Partagez
 

 LISA & AARON ◊ escape from reality

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyMar 21 Jan 2014 - 0:20

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty




escape from reality
LISARON


Ce n'est pas le ciel ensoleillé qui nous accueillit à Hawaï mais bel et bien la nuit. Le long de la route, quelques lampadaires éclairaient le pare-brise avant de la voiture couleur crème que j'avais louée une demie-heure auparavant. Le prestataire n'avait pas mis longtemps avant de me convaincre de rester chez lui plutôt que chez un autre ; à vrai dire les loueurs de voitures ne se bousculaient pas à côté de l'aéroport et loin de moi l'envie de faire patienter Lisa trop longtemps avant de prendre la route. Assise sur la place passager, je lui avais adressé un tendre sourire avant de mettre le contact et de nous conduire jusqu'à l'hôtel où nos chambres étaient réservées. Rien n'avait été fait au hasard pour ce début de séjour, néanmoins je comptais bien laisser le destin nous guider une fois que nos affaires eussent été disposées dans nos chambres. Cette escapade en plein océan pacifique valait bien qu'on se laisse aller, sans penser au lendemain. Par chance les routes hawaïennes étaient très bien entretenues, loin de celles sur lesquelles j'avais pu conduire dans d'autres pays pourtant plus riches. Bientôt nous arrivâmes au fameux hôtel, celui dont les photos m'avaient le plus séduit. Et à n'en pas douter, c'était bien l'un des plus luxueux du pays. « Bienvenue au Wailea Beach Marriott madame, monsieur. Je vous laisse me suivre jusqu'à l'accueil de l'hôtel où nous allons vous donner la clé de votre chambre. » A peine étions nous sortis de la voiture que cet employé était venu nous accueillir à bras presque ouverts. Souriant, je l'avais remercié d'un mot courtois et d'un geste de tête avant d'aller retrouver Lisa. Ma main se posa dans son dos tandis que nous avancions vers l'entrée de l'hôtel, laissant le véhicule au soin d'un voiturier. « Qu'en penses-tu ? » Demandai-je à la jeune femme, lorsque mes propres yeux admiraient l'environnement paradisiaque, avant de venir se reposer sur elle. Cet hôtel donnait sur l'une des plages que nous avions visitées, quelques années auparavant mais ça, je me gardais bien de le lui dire pour le moment. L'homme nous guida jusqu'à l'accueil et c'est là une femme d'environ trente-cinq ans qui prit le relai. « Bonsoir madame, j'ai réservé deux chambres au nom de Campbell à partir d'aujourd'hui. » Elle jeta un bref coup d’œil sur son calepin avant de se retourner pour attraper les deux clefs qu'elle me tendit. Je la remerciai alors et entrainai Lisa jusqu'à la porte sa chambre, juste à côté de la mienne. Légèrement en appui contre l'encadrement de la porte, je relevai mon regard vers le sien. « Je te propose de te doucher, te pomponner un peu et ensuite de venir me retrouver dans ma chambre dès que tu es prête. Ce soir je t'emmène dans un endroit qui te fera oublier Los Angeles pour de bon. » Et c'est sur ces paroles dotées d'un brin de malice que je la laissai entrer dans sa chambre, avant d'entrer dans la mienne. Mes affaires étaient déjà là, comme par magie. Je ne perdis pas de temps et me dirigeai vers la salle de bain pour me doucher.


Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyMar 21 Jan 2014 - 14:59

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty

Fatiguée. Je suis fatiguée. Le vol m'avait pris énormément d'énergie, surtout si l'on prend en compte le fait que la veille, je n'avais que très peu - voire, même, pas - dormi. Il faut dire que j'avais de quoi être nerveuse. Ce n'est pas tous les jours qu'une fille comme moi décide de disparaître, dans la nature, plouf, comme ça, sans prévenir qui que ce soit, et encore moins escortée par un homme qui pourrait aisément faire office de symbole sexuel. Je m'étais donc présentée chez Aaron au petit matin, fraîche comme l'été, bien enveloppée dans un manteau blanc. Il ne fait pas aussi bon qu'à Hawaï, à Los Angeles, après tout. Mais d'ici quelques heures, tout sera mis de côté pour des vacances. Mes premières vraies vacances depuis un petit moment maintenant. Nous avions pris l'avion, ensemble, assis côte à côte, se faisant la conversation par moments sans réellement se dire grand chose. Je crois qu'il nous fallait un petit moment, à tous les deux, pour vraiment prendre conscience de ce qu'on était en train de faire. Et maintenant ... Me voilà confortablement assise, comme une princesse, dans une voiture, à Hawaï. J'ai ôté mon manteau, découvrant un pull moulant couleur terre. Il me sourit alors, et je souris en retour, ne sachant pas réellement quoi ajouter d'autre.

Et puis ... Le voyage ne dura pas longtemps ... Ou peut être que si. Toujours est-il que l'hôtel est apparu dans mon champ de vision plus tôt que je ne m'y serait attendue. Le reste s'est déroulé rapidement. L'accueil, l'escorte hors de la voiture, le port des bagages ... Un enchaînement mécanique et successif dont je me préoccupais peu, bien trop absorbée par le décor environnant pour pouvoir daigner penser à la moindre chose concrète. Tout était abstrait, ici, tout était si beau ... Tellement beau que je m'en sentais presque perdre l'équilibre. Instinctivement, me voilà qui enroule mon bras autour de celui d'Aaron, sans même lui demander l'autorisation, et sans en avoir peur ou honte. Ici, nous sommes bien. Ici ... Ici, c'est pour nous. Je pense qu'il perçoit cet univers bien particulier de la même façon que moi, d'ailleurs, parce que je sens sa main chaude et ferme se poser contre mon dos. C'est alors qu'il me demande ce que j'en pense, et, tentant tant bien que mal de contenir mon excitation, je me retrouve à lui répondre que :

- Je n'ai jamais autant été heureuse de contempler un lieu de ma vie entière, je crois. Tout cela, c'était vraiment ... Beaucoup. Il avait dû se ruiner, le pauvre. Il faudrait bien que je lui parle de ma part à payer, dans tout ça, à un moment, parce que jusque là, il s'est réellement occupé de tout. Certes, je n'ai rien dit pour ne pas froisser son ego - les hommes aiment souvent gérer les situations, je l'ai rapidement compris - mais  éventuellement, je ne pouvais pas le laisser m'offrir un voyage d'une telle beauté. C'était trop profiter de sa générosité. Il avait déjà accepté de m'accompagner, et ça, ça valait bien plus que tous les voyages du monde. Et toi ? Je lui réponds alors. Nous passons alors devant l'accueil, où Aaron prend les clefs de nos chambres. Je suis à la fois surprise et pourtant reconnaissante d'apprendre qu'il a pensé à en prendre deux. Certes, nous avions partagé le même lit, la même douche, la même plage et la même table, par le passé, mais je dois avouer apprécier le fait de pouvoir avoir mon espace, mon intimité ... Certes, j'oublie encore qu'il est avec Shaé ... Toujours est-il que la notion d'avoir ma propre chambre m'enchante vraiment. Nous montons à l'étage de nos chambres, et Aaron me  propose de me préparer pour le rejoindre par la suite. Souriant grandement, me voilà qui lui dit :

- Avec plaisir. Donne moi deux minutes. Je ris légèrement, parce que nous savons tous deux qu'il me faudra bien plus que deux minutes pour tester le lit, prendre une bonne douche chaude et revigorante et choisir la tenue idéale pour sortir en public. Après tout, je peux très bien rencontrer l'homme de mes rêves, mon propre prince charmant, à cet endroit où il compte m'emmener, non ? En tous les cas, la notion d'oublier Los Angeles me ravit, et ça, c'est un euphémisme.

Je me glisse alors dans la douche et me laisse transporter dans un monde nouveau, complètement immergée dans l'univers où Aaron a eu la gentillesse de m'emmener. Je ne pourrais jamais lui exprimer assez ma gratitude. Petit à petit, je me sens revitalisée et prête à affronter la ville de Los Angeles. Il n'y a pas de meilleur remède qu'une bonne douche chaude.

Une fois ma douche terminée, je me plante devant le miroir de la salle de bains ; il me faut un instant pour me préparer, maquillage, parfum et cheveux. Je veux pouvoir me sentir unique, ce soir. Je veux marquer Hawaï de mon image. Je retourne alors à la chambre, défaisant ma valise afin d'en sortir une tenue qui ne serait ni trop chaude, ni trop froide, le temps de m'adapter au climat d'ici : un pantalon en coton vert bouteille, un tee-shirt turquoise et un léger pull blanc. Une dernière fois, je me regarde dans le miroir, me demandant si je ne ferais pas mieux d'attacher mes cheveux avant de me dire qu'il vaut mieux les laisser libre comme l'air (et dans l'air). Inspirant profondément, je sors alors, avant de toquer à sa porte. Ce serait le comble s'il n'avait toujours pas fini de se préparer de son côté, je pense, mais cela ne me surprendrait qu'à moitié. Je sais cependant qu'il doit sans doute m'attendre depuis un moment, déjà. Je ne saurais pas expliquer comment ni pourquoi, mais je me suis toujours sentie étrangement liée à Aaron, comme si parfois, nous savions les mêmes choses et pensions de la même façon. Agitant légèrement de la tête pour oublier les idées qui viennent de me monter à l'esprit et toutes les implications qui pourraient en découler, j'attends donc qu'il m'ouvre la porte, un léger sourire placardé aux lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyMar 21 Jan 2014 - 19:40

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty

A peine venais-je de retirer mon pullover que le téléphone de la chambre se mit à sonner. Abandonnant le vêtement sur le meuble de la salle de bain, j'allai donc vers l'objet perturbateur, pestant à moitié contre la personne qui avait eu l'idée de mettre une sonnerie aussi désagréable dans une chambre avec une aussi belle vue. Vraiment, il y avait une erreur de goût dans ce choix et si j'avais été le genre d'homme à aimer enquiquiner les employés, nul doute que j'aurais été ajouter mon grain de sel à la tranquillité du service d'accueil. Bref, je décrochai finalement. « Oui ? » Une voix fluette masculine répondit aussitôt. « Monsieur Campbell, je vous appelle pour vous prévenir que le restaurant est toujours ouvert si vous avez une petite faim. Ce soir c'est la cuisine mexicaine qui est à l'honneur et si vous le souhaitez, nous pouvons envoyer un employé vous servir dans votre propre chambre. Une carte du menu doit être à votre disposition dans la chambre, et si vous voulez mon avis, la salade César sera l'un des favoris du buffet ! » Une grimace de dépit s'afficha sur mon visage sans doute au fur et à mesure que l'homme parlait. Premièrement, il me dérangeait, et deuxièmement, j'avais déjà mangé dans l'avion, alors la décision était vite prise quand bien même sa tentative de séduction par de la verdure fraiche assaisonnée aurait pu marcher. « Cela aurait été avec plaisir mais j'ai déjà diné dans l'avion. Tant pis pour moi. » Que je rajoutais avec un bref sourire avant de le remercier à la va vite et de raccrocher. Là, mon regard se posa sur les quelques dépliants qui étaient proposés en lecture. L'un d'eux contenait le programme des événements durant les jours à venir. Parmi ces événements, une rétrospective sur la pratique du surf à Hawaï depuis le milieu du 20ème siècle. J'eus à ce moment une petite pensée pour mon meilleur ami Clarence et elle m'arracha un sourire moqueur en l'imaginant attraper une vague sur une planche, avec ses longs cheveux blonds au vent. Je ne vous raconte pas comment c'était hilarant... Bref, je me dirigeai ensuite sous la douche après m'être débarrassé du reste de mes vêtements. L'eau chaude arriva très vite, bien plus vite que dans de nombreux hôtels ou bien même que chez moi d'ailleurs. C'est dans ces moments-là qu'on apprécie le luxe, quand il nous procure ce que l'on veut sans attendre plus de quelques secondes. Adossé contre la paroi murale de la douche, je repensai un instant à ce qui m'avait amené là, sur cette île paradisiaque, dans cet hôtel cinq étoiles. Certains trouveraient ça insensé et pour cause, je n'avais pas fait attention aux prix. Qu'importe puisque mes revenus me permettaient de me faire plaisir ; ce qui méritait plus ample réflexion, c'était Lisa. Était-ce déraisonnable de ma part de lui avoir proposé ça ? Je n'en étais pas si sûr, au fond de moi. A vrai dire, je crois que j'avais aussi besoin de ce dépaysement. Vous me direz alors que j'aurais pu y aller seul. Mais il y avait eu cet appel de la jeune femme, et puis tout ce qui rattachait à elle. Je ne le répéterai jamais assez, Lisa n'était pas comme les autres. En sa présence, j'ai toujours été naturellement gentleman, et cela pouvait me faire oublier toute la débauche qui avait rempli mes journées depuis ma rupture, m'éloignant ainsi de ce sillon aussi destructeur qu'il me semblait héréditaire tracé par ce père, cet homme indigne que j'avais connu durant les premières années de ma vie. Oui, la belle Renfield méritait mieux que ce vers quoi la nature m'attirait parfois et pour ça, je la remerciais à ma manière. Non pas par le luxe, confort que j'ai souhaité pour l'occasion, mais bel et bien par mon attention à son égard. Je passai mes deux mains sur mon visage trempé pour me chasser ces pensées de la tête. Après tout, nous étions là pour ne plus penser à tout ce qui appartenait à Los Angeles. Quelques minutes à peine passèrent et déjà de la vapeur s'échappait de la douche, ma peau quant à elle s'était vite mise à rougir par la chaleur de l'eau. J'en sortis donc après m'être enduit d'un gel douche aux huiles essentielles spécialement offert par l'hôtel. Une fois face au miroir, j'attrapai une serviette, m'essuyai avant d'enfiler un sous-vêtement, un pantalon en lin puis une chemise blanche (x). Avant de boutonner la chemise, j'entrepris de me raser pour être le plus présentable possible. Mission effectuée en à peine trois minutes, et suite à cela je me mis un peu de crème sur le visage. Riez, riez, l'application d'une crème hydratante pour un homme est peut-être un geste qui peut paraitre désuet du point de vue de certaines femmes mais elles en sont souvent les premières ravies. C'est bien pour cette raison, entre autres, que je ne passe jamais à côté de ce geste quotidien. Une fois prêt, je sortis de la salle de bain, allai sur la terrasse et vérifiais brièvement les actualités sur mon portable. « Mila Kunis et Ashton Kutcher, un mariage en vue ? », « Des producteurs de films pornographiques californiens rusent pour contrer l'obligation du port de préservatifs dans leurs films », « Avantages des ferments lactiques - toutes les raisons pour lesquelles vous devriez faire vous-mêmes vos yaourts ! », que des choses fort intéressantes en d'autres mots. Soupirant légèrement, je décidai de lâcher mon portable quand Lisa me rappela à l'ordre. Cela ne pouvait être qu'elle qui toquait à la porte. Je m'y rendis et ouvris, tombant face à elle, joliment vêtue. Un sourire vint naturellement se loger sur mes lèvres. « Mince, je m'attendais à te voir venir frapper à ma porte en tenue typiquement hawaïenne. » Vous savez, le bikini, le paréo sur les hanches ainsi que le collier à fleurs ? Si l'habit traditionnel pour les hommes n'était pas particulièrement séduisant, pour les femmes c'était autre chose. Je boutonnai ma chemise et attrapai la clé avant de rejoindre Lisa.

Mon idée n'était pas de l'emmener faire un tour en centre ville ce soir-là. Non, la mienne était plus... intime, à moins que le mot ne soit sentimentale. Ne vous méprenez pas, mon intention était nullement de faire tomber Lisa dans mes bras, mais bel et bien de lui changer les idées en la replongeant dans une atmosphère qui je le savais, allait lui faire du bien, le bien dont elle avait autant besoin que moi. C'est pourquoi nos pas nous amenèrent au bout d'une dizaine de minutes sur la plus belle plage de Wailea. Le soleil était déjà couché, et pourtant des centaines de lumières tamisées éclairaient l'endroit, pour le plus grand plaisir de nos yeux. J'étais moi-même captivé par ce spectacle, disons-le, aussi merveilleux que romantique. Une fois que nos pieds furent libérés de nos chaussures - elles abandonnées dans un coin - nous marchâmes lentement l'un à côté de l'autre. Tendrement, ma tête se tourna vers elle et mon regard l'observa. « Pour répondre à ta question de tout à l'heure » oui, nous avions été interrompus par la standardiste « cet endroit fait aussi partie des plus beaux qu'il m'ait été donné de voir. Il y a six ans j'étais aux aguets de la moindre photographie à faire et aujourd'hui... » Je souris vaguement. « Aujourd'hui, je laisse la photo derrière moi, il n'y a plus que toi du coup. » Oui, là, ce soir-là sur cette plage, il n'y avait plus qu'elle. Mon appareil photo n'était plus entre nous. Quand bien même c'était plus facile à dire qu'à faire, je ne voulais penser qu'à elle. Je n'avais vécu que des bons moments avec Lisa, et ils méritaient qu'on y pense avec nostalgie.


à mettre dans ta réponse chéri:
 


Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyMer 22 Jan 2014 - 15:38

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty

La porte s'ouvre alors, et j'essaie tant bien que mal de voiler l'étonnement qui me frappe lorsque je vois Aaron, tout beau qu'il est, m'ouvrir la porte. Je ne devrais pas me sentir aussi intimidée par lui, et pourtant ... J'en suis incapable. Dès que je le vois, je me sens à nouveau comme la gamine que j'étais quand nous nous sommes rencontrés pour la première fois. Quel âge avais-je, déjà ? Dix-sept ans ? Dix-huit ? Pas tant d'années que cela, si on y réfléchit bien. Toujours est-il qu'Aaron, dans son éternelle constance, ne cesse de me renvoyer vers l'image que je voyais dans le miroir, à l'époque. Une gamine qui ne savait pas réellement ce qu'elle voulait, débordante de vie, d'originalité, et d'énergie. Mais non. Je ne suis plus une enfant, et il n'y a aucune raison pour qu'il m'intimide. Je suis une femme, adulte depuis un moment, déjà, qui plus est, et ce n'est pas l'homme vraisemblablement parfait qui allait mettre à l'épreuve ces réalités. Replaçant donc derrière mon oreille gauche une mèche rebelle, je me surprends à sourire légèrement, amusée, lorsqu'il me dit s'être attendu à me voir débarquer en hawaïenne classique.

- Tu sais que généralement, elles sont seins nus, les Hawaïennes typiques ? Du moins,  il me semble que c'est ça, ce qu'on m'avait dit, une fois. Je lui souris d'un air légèrement moqueur, mais pas méchant. Il s'attendait aussi à ce que je me mette à danser pour lui, peut être ? En attendant qu'il finisse les touches finales à son habillement, me voilà, appuyée contre l'embrasure de la porte ... Pas d'une façon séductive, hein, mais plutôt d'une façon ... Calme. Digne. Raffinée, quoi. Ce que j'aime avec Aaron, c'est que je n'ai pas réellement besoin de prétention, face à lui. Je peux être entièrement moi, ou presque. Je ne me laisse pas non plus me défaire de toute once de fierté et de dignité car, avouons le, une femme ne peut pas se permettre de jeter ces deux valeurs fondamentales dans les égouts. Ceci étant dit, je n'ai pas à jouer la séductrice professionnelle, la fille difficile à obtenir, la princesse des glaces ou tout autre rôle que le reste de mon entourage semblait persuadé que je jouais au quotidien. Avec Aaron, je suis moi, et ça lui suffit. Non, parce qu'avec un type comme Snow, par exemple, je sais qu'être naturelle ne m'apporterait pas grand chose. Il me mangerait toute crue s'il me savait aussi douce, attachée et sensible que je le suis fondamentalement, j'en suis persuadée, quoi qu'il me dise ... Et ce serait probablement le même scénario avec bon nombre d'autres hommes, je pense. Avec Aaron, cela doit être différent parce que nous nous connaissons depuis une époque où j'étais encore innocente comme un bouton de rose et fraîche comme la rosée. Maintenant que j'atteins l'apogée de ma "jeunesse" fuyante, cependant, maintenant que mes expériences avaient su me forger en une femme toute autre, à la hauteur de toute épreuve et expérimentée en plus de domaines qu'on ne pourrait s'y attendre, il ne semble pourtant pas avoir réellement changé de regard à mon égard ... Non pas que je m'en plaigne. En réalité, j'ai l'impression d'être comme un bébé phoque, aux yeux d'Aaron : adorable, attachante et inoubliable. Ce n'est peut être pas vrai, mais c'est ainsi que je me sens, parfois, en sa présence ... Et je ne m'en plains pas, au contraire. Ça a le mérite de me changer des autres hommes que j'ai pu connaître par le passé. Je regrette cependant un peu de ne pas avoir mis de décolleté, ce soir. Je ne sais pas pourquoi, une intuition que cela aurait peut être été une meilleure idée ... Aaron n'est certes pas comme tous les autres hommes, obsédés par les parties de jambes en l'air sans réel engagement, mais cela ne l'empêche pas de pouvoir apprécier les belles choses dans la vie. Disons simplement que, aussi bien que je m'en souvienne, le sexe avec lui était toujours mieux, de par le fait qu'il avait toujours eu ce côté plus tendre et réceptif à mes besoins que n'importe quel homme que j'avais pu connaître avant, et même, après lui.

Je reviens alors à la réalité. Nous sommes dehors. Il fait nuit. Le ciel est brodé d'étoiles, toutes plus scintillantes les unes que les autres, comme des pierres précieuses rares et coûteuses. Les constellations forment comme des broches sur le voile de la Nuit, une parure des plus somptueuses ; une parure qui ne peut que rendre jalouse toute fille saine et censée. Je n'y fais pas exception. Moi aussi, j'aimerais pouvoir porter des bijoux aussi beaux que ceux de la nuit. Heureusement pour moi, je sais que ceci est impossible et physiquement irréalisable, sinon, je pense que je ne donnerais pas cher de ma santé mentale.

Nos chaussures avaient été oubliées près de l'hôtel. J'avais pris soin de bien planter mes deux talons dans le sable afin de pouvoir les retrouver sans qu'une rafale de vent inattendue ne vienne les dérober, tel un voleur dans la nuit. Nous marchons alors, dans le silence, côte à côte. Éventuellement, mes doigts se glissent provisoirement le long de son bras, rejoignant les siens, curieusement chauds alors que les miens étaient frais (pour ne pas dire gelés). Aaron me répond alors ; à ma question de tout à l'heure, là. De ce qu'il pensait de cet endroit. De ces paysages. Je dois m'avouer à la fois conquise par sa réponse, et flattée par ce qu'elle sous-entend. Plus le temps passe, plus la curiosité me ronge, cependant : pourquoi est-il ici avec moi ? Qu'en est-il de Shaé ? Sont-ils ensembles ? Voudrait-il de moi, ne serait-ce que l'espace de notre séjour ici ? Tant de questions, si peu de réponses, et si peu de temps pour y répondre. Autant commencer tôt, dans ce cas là.

- Je suis incroyablement flattée, Aaron. Je sais à quel point la photographie, c'est important, pour toi. Son appareil est comme son troisième oeil, si on y pense bien. Je ralentis alors la cadence, pour la première fois depuis notre appel, hésitante. Le silence s'installe à nouveau entre nous, brisé uniquement par le chant des grillons et l'appel envoûtant des vagues. Et puis, une voix s'élève, au delà de toute cette symphonie nocturne et naturelle. Ma voix. Mais je ne chante pas, je ne contribue pas à cette douce et tendre mélodie. Je l'interromps, plutôt, avec une lourde confession capable de couler n'importe quel navire, quelle que soit sa solidité.

- Aaron, j'ai un aveu à te faire ... Défilant mon regard de lui afin de ne pas lui montrer la gêne que cette confession occasionne à mes yeux, j'inspire profondément et ... Me voilà qui continue sur ma lancée. Si je t'ai demandé de m'accompagner, ici ... Mes yeux doivent sans doute scintiller d'émoi, mais ça m'importe peu, à l'heure actuelle. Puis, de toute ma force, me voilà qui lui lâche une gigantesque bombe métaphorique entre les mains. C'est parce que j'avais besoin de revivre ce que nous avions, autrefois. J'ai avoué mon péché. Je me demande quel sera mon châtiment. En attendant, je ne le regarde toujours pas dans les yeux, n'osant pas le faire. Coupable. C'est le seul mot auquel je suis capable de penser. Et sans scrupules. Cette notion est sans doute la pire de toutes.

Pour toi, amour de ma vie:
 


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyLun 10 Fév 2014 - 23:35

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty

Très juste. Peut-être que j'avais omis le fait que la hawaïenne ne porte pas des demies noix de coco sur ses deux seins mais bel et bien... rien. Une pagne faite de matières végétales en guise de jupe, quelques fleurs parsemées ci et là, mais rien de plus. Enfin là, nous parlions de l'authentique hawaïenne, celle que nous n'allions probablement pas croiser lors de notre séjour dans cet hôtel luxueux d'ailleurs. Finalement, j'imaginais de moins en moins Lisa dans cette tenue ; non pas que cela lui aurait mal été, mais au vu de sa personnalité, ça aurait plus été perturbant qu'autre chose. Ainsi, je m'étais contenté de sourire avant de récupérer mes affaires pour finalement quitter la chambre. Dans le couloir menant à l'ascenseur, nous passâmes devant une porte à moitié ouverte de laquelle s'échappait une mélodie instrumentale où des chœurs se rajoutèrent quelques secondes plus tard. Cela ressemblait fort à ces musiques du type requiem que l'on entend avant d'enterrer une personne, vous voyez ? Nous nous étions adressé un regard curieux avec Lisa, avant de filer jusqu'à la porte de l'ascenseur pour échapper à cette ambiance funéraire pour le moins fortuite.

La fraicheur du sable n'avait pas manqué de m'étonner, comme à chaque fois que je me rendais sur une plage lorsqu'il faisait nuit. Ce qui ne manqua pas non plus, c'est ce souvenir du soir de la Holi où j'avais retrouvé Shaé après une période de doute qui m'avait semblé interminable. Nous nous étions échappés jusqu'à cette plage de Santa Monica et nos étreintes avaient sonné comme la réelle fin de mon libertinage puisqu'elle était la seule et l'unique que je voulais dans ma vie, ou plutôt au côté de qui je voulais construire ma vie. Néanmoins, je chassai très vite cette pensée de ma tête car l'heure n'était pas à ça, ni le lieu d'ailleurs. Lisa, était là, toujours aussi belle et précieuse à mes yeux. Sa main s'était glissé contre mon bras tandis que nous avancions, tandis que je lui avouais mes impressions vis-à-vis de ce voyage que j'avais accepté. Un couple était passé non loin de nous à ce moment-là. Ils étaient collés l'un à l'autre et la femme regardait amoureusement son partenaire, presque trop. Ce même genre de regard qu'aurait pu adresser Dionysos à sa futaille de vin favorite du temps de l'Antiquité. Cela dégoulinait d'amour et pourtant, cela ne me dégoutait plus autant qu'à une certaine époque ; pour cause, je savais à quel point de tels sentiments pouvaient transformer quelqu'un et le rendre plus fort. Il m'avait fallu plusieurs relations pour m'en rendre compte, et nul doute que Lisa était l'une d'elles.

Elle ne se trompait pas, la photographie - et l'art dans sa globalité - avait une place importante dans ma vie si bien qu'il n'y avait pas un voyage où mon appareil n'était pas à mes côtés. Sauf celui-là en sa compagnie, puisque seule notre mémoire devrait s'en remémorer la contenance et la teneur. D'ailleurs en parlant de souvenir, une délicate odeur vint flirter avec mes narines, me remémorant étrangement un souvenir de mon enfance, quand ma mère préparait le repas du dimanche à l'aide de quelques légumes légers du type cresson ou encore fenouil. Pourtant, nous étions sur une plage, là où ce type de plantes ne poussait sûrement pas. Allez comprendre... La voix de Lisa retentit soudain à nouveau pour briser le silence qui n'était néanmoins pas dérangeant entre elle et moi puisque la vue était à couper le souffle. Le temps était désormais aux aveux. Mes yeux tout d'abord fixes sur l'étendue d'eau qui nous faisait face finirent par se poser sur la jeune femme qui était de manière très nette intimidée. Je n'aurais su dire pourquoi, jusqu'à ce que ses paroles coupent court à tout mystère. A moins qu'elles n'en rajoutent une autre dose, à vrai dire, les deux interprétations étaient possibles. J'avais ralenti l'allure tout à coup, cherchant à comprendre le message. Revivre ce que nous avions autrefois ? Qu'était-ce, si ce n'était une histoire amoureuse relevant presque de l'idylle ? Les propos de Lisa étaient tout compte fait plus bourrés de mystère que jamais. « Et qu'est-ce que nous avons vécu autrefois, d'après toi ? » Avais-je demandé à son adresse non sans un infime sourire en coin, avant de détourner mon regard vers elle, visiblement moins confiante que moi. Que craignait-elle au juste ? Avait-elle ses raisons ? Quelles qu'elles soient, il me fallait les connaître et j'espérais qu'elle me les donnerait puisque nous en étions aux confessions et que j'étais loin d'être faquin au point de me ficher d'elle dans de telles circonstances. Cela dit, ce n'est qu'après coup que je réalisai que ma question avait de quoi embarrasser, et c'est pourquoi je nous avais stoppés dans notre marche pour me tourner face à elle. Ma main s'était relevée jusqu'à son visage, ces cheveux blonds faisant ressortir du mieux possible ses deux yeux bleus malgré la nuit. J'esquissai finalement un sourire léger avant de la rassurer, à ma manière. « Cette île est à nous Lisa, si j'ai accepté de venir jusqu'ici avec toi, ce n'est pas tant pour profiter du soleil et de la plage. » Non, à l'évidence... Même si un séjour à Hawaï ne peut pas se faire sans ces deux éléments, ma motivation première était toute autre. Me changer les idées et... « Être avec toi comme autrefois, ça me plaira sûrement, quoi que ce soit. » Oui, quelle que soit la signification personnelle de Lisa à ce « ce que nous avions autrefois », j'étais persuadé qu'elle saurait me persuader de ses bienfaits.


Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyVen 21 Fév 2014 - 16:54

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty

L'impression de faire partie d'un rêve ne s'escompte pas avec le temps, bien au contraire. J'ai la sensation unique d'avoir eu le privilège d'accéder à une parcelle de paradis ; comme un ticket gagné à un concours me permettant de ressentir le nirvana au plus bas de ses états. Un nirvana léger et impur mais ô combien suffisant ! Il est là, à mes côtés et cela me permet d'oublier, à ma façon. Los Angeles, maman, les études, l'avenir ... Et surtout Snow. Si je suis ici, c'est surtout à cause de Snow et si je me sais capable de le nier de façon convaincante aux autres, mon cerveau m'empêchera toujours de me berner moi-même. Stupide cerveau : pourquoi doit-il toujours être aussi efficace ? Je secoue légèrement de la tête afin de chasser toutes mauvaises pensées de mon esprit : Snow ne m'aimerait jamais, du moins, pas à la façon que je le souhaitais. Il est bien trop jeune et libertin pour cela. Aaron, en contrepartie ... Aaron est debout, à côté de moi et je devrais davantage me concentrer sur la chance que c'est de pouvoir profiter de sa simple présence. Mais avant cela ... Il faut que j'élucide le mystère qui plane depuis trop longtemps sur l'état de sa vie sentimentale. Avant cela, il faut que je lui demande des renseignements au sujet de Shaé. Je prends donc mon courage à deux mains, m'en armant pour braver la peur qui me ronge. Peur de quoi ? Du refus. Du rejet. De l'absurdité. Je m'élance et, plutôt que de m'aider à formuler mes propos, voilà qu'il me demande davantage d'informations ; des clarifications sur mes mots à moi. Je suis coincée, ne sachant pas réellement comment lui répondre et c'est ainsi que mes prochaines paroles me viennent en tête :

- Je pense que je n'ai pas besoin de te le rappeler. Pour ma part, en tous les cas, je m'en souviens comme s'il s'agissait d'hier. De son emprise ferme sur mes bras délicats. De ses lèvres chaleureuses contre ma tendre nuque. De ses doigts brûlants se baladant le long de mes hanches et de mon bassin. Je sens bien qu'il se joue légèrement de moi mais je ne dis rien afin de ne pas l'encourager sur une voie de légèreté tant que notre conversation sérieuse et pourtant nécessaire n'aura pas eu lieu. J'ignore donc son regard complice, me contentant d'écouter le reste de ce qu'il a à me répondre en lui renvoyant ce regard qu'il plonge avec tant d'insistance dans mes yeux. Je suis certes absorbées par ses iris mais je me console en me disant que lui doit se sentir percé par mon regard de son côté. C'est ce que j'ose espérer, en tous les cas. Nous ne marchons plus, à présent. Son sourire se veut rassurant et pourtant mon coeur continue d'accélérer son rythme, mes yeux peinent à ne pas se mouvoir frénétiquement, mon corps hésite à trembler d'émotion et je retiens mon souffle malgré moi au risque de suffoquer. Il m'explique alors qu'il n'est pas venu pour profiter de la plage ce qui me fait rire d'une façon légèrement stérile.

- Non, bien sûr que non, je le sais bien ... Je chuchote alors, presque à moi même, me tournant vers la mer et, en conséquence, loin de lui, avant de m'avancer lentement vers les vagues s'écrasant contre le rivage. Il me dit alors qu'être avec moi comme par le passé ne le dérangerait pas pour le moins du monde et, si cette notion parvient à me rassurer sur bon nombre de mes insécurités, mon plus grand soucis ne s'en va pas pour autant. Me mordant la lèvre du haut, je soupire, lui tournant toujours le dos, les yeux apposés contre la lune, comme à la recherche d'un signe qui me dirait que j'ai raison de poursuivre le cours d'action que je m'apprête à tenter, que je ne suis pas une folle ni une salope et que tous les efforts que nous avons mutuellement entrepris jusqu'à maintenant ne seront pas vains. Baissant honteusement ma tête vers le sol, je lui réponds par un simple :

- Et rien ne me rendrait plus heureuse mais ... N'oublions-nous pas ta petite-amie, dans cette histoire ? Je m'en veux déjà d'avoir lancé la bombe ainsi mais je n'aurais guère su être plus subtile si on m'avait accordé plus de temps : cette question me démangeait depuis un moment déjà et maintenant qu'elle est lancée sur le tapis, je me sens étrangement ... soulagée. Il ne me reste plus qu'à attendre sa réponse.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyVen 7 Mar 2014 - 0:12

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty

Être embarrassé pour une histoire terminée depuis plusieurs années, cela ne me ressemble pas le moins du monde. Il y a certains points sur lesquels Lisa et moi nous ressemblons mais pour ce qui est des doux sarcasmes que j'aime parfois utiliser afin de relativiser, je crois que c'était une toute autre affaire. Je n'en perdis néanmoins pas mon sourire, ni mon regard rivé sur elle. C'est vrai, elle n'avait pas besoin de me rappeler toute cette histoire que nous avions vécue ensemble sur cette même île car je m'en souvenais plutôt bien certes grâce aux photographies, mais aussi par l'unique œuvre de ma mémoire sélective. Comment ne pas retenir une telle idylle, d'autant plus à un âge où ce genre d'expérience nous rend encore plus impétueux ? Lisa était dans ma mémoire autant que j'étais me semble-t-il dans la sienne, l'on ne pouvait pas changer cela. Nous nous arrêtâmes à cause de moi et je la forçai à affronter mon regard puisque cela semblait si dur, mais était pourtant essentiel. Ce contact visuel peut être difficile je le sais bien mais j'ai pourtant toujours eu cette manie à le chercher, dans n'importe quelle situation. Regarder l'autre dans les yeux, et que l'autre nous regarde droit dans les yeux en retour, cela change parfois le cours d'une discussion, c'est indéniable. Je tentai alors de la rassurer à ma manière, c'est-à-dire posément, avec un calme olympien qui me représentait plutôt bien. Le message était clair, si j'avais accepté de venir à Hawaï avec elle, c'est que je pouvais me permettre ce genre d'écart. Cela pouvait-il toujours être considéré comme un écart, d'ailleurs ? Rien n'était moins sûr mais l'attitude hésitante de Lisa remettait tout en doute. A nouveau elle s'éloignait, préférant plonger son regard dans l'océan plutôt que sur moi. Curieux et intrigué je la suivis, sans quitter du regard  une seule seconde. Le paysage dans lequel nous avancions avait beau être d'une splendeur sans nom, c'était elle ma première préoccupation à ce moment-là. La jeune femme se retourna bientôt pour me faire face ; l'assurance n'était clairement pas sa meilleure amie à en voir sa tête baissée mais j'en compris bientôt la raison. Shaé... Bien sûr, voyons, quel idiot avais-je été sur ce coup ! Par pur désir d'occulter mon ex de ma tête, je n'en avais pas fait mention une seule et unique fois à Lisa. Nul doute que cette dernière avait dû s'imaginer tout un tas de choses indignes depuis notre décollage et je n'y avais même pas pensé une seule fois. Alors en toute logique, il était temps que je la rassure puisqu'elle n'était qu'une femme comme les autres, avec son lot d'inquiétudes et de questionnements incessants. « J'aurais dû te le dire avant, je suis désolé. Mais je ne suis plus avec Shaé, c'est... c'est fini depuis un moment. » Inutile de s'étendre sur le sujet, n'est-ce pas ? L'essentiel était d'assurer Lisa que je n'étais pas qu'un autre goujat prêt à s'envoler dans les airs en compagnie d'une autre femme que sa petite-amie. Cela aurait été absurde de me comporter de cette manière avec elle si j'avais toujours été avec Shaé, j'espère qu'elle y avait pensé. Mes yeux plantés dans les siens furent bientôt éclairés d'une lueur au loin, peut-être un bateau, ou un phare, qu'en savais-je car ils ne se délogeaient pas du bleu de ses yeux à elle. Un sourire vint s'esquisser sur mes lèvres quand j'abaissai mon regard vers les siennes. Mais c'était trop tôt... « Tu vois, tu n'as pas besoin de t'inquiéter. Tu dois juste te déconnecter de Los Angeles pour quelques jours... Je te promets que ça en vaudra le coup. » Sur ces paroles, j'allai glisser mes doigts entre les siens avant de relever sa main pour en embrasser doucement le dos, avant de l’entraîner un peu plus loin. « Allez viens, j'ai un endroit à te montrer. » Et pas n'importe lequel. Puisque nous étions deux personnes attachées aux souvenirs, j'avais pris soin de sélectionner l'un des meilleurs pour cette première soirée. Vous devez sans doute vous demander lequel ? Réfléchissez un peu... Dans quel endroit symbolique aurais-je pu avoir envie d'emmener Lisa à une heure pareille, quand nous étions presque seuls au monde sur cette plage en apparence déserte ? Ce n'était pas très grand, guère plus qu'une chambre étudiante de l'UCLA mais le cadre rendait l'endroit complètement différent. Un petit cabanon en bois ressemblant autant à un repère qu'aurait pu se construire Robinson Crusoé qu'à un local pour maître nageur. Quoi qu'il en soit, c'était là que j'avais embrassé pour la première fois Lisa et que je lui avais montré à quel point elle ne me laissait pas indifférent ; inutile de vous faire un schéma. Bientôt la cabane fut visible et je tournai ma tête vers Lisa à ce moment-là, un sourire discret aux lèvres. « Avec un peu de chance, ce sera encore ouvert. Alors, tentée d'y faire un tour ? »


Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyMar 11 Mar 2014 - 14:05

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty

Le regard d'Aaron sur moi devrait me rassurer, mais l'effet qu'il a sur moi est tout le contraire. Je me sens dévisagée, scrutée ... Et étrangement, cela me met mal à l'aise. Je ne veux pas croiser ses yeux, je ne veux pas qu'il puisse lire dans les miens comme dans un livre ouvert et, si je résiste à l'emprise de ses perles bleues lorsqu'il m'invite à le regarder, la tentation de céder à leur appel et d'y succomber est tellement forte que je finis par me laisser m'y abandonner. Le regard d'Aaron avait été ce qui m'avait rendue amoureuse de lui, en premier lui, toutes ces années auparavant. Je le trouvais honnête, sincère. Dès que je le regardais, je savais instinctivement ce qu'il pensait. Si cela n'a pas changé avec les années, je sais cependant que la lame est à double tranchant : lui aussi a une fenêtre sur mon âme et, en l'occurrence, elle est tellement meurtrie et blessée que je ne peux qu'en tirer les rideaux. Lorsque les trajectoires distinctes de nos yeux se rencontrent, je frissonne légèrement. J'en oublie entièrement Snow, Los Angeles, ma mère, mon père, ma vie, mon avenir, mes études, mon passé. Il n'y a que lui, que moi, que le bonheur, que la magie du moment présent et je serais une idiote de laisser cela filer entre mes mains sans tenter de le tenir, au moins un instant. Je suis prête à être à lui, je suis prête à l'aimer, au moins pour ce soir ... Et puis, je romps le contact. Je marche vers les vagues, je me mords les lèvres, et un instant, la tentation de m'offrir à elles me semble bien alléchante ... Mais Aaron parvient à m'en dissuader, par sa simple présence. Je le hais d'être aussi posé. Je le méprise d'avoir autant de pouvoir sur moi. Autour de lui, je ne peux qu'être docile. À ses côtés, je ne peux être qu'un complément à sa vie.

Lorsque je me retourne vers lui, je mentirai si je n'avoue pas que c'était, au départ, pour exiger qu'il s'en aille. Qu'il m'abandonne, moi et mon destin, qu'il nous laisse, moi et mes soucis, qu'il nous oublient, moi, ma personnalité, mon identité et mes pensées. Faible, faible, Lisa. Peuh. Qu'est-ce qu'un homme aussi abouti que lui pourrait bien vouloir avoir à faire avec une gamine comme moi ? Malgré mon âge plus développé qu'auparavant, je n'ai pas besoin qu'on me le dise pour le savoir : je reste une gamine à côté de lui. Un peu comme le fait que ma mère restera à jamais "maman", même si on ne se parle clairement pas autant qu'avant. Au lieu de cela, cependant, je le laisse cultiver les illusions que je me fais. Je le laisse nourrir mon désir d'un sens, d'une importance qui n'est pas mienne aujourd'hui et que je me contente de prétexter, l'ayant volée à quelqu'un d'autre. Je le laisse me dire ce que je veux entendre, je sais qu'il en est capable. Le vent bat contre mon visage, soulevant mes cheveux dans les airs, les écrasant contre mon visage. Mon nez. Mes lèvres. J'ai un peu froid mais j'y prête guère attention, trop occupée par ce fameux moment présent. Trop obnubilée par notre conversation. Aaron m'annonce qu'il n'est plus avec Shaé et, si cette nouvelle n'est pas de celles qui, habituellement, me seraient agréables, je me retiens difficilement de sourire, soupirant et riant légèrement, soulagée par cela.

- Je ... Je, mais ... C'est super ! Enfin non, mais ... Oh et puis zut, tu me comprendras et moi je vais me taire. Souriant encore, je ne reprends pas la parole, jubilant dans le plaisir de savoir que je pouvais dorénavant faire ce que je voulais avec Aaron. Snow m'avait bien fait comprendre qu'il ne me poursuivrait pas, lui n'était plus avec sa belle, nous n'avions donc de comptes à rendre à personne d'autre que nous-même (et par nous-même, j'entends que je n'ai de comptes à rendre qu'à moi-même, évidemment. Je n'oserais jamais espérer qu'Aaron puisse avoir de comptes à me rendre, du moins, pas dans l'état actuel des choses). Je me jette alors au cou d'Aaron, enroulant mes bras autour de sa nuque lisse et parfumée. Je sens son odeur, la tiédeur de son corps, je le serre fort dans mes bras et laisse mes doigts découvrir tendrement la richesse de ses cheveux noirs de jais. Je reste là un instant et uniquement un instant ... Mais ça m'est suffisant pour avoir eu une dose de sa présence. Pour pouvoir m'être sentie proche de lui dans un sens plus ... Physique, disons. L'air se fait de plus en plus frais tandis qu'une lumière venue de derrière vient dénoncer le crime que nous aurions pu commettre (celui de l'adultère) mais qui ne serait, au final, commis ni par lui, ni par moi. Aujourd'hui est une belle journée. Une fois que je m'étais détachée de lui, il continue, m'expliquant que je devrais me défaire de ma ville, de mon passé, de tous mes problèmes qui me pendent au coeur et m'oppriment. Si j'hoche de la tête, cela ne veut pas dire que je l'écoute pour autant, trop occupée à comprendre moi-même le sens de ses mots précédents. Il n'est plus avec Shaé. C'est terminé depuis un moment, déjà. Je ne suis pas la pire des garces. Je ne suis pas Thea C. Stonehevean, quoi, et ça, c'est génial. Il ramasse ma main et je perçois à peine le contact entre sa peau chaude, ses doigts virils ... Et mes articulations gelées. Je me sens tellement petite, à côté de lui, comme un agneau face à un étalon. J'aurais toutes les raisons d'être effrayée ... Et pourtant, je ne le suis aucunement. Je connais Aaron, maintenant, et s'il a su me faire ressentir plein d'émotions, allant de la joie à la nostalgie, en passant par la honte et un prenant sentiment d'infériorité ... Jamais ne m'a-t-il donné raison de ne pas lui faire confiance. Je le suivrai jusqu'aux étoiles et au delà s'il me le demandait et aveuglément, qui plus est, sans jamais me retourner, ouvrir les yeux ni lui demander "où est-ce qu'on va, exactement ?" Ainsi, lorsqu'il me dit qu'il a un endroit à me montrer, je l'écoute parler, j'hoche à nouveau de la tête ... Et je n'en doute pas un instant. Main dans la main, nous marchons donc, et je dois m'avouer conquise par la curiosité de découvrir ce fameux endroit. Je me doute que c'est quelque chose que nous avons déjà vu auparavant ... Quelque chose de symbolique, quelque chose qui nous rappellerait à tous deux ce que nous possédions auparavant et ce que nous pourrons tenter de posséder, l'espace de ces vacances. Mais quoi ? Mes souvenirs restent un peu vagues, par moment. Je ne me rappelle pas de chaque instant, sinon, je n'aurais oublié aucune promesse et aucun baiser. Lorsque nous nous arrêtons enfin, je regarde autour de moi, curieuse de découvrir ce fameux lieu reclus du reste du monde que je serais heureuse de voir, à ses yeux. Lorsque je reconnais le cabanon, une main se porte à mon coeur, alors envahi par la tendresse. Je ne parle plus : je murmure.

- Oh, Aaron ... Il avait visé en plein dans le mil. Je suis complètement muette face à ce lieu si idéal ... Cet endroit qui à jamais resterait gravé dans ma mémoire. Je suis complètement sidérée, d'ailleurs, de voir qu'il est encore ouvert, fièrement érigé devant moi, après tant d'années. Je suis refaite, là. Il me demande si y faire un tour me tente et, retrouvant alors ma voix, je ris avant de me retourner vers lui : Tu plaisantes ? J'aurais protesté si tu m'avais sérieusement dit que tu ne comptais pas y rentrer, maintenant que nous y sommes. Je n'ai pas envie de découvrir un seul autre endroit de l'ile, maintenant, et ce, pour la bonne raison que ce cabanon ... Il est à nous. C'est le temple érigé à notre histoire passée. Le lieu de culte de notre amour effacé. Je me retourne alors vers la structure en bois, cette architecture si belle et parfaite ... Puis je tourne la poignée m'y empêchant l'accès. À mon plus grand bonheur, celle-ci cède sous la force de ma main, ouvrant la porte et me laissant m'infiltrer dans ce tendre sanctuaire, après tant d'années de séparation. Je ne songe même pas à la suite, bien que je sache exactement ce qu'il va se passer, ce soir. Je ne me retourne même pas, n'ayant pas peur qu'il n'ait pas eu l'idée de me suivre : j'entends ses pas derrière moi, le rythme de sa respiration ... Et bientôt, je pourrai sentir son coeur battre dans sa poitrine, lorsque j'y déposerai ma main. Je m'approche de la table qui se trouve à quelque pas de la porte, balayant d'un geste désinvolte tous les objets jonchés dessus. Puis, je me hisse sur celle-ci, faisant maintenant face à Aaron, assise sur le rebord du bureau.

- Il fait moins froid, ici.

Et ainsi, toutes les cartes ont été jouées.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyJeu 13 Mar 2014 - 16:15

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty

Atterrir sur un archipel tel que Hawaï a de quoi faire perdre la lucidité qui pourtant ne nous quitte jamais d'ordinaire. Déjà à Los Angeles, j'aurais pu éviter d'oublier ce détail de ma séparation avec Shaé. Bien sûr je vous l'accorde, c'est nettement plus qu'un détail et pourtant c'est ainsi que je l'avais considéré durant ces deux derniers jours. Sans doute voulais-je inconsciemment ne plus y penser, laisser cet épisode douloureux derrière moi. Et puis il y avait aussi le fait que cette escapade avec Lisa avait de suite trouvé grâce à mes yeux – elle était aussi bénéfique que décisive en un sens. Il me fallait passer à autre chose ; non pas repartir dans une nouvelle relation mais bel et bien vivre quelque chose qui aurait le mérite de me faire évoluer. Détrompez-vous, Lisa n'était pas juste le moyen pour moi de me libérer d'un fardeau lié à une rupture, c'était bien plus que ça, une femme qui avait eu une importance assez significative dans ma vie pour que j'aie envie de m'échapper avec elle pendant quelques jours. Ce n'était pas un jeu, mais nous n'avions pas non plus défini de règles. Peut-être aurions-nous dû ; le temps n'était pas aux espérances mais avec du recul sans doute aurais-je dû m'assurer que Lisa était là pour des raisons semblables aux miennes. Non pas forcément une rupture mais ce besoin  inexorable de fuir Los Angeles. Quoi qu'il en soit, c'est avec soulagement qu'elle reçut un éclaircissement sur ma relation avec l'Italienne, et son attitude changea du tout au tout en quelques secondes à peine. J'en vins d'autant plus à me demander ce qu'elle avait pu penser de moi pendant toutes ces dernières heures où elle avait été dans le flou sur ce sujet, car à l'évidence elle devait y songer depuis un bon bout de temps. Cela dit, c'était bien elle qui m'avait exprimé son besoin de partir sans vouloir poser de question, alors à quoi bon se questionner indéfiniment ? J'émis un rire spontané lorsqu'elle se rua vers moi ; oui je crois que je la comprenais, néanmoins nul besoin qu'elle se taise lorsque par quelques mots hésitants sa candeur était rendue plus adorable encore. Sur elle mes yeux se posèrent alors, bienveillants comme à l'accoutumée. Puis je souris tendrement, tandis que mes bras encerclaient sa taille menue, que ses mains caressaient mes cheveux. J'avais oublié ce contact venant d'elle. L'avait-elle d'ailleurs déjà fait avec cette posture si allégée, et apaisée ? « Tu n'es pas obligée. » Répondis-je simplement et avec un sourire tendre à ces derniers mots qu'elle avait prononcés, d'un ton de voix affaibli par le contexte. Elle n'avait pas été aussi proche de moi depuis des années, et il me semble d'ailleurs que la dernière fois avait été à l'aéroport d'Hawaï il y a six ans en arrière alors qu'elle quittait l'île, quelques jours avant moi. Délicate étreinte redéployant l'arbre des possibles de ses plus belles saveurs ; je désirais que Lisa considère cette soirée comme mémorable, et j'avais déjà prévu la suite des événements... dans les grandes lignes, en tout cas.

Comme si personne ne s'y était rendu en six années, la maisonnette en bois n'avait pas subi un quelconque changement. C'était en tout cas ce que constatèrent mes deux yeux à la mémoire si bonne, à qui même les détails ne faisaient défaut. Le charme dans la sobriété : quelques meubles tels qu'une armoire en métal gris foncé, un bureau en bois jonché de multiples instruments ou papiers divers – peut-être y avait-il des cartes de l'île ou bien de l'océan, tout pour satisfaire mon imaginaire d'explorateur en herbe, quelques livres éparpillés sur une table basse située face à un fauteuil en osier et un vieux tapis dont les couleurs s'étaient éteintes avec le temps. Je me souvenais de tout cela, et rien ne semblait avoir changé. Mais de toute façon, mon attention était accaparée par Lisa qui pénétrait enfin dans le repère, guidée par ses yeux conquis. Je souris à sa remarque d'ailleurs qui me prouva que je n'avais pas eu une mauvaise idée, cela ne m'étonnant pas tant puisque je connaissais le même attachement de la jeune femme aux choses agréables du passé. Mes yeux balayèrent très furtivement la pièce et déjà ils se reposaient sur elle, ménageant le bureau sur lequel elle s'assit d'une négligence particulièrement amusante. Nos regards se croisèrent quand sa voix murmura quelques mots décisifs. Il était évident que j'avais toutes les cartes en main pour mener à bien la suite de cette soirée et c'est bien cela que je lus dans son regard pendant un très bref instant, comme si elle aussi me faisait passer le message. Qu'attendait-elle de moi dans un tel endroit, de toute manière, si ce n'était un rapprochement ? Un retour en arrière dans le temps qui pourrait résonner dans la moindre des attentions que j'aurais à son égard. « Tant mieux, si nous comptons y rester un petit moment. » Ce n'était plus une hypothèse, à partir de l'instant même où j'avais commencé à me rapprocher d'elle pour nourrir cette envie grandissante de goûter à nouveau sa peau. Un pas, puis un autre. Bientôt je me retrouvai près d'elle, mes prunelles abaissées vers les siennes. Ma main elle se releva vers sa joue que je caressai doucement avant d'aller effleurer ses lèvres du bout de mes doigts, le tout sans jamais quitter mes gestes du regard. Son visage était une perfection, ses traits angéliques comblaient chaque seconde qui passait mes yeux gourmands d'une sainteté que Lisa représentait, tout du moins physiquement. Pourtant, l'innocence m'avait déjà bel et bien quitté, laissant place à une toute nouvelle appétence digne de ce que j'avais à l'époque déjà ressenti. Quand enfin mes yeux retrouvèrent les siens, je songeai à lui faire part de mes pensées. « Je pourrais te faire la conversation pendant des heures si tu le souhaitais mais je doute que tu en aies réellement l'envie. » Sous la pression de mon pouce, sa lèvre inférieure frémit, me reléguant ainsi au niveau de l'homme majoritairement friand. Je l'imaginai devenir mienne sur ce bureau, et réaliser que cette vision n'était pas si éloignée du champ des possibles suffit à décupler mon envie. C'est en proie à un sentiment autant de convoitise que d'urgence que je rapprochai mes lèvres des siennes pour finalement l'embrasser, tendrement, passionnément, tandis que l'une de mes mains s'échouait dans sa nuque et ses longs cheveux blonds... Là, je lui concédais quelques cartes à jouer.


Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyMer 26 Mar 2014 - 5:18

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty

and the stars make love to the universe ...



Mes doigts glissent doucement le long du bureau en bois. En six ans, l'endroit n'avait pas changé. Absolument pas. Du moins, c'est ce que mes souvenirs essaient de me faire penser. Chaque livre coloré est posé exactement au même endroit sur les étagères, le tapis, décoloré par le temps et l'usure, semble tenir au même endroit qu'auparavant et même les grains de poussière provoquent une impression de stabilité, comme si ceux-ci ne s'étaient pas promenés en ce long laps de temps ... Comme si cet endroit, isolé du présent et du lieu n'avait fait que de nous attendre depuis la dernière fois. Notre propre chez nous. Notre jardin secret à nous. C'est exactement ce dont j'ai besoin, en ce moment : une ancre, un point auquel me rattacher et m'enchainer. De la stabilité. Voilà ce dont je souffre cruellement, ces temps-ci. Voilà ce que cet endroit m'évoque. Une constance agréable. Un souvenir mémorable et indélébile. Lui. Moi. Un lieu où plus rien ni personne n'existe. Pas de Shaé, pas de Snow, pas de terriens, pas d'animaux. Les étoiles nous sourient au travers des fenêtres, mais elles sont tellement lointaines qu'on les perçoit à peine. Le soleil est parti se coucher et la lune, érigée fièrement au dessus de nous, a décidé de se cacher derrière le toit du cabanon, histoire de nous laisser un peu d'intimité. Je me sens apaisée, ici. Je me sens unique. Pour une fois, j'ai l'impression d'être Lisa, et uniquement elle. Je ne suis plus une fille, ni une soeur. Plus une brillante étudiante, plus une respectable demoiselle, plus une Gamma Psi. Je ne suis que moi et je n'ai pas d'attentes ni de projets, me contentant de savourer le moment présent. Mes onglets s'enfoncent lentement dans le bois du bureau, comme pour m'assurer que ce que nous avons là est réellement vrai et que je ne suis pas en train de faire un énième agréable rêve. Comme pour me rassurer quand au fait que je ne me réveillerai pas à Los Angeles, demain, agitée parce que l'un des plus agréables moments que j'aurais connu ces derniers mois n'aurait en réalité été qu'une invention de mon imagination. Mon regard se reporte alors sur Aaron, cherchant le sien avec une hésitation amusée. Il m'intimide comme toujours mais, étrangement, moins qu'auparavant. Peut être parce que je sais que lorsque nous nous rapprochons ainsi, l'âge n'est réellement plus qu'un nombre à négliger. À défaut d'être la plus grande garce de l'année, j'avais tout de même vécu et eu mes expériences. J'avais tout de même connu le monde et appris des choses au long de mon parcours. Des choses qui me permettaient d'avoir des moments d'intimité avec des hommes sans pour autant avoir peur de ne pas être à la hauteur. Des leçons de vie qui se sont avérées utiles pendant ces dernières années. Ses doigts caressent ma joue et je respire longuement. Le silence est omniprésent autour de nous - l'entendez-vous ? Hormis l'ululement solitaire et étouffé d'un hibou, probablement perché sur un arbre non loin de là, je n'entends rien, pour ma part. Le silence m'engouffre dans son intégrité. Il m'épouse, fait de moi son épouse. Il noie mes oreilles et apaise mes sens. Mes yeux se détendent, mes paupières se permettent de retomber quelque peu au dessus des orbes qui me servent de yeux et je regarde passivement Aaron d'un air à la fois las mais réjoui. Ses doigts viennent à caresser mes lèvres ; je sens leur contact chaleureux contre ma peau ainsi que le léger picotement provoqué sur celle du bas à cause de sa sensibilité. Pendant tout ce temps, je me contente de le regarder et de le laisser agir, attendant ... Autre chose. Impatiemment. Calmement. Avec réjouissance. Avec modération. Il me dit alors qu'il pourrait me parler longtemps si je le souhaitais. Sa voix me transporte et me guide en vocalisant ce que je savais déjà, au fond de moi. Ses mots tentent de me forcer à avouer la réalité qu'il semble pourtant bien avoir comprise et, ensorcelée par son regard azuréen, j'y succombe, subtilement. Je me contente en effet de hocher la tête, le regard plongé dans le sien. C'est ma façon de lui faire comprendre qu'il a le droit de continuer de parler ; que je l'écoute et que j'approuve de ce qu'il dit. Je ne dis pas grand chose car je ne pense pas qu'il y ait grand chose à dire, de mon côté. Je me souviens de notre temps passé ensemble, toutes ces années auparavant. Je me souviens de ces mots prononcés à la légère et, pourtant, tellement vrais que je suis persuadée qu'il ne doute pas un instant de leur véracité. "Une part de toi restera à l'intérieur de moi pour l'éternité. Une part de moi t'aimera toujours autant que je t'aime aujourd'hui." Je sais qu'il s'en souvient, de ces mots. Je le vois dans son regard tendre. Je déchiffre facilement ce regard d'affection perché dans ses prunelles. Je comprends où vont ses pensées et j'aime penser que je parviens même à en lire quelques unes. Je vois également le désir que son regard m'envoie ; ce désir qu'il me rend au centuple, ce désir qui est autant à lui qu'à moi. Ma gorge en est dé-séchée et ma peau est recouverte de frisson. Je sens chaque particule et chaque parcelle de celle-ci frémir d'impatience face à l'idée même qu'il pourrait l'embrasser et, si celles-ci pouvaient se mouvoir, je suis persuadée qu'elles se battraient pour pouvoir être les premières à bénéficier de son contact chaleureux. Lorsque Aaron m'embrasse, cette envie virant presque au besoin d'être à lui se libère entièrement. Plus de limites. Plus de limitations. Je ne peux plus la contenir, je ne peux plus emprisonner les émotions ravivées de notre union passée. Je ne feins même pas une résistance face à son emprise, préférant m'offrir directement à son influence et lui confier les rennes du navire plutôt que de me battre pour le gouvernail. Mon bras droit vient s'enrouler autour de sa nuque, suivi, rapidement, de son jumeau gauche tandis que mes pieds nus frôlent doucement chaque côté de ses jambes. Nos lèvres se rencontres et se saluent, se cognent et s'entrechoquent. Elles se disent les secrets que nous avons oublié de nous raconter, toutes ces dernières années. Rattrapent le temps perdus et semblent décidées à se remémorer des moments passés tout en créant de nouveaux souvenirs pour les albums photos de nos pensées. Il m'embrasse et je me perds dans son affection, noyée dans l'euphorie que ce contact me produit. Je me sens bien, ici avec lui et c'est en partie pour cela que lorsque nos lèvres se séparent, je murmure fiévreusement dans son oreille.

- Ne gaspillons rien. Pas une seconde, pas un instant. Prenons tout, tout ce qui nous vient, ici et maintenant. Profitons du présent.

Je sais qu'il ne pourra pas me le refuser, car nous sommes pareils, lui et moi. Nos deux esprits semblent avoir suivi la même école tant ils parviennent à être synchronisés l'un sur l'autre et je mentirai si je n'avouais pas que cela ne me dérangeait pas pour le moins du monde, bien au contraire.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyMar 27 Mai 2014 - 21:01

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty

Lisa n'était pas une joueuse, elle ne l'avait jamais été foncièrement, tout du moins pas avec moi. Celle que je connaissais était passionnée, sensible, dévouée corps et âme à celui avec lequel elle choisissait de s'abandonner. Et il n'était pas question qu'elle s'abandonne à un homme avant d'avoir été préalablement suffisamment conquise, charmée pour toute sa personne contrairement à d'autres femmes plus légères, moins raisonnables... Désormais célibataire, je reprenais autant goût aux avantages de la désinvolture féminine qu'aux mérites des plus dignes. Lisa faisait évidemment partie de cette deuxième classe, et ce que j'appréciais particulièrement avec elle, c'était ce petit côté de déjà vu, de retour dans le passé... Une nostalgie retrouvée, enfin permise. J'appréciais également qu'elle me fasse confiance, qu'elle adopte cette posture de femme forte et mature autant que celle de la femme fragile, délibérément mienne pour le reste de la soirée. Car c'était bel et bien cela que je pouvais lire dans ses yeux, dans son attitude leste de dernière minute. Ce premier baiser fut à la hauteur de mes espérances ; je retrouvais celle que j'avais quittée il y a quelques années, sans avoir à l'époque cherché à approfondir une relation qui pourtant aurait pu durer, si seulement j'en avais eu la maturité nécessaire. Tout était désormais différent et pourtant, il n'était pas question de signer le début d'une longue histoire dans ce cabanon, l'heure était plutôt à une forme de retrouvailles toute particulière, une que seuls elle et moi pouvions comprendre. Puisqu'elle n'était pas de ces femmes que l'on se contente de satisfaire au prix de quelques baisers et caresses alors j'abandonnai moi aussi toute idée de jeu de séduction pour profiter de cet instant à sa juste valeur, celle que l'on avait aimée il y a sept ans de cela. Avec une ardeur de moins en moins contrôlée, je l'avais attirée contre moi, la laissant entrevoir clairement le fond de mes pensées ou plutôt devrais-je dire de mes désirs. Et quand sa voix perça le silence qui n'était en réalité plus, ce fut pour moi le feu vert intégral, celui qui me rendit un peu plus fougueux, avec à l'esprit tout un tas d'idées moins sages les unes que les autres. Cela n'allait pas être identique au passé, elle y trouverait sans doute une ressemblance, des souvenirs égarés, mais je ne pouvais définitivement pas lui promettre d'être le même. A mon tour j'écartai mon visage du sien, juste un peu, suffisamment pour la regarder avec fougue, en réponse à ses paroles. « Alors laisse-moi te prendre, ici, comme autrefois... » Tel un doux grondement, ou un murmure emballé, mais rien qui ne soit de trop, de cela j'étais sûr. A peine venais-je de la prévenir verbalement de mes intentions que je rehaussai ses cuisses de part et d'autre de mon corps pour la rapprocher encore plus de moi, la coller même, autant que cela serait possible. J'étais désormais plein d'une fièvre effervescente, que l'on ne pourrait calmer qu'au prix de son corps, le sien et aucun autre. Mes lèvres redécouvraient chaque parcelle des siennes, de ses joues rougies, de sa mâchoire élégante, de son cou délicatement parfumé... Tout était resté dans ma mémoire, mais chaque détail avait changé, s'était transformé avec les années. Lisa n'était pas encore dans la fleur de l'âge et pourtant je la sentais plus ardente, plus disposée que jamais. « ...et tu pourras ajouter cela à la liste de tous tes souvenirs merveilleux en compagnie de ma personne » dis-je finalement, esquissant un léger sourire malin avant de planter mes deux yeux dans les siens et de resserrer ma prise contre moi à l'aide de mes deux mains, dans le bas de son dos. Sans attendre une énième bénédiction de sa part, je retrouvai mon sérieux en prenant l'initiative d'aller défaire, un à un, les boutons de son chemisier, dévoilant ainsi à mes yeux gourmands la vue d'une poitrine qui elle aussi avait changé avec les années. L'air toujours plus concentré, je fis glisser le tissu sur ses épaules, le long de ses bras et à nouveau je retrouvai ses yeux. « Tu n'as pas envie de me débarrasser de ma chemise ? » Susurrai-je, quelque peu finaud, tout en dégrafant du bout des doigts le soutien-gorge en dentelle fine qui cachait encore sa poitrine... Mon être entier se réchauffa alors à nouveau, alimentant de plus belle la moindre partie de mon corps de son sang précieux et vital. Je me sentais comme... vivant à nouveau, pris d'un zèle bien plus profond que celui qui m'avait emporté en compagnie des autres femmes avec lesquelles j'avais couché depuis ma rupture, et bon sang ce que c'était agréable. De mon regard j'exprimai à Lisa que je la trouvais encore plus belle qu'autrefois, plus désirable aussi. Oui, à tel point que rapidement mes mains vinrent caresser, puis empoigner ses seins tendus par le désir quand au même moment, ma bouche allait retrouver la sienne...


Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyLun 28 Juil 2014 - 16:28

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty

and the stars make love to the universe ...






Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyLun 4 Aoû 2014 - 20:02

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptySam 7 Mar 2015 - 3:57

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyDim 15 Mar 2015 - 18:32

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty



Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyDim 15 Mar 2015 - 20:42

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyMar 19 Mai 2015 - 19:28

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty



Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptyMar 7 Juil 2015 - 3:10

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality EmptySam 1 Aoû 2015 - 2:23

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty



Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LISA & AARON ◊ escape from reality   LISA & AARON ◊ escape from reality Empty

Contenu sponsorisé

LISA & AARON ◊ escape from reality Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
LISA & AARON ◊ escape from reality
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» How to live dangerously in one lesson ~ Kiara-Luka & Lisa
» Aaron Dutra
» SOS 125 à 130 petits chiens entassés dans une maison(08)
» TITI Canichou noir 10 ans Asso L.I.S.A (08)
» Elvis Presley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP :: Terminés-
Sauter vers: