Partagez
 

 ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow   ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow EmptyDim 2 Mar 2014 - 20:21

avatar
Invité
Invité

▬ neutron star collision ▬ lisa et snow Empty

Neutron star collision.


Lisa ...


   

   
J’ai une bouteille en main, elle est presque fini, d’ailleurs je me demande sérieusement qui l’a bu avec moi, parce que putain, je l’ai pas fini tout seul, celle-là ? Si ? Si. Bon d’accord, je l’ai fini seul, mais on s’en fout. J’étais à une soirée, me semble que c’est vrai. J’sais plus trop où c’était, mais je sais que quand j’ai voulu prendre mes clefs pour rentrer, on n’a pas voulu me les donner. Soit disant que j’étais déjà bien trop bourré. Non mais sérieux, comment je fais pour rentrer chez moi, maintenant, hein ? Alors de rage, ou de bêtise, je ne me rappelle plus trop, j’ai pris une dernière bouteille avec moi avant de filer. J’ai allumé une clope, pour me calmer, le problème c’était que sur le coup, elle m’a donné envie de gerber. Puis il s’est posé un autre problème dans mon esprit, le fait que justement, pour rentrer chez moi, il faudrait que j’arrive à me souvenir d’où se trouve ce fameux chez moi. Alors j’ai suivi mes pieds en me disant qu’ils feront comme les chiens, ou les chats, ils retrouveront la route pour moi. Mais quand j’ai regardé ce qu’il se trouvait autour de moi, je me suis vite aperçu que j’en étais loin de mon appartement et qu’étrangement, je me voyais bien en train d’arpenter l’université. Oui ça a fait son chemin dans ma petite tête, j’étais bien à l’université. J’avais encore suivi mes pas pour arriver où j’en suis maintenant, à me demande qui a bien pu boire ma bouteille. Et quand je sens le gout de l’alcool sur ma langue, je me rends une nouvelle fois à l’évidence, c’est moi, mais chuuuut, c’est un secret, n’est-ce pas ? J’avale une nouvelle gorgée, d’ailleurs, en regardant le bâtiment qui se trouve devant moi. Bon, Snow, on y va ? J’attrape un caillou, un peu gros, c’est vrai, mais peu importe, et quand je me redresse je mets un temps infini – j’en ai l’impression en tout cas – à retrouver un équilibre normal. Et quand je regarde les fenêtres je me rends enfin compte que je n’ai aucune idée de quelle chambre pourrait être la sienne. Pour une mauvaise idée, c’est une mauvaise idée. Alors je me rebaisse pour choper d’autres pierres, si je veux trouver sa chambre, il va falloir que je les tente toutes, les fenêtres hein, pas les filles à l’intérieur, ça dans mon état je n’en serai pas capable, et je ne sais même pas si j’en ai envie, rendons nous à l’évidence. Je commence enfin mon entreprise, de lançage de caillou sur les carreaux tout en chantant un truc, je ne sais pas, mais je me rends compte qu’il y a plusieurs fois le prénom Miranda dans tout ça. Après quelques secondes à lancer, je perds espoir et je lance quand même une dernière pierre en disant complétement dégouté « Allez quoi, montres-toi ! »
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow   ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow EmptyLun 3 Mar 2014 - 15:09

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

▬ neutron star collision ▬ lisa et snow Empty


THIS IS THE
LAST TIME

 
 
 
- Lisa ? Je pense qu'il y a quelque chose que tu devrais voir.

Me retournant vers l'embrasure de la porte dans laquelle se trouve une autre de mes soeurs Gamma, je hausse mon sourcil gauche d'une façon interrogeante, curieuse quant à la nature de sa présence ici. En guise de réponse, Jenny se contente simplement de se diriger vers la fenêtre, entrouvrant les épais rideaux de ma chambre avant de me dire d'un ton calme mais pressé : Viens voir. C'est ainsi que je me lève, silencieuse, afin de contempler cette fameuse scène qui devrait m'intéresser, à en croire ses propos. Lorsque je me retrouve à contempler la nuit noire en face de moi, cependant, je me retourne rapidement vers elle, impatiente, avant de lui demander, un poing sur la hanche :

- Eh bien ? Je t'attends. Je me demande si elle m'a entendue étant donné qu'elle me semble entièrement absorbée par ce qu'elle voit à l'extérieur. Soupirant, je m'apprête à retourner auprès du Shakespeare que j'ai été contrainte de déposer sur ma table de chevet malgré moi à l'arrivée de mon amie. Je commence à tourner les talons tandis que celle-ci reste pendue à la fenêtre, se délectant du spectacle comme une commère face au dernier ragot et c'est alors que la voix de Jenny m'interrompt dans mes desseins pour lever le doute en moi. On arrive pas à croire qu'il fait tout ça pour toi ! Coupée dans mon élan, voilà que je fronce réellement des sourcils avant de me rapprocher de la fenêtre et de lui demander : Qui ça ? Lorsque sa réponse à me question me semble péniblement évidente. Bien sûr qu'il s'agit de lui. Il a pris son temps, d'ailleurs, avant de s'armer de son courage, hein. Je soupire avant de demander à ma voisine une question qui, à mes yeux, vaut toutes les excuses du monde :

- Mais quel imbécile, celui là, je vous jure ... ! Il va nous attirer des ennuis s'il continue comme ça ! Sais-tu si cela fait longtemps qu'il fait ses bêtises ? Je me retourne alors vers elle, ignorant le caillou qui se heurte à ce moment là au carreau dans un bruit sourd. Celle-ci me répond que cela doit bien faire une demi-douzaine de minutes qu'il est là et je me surprends à frapper ma main contre mon front. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai le pressentiment qu'il n'est pas dans son état normal : en effet, bien que je le sais incroyablement stupide en temps normal (mais l'amour rend aveugle, n'est-ce pas ?), ses actions sont bien trop calleuses pour un homme sobre ... Même si cet homme s'appelle Snow Burns.

- Merci de m'en avoir informée, Jenny ; tu peux retourner à tes occupations, maintenant, je m'en occupe maintenant. Je sens bien qu'elle est réticente à l'idée de ne pas assister à la scène subséquente, sans nul doute déçue de n'avoir aucun ragot à rapporter au petit déjeuner de demain matin. Je la presse cependant de sortir à l'aide d'un regard insistant et c'est d'un pas lourd qu'elle me souhaite bonne nuit avant de se faufiler hors de ma chambre. Je profite des quelques secondes que je dispose pour moi-même pour m'arrêter devant le miroir de la salle de bain afin de me recoiffer rapidement avant d'inspirer profondément et d'ouvrir avec violence la fenêtre de ma chambre. On m'a souvent dit que malgré tout le tact que je pourrai bien avoir, je n'ai jamais su choisir mes moments, et je pense pouvoir affirmer avec certitude qu'aujourd'hui en est la preuve même. Et quelle douloureuse preuve. À l'instant même où je sépare la vitre de l'encadrement du mur, un caillou me heurte, effleurant mon arcade sourcilière avant de retomber sur le sol derrière moi dans un timide écho. Je me tortille alors pour me hisser un maximum à travers l'ouverture de la fenêtre afin de pouvoir entrer dans son champ de vision, lui demandant poliment (d'un ton assassin) la question suivante :

- Non mais t'es malade ou quoi ?! Je me demande si à l'expression de mon visage, il comprend que je ne suis pas amusée parce que je peux vous garantir que je n'ai absolument pas envie de rire, là maintenant. Pas du tout, même. Je me rapproche davantage de l'extérieur une dernière fois avant de lui siffler deux-trois mots entre mes dents. Qu'est-ce-que tu crois que tu es en train de faire, là, maintenant ? Je suis furieuse, vraiment furieuse, persuadée qu'à cause de lui, je serai la risée de la maison Gamma Psi. Pourquoi ressent-il le besoin de me donner la honte de ma vie ?




Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow   ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow EmptyLun 10 Mar 2014 - 22:33

avatar
Invité
Invité

▬ neutron star collision ▬ lisa et snow Empty

Neutron star collision.


Lisa ...


   

   
Je m’amuse à danser, enfin du moins j’essaie, je suis en train de sauter à cloche pied je crois, et c’est difficile dans mon état. J’ai envie de la voir descendre et de lui montrer comme je pourrai la convaincre que je suis la meilleure option qu’elle peut avoir dans sa vie en ce moment. Ouais, je vais lui prouver moi que des crises de jalousie sans raison j’en ai pas besoin dans ma vie. Alors j’arrête de me déhancher pour me retourner à nouveau vers la maison de sa sororité. Je veux qu’elle sorte, genre maintenant, comme un gamin capricieux qui n’a pas ce qu’il veut à temps. Non parce que je commence à en avoir marre d’attendre, je commence aussi à en avoir ras le bol de lui courir après. Parce que c’est bien ça le souci, hein ? Je cours après cette fille. Merde, la vérité de ma pensée me choque et me donne envie de m’assoir sur le sol pour réfléchir un peu à tout ça. Ouais, réfléchir maintenant c’est une bonne idée. J’y crois. Puis quand j’envisage vraiment de le faire, de passer ma nuit ici à ruminer sur tout ce qui se trame dans ma petite tête, c’est le moment qu’elle choisit pour sortir. Elle est sérieuse là ? Quand je me fais à l’idée de rester seul dans mon coin elle se pointe devant moi, et l’air en colère en plus de ça. Non, mais je refuse, c’est moi qui suis en colère ici. Elle ne va pas non plus me voler mes émotions ! « Non mais t'es malade ou quoi ?! » Merde ? Je suis malade ? Ah ouais, soudainement ça me parait logique, je dois être malade, je suis peut être mourant d’ailleurs vu l’envie de vomir que j’ai. Alors dans un réflexe idiot je pose une de mes mains sur mon front histoire de vérifier si j’ai de la fièvre … Je roule des yeux un instant, puis non, j’en ai pas l’impression. J’aime pas beaucoup qu’on me mente Miranda, je ne suis pas malade petite coquine. Quand elle me demande ce que je suis en train de faire, je me rends compte que je ne sais pas quoi répondre. Ça me saoule sérieusement, qu’elle me fasse fermer ma bouche à chaque fois. Mais j’en ai aucune idée moi de ce que je suis en train de faire ! Pourquoi elle veut toujours être compliquée ? Genre si je lui explique que j’ai suivi mes pieds, qu’ils m’ont mené jusqu’à elle sans que je ne le contrôler, peut-être qu’elle va comprendre qui sait. Alors je me mets à rire, bon dieu, comme un hystérique. Je me rapproche d’elle, et d’une poigne un peu trop forte, j’attrape ses joues que je ramène vers moi et j’en profite pour ramener tout son corps quoi, hissé sur la pointe de mes pieds pour l'atteindre du mieux que je peux. Je souris charmeur, enfin du moins j’essaie. Je la veux, c’est vrai. Encore plus ce soir, je ne saurai dire pourquoi. Le whisky la rend belle. Point. « Je t’ai manqué ? » Ca ne te fera pas de mal de l’avouer.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow   ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow EmptyMar 11 Mar 2014 - 18:04

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

▬ neutron star collision ▬ lisa et snow Empty


THIS IS THE
LAST TIME




Il a l'air totalement ridicule et moi aussi, du coup. Je le remercie du fond du coeur, vraiment : grâce à lui, je vais sans doute devenir la risée de toutes les filles du campus. Vraiment, là, c'est du joli. Je sais que je suis censée faire quelque chose, sinon, il ne partira pas, du moins, pas avant d'avoir réveillé tout le quartier ... Mais là, je dois avouer que je ne sais pas du tout comment gérer la situation, pour me changer d'habitude. Lisa Renfield n'a plus de ressources ; Miranda Renfield a joué toutes les cartes qu'elle avait en main. Je soupire en le regardant faire de lui-même un idiot, l'observant danser maladroitement tel un ivrogne perdu dans la nuit. Je me demande ce que j'ai mérité pour être la cause d'un tel spectacle ... En tous les cas, cela ne lui fait gagner aucun point, bien au contraire. Plutôt que de m'attendrir ou de s'attirer ma sympathie, il me donne du soucis en plus à me faire, et pour ça, je le méprise. Je dois déjà assez souvent jouer aux mères avec mon propre frère, Edgar, donc autant dire que je n'ai absolument pas envie de le faire avec mon petit-ami. Heureusement que Snow n'est pas mon petit-ami. Lorsque je lui demande s'il a complètement perdu la boule, voilà qu'il se tâte le front, et un instant, un très bref instant ... Voilà que je me demande sincèrement s'il est bête ou s'il fait exprès. Après coup, je me souviens que nous parlons bien de Snow Burns, et, évidemment, la question ne se pose plus : il s'agit d'un peu des deux, comme d'habitude, quoi. Je lui demande ce qu'il fait et son incapacité à me répondre m'irrite au plus haut point. Voilà que je roule des yeux, me demandant sérieusement pourquoi il n'y a qu'à moi que ce genre de choses arrivent. En voilà une belle, d'ironie : tout ce que je voulais jusqu'à présent, c'était que Snow vienne me chercher. Qu'il toque à ma fenêtre, s'excuse d'être un parfait imbécile et m'embrasse comme jamais il ne m'a embrassée. J'avais déjà joué et rejoué le scénario deux cent fois dans ma tête, depuis le temps, et quelque chose me disait que notre échange en SMS de la veille avait eu son effet ... Et maintenant qu'il était là, complètement assommé par son gin, son whisky ou sa vodka, voilà que mon seul souhait est de le voir partir. En guise de réponse, tout ce que j'ai de sa part, c'est un rire imbécile. Génial. Je me demande pourquoi je m'autorise encore à être déçue, avec lui : clairement, il n'est pas et ne sera jamais à la hauteur. Je le savais depuis le début, d'où le fait que je ne souhaitais pas qu'il s'asseye à côté de moi, dans ce cinéma ... Maintenant, cependant ... Maintenant, je ne peux pas m'empêcher de m'accrocher à l'espoir qu'il y ait plus à savoir à son sujet que ce qu'il ne laisse en paraitre. Maintenant, je reste désespérément fixée sur l'idée qu'il pourra changer et que c'est moi, celle qui parviendra à le faire changer. À le rendre plus mature, plus consciencieux ... Plus responsable, plus respectueux. Toutes les filles trouvent un jour ce garçon à qui elles veulent changer le monde. Celui pour qui elles veulent être parfaites et qu'elles veulent à leur tour rendre parfait. Parfois, ce garçon était gay. Parfois, ce garçon était aveugle. Parfois, ce garçon s'appelait Snow Burns. Moi, je l'ai trouvé, le mien. Je me demande juste pourquoi j'étais obligée de tomber sur le plus difficile. Il se met à rire, donc, et je suis tellement en colère que j'ai bien envie de le gifler, là, maintenant. Il se rapproche, je m'apprête à le faire, et c'est là qu'il m'attrape par les joues d'une violence inattendue. Non mais il est complètement malade, il n'y a pas à dire, là. Il me tire presque de force hors de ma fenêtre et je me débats, réellement, cette fois-ci, lui disant :

- Mais ... Lâche moi ! Il me sourit alors mais je n'ai pas envie de sourire. Il se croit sans doute drôle. Il se pense certainement irrésistible ... Et pourtant, je ne peux que voir son visage abruti et sentir son haleine qui empeste le whisky, deux réels tue-l'amour, me concernant. Me demandant s'il m'avait manqué, il semble attendre quelque chose de ma part ... Mais je ne veux rien entendre, bien trop frustrée pour pouvoir le laisser ressentir la moindre satisfaction me concernant.

- Tu as trop bu, Snow. Rentre chez toi. Je soupire, portant une main à mon crâne avant de détourner mon regard loin de lui. J'en ai marre de devoir enchainer déception sur déception, le concernant : ne peut-il pas simplement murir et devenir responsable, une bonne fois pour toutes ? Assumer ses émotions et ses pensées et se contenter de m'aimer ? Visiblement, cela ne lui suffit pas. Me concernant, tant que cela ne sera pas le cas ... Tout ce qu'il pourrait bien vouloir m'offrir ne me suffira pas à moi. Et maintenant, on fait comment si l'on est mutuellement "pas assez" aux yeux de l'autre, exactement ?




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow   ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow EmptyLun 17 Mar 2014 - 0:31

avatar
Invité
Invité

▬ neutron star collision ▬ lisa et snow Empty

Neutron star collision.


Lisa ...


   

   
Miranda, son visage, son odeur, ses prunelles, sa bouche, son corps loin du mien qui me rend dingue par avance. Je tente de la charmer mais je crois qu’en fait tout ce que j’arrive à faire dans mon état c’est de grimace. Bordel elle doit tellement me prendre pour un taré, mais j’n’ai pas le temps de me perdre dans cette réflexion qu’une fois mes mains posées sur ses joues, la demoiselle me dit de la lâcher. Mais non ! Je n’en ai pas envie moi ! Je commence à en avoir marre qu’on me dise quoi faire bon sang ! Alors mes mains je les laisse là où elles sont, je ne bouge pas, et mon visage il est toujours proche du sien. Cependant son regard me fuit, alors forcément je fini par la lâcher, par exécuter ses moindres désirs et même si elle ne se rend pas compte sur le moment que je le fais pour elle, je le fais vraiment pour ça. « Tu as trop bu, Snow. Rentre chez toi. » Elle frotte son visage de sa main, semble s’agacer pour un rien. Moi je continue de la regarder, et j’ai franchement envie de l’embrasser. Sauf que je ne crois pas que ce soit le bon moment pour le faire. Elle risquerait de me rejeter et forcément c’est étrange mais qu’elle me rejette je n’en ai pas envie. Ouais je sais bien que je lui ai dit, le jour de cette fameuse soirée dont elle n’a pas voulu parler, que je ne lui courrai pas après, mais clairement c’est ce que je suis en train de faire. Putain, ça me fait tellement chier. Alors je me recule de la fenêtre, et retourne devant le bâtiment. J’ouvre les bras en grand et recommence ma petite sérénade inventé. Chaque fois que je tourne mon regard vers elle, je lui sers un sourire coquin ou un truc qui s’en rapproche ne tous les cas. J’ai la tête dans les nuages et je ne sais pas ce que je fous là, mais de la voir, ça ne me dérange pas loin de là. « Miraaaaandaaaa. » Une supplique qui sort de nulle part et qui me fait soupirer. Je me demande ce qu’elle a dans la tête quand j’ai l’impression de l’ennuyer, et de lui faire honte aussi, surement un peu. Et bien tant pis pour elle si c’est le cas ! Je n’ai honte de rien moi, c’est comme ça. Faut qu’on remette les choses en place un peu, je suis Alexander Snow Burns et personne ne décide pour moi. J’ai l’impression qu’elle n’a pas encore compris comment je fonctionne, et moi je fonctionne plus que facilement, le genre prise de tête ce n’est pas mon trip préféré, encore moins quand je suis bourré. Bordel je suis bourré, ah ouais c’est vrai, j’ai même envie de vomir et je continue de vaciller. Mes yeux quittent son visage et je ne sais pas trop pourquoi vont se poser sur le ciel dont le bleu me fait, ce soir, penser à du noir. Alors dans le vent, en espérant qu’elle m’entend, je me mets à me questionner, et bon sang, je n’arrive pas du tout à savoir comment le fil de mes pensées en est venu à ce point-là, mais je crois que je ne peux plus reculer, et quand de toutes les façons, je m’apprête à avoir une diarrhée verbale que même elle ne pourra pas contrôler. « Tu sais que si on compte les étoiles, il parait qu’à la fin la terre explose, je veux dire, je l’ai jamais fait moi, mais on m’a dit ça quand j’étais gamin, donc forcément c’est resté et du coup je ne me suis jamais laissé tenter. T’imagines, j’aurai pu faire exploser le monde avec ces conneries. Alors ouais, je l’ai jamais fait, mais franchement, ça m’a toujours fasciné comment les gens peuvent se penser supérieurs rien qu’en regardant ces petits points scintillants dans le ciel. Qu’est-ce qu’ils sont cons, tu trouves pas ? » Finalement je me tourne à nouveau vers elle en souriant, un truc plutôt grand. Et en m’approchant à nouveau, tournant sur moi-même une ou deux fois, je ris un peu avant de lui dire « Allez, sors toi de là, tu ne vas pas me faire attendre plus longtemps, hein ? » Je fais une petite grimace pour lui désigner que l’idée de l’attendre ne me plait pas, que je la veux maintenant, un peu c’est tout. « Pour te faire pardonner des sms bizarres que tu m’as envoyé. » Ouais, ces drôle de délires que je ne suis pas certain d’avoir capté. « Et pour que tu me dises en face à face, corps à corps, que tu ne veux absolument pas de moi, parce que mon diiiiiiieu qu’est-ce que je peux être idiot quand je m’y mets. » Encore une fois, je souris et puis « C’est ce que t’as en tête, hein, j’ai bon ? » Allez Miranda, viens me haïr de près, aussi fort que je suis certain tu sais m’aimer de loin.
©️flawless



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow   ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow EmptyMer 19 Mar 2014 - 17:57

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

▬ neutron star collision ▬ lisa et snow Empty


THIS IS THE
LAST TIME




Lorsque je lui avais demandé de me lâcher … Une partie de moi savait pertinemment qu’il ne le ferait pas. Et pourtant, voilà qu’il le fait … À ma plus grande surprise. Je recule toutefois rapidement de l’embrasure de la fenêtre, repoussée par son état second d’ébriété et la forte odeur de whisky qui émane de son gosier. Son haleine est insupportable … On pourrait presque croire qu’il avait bu une bouteille entière d’alcool à quatre-vingt dix. Sur le coup je me sens bête, tellement bête … Stupide, innocente et naïve. J’ai l’impression d’avoir longtemps espéré que quelque chose se produise, timidement, aveuglément et innocemment … Et maintenant que cet évènement a eu lieu, voilà que je le regrette. Il est venu. Il est venu après moi, il m’a cherchée, il m’a suivie … Je suis partie et il m’a suivie, et j’ai légèrement chaud face à ce constat, malgré l’air frais qui s’infiltre dans ma chambre par le biais de la fenêtre. Je reste là, un instant, perdue dans mes pensées … Puis, mon regard s’aventure au-delà du seuil de la fenêtre et s’amuse à observer la scène qui se déroule dehors, loin de moi, dans le vaste et dangereux champ de bataille qu’est le monde moderne. Il est encore là, il n’est pas parti, et, étrangement, cela ne me surprend aucunement. Je commence à bien le comprendre, je l’ai dans la peau. Chacun de ses gestes, chacune de ses paroles s’ancre en moi comme un navire rentré au port. Chacune de ses promesses, chacune de ses menaces se fraye un chemin dans l’Océan de mes pensées afin de retrouver mon cœur. Je le vois, je le regarde, et je me demande ce qui a bien pu me prendre pour que je puisse tomber sous le charme d’un charlatan pareil, véritable guignol costumé. Il chante, il me chante une chanson, et pourtant, cela ne me fait pas frémir (du moins, pas en surface), cela ne m’impressionne pas. Tout ce que je vois, c’est un ivrogne, un homme complètement saoul et incapable de marcher droit ; d’aligner un pied devant l’autre. Tout ce que je vois, c’est un imbécile qui va réveiller tout le quartier, et lorsqu’il se met à crier mon nom, je me claque le front de ma main gauche, persuadée que c’en est fini pour moi et ma réputation. Cet homme est un réel danger public, franchement, je me demande comment il a réussi à survivre jusqu’à maintenant, avec toutes les bêtises qu’il semble faire à son quotidien. Quelque part, je sais bien que c’est cela, ce qui m’attire à lui : le mystère, ce délectable mystère qui me donne toujours envie d’en découvrir plus. Cette énigme, cette énigme vivante cachée derrière le visage de Snow Burns qui me pousse à croire, à espérer, même, qu’il a plus de substance que ce que l’on peut en apercevoir en surface. Un réel désir d’être contredite est né en moi lorsque nous nous sommes rencontrés. Pour la première fois de ma vie, j’ai envie qu’on me dise que je me trompe, qu’on me prouve que j’ai tort, que j’ai de mauvais préjugés … Et j’ai envie que ce soit lui qui le fasse. Mais pas ce soir, pas maintenant, et pas comme ça. Je suis catégorique, je me suis décidée, et je sais que le seul moyen pour moi de le faire partir est de fermer la fenêtre et de l’ignorer, lui et ses mots toxiques. Lui et son regard ensorceleur dans lequel je me noie dès que je le vois. Lui et sa voix, sa mystérieuse voix qui me transporte une prison de ma propre création, une prison dans laquelle il m’est impossible de renier les émotions que je parviens d’habitude si facilement à ignorer. Je m’apprête donc à fermer ma fenêtre et ainsi mon cœur … Mais il se met à parler de ces étoiles. De ces belles étoiles, scintillantes et à l’éclat si pur, si clair, que jamais on ne pourrait soupçonner leur danger. De ces étoiles, si étincelantes, si belles, que jamais on ne songerait à s’en méfier. De ces hommes comme Arthur, au sourire Colgate et aux cheveux bien coiffés. Une menace qui dort, une couleuvre sous une pierre … Et pourtant, lui est diamétralement opposé à Arthur. Il n’est pas une étoile : il est une étoile noire. Il ne prétend rien, ne joue pas un jeu. Ses cheveux sont ébouriffés, son regard est vulgaire, ses dents sont blanches mais son sourire n’éclate pas. Son regard est sombre, on sent le danger, on le sait, on le voit, on le perçoit … On le ressent à l’intérieur même de nous, à cet endroit qui serre fort lorsque l’émotion est puissante et qui nous fait soupirer lorsqu’il se relâche : on le ressent au plein centre de notre cœur, au siège même de l’amour et de la conscience. Mais quelque chose me dit qu’il n’est pas plus dangereux qu’Arthur. Au contraire, je pense qu’il est le moindre des deux maux. Arthur vendait des rêves par milliers afin de construire son cauchemar dans l’ombre. Snow, lui, ne vend rien. Il se contente d’être, de vivre, même si cela fait de lui l’objet des rumeurs, même si les gens l’associent à la nuit. Snow ne prétend rien, et c’est ce qui fait de lui une personne qui ne pourrait jamais me blesser. Je le sens, je le vois, et malgré tout ce que j’entends à son sujet, je sais au fond de moi que la moitié n’est que calomnies, que mensonges. Je sais qu’il est moins dangereux qu’il en a l’air, je sais que l’étoile noire a encore un éclat en elle, une part d’innocence et de pureté. Comment ? Parce qu’il vient de me le prouver. Même ivre, il parvient à me le faire paraître, même ivre, cette facette de lui n’est pas dissimulée. Si cela n’est pas la preuve même qu’elle existe, je me demande bien quelle autre preuve je pourrais avoir. J’allais fermer la fenêtre

Il me dit de sortir, il me demande de le suivre. Il me demande si je vais encore le faire attendre longtemps, comme s'il savait ... Comme si lui aussi savait que je ne pourrais que céder à son instance. Comme s'il avait déjà compris que je ne pouvais que m'aventurer à l'extérieur afin de le rejoindre. Je soupire, vaincue. Je soupire, désemparée. Il a gagné, et il le sait ; ça se voit, dans son regard, dans son sourire. Tout, chez lui, semble empester la fierté. Je déteste perdre. Je suis comme ça. Et pourtant ... Je ramasse le premier pull que je trouve, l'enfile par dessus mon pyjama et m'aventure hors de la porte après m'être armée de mon téléphone et avoir enfilé une paire de chaussons. Je ramasse finalement mon sac à mains, sait-on jamais, avant de me mettre à arpenter les couloirs silencieux de la maison, me retrouvant rapidement à l'extérieur, face à lui. J'avais décidé de lui faire la surprise, de ne rien lui dire. De marcher, rapidement et avec assurance le long des couloirs de la maison des Gamma. D'arriver face à lui, seule et sans défenses, sans qu'il ne le sache, me croyant encore dissimulée derrière la protection des murs de ma chambre. Lorsque j'arrive à l'extérieur, une violente rafale de vent me gifle les joues, ce qui me fait légèrement grimacer. Lui regarde encore vers là où il me croit être ; lui continue de discuter avec une chambre occupée à ses yeux. Et pourtant, je n'y suis plus ; je suis là, je suis ici, je suis dehors et avec lui. Les seuls mots que j'entends sont ceux où il me demande de lui dire, "face à face", qu'il ne me plait pas ... Qu'il sait exactement que c'est ce que je suis sur le point de faire. Si j'en serais capable, je me décide cependant à ne pas le faire, choisissant simplement de lui dire une phrase. Une simple phrase qui, potentiellement, pourrait tout changer.

- Je suis là.

Un ton neutre, un ton assuré, mais sans vie et sans voix. Un ton tentant de lui faire comprendre que s'il allait trop loin, ce serait fini ... Mais que jusqu'alors, il aurait gagné. Un ton résigné, et pourtant, autoritaire. Je suis Lisa Renfield, j'ai perdu, et fièrement, voilà que je viens pour m'avouer vaincue. Totalement et éperdument vaincue.




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow   ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow EmptyVen 28 Mar 2014 - 21:17

avatar
Invité
Invité

▬ neutron star collision ▬ lisa et snow Empty

Neutron star collision.


Lisa ...


   

   
Il y a un truc dans mon sang, que je n’ai pas encore bien défini, qui me fait penser qu’un jour, si je continue, j’l’aurai dans la peau. Alors autant que mes pensées vont vers elle, j’ai envie de la voir descendre pour passer cet instant avec moi. Et si j’n’avais pas fini ma bouteille je lui aurai même proposé de ma vodka, mon whisky ou je ne sais quoi. Ah ouais, c’est vrai, le truc dans mon sang, c’est surement l’alcool. Le truc qui y est idiot dans cette histoire c’est que je lui avais juré, avec une arrogance suprême, que je ne lui courrais pas après. Et c’est exactement ce que je suis en train de faire, faut croire que je ne suis pas assez torché pour être complétement inconscient de mes gestes et de ce que je voudrai avec elle, ou ne voudrait pas en vérité. Merde, c’est tellement le foutoir dans mon esprit que je me flagelle en regardant les étoiles. En me disant que dans des ailleurs comme celui-là, il n’y a pas de prise de têtes de ce genre, que les sentiments quand on les ressent, on les assume. Le souci c’est que Miranda ne les assume pas, elle a fui. Elle a fait comme si je ne comptais pas. C’est la fautive de mon histoire, mon bourreau, je suis torturé et pourtant je lui demande quand même de venir me retrouver. J’use de mots fait exprès pour la perturber, pour choquer son cœur avec des électrochocs qui ne sont surement pas justifié. Je voudrai … Ouais je voudrai qu’elle me montre que ce n’est pas qu’une idée que l’alcool m’a mis en tête, qu’elle était jalouse de Madison, que ses messages étaient pour marquer son territoire quand de me côté ils ne devaient servir qu’à lui faire comprendre qu’à cette fichue soirée déguisée il s’est passé un truc. Un vrai truc. Mon dieu, je ne m’aime pas bourré, ça fait ressortir des choses auxquelles je n’ai pas envie de penser, des délires qui ne méritent pas une telle perte de temps. Dans mon monde, Miranda, lorsqu’on se plait, on ne perd pas de temps à le cacher. Ouais, l’amour il est fait pour exister. Alors je dois être crédule, vraiment, parce que j’ai l’impression que je suis le seul à voir les choses comme ça. Certains diront que je suis un vrai gamin, je préfère me dire que j’ai gardé mon âme d’enfant, c’est différent. Que même à vingt-sept ans, je sais toujours comment on fait pour espérer, et je crois bien que c’est une chose que les gens ont oublié. Je suis tellement philosophe quand je m’y mets, alors je ris en continuant mon petit jeu, à jouer les plus malins, à attendre qu’elle me rejoigne pour jouer avec moi. Je fais des discours, de taquinerie, je continue à lever les yeux, je regarde, j’y crois, je te veux Miranda. « Je suis là. » Voilà que j’entends des voix à côté de moi. J’ai toujours le regard vers cette fenêtre de laquelle elle doit surement m’observer en riant, s’énervant intérieurement. Surement en train de me maudire, de me nommer maitre de tous ses tourments. « Je suis là. » Ca résonne dans ma tête, ça chavire mon intérieur. Je lâche l’étage des yeux et les descend vraiment lentement vers la source du son que je viens d’entendre. Elle est là. Je n’hallucine pas. Du coup, je n’hésite pas une seconde de plus, je m’avance vers elle, sans tenir droit, j’attrape sa main, sans lui demander la permission. Je l'amène vers je ne sais où, mais je sautille presque de la savoir avec moi pour de bon maintenant. Et alors qu’on marche main dans la main parce que je ne veux pas la lâcher et que mes doigts sont clairement serraient à leur maximum sur les siens, je me prends à avoir la tête qui tourne. « Miranda … » Faut que j’arrête de crier son prénom moi. Je la regarde, bon sang, elle est belle, je l’ai déjà pensé, je le sais, avec son air glacé. « Je … » Je quoi ? Je ne sais pas pourquoi je suis là, ni même pourquoi je suis saoul ce soir. Surement parce que j’ai trop fait la fête, je ne sais pas m’arrêter. « J’ai » Je plante mon regard dans le sien, j’ai mal à l’estomac, je crois même que je grimace alors que je voudrai lui sourire et lui dire que ça sert à rien de courir dans notre cas. Et a la différence de tout ce bordel dans mon esprit, je lui dis « J’ai … J’ai envie de vomir … » Pour le romantisme, je passe mon tour, c’est vrai. J’ai envie de t’embrasser, mais j’ai peur que tu finisses par courir à nouveau, et moi, j’en ai marre des gens qui courent, si tu savais.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow   ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow EmptyMar 29 Avr 2014 - 16:44

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

▬ neutron star collision ▬ lisa et snow Empty


THIS IS THE
LAST TIME




Mes pas me guident, vers l'extérieur. Ils avancent, lentement, d'une démarche assurée ... Ils suivent mon coeur, silencieusement. Ce même coeur qui, malgré les violents battements qu'il effectue contre ma poitrine, essaie de me faire croire que je suis parfaitement calme et contrôlée. C'est merveilleux de voir à quel point notre cerveau est capable de nous tromper lorsque nous sommes persuadés que c'est la meilleure chose à faire. Voilà que je suis en train d'agir de sorte à lui montrer qu'il ne vaut pas rien à mes yeux ... Et pourtant, je me refuse de moi-même l'accepter. Je ne peux pas reconnaître le fait qu'il y a plus de sentiments à son égard que ce qui serait recommandable pour une fille de mon calibre. Je ne peux pas accepter que le désir que je possède d'aller plus loin est réellement là, et concret. Tangible, presque. Je ne peux pas, je ne peux plus ... Mais plus que tout ... Je ne peux plus le nier. Alors voilà que je me rends. Je rends les armes, baisse les bras et lève le drapeau blanc. Je me soumets à lui et à son jugement. Je me transforme en prisonnière, en captive ... Et je lui donne les instruments nécessaires pour ma capture ou ma délivrance. En espérant qu'il fasse l'un ... Ou l'autre ... Ou même les deux ! Et en craignant, plus que tout au monde, que ma venue, ce soir, est trop tardive et trop insignifiante. Assez, en tous les cas, pour me valoir un rejet de sa part.

Lorsque je me retrouve face à lui, je n'ai même pas le temps d'être amusée par le fait qu'il n'a toujours pas compris que j'étais déjà descendue pour le rejoindre que, déjà, voilà qu'il se retourne vers moi avec son regard noir. L'obscurité ne me facilite pas la vue, ce soir, et pourtant, je parviens tout de même à les reconnaître, ses prunelles, grâce aux éclats lumineux présents à l'intérieur de ceux-ci grâce aux doux rayons de la lune. Il me fait peur, comme ça. Mon coeur saute un battement ... Puis se met à battre plus vite. Encore et toujours plus rapidement. Je m'avance encore. Un pas, puis un autre. Un pied devant l'autre.

Boum. Boum.

Ma respiration se fait plus prononcée. J'inspire, profondément. J'expire, lentement. Je le crains ... Et en même temps, je lui fais confiance. Comme si j'avais peur qu'il me brise et me détruise, car c'est un animal ... Tout en étant confiante que cela n'arrivera pas, car je me dis que de toutes, je dois être la seule capable de le dompter. Comme quoi, une fille, ça peut être vraiment naïf, lorsqu'on y pense. Je me mords la lèvre, honteuse de ma propre innocence. Embarrassée par crédulité. Il me fixe et me dévisage et moi, comme une conne, je continue d'avancer. Sa main se lève alors, mais je n'ai pas peur. Ses doigts s'enroulent autour des miens, et je le laisse faire, confiante, posée. Et lorsque nos peaux entrent enfin en contact ... Je ferme les yeux et je me sens presque revivre. Nous marchons, alors, d'abord en silence. Puis, sa vois brise la distance sonore qui nous sépare et inonde mes tympans de sa mélodie. Je l'écoute, attentivement. Je sens les papillons s'élever légèrement dans mon estomac. Je sens le bonheur commencer à naitre en moi ... Un bonheur minuscule, presque microscopique ... Qui pourtant, devrait être capable de s'étendre jusqu'à l'infini avec la bonne alimentation. J'attends, j'espère, mes yeux scintillent d'impatience et d'émotion face à tout ce qu'il pourrait bien avoir à m'annoncer ... Et lorsqu'il se remet enfin à parler, je sursaute en arrière légèrement, de façon presque instinctive. Et pour le coup, je ne sais pas quoi faire hormis ce qui, à mes yeux, semble alors logique.

- Je vais t'appeler un taxi.

Je sors alors mon téléphone et je me mets à composer le numéro. Heureusement pour moi, il reste des voitures de libre à cette heure tardive. Le conducteur m'annonce qu'en un quart d'heure, il pourra être là ... Et lorsqu'il raccroche, je soupire légèrement avant de porter mon regard sur Snow à nouveau et de me demander pourquoi je ne suis pas assez normale pour comprendre que ce n'est pas un type comme lui qu'il me faut, et que les types comme lui ne recherchent de toute façon pas des filles comme moi. Malheureusement, me le demander n'y changera rien ... Et ça, j'en suis plus que consciente.




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow   ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow EmptyMar 27 Mai 2014 - 19:41

avatar
Invité
Invité

▬ neutron star collision ▬ lisa et snow Empty

Neutron star collision.


Lisa ...


   

   
J’ai le cœur à l’envers, non pas parce qu’elle est à côté de moi, bon peut-être un peu, c’est vrai, mais surtout à cause de tout cet alcool que j’ai ingurgité. Bon sang, d’habitude je le tiens plutôt bien, l’alcool, évidemment, et aujourd’hui, je suis au bord de l’agonie. Au bord de l’agonie avec elle à mes côtés. On ne fait pas mieux en matière de pitoyable, je peux déjà assurer cette pensée comme vraie. Je tente de soutenir son regard, je cherche tout ce que je pourrai bien lui dire, mais la seule chose qui veut bien sortir d’entre mes lèvres c’est cette envie de vomir qui les brûle un peu en réalité. Alors je ferme les yeux, pour garder mon esprit ouvert, et je sens son corps s’éloigner de moi. Tu m’étonnes qu’elle s’éloigne, ça ne devrait pas me surprendre hein. Après tout, je suis à deux doigts de lui gerber dessus, je serai me premier à m’enfuir si les rôles étaient inversés. « Je vais t'appeler un taxi. » Hein ?! Mais moi je n’ai pas prévu de partir maintenant hein, et en plus pourquoi je ne rentrerai pas avec mon propre moyen de locomotion ? Merde … Où est ma voiture ? La est toute la bonne question dans notre petite rencontre nocturne. « Non. » Prononce ma voix, surement un peu trop fortement et je ne me rends même pas compte qu’elle a déjà composé le numéro et qu’elle est en train de parler. Elle va vraiment me faire ramener. En prenant ma tête entre mes mains je tente de trouver les mots, les bons mots en somme, pour lui faire comprendre que l’idée du taxi me déplait et que la seule envie que j’ai, outre celle de vomir, c’est de rester à ses côtés. J’essaie du mieux que je le peux de reprendre la discussion, le problème c’est que seulement quelques phrases inaudibles réussissent à sortir. Du coup, je ne sais pas trop comment, je me retrouve assis par terre, comme un enfant le ferait, un enfant qui attend qu’on vienne le chercher. Et quand j’arrive enfin à décrocher mes mâchoires, je me mets à articuler et correctement en plus s’il vous plait « Qui a dit que c’était toi qui devais décider hein ? Autant, j’n’ai pas envie de rentrer chez moi, madame. Peut-être que moi, ma soirée, je la voyais bien se terminer avec toi, et je t’arrête de suite, je ne parle même pas de tes draps, quoi que, j’aimerai bien les connaitre, autant qu’on soit honnêtes. Et puis ! Pourquoi c’est toi qui décide toujours tout avec moi ? Tu sais que c’est frustrant ? Que normalement je fais ce que je veux et que le monde exécute la moindre de mes envies. Ouais, ça fait prétentieux, mais merde, je lui suis, je ne suis même pas un mec bien en fait, c’est surement pour ça que t’arrête pas de me fuir, hein ? » Je crois bien que je ne sais plus comment m’arrêter, à défaut de vomir, je me mets à avoir cette foutue diarrhée verbale. Abattez-moi, et faites le vite en plus de ça. « Parce que t’as retourné mon cerveau, et c’était pas correct ça. Je ne savais pas qu’on pouvait avoir un tel impact sur moi. Mais je suis pas le mec qu’il te faut, je l’ai bien compris. Y a un truc avec les filles comme toi, comme les étoiles, tu vois ? Faut pas tenter de s’en approcher, parce qu’on se rend bien trop vite compte que c’est finalement impossible à attraper. » Et maintenant que c’est dit, je veux bien aller me coucher.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow   ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow EmptyMar 8 Juil 2014 - 16:04

Lisa T. M. Renfield
Lisa T. M. Renfield
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 16/11/2012
Prénom : Ferdi.
Célébrité : Amanda Seyfried.
Crédit avatar : FA
Messages : 6890
Nationalité / origines : Américaine.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Neuvième année d'études, dernière année de Doctorat dans le domaine de l'Oncologie. Possède un Bachelor de Médecine, un Master d'Oncologie et un Master de Radiologie.
Job/Métier : Travaille à temps-partiel à l'hôpital de Los Angeles en tant que médecin généraliste.
Adresse de résidence : Northeast (colocation en appartement proche de l'hôpital).
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Yannick B. Hobbs, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.
Voir le profil de l'utilisateur

▬ neutron star collision ▬ lisa et snow Empty


THIS IS THE
LAST TIME




Il n'est pas en état de rentrer seul chez lui. À dire vrai, je ne suis même pas sure qu'il soit encore capable de marcher droit devant lui. Tourmentée l'espace de quelques minutes, je me demande si je devrais le remonter dans ma chambre ou le ramener chez lui directement. Après un bref moment de réflexion, cependant, je me souviens que les autres Gammas ne sont pas généralement réjouies lorsqu'un homme fait son apparition sous le toit de leur maison. Aussi, je me résigne à le raccompagner chez lui, car je me dis que lui appeler un taxi ne serait certainement pas suffisant. Je me demande d'ailleurs où il habite et si c'est loin d'ici ou non ... Et plus important, encore, je me demande s'il se souvient de son adresse. Cela peut sembler absurde, dit comme ça, mais j'ai déjà connu des personnes assez ivres pour ne pas être capable de fournir leur adresse à une tierce personne et je peux garantir que ce n'est pas très beau à voir. Lorsque Snow me dit tout simplement "Non", je suis déjà en train de composer le numéro et, plutôt que de l'écouter, je procède comme j'avais prévu de le faire : j'attends qu'un déclic résonne dans mon oreille afin de pouvoir me renseigner sur s'il était encore possible de faire recours au service de voitures privées. Si je semble concentrée par mon appel, je garde tout de même la conscience de sa présence dans les parages ; ainsi, du coin de l'oeil, je le surveille, afin de m'assurer qu'il ne s'évanouisse pas ou qu'il ne se mette pas à vomir. Je suis inquiète, réellement, et également enragée. Je n'ai jamais demandé à jouer les mères pour des hommes adultes ; je n'ai jamais réellement eu besoin de le faire avec mon frère, Jake, et je ne vois donc pas pourquoi cela devrait être différent avec Snow. Et pourtant, me voilà. Je suis là à m'occuper de lui parce qu'il en est lui-même incapable et que la charité veut qu'on ne tourne pas le dos à une personne dans le besoin. Il se met alors à faire un discours, assis par-terre, tandis que de l'autre côté du combiné, on m'informe qu'une voiture viendra nous chercher dans une dizaine de minutes. C'est déjà ça de gagné et j'en suis plus que soulagée. Lorsque je raccroche, cependant, voilà qu'il se met à me parler, et que je dois rester forte pour lui tenir tête.

- Ce n'est pas de ma faute si tu n'es pas en état de décider de quoi que ce soit.

Je le regarde d'un regard presque froid, afin de lui faire comprendre qu'il n'a pas intérêt à me provoquer, ce soir, avant de me radoucir et de rajouter, de façon pensive :

- On ne peut pas toujours faire ce dont on a envie ...

En l'occurrence, moi, j'ai envie de dormir. Et pourtant, je suis là. Parce qu'il a besoin de moi. Il a besoin que je l'aide à rentrer chez lui, que je m'occupe de lui. Seul il n'y arriverait pas, j'en suis convaincue ... Mais peut être que c'est ma nature prédisposée à trop s'inquiéter qui parle d'elle même. Lorsqu'il tente de se la jouer charmeur avec moi, je soupire lentement en me disant qu'il a encore des choses à apprendre s'il pense que ce genre d'aveux est digne d'une séduction romantique. Puis, je reste interdite, légèrement stupéfaite lorsqu'il me parle de ce qui se fait, dans sa vie, "normalement" : j'ai l'impression qu'au lieu de me parler de lui, il me parle de moi.

Lisa, Lisa, Lisa. Lisa la douce, Lisa la sage, Lisa la mature et réfléchie ...

Lisa, Lisa, Lisa. La capricieuse petite Lisa.

Les autres ont toujours fait ce que je souhaitais. Je m'en rends compte, maintenant. Même lui, sans s'en rendre compte, suit mes moindres voeux et mes moindres désirs ... Sotte, sotte, Lisa. Tu n'es pas meilleure que les autres, comme tu souhaites désespérément t'en convaincre. Tu es peut être même pire qu'eux, tout compte fait. Puis, je reviens à la réalité, et, à sa dernière question, je ne sais pas réellement quoi répondre. Alors, je réponds presque rien.

- Snow, arrête ...

Je le regarde, implorante et insistante. Mes yeux parlent d'eux mêmes. S'il te plait. S'il te plait, si tu tiens à moi, arrête. Laisse moi vivre tranquille, laisse moi en paix.

Il me fait alors une déclaration qui, en d'autres circonstances, aurait pu faire chavirer mon coeur. Mais ce soir, dans l'état de fatigue et de confusion où je me retrouve, une solitaire larme de rage est la seule chose qui émane du coin de mon oeil. Pourquoi ? Pourquoi doit-il être aussi complexe ? Pourquoi doit-il me faire ressentir l'univers dans son intégralité à chaque fois qu'il m'adresse la parole ? Je suis Lisa, je suis tempérée. Poupée de glace, force d'acier. Posée, calme et contrôlée, tout chez moi est murement réfléchi, précautionneusement calculé. Mais avec lui ... Avec lui, c'est l'explosion. Le florilège indésiré d'émotions en tout genre. La joie, la colère, le désir, le dégout. Avec lui, je me surprends à perdre le contrôle, complètement, jusqu'à en être submergée, noyée, engloutie, même, par mes émotions. Comment est-ce possible de vivre ainsi ? Sans contrôle, sans équilibre ? Comment est-ce possible de vivre dans le chaos de ses pensées et de ses sentiments ? Comment ais-je pu vivre sans, par ailleurs, pendant des années, sans jamais réellement en ressentir l'absence ? Etais-ce une vie, au moins ? C'est la première fois que je ressens quelque chose comme cela. Comme si quelqu'un avait déverrouillé une porte en moi derrière laquelle se cachait le cosmos.

Je suis prête. Je veux renaitre.

Ma peau, mon sang, mon regard. Tout ce qui fait partie de moi vient de naitre pour une deuxième fois. Je suis éveillée, réellement, enfin !

Le silence s'installe alors entre nous.

Puis, la voiture arrive.

Cela commence avec un ronronnement lointain. Doux et rassurant.

Crescendo.

L' engin se rapproche, sa respiration menaçante se faisant de plus en plus perçante et saccadée. Envahissant le silence de la nuit noir, bientôt, nous n'entendons plus que cela. Les vibrations du moteur. Le crissement des pneus. Puis, le véhicule fait arrêt ... La portière s'ouvre. L'homme me demande si nous avions appelé.

Muette, j'hoche de la tête.

Puis, prenant Snow par la main, je m'avance vers la voiture.

- Allez, viens.

J'ouvre la porte, je le fais rentrer. J'entre de l'autre côté. Le conducteur entre à nouveau et nous demande où aller.

Je me tourne alors vers lui. Je lui murmure lentement :

- Tu es capable de nous dire où c'est que tu habites ?

Et là, j'attends, calmement, afin de ne pas trahir l'océan de sensations fleurissant en moi.




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow   ▬ neutron star collision ▬ lisa et snow Empty

Contenu sponsorisé

▬ neutron star collision ▬ lisa et snow Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
▬ neutron star collision ▬ lisa et snow
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dessin de Snow'
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Collision Frontale [Pv]
» Red star miniatures
» Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP :: Terminés-
Sauter vers: