Partagez
 

 être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyDim 10 Fév 2013 - 1:03

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


robe de cocktail et puis quoi encore. Je me demandais encore ce que je pouvais bien foutre ici, je n'avais pas signé pour cela, lorsque j'ai postulé pour ce job. Et voilà que je me retrouvais dans un soirée organisée par l'entreprise, habillée très bien, devant faire bonne impression. Je comptais boire aux frais de la boite et m'éclipser rapidement, qui se souviendrait si oui non j'étais là à la soirée. J'étais nouvelle et pas franchement appréciée de tous, quoique je faisais mon taff c'était déjà cela. Pourquoi avais-je signé pour le job ? Ah oui le fait de finir plus tôt le weekend et pouvoir aller chanter. Je portais une robe rouge, j'aurai pu passer pour faire discret mais c'était la seule que j'avais. Je l'avais acheté pour le mariage de Jo, mon frère ainé, il avait presque hurlé en voyant le décolleté de ouf que j'avais mais il fallait bien que je mette en valeur ma pauvre petite poitrine. Bref. Une coupe de champagne, je fuyais particulièrement les gens et leurs sourires, vraiment ils étaient tous faux culs, alors que Maurice, informaticien de la boite, celui du cinquième tentait une approche avec moi, je fuyais vers la gauche, direction la sortie pour fumer ma clope et en profiter pour me casser. Malheureusement... Monsieur Hawkins était là, merde je pouvais pas me dérober. Fais chier. « Bonsoir Monsieur Hawkins ! belle réception ! » Pathétique, voilà que je me la jouais fille qui s'intéressait de tout cela. Après un gros soupire je le regardais, toujours le même costume, avait-il parfois d'autre vêtement dans sa garde robe ! Je veux fuir, fuir...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyDim 10 Fév 2013 - 1:39

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Une soirée. Voilà ce que j’allais faire ce soir, rester à une soirée concernant le boulot. Non pas que je n’aimais pas mon travail car il faut dire que c’était tout ce qu’il me restait désormais mais, on ne pouvait pas se le cacher, c’était le genre de chose des plus ennuyants. Je n’aimais pas spécialement cela et pourtant il le fallait, je devais y aller. Un soupir et j’enfilais alors mon costume habituel, pas que je n’avais rien d’autre à me mettre mais je me sentais mieux dans celui-ci et puis, c’était un cadeau. De plus, il n’y avait rien d’original dans un costume, ils se ressemblent tous alors qui saura que c’est le même qui avait été vêtu la veille. Je prenais soin de vérifier mes quelques mails pour l’entreprise ainsi que certains dossiers avant de pouvoir filer. J’espérai aussi que Mlle Swinford serait à l’heure. Mon assistante étant malade et ayant pris quelques congés pour se rétablir, j’avais dû songer à quelqu’un d’autre pour m’accompagner à cette soirée. D’une part parce qu’il était mieux vu de venir accompagner et d’une autre part car il me fallait bien une assistante pour cela. Finalement, je décidais de lui adresser un mail au cas où elle ne serait pas encore partie et qu’elle le verrait, au moins, ce serait fait. « Bonsoir Mlle Swinford, n’oubliez pas notre réception et soyez à l’heure. » Quelques mots, pas de politesse mais c’était amplement suffisant et puis je devais filer. Je n’avais pas le temps pour quelques babioles comme un merci ou autre encore. Puis, n’était-elle pas habituée de ma mauvaise humeur depuis qu’elle était arrivée ? Arrivée depuis peu de temps ailleurs.

Une fois arrivé à la soirée, je buvais alors quelques verres, parlant affaire avec quelques personnes présentes, parlant de ce que je pourrais apporter de plus à mon entreprise, de futurs nouveaux projets peut-être. Le temps passait et pourtant, je n’avais pas encore vu l’ombre de la jeune femme quelque part, ou alors elle était arrivée avant moi et je ne l’avais vu. Finalement, décidant d’aller jeter un coup d’œil plus loin dans la pièce, je remarquais la jeune femme au loin. La rattrapant alors, je compris qu’elle n’était pas franchement ravie de me voir. Où comptait-elle aller ? Et que comptait-elle faire surtout ? Me laisser en plan ? Hors de question. « Bonsoir Monsieur Hawkins ! belle réception ! » Tiens donc, belle réception ? Vraiment ? C’était pour cela que je l’avais surprise tentant sûrement de s’en aller ou je ne sais quoi encore. « Mademoiselle, où comptiez-vous aller comme ça ? » Pensait-elle réellement que j’allais la laisser partir ? Non, j’avais besoin d’elle et seulement elle et puis.. sinon je ne lui aurai pas demandé de venir. Bon sang, pourquoi fallait-il que mon assistante soit malade précisément aujourd’hui. « Si vous pensiez que vous pourriez filer, c’est raté. J’ai besoin de vous, maintenant. » Je prenais soin d’accentué le ‘maintenant’ d’un ton pas franchement agréable mais voilà que, comme à chaque fois que je la voyais, il y avait toujours ce quelque chose qui faisait qu’elle me mettait hors de moi. « Retournons à la réception et surtout, tâchez de prendre des notes. » Un ordre, un de plus mais après tout ce ne serait que faire son boulot. Bon d’accords, elle remplaçait celle qui aurait dû le faire réellement mais peu importe. Elle n’avait pas son mot à dire. « Au fait, vous auriez pu mettre quelque chose d’un peu moins décolleté. Nous sommes ici pour négocier pas voir votre poitrine. » lâchais-je alors sèchement tout en la regardant avant de la laisser passer devant moi, m’assurant qu’elle ne veuille plus s’en aller. D’accords je n’étais pas franchement agréable et la vue n’était pas si mal mais.. elle m’énervait.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyLun 11 Fév 2013 - 19:15

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Raté. Ce mec avait-il un radar afin de savoir où je me trouvais exactement ? C'était frustrant et je feignais de ne pas être en colère même si cela devait se lire, une fois de plus sur mon visage, la déception. Moi qui voulait rentrer tôt mais surtout loin de cette soirée sans importance. Je ne donnais pas ma vie pour ce job, d'ailleurs je ne comptais pas rester toute ma vie ici, surtout pas avec un patron prétentieux qui se croyait supérieur et au dessus de tous alors qu'il avait à peine mon âge. Je n'allais pas me laisser marcher sur les pieds merde. Mais trop tard, il me jugeait il comptait me faire un rapport détailler sur ce qui n'allait pas chez moi. Merde ! il comptait bien me tenir en otage et dieu sait comme je détestais cela. Je soupirais fortement afin de lui faire savoir mon désaccord face à cette perspective. Passer la soirée avec lui et puis quoi encore ? Moi je voulais partir, fumer ma clope, rentrer chez moi, chanter et m'évader. Pourquoi pas me trouver un mec pas trop laid et m'envoyer en l'air avant de dormir épuiser sexuellement. Avec lui c'était juste impossible. « Besoin de moi ? » un florilège de mauvaises pensées, toutes perverses me trainaient à l'esprit alors que je revenais à la réalité. Il n'était pas du genre à prendre son assistante dans les toilettes luxueux de cet hôtel. Des notes ? MERDE ! je devais travailler même habillée d'une robe de cocktail, super. outrée, choquée, sur le cul, incapable de répliquer, monsieur critiquait ma tenue. Je me mordais l'intérieur de la joue de rage avant d'avancer. Sauf que plus du genre à garder ma langue dans ma poche je me retournais vers lui. « D'une vous vouliez une robe de soirée, manque de bol c'est la seule que j'avais si elle vous plait pas... Je peux l'enlever ? De deux... Je ne suis même pas qualifier pour ça ! faire de la lèche auprès de riche rentier rien à faire. De trois, vous allez voir, ils vont tous aimer plonger leur regard dans ce décolleté. Alors arrêter donc un peu. au moins je change de costume moi. » Il pouvait me mettre un blâme ou quoi ! j'en avais rien à faire, il ne ferait pas de scandale ici, dans cet hall d'Hôtel, je prenais mon bloc note, mon stylo et je comptais le suivre. J'avançais, sur de moi, remuant les hanches, le provoquant, parce que j'aimais cela...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyLun 11 Fév 2013 - 20:11

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Etre agréable avec les autres ? Non franchement, ce n’était pas pour moi. La jeune femme avait probablement dû le remarquer d’ailleurs vu comment j’étais avec elle au travail mais je ne comptais pas changer. Changer ce qui était moi ? Non. De plus, en vue des évènements de ces derniers mois je n’étais toujours pas d’humeur, je ne m’en étais pas remis il était certain. Mais avec Jaelyn, c’était différent, elle m’énervait alors qu’elle ne faisait rien en particulier mais je sentais le besoin de la réprimander sur plusieurs choses, d’être froid envers elle. Alors, ce soir, lorsque je la voyais fuir je ne sais où, je ne pouvais m’empêcher de parler, surtout lorsque je voyais la robe qu’elle avait mise avec ce décolleté. Ce n’était pas désagréable, bien au contraire d’ailleurs après tout je restais un homme non mais je m’étais senti obligé, cette remarque. « Besoin de moi ? » Et comment. Il me fallait quelqu’un pour cette soirée, pour ne pas venir seul car c’était toujours mieux vu de venir accompagner et surtout pour me servir de secrétaire pour le travail. Cela avait beau être une réception, ce n’était pas pour autant que j’allais seulement boire ou manger. Je travaillais, ça me permettait en quelque sorte d’oublier aussi. « D'une vous vouliez une robe de soirée, manque de bol c'est la seule que j'avais si elle vous plait pas... Je peux l'enlever ? De deux... Je ne suis même pas qualifier pour ça ! faire de la lèche auprès de riche rentier rien à faire. De trois, vous allez voir, ils vont tous aimer plonger leur regard dans ce décolleté. Alors arrêter donc un peu. au moins je change de costume moi. » Et bien, il faut dire que je ne m’attendais pas à ça. Elle semblait avoir du caractère, et pas seulement un peu. Pourtant, cela ne me dérangeait pas tant que ça, au contraire, ça m’amusait même un peu malgré que je n’aimais pas vraiment qu’elle me réponde ainsi. Je la regardais alors, un léger sourire en coin. « Merci de la proposition pour la robe mais non, j’en vois déjà assez comme cela, je n’ai pas besoin d’en voir plus. Mais je note que je vous achèterai une robe plus convenable. » Et quoi ? Je n’allais tout de même pas lui faire le plaisir de lui dire qu’elle pouvait retirer sa robe. Pas que cela ne me plaisait pas mais ce serait beaucoup trop facile. « Mais au moins je suis présentable, moi. Puis, je peux l’enlever aussi s’il ne vous plait pas mademoiselle Swinford. » Je le pouvais oui, mais je ne le ferai pas. D’une part nous n’étions pas venu ici pour cela, d’une autre part je ne lui ferai pas ce plaisir là et je voulais tout simplement lui renvoyer la même phrase qu’elle m’avait dit. Je la voyais alors, passant devant moi en remuant ses hanches. Me cherchait-elle ? Il fallait croire que oui, visiblement. Pourtant, je savais être plus malin qu’elle dans cette histoire, et elle ne me connaissait vraiment pas. Elle ne savait pas de quoi je pouvais être capable. Je tentais alors de rattraper la jeune femme avant de lui glisser quelques mots. « Vous ne devriez pas faire ça vous savez. Vous ne savez pas de quoi je peux être capable. » Je la frôlais, faisant exprès de le faire d’ailleurs avant de la devancer toujours en veillant à ce qu’elle ne veuille pas fuir une nouvelle fois. Je voulais avoir le contrôle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyMar 12 Fév 2013 - 19:48

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Il m'emmerde, avec ces grands airs de dirigeant jeune et riche. Il m'énerve, c'est le genre de mec qui n'a jamais manqué de rien qui est né avec une cuillère en or dans la bouche et qui veut que tout le monde lui obéis. Je déteste cela, je le déteste bon sang je le déteste. Et je tente de le narguer, en lui répondant alors que je risque ma place, en le mettant au défi en le provocant. Voilà pourquoi ses derniers mois je ne garde pas un job plus d'un mois, voilà à quoi je suis réduis. Pourquoi je suis comme cela, j'en sais fichtrement rien en faite. Son léger sourire en coin ? Je voulais qu'il l'avale directement, sincèrement foncièrement. Merde coin ! Quoi ? M'acheter une robe ? Super maintenant j'étais une pute qu'on achète, sauf qu'il couchait pas avec moi. Super. L'enlever ? L'idée me plaisait plutôt bien, je voulais bien le voir sans costume, en faite j'aimerai bien voir... STOP ! Hurlais-je à mon esprit malsain, le patron, jamais on le met dans son lit, même s'il a votre âge et qu'il est plutôt canon. Ses dernières paroles restèrent accrocher à mon esprit avant qu'il ne passe devant moi. Bon sang ! Je restais sans mot, persuadée qu'il avait bien dis ce qu'il avait bien dis. Voulait-il me punir pour cela ? L'idée germa une seconde dans mon esprit avant de s'évanouir rapidement. Reprend-toi Jaelyn et vite. Je prenais une coupe qui se trouvait sur le plateau d'un serveur avant de la boire, pratiquement cul sec. A défaut de rentrer chez moi, je pouvais bien me saouler un peu la gueule. Je me rapprochais de lui, alors qu'on se dirigeait toujours vers nos clients. Enfin ses clients. « Quoi ? Vous allez me mettre une fessée ? » Disais-je sur le ton de la plaisanterie, comme une enfant qui demande à son père, un peu plus coquin bien sur. Je revenais sérieuse et arrêtais mes insinuations coquines. « Hors de question que vous m'achetiez une robe hors de prix, je suis pas une poule de luxe. » J'avais encore un peu de dignité. En tout cas j'en cherchais. Depuis quand étais-je devenue ce genre de personnage ? Depuis quand me laissais-je envahir de la sorte. Passant une main dans mes cheveux et rajustant mon décolleté de sorte de ne pas choquer les clients je venais à rajouter, un regard déterminée à son intension. « Suis-je sensée sourire, les séduire et rire à leur blague, ou m'avez vous pris pour prendre des notes ? Je veux être certaine d'être payé pour le bon job. » Et toc, je lui lâchais ses mots, empruntes d'une colère sans non. Je n'étais pas une putain qu'on emmenait dans une soirée, pour faire bien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyMar 12 Fév 2013 - 20:38

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Quand cela allait-il cesser ? A vrai dire je n’en savais rien mais.. d’un côté, je prenais un malin plaisir à répondre à ses attaques et à être toujours aussi méchant envers elle. Je m’étais alors avancer, glissant quelques paroles à la jeune femme. Ces paroles qui étaient non sans une idée derrière la tête, enfin, elle ne savait pas comment j’étais et ne savais donc pas, par conséquent de quoi je pouvais être capable. A vrai dire, il était mieux qu’elle ne sache rien, c’était beaucoup mieux pour elle. Pourtant, cette pensée avait tout de même traversé mon esprit. Je m’étais avancé devant elle mais quelques secondes après, je la sentais alors me rejoindre auprès de moi. Que voulait-elle maintenant ? « Quoi ? Vous allez me mettre une fessée ? » Avait-elle lue dans mes pensées ? Sinon c’était ce qu’elle voulait, une fessée ? Peut-être qu’elle aimait ça après tout, qu’est-ce que je connaissais d’elle ? Bon d’accords, il fallait chasser cette pensée de mon esprit. Je tournais alors la tête vers elle, de façon à la regarder dans les yeux. « Peut-être bien, je le pourrais oui. » Si elle disait cela sous le ton de la plaisanterie, de mon côté je ne plaisantais pas. Bien au contraire, je disais cela sérieusement mais.. je n’allais pas le faire, pas maintenant en tout cas. De plus, nous continuions d’avancer vers les clients que nous devions voir alors, ce n’était pas franchement le moment ni même l’endroit. « Hors de question que vous m'achetiez une robe hors de prix, je suis pas une poule de luxe. » Tiens donc, comme si elle allait réellement m’empêcher de lui acheter quoique ce soit. Je ne le faisais pas seulement parce que j’avais les moyens de faire mais aussi parce que c’était comme cela avec mes autres employés, s’il fallait quelque chose je le payais. Après tout, cet argent, je l’avais gagné par moi-même. Cela avait été le fruit de tous les efforts que j’avais fourni même si mon père adoptif avait été contre. Ce qui était certain, c’était que Jaelyn n’allait pas m’empêcher de faire cela, puis franchement qu’est ce qu’elle pouvait faire pour ? Me dire de ne pas le faire ? Ce n’était certainement pas cela qui allait m’arrêter. « D’une je n’ai pas dit que vous étiez une poule de luxe, et je ne vous aurais pas laisser faire cela. De deux, c’est le même sort qui est réservé à toutes mes employées, donc vous sans exception. Si j’estime qu’une de mes employés a besoin de quelque chose alors je lui paie et ça s’arrête là. » Ma réponse n’allait certainement pas lui plaire mais c’était ainsi, et elle allait devoir s’y habituer de toute manière. S’il y avait bien une chose sur laquelle je ne céderai pas au travail c’était ce point. Je lui achèterai donc une robe de cocktail que cela lui plaise ou non. Elle était en aucun cas une putain comme elle pouvait le penser. « Suis-je sensée sourire, les séduire et rire à leur blague, ou m'avez vous pris pour prendre des notes ? Je veux être certaine d'être payé pour le bon job. » Elle ne manquait pas d’insolence il fallait croire. Je crois bien que j’allais avoir du fil à retordre avec elle, en vue de son caractère et surtout, elle ne se laissait pas faire et c’était aussi une des choses chez elle qui arrivait à m’énerver. Pourquoi diable fallait-il qu’elle m’énerve autant et que je sois ainsi avec elle ? « Quelle insolence mademoiselle. » C’était là le principal trait de son caractère qui ne m’avait pas échappé. Elle était insolente. Etait-elle comme cela avec tout le monde ou bien c’était moi qui lui faisais cet effet-là ? Quoique, voyant comment j’étais, cela ne m’étonnerait pas. « Pourquoi pensez-vous que je vous ai appelé ? Pour me servir d’accompagnatrice peut-être ? Merci mais pour cela, je connais bien d’autres personnes plus qualifiée. Contentez-vous juste de prendre des notes. » Cela était-il satisfaisant comme réponse ? De toute manière, elle devrait se contenter de cela et pas plus.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyJeu 14 Fév 2013 - 18:31

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Mais quel con ! sérieusement, je perdais mes mots, me mettre la fessée et puis quoi encore ? Je laissais cela qu'aux personnes de confiance et pas aux pervers. En plus d'être autoritaire et froid, il était pervers. Cet homme n'avait rien pour lui et je devais continuer cette mascarade, travailler pour lui. Merde j'avais réellement besoin de ce boulot mais il ne m'aidait vraiment pas, avec sa façon d'être. Il devait mettre toutes les femmes dans son lit puis payer à ses employés des choses je trouvais cela absurde et répugnant. Poaw. Mais ce fut ses dernières paroles qui me mirent réellement hors de moi. Des personnes plus qualifiées, pour qui il se prenait ! Piquée dans mon orgueil je me contentais juste de lui dire, l'air... Vexée. « oui, monsieur Hawkins. » connard oui... Je ne supportais pas sa manière de faire après tout, qu'était-il au juste pour me parler de la sorte. TAIS-TOI me hurlait ma conscience, mais j'en étais foutrement incapable. Pas ma faute s'il me rendait comme cela, si tout en moi hurlait comme quoi ce mec était un goujat de première, comme si, il n'y avait que le travail qui l'intéressait. Il n'y avait pas que cela, mais je ne savais comment le dire, le faire, lui prouver que je n'étais pas juste que cela, l'assistante de l'assistante. Même si au fond, je ne pouvais m'en prendre qu'à moi-même. Nous étions proche des clients, je m'arrêtais net... Reprenant le fil de notre discussion. « Si je comprends bien votre raisonnement monsieur Hawkins, si j'ai besoin d'une nouvelle voiture j'aurai une nouvelle voiture ? » Je levais les yeux au ciel, appuyant bien le fond de ma pensée, quel goujat. « on achète pas les gens, sachez-le ! et je ne vous autoriserais jamais à me toucher, qu'on soit d'accord, ce n'est pas parce que vous êtes mon patron, autoritaire et despotique que je me laisserai faire. Sur ce, sourions, j'ai des notes à prendre. » TOC. J'avançais vers les clients, sourire sur les lèvres. Persuadée également que je finirais sans doute au chômage à la fin de ma soirée.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyJeu 14 Fév 2013 - 19:33

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Elle m’énervait et pourtant elle ne faisait rien en particulier pour cela. Elle me rappelait seulement quelqu’un, une personne à qui je tenais et je n’aimais vraiment pas cela d’ailleurs. Je ne pouvais pas m’empêcher de lui parler mal, froidement et d’être autoritaire avec elle. J’étais ainsi et je crois que rien ne pourrait me faire changer cela. Je lui avais expliqué ma façon de faire avec les employés et donc elle y comprit puisqu’elle ne semblait pas vraiment pour le fait que j’achète des choses à mes employés. Mais ça, malheureusement pour elle, j’en avais que faire. « oui, monsieur Hawkins. » Bien, elle semblait finalement ne plus faire la fille insolente. De toute manière, elle n’avait que cela à faire, obéir et ne rien dire car je ne comptais pas changer d’avis, même si cela ne lui plaisait pas. Je me contentais d’approcher un peu plus des clients avec la jeune femme. Ils n’étaient plus si loin maintenant alors je ne voyais pas ce qu’elle pouvait rajouter. Enfin, ça c’était ce que je croyais bien sûr. « Si je comprends bien votre raisonnement monsieur Hawkins, si j'ai besoin d'une nouvelle voiture j'aurai une nouvelle voiture ? » Et bien, à défaut d’être insolente elle était intelligente pour ce point et elle avait compris comment j’agissais avec mes employés. En effet, si elle avait besoin d’une nouvelle voiture alors elle aurait une nouvelle voiture, peu importe ce qu’elle en dirait et ce serait moi qui choisirait. « C’est bien mademoiselle, vous avez tout compris. » Pourquoi ? Avait-elle besoin d’une nouvelle voiture pour me demander cela ? Il allait donc être de mon devoir de m’assurer qu’elle pourrait venir travailler en étant toujours saine et sauve. Cela n’allait certainement pas lui plaire mais je devais m’en assurer quand même. « on achète pas les gens, sachez-le ! et je ne vous autoriserais jamais à me toucher, qu'on soit d'accord, ce n'est pas parce que vous êtes mon patron, autoritaire et despotique que je me laisserai faire. Sur ce, sourions, j'ai des notes à prendre. » Finalement, elle semblait continuer à vouloir faire la fille insolente. Ne pas la toucher ? Vraiment ? Comme si c’était elle qui allait empêcher de faire cela et puis après tout, ce n’était pas moi qui avais évoqué le fait de la fessée. Question pervers, je n’étais pas le seul, même si j’avais aussi évoqué le fait que je pouvais le faire, la lui donner. Zachary chasse donc cette idée de ta tête, ce n’est que ton employé et tu ne peux pas faire ça. Enfin, après tout, où étais-ce indiqué que cela était interdit de faire ça ? Ne fais pas ça venais de me murmurer une voix dans ma tête et je fus parcouru de frisson. Je revoyais alors son visage, non pas ce soir. Je rattrapais la jeune femme pour lui glisser, en m’assurant de ne pas être trop proche de nos clients. « Je ne vous achète pas mademoiselle, je m’assure de ce qui est le mieux pour mes employés. Et puis, je n’attends rien en échange de cela donc je ne vous achète pas. Quant au fait de vous toucher ou non, je ne comptais pas le faire de toute manière. » Et toc, ne pense pas que la pensée de te toucher n’eut rien qu’une fois effleurer mon esprit. Bon okay, ça avait été le cas mais je n’allais pas te le dire.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyDim 17 Fév 2013 - 0:29

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


J'essayais à dire vrai de ne pas y penser, malheureusement cela ne m'aidait absolument pas. Cet homme, qui se trouvait en face de moi devenait vraiment une énigme, un point d'interrogation. Je ne savais pas ce qu'il attendait de moi. Peut-être que toutes les femmes qui le rencontraient lui obéissaient fermant les yeux, moi, je n'étais pas de ses femmes là, et hors de question de l'être à long terme. J'avais un caractère, certes pas le meilleur de tous mais hors de question de le laisser me payer une robe, une voiture ou autre chose sans rien dire. Hors de question qu'il fasse cela pour moi, merde je ne voulais aucune aide, si je travaillais c'était bien pour me prouver que je pouvais le faire. Certes habitant à Santa Monica, je n'étais pas dans le besoin, mais je payais un loyer à Candice et je comptais bien travailler comme il se doit. *un soupire* Nous y étions presque les clients, le boulot, les emmerdes, mais il vint me rattraper et me chuchoter, p*tain qu'il arrête donc de faire cela... Qu'il arrête de me mettre à nerf, à bout, de me chercher, je ne suis pas certaine de vouloir lutter. Lutter contre cette colère, l'emportement, l'envie, le désir, ce putain de désir qui électrifiait l'air. Etais-je la seule à ressentir cela ? Etais-je la seule à perdre la tête. Je reprenais le dessus, difficilement mais tout de même j'y arrivais. « Monsieur Hawkins... Vous... » Je prenais un terme impétueux, pourquoi ? Il ne méritait même pas que j'agisse de la sorte, mais je ne pouvais contenir plus longtemps cette boule qui grandissait à l'intérieur de moi. « Vous ne savez pas ce que vous ratez. Je savais que vous étiez de ce genre-là. » Mec coincé, le gendre idéal, le genre... Tout le monde n'est pas assez bien pour moi, cela se lisait sur son visage. J'avais jusqu'au client, avant de leur serrer la main et de sourire, un peu trop, mais quitte à être une salope je désirais l'être jusqu'au bout, juste pour me prouver que ce mec, ce patron n'est pas un mystère, mais de ses hommes que je ne supportais pas, comme cela je finirais bien par oublier. Arrêter d'y penser... Le détester tout simplement. Il ne venait pas je me tournais vers lui, insistante. « monsieur Hawkins ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyDim 17 Fév 2013 - 1:16

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Cette voix, cette pensée. Pourquoi venait-elle se mettre dans mes pensées alors qu’elle était censée être morte ? Pourquoi ? Je n’avais pas envie d’y penser, je ne voulais pas et puis surtout, ce n’était franchement pas le moment. Bon sang, nous étions là, pour cette réception et voilà que j’entendais cette voix, sa voix me rappeler que je ne devais pas. Elle arrivait comme toujours à me radoucir, elle avait toujours eu un effet sur moi qui faisait que devant elle, je n’étais plus l’homme que j’étais là en face de Jaelyn. De toute manière, je ne pouvais pas être cet autre homme avec Jaelyn, elle avait toujours le don de m’énerver même si elle ne faisait rien en particulier. Je ne savais pas si c’était de la haine ou.. à vrai dire je n’en savais rien. Je ne savais pas pourquoi elle me provoquait cet effet-là et puis, je ne pouvais pas être cet autre homme car je me l’étais promis. M’attacher à quelqu’un, tomber amoureux c’était sans façon désormais. Je ne voulais pas subir la même chute, la même claque une nouvelle fois, ça avait suffis. Maintenant, j’étais comme mon père, trop autoritaire, comme cet homme que j’avais toujours détesté mais ça me permettait de cacher certaines choses, certaines parties de ma vie dont je n’avais pas envie de parler. « Monsieur Hawkins... Vous... » Je l’écoutais sans trop le faire.. J’étais entièrement perdu dans mes pensées, perdu dans un autre monde. Bon sang comme j’aurai voulu rentrer et ne plus être là à ce moment-là. Je bouillonnais à l’intérieur, comme une envie de tout envoyer balader. Il fallait qu’elle sorte de mon esprit et tout irait bien.. tout irait bien. Bien sûr.. « Vous ne savez pas ce que vous ratez. Je savais que vous étiez de ce genre-là. » Je ne trouvais pas le courage de répondre, de répondre à cela. En fait, j’avais perdu courage de faire quoi que ce soit désormais. Je devais me ressaisir et revenir à la réalité mais tant de choses me remontaient à l’esprit désormais. « Il avait fallu que tu viennes. » pensais-je alors intérieurement. Ce que j’étais ? Personne ne le savait, personne ne savait qui j’étais à part une personne qui était déjà partis. « Vous ne savez pas qui je suis, personne le sait. » lâchais-je alors sans trop en prendre conscience et surtout, sans trop savoir si la jeune femme avait entendu cela. Mon corps était présent mais mon esprit, lui, était bel et bien ailleurs. J’entendais les pas de la jeune femme qui s’éloignaient, probablement pour aller rejoindre les clients puisque je l’avais empêché de partir alors qu’elle s’apprêtait à le faire. Seulement, je ne bougeais plus, je ne réagissais plus. Je finissais tout de même par relever la tête. « monsieur Hawkins ? » Elle m’avait alors sortit de mes pensées. Elle était là, près des clients alors que je n’avais pas bougé d’un poil depuis la dernière phrase que j’avais prononcé. « Excusez-moi un instant, je reviens. » Il fallait.. je ne sais pas mais je devais reprendre mes esprits. Je m’absentai un instant, allant me rafraîchir le visage dans les toilettes. Je passais ensuite vers le bureau, prenant une coupe.. en fait non deux, cela m’aiderait plus, à ne plus y penser. Je pensais ensuite à Jaelyn, non, elle devait rester sobre elle. Je m’approchais alors des clients et aussi de la jeune femme. Concentre-toi sur autre chose bon sang. « Excusez-moi, je suis tout à vous messieurs. » Un sourire adressé vers eux, une gorgée d’alcool et tout irait bien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyMar 19 Fév 2013 - 8:25

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Super, voilà, que monsieur se cassait sans la moindre raison. Je soupirais fortement me retrouvant en face de ses clients dont je ne connaissais même pas l'intérêt. En réalité, j'aurai du fuir à cet instant quitter rapidement la pièce et ne plus jamais revenir, prendre mon dernier salaire et me casser. Qu'est-ce qui m'empêchait de faire une chose pareille ? Ma bonne conscience, bordel, cette dernière elle ne pouvait pas se casser et revenir quand j'en avais réellement besoin, pas maintenant. Manque de bol, le client, le plus âgé de tous me regardait avec un œil lubrique. Pervers. Sans parler de l'autre, mais cette fois-ci plus jeune et terriblement canon. Je ne devrais pas, mais j'avais envie de m'amuser un peu ce soir, après tout monsieur Hawkins n'était plus là et s'il en avait eu marre de moi. Quelle chance ! Manque de bol, voilà qu'il venait à nous, s'excusant de son absence. Gros soupire... Et durant une bonne heure, je vins à prendre des notes sur les choses qu'ils devaient voir ensemble, pour les entreprises de chacun. Lançant quelques œillades au plus canon des clients, je comptais bien après mes obligations, m'inviter à prendre un verre avec lui, c'était plus agréable comme perspective que de prendre des notes, de faire la potiche et rire aux blagues salaces du plus âgé des hommes. Zachary semblait tellement sérieux, que cela en devenait grisant. Cela lui arrivait-il d'être détendu et fun ? J'en avais vraiment pas l'impression et c'est après tout ce temps, que je prenais enfin le temps de boire un verre. Une coupe de champagne. Dieu ! Pourquoi ... pourquoi. Une coupe de champagne à la main nous étions plus que tous les deux alors que je fixais toujours mon bel apollon plus loin. « Avons-nous fini pour la soirée ? » Demandais-je avec une certaine pointe d'insolence dans ma voix. Non pas que j'étais pressée, en faite si, mais je sentais venir l'occasion de passer une bonne soirée. Je m'arrêtais sur Zach, qui semblait une fois encore tellement loin de tout cela. « Je dois avoué monsieur Hawkins, que vous me surprenez, vous n'avez pas l'air de vous... Amusez ! Y a-t-il quelque chose qui puisse rendre votre journée plus... agréable ? » Ma question n'avait aucun sous entendu, j'étais plutôt honnête, je dois avouer. Curieuse également de sa réponse, mais surtout pressée de passer à autre chose, à ce que je savais faire de mieux, satisfaire les pulsions d'un homme tout en satisfaisant les miennes. Un délice pour tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyMar 19 Fév 2013 - 17:33

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Partir quelques instants me semblait le mieux même si cela ne changeait rien au fait que je pensais encore et toujours à elle, à cette voix. Pourquoi est-ce qu’elle était venue ? C’était une question que je me posais toujours et dont je ne trouvais pas la réponse. J’étais alors partis me rafraîchir le visage un instant avant de me prendre du champagne et de retourner auprès des clients. Travailler, voilà ce que je devais faire pour oublier le reste, pour ne plus penser à rien. Travailler me permettait en quelque sorte d’évacuer un peu de tout cela, voilà pourquoi je travaillais autant ou que je pouvais paraître autant sérieux et attacher à mon travail. Attacher, je l’étais déjà à la base puisque j’avais toujours voulu faire cela mais depuis qu’elle était partie, c’était tout ce qu’il me restait de bien. Mais cela, personne ne le savait. Je tentais alors de me concentrer jusqu’au bout pendant que Jaelyn prenait des notes comme je lui avais demandé. Seulement, ses échanges de regards avec l’un des clients n’étaient pas passés inaperçus mais je tentais de ne pas m’énerver. Après tout pourquoi m’énerver ? Seulement, chacune de ses phrases ou de ses gestes pouvaient m’énerver alors quand elle se permettait de faire ce genre d’échange devant moi, cela ne faisait que me faire bouillonner à l’intérieur. Nous nous retrouvions enfin que tous les deux après avoir terminés avec les clients, et heureusement car malgré ce qu’on pourrait croire sur moi, ce n’était pas toujours passionnant ce genre de soirées. Je faisais cela pour mon travail mais ce n’était pas pour autant que j’aimerai que cela se fasse tous les jours. « Avons-nous fini pour la soirée ? » Si nous avions terminés pour la soirée, visiblement oui mais je n’en avais pas envie de mon côté. En fait, je me doutais très bien de ce qu’elle allait faire et ça, je n’en avais pas envie. Pour qui je me prenais ? Pour le patron, même en dehors du travail oui. « Je dois avoué monsieur Hawkins, que vous me surprenez, vous n'avez pas l'air de vous... Amusez ! Y a-t-il quelque chose qui puisse rendre votre journée plus... agréable ? » M’amuser dans ce genre de soirée ? Vraiment ? Non, je ne voyais pas vraiment comment on pouvait s’amuser alors qu’on était simplement censé discuter avec des personnes qui pourraient nous servir pour nos projets, tout cela s’accompagnant de quelques trucs à manger ou de coupe de champagne. Ce n’était pas vraiment le genre de chose que je pourrais qualifier d’amusant. « Vous vous amusez vous dans ce genre de soirées ? Ce ne sont que des personnes qui sont là pour parler boulot alors.. non, il n’y as rien d’amusant. » Quelque chose qui pourrait m’amuser ? A vrai dire.. je me demandais moi-même ce qui pouvait m’amuser. Je n’avais jamais été celui à m’amuser vraiment, sortir ou encore aller en fête ou je ne sais quoi encore qui pouvait être amusant alors.. « Vous n’avez qu’à me montrer ce qui peux être amusant pour vous, ce qui vous amuse. » Voilà un bon moyen pour oublier cet autre homme qui, plus tôt parlait avec nous et l’occasion de rester encore un peu en ma compagnie. Voilà une bonne idée..
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptySam 23 Fév 2013 - 16:00

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Je ne me souviens plus de la fille que j'étais auparavant, avant l'accident, avant ce drame comme aime si bien le dire ma mère. Je ne sais plus à quoi je ressemblais. Oh physiquement j'en avais une excellente idée, j'étais toujours la même mais mentalement. au début, j'ai essayé d'être cette fille qu'ils arrêtaient pas tous de me parler, mais finalement, j'étais si malheureuse. Il me manquait quelque chose, je n'étais pas vraiment moi et désormais je sais enfin ce que cela signifie. Je suis Jaelyn, certes avec ses défauts et ses qualités, mais je suis moi. alors, quand jeune homme, pas trop vilain, commence à me draguer, je n'ai qu'une envie, le rejoindre et continuer cette soirée dans un endroit plus intime, c'est normal non ? Mais bien évidemment, je me retrouve confronté à mon patron, qui ne semble pas dans son état habituel. Ailleurs, beaucoup moins... Je ne sais pas comment qualifier cela. Alors je le fixe, et j'attends qu'il me laisse partir afin de m'amuser vraiment. C'est avec un haussement d'épaule que je viens lui répondre, parce monsieur ne semble pas comprendre, ou au contraire, il ne comprend que trop bien. « Ce n'est pas vraiment le genre d'endroit où j'ai l'habitude de m'amuser, mais il faut savoir trouver l'amusement où il se présente. » Un petit sourire qui en disait long naissait sur mes lèvres alors que je le fixais, sa proposition étant fort alléchante. Sauf que je ne pouvais pas m'amuser avec lui, c'était mon patron et je n'étais pas certaine qu'il soit du genre à apprécier ce genre de comportement. « Vraiment ? » Charmeuse comme jamais, je m'approcher de lui, feignant de le séduire, lui faisant sous entendre que je ne savais m'amuser que d'une seule manière. Je passais une main dans mes cheveux, avant de rajouter très sensuellement. « Monsieur Hawkins, je ne suis pas certaine que vous soyez du genre à ... » coucher avec votre personnel ? Je lui tirais le bras avant de traverser l'immense pièce pour l'emmener dans un autre endroit, où j'avais vu la mention dés mon entrée. Le poussant à l'intérieur, je concluais par un... « faire un karaoké ! » Une immense salle, un peu plus sombre, avec des gens inconnu qui chantait les musiques de leurs choix devant les autres. Parfait.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptySam 23 Fév 2013 - 17:42

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


La soirée était désormais terminé, du moins nous avions terminés de discuter avec les clients. D’autres personnes allaient probablement restés encore mais de mon côté, j’en avais suffisamment de cette soirée. Ce que j’allais faire ensuite ? Oh, je n’en savais rien.. Sûrement encore et encore le train-train quotidien de la vie que je faisais depuis mon retour ici. Sûrement travailler ou rentrer chez moi. Seulement, voilà que j’avais bel et bien remarqué les échanges entre Jaelyn et l’autre client avec qui nous discutions tout à l’heure. J’avais aussi deviné sans mal comment la soirée comptait se terminé si je la laissais partir avec et.. non. Elle était encore sous mes ordres, j’étais son patron et je ne comptais pas la laisser filer toute suite. Je n’allais pas le lui dire bien entendu, je connaissais son insolence, du moins c’était ce que j’avais pu remarquer à plusieurs reprises durant cette soirée. Je ne voulais pas non plus rester seul, je n’étais pas vraiment dans mon état pour cela alors non.. il fallait que je trouve quelque chose. Finalement, elle qui voulait savoir s’il n’y avait pas quelque chose qui pouvait m’amuser, je lui avais alors demandé de me montrer ce qui l’amusait, elle. « Ce n'est pas vraiment le genre d'endroit où j'ai l'habitude de m'amuser, mais il faut savoir trouver l'amusement où il se présente. » Trouver l’amusement où il se présente ? Vraiment ? Parce qu’il y avait vraiment de quoi s’amuser ici ? Je la regardais alors, sans trop comprendre ce qui pouvait être amusant ici. Pourtant, nous avions le même âge ou presque si je me souvenais de ce que j’avais lu quand elle s’était proposé pour le poste. Je ne pouvais donc pas dire qu’elle était plus jeune et pouvait donc plus s’amuser. Ce n’était juste.. pas mon genre.. pas mon truc. Petit, je ne m’amusais pas. Je restais simplement avec ma mère adoptive dans ma chambre, jouant alors de la musique pour échapper à tout le reste. « Vraiment ? » Elle semblait étonnée ou ravie de ma proposition. Oui, je lui avais dit de me montrer comment elle s’amusait elle. J’hochais alors simplement la tête lorsqu’elle me posait cette question. Je la voyais, s’approcher, doucement. Ce qu’elle allait faire ? Je n’en savais rien mais ce qui était certain c’était que j’avais bien envie d’en savoir plus sur ses intentions. « Monsieur Hawkins, je ne suis pas certaine que vous soyez du genre à ... » Du genre à quoi encore ? Elle m’avait déjà laissé entendre que pour elle j’étais de ce genre coincé ou je ne sais quoi encore alors.. je pouvais en entendre encore. Elle ne terminait pourtant pas sa phrase qu’elle me tirait déjà ailleurs. Où allions nous ? Je ne voyais vraiment pas. Finalement, nous nous trouvions dans une autre salle, plus grande je crois avec des personnes qui chantaient. « faire un karaoké !» Un karaoké ? C’était réellement ce qu’elle voulait faire. Hum.. Autant dire que je ne m’attendais pas vraiment à cela et que j’étais légèrement déçu. Faire un karaoké, ce n’était pas mon genre non. Franchement, vous me voyez moi, Zachary, sur cette scène pour chanter ? Non c’était juste.. pas moi. J’aimais la musique, car c’était ce qui m’avait accompagné petit mais chanter là devant tous.. « Vraiment ? C’est à cela que vous pensiez ? » Je ne cachais pas le fait que j’aurai pensé qu’elle veuille faire autre chose, tout mais pas un karaoké. « En effet.. ce n’est pas vraiment mon genre.. » Bingo, elle allait une fois de plus se dire que j’étais un coincé ou je ne sais quoi encore. Encore une fois, je pensais à l’autre client car.. c’était comme cela qu’elle irait s’amuser si je ne trouvais rien car à mon avis, retourner au bureau n’était pas ce qui l’amuserait. Quant à venir chez moi.. je ne laissais que peu de monde y rentrer. « En revanche.. je peux vous accompagner au piano.. » Et quoi ? Penses-tu que j’en suis incapable ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyMer 27 Fév 2013 - 19:50

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Je ne sais pourquoi je lui demandais de faire cela, même si une autre idée m'aurait surement traversée l'esprit, mais je ne pouvais pas, il s'agissait tout de même de mon patron. Puis, il ne semblait pas être le genre de mec à se taper son assistante. Etait-il marié ? J'en savais fichtrement rien, mais une chose était certaine, je voulais le mettre en danger. Bon okay, j'aurai pu passer une soirée terriblement plus torride avec le jeune homme de tout à l'heure mais il venait de me piquer dans mon orgueil, et comme on me connait si bien, je ne suis pas du genre à baisser les bras face à un défi de la sorte, loin de là. C'est donc pleine de malice que je me rapprochais de lui, curieuse, terriblement curieuse également et je comptais bien voir ce qu'il avait dans le ventre. Le karaoké n'était pas l'endroit que j'affectionnais le plus pour chanter je l'accorde mais je voulais le voir chanter, il devait en avoir sous ses apparences de patron sévère et coincé. « Vous êtes déçu ? Vous auriez aimé autre chose ? » Le petit coquin ? Où était-il juste en train de me faire tourner en bourrique, en tout cas c'était bien parti pour. Je souriais avec franchise, et je cherchais à lire derrière cette apparence qu'il se donnait. Il allait surement dire non et partir comme si de rien était après tout, il n'était pas du genre à se laisser avoir aussi facilement. Tous semblait être contrôlé dans sa vie, bien rangée. « Le piano seulement ? » Je faisais une petite moue déçue qu'il ne vienne pas danser. Mais devais-je insister un peu plus ... Poaw pas certaine. « quelle dommage. Vous ne sortez vraiment pas assez monsieur Hawkins, on ne fait pas de karaoké avec piano.. » Disais-je en le laissant en plan, m'éloigner loin à portée de vue. Lorsque je revenais vers lui, quelques minutes plus tard, c'est avec un petite moue que je lui disais. « nous passons dans un quart d'heure et vous pourrez jouer du piano. » Ce n'était pas étonnant, il avait tout du bon fils de famille, du genre à apprendre le piano depuis sa plus grande enfance. A quoi ressemblait le mini Hawkins, j'en savais rien mais il devait être tout mignon et parfait. Je soupirais en regardant autour de nous, plissant les yeux, tant le chanteur nous cassait les oreilles. « que va-t-on bien pouvoir faire ? Vous me payez un verre, monsieur. » Un air satisfait, c'est avec un grand sourire que je lui demandais cela.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyMer 27 Fév 2013 - 20:45

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Un karaoké ? Non mais j’hallucinais. Je ne pensais pas qu’elle était du genre à faire un karaoké ou à chanter mais visiblement, j’en connaissais trop peu sur elle. Il fallait que j’en sache plus. En tout cas, elle m’avait emmené ici et elle n’allait pas partir avec le jeune homme de tout à l’heure, c’était déjà une bonne chose. En revanche, je ne m’attendais pas vraiment à cela et il fallait avouer que je me trouvais tout de même un peu déçu. Bien entendu, ce n’était pas le genre de chose que j’allais lui avouer de vive voix. Après tout, j’aimais me faire désirer et puis je serai bien idiot de lui dire ce que j’avais attendu. « Vous êtes déçu ? Vous auriez aimé autre chose ? » Si j’aurai aimé autre chose ? Avait-elle lue dans mes pensées pour me dire ça ? Elle avait bien vu juste en tout cas mais franchement.. ce ne serait pas trop facile si je venais à lui dire ? Bien sûr que si, ça l’était trop. « Peut-être bien oui.. » lui répondais-je alors, gardant une part de mystère. Et puis, j’aimais l’énerver, la faire tourner en bourrique autant qu’elle pouvait m’énerver par moment. C’était un jeu pour lequel je prenais réellement un malin plaisir à le faire. « Je ne m’attendais pas à cela, c’est tout. » En même temps, comment pouvais-je deviner qu’elle allait m’emmener dans un karaoké lorsque quelques secondes auparavant elle échangeait des regards avec l’autre jeune homme, des regards qui en disait long sur la soirée qu’elle s’apprêtait à passer avec lui. Enfin, avant que je ne vienne déjouer ses plans. « Le piano seulement ? » Quoi seulement ? Elle avait déjà pensé que j’étais du genre coincé comme mec et maintenant, voilà que le fait de jouer du piano ne lui plaisait pas non plus. Il y avait-il quelque chose qu’elle allait finir par aimer chez moi ? Quoique.. vu comment je me comportais avec elle, ce n’était pas sûr mais j’étais ainsi. Je n’avais pas l’intention de changer ni de baisser les armes, même si je venais à être plus gentil lors de cette soirée. Je pouvais tout de même sentir la déception dans sa voix dû au fait que je ne voulais pas chanter, et je n’avais pas l’intention de le faire même si elle insistait. Franchement.. moi chanter ? Je secouais alors la tête durant quelques secondes, chassant cette idée-là de ma tête. « quelle dommage. Vous ne sortez vraiment pas assez monsieur Hawkins, on ne fait pas de karaoké avec piano.. » Oh non, je n’étais pas du genre à sortir et encore moins ces dernières semaines. Je m’occupais autrement, en me donnant corps et âme dans mon travail ou alors en jouant au piano. Cela avait toujours été ma façon à moi de m’évader durant mon enfance. Je n’avais jamais connu mes parents, quant à mon père adoptif.. je ne m’entendais pas vraiment avec lui. Il y avait toujours ma mère adoptive mais.. cela ne suffisait pas à effacer toute cette peine. Et mon frère, adoptif aussi qui était partit. Je n’avais pas de nouvelles de sa part alors, je jouais pour ne plus penser. « Vous n’aurez qu’à.. m’emmener dans les endroits que vous connaissez, au moins vous ne pourrez plus dire que je ne sors pas. » Un autre défi ? Peut-être bien oui mais dans le fond, ça m’amusait de faire ça. J’étais joueur et je voulais voir si elle pouvait l’être elle aussi, si elle pouvait faire cela. Au moins, je l’aurai plus longtemps à mes côtés et non pas dans les bras d’un de ces mecs qui voulait la toucher. Soudain, je la vis s’éloigner sans que je ne comprenne pourquoi. Allait-elle finalement me laisser là car je ne voulais pas chanter ? Je pouvais tout de même la voir de là où j’étais, le voyant alors parlé avec quelqu’un. Quelques secondes plus tard, je poussais un soupir de soulagement. Elle revenait vers moi. « nous passons dans un quart d'heure et vous pourrez jouer du piano. » Je la regardais alors, satisfait. Finalement, elle allait pouvoir chanter et moi jouer du piano. Comme quoi, il pouvait bien y avoir un piano dans un karaoké. Bon, ce serait peut-être une première visiblement mais comme quoi, on pouvait être persuasif parfois, même si là, ça avait été la jeune femme qui l’avait été. « Vous voyez, un piano dans un karaoké ça peut arriver. » Même si je ne chantais pas avec elle, au moins j’allais jouer du piano pour l’accompagner, c’était déjà quelque chose, non ? Peut-être pas ce qu’elle espérait comme soirée mais bon. « que va-t-on bien pouvoir faire ? Vous me payez un verre, monsieur. » Eh bien ! Elle ne semblait pas vraiment gênée de cela, me demander de lui payer un verre. Pas que je n’avais pas les moyens de le faire ou que je ne le voulais pas mais voilà encore une chose à laquelle je ne m’attendais pas. J’aurai pourtant pu en vue de son insolence à mon égard. « Bien, allons-y pour le verre mais dans ce cas, vous prenez quelque chose à manger aussi. Il doit bien y avoir de quoi grignoter ici. » Je la laissais passer devant avant de me diriger avec elle jusqu’au comptoir pour commander de quoi boire et manger avant notre passage sur scène. Bon sang, qu’est ce qui m’avait pris d’accepter cela ? Je me le demandais bien. « Vous me devrez une danse ensuite. » Ce n’était pas une demande, plutôt un ordre auquel elle n’avait pas le droit de refuser. Après tout, ce n’était pas parce que nous étions dans un bar que j’en avais oublié que j’étais son patron. Elle devait m’obéir, même ici.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyMer 6 Mar 2013 - 0:41

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


A quoi bon s'entêter dans cette pente glissante de cette soirée. Je n'aurai aucun profit à passer une soirée entière avec ce patron que je supportais que moyennement. Mais voilà en arriver à cette finalité, c'est à dire le faire chier me plaisait plutôt bien. J'étais soucieuse du détail et je voulais, qu'il paye pour ne pas me laisser faire quand à finir ma soirée avec ce beau brun de tout à l'heure. Soit... Monsieur claque des doigts, il a ce qu'il désire, moi à mon tour, je sais désormais jouer ma chieuse, qu'il en va ainsi... A son énorme sous entendu, je rétorquais assez facilement... « nous verrons bien vers quoi la soirée nous prédestine mais vous sortir certain soir, non merci... J'ai pas envie de trainer avec une personne qui ne met que des costards. » Même si mon moi intérieur connaissait déjà la réponse, hors de question de forniquer avec ce patron coincé et autoritaire. Mais s'amuser, je pouvais alors je commandais la chanson de mon choix, pour aller avec un piano j'optais pour du Adèle. Que j'appréciais mais dont je n'avais pas le talent... Revenant, souriante... Joueuse, j'observais ce patron que je ne voyais que rarement hors du boulot, pour ne pas dire jamais. Que faisait-il de ses nuits ? Une femme devait gentiment l'attendre, non... Il avait une passion dévorante, j'en étais certaine, du genre à électrifier une pièce, à vous porter au septième siècle sans froisser son beau costume hyper cher. Le coquin. Je levais les yeux au ciel, pourquoi manger ? Je n'avais pas faim, une fois au bar je commandais ma boisson tout en riant fortement. « Danser ? Vous n'allez pas chantez, croyez vous que je vais danser ? Cela ne se fait plus depuis le siècle dernier ! » Mais l'idée soudaine d'un rapprochement physique de mon corps contre le sien électrifia ma peau, je nous imaginais et l'envie fut soudaine et violent. Mais il n'en fut rien, j'étais maladroite en dansant, puis cela avait l'effet de douloureux souvenir. Nous avions de belles boissons, ainsi que des canapés qui allaient très bien avec l'établissement ou nous nous trouvions. Je tendais mon cosmopolitain en direction de Zachary, me demandant encore ce que je foutais là... « A cette soirée Mr Hawkins, en espérant que vous ne soyez pas trop mauvais au piano, je ne veux pas que nous nous ridiculisons devant tout le monde. J'ai une réputation à tenir. » Je riais avant de reprendre mon sérieux. « Êtes-vous toujours aussi autoritaire, où avez vous juste une dent contre moi ? Je dis ça, je dis rien... Mais vu que nous essayons de faire la discussion. » J'aurai du ranger ma langue, mais au lieu de cela... Je n'en faisais qu'à ma tête, que voulez vous on ne pouvait pas me changer...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyMer 6 Mar 2013 - 1:45

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Voilà comment j’allais terminer la soirée. Dans un bar où visiblement ils faisaient des karaokés. Oh bien entendu, je ne comptais pas chanter, et puis quoi encore. Je n’étais pas de ceux qui aimaient cela, qui aimaient le chant et encore moins chanter devant les autres. Je ne pouvais pas faire cela et puis.. me ridiculiser comme cela devant tout le monde, je m’en passerai bien en fait. Pourtant voilà, je ne pouvais pas la laisser terminer la soirée avec cet autre homme et voilà que je m’étais proposé de l’accompagner au piano pendant qu’elle chanterait. Autant dire que cette phrase avait dû sortir de ma bouche avant même que je ne puisse avoir le temps de la penser. Au moins, ce serait moins ridicule que de chanter une chanson surtout que je ne savais même pas chanter et je ne le faisais pas, pas même sous ma douche d’ailleurs. « nous verrons bien vers quoi la soirée nous prédestine mais vous sortir certain soir, non merci... J'ai pas envie de trainer avec une personne qui ne met que des costards. » Légèrement choqué de ses paroles, j’en restais tout d’abords sans voix. En fait, je ne m’y attendais pas et pourtant, j’aurai du. Après tout, j’avais pu voir au cours de la soirée à quel point elle pouvait être insolente parfois. En fait, j’aurai du m’y attendre. Je la regardais alors dans les yeux pour lui répondre franchement. « Mademoiselle.. pensez-vous vraiment que je traîne toujours en costard, même chez moi ? Si j’en porte, c’est pour des raisons professionnels, pour le travail mais comme nous nous voyons seulement pour le boulot, vous ne pouvez pas le voir. » Je terminais ma phrase sur un sous-entendu, qu’il fallait qu’elle me fasse sortir ou du moins que nous nous voyons pour d’autres raisons que pour le travail si elle ne voulait pas avoir à faire à mes costards. Qu’avaient-ils de si affreux franchement pour qu’elle me le reproche plusieurs fois dans la même soirée ? Bon, elle ne l’avait dit que deux fois mais c’était quand même assez. « Tous ces hommes étaient en costard, y compris ceux à qui nous avons parlés. Les miens ne sont-ils pas assez bien pour vous ? » Et quoi ? L’autre homme avec qui elle échangeait des regards plus tôt dans la soirée, cet homme qui la draguait portait bel et bien un costard non ? Je la laissais s’éloigner alors pour la voir revenir souriante et m’annoncer que j’allais pouvoir jouer du piano pendant qu’elle allait chanter. Nous avions tout de même encore un peu de temps et elle me proposait de prendre un verre, ou plutôt, que je lui paye un verre. Cela ne me dérangeait pas après tout, bien assez fortuné pour cela. Je commandais même de quoi manger pour elle, il fallait qu’elle mange aussi. « Danser ? Vous n'allez pas chantez, croyez vous que je vais danser ? Cela ne se fait plus depuis le siècle dernier ! »Ce fût en riant qu’elle me sortait là sa réponse. Et pourquoi pas d’abords, pourquoi ne pourrait-elle pas danser ? Bon, ce n’était pas.. enfin je n’étais pas un expert, ne dansant que rarement mais au moins ça lui prouvait que je pouvais tenter de m’amuser non ? « C’est pour cela que ces personnes sont en train de danser alors ? Et puis, vous voyez que je peux tenter de m’amuser alors.. acceptez. » lui dis-je alors lui rappelant ses paroles qu’elle m’avait dîtes plus tôt encore. C’était une bonne raison pour accepter non ? Enfin, si elle allait le faire, rien n’était moins sûr, de toute manière, je n’allais pas vraiment lui laisser le choix et elle finirait par le faire. Si elle pensait que son insolence allait m’arrêter, jamais. Nos verres et le reste commandés, nous nous étions finalement installés dans des canapés que contenait ce bar. Nos verres à la main, nous avions encore le temps avant de monter sur scène, encore le temps pour pouvoir discuter. Du moins, c’était ce que semblait vouloir faire Jaelyn. « A cette soirée Mr Hawkins, en espérant que vous ne soyez pas trop mauvais au piano, je ne veux pas que nous nous ridiculisons devant tout le monde. J'ai une réputation à tenir. » Bon sang ! Devais-je m’attendre à autre chose de la part de la jeune femme ? Ses paroles, comme les dernières qu’elle avait prononcés me laissait encore une fois sans voix durant plusieurs secondes. Si elle était ainsi avec son patron, je me demandais comment elle était avec l’homme qui partageait sa vie, si elle en avait un. En fait, je n’avais finalement pas envie de le savoir. « Pensez-vous vraiment que je vous aurai proposé de vous accompagner au piano si c’était pour nous ridiculiser ? Quoique.. je ne connais pas vos talents de chanteuse alors, j’espère que vous ne chantez pas trop faux non plus, je n’aimerai pas que l’on soit ridiculisé non plus. » Et toc ! Elle se voulait insolente face à moi, me cherchant par ses phrases mais je savais aussi lui renvoyer la monnaie de sa pièce. Je savais lui répondre et c’était précisément ce que je venais de faire. « Êtes-vous toujours aussi autoritaire, où avez vous juste une dent contre moi ? Je dis ça, je dis rien... Mais vu que nous essayons de faire la discussion. » Autoritaire ? Vraiment ? C’était ainsi qu’elle me voyait ? Bon d’accords.. elle avait peut-être raison sur ce point. « Mademoiselle.. si j’avais une dent contre vous, vous aurais-je garder pour le boulot ? Puis, si vous le remarquez, je suis ainsi avec tout le monde. » Du moins, c’est ce que je pensais. Je ne pensais pas être différent avec elle que les autres même s’il faut avouez qu’elle avait le don de m’agacer sans que je ne sache pour quelle raison. « Je n’ai pas de dent contre vous-même si je dois avouez que vous êtes sacrément curieuse et insolente aussi.. enfin peut-être que c’est vous qui avez une dent contre moi ? » Pourquoi toute cette insolence sinon ? Peut-être que moi aussi j’étais curieux finalement.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyJeu 14 Mar 2013 - 18:27

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Pourquoi m'entêtais-je à passer la fin de ma soirée avec monsieur Hawkins, alors qu'il n'en avait pas envie. Je ne sais pas pourquoi il voulait à tout prix passer du temps avec moi, alors que soyons clairs, il n'avait aucune envie de rester plus longtemps avec moi. Juste l'occasion, que dis-je un prétexte pour me rabaisser une nouvelle fois ? J'étais plus forte que cela, j'étais plus forte que ça ! Merde ! Puis ses sous-entendus commençaient réellement à me faire chier, je veux dire.. S'il veut qu'on se voit une nouvelle fois qu'il le dise ! En faite non, je n'avais pas vraiment envie de le voir une fois de plus. Par contre, je n'aimais pas du tout sa dernière réflexion, je ne pouvais me contenir à vrai dire. « Seriez-vous jaloux, Monsieur ? » A croire son comportement, j'avais parfois l'impression, ce soir d'ailleurs, qu'il voulait que je le drague. Il était donc de ce genre d'homme ? Moi qui le voyait marié et un bébé en route, j'avais surement tord non ? Parler de mes talents de chanteuse me fit doucement sourire. Je n'étais pas une reine de la pop, je n'étais pas mondialement connue, ni même une pépite d'or, j'avais des doutes constamment sur moi, mais il y a bien une chose dont j'étais pratiquement sur, c'était mon don pour la chanson. J'étais plutôt doué dans ce domaine ou en tout cas je m'éclatais vraiment... « je risque, de vous surprendre monsieur, loin de moi l'idée de vous ridiculiser, je le fais assez en tant qu'assistante. » C'était clair, je n'étais vraiment pas faite pour ce job, mais je m'en fichais royalement, au fond, je savais ce que je voulais faire, il me manquait juste un peu de temps pour cela, c'est tout. Je levais les yeux aux ciels en entendant ses derniers mots. Et puis quoi encore ? Le seul fautif dans cette affaire c'était lui. Le fixant droit dans les yeux, j'attendais avant de reprendre. « Je n'ai pas de dent contre vous, je confirme juste une réalité, vous êtes autoritaire et je ne suis pas insolente, j'ai décidé de ne plus me laisser marcher sur les pieds. C'est une nuance non négligeable. » Puis soudainement, la réalité me frappa en pleine face. Si j'étais aussi directe avec lui, c'était pour une chose, un fait établit. Il lui ressemblait. Mon patron ressemblait à mon premier et unique amour, à Jaden... Bon sang comment n'avais-je pas pu faire le rapprochement plus tôt. Bon sang ! J'étais tordue. « Qu'attendez-vous de moi ? Je... Je ne pense pas que vous soyez du genre à flirter avec votre assistante, je me trompe ? Vous savez, je ne suis pas compliquée avec les hommes... Mais je reconnais encore quand un homme n'est pas attiré par moi. Nous allons chantés et demain nous reprendrons nos relations assistante patron, c'est le mieux. » Le mieux pour tout le monde. Directe sans mâcher mes mots, je ne voulais pas tomber dans une spirale vicieuse, maintenant que je prenais conscience à quel point Zachary ressemblait à Jaden plus jeune...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyVen 15 Mar 2013 - 19:58

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


« Seriez-vous jaloux, Monsieur ? » Je ne pus m’empêché d’avoir un rire à cette question. Jaloux ? Moi ? Franchement, c’était bien la dernière des choses que je pouvais être. Après tout, je ne la connaissais pas plus que cela, c’était simplement une employée parmi d’autre. Certes, nous étions ensemble ce soir car je lui avais demandé de m’accompagner pour une soirée qui était importante et ça s’arrêtait là. Alors, je ne voyais vraiment pas comment je pouvais être jaloux de cet homme que je ne connaissais pas, puis, ce n’était qu’un homme d’affaire. Bon d’accords, j’avais un peu cherché à ce qu’elle ne finisse pas sa soirée avec mais, elle ne devait pas le savoir. « Et puis quoi encore ! » lui lâchais-je alors. Je n’étais pas de nature jaloux, du moins cela dépendait mais avec la jeune femme, non, j’étais loin de l’être. Puis franchement, pourquoi serai-je jaloux ? J’avais perdu ma femme depuis peu de temps, quelques mois et je ne m’étais pas encore remis de son décès. Je n’avais donc aucune raison d’être jaloux. Après tout, ce qui m’importait maintenant était mon travail et rien de plus. Il ne me restait plus que cela de toute façon. Le travail. Je n’avais plus de femmes et pour les enfants ça n’allait pas se faire désormais. Mais ne voulant pas parler de sujet qui fâche à savoir ma femme, je finissais par détourner le sujet pour ne pas avoir à en parler. Je préférai donc parler de ses talents de chanteuse, du moins talent je n’en savais rien car je ne l’avais pas encore entendue chanter après tout. Je ne savais pas si elle était bonne ou non mais après tout, elle m’avait envoyé un pic concernant ma façon de faire du piano alors je ne faisais que de lui renvoyer la chose. « je risque, de vous surprendre monsieur, loin de moi l'idée de vous ridiculiser, je le fais assez en tant qu'assistante. » Peut-être que j’étais celui qui allait la surprendre ? Après tout, elle m’avait bien dit elle-même qu’elle espérait que je jouais bien du piano car elle ne tenait pas à être ridiculisée. Je voulais lui montrer qu’à part mon travail je savais faire autre chose et que je savais jouer du piano. Après tout, j’en faisais depuis mon enfance et ceux qui m’avaient entendus ne m’avait rien dit de négatif dessus. Je me rappelais des fois où ma femme restait là, à m’écouter sans dire un mot. Cette pensée me valut une grimace, je n’aimais pas songer à cela. Puis, ce n’était pas le moment et je n’avais pas envie que Jaelyn me pose des questions. « Peut-être que je risque aussi de vous surprendre dans ce cas. Et si vous n’étiez pas compétente je ne vous aurais pas garder de toute façon. » Franchement, à quoi bon garder des personnes si elles ne faisaient pas correctement leur travail ? Certes je m’énervais souvent sur la jeune femme, pour ne pas dire toujours mais elle faisait son travail et c’était tout ce que je demandais. Je n’avais pas besoin de plus que cela. Puis voilà, elle me demandait si j’avais une dent contre elle. Pourquoi en aurais-je d’ailleurs ? Je m’énervais souvent contre elle, elle m’énervait il faut dire et j’étais autoritaire avec elle mais cela ne voulait rien dire. Elle me rappelait seulement ma femme et je n’avais pas envie. Elle lui ressemblait physiquement, et peut-être un peu côté caractère. « Je n'ai pas de dent contre vous, je confirme juste une réalité, vous êtes autoritaire et je ne suis pas insolente, j'ai décidé de ne plus me laisser marcher sur les pieds. C'est une nuance non négligeable. » Je l’étais et je le savais. Je ne l’avais jamais nié d’ailleurs. J’étais ainsi avec tous ses collègues de toute façon et ils ne se plaignaient pas, du moins pas devant moi. Je n’en savais rien de ce qu’il en était derrière mon dos mais de toute façon, ils seraient déjà partis non ? Du moins, cela me semblait logique. En revanche, qu’elle dise qu’elle n’était pas insolente, ça, c’était faux. « Je le suis et je ne m’en cache pas, en revanche, vous êtes bien insolente même si vous ne le remarquez pas. Mais vous avez raison de ne pas vous laisser faire marcher sur les pieds. Mais vous pensez que je suis ce genre d’hommes là ? » Après tout, je la trouvais insolente avec moi et elle me disait qu’elle ne voulait pas se faire marcher sur les pieds c’était probablement qu’elle pensait que je pouvais faire cela, non ? Si c’était le cas alors, elle se trompait bel et bien. Elle ne me connaissait pas. D’ailleurs, quelle employée connaissait réellement son patron ? Soudain, je la regardais et.. c’était comme si elle venait de réaliser quelque chose ou je ne sais pas, mais son expression avait changé et je ne saurais dire ce qu’elle avait. « Qu'attendez-vous de moi ? Je... Je ne pense pas que vous soyez du genre à flirter avec votre assistante, je me trompe ? Vous savez, je ne suis pas compliquée avec les hommes... Mais je reconnais encore quand un homme n'est pas attiré par moi. Nous allons chanter et demain nous reprendrons nos relations assistante patron, c'est le mieux. » Je fronçais les sourcils sans trop comprendre ce changement de réaction soudain. Pourtant, je n’avais rien fais ou dis de mal je suppose, du moins, je ne voyais pas trop ce que j’avais pu faire là. « Et pourquoi je ne serai pas du genre à flirter avec mon assistante ? Parce que je parais trop sérieux pour cela ? Et dans ce cas, vous reconnaissez mal. » Je levais alors les yeux au ciel. Pourquoi je ne serai pas du genre à flirter ou je ne sais quoi encore ? Je n’étais plus du genre sérieux désormais, j’avais perdu la seule personne qui me faisait l’être, parce que je l’aimais, j’étais amoureux d’elle mais maintenant, je n’avais plus envie de cela. Je n’avais plus envie d’une vie de couple, d’être amoureux car cela ne m’avait apporté que des emmerdes. Grosses emmerdes.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyDim 17 Mar 2013 - 23:18

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Cette ressemblance troublante me frappait désormais de plein fouet et je devais faire quelque chose avant de devenir complètement folle. J'avais toujours le chic pour me mettre dans des situations catastrophiques. Comment étais-je sensée faire si mon patron, farouche, autoritaire et séduisant ressemblait à si méprendre de Jaden, l'homme qui m'avait jadis brisé le cœur ? Je ne voulais pas y penser mais désormais je voyais réellement cette nuance et j'en étais troublée. Il ne fallait pas mais que pouvais je faire ? Rien j'avais trop besoin d'argent et puis je pouvais faire comme si de rien était après tout, Jaden était mon passé... Je pouvais tirer un trait sur lui, même si de lui et du couple qu'on représentait, je n'en gardais aucun souvenir. Misère. « JInsolente ? Tout ça parce je dis ce que je pense ? Parce que je ne fuis pas devant vous comme le reste de mes collègues de boulot ? Alors comme ça, oui je suis insolente. » Et avec ses paroles, je l'étais encore plus. Mais je m'en fichais absolument, j'étais libre de mes pensées et j'ai été trop longtemps la gentille petite Jaelyn, j'étais désormais fougueuse et vivante. Venais-je de piquer sa curiosité ? « Monsieur, je vous connais depuis combien de temps ? Un mois ? Et bien, j'ai remarqué combien vous n'aimez pas les imprévus, vous contrôlez tout, que ce soit votre journée, votre personnel ! C'est très louable mais parfois il faut arrêter de prendre de haut tout le monde ! Détendez-vous ! » Je faisais sûrement fausse route mais je m'étais bien rendu compte de l'acharnement qu'il pouvait avoir dans son boulot comme s'il désirait fuir ou éviter quelque chose. « Vous n'êtes pas du genre à draguer le petit personnel. Puis, je suis certaine que votre copine ne supporterait pas cela. » Je n'avais pas le temps de continuer ni même lui laisser le temps de me répondre qu'on appelait notre numéro. « C'est à nous. » Je quittais la veste pour laisser transparaître la robe et mon décolleté. Un sifflement de la part des hommes retentit dans la salle avant que je ne prenne le micro, Zachary au piano. Adèle comme chanson, c'était osé mais je pouvais me le permettre et alors je commençais à chanter... Zach me suivant j'avais hâte de lui montrer combien je savais chanter... Une erreur de sa part de croire le contraire...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyLun 18 Mar 2013 - 8:48

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Il fallait réellement que je me concentre pour pouvoir penser à autre chose qu’à ma femme. Elle n’était plus là désormais et il fallait pourtant encore que ses souvenirs me hantent l’esprit. Je ne voulais plus y penser, je voulais simplement faire un deuil et puis c’est tout. Seulement, je n’y arrivais pas. Quand Jaelyn se trouvait à côté de moi je n’y pouvais pas car.. elle me la rappelait tout simplement. Elle n’avait rien fait pour je le savais mais je ne voulais plus y songer. Peut-être pour cette raison que je me trouvais si.. autoritaire avec elle. Pourtant, je n’allais pas le lui dire, elle n’avait pas besoin de savoir. Je ne voulais pas non plus revenir sur cette période-là de ma vie. « Insolente ? Tout ça parce je dis ce que je pense ? Parce que je ne fuis pas devant vous comme le reste de mes collègues de boulot ? Alors comme ça, oui je suis insolente. » Fuir devant moi ? Je ne voyais pas pourquoi ils le faisaient. Je faisais si peur que cela ? Il fallait pourtant croire que oui à entendre ses dires. Seulement, je ne changeais pas d’avis et.. pour moi, elle était insolente. Au moins, elle avait du caractère et j’aimais cela. Elle savait se défendre et ne se laissait certainement pas faire. Ou alors, c’était une carapace qu’elle portait pour se protéger, je n’en savais rien. Après tout, cela faisait seulement quelques semaines que je la connaissais.. et encore, le mot connaître était un bien grand mot. Je ne faisais que lui parler lorsque l’on se trouvait au travail. Non pas que cela m’aurait dérangé de la voir ailleurs, et d’ailleurs, elle aurait vu que je ne faisais pas que de porter des costumes qu’elle trouvait si.. si quoi d’ailleurs ? Seulement je fuyais, je rentrais chez moi pour me mettre encore à travailler, ou jouer du piano. Tout cela pour éviter de penser. « « Monsieur, je vous connais depuis combien de temps ? Un mois ? Et bien, j'ai remarqué combien vous n'aimez pas les imprévus, vous contrôlez tout, que ce soit votre journée, votre personnel ! C'est très louable mais parfois il faut arrêter de prendre de haut tout le monde ! Détendez-vous ! » Eh bien, elle semblait en connaître sur moi-même en si peu de temps à ce que je pouvais voir. En même temps, ce n’était pas difficile à voir que j’étais ainsi. Au bout de quelques semaines passés à travailler avec moi, heureusement qu’elle savait comment je fonctionnais un peu. Je contrôlais tout, c’est vrai. En même temps, j’étais ainsi et on ne pouvait pas me changer. Une personne y arrivait mais elle n’était plus là désormais alors.. pourquoi le ferais-je ? Je n’allais tout de même pas faire ça pour des personnes que je ne connaissais pas. Changer pour quelqu’un, il en était hors de question. « Je vois que vous avez l’œil mademoiselle.. mais c’est vrai, j’aime tout contrôler que ce soit côté professionnel et côté personnel. Je ne prends pas de haut tout le monde mais je suis ainsi, et je ne changerai pas. » On ne pouvait pas changer une personne. Il fallait la prendre avec ses défauts et ses qualités. Malheureusement pour elle, j’avais probablement plus de défaut que j’avais de qualités. Il fallait pourtant de tout pour faire un monde et même si elle ne m’appréciait pas, elle avait décidé de venir travailler pour moi. Si j’étais tant comme elle le disait, qu’elle ne m’appréciait pas alors pourquoi rester à travailler avec moi ? Quoique non, je refusais qu’elle s’en aille. « Vous n'êtes pas du genre à draguer le petit personnel. Puis, je suis certaine que votre copine ne supporterait pas cela. » Je restais sans voix devant ses paroles et en même temps, je n’avais pas le temps de répondre quoique ce soit. De toute façon, il était mieux pour elle si elle ne voulait pas subir ma mauvaise humeur. Elle ne savait rien de ma vie et.. il fallait qu’elle parle de ma vie privée, ma copine ? Bon sang, elle était morte, MORTE. Je fermais les yeux un instant, tentant désespérément de garder mon calme. Je ne pouvais pas m’énerver, pas ici. Surtout que je ne savais pas ce que je dirais mais, ce ne serait pas très bon à entendre. Pourquoi ne pouvait-elle pas se taire pour une fois ? « C'est à nous. » Les yeux clos, je les ouvrais alors en l’entendant. Du piano, voilà ce qu’il me fallait. Voilà ce qui allait me calmer. Il suffisait juste que je m’y concentre dessus et même si ça ne me calmerait pas entièrement, ça aiderait. Cela avait toujours été une sorte d’échappatoire pour moi que d’en jouer, depuis petit d’ailleurs. Et là encore, j’en avais réellement besoin. Elle venait de toucher un point sensible, le plus sensible même. Il ne fallait pas parler de cela, pas devant moi en tout cas. Je me levais alors, derrière elle tout en essayant de ne pas faire attention à ces gens qui la sifflaient. Bon sang, on aurait dit des chiens affamés ou je ne sais trop quoi. Je me contentais juste de me presser pour atteindre ce piano, ce dont j’avais besoin en cet instant même. Je m’y installais, la laissant prendre son micro avant de commencer à jouer une fois qu’elle fût prête. Je jouais, tentant de me détendre un maximum même si cela n’avait pas trop d’effets pour le moment, enfin juste un peu. Je l’écoutais alors chanter et.. j’étais surpris de sa voix. Elle pouvait être insolente comme je le disais mais, on ne pouvait pas cacher qu’elle avait tout de même une jolie voix et je préférai la voir ainsi, calme et chanter plutôt qu’insolente.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptySam 23 Mar 2013 - 15:27

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Nous étions, il faut le croire opposés sur tous les points de nos caractères, de nos personnalités. Pourtant que devais je faire ? Rien, au contraire je me délectais à le provoquer comme s'il allait me répondre. J'aimais déranger ses habitudes qui semblaient être toutes écrites d'avance. Je ne devrais sûrement pas me mettre dans une telle situation j'en avais confiance mais j'aimais plutôt cela le défi puis ce n'était pas un métier que je comptais faire jusqu'à la fin des temps. Alors chanter devant tout le monde à ses cotés avait quelque chose de... Très agréable je dois bien l'admettre. Il jouait plutôt bien du piano, okay il se débrouillait très bien au piano et chanter cette chanson someone like you avait une autre saveur quelque chose qui sortait, qui nous emportait puis cette histoire de douleur de se souvenir de quelqu'un qu'on a aimé me transportait complètement. J'oubliais le reste, les gens qui nous observaient, la pression que je pouvais ressentir tout le temps. Je ne pensais plus qu'à cette chanson et je me sentais juste... libre. « Sometimes it lasts in love, but sometimes it hurts instead, sometimes it lasts in love, but sometimes it hurts instead, yeah. » Je finissais par chanter clôturant les paroles, regardant dans les yeux Zachary qui jouait du piano. Il avait quelque chose de majestueux dans le regard. Il portait cette douleur sans non, ce mystère, cette inconnue, cette partie de son âme que personne ne pouvait avoir l'accès. Il finissait alors avec le piano avant que le public ne vienne à nous acclamer c'était juste... Enivrant. Descendant de la scène, je tirais mon patron par le bras avant de le coller contre le mur. L'endroit devait ressembler aux coulisses. J'étais euphorique grâce à la chanson que nous venions de partager et passant ma main dans les cheveux je hurlais presque pour dépasser la musique assourdissante. « Waouuuu oubliez tout ce que j'ai pu dire d'ingrat à votre sujet concernant le piano c'était juste ! Waouuu bien meilleur qu'un orgasme. » Voilà pourquoi j'aimais autant la musique, voilà pourquoi je vibrais au quotidien, la musique ma raison de vivre mon oxygène la vie ! La vie ! « Ça va ?! » Finissais-je par lui demande, inquiète en vu de son mutisme. Il ne sautait pas sur place comme moi.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptySam 23 Mar 2013 - 18:15

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Jouer du piano me faisait le plus grand bien. Je me concentrais dedans, sans penser à rien car je ne devais pas le faire. Je ne devais plus penser à elle bon sang. Pourquoi est-ce que son souvenir me revenait comme une claque en pleine figure ? Parce que Jaelyn avait parlé d’elle en quelque sorte, parler d’une copine que je pourrais avoir alors que.. rien. J’étais seul, c’était le néant total. Elle n’y était pour rien après tout, elle ne connaissait rien de ma vie et je ne pouvais pas lui en vouloir, pourtant c’était tout le contraire qui se passait. Je lui en voulais de me rappeler ces souvenirs, je lui en voulais. J’étais en colère et il fallait que je me calme car j’étais bien capable d’envoyer certains objets de ce bar valsé. Je n’étais pas ici pour me faire remarquer, bien au contraire, j’étais plutôt du genre discret alors, je devais me calmer. Lorsqu’on appelait notre numéro et que la jeune femme me dit que c’était à notre tour, je fus comme soulagé. Je savais que jouer du piano me ferait du bien. Je n’oublierai pas ce qu’elle aurait dit et je ne serai pas complètement calmé mais ça avait toujours été quelque chose qui me faisait du bien. J’en jouais lorsque mon père, trop autoritaire parfois était présent à la maison. Je ne le supportais pas alors je m’enfermais tout en jouant, jouant jusqu’à ne plus m’arrêter. Installé sur ce tabouret et devant le piano, j’avais alors attendu que la jeune femme me fasse un signe comme quoi elle se trouvait prête pour commencer sa chanson. Une fois son top, je commençais alors à jouer du piano tout en l’écoutant, en même temps je ne pouvais pas faire autrement. J’eus la surprise d’ailleurs car à vrai dire, je ne m’attendais pas à ce qu’elle ait une jolie voix en chantant. Non pas que parce qu’elle m’énervait souvent alors elle avait tous les défauts du monde, non, mais je ne m’y attendais pas. Tout comme je ne m’attendais pas à ce que chanter soit sa passion en fait. Je l’aurai vu dans autre chose, je sais pas trop quoi mais pas le chant.. Enfin, comme quoi, on ne pouvait pas vraiment se fier aux apparences. Je m’étais trompé sur la jeune femme en lui disant que j’espérai qu’elle ne chantait pas faux car je ne voulais pas être ridicule. Bon, je lui avais aussi dit ça pour renvoyer son pic mais c’était aussi ce que je pensais. De toute manière, je n’allais certainement pas lui avouer cela, alors là, hors de question. « Sometimes it lasts in love, but sometimes it hurts instead, sometimes it lasts in love, but sometimes it hurts instead, yeah. » J’écoutais la jeune femme terminer avec sa chanson tandis que je terminais à mon tour de jouer. Je sentais son regard sur le mien, cet échange de regard yeux dans les yeux tandis que je ne comprenais pas. Pourquoi me regardait-elle ainsi ? Avais-je encore fait quelque chose de mal ? Je crois bien que je ne serai même plus étonné si elle venait à me faire un quelconque commentaire là-dessus. De toute manière, je savais que je savais jouer du piano, peut-être pas le meilleur mais je pensais me débrouiller pas trop mal depuis le temps que j’en faisais. Une fois que la chanson fut terminée, j’entendis et vis les gens nous applaudir. Avaient-ils aimé ? Il fallait croire que oui. J’avais aussi aimé la façon de chanter de la jeune femme. Alors que j’eus à peine le temps de me lever du tabouret, je me sentis entraîner par Jaelyn dans un autre endroit, ce qui semblait probablement être les coulisses. Alors qu’elle me collait contre le mur, je la regardais sans trop comprendre ce qu’elle était en train de faire. « Waouuuu oubliez tout ce que j'ai pu dire d'ingrat à votre sujet concernant le piano c'était juste ! Waouuu bien meilleur qu'un orgasme. » Comparer ma façon de jouer du piano à un orgasme ? C’était vraiment ce qu’elle venait de faire ? Eh bien, il fallait croire que oui ! Je ne pensais pas qu’elle aurait fait cela, quoique, avant que je ne décide de l’accaparer pour la soirée, elle semblait bien vouloir aller coucher avec cet autre homme donc.. finalement, ça ne m’étonnait même plus. Je restais pourtant ailleurs, alors que en temps normal je lui aurai probablement rétorqué quelque chose mais là.. je ne lui disais rien. Etait-ce qu’elle m’avait dit avant de chanter ou encore la chanson elle-même ? « Ça va ?! » Elle semblait si euphorique et contente pour je ne sais quelle raison d’ailleurs mais finalement, elle s’était stoppée pour me regarder et me demandait si ça allait. Quoi ? Je ressemblais à un fantôme ou quoi pour qu’elle me demande cela ? Ou alors c’était le fait que je sois toujours muet et que je n’ai rien dis depuis que nous sommes sortis sur scène. Je penchais plutôt pour cette solution-là. « Pourquoi est-ce que ça n’irait pas mademoiselle ? » C’est vrai ça, pourquoi ? Je n’allais pas lui parler de ce qui n’allait pas de toute manière. Comme si j’allais lui dire que ma femme était décédée, pour qu’elle me rit au nez en me disant que vu comme je l’étais, ça ne l’étonnerait pas ou quelque chose de ce genre ? Je n’avais pas besoin d’entendre cela, loin de là. « Je ne pensais pas que vous iriez comparer ma façon de jouer à.. un orgasme. » Je la regardais dans les yeux, restant toujours coller contre ce mur. Devais-je m’attendre à d’autres choses de sa part ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. EmptyMar 2 Avr 2013 - 12:29

avatar
Invité
Invité

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty


Il ne pouvait pas me gacher cela, ce plaisir exquis au bout de mes lèvres, ce bonheur personnel de chanter ce que j'aime, cette communion l'espace d'un instant il ne pouvait pas me gâcher cela, si ? Son mutisme m'exaspérait, bordel, nous venions de chanter devant une salle blindée, pas trop mal. Ils avaient aimés, j'ai aimé faire cela et lui... Lui ? Il semblait toujours la même personne, qui ne se faisait vraiment pas aimé des autres. Je soupirais fortement lorsqu'il vint enfin me répondre. Quel goujat ! pensais-je pour moi même alors que je ressentais un picotement dans tout mon corps quelque chose d'excitant, la scène me faisait littéralement vibrer. Je n'avais pas besoin d'alcool, pas besoin de coke je me dopais à cela et dieu que c'était bon. Me mordillant la lèvre, je cherchais à comprendre cet homme qui, au fil du temps devenait une énigme. Je tenais tout de même à rectifier ses paroles... Ce n'était pas sa manière de jouer du piano qui était orgasmique, c'était tout autre chose. « Ce n'était pas seulement vous... C'était cette chanson ce moment. Vous ne trouvez pas ! C'était juste vivifiant. Une dose de musique, de chanson, l'acclamation du public et on revit. » Je préférais préciser pour qu'il n'y ai pas de quiproquo puis j'avais l'impression de revivre ce moment tant j'étais encore retourné. Apparemment ce sentiment ne fut pas partager. Dommage pour lui. « Puis... Je ne peux parler d'orgasme, j'en connais aucun avec vous. » Disais-je un léger sourire au coin des lèvres tant j'étais amusée par mes paroles, dont la réalité me brulaient la peau. Brulant mes muscles... Je suis folle... folle de faire ce à quoi... « Décoincez vous monsieur Hawkins. » Lui disais-je avant de me jeter sur ses lèvres dans un baisé à la fois suprenant et fougueux, à l'image de la femme que j'étais après avoir chanter tout ce temps devant une scène. Je risquais mon job, mais j'en pouvais plus de le voir aussi... Coincé.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.   être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty

Contenu sponsorisé

être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Heroscape
» Le jeu de: Je veux, je veux !!
» One bullet and everything goes to hell [Zachary]
» i'm a cupcake, you just don't know yet (zachary)
» Les ruines, le géant et le chien [PV: Zachary]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP :: Terminés-
Sauter vers: