie de le faire, qu’il le fasse, de toute façon, je ne fais strictement rien de mal ici. Alors s’il le pense, tant pis. Je le caresse quelques secondes en respirant calmement avant d’afficher une mine un peu contrariée, mais surtout inquiète en réalité. Dans un murmure, presque collée à lui, je demande simplement « Tu n’as rien … ? » Je ne cherche rien d’autre que de me rassurer, je jure que c’est presque vrai.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyLun 3 Fév 2014 - 19:10

avatar
Invité
Invité

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty


Thriller


Ainsi je me retrouvais dans une ruelle en compagnie de cet ivrogne, toujours aussi agité et provocateur dans l’âme. Il mettait à rude épreuve mes nerfs, jouait avec ma patience qui jusque là, s’était montré sans failles. Malheureusement pour lui j’étais doté d’un fort penchant pour la violence, elle coulait dans mes veines, faisait partie intégrante de ma vie bien que je m’efforçais de le nier depuis plusieurs années déjà. Que ne fut pas ma délivrance lorsque mon poing vint à l’encontre de son visage, lui laissant ainsi pour unique souvenir une douleur qui serait assurément encore présente à son réveil. Je renouais avec ce sentiment de liberté, la possibilité de faire ce que bon me semble sans me soucier un seul instant d’heurter la sensibilité de mon entourage. J’abandonnais les nombreuses facettes de ma personnalité pour retrouver celle que je jugeais le plus en accord avec ma personnalité, avec mon histoire. Je me sentais bien, soulagé d’un poids qui semblait écraser jusque là mes larges épaules. Sans l’ombre d’un remord, j’apportais à mes lèvres une cigarette, tirant une première bouffée avant de remarquer la présence de Grace non loin de là. J’aurais pu m’inquiéter de sa présence, aurait pu feindre une nouvelle agression qui justifierait l’état dans lequel se trouvait l’homme mais je n’en fis rien. Je n’étais pas du genre à m’excuser, ni même à me justifier. J’optais donc pour le détachement, l’interrogeant sur sa présence qui m’étonnait quelque peu. Après tout elle ne manquait pas de succès, pouvait amplement profiter de sa soirée en compagnie d’hommes qui ne manqueraient pas l’occasion de se sentir désirer. « Je voulais que personne ne succombe à mon charme, nuance. » Je recrachais non sans un sourire un fin nuage de fumée, l’observant s’approcher sans grande appréhension. Cette fille était étrange. Plus je la repoussais plus elle s’accrochait. A l’inverse, plus nous étions proches, physiquement il va s’en dire, plus la contrariété semblait gagner son visage comme un peu plus tôt alors que j’avais eu le malheur de poser mes mains sur ses hanches. C’était à ne plus rien comprendre, mais cela ne m’importait guère. « Pourtant il s’agit bien là du jeu auquel tu te livres habituellement non ? Allons…aucun n’a su attirer ton attention ? » Je tirais une nouvelle bouffée, sans vraiment en profiter cette fois tant la distance de nos deux corps se trouvait anormalement réduite. Je l’interrogeais du regard, haussant un sourcil quand elle en vint à déposer sa main sur ma joue pour y glisser quelques caresses. « Tu n’as rien … ? » Silencieux dans un premier temps, je l’observais, presque impassible à ce regard qui laissait paraitre une certaine inquiétude. Pouvais-je seulement croire ce que je lisais dans son regard ? Elle qui reconnaissait être une joueuse hors pair ? Ma main vint naturellement se poser sur la sienne, la retirant de ma joue sans pour autant la délivrer de toute emprise. Non…je la conservais dans la mienne, proche de mon visage tout en veillant à ne pas nous bruler avec mon mégot qui se trouvait coincé entre deux de mes doigts. «  Qu’est ce qui se passe Grace, tu t’inquiètes pour moi maintenant ?» Un fin sourire sur les lèvres, j’imposais à sa taille mon autre main, la forçant ainsi à reculer jusqu’à ce qu’elle se retrouve dos au mur, coincée tandis que nos deux mains liées vinrent, à mon initiative, se plaquer à leur tour contre les briques de la façade. « Où est-ce qu’il s’agit de ton petit jeu ? Si c’est le cas je te conseille vivement d’arrêter, je ne suis clairement pas comme tout ces abrutis que tu rencontres. » Je quittais son regard pour l’homme qui se trouvait à nos côtés, ivre mort et inconscient pour finalement retrouver celui de Grace, plongeant à nouveau dans son regard tandis que je conservais cette proximité qu’elle avait elle-même créée en me rejoignant dans la ruelle. Je refusais d’être ce pantin, d’être comme tous mes camarades qui avaient eu le malheur de la croiser pour se retrouver livrés à eux même, aux ambitions qu’ils nourrissaient auprès de la jolie brune. Non…je n’étais clairement pas de ceux qui se faisaient manipuler, en ce jour comme ceux à venir. Je rendais la liberté à sa main, la mienne s’en allant replacer l’une de ses mèches rebelles tandis que mes lèvres se faisaient presque intrusives, effleurant les siennes dans un sourire aussi léger que la brise qui embrasait ma cigarette. « Ne joue pas avec le feu si tu n’es pas prête à te bruler»
CODE BY APACHE.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyDim 9 Fév 2014 - 21:18

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 28
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty

« Pourtant il s’agit bien là du jeu auquel tu te livres habituellement non ? Allons…aucun n’a su attirer ton attention ? » Je tente un sourire, pas très grand, signifiant tout bêtement que non, aucun d’eux n’avait su attirer mon attention, mais surtout que je ne le voulais pas. Il me semble que Tylian ne comprend pas que dans la majorité des cas c’est moi qui mène la danse. Je secoue le visage naturellement lorsque je m’approche de lui, je ne sais pas trop ce qu’il me prend, pourquoi je brise les limites qu’il a instauré depuis le jour où il m’a rejeté. Peut-être justement que c’est parce que c’est lui qui les avait instauré et il faut croire que je ne suis douée pour écouter que pour un laps de temps minimum. Je lui demande alors comment il va, je ne mentirai pas, dans mon geste il y a de l’innocence, c’est vrai, mais il n’y a pas que cela. Mais ce n’est pas comme si c’était nouveau, je ne suis jamais innocente, en vérité. De toutes les façons, lorsqu’une femme touche un homme et inversement, rien n’est anodin à partir de ce moment-là. Je le sais, il le sait. Point. Ma main sur sa joue, la sienne qui vient m’arrêter dans mon mouvement. Je ferme les paupières l’espace d’un millième de seconde, j’attends qu’il me rejette, qu’il se mette à me hurler qu’il en a ras le bol de moi. Cependant, non, ce n’est pas ce qu’il fait, lorsque je rouvre les yeux ma main est toujours dans la sienne et ses prunelles me fixent sans sourciller, je sens, je sais, que je vais regretter tout ça. « Qu’est ce qui se passe Grace, tu t’inquiètes pour moi maintenant ? » Sans mot dire, je me laisse faire lorsqu’il pose son autre main sur ma hanche, lorsqu’il force mon corps à se mouvoir selon ses envies. Je respire à moitié, devinant presque ce qui nous attend. J’en reste bouche bée, c’est vrai. A la question de savoir si je m’inquiète pour lui, j’ai juste envie de répondre que oui, sauf que dans l’instant, je m’inquiète un peu pour moi aussi, alors je préfère me taire, attendre avant de me prononcer. Le sourire qui est posé sur ses lèvres n’annonce rien de bon ou bien au contraire en fait, quelque chose de trop bon. « Où est-ce qu’il s’agit de ton petit jeu ? Si c’est le cas je te conseille vivement d’arrêter, je ne suis clairement pas comme tous ces abrutis que tu rencontres. » Je retiens ma respiration, je ne sais pas quoi ajouter. Je ne sais pas si je suis en train de jouer, je pourrai presque le jurer. Presque, pas vrai ? Parce qu’en fait tout est question de jeu avec moi, toujours. C’est comme ça. Ses yeux me quittent et je les remercie de le faire parce que je me soupçonne de rougir est la cause est que je ne contrôle absolument rien dans le moment, c’est déroutant, bon sang. Tandis qu’il regarde le mec qui nous a mené jusqu’ici moi je réfléchis, et quand il se tourne à nouveau vers moi, je me contente de prononcer « Je sais. » Ouais, j’ai compris que ce n’était pas un mec qu’on peut mener par le bout du nez. J’ai assimilé. Je me demande quand même comment on a pu en arriver là, à ce joli n’importe quoi. A ne plus savoir sur quel pied danser. A ne plus comprendre ce qui est en train de se passer. Je me dois de lui sortir une phrase piquante, juste maintenant, pour qu’il arrête de me regarder avec ses yeux là, qu’il arrête de penser à je-ne-sais-quoi. Sa main rend sa liberté à la mienne et je me demande si cela ne serait pas le bon moment pour fuir, pour tout stopper, pour le rendre dingue par mon acte. Mais alors que j’ai toutes ces pensées en tête, il replace mes cheveux derrière mon oreille, ce mouvement me glace et je ne bouge pas, ne le fais pas lorsque ses lèvres se rapprochent de ma bouche. « Ne joue pas avec le feu si tu n’es pas prête à te bruler. » Je vomis son sourire en coin autant que la perfection de sa réplique. Je mords mes lèvres pour me laisser le temps de réfléchir, décider de ce que je vais faire, de s’il va me haïr parce que c’est maintenant que je m’en vais, ou du reste quoi. Je n'ai pas envie de me prendre la tête et j'avoue avoir pensé plusieurs fois ce que ça ferait si on était un peu plus proches lui et moi. Après tout, si je n'y avais pas pensé, on ne serait pas ici ce soir, c'est la stricte vérité. Alors dans ma réflexion je me perds un peu, j'ai du mal à respirer, à mettre de l'ordre dans mon esprit, et puis ... Puis je me décide, j’arrête de réfléchir, j’attrape le col de son t-shirt, sa chemise, j’en sais strictement rien, mais je profite de mon mouvement pour avancer à nouveau mon visage vers le sien. Et avant de poser mes lèvres sur les siennes, je murmure « Je me brûle … » Je ne sais pas où ça va nous mener, mais j’avoue que le gout de sa bouche ne me dérange pas. J’adore ce jeu là.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyLun 17 Fév 2014 - 21:01

avatar
Invité
Invité

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty


Thriller


Nous étions l’un contre l’autre, nos regards ne faisant plus qu’un tandis que je la mettais en garde quant à ses intentions. Je refusais d’être ces hommes qu’elle côtoyait la nuit, qu’elle affolait en un sourire pour finalement les abandonner à leurs tristes sorts. Ma courtoisie et ma gentillesse connaissait quelques limites et ce soir, Grace en avait un petit aperçu de par cet homme qui trônait à nos pieds. Nul doute qu’il était dans son intérêt de ne pas me confondre avec un pantin, l’un de ceux qu’elle pourrait manipuler à sa guise. « Je sais. » . Elle se reconnaissait donc comme avertie, consciente que le jeu dans laquelle elle s’apprêtait à entrer ne dépendait pas uniquement de son bon vouloir.  Je scrutais son regard avec attention, y cherchant une faille dans laquelle me faufiler et ce, non sans un sourire. J’imagine que là était la motivation de mon geste, de ma main qui vint lentement replacer l’une de ses mèches de cheveux à l’arrière de son oreille. Bien que plaqué contre le mur, je lui laissais une opportunité de fuir, de s’envoler dans la pénombre  à l’image de ma cigarette qui se consumait à une vitesse folle. Etrangement elle n’en fit rien, se mordant les lèvres d’un air peu décidé pour finalement s’emparer du col de ma chemise afin de se rapprocher, un peu plus encore, de mes lèvres. « Je me brûle … » Sans perdre une seconde  de plus, elle m’offrit un baiser que je prolongeais non sans une certaine passion. Je m’abandonnais à ses lèvres, flirtant avec son souffle que je pouvais sentir s’éteindre sur les miennes. Ne prenant aucunement la peine de rompre cette proximité, j’abandonnais ma cigarette à son triste sort pour m’agripper de mes deux mains à ses hanches que je maintenais à présent contre mon corps. Ses formes épousaient les miennes, sentant son corps se cambrer légèrement de par mes mains qui exerçaient une certaine pression avant que l’une d’entre elles ne s’échappe le long de sa colonne. « Eloignez vous de lui » Une voix survenue de nulle part vint cependant nous interpeller, interrompant les prémices d’un je ne sais quoi qu’il nous était à présent impossible de découvrir. Mon front contre celui de Grace, je détournais mon regard de la demoiselle pour le groupe d’hommes qui se tenait à l’entrée de la ruelle. «  Pourquoi donc ne pas suivre tes propres conseils… » Ma voix se faisait calme, peut-être trop calme compte tenu de la situation. « Je vous ai dis de vous éloigner de lui »  La main de notre interlocuteur vint pointer l’homme inconscient qui jonchait encore le sol. Ainsi donc il n’était pas dépourvu d’amis, avait pris le soin d’appeler la cavalerie avant de lancer sa seconde attaque un peu plus tôt sur la piste de danse. Voila qui était…intelligent, pour un homme ivre.  Les deux autres hommes se faisaient menaçants, croisant les bras pour nous indiquer qu’ils étaient prêts à en découdre malgré la présence d’une dame. Mon sourire vint naturellement se glisser sur mes lèvres, pouvant presque imaginer ce père, que je n’avais plus, se tenir devant moi. Il n’y avait pas plus tentant comme image, pas plus irrésistible que cette envie de voir mon poing s’abattre sur ce visage qui illustrait un mélange d’autorité et de violence que je connaissais que trop bien. « Il y a une moto à une rue d’ici…prend mes clés de ma poche arrière et attend moi. Je t’y rejoins, compris ? » « Hey ! Vous mijotez quoi tous les deux à chuchoter comme ça ? » Je ne lui laissais de toute façon pas le choix, me faisant particulièrement docile, un peu trop pour être vrai, en faisant face à nos assaillants tandis que mon bras vint naturellement se placer devant Grace de façon à ce qu’elle se retrouve derrière moi.  Une occasion pour elle de se saisir de mes clés, mais aussi de filer à contre courant. « Je lui disais combien vous avez l’air d’une bonne brochette d’abrutis » Ils firent un pas en ma direction, j’en reculais d’un pour maintenir une certaine distance. « Ah ah ah que de la gueule ! » Un rictus en vint à se peindre sur mon visage, en désaccord total avec les propos tenus par cet homme bien trop sur de lui. Il était en position de force et il le savait que trop bien. Pour ma part j’abordais une approche différente, conscient que j’y laisserais quelques plumes cette fois-ci. Pas sans me défendre néanmoins, attrapant discrètement une barre métallique dont la présence relevait presque du miracle. Sournois dans l’âme, je pris le soin de la plaquer contre mon dos, jouant sur l’effet de surprise comme je l’aimais tant. Un combat inégal mais qui assurément saurait faire ressurgir mes plus bas instincts. « Voyons voir à quel point vous tenez à votre petit copain » Il n’en fallut pas moins que cette invitation pour les voir surgir, m’encercler pour finalement m’affubler de coups dont certains furent impossible à éviter.
Me voilà pourtant entrain de courir dans la ruelle quelques minutes plus tard, poussé par l’adrénaline et empruntant le même chemin que Grace un peu plus tôt. Il ne me fallut pas bien longtemps pour la retrouver, lui adressant un sourire tout en lâchant un   «  Je t’avais dis que je te rejoindrais. » non sans une petite touche d’amusement. Naturellement je pris les commandes, enfourchant ma moto sans plus attendre. «  Alors, je te ramène chez toi où tu optes pour une petite balade sur les routes de l’enfer ?  C’est Halloween après tout… » Je n’évoquais aucunement mon état, ou encore celui des hommes que j’avais abandonné sans le moindre remords. C’était Halloween, une nuit d’enfer et le moins que l’on puisse dire, c’est que je me sentais particulièrement vivant.

Spoiler:
 
CODE BY APACHE.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyDim 23 Fév 2014 - 2:29

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 28
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty

Je ferme les yeux, profite sans y penser, me délecte du gout de ses lèvres, du fait qu’il cède, ou surement que c’est moi qui cède. Je ne saurai le dire, après tout, je lui courrai après, je le voulais, mais lui a posé des conditions alors je ne sais pas qui a baissé les armes en premier. J’en sais rien et je m’en fiche, mes lèvres dansant avec les siennes je ne pense plus à rien, ses mains agrippant mes hanches je perds mon souffle, et mes sens, je m’accroche à lui comme je le peux et je me rends compte que ce baiser me donne le vertige un peu. « Eloignez vous de lui » Je n’arrive pas à définir si je suis heureuse que cette voix soit venue briser l’instant ou si je maudis l’homme qui a dit cela. Cependant je ne peux pas nier que je suis plutôt contente du fait qu’il ne s’éloigne pas vraiment de moi pour répondre à cette personne qui est en train sérieusement de m’emmerder. « Pourquoi donc ne pas suivre tes propres conseils… » Étrange le ton de sa voix me perturbe l’espace de quelques secondes, j’ai comme l’impression qu’il est le calme avant la tempête, seulement, je n’ai pas réellement le temps de réaliser, je ne fais que l’imaginer, s’il a pu se battre avec l’ami de notre trouble-fête lorsqu’on était dans le bar surement qu’il va le faire maintenant, je le sens venir, peu importe ce que je pourrai tenter de dire pour les calmer « Je vous ai dis de vous éloigner de lui » Je respire lentement, j’appréhende, tentant de voir dans les yeux de Tylian une once de je ne sais quoi qui pourrait me dire ce qu’il peut avoir en tête à ce moment précis, sauf que je n’y arrive clairement pas « Il y a une moto à une rue d’ici…prend mes clés de ma poche arrière et attend moi. Je t’y rejoins, compris ? » Je hoche le visage positivement, nouvellement soumise à la suite de ses paroles. « Hey ! Vous mijotez quoi tous les deux à chuchoter comme ça ? » Je ressens que ça va tourner au cauchemar, que de cet Halloween je vais m’en souvenir encore longtemps et peut être pas comme je le désire. D’un mouvement de bras il me force à me retrouver derrière lui où je m’exécute, attrape ses clefs, et attends le bon moment pour m’échapper. « Je lui disais combien vous avez l’air d’une bonne brochette d’abrutis » Et tandis qu’il s’approche de lui, moi je ferme les yeux fortement comme une idiote qui veut faire disparaitre une mauvaise vision, un genre d’hallucination. Je ne peux sérieusement pas le laisser comme ça ? Non, je n’ai pas le droit … « Ah ah ah que de la gueule ! » Ca va partir, il n’y échappera pas, et moi je me blâme d’être la cause de cela, après tout, j’ai provoqué en retirant ce foutu costume de citrouille pour prouver qu’en tenue plus dénudée personne ne peut me résister, je suis l’idiote de l’histoire et c’est Tylian qui va le payer, bon sang, sur le coup, ouais, je me hais. « Voyons voir à quel point vous tenez à votre petit copain » Top départ. Dans les deux côtés, lui pour sa bataille et moi pour ma fuite, je me sens mal, j’ai envie de vomir quand j’accélère le pas pour fuir l’endroit. Je me maudis d’avoir provoqué cela, me maudis aussi de le laisser seul face à eux et de ne pas tenter de faire quoi que ce soit, moi. Après quelques minutes, je me retrouve face à la moto, seule, et vraiment pas dans un bon état, mental, qu’on ne s’y trompe pas. Je respire rapidement, sentant mon cœur s’accélérer à chaque fois que j’entends un bruit autour de moi et que j’imagine que c’est Tylian qui arrive pour qu’on puisse se tirer. Et puis enfin, des bruits de pas, et sa silhouette qui apparait, moi je soupire, soulagée. « Je t’avais dis que je te rejoindrais. » Je ne sais pas quoi penser de son petit air presque fier, je me contente de scruter son visage pour voir si je peux arriver à le trouver pas trop abimé, ce à quoi je ne parviens pas, évidemment, il a dérouillé. Il est sauf, ok, mais il a pris des coups, il ne peut pas le nier. Tandis que je reste sans voix et sans mouvement aussi, lui prend place sur sa moto. « Alors, je te ramène chez toi où tu optes pour une petite balade sur les routes de l’enfer ? C’est Halloween après tout… » Je passe ma langue sur ma lèvre inférieure avant de mordre cette dernière. Je n’hésite pas longtemps pour dire vrai, perchée sur mes talons, je m’approche de la moto pour m’installer derrière lui, un petit sourire en coin. Dans un geste naturel, c’est vrai, mais surtout automatique, j’encercle son ventre de mes bras, m’accrochant à lui sans me blottir contre son corps, enfin, presque pas, j’attends qu’il démarre mais surement qu’il doit attendre mes instructions pour le faire, alors avec un brin d’excitation dans la voix je lui dis « On se fait une virée jusqu’en enfer. » Ouais, l’idée ne me dérange carrément pas, rouler sans but réel, vivre cette soirée en étant persuadée que je suis libre de tout et de n’importe quoi mais surtout que le monde s’offre à moi. Je pourrai me contenter de cela, pour dire vrai, mais il faut croire que je n’en ai pas envie, qu’avec moi il n’y a pas de limite, pas de chose que je fais juste à moitié, quand je veux quelque chose, je le fais, et ce soir, à l’évidence, c’est lui que je veux, même si je n’y avais pas songé lorsque nous étions aux prémices de notre joute verbale habituelle, ça non, je n’y aurai jamais pensé, mais il faut croire que c’est différent maintenant et que je ne peux pas m’empêcher de lui dire puisque je n’ai que ça en tête et que j’aime particulièrement la sincérité. « Et après tu me ramènes chez toi … » Finalement, je me colle à lui, le visage proche de son épaule, prête pour partir et comme s’il n’attendait que cela, le voilà qu’il tourne la clef. Jusqu’en enfer, ça me plait.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyDim 16 Mar 2014 - 21:05

avatar
Invité
Invité

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty


Thriller


Mes pieds me portaient sans grand mal, avançant toujours plus vite dans l’espoir de ne pas être rattrapé par mes assaillants que j’avais lâchement abandonné à leurs sorts, en compagnie de cet ami qu’ils espéraient venger dans une confiance un peu trop certaine.  Car si mon corps se trouvait douloureux par les coups reçus, si ma lèvre se retrouvait tout aussi fêlée que mon cœur, un petit sourire trônait mystérieusement sur ces dernières.  L’avantage d’un passé tortueux était la résistance avec laquelle nous étions en capacité de faire face à la souffrance, à cette douleur physique et psychologique que peut parfois nous réserver la vie. Là fut mon avantage, aucun de leur coups ne m’étaient inconnus tandis que les miens se déversaient telle une pluie torrentielle. Je retrouvais finalement Grace auprès de mon deux roues, statique et presque inquiète de la suite des évènements. Je lui adressais un fin sourire,  lui indiquant ainsi qu’il ne s’agissait là que d’un peu de casse, rien de plus, tandis que je pouvais sentir son regard s’attarder sur chaque traits de mon visage en guise d’expertise.  Grimpant sur la moto, je lui laissais libre choix de ce qu’elle désirait pour le reste de cette nuit sensé accueillir tous les démons de minuit.   « On se fait une virée jusqu’en enfer. » Le contraire m’aurait étonné, elle que je connaissais pour sa liberté, cette habitude qu’elle avait de n’en faire qu’à sa tête et ce, peu importe les ‘qu’en dira t-on ?’. Un point que nous avions en commun, bien que jusqu’à ce soir je m’étais toujours efforcé de contenir mes plus bas instincts. Je restais libre de mes mouvements, de mes faits et gestes et pourtant, je jouais avec les apparences, enfilait bien des visages sans véritablement m’y reconnaitre pleinement. Du moins jusqu’à ce soir, jusqu‘à ce que mon poing ne viennent s’abattre sur ceux qui s’était dressé sur notre route. Naturellement Grace prit position à l’arrière, ses bras venant m’encercler de toute part, tandis que ce même sourire, un brin amusé, restait ancré sur mes lèvres. « Et après tu me ramènes chez toi … » Un sourire qui se fit plus large, devinant, pour une fois, ses pensés les plus secrètes. Ainsi donc elle regrettait ce petit moment passé à deux, cette interruption subit un peu plus tôt alors qu’elle s’était emparé de mes lèvres dans une ultime provocation. Je n’allais bien évidemment pas m’en plaindre, mais la jolie brune se devait de se rappeler que je menais la dance, qu’aucun retour en arrière ne serait aucunement possible. « Accroche-toi » Elle apposait sa tête contre mon épaule, je souriais, faisant gronder le moteur en guise de prémices à cette nouvelle aventure dépourvue de règles, à commencer par l’absence de casque, pour elle comme pour moi, tout deux mis sur un pied d’égalité. Top départ pour les enfers, pour la vitesse et une promenade sans réel but. Tout comme la demoiselle je n’étais pas friand des longues discussions sur ma vie, présent et passé confondus. Je préférais à cela ces moments, fait de silence et de sensations décuplées à mesure que je prenais de la vitesse. Il n’y avait rien de tel, rien de comparable à se sentiments de liberté qui s’emparait de vous, comme ci le monde s’offrait à vous, comme-ci rien ne pouvait vous arriver. Nous dévalions à toute vitesse les grandes avenues, idéales pour prendre en vitesse, zigzaguer entre les quelques véhicules encore en circulation par cette heure tardive. J’observais la demoiselle dans le rétroviseur, guettais une quelconque réaction, plaisir ou déception dans l’espoir d’y observer le moindre signe d’encouragement, son envie de poursuivre alors que nous nous apprêtions à quitter la ville..Il y avait ces longues routes, faites de grands virages et nous offrait à présent un tout autre paysage qu’une succession de bâtiments.  Mon esprit vagabondait tandis que mon corps ne faisait qu’un avec mon véhicule, mais aussi avec Grace qui se cramponnait toujours à ma taille. Sur mes lèvres, ce même petit sourire, révélateur de ce plaisir qui m’avait gagné depuis que j’avais décidé de lâcher prise. J’avais perdu toute notion de temps si bien qu’il m’était impossible de dire combien de temps nous avons roulés ainsi, libres de toutes contraintes avant de retrouver le parking du campus.

J’éteignais le contact, laissais descendre Grace dans un petit sourire amusé avant d’en faire de même. Il n’était pas difficile de deviner la suite des évènements si l’on en croyait toujours ses paroles d’un peu plus tôt, si elle n’avait pas changé d’avis depuis. Après tout elle était connue pour faire marche arrière quand tout se concrétisait. Je l’avais cependant mise en garde, qu’elle devait être prête à se bruler si elle désirait s’aventurer dans le monde qui était le mien. «  Je suis impressionné par ton calme en toutes circonstances. »   Après tout elle n’avait pas été si impressionné que cela par les hommes qui s’en était pris à nous, tout comme la vitesse que à laquelle nous avions roulé et cela, sans le moindre filet de sécurité.  Non…pour une raison qui m’échappait elle s’était abandonné à ma personne, et pour être tout à fait honnête, je comptais bien renouveler l’exploit. «  Voyons voir quelles sont tes limites » Je ne dissimulais aucunement mon amusement, laissait entrevoir un petit jeu dont j’étais le maitre et bien sur, une invitation à y prendre part. Allait-elle seulement prendre le risque ? Je reculais de quelques pas, sans pour autant la lâcher du regard, me permettant même un petit haussement de sourcils devant tant de mystères. Il lui était impossible de refuser, du moins pas tout de suite, pas sans savoir ce que je lui réservais. Oui, je comptais bel et bien sur sa curiosité, sur ce sentiment de liberté qui semblait tant l’inspirer. Et quoi de mieux pour cela que d’enfreindre plusieurs règles ? Mes pieds me portèrent jusqu’à l’aile ouest, trouvant sans grande difficulté le couloir qui menait aux bureaux administratifs. «  Monsieur Lawrens, il me semble que votre chambre se trouve dans l’autre aile ! » Endroit connus pour être particulièrement surveillé, régulièrement visité par un jeune professeur qui ne pouvait s’empêcher de faire du zèle par des heures supplémentaires, ou encore par la simple présence du gardien, celui-ci faisant des rondes pour s’assurer du calme et qu’aucune tentative d’intrusion ne soit portée aux locaux.   « Vous dites vrai, mais…J’ai croisé Grace sur le campus alors qu’un groupe de jeunes complètement saouls s’en prenait à elle. J’ai réussis à les éloigner, mais je ne voulais pas prendre le risque de ne pas la raccompagner. On ne sait jamais… » Mon sourire avait laissé place à un étrange mélange d’inquiétude et de souffrance, tandis que ma lèvre légèrement fêlée attestait d’une histoire qui au final, s’annonçait toute aussi véridique que les contes raconter aux enfants. Peu méfiant, il en vint simplement à jeter un simple regard en direction de Grace, comme pour s’assurer que cette dernière se trouvait indemne. « Vous avez bien fait ! Raccompagnez mademoiselle Nolan et allez me soigner tout ça. Je vais voir ce qui se passe ! Ah les jeunes de nos jours, les jeunes !!! » Qu’il était bon de constater que je n’avais en rien perdu dans la maitrise de mes émotions, mais aussi dans l’art de manipuler mon entourage. L’homme particulièrement agacé pris la direction du campus, oubliant chacune de ses affaires à commencer par ces clés sur la serrure….cette homme n’avait plus de secret pour moi. Il était tout aussi réglé qu’une horloge, prenait à cœur son travail si bien qu’il en devenait maladroit chaque fois que la situation était amenée à se compliquer. Comme ce soir de par ce groupe de jeunes fantômes complètement saouls qu’il pourchassait à présent. « Oups…lui aurais-je donné une mauvaise information ? Je ne suis pas plus tout à fait sûr…» L’amusement était de nouveau peint sur mon visage tandis que mes mains s’emparaient des clés. Je m’avançais à présent vers le bureau de la doyenne, ce sanctuaire que nul étudiant n’avait certainement osé bafouer en y mettant les pieds en dehors des convocations qui lui arrivait de donner. Je dû m’y reprendre à deux reprises pour trouver la bonne, un large sourire venant égayer mes lèvres alors que je jetais à présent le trousseau en direction de la porte sur laquelle elles se trouvaient initialement. Sans la moindre hésitation, sans me poser la moindre question, je fis mon entrée dans cette salle où les plus grandes décisions étaient prises. « La déco est un peu…vieillot, mais je pense pouvoir  faire abstraction de tout ça. » Je me retournais en sa direction, croisant le regard de Grace tout en m’avançant vers elle, encore et encore tout en l’incitant une nouvelle fois à reculer.  J’anticipais ce moment où le dos de la demoiselle se retrouverait à nouveau pris au piège, si bien que j’en vins à fermer la porte, à la verrouiller de l’intérieur pour finalement sourire lorsque Grace fut incapable de poursuivre sa route… je l’observais, avançais dangereusement mon visage près du sien, effleurant ses lèvres dans une provocation qui lui rappellerait sans nul doute des souvenirs.   « Où est-ce que nous en étions déjà… » Une nouvelle fois mes mains se firent curieuses, envahissant son espace en venant se poser sur sa taille,  l’une d’entre elles se glissant finalement dans cette fabuleuse chute de rein que pouvait lui envier bien des femmes. « Ah oui…tu te brule » Je la voulais contre moi, son corps contre le mien, lèvres contre lèvres dans un nouveau baiser que j’en vins à lui voler, à m’en emparer…que le jeu commence.
CODE BY APACHE.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyDim 23 Mar 2014 - 22:42

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 28
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty

J’aime, c’est vrai, user de mon pouvoir de séduction, tenter les hommes jusqu’au bout pour au final ne jamais les rappeler, leur montrer que je suis celle qui contrôle, qui ordonne. Mener la danse du début à la fin, comme ça je n’ai pas besoin de me soucier des lendemains. Je ne suis pas de celles qui font dans le compliqué, je préfère jouer plutôt que de me sentir enchainée, obligée. Ce n’est pas une question de peur, c’est une question de faire de sa vie ce dont on en a envie. Et là, accrocher à Tylian, prête pour aller là où il voudra, je ressens une étrange excitation, un semblant de je ne sais quoi, qui fait que je n’ai aucune idée de comment je vais me sortir de cela. Et si j’ai vraiment envie de m’en sortir en vérité. Lorsqu’il prononce « Accroche-toi » Je devine que je ne pourrai pas reculer, que ce n’est plus un de mes jeux, mais bel et bien un des siens. Il démarre sa bécane, et mon visage dans un automatisme certain vient se poser sur son épaule. Le vent de la nuit s’infiltre en moi, dans mes cheveux, partout à l’intérieur de mon corps, et c’est là que je la ressens cette liberté que je rechercher tant, l’impression de voir le monde changé l’espace de quelques minutes. Les montées d’adrénaline que provoque ses accélérations me font sourire et ronronner quelque chose dans mon bas ventre. Je me laisse porter, je tente de laisser s’en aller mes pensées, je regarde tout ce que je peux, prends les lumières de la ville qui défilent rapidement en plein visage mais ne m’en plains pas, plus je découvre Los Angeles, plus ça me plait, plus je me dis que j’ai bien fait de me décider à venir ici, de quitter la vie que m’offrait Elizabethown, de quitter mon frère et ses idéaux d’antan, qui sont d’après moi bien trop déprimants. Puis finalement, je ferme les yeux, m’accroche un peu plus à lui parfois, lorsqu’il prend un virage ou je ne sais quoi. Je ne sais pas depuis combien de temps nous roulons, mais j’ai dans la tête, l’envie que jamais cela ne s’arrête, je sais, c’est un peu bête. Et comme s’il voulait être en contradiction avec mes pensées, je sens la moto ralentir, alors j’ouvre mes paupières pour voir que nous sommes arrivés. Je le regrette sans le faire vraiment, après tout, c’est ici que la fin de la nuit doit se vivre étant donné qu’il est étudiant. Qu’il vit ici. Et qu’avec des mots clairs je lui ai demandé de m’amener chez lui. Un sourire posé sur mes lèvres je descends et frotte un peu mes mains entre elles pour les réchauffer, je sais bien qu’il ne fait pas froid, mais je suis une frileuse, c’est juste comme ça. En mordillant ma lèvre inférieure, je le regarde descendre à son tour, amusée. «  Je suis impressionné par ton calme en toutes circonstances. » Je hoche le visage pour toute réponse, continue à sourire cependant. Il est vrai que je ne suis pas du genre à me mettre à hurler comme une demoiselle en détresse qui ne sait pas vers quels côtés il faut s’enfuir. « Je savais que tu me rejoindrais dans la ruelle. » Je n’ose pas dire le fond de ma pensée, parce que je me rends compte que c’est un peu étrange, même si cela n’existe que dans ma tête. J’avais juste confiance en lui. Oui, pour je ne sais quel acte du saint esprit, je l’ai cru, je l’ai juste cru lorsqu’il m’a dit qu’il reviendrait, mais aussi lorsqu’il m’a promis cette virée en enfers. Je hausse les épaules, pour suivre ma justification, sans passer pour une idiote qui ne saurait même pas expliquer le pourquoi du comment de ses actes. «  Voyons voir quelles sont tes limites » Je me bouffe la lèvre, littéralement, aimant le gout de ses mots et ce regard amusé qu’il porte sur moi. Lorsqu’il s’avance vers le bâtiment, je le suis simplement. Dans un silence de plomb, sans trop réaliser ce que je suis en train de faire, vers où je vais. Je crois juste que je me laisse porter par la folie de l’instant, tout en me disant que cette nuit d’Halloween n’est vraiment pas ce qu’elle devait être, mais ça me plait. Je ne rechigne pas, je suis prête à vivre ce qu’il voudra. Une fois que nous entrons dans le bâtiment, je ne réalise pas tout de suite où nous nous trouvons. Alors que nos pas résonnent dans le couloir vide et qu’un petit rire reste sur mes lèvres, une voix inconnue se fait entendre. «  Monsieur Lawrens, il me semble que votre chambre se trouve dans l’autre aile ! » Puis je jongle entre les deux hommes qui se trouvent à côté de moi. Finalement je regarde autour de moi et comprends enfin où nous sommes. Je fronce les sourcils en tenter de comprendre où il veut nous mener, tandis que lui s’explique avec le bonhomme venu nous déranger. « Vous dites vrai, mais…J’ai croisé Grace sur le campus alors qu’un groupe de jeunes complètement saouls s’en prenait à elle. J’ai réussis à les éloigner, mais je ne voulais pas prendre le risque de ne pas la raccompagner. On ne sait jamais… » Le mensonge, ou presque mensonge est très beau, et alors qu’il me donne envie de sourire, je me retiens pour feindre une mine apeurée, alors que je suis on ne peut plus sereine, détendue, excitée. Les yeux de ce professeur que je ne connais que de vu se posent sur moi, m’observent et vérifient que je ne souffre pas. Comparé à Tylian, c’est certain que je suis en pleine santé. « Vous avez bien fait ! Raccompagnez mademoiselle Nolan et allez me soigner tout ça. Je vais voir ce qui se passe ! Ah les jeunes de nos jours, les jeunes !!! » Tandis qu’il passe devant nous pour aller vérifier, gronder, ou je ne sais quoi un groupe de personnes qui n’existent pas, un sourire revient se mettre sur mes lèvres et mes yeux suivent l’imbécile heureux dans sa quête de devenir le héros de la soirée. Tandis que Tylian me plante une phrase peinte d’un humour surfait mon attention se porte à nouveau sur lui que je vois prendre les clefs que l’homme a oublié. J’incline le visage pour comprendre, et je ne le fais carrément pas, ça m’agace, je ne m’en cache pas, je n’aime pas contrôler. Je n’aime pas subir les envies de mes compagnons de nuit. Et le voilà qui s’avance à nouveau dans le couloir, et cette fois je devine, je sens un truc étrange dans mon estomac, un savant mélange de peur et de je ne sais quoi. Il cherche la bonne clef, et moi je m’appuie sur le mur pour le regarder faire, complétement obnubilée et stupide aussi, parce que ce qu’il s’apprête à nous faire vivre l’est. Puis la porte s’ouvre, nous faisons notre entrée. Je regarde autour de moi, je ne sais même plus si je suis rentrée ici plus d’une fois. Je reste cependant dans l’entrée, une part de la fille docile et respectant les règles toujours en moi qui me retient d’aller plus loin. « La déco est un peu…vieillot, mais je pense pouvoir  faire abstraction de tout ça. » Je fronce les sourcils, encore une fois, m’apercevant qu’il a le chic en lui pour me mettre devant le fait accompli. Il se rapproche de moi, dangereusement, plus il le fait, et plus je recule, plus il avance avec son sourire, plus je brûle. Mon dos rencontre alors le mur et sa main s’occupe de fermer la porte. Enfermé dans le bureau de la doyenne, je n’ose plus bouger. Ses lèvres narguent à nouveau les miennes alors que mes pensées sont encore trop perturbées par le fait que nous sommes ici. « Où est-ce que nous en étions déjà… » Je ne sais plus, je ne sais pas. Je respire plus rapidement, et ses mains se posent sur moi, son corps se rapproche du mien. Je frissonne sans le voir, ne veut pas répondre à sa question, parce que j’ai en moi l’envie de m’enfuir et je ne saurai dire pourquoi, parce que je ne suis pas maitresse de ce jeu-là. « Ah oui…tu te brule » Alors ses lèvres capturent à nouveau les miennes. Ses mains se font plus pressantes sur moi. Et en répondant à son baiser, j’approuve ses mots, je me brûle complétement. Je perds mon souffle, les battements de mon cœur s’accélèrent un peu, ma main droite trouve sa place dans sa nuque alors que la gauche devient aventurière sur sa peau, passe en dessous le tissus de son vêtement, parcourt son torse sans aucune once de gêne ou d’un certain côté pudique que j’aurai pu avoir avant cela. Je m’accroche à lui, comme j’ai pu le faire lorsque nous étions sur sa moto, comme lorsque je lui ai cédé dans la ruelle … Je laisse ma langue rencontrer la sienne dans une recherche lascive incontrôlée. D’ailleurs, le contrôle, je l’ai complétement perdu et j’ai toujours autant horreur de ça. Mes paupières s’ouvrent à nouveau à moment où je mets un terme à ce que nous sommes en train de faire, un sourire malin se dessine sur mes lèvres, et je bas des paupières deux, non trois fois afin de reprendre mes esprits, je tente de me calmer, de faire en sorte de ne pas totalement déconner. Je caresse son visage quelques secondes, grimaçant lorsque mes doigts dessinent les plaies qu’il a récolté à cause de moi. « On devrait te soigner, tu sais, sinon demain tu vas être vraiment dans un sale état. » Je ne sais pas vraiment si c’est une façon de gagner du temps, mais en tous les cas, je suis honnête lorsque je prononce cela, je m’inquiète réellement, je n’aimerai que demain tout le monde le questionne pour savoir ce qu’il s’est passé, bien sûr on va le faire qu’il se soigne ou pas, mais peut-être moins si on s’en occupe maintenant.  Finalement j’arrête de le toucher, immobile entre ses bras, je cherche un échappatoire, n’importe quoi. J’aime les défis, je ne mentirai pas, mais le bureau de la doyenne, le professeur qui traine par-là, je ne suis pas encore fan des démonstrations visuelles de mes performances sexuelles. Alors rapidement, je m’échappe de ses bras, je me contorsionne un peu pour le faire c’est vrai, me faufile avec des gestes bourrés de rapidité. Je m’éloigne de lui et m’avance vers le bureau sur lequel j’observe toutes les choses qui se trouvent dessus. Quelques secondes de plus, même pas, et je me tourne à nouveau vers lui, une expression – je l’espère – pleine de malice sur mon visage. « Je ne savais pas que chez toi, c’était ici. » Je mords ma lèvre inférieure, avant de prendre place dans le fauteuil de celle qui gère tout ici. Je n’irai pas jusqu’à dire que je me sens puissante ou je ne sais quoi, mais je ris un peu en l’observant, tout en passant ma langue sur mes lèvres, avant de me faire inquisitrice et de lui dire. « Monsieur Lawrens, que me vaut cette visite nocturne dans mon bureau ? » Je suis des plus sérieuses, je le taquine, m’amuse et continue sur le même ton. « Vous avez intérêt à avoir une bonne raison, je n’aime pas être dérangée. » Je pose mes mains sur le bois dudit bureau tout en plantant mes prunelles bleues dans les siennes plus sombres. « Vous pensez vraiment que mademoiselle Nolan se laissera tenter par un petit quart d’heure de plaisir charnel avec vous ici, dans cette pièce ? » Cette fois je le nargue complétement, l’emmerdant sur la courte durée que peuvent prendre ses « exploits », en complément de mon petit sourire taquin et en plus de cela je ne m’arrête pas dans ma lancée. « Je suis extrêmement désolée de vous signifier que cela n’arrivera pas. » Je secoue le visage lentement de gauche à droite pour parfaire mon petit manège tout en calant mon dos contre le dossier du fauteuil et de croiser mes bras sur ma poitrine. Je joue celle qui croit dur comme fer à tout ce qu’elle vient de prononcer, pourtant en tête j’ai une autre idée. Vas-y Tylian, convaincs-moi.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyDim 30 Mar 2014 - 17:02

avatar
Invité
Invité

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty


Thriller


Un fin sourire s’était glisser sur mes lèvres, remarquant que Grace appréciait tout autant ce moment fait de silence et de liberté, d’accélération si bien que je sentais parfois son étreinte se resserrer. Le temps n’avait plus d’emprise, plus rien ne comptait si ce n’est la route et le paysage qui défilaient sous nos yeux. Nous aurions pu rouler ainsi jusqu'à l’aube, admirer le soleil se lever sur la ville si le carburant ne se faisait pas manquant. Dans un énième vrombissement nous prirent la direction de l’université, descendant du véhicule tandis que je lui faisais part mes impressions quant à son calme légendaire. « Je savais que tu me rejoindrais dans la ruelle. » J’haussais un sourcil, un brin étonné et ne sachant pas vraiment comment interpréter ses paroles. Etait-ce le signe d’une confiance naissante ? Elle qui se revendiquait presque sans attaches ? Bien évidemment j’aurais bien été tenté de l’interroger sur cette certitude qui l’avais visiblement gagné, pour autant je n’en fis rien, sachant pertinemment qu’elle n’était pas spécialement à l’aise dans ce registre. Elle n’était guère la seule d’ailleurs.   « En même temps je n’allais pas y laisser ma moto. Je ne sais pas si tu l’as remarqué, mais ce quartier n’est pas toujours très bien fréquenté » Je riais intérieurement, ne dissimulant pas pour autant mon amusement dans un fin sourire. J’évoquais bien évidemment l’homme l’alcoolisé, mais aussi ces compagnons de route qui avaient cru bon de lui faire honneur. Néanmoins je feignais l’inquiétude pour ma moto, sachant pertinemment qu’elle ne risquait absolument rien là où elle se trouvait. Non, il m’était simplement plus facile de lui mentir que de lui avouer une quelconque inquiétude à son sujet.
La mettant au défi de me suivre, je pris la direction des couloirs, y croisant l’un des membres du personnel. Comme toujours il me fut facile de mentir, de jouer avec les apparences pour le convaincre qu’un groupe d’adolescent rodait dans les parages, l’alcool coulant à flots dans leurs veines si bien qu’ils en devenaient incontrôlables. Nul doute qu’ils avaient besoin de recevoir une leçon ! Voilà certainement ce que l’homme pouvait bien penser en prenant la direction du campus après quelques recommandations de dernières minutes. Un rien de temps suffit à nous introduire dans le bureau de la doyenne, porte close tandis que mes lèvres flirtaient à présent dangereusement avec celles de Grace. Je pouvais lire la confusion dans son regard, cette perte de contrôle qu’elle détestait tant et qui pourtant, pouvait s’avérer enivrante. Etait-il si mauvais que cela de s’abandonner ? D’en oublier toutes nos réticences et de ne plus penser aux conséquences de nos actes et cela, le temps d’une soirée ? Nous en virent a nous embrasser lorsque l’envie de lui voler un premier baiser fut finalement comblée. Je pouvais sentir sa main s’enquérir de ma peau en soulevant mon t-shirt tandis que son autre main s’agrippait à ma nuque. Nos souffles s’échaudèrent par nos lèvres qui entraient en collision, mon cœur gagnant en allure tandis que l’une de mes mains se glissait dans le creux de son bassin afin de la maintenir tout contre mon corps. Soudain elle se fit distante, bien qu’un sourire  subsiste encore sur ses lèvres. Je l’observais intrigué, me demandant si les limites ne venaient pas d’être franchies, quel délicieux mensonge allait-elle pouvoir me déverser en me regardant droit dans les yeux ?  Sa main vint prendre possession de mon visage, me délivrant une caresse avant de dessiner les contours de mes blessures de guerre. « On devrait te soigner, tu sais, sinon demain tu vas être vraiment dans un sale état. » A nouveau septique, j’ignorais si je devais croire en sa bienveillance ou ses envies de fuites. Car oui, je pensais y voir là un stratagème  pour prendre ses jambes à son cou, mettre fin à ce moment en cherchant toutes les excuses possibles et inimaginables qui la conduiraient au loin du bureau, voir de ma compagnie. Elle prit d’ailleurs ses distances, s’esquivant de mes bras sans que je cherche à lui facilité la tâche. «Attention Nolan, je vais finir par croire que tu m’apprécies. »

Bloquant la seule issue possible en prenant appuis contre la porte, je suivais du regard Grace, non sans un sourire amusé alors qu’elle examinait chacun des bibelots présents sur le bureau de la doyenne. « Je ne savais pas que chez toi, c’était ici. » Il n’en fallait pas moins pour me faire rire, ne craignant aucunement un retour précipité du professeur. Je ne l’imaginais que trop bien fouiner tous les recoins du campus, là où la plupart des étudiants se cachaient afin de se livrer à bien des méfaits. « Je ne connais que mes propres frontières. Effrayée ? » Je l’observais avec malice, lui faisant ainsi part d’une confiance sans égale en notre présence dans ces lieux. Je la taquinais de nouveau, évoquant sa crainte d’être surprise, de ces limites que je voulais tester comme je lui avais signalé avant de faire notre entrée dans le bâtiment. Elle semblait pourtant avoir repris le contrôle d’elle-même, m’observant avec tout autant de malice non sans une touche de sensualité dans cette manière qu’elle avait de pincer ses lèvres. Lorsqu’elle prit possession du fauteuil trônant dans la pièce, j’eu un sourire, me décollant de la porte pour m’intéresser à mon tour à la déco qui me paraissait dépourvu de chaleur. . « Monsieur Lawrens, que me vaut cette visite nocturne dans mon bureau ? » Je lui adressais un regard en biais, faignant l’indifférence tout en poursuivant l’introspection des lieux… « Vous avez intérêt à avoir une bonne raison, je n’aime pas être dérangée. » Grace renouait avec le pouvoir, se positionnant comme étant la nouvelle doyenne en charge de faire respecter l’ordre auprès de l’étudiant indiscipliné que j’étais. De quoi me faire sourire, croisant volontiers son regard en y ajoutant une touche de provocation. « Il me semblait pourtant que vous étiez celle qui m’avez convoqué faute de pouvoir vous passer de ma compagnie. »  Volontairement, je la laissais reprendre les reines, ce pouvoir qu’elle tenait tant à avoir, mais comment ne pas se douter que  tout ceci serait de courte durée ?
Rebel dans l’âme, c’est en conservant mon regard dans le sien, un fin sourire sur les lèvres que j’abaissais le cadre présent sur le bureau derrière lequel elle s’était réfugié. Je prenais mes aises, déplaçait certains objets sans la moindre considération de l’autorité qu’elle représentait. Je n’en faisais clairement qu’à ma tête, retirant ma veste que j’abandonnais sur l’une des chaises sans pour autant la quitter du regard… « Vous pensez vraiment que mademoiselle Nolan se laissera tenter par un petit quart d’heure de plaisir charnel avec vous ici, dans cette pièce ? » Mon rire en disait long, sachant pertinemment qu’elle se jouait de moi, frappait dans l’égo d’un homme pour qui bien évidemment il était compliqué de ne pas rectifier l’erreur commise. « Voilà qui m’amène à m’interroger sur les relations passées de Mademoiselle.»   A mon tour je jouais la provocation, inversant la situation à mon avantage plutôt que de tomber dans la vantardise comme l’aurait certainement fait tout homme. « Je suis extrêmement désolée de vous signifier que cela n’arrivera pas. »  Si le doute aurait pu m’effleurer l’esprit, son sourire et cette façon de me toiser laissait présager son envie de jouer, de me tenir tête comme elle en avait l’habitude avant qu’elle ne cède à mes lèvres pour la toute première fois. « Un petit quart d’heure ? Clairement pas ! » Oh qu’il est facile de deviner le fond de votre pensé. Le voila tombant dans la vantardise tel un homme ordinaire n’ayant pour seule arme la mise en avant ses prouesses sexuelles pour convaincre une jeune femme qui lui fait un peu trop de résistance.  Désolé de vous décevoir ! « Bien évidemment je pourrais jouer les hommes parfaits en vous susurrant des mots doux à l’oreille… » Non sans un sourire narquois, joueur, je fis le tour du bureau tout au long de mon discours, conservant mon regard dans le sien. Arrivant à ses côtés, je pris le temps de contourner le siège, glissant ma main sur le sommet du fauteuil tout  en repérant une petite manivelle sur le côté. «…jouer de mes atouts, mais on sait tous les deux que c’est une perte de temps n’est ce pas ?  » De nouveau à ses côtés, je pris la peine de m’abaisser à son niveau, appuyant par la même occasion sur la manivelle qui fit doucement basculer le dossier du fauteuil en arrière. A présent à semi allongé, je n’eu aucun mal à retrouver son visage, m’approchant d’elle dans un nouvel effleurement alors que l’une de mes mains s’empressait de rejoindre sa joue. «Le fait est que je suis le seul à te faire perdre la notion du temps. Nier serait un mensonge… » Mon regard dans le sien, je mettais fin à tout soupçon de vantardise si ce n’est celle de lui faire perdre ses repères et ce, que ce soit à moto, ou dans l’enceinte même de ce bureau alors que nos lèvres ne faisaient plus qu’une. Armé d’un petit sourire, je me fis une nouvelle fois voleur, m’emparant du butin qu’était ses lèvres à mes yeux. Bien décidé à ne pas en rester là, ma main se fit à son tour voyageuse, glissant le long de ses courbes pour finalement s’échapper sous ses jambes alors que sa jumelle s’était sournoisement glissée sous son dos. La soulevant sans grand mal, je lui retirais ce siège, signe d’autorité, que je vins à bousculer de mon pied avant de retrouver le bureau sur lequel je déposais Grace afin qu’elle y soit assise. Je nous voulais sur un pied d’égalité, mes lèvres flirtant avec sa peau en s’immisçant dans son cou alors que mes mains incitaient ses jambes à m’encercler de part et d’autre. Remontant doucement vers ses lèvres, je glissais une ultime provocation entre deux baisers. « Alors Grace, vas-tu prendre le risque de perdre définitivement le contrôle ou…cherches-tu d’ores et déjà une excuse pour y échapper ?

CODE BY APACHE.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyMar 1 Avr 2014 - 1:27

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 28
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty

J’affirme donc que je savais qu’il me rejoindrait dans la ruelle, et le monsieur me sourit d’un air amusé, taquin et fait pour m’agacer. « En même temps je n’allais pas y laisser ma moto. Je ne sais pas si tu l’as remarqué, mais ce quartier n’est pas toujours très bien fréquenté » Piquant, je grimace en souriant, le regarde en biais et me dis que j’aime sa façon de jouer. Alors finalement je hausse les épaules décidée à ne pas lui répondre, ne pas lui donner le loisir d’user de mots pour faussement me blesser. De cette décision je le suis donc en silence, sans vraiment regarder autour de moi, je baisse les yeux même, parfois. Je ne sais pas vers quel chemin nous allons, et ça m’agace tant je ne saurai pas dire si cela me plait ou pas. Je n’ai le contrôle de rien, c’est frustrant à tel point que je me laisse porter par le fil de ses pensées, j’accuse ses gestes, accueille ses paroles lorsqu’il a ce professeur jouant les surveiller. Je me laisse faire, je baisse les armes, faisant donc toutes les choses que j’ai horreur de faire. Ça me dérange de l’intérieur, et pourtant sans que je ne le demande ou que je puisse répliquer, je me retrouve dans le bureau le plus convoité de l’université. Quelques secondes passent, emplies de cette tension intense qui nous enferme dans une bulle qu’au fond de moi je veux percer. Je ne suis pas douée lorsqu’il s’agit d’intimité. De sexe, oui, mais le reste, je n’y fais jamais attention, et ce qu’il fait avec ses mots, ses gestes, ça apporte le bordel dans ma tête. Bordel je le hais, pourquoi j’ai décidé d’aller l’agacer ce soir déjà ? Ah oui, parce que j’étais en colère à cause d’une certaine citrouille que j’ai osé porter. Puis ses lèvres, puis sa peau, puis cet instant qui me fait perdre une partie de moi, celle qui me donne les commandes, me permets de dominer, je suis foutue et c’est pour ça que je décide de trouver une parade, de m’enfuir, de feindre de m’inquiéter. Enfin, feindre, pas tout à fait … Je m’inquiète, rien n’est plus vrai. Son visage sous mes doigts, abimé à cause de moi, j’aurai aimé que cela n’arrive pas, même si ça nous a menés jusqu’ici, même si tout le reste, je n’aime pas savoir que dans le fond, je lui dois quelque chose, ne serait-ce qu’un pardon. Je m’éloigne de lui tandis qu’il répond « Attention Nolan, je vais finir par croire que tu m’apprécies. » Je mordille ma lèvre lorsque je tourne le regard vers lui l’espace de quelques secondes avant de prononcer d’un air amusé. « Tu voudrais bien. » Sure de moi, comme à mon habitude, même si le lieu me perturbe autant que l’issu de la soirée. Même si je me rends compte que je ne pourrai pas lui échapper. J’ai déjà cédé. Dieu que je me hais. Je détends l’atmosphère, une nouvelle fois, le maudissant pour toute la tension qu’il installe petit à petit entre lui et moi. Je parle de son chez lui, qui clairement ne l’est pas. Je me moque et il répond dans un rire naturel qu’il me transmet. Je ricane en coin quand il me fait part qu’il n’a aucune limite. Aucune frontière, et je l’envie un moment, ô pas longtemps. J’aimerai pouvoir me dire la même chose que lui, mais j’ai bien trop de projet pour me permettre de les bousiller pour une envie déplacée. Pour une montée d’adrénaline qui pourrait tout gâcher. Le foyer jeune délinquant, pour moi, c’est terminé. Six mois dans ma vie, ça m’a étrangement suffit. Finalement je prends place sur le bureau de la directrice, m’installe dans son fauteuil et commence un discours destiné à le faire enrager ou rire, je ne sais pas, mais à gagner du temps, ça j’en suis persuadée. Reprenant la direction de la soirée, ou tout du moins j’essaie, je l’informe que je ne voulais pas être dérangée, et lui fait part qu’habituellement c’est moi qui décide de quand et comment je me laisse aller dans les bras d’un homme qu’à peine je connais. « Il me semblait pourtant que vous étiez celle qui m’avez convoqué faute de pouvoir vous passer de ma compagnie. » Il joue le jeu, ça me plait, se rapprochant de moi petit à petit tandis que je lui dis que quinze minutes ne me suffiront pas, et lui retire sa veste pour la laisser dans la pièce, mon souffle s’emballe devinant la suite des festivités. Pourtant, je tente de le convaincre, de me convaincre que ça n’arrivera pas. Lui et moi. Mais c’est trop tard, n’est-ce pas ? « Voilà qui m’amène à m’interroger sur les relations passées de Mademoiselle. » Un rire surfait s’échappe de mes lèvres lorsque je me dis qu’il se trompe clairement. Que même si je suis jeune, je sais y faire dans ses situations, mais là n’est pas la question. Cela n’arrivera pas, c’est dit ça y est. Et il semble s’en moquer, surement qu’il a raison, je ne sais pas, je suis déjà piégée, je suis bien consciente de cela. « Un petit quart d’heure ? Clairement pas ! » J’espère, pour un quart d’heure je ne me serai pas laissé tenter, je sais que ça fait fille facile et mal éduquée, mais je m’en moque et me dit que de toutes les façons, je ne suis pas de ces filles, ne suis pas comme les autres … Et ma prétention ne me gêne même pas, elle fait partie de moi. Je le regarde faire, s’avancer lentement, poursuivant le jeu dans lequel nous nous sommes lancés. « Bien évidemment je pourrais jouer les hommes parfaits en vous susurrant des mots doux à l’oreille… » Il pourrait, nul doute que ça me plairait. Mais ce n’est pas comme cela entre lui et moi. Il n’est plus question de charmer l’autre, de le draguer, non … La question est juste de savoir qui va rendre les armes en premier, arrêter la guerre et s’avouer vaincu. Le pire, c’est que je sais que ce sera moi, aussi fort que je ne désire pas le faire, je le sais. Je vais craquer, et de mes faiblesses je m’en voudrai. Il s’approche encore, touche le fauteuil de ses mains, me domine alors que j’étais en position de force il y a quelques secondes, même pas. Il gagne, et je me brûle bordel, je me brûle et pas seulement le bout des doigts. «…jouer de mes atouts, mais on sait tous les deux que c’est une perte de temps n’est ce pas ?  » Il a raison, sur toute la ligne, ça m’agace, ça me fait enrager. Il se baisse à la même hauteur que moi, m’offre son regard taquin, malin. Le dossier du fauteuil s’abaisse, mon visage se retrouve à nouveau trop proche du sien, et sa main s’aventure sur ma joue, ses lèvres effleurent les miennes. J’ai perdu. « Le fait est que je suis le seul à te faire perdre la notion du temps. Nier serait un mensonge… » Je lui offre un énorme sourire, appréciant le gout de ses mots, de son assurance. J’ai mille et une réponses en tête mais je ne peux les exprimer, il reprend possession de mes lèvres et tentée, même plus que ça, je le laisse faire. Et alors que je me laisse surprendre par l’acte de l’instant, ses mains s’agrippent à moi pour me déposer avec une certaine hâte sur le bureau. Finalement il s’amuse dans mon cou, et naturellement, j’encercle son corps de mes jambes, perdant mon souffle, le troquant pour quelque chose de plus accéléré, plus envieux, désireuse de savoir s’il est aussi doué que ce que ses phrases laissaient penser. « Alors Grace, vas-tu prendre le risque de perdre définitivement le contrôle ou…cherches-tu d’ores et déjà une excuse pour y échapper ? » Un nouveau rire traverse mes lèvres lorsque je plante mes prunelles dans les siennes. Je fais semblant d’hésiter, je mords ma lèvre pour lui prouver. « Je crois … » Non je suis certaine en réalité, lorsque mes mains passent une nouvelle fois en dessous son vêtement, s’activent pour découvrir sa peau, lui retirer, avec son aide et une hâte dont je ne me cache plus pour le laisser torse nu devant moi. Mes lèvres s’échouent sur son torse que malgré moi et par envie je dévore. Enivrée et décidée, je le caresse comme je le peux, lascivement avant de lui lancer un regard des plus explicites sur la finalité de mes pensées. « Je crois que tu m’as piégée. » J’avoue dans un murmure bercé par des envies bien loin d’être platoniques, catholiques. Retrouvant le gout de ses lèvres, je dose ce baiser d’une certaine passion incontrôlée. D’une fougue se transmettant par ma langue qui découvre à nouveau la sienne, qui entre dans une danse sensuelle alors que de mes mains j’attise son bas ventre toujours recouvert de ce jean que peu à peu je hais. Me découvrant une nouvelle appétence à son sujet, je me contrôle tout de même en stoppant quelques instant nos baisers. « Tylian. » prononce ma voix avec un ton nouveau, fièvreux. « Montres-moi. » Synonyme d’un « prouve-moi » le défiant carrément. « Que tu es le seul avec qui je perds la notion du temps. » Attises-moi, rends-moi folle ou je ne sais quoi. Je reprends ses mots auxquels je ne crois pas, aucun homme n'a assez d'impact sur moi. Cependant ... Je suis brûlée, complétement en train de me consumer au rythme de ses lèvres, de ses caresses. Et je ne regrette aucun de mes gestes. L’amusement est fait pour moi, même lorsque le jeu devient plus bien plus grand.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyDim 6 Avr 2014 - 16:35

avatar
Invité
Invité

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty


Thriller



« Tu voudrais bien. » Je souriais avec amusement, n’étant aucunement vexé par de tel propos. Bien au contraire, son sourire, son attitude laissait entendre un tout autre message. Elle commençait à m’apprécier, sinon pourquoi serait-elle là, hormis son goût pour le risque ? Et puis pourquoi s’inquiéterait-elle si elle n’avait que faire de ma personne ? Oui, elle avait beau nier, ces mots sonnaient à mes oreilles tel un aveu à demi mot. Un juste retour des choses puisque j’en avais fais tout autant un peu plus tôt, prétextant l’avoir retrouver dans la ruelle simplement pour le bien être de ma moto. C’était donc de bonne guerre ! Loin de lui accorder le moindre répit, je bloquais l’accès au monde extérieur, m’accolant à la porte tandis qu’elle prenait ses distances en s’échappant difficilement de mon emprise. Je ne devinais que trop bien la raison, la crainte de ne plus être maitresse de son destin, de ses émotions partagées entre le plaisir et la peur de se faire surprendre par un membre du personnel. Là était pourtant mon but et malheureusement pour la demoiselle, je comptais bel et bien l’emporter dans un vent de liberté.
Assise derrière le bureau, Grace se fit autoritaire, tentant tant bien que mal de gagner du pouvoir en jouant les directrices. Il n’en fallait pas moins pour m’amuser, alerter mon imagination en jouant l’étudiant qui n’avait que faire des règles qu’on tentait de lui inculquer. L’arrogance, la provocation, tels étaient mes maitres mots ! J’aimais lui tenir tête, jouer de ma répartie afin de la déstabiliser en accentuant la tension déjà bien existante entre nous. Ainsi Je la toisais du regard, retournant chacune de ses paroles contre elle tandis que je m’attaquais à ma veste que j’entrepris de retirer. Un geste qui laissait entrevoir mes attentions, mon envie de m’éterniser dans ce bureau avec elle, peau contre peau, lèvres contre lèvres dans un souffle qui ne ferait plus qu’un. Elle le devinait que trop bien. Non sans un sourire, je lui fis d’ailleurs comprendre que je n’étais pas un adepte des ‘one shot express’, préférant de loin m’assurer d’un plaisir partagé plutôt que bâclé. A son tour Grace jouait avec mes nerfs, certifiant malgré tout qu’il ne se passerait rien entre nous contrairement a ce qu’elle avait sous entendu un peu avant notre petite virée en enfer. A moi donc de trouver la faille, de m’opposer à cette résistance qu’elle m’imposait par simple plaisir de contradiction. Longeant le bureau j’argumentais avec amusement, ne cherchant pas pour une fois, à jouer les prétendants de bonne famille. Un rôle qui me collait à la peau et qui pourtant, ne m’allait que trop mal si l’on connaissait mon vécu. Non, je me montrais sous un autre jour, plus confiant, sincère en me décrivant aucunement comme sans la moindre faille. Simplement comme étant un homme capable de lui faire oublier le monde extérieur, l’influence du temps sur notre existence. Il n’y aurait que ‘nous’ bien que j’ignorais totalement a quoi il correspondait. Qu’importe au fond, là était le but de notre rapprochement, ne plus se poser de question, perdre le contrôle.  

Elle m’adresse un sourire alors que nous étions à nouveau proche l’un de l’autre, le dossier du fauteuil se retrouvant abaissé à mon initiative. Je la savais tentée, si bien qu’il me fut facile d’apposer mes lèvres contre les siennes sans craindre un refus de sa part. Dans un geste délibéré, mes mains se firent vagabondes, flirtant avec les courbes de son corps jusqu’à pouvoir la soulever et la mener au bureau. Peu à peu j’abandonnais ses lèvres pour son cou, le découvrant avec gourmandise tandis que mon cœur gagnait en vitesse lorsque ses jambes vinrent m’encercler. L’une de mes mains ne pu d’ailleurs s’empêcher d’accompagner ce geste en glissant doucement le long de sa cuisse. Je la provoquais une nouvelle fois, jouant de mes lèvres tout en la taquinant sur cette habitude qu’elle avait de prendre les jambes à son cou dans ce genre de moment. « Je crois … » Retrouvant son regard, je pouvais lire sans grand mal un brin de malice s’animer dans ses prunelles, magnifiquement envoutantes soit disant passant. Etrangement l’inquiétude se fit absente, sachant pertinemment que cette ‘résistance’ ne relevait que de la fiction. Je gagnais du terrain, une certaine emprise bien que j’avais tout autant conscience que la convaincre revenait également à lui céder ce que je lui avais toujours refusé jusque là. Je pouvais à présent sentir ses mains contre ma peau, glissant sous mon t-shirt pour finalement m’en débarrasser non sans une aide de ma part.  Ses baisers sur mon torse, ses caresses me procuraient un plaisir certain, une première vague de chaleur couplé a des frissons venant m’envahir de part et d’autre. Je retrouvais quand à moi sa cuisse, la longeant dans une caresse tandis que mon autre main l’accompagnait en prenant refuge dans le creux sa nuque. « Je crois que tu m’as piégée. » Un petit rire en vint à s’échapper de mes lèvres, n’étant pas certain d’être l’unique coupable de cette attirance, attraction plus qu’évidente entre nous. « Convaincu serait plus exacte, mais… » La malice gagnait mon visage alors que ma main, qui se trouvait initialement dans le creux de sa nuque, se mit à longer les coutures de son haut.  Il me fut bien évidemment tentant de m’étendre, de glisser sur ces formes qui ne laissaient aucun homme indifférent, pour autant l’un de mes doigts vint s’agripper au devant de son haut, l’attirant doucement vers moi tout en m’offrant une vue fort attrayante. Je ne m’y attardais pas cependant, retrouvant son regard dans un léger murmure. « Je plaide coupable pour le temps à venir » Je ne m’en cachais plus, je la voulais mienne, faire d’elle ma captive pour le reste de la nuit. Que le temps s’arrête sous nos baisers, ces caresses auxquelles nous allons nous livrer. Je retrouvais d’ailleurs ses lèvres avec gourmandise et envie, la fougue prenant peu à peu forme sous des baisers plus langoureux alors que ses mains se firent particulièrement joueuses en attisant mon désir. A nouveau je gagnais en température, devenait victime de mon propre désir sans pouvoir le combattre. Le voudrais-je seulement ? « Tylian. » J’abandonnais ses lèvres avec regret, croisant son regard sans pour autant relâcher mon étreinte de par ma main qui avait glissé sur l’une de ses hanches. « Montres-moi que tu es le seul avec qui je perds la notion du temps. ». Elle me mettait au défi, chose que j’appréciais particulièrement chez elle. Il m’en fallait pas moins pour retrouver son cou avec appétit, croquai presque à pleine dent sa peau en l’éraflant, en succombant à l’envie de gouter à la saveur de sa peau. A mon tour je me retrouvais dérangé par le tissu qu’elle portait, si bien que mes mains remontèrent, passèrent sous ce haut que je jugeais inutile et qui me fallait dorénavant lui retirer. Ainsi je l’abandonnais de mes lèvres que pour une courte durée, retrouvant son cou tandis que je l’incitais à prendre ses aises sur la table, à s’allonger afin d’explorer un peu plus encore, le mystère Grace Nolan.

CODE BY APACHE.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptySam 12 Avr 2014 - 12:38

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 28
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty

A présent qu’il se tient trop proche de moi, que je perçois le moindre de ses souffles, je m’affaiblie, je me laisse faire, je profite de l’instant, je me délecte de sa peau que j’ai découverte, je m’enflamme par tous ses gestes, par les miens, par ce moment qui me fait un peu perdre l’esprit. Mais je m’en fiche, oui, je réalise qu’après tout je m’en fiche de tout cela, je le veux, c’est tout ce dont je veux me souvenir à présent. Je le voulais quand je l’ai rencontré et maintenant cette envie n’est que décuplée, et ça me plait alors autant ne pas perdre de temps à trop réfléchir, à trop vouloir s’enfuir, on ne se promet rien, juste un moment à deux ou on apprendra à se connaitre d’une des meilleurs façons qui existe. Alors je le taquine, alors je fais semblant d’hésiter, utiliser de brides de mots pour attirer son attention, pour ne pas que ça aille trop vite, je caresse sa peau, je m’enivre de lui, passe mes lèvres, ma langue sur lui, le découvre, le dévore à moitié, relevant mon regard vers le sien, je souris et puis j’avoue être piégée, non sans un sourire, maligne, ce n’est pas comme si le piège ne me plaisait pas, non, bien loin de là. Son rire sonne différemment à mes oreilles, il décuple un peu plus mes envies, me prouve qu’il joue aussi, me plait en somme, c’est vrai. « Convaincu serait plus exacte, mais… » Convaincue, moi ? J’ai l’impression que c’est l’inverse, c’était lui après tout qui jouait celui qui ne voulait pas, c’était lui qui faisait semblant de me fuir, lui qui m’a repoussé, une ou deux fois, qui a convaincu l’autre alors, Tylian ? Sa main court sur ma peau, m’arrache un soupir, un sourire. Je crois bien qu’on s’est convaincu mutuellement, qu’on a perdu trop de temps avant d’en arriver à ce moment. Ses doigts attrapent le col de mon t-shirt, le ramènent vers lui, je mords ma lèvre quand ses yeux se posent sur ce qu’il se permet de regarder, j’ai envie de rire, mais le moment ne s’y porte plus, non, j’ai l’impression que c’est sérieux, que son regard parle pour lui alors je ne veux pas l’arrêter, je n’en ai pas envie, je ne souhaite qu’entendre la suite de sa phrase tandis que je sens mon rythme cardiaque s’accélérer. « Je plaide coupable pour le temps à venir » Alors nous sommes deux personnes à condamner. Ses lèvres retrouvent les miennes, ou peut-être le contraire, je n’en sais rien, je crois bien qu’il n’est plus question de savoir qui fait quoi, qu’il faut juste le vivre, sans y penser, qu’il faut qu’on se délecte de tout ce que notre union peut nous procurer. Une appétence nouvelle commence à poindre lentement à l’intérieur de moi, et c’est à ce moment que je décide de le taquiner une dernier fois, je prononce son prénom telle une supplique, reprends ses mots pour le défier, pour le forcer, pour l’attiser. Il n’en faut pas plus pour qu’il se laisse emporter par ses envies, pour que ses mains rencontrent enfin ma peau, passent sous le tissus qui couvre le haut de mon corps. Ses lèvres dans mon cou perdent soudainement de leur douceur pour se transformer en faim réellement de moi, il me déguste lentement, plantant ses dents dans ma peau, me goutant sans s’arrêter … Et je frissonne, et je perds le contrôle, et je me laisse faire, et je subis la meilleure des tortures. Décidant qu’il faut maintenant qu’on se retrouve sur un pied d’égalité, avec une hâte certaine je retire le tissu noir qui recouvrait ma peau, accrochant finalement sa peau de mes doigts, retrouvant ses lèvres pour quelques baisers hâtifs et puis mes mains s’attèlent finalement à défaire l’attache de son jean, un petit sourire posé sur mes lèvres tandis que j’effleure du bout des doigts l’objet de mes désirs encore inavoués. « Dis moi. » Entre deux soupirs, entre deux caresses, je prononce ces deux petits mots afin de retenir son attention une nouvelle fois, le tourmenter un peu plus parce que je ne cède encore qu’à moitié. « Je croyais. » Mes mains se font plus insistantes, ma peau s’électrise au plus haut point. « Que tu ne voulais pas « me sauter dessus », hein. » Malgré l’excitation, malgré le reste, ma mémoire reste intacte et je lui plante ses propres mots, ceux qu’il m’a sorti en début de soirée, lorsqu’on dansait. Et quand ma main se fait plus aventureuse, lorsqu’elle passe sous son sous-vêtement, je mords mes lèvres derrière un sourire, attrapant sa volonté tendue de mes doigts, je contrôle, c’est plus fort que moi. « Il semblerait. » Oui, je continue à vouloir le rendre fou, à imposer le rythme que je souhaite, à ne pas le laisser se penser plus fort que moi. « Que tu as changé d’avis. » Mes caresses d’abord presque pudiques sur son intimité deviennent plus rapides, plus inquisitrices. « N’est-ce pas ? » Jouant avec les mots, je le lâche finalement, le laissant sur cette faim, m’allongeant sur le bureau prête à subir tout ce qu’il voudra, m’agrippant tout de même à son dos pour le forcer à s’incliner sur moi. Prête à me laisser faire, docile comme je sais que ça peut plaire, j’embrasse sa peau, ce que je peux atteindre, prête, oui, à recevoir sa sentence, synonyme de ses envies qu’il pensait ne pas vouloir. Menteur.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyLun 21 Avr 2014 - 19:53

avatar
Invité
Invité

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty


Thriller





CODE BY APACHE.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. EmptyJeu 24 Avr 2014 - 2:12

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 28
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty



Spoiler:
 



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.   ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty

Contenu sponsorisé

▬ Thriller ▬ Grace et Tylian. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ▬ Thriller ▬ Grace et Tylian.
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]
» Mountain Trail - Grace W. Nolan & John D. Collins
» 04. In the Grace of your love
» ▬ madness ▬ grace et jersey.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP-
Sauter vers: