-78%
Le deal à ne pas rater :
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
23.95 € 110 €
Voir le deal

Partagez
 

 Ashes to Ashes | Andreas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Ashes to Ashes | Andreas   Ashes to Ashes | Andreas EmptyDim 25 Mai 2014 - 13:15

avatar
Invité
Invité

Ashes to Ashes | Andreas Empty




Ashes to Ashes, Dust to Dust

when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe to make you well.



Je finissais mon sac quand mon téléphone se mit à sonner. J'attrapais l'appareil pour lire le message que je venais de recevoir « J'arrive dans 2 minutes. A » Un sourire balaya mon visage alors que je rangeais le téléphone dans la poche de mon short. Je fis un tour rapide de ma chambre, m'assurant que j'avais tout ce qu'il me fallait. Carnet, stylo, appareil photo, bouteille d'eau, lunettes de soleil et médicaments. Une minute plus tard, je dévalais escaliers de ma résidence, me menant dehors. Andréas devrait être là dans quelques instants. Nous profitions de quelques jours ensoleillé pour faire une excursion. J'avais proposé de pousser jusqu'en Arizona pour aller voir le Tuzigoot National Monument et Andréas avait accepté. On ne s'était pas vu depuis un petit moment déjà, les cours nous prenant beaucoup de temps. J'avais besoin de le voir, de retrouver notre complicité. J'enlevais mon gilet en constatant la chaleur extérieure, révélant mon simple t-shirt blanc un peu large. Nous en avions pour au moins sept heures de route, avec une escale dans une auberge de jeunesse, alors du temps pour discuter nous en aurions. Il arriva enfin, se garant devant les escaliers. Je lui souris avant de le rejoindre, ouvrant la porte arrière pour déposer mes affaires à côté de son sac. Je montais enfin à l'avant côté passager et me penchais pour embrasser sa joue.   « Bonjour Andy ! » Je le vis tiquer. Il n'aimait pas tellement le surnom que je lui donnais, mais je m'amusais à lui dire à chaque fois que je le voyais.   « Bon, j'espère que t'as bien étudié la carte hein. Je voudrais pas qu'on se retrouve au Mexique non plus. » Je le taquinais, il avait un bon sens de l'orientation et nous prévoyons notre expédition depuis quelques temps déjà. Pour l'instant, je n'avais qu'à poser mes pieds sur le tableau de bord et à écouter la radio. Je prendrais le relais dans quelques heures. Il démarra le moteur et en avant l'aventure.

Nous étions déjà sortis du campus quand mon téléphone vibra. Je le sortis de ma poche, regardant qui était l'auteur du message. Noah. Je sentis mon cœur accélérer. J'ouvris le message « Passe un bon week-end et ramène moi un souvenir : ) » Je ne pu réprimer le sourire qui naquit sur mes lèvres. C'était la même chose à chaque fois qu'il m'envoyait un sms. Ou me téléphonait. Ou me parlait. C'était ridicule, je le savais mais c'était agréablement ridicule. Noah était quelqu'un de gentil, de drôle. Il m'avait charmé la première fois où j'avais vraiment parlé avec lui. Il m'avait sauvé d'un ennuis mortel à cette soirée. Et depuis j'avais développé des sentiments pour lui. Ce qui bien sur il n'avait pas remarqué. « Sans problèmes : ) » répondis-je. En même temps, je voyais pas tellement ce qu'il pouvait me trouver. Je posais mon téléphone dans le vide poche de la portière, chassant Noah de mes pensées. Ce week-end, je voulais profiter de mon ami.   « Alors, quoi de neuf dans ta vie Andy ?» J'étais curieuse sur sa vie puisqu'il était un très bon ami, voir même le meilleur. C'était grâce à lui que j'étais devenue moins timide, il m'avait sortit de ma coquille. Je me penchais vers la radio pour trouver une station adéquate. Une chanson de Bastille résonna, mon groupe préférée.   « Ça fait longtemps qu'on ne s'était pas vu.»dis-je en regardant par la fenêtre, nous étions à présent en dehors de la ville. J'écoutais mon ami répondre à mes questions, bougeant les pieds au rythme la musique quand un bruit étrange se fit un entendre. Je fronçais les sourcils, cherchant d'où ça pouvait venir. Le bruit se répéta, encore deux fois. Et puis la voiture commença à perdre de l'allure. Qu'est-ce qui se passait ?

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ashes to Ashes | Andreas   Ashes to Ashes | Andreas EmptyJeu 29 Mai 2014 - 0:12

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

Ashes to Ashes | Andreas Empty

Avec tout ce qu'il se passait dans ma vie à ce moment-là, entre la pression pour les examens, l'attitude exécrable de mon beau-père, les sautes d'humeur de ma meilleure amie Jane, la proposition de mon cousin Josh de monter un business à deux et ma relation avec une certaine Grace Nolan, j'avais bien besoin de quelques jours en dehors de Los Angeles, en compagnie d'une personne neutre, écartée de tous mes problèmes. Candice était ce genre de personne avec laquelle j'aimais traîner autant pour me détendre et rigoler que pour discuter de sujets plus sérieux. Avec elle, cela ne m'embêtait étrangement pas autant qu'avec les autres. Sans doute parce que sa curiosité n'était pas aussi dérangeante qu'elle aurait pu l'être avec d'autres, parce qu'elle connaissait beaucoup de choses de ma vie sans pour autant que l'on soit souvent ensemble. Oui c'est ça, avec Candice nous étions dans ce que l'on pourrait appeler le « juste milieu », idéal pour une entente parfaite, pour des confessions qui n'en finissaient jamais. J'étais heureux de me rendre à ce site national avec elle, parce que j'en avais besoin certes mais aussi parce que la retrouver après cette longue période d'interrogations incessantes me faisait plaisir, sincèrement. Je l'avais d'abord attendue dans ma voiture décapotable en bas de son immeuble pendant quelques minutes avant de pouvoir enfin apercevoir son minois. « Bonjour Andy ! » J'étais habitué à ce surnom mais de sa bouche, allez savoir pourquoi, il sonnait toujours un brin trop espiègle. « Salut Candy Rush ! » Bien trouvé, non ? En tout cas j'en fus fier et c'est bien ce que mon sourire lui exprima, tandis qu'elle prenait place à mes côtés. « Bon, j'espère que t'as bien étudié la carte hein. Je voudrais pas qu'on se retrouve au Mexique non plus. »  Relevant les yeux en l'air comme si ce qu'elle disait n'avait pas lieu d'être dit, je lui répondis aussitôt. « Je suis sûr que tu t'éclaterais au Mexique pourtant. » C'est certain, ouais, surtout en ma compagnie. Je me fais toujours confiance pour ce genre de challenge. Bref, mademoiselle s'installa et moi je démarrai, me dirigeai tranquillement et cheveux au vent vers la sortie de Los Angeles. Je remarquai au passage que l'attention de Candice fut toute captivée par un message, l'expression que je lus sur son visage à son moment me resta en mémoire sans pour autant que j'en parle, après tout ce n'était pas mes oignons... Enfin, pas pour le moment mais cela ne saurait tarder. « Alors, quoi de neuf dans ta vie Andy ? » Elle sélectionna la radio qui lui convenait pendant que je dépassai rapidement un vieux pépé dans sa voiture aussi vieille que lui. « Ca fait longtemps qu'on ne s'était pas vu. » Vrai, au moins un bon mois, peut-être même un peu plus, une durée rare entre deux de nos entrevues. « Ma bonne humeur t'a manqué j'espère ? » Je souris en me tournant vers elle, sans pour autant perdre de vue ma route. « Quoi de neuf, quoi de neuf... » Je réfléchis sans réfléchir, la vérité c'est que je n'ai jamais aimé cette question, mais pour certains amis on fait l'effort. « Pas mal de choses en fait, tu n'as qu'à me lancer un thème du genre boulot, ami, nanas ou famille et je trouverai sûrement un truc à te raconter. » Un fin sourire étire le coin de mes lèvres avant que je ne tourne ma tête vers le côté de la route, déjà nous étions en dehors de Los Angeles, sur une route s'allongeant à perte de vue face à nous... Tout aurait pu être un parfait début de week-end si et seulement si un bruit étrange venant de la voiture... Une espèce de ronflement inaudible qui, au bout de quelques secondes, devint un peu plus bruyant au point de ralentir l'allure de l'engin malgré mon accélération. Et en comprenant ce qui était en train de se passer, je me souvins que j'avais oublié d'aller faire le plein à essence avant de partir. « Et merde... » Le ton de ma voix allait de paire avec mon dépit contre moi-même pour avoir oublié une telle chose. Rapidement j'allai me garer sur le bas côté pour nous éviter un accident et le timing tombait bien car à peine quelques secondes plus tard, la voiture allait sans doute s'arrêter. La main toujours sur le volant et l'autre dans mes cheveux, je me maudis alors à voix haute. « Frappe-moi, je t'en donne l'autorisation pour une fois pour cette erreur de débutant. » Et mon visage se tourna vers elle, dont je craignais presque la contrariété ou bien même la peur car, qu'on se le dise, on était arrêtés en plein milieu d'une route déserte et peu utilisée par les conducteurs. « Bon, t'as prévu de quoi t'occuper en cas de panne d'essence j'espère ? » Puis je sortis mon portable de ma poche pour regarder si j'avais du réseau ; comme de par hasard, non, aucun. Comme dans les films. « Dis-moi que tu as du réseau toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ashes to Ashes | Andreas   Ashes to Ashes | Andreas EmptyJeu 29 Mai 2014 - 21:48

avatar
Invité
Invité

Ashes to Ashes | Andreas Empty




Ashes to Ashes, Dust to Dust

when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe to make you well.




A mon Andy, il m'avait répondu par son nouveau surnom. « Salut Candy Rush ! » J'avais laissé échapper un rire. Moi ça ne me gênait pas d'être appelé ainsi surtout pas par Andréas. C'était mon ami, et de sa part il y avait peu de choses que je prenais mal. Il m'assura que le Mexique me plairait et que je m'y amuserais. A vrai dire, c'était un beau pays. Les ruines de temples devaient être absolument merveilleuses. Peut-être qu'un jour je m'y rendrais.
Après m'être débarrassé de mon sms à Noah, je demandais à mon ami de me raconter ce qu'il se passait dans sa vie. « Ma bonne humeur t'a manqué j'espère ? » Je répondais d'un hochement de tête. « Quoi de neuf, quoi de neuf... » répéta-t-il. Il semblait chercher quoi me répondre. « Pas mal de choses en fait, tu n'as qu'à me lancer un thème du genre boulot, ami, nanas ou famille et je trouverai sûrement un truc à te raconter. » Je reconnaissais bien là mon ami. Andréas parlait peu de lui. Je l’avais toujours connu sur la réserve. Au moment où j'allais lui donner mon premier sujet de discussion, la voiture ralentit. Je l'entendis jurer alors je me redressais, ma main droite tenant la portière. Ces bruits ne me disaient rien qui vaille. Il commença à se garer sur le côté de la route « Frappe-moi, je t'en donne l'autorisation pour une fois pour cette erreur de débutant. » Je fronçais les sourcils, me tournant vers lui alors qu'il faisait de même. Son visage était angoissé, comme si il n'osait pas me dire la vérité. Il n'avait pas besoin de parler pour que je sache ce qu'il se passe.

« Bon, t'as prévu de quoi t'occuper en cas de panne d'essence j'espère ? » Je soupirais, me pinçant l’arrête du nez. Andréas sortit son téléphone « Dis-moi que tu as du réseau toi ? » Je fis claquer ma langue sur mon palais. « Tu viens sérieusement de me faire le coup de la panne ? » Je ne savais pas si je devais rire ou pleurer. Je décidais de rire, sûrement nerveusement. Je pris mon téléphone pour vérifier mon réseau « J'en ai un petit peu. J'espère que ça suffira à appeler quelqu'un. » J'ouvris la portière et sortis de la voiture. La chaleur extérieure me frappa de plein fouet. C'est vrai qu'on était presque dans le désert. J'allais m’asseoir sur le capot, pianotant sur mon mobile. J'entendis la portière claquer et Andréas vient me rejoindre. « On se croirait dans un film. Il manquerait plus que nos téléphones se vident de leur batterie, que la nuit tombe et qu'un psychopathe se promène dans le coin. » dis-je en riant. Il rit également. « Je suppose qu'on va avoir le temps de discuter alors. Donc, heu, comment vont les cours ? » Premier sujet, un peu passe partout mais ça m’intéressait vraiment. Nous étions tout les deux en 6eme année mais dans des filières différentes, je ne pouvais donc pas tout savoir de ce qu'il faisait sur les bancs de la fac. « T'as intérêt à bien bosser Andy. » Il en était parfaitement capable, mais j'aimais l’embêter.

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ashes to Ashes | Andreas   Ashes to Ashes | Andreas EmptyMar 3 Juin 2014 - 20:59

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

Ashes to Ashes | Andreas Empty

« Tu viens sérieusement de me faire le coup de la panne ? » C'est moi ou cette phrase sonnait affreusement moche ? Surtout venant d'elle à moi, enfin d'une nana envers un mec, quoi. Oui je lui avais fait le coup de la panne – d'essence – mais ce ton ironique était-il obligatoire, hein ? « Ma voiture vient de te faire le coup de la panne. Moi, je n'oserais jamais. » Répondis-je comme si cela coulait de source avec sérieux tout d'abord, puis finalement en me mettant à rire nerveusement. Bon sang, pourquoi cela m'arrivait à moi, à nous ? Je n'ai jamais eu l'habitude d'être si malchanceux alors forcément, cette panne fut mal vécue de mon côté. Notre petite excursion allait prendre une allure différente par ma faute. Ca m'apprendra à ne pas vérifier mon niveau d'essence avant de partir, et surtout à être plus vigilant vis-à-vis du signal près du compteur. Ouais, sur ce coup, j'avais carrément merdé. Regardant Candice sortir de la voiture, je continuai de pester contre-moi même un instant avant de sortir à mon tour. « On se croirait dans un film. Il manquerait plus que nos téléphones se vident de leur batterie, que la nuit tombe et qu'un psychopathe se promène dans le coin. » Rien que ça ? « Eh bien, tu as des idées très gaies à ce que je vois. » Je m'assis à côté d'elle sur le capot et rapprochai mon visage du sien avec un petit air mystérieux improvisé avant d'ajouter : « Ca se pourrait j'ai tout prévu, et le psychopathe c'est moi. » Et je pris ensuite une distance normale, me mettant à rire tel un diable pour jouer le jeu à fond. Allez, un peu d'humour ne fait jamais de mal, moi ça m'aidait à penser à autre chose qu'à mon erreur de conducteur débutant en tout cas. « Je suppose qu'on va avoir le temps de discuter alors. Donc, heu, comment vont les cours ? T'as intérêt à bien bosser Andy. » Qu'elle était mignonne, j'avais de la chance d'avoir une amie qui s'inquiètait pour moi, hein ? « Avant de parler de moi, et j'admets que c'est un sujet fort passionnant, rassure-moi et dis-moi que tu as trouvé un numéro de dépanneuse. » Le côté pratique des hommes, que voulez-vous. Je n'aurais pas aimé papoter comme une vraie nana sans avoir l'assurance qu'on allait finir par être secourus quand même. Puis en attendant qu'elle trouve un numéro que je puisse appeler, je me mis à mon aise sur le capot, tendis mes jambes et sortis une cigarette du paquet se trouvant dans ma poche. « Les cours ça va, presque terminés. J'essaye d'avancer régulièrement ma thèse en marketing pour être tranquille cet été et en finir enfin avec l'université. » Je tournai mon visage vers le sien, un petit sourire aux lèvres. « Comme ça si tu croises ma mère tu pourras la rassurer en lui disant que son fils gère. Elle l'oublie un peu, quand ça l'arrange. » Et Candice était la fille d'amis à mes parents, alors cela arrivait de temps à autre qu'elles deux se croisent. Etant donné que j'allais très rarement voir ma mère pour éviter de tomber sur mon beau-père, dès qu'elle croisait Candice elle lui posait tout un tas de questions à mon sujet – pauvre d'elle. « Et toi ? Toujours aussi sage en cours ou tu te soignes ? » Lui demandai-je finalement pour la charrier un peu.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ashes to Ashes | Andreas   Ashes to Ashes | Andreas EmptyMer 4 Juin 2014 - 22:57

avatar
Invité
Invité

Ashes to Ashes | Andreas Empty




Ashes to Ashes, Dust to Dust

when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe to make you well.




Je gardais mon téléphone en main, fixant mon regard sur le niveau de batterie ainsi que le réseau. Il fallait que quelqu'un nous aide. Je venais d'envoyer un sms à Noah pour qu'il me trouve le numéro d'une dépanneuse. La réponse devrait arriver sous peu. Andréas vient s'assoir à mes côtés, m'écoutant parler de psychopathes. Il se pencha avant de murmurer « Ca se pourrait j'ai tout prévu, et le psychopathe c'est moi. » Et nous éclatâmes de rire. Son humour était toujours aussi décalé, et ça servait pas mal dans ce genre de situation. Il avait le don de rendre une situation compliquée un peu plus légère. C'est pour cela que je m'entendais si bien avec lui. C'était aussi pour cela que j'hésitais à lui dire la vérité sur ma maladie. Je ne voulais pas prendre le risque de perdre un ami. J'embrayais sur les études, souhaitant me renseigner sur son avancée. « Avant de parler de moi, et j'admets que c'est un sujet fort passionnant, rassure-moi et dis-moi que tu as trouvé un numéro de dépanneuse. » Je lui souris avant de répondre « J'ai fais ce qu'il faut. Un ami nous en envoi une . » avant de lui faire un clin d'oeil. Noah était rapide avec son téléphone, mais je me doutais que notre sauveur ne serait pas là dans les cinq minutes. S'asseyant mieux, il sortir une cigarette de son paquet avant de l'allumer. « Les cours ça va, presque terminés. J'essaye d'avancer régulièrement ma thèse en marketing pour être tranquille cet été et en finir enfin avec l'université. » répondit-il avant de se tourner vers moi, tout sourire « Comme ça si tu croises ma mère tu pourras la rassurer en lui disant que son fils gère. Elle l'oublie un peu, quand ça l'arrange. ».

Sa réponse me cloua le bec. Je savais bien qu'Andréas avait du mal avec ses parents, je pouvais le comprendre, mais ils restaient ses parents. Ne voulait-il pas être proche d'eux ? A sa place, je ferais des efforts. Les parents sont ceux qui nous donnent la vie, qui nous élèvent et nous aiment. Les miens ne m'avaient pas conçus mais m'avaient donné tout ce dont j'avais besoin pour m’épanouir. « Andy, je ne fais que lui donner des nouvelles. C'est ta mère quand même. » Mon téléphone vibra, Noah avait trouvé un numéro et tentait de les appeler dans la seconde. « Enfin bref, je lui ferais un petit topo. A la mienne aussi. » dis-je en souriant, voulant détendre l'atmosphère.

« Et toi ? Toujours aussi sage en cours ou tu te soignes ? » Je laissais échapper un rire avant de lui donner un doux coup de poing dans l'épaule. « Arrête de te moquer, vilain ! » Il me charriait toujours là-dessus. Depuis qu'il me connaissait, Andy n'avait cessé de me reprocher d'être trop sérieuse dans mes études. Il l'était aussi, mais dans un degrés moindre. « Je fais ce qu'il faut pour réussir. Combiner deux cursus est assez intense, mais passionnant. Je suis sur que je ne regretterais pas ces nuits blanches à travailler. » De toute façon, mes nuits étaient souvent courtes alors autant les occuper intelligemment. Je me souvenais que j'avais quelques papiers à montrer à mon professeur de Théologie, monsieur Smith. Il ne fallait pas que j’oublie sous peine de le décevoir, ce que je ne voulais absolument pas. Une main se tendit devant moi, me tirant de mes pensées. J'attrapais la cigarette avant de la porter à mes lèvres, inspirait le poison. « Ca faisait longtemps... ». Je recrachais la fumée, la laissant être balayé par le vent. Je lui redonnais avant de me laisser glisser en arrière, m'allongeant sur le capot. « Oserais-je demander quelle est la fille à qui tu vas briser le cœur cette semaine ? » Il me taquinait sur les études, je répliquais sur les flirts. Il était un charmeur et il le savait. Je devais avouer qu'il était doué, et que si nous n'étions pas amis j'aurais pu lui trouver du charme.

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ashes to Ashes | Andreas   Ashes to Ashes | Andreas EmptyLun 9 Juin 2014 - 20:04

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

Ashes to Ashes | Andreas Empty

Avant de parler de moi, je lui demandai si elle avait fait le nécessaire pour qu'on vienne nous récupérer dans notre galère, celle dans laquelle nous étions par ma faute. Candice me rassura donc en me précisant qu'un ami à elle était sur le coup, et je pus donc répondre à sa question tranquillement, la conscience plus sereine. Je me rendis compte que ma réponse l'assomma un peu, mais après tout elle connaissait ma relation avec mes parents. Enfin, avec ma mère et mon beau-père, cet homme que je n'ai jamais pu encadrer au fil des années. « Andy, je ne fais que lui donner des nouvelles. C'est ta mère quand même. » Je vous jure qu'on aurait dit ma sœur ; peut-être même que ma sœur aurait été compatissante étant donné qu'elle est dans la même situation que moi, donc là c'était pire en réalité. J'avais envie de rappeler à mon amie combien ma mère préférait privilégier sa relation avec cet homme plutôt qu'avec nous depuis notre déménagement en Amérique mais son téléphone vibra et cela me freina légèrement. « Ouais... » Répondis-je seulement avant qu'elle n'enchaine. « Enfin bref, je lui ferais un petit topo. A la mienne aussi. » Son sourire détendit l'ambiance aussitôt, pour ça Candice avait toujours été douée. « Ah ma vie intéresse même ta mère ? Ce n'est pas bon pour mes chevilles ça. » C'était sur un ton bon enfant que je dis cela, car sa mère m'avait connu jeune adolescent et pour cette raison, j'imagine que c'était normal qu'elle cherche de temps en temps à avoir des nouvelles. Ce n'est pas comme si elle ne m'avait jamais gardé ou surveillé lorsque j'étais avec sa fille après tout. Et puis je me dis aussi intérieurement que Candice avait de la chance, de bien s'entendre avec ses parents, de les avoir si proches d'elle. Je n'ai jamais eu vraiment de facilité à poser des mots là-dessus mais j'aurais donné tellement moi-même pour être plus proche de mon père, pour qu'il soit toujours avec ma mère, là, à la regarder avec ses yeux amoureux. La réciproque avait existé, il fut un temps. J'en avais encore quelques brefs souvenirs, aussi agréables qu'amers pour être honnête. Tout ça, c'était le bon temps, et c'était terminé. Mon père ne reviendrait jamais, je devrais me contenter de notre relation à distance et ma mère elle, s'était amourachée d'un vulgaire homme qui n'avait rien pour lui si ce n'est sa rusticité. Je serais donc le fils rancunier, et quoi qu'en dise Candice, je ne crois pas qu'elle pouvait vraiment comprendre. Je lui retournais ensuite la question, à propos de ses études, non sans y ajouter une pincée de moquerie, ce à quoi elle fut sensible encore une fois pour mon plus grand plaisir. « Arrête de te moquer, vilain ! » Je ris ouvertement en recevant son coup d'épaule, comme un gamin heureux et insouciant. « Je fais ce qu'il faut pour réussir. Combiner deux cursus est assez intense, mais passionnant. Je suis sur que je ne regretterais pas ces nuits blanches à travailler. » Avait-elle bien dit « nuits blanches » ? Eh bien, nous n'avions pas les mêmes passe-temps, qu'on se le dise ! « Comment tu fais... Faut être fou pour réussir à bosser des nuits complètes. Personnellement, je ne plancherais sur un travail toute une nuit que si j'étais payé pour le faire. » Que je lui dis, jurant presque, avant de tourner ma tête vers la sienne. « Mais bon, si avec ça tu obtiens ton diplôme, tu n'auras rien à regretter c'est sûr ! Compte sur moi pour fêter ça comme il se doit le jour où tu auras les résultats. » Sur un ton plein d'assurance, je lui fis là la promesse que jamais elle n'oublierait cette journée, ou plutôt cette soirée, cela dépendait de comment on voyait les choses... Bref, Candice attrapa bientôt ma cigarette pour tirer un peu dessus, ce que j'observai avec une mine quelque peu étonnée. « Ca faisait longtemps... » « Depuis quand mademoiselle Ravenwood fume ? Tu m'en caches des choses, nom de Dieu. » Dis-je avec une voix quelque peu théâtrale avant de récupérer mon bâton de nicotine pour fumer à mon tour. « Oserais-je demander quelle est la fille à qui tu vas briser le cœur cette semaine ? » Aussitôt je ricanai en secouant la tête, doucement. « Quelle belle réputation tu me fais. » Je m'installai en tailleur sur le capot avant de regarder au loin, légèrement songeur. Avouez que la question méritait réflexion. Quoi que. « Aucune, peut-être. » Il faut dire qu'avec ma relation plus ou moins secrète avec Samuel – d'ailleurs Candice n'était pas au courant de ma bisexualité – et celle plus tumultueuse avec Grace, cela me prenait pas mal de temps. Je savais que mon amie réclamerait plus d'explications, qu'elle ne se suffirait pas de cette brève réponse, mais que dire... « Je me suis calmé, que tu le crois ou non. Bon ça m'arrive de flirter à droite à gauche mais rien de bien concret, enfin pas au moins de briser un cœur... tu comprends, faut bien que j'entretienne ma réputation de séducteur chez les Delta. Mais ça reste soft, j'ai d'autres choses en tête je crois. » Gentiment je lui adressai un clin d’œil, avant de la regarder plus longuement. « Et toi ? » C'était à mon tour de lui donner un petit coup d'épaule. « Une jolie fille comme toi, ça attire forcément les regards, tu dois bien avoir des anecdotes. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ashes to Ashes | Andreas   Ashes to Ashes | Andreas EmptyMer 11 Juin 2014 - 11:24

avatar
Invité
Invité

Ashes to Ashes | Andreas Empty




Ashes to Ashes, Dust to Dust

when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe to make you well.




Je savais que parler de sa mère n'était pas une bonne chose mais étant son amie, je me devais de m'inquiéter pour lui et ses proches. Je ne voulais que son bien, et lorsqu'il avait des soucis, j'essayais de l'aider à mon niveau. Parler de la mienne suffit à détendre l'atmosphère. « Ah ma vie intéresse même ta mère ? Ce n'est pas bon pour mes chevilles ça. » Je laissais échapper un petit rire. Ma mère adorait Andréas, elle voyait la bonne influence qu'il avait sur moi et comment il m'avait permit d'être moins timide. « Tu sais bien qu'elle t'adore. Je crois même que secrètement elle espère te voir comme un gendre un jour. » Mais ça n'arriverait pas. Andréas était un ami et je n'arriverais pas à le voir autrement. Ca serait comme sortir avec son frère. Ew. Je changeais de sujet en demandant comme ça allait côté étude. Son domaine m’intéressait et je ne ratais pas une occasion d'en savoir plus. Quand je lui parlais de nuits blanches, je vis ses yeux s'agrandirent. « Comment tu fais... Faut être fou pour réussir à bosser des nuits complètes. Personnellement, je ne plancherais sur un travail toute une nuit que si j'étais payé pour le faire. » Il se tourna vers moi avant d'ajouter « Mais bon, si avec ça tu obtiens ton diplôme, tu n'auras rien à regretter c'est sûr ! Compte sur moi pour fêter ça comme il se doit le jour où tu auras les résultats. ». Je me passais la main dans les cheveux. « Ca ne me gène pas de travailler la nuit. J'ai même l'impression d'être plus efficace. Et vu que je dors peu, autant rentabiliser ce temps, non ? » Je lui pris sa cigarette et je vis qu'il était surprit. Eh oui, je n'étais pas une petite fille sage. Il y avait plein de choses qu'il ignorait sur moi, et j’espérais qu'il n'apprenne pas tout, surtout de la part de Charly. « Depuis quand mademoiselle Ravenwood fume ? Tu m'en caches des choses, nom de Dieu. » Il récupéra sa cigarette. « Si tu savais tout ce que je te cache. » répondis-je en lui faisait un clin d’œil.

« Quelle belle réputation tu me fais. » Andréas était un beau garçon et je me doutais que de nombreuses demoiselles devaient succomber. « Aucune, peut-être. » Je continuais de le fixer, attendant une meilleur explication que cela. Être amie avec lui depuis si longtemps m'avait apprit qu'il avait du mal à se confier si on ne le poussait pas un peu. « Je me suis calmé, que tu le crois ou non. Bon ça m'arrive de flirter à droite à gauche mais rien de bien concret, enfin pas au moins de briser un cœur... tu comprends, faut bien que j'entretienne ma réputation de séducteur chez les Delta. Mais ça reste soft, j'ai d'autres choses en tête je crois. » Bon. Je sentais qu'il ne me disait pas toute la vérité, il semblait même me cacher quelque chose. Peut-être que quelqu'un avait su capturer son cœur et qu'il était encore tôt pour m'en parler. Je respecter totalement son choix. « Et toi ? » Mon cœur rata un battement. Je n'avais pas tellement prévu de parler de moi sur le plan amoureux. Le rouge me monta aux joues alors qu'il parla de nouveau « Une jolie fille comme toi, ça attire forcément les regards, tu dois bien avoir des anecdotes. » Je lui offrais un sourire timide. « Les Alpha sont sûrement plus jolies que moi tu sais , et doivent aussi attirer plus de monde. » Je ne me considérais pas comme un canon. Un peu jolie oui, mais pas plus. J'étais pas tellement à l'aise avec la séduction, loin de là même mais lorsque j'avais un petite crise, cela semblait aller mieux. « Rien de sérieux. Tu sais, je bosse tellement que je n'ai pas le temps de... voir quelqu'un. 'Fin pas comme je le voudrais. » Je pensais directement à Noah. Je n'étais tellement pas douée qu'il n'avait toujours pas capté mes avances. Ça commençait à me désespérer. « A croire que je ne suis pas très douée. » dis-je en riant. « Mais des anecdotes, j'en ai. » Je n'allais pas lui raconter les vagues souvenirs de soirée qui me revenait car je ne voulais pas qu'il ait une mauvaise image de moi. « J'ai le droit à tout un tas de remarques et approches en tout genre quand je bosse à la bibliothèque. Du genre, Tu t'appelles Google, parce que j'ai trouvé en toi tout ce que je recherche. » Je secouais doucement la tête, me rappelant le jour où on m'avait sortit ça. Je m'étais figé quelques minutes, cherchant si je devais rire ou non. Ce gars avait été quelque peu vexé que je ne tombe pas dans le panneau. Je n'étais pas une fille stupide non plus. « Mais bon, je ne peux pas dire que je ne suis pas intéressée non plus... » Ma voix était redevenue sérieuse. Andréas était presque un frère pour moi, je n'avais pas à avoir honte devant lui. Peut-être qu'il pourrait m'aider. « Toi qui es un garçon, si une fille te fait des avances, même subtiles, et que tu ne relèves pas. C'est que t'es pas intéressé non ? Ou il y a quand même une chance que tu n'ai juste rien remarqué.  » Ça se sentait dans ma voix que j'étais gêné. Qui ne le serait pas en même temps ?


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ashes to Ashes | Andreas   Ashes to Ashes | Andreas EmptySam 14 Juin 2014 - 12:02

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

Ashes to Ashes | Andreas Empty

« Tu sais bien qu'elle t'adore. Je crois même que secrètement elle espère te voir comme un gendre un jour. » Les mères ou ces personnes qui peuvent faire preuve autant d'un trop plein de pessimisme que d'optimisme sans vraiment que l'on ne comprenne pourquoi la plupart du temps. Au moins ça me fait rire sur ce coup. « Ah bon ? » En y réfléchissant bien, la vie est bizarrement faite, parfois. « Je lui souhaite d'avoir un homme plus sérieux en tant que gendre. » C'est le moins que je puisse dire, parce que Candice sait combien j'aime batifoler à droite et à gauche, et elle serait bien l'une des dernières filles que j'aimerais blesser. Enfin je dis ça mais... « Toute façon si on avait été faits pour être ensemble, ça fait longtemps que je t'aurais attirée dans mes filets. » Que je lui dis en me retournant vers elle, tout malicieux. Si elle est d'une nature plutôt timide, moi je suis le genre à rentre dans le lard sans réfléchir. Elle est une jolie fille, je crois même pouvoir dire qu'elle l'a toujours été. Mais comme on dit, on ne contrôle pas ce qui vient du cœur, ni ce qui vient de plus bas... Je n'sais pas comment tout ça fonctionne mais quoi qu'il en soit je suis ravi d'avoir réussi à préserver notre amitié, je ne pourrais pas dire ça de toute mes relations à la base amicales. Et pour appuyer mes pensées comme quoi elle est définitivement trop sérieuse, nous parlons de ses nuits à bosser, chose qui m'impressionne. « Ca ne me gène pas de travailler la nuit. J'ai même l'impression d'être plus efficace. Et vu que je dors peu, autant rentabiliser ce temps, non ? » Soit... « Vu comme ça, c'est plutôt convaincant. » Je hausse les épaules, la laisse tirer sur ma cigarette avec air surpris car je ne savais pas qu'elle fumait. « Si tu savais tout ce que je te cache. » Est-ce que ça me déplaît ? C'est peut-être même l'inverse, car je prends cette remarque pour un défi et elle sait combien j'adore les challenges. Apprendre encore plus de trucs sur elle, surtout s'il s'agit de trucs un peu olé olé, ouais ça me plaît vraiment. « Tant que je n'apprends pas que tu sniffes de la coke... » Ouais là peut-être que je ferais quelque chose, quand même.

Après lui avoir assuré à ma manière que je n'allais pas briser un énième cœur, je lui renvoie sa question sur les amours sans être réellement curieux, même si ça m'arrange bien d'avoir détourné la conversation sur elle je dois l'avouer. Tournant mon visage vers elle, je souris en la voyant à moitié rougir. La majorité des filles avec qui je traîne ne rougiraient même plus à ce compliment, mais elle, elle est différente et ça me plaît vraiment. « Les Alpha sont sûrement plus jolies que moi tu sais , et doivent aussi attirer plus de monde. » Mes yeux s'abaissent un moment, puis viennent aussitôt retrouver les siens. « Elles sont surtout beaucoup plus confiantes. Pour le reste je ne suis pas si sûr. » Ce n'est pas parce que je suis un Delta que je ne jure que par les Alpha. Certes je vise souvent dans ce « tas » pour flirter mais cela ne m'empêche de reconnaître une jolie fille lambda quand j'en vois une, encore heureux d'ailleurs. Puis entre nous, toutes les Alpha ne sont pas des bombes, et j'en imagine pas mal virer au cauchemar d'ici quelques dizaines d'années, à enchainer les séances chez le chirurgien pour se faire faire des liposuccions ou des injections au Botox... Ouais, ça serait bien le (futur) genre de quelques Alpha trop axées sur leur physique ça, et rien que d'y penser ça me dégoûte. « Rien de sérieux. Tu sais, je bosse tellement que je n'ai pas le temps de... voir quelqu'un. 'Fin pas comme je le voudrais. » Je ne suis pas sûr de bien comprendre où elle veut en venir, alors je fronce les sourcils tandis qu'elle poursuit. « A croire que je ne suis pas très douée. » On a toujours le temps de voir une nana ou un mec qui nous plaît en dehors des cours ou des heures à bosser, j'en suis convaincu. Il suffit de le vouloir, et d'avoir bien sûr de quoi se mettre sous la dent. « Mais des anecdotes, j'en ai. » Intéressant, je vais peut-être rire. « J'ai le droit à tout un tas de remarques et approches en tout genre quand je bosse à la bibliothèque. Du genre, Tu t'appelles Google, parce que j'ai trouvé en toi tout ce que je recherche. » Ah oui, quand même... « Oh bordel, ce mec est un Dieu dans son genre. » Le Dieu des gros nazes oui, c'est du high level là, si bien que j'en rigole aussitôt. « Mais bon, je ne peux pas dire que je ne suis pas intéressée non plus... » Mais je retrouve bien vite mon sérieux, soudainement particulièrement intéressé par ce qu'elle me révèle. Mademoiselle a des vues sur quelqu'un, tout de même. Je vois bien que ça la gène d'en parler mais malheureusement j'ai déjà hâte d'entendre la suite, alors je ne la ménage pas et la fixe avec insistance. « Toi qui es un garçon, si une fille te fait des avances, même subtiles, et que tu ne relèves pas. C'est que t'es pas intéressé non ? Ou il y a quand même une chance que tu n'ai juste rien remarqué ? » Bon, bien sûr, je comprends de suite que si elle me pose cette question, c'est parce qu'elle est en train de vivre cette situation. J'peux être con mais j'ai des limites quand même. Un sourire fin s'esquisse sur mes lèvres en l'imaginant faire des avances à un gars qui ne relève rien. C'est vraiment pas de chance. « Elle est difficile ta question Ravenwood. » Ouais, parce que si le mec ne relève pas... ça va être dur d'avoir du recul sur la situation, techniquement. Néanmoins pour elle, j'essaye de réfléchir en profondeur à son interrogation. « J'imagine que ça dépend des mecs, et de tes avances aussi. Tu entends quoi par subtiles ? » Etant moi-même aussi intéressé par les hommes - sans qu'elle ne le sache - je pourrais lui certifier que certains sont vraiment longs à la détente parfois, faut oser être plus direct au risque de se faire jeter, c'est comme pour tout en fait. Cependant, je doute qu'elle soit le genre de fille à oser prendre les devants. « Franchement, si je vois une fille timide dans ton genre qui me fait des petits sourires ou même des regards en biais, je ne vais pas forcément interpréter ça comme une avance, plutôt comme une marque de sa timidité tu vois ? Mais parle-moi de ce gars un peu, c'est quel type de mec ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ashes to Ashes | Andreas   Ashes to Ashes | Andreas EmptyMar 17 Juin 2014 - 18:43

avatar
Invité
Invité

Ashes to Ashes | Andreas Empty




Ashes to Ashes, Dust to Dust

when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe to make you well.




 J'avais bien vu que je l'avais fais sourire en parlant du nombre de choses que je pouvais lui cacher. C'était en partie faux, parce qu'il était mon ami et que j'avais du mal à lui cacher des choses. Mais d'un côté je ne voulais qu'il apprenne mes pires secrets. « Tant que je n'apprends pas que tu sniffes de la coke... » dit-il sérieusement. Derrière la blague, je sentais le rôle de grand frère. « Ah non, quand même pas. » C'était quelque chose les cigarettes et un joint de temps en temps, mais la coke c'était quelque chose de différent. C'était plus extrême. Et je n'en étais pas encore à là.
Andréas me retourna ma question sur mes amours. Est-ce que j'avais eu raison de lui demander cela ? Je n'avais pas tellement envie de m'épancher sur mes échecs sentimentaux. Je tentais de dévier la conversation sur la fraternité d'alpha, ces filles qui étaient les filles que tout garçons rêvaient d'avoir dans son lit. J'énumerais leurs qualités mais mon ami me répondit « Elles sont surtout beaucoup plus confiantes. Pour le reste je ne suis pas si sûr. » Ce qui me fit rire. Oui la confiance débordait chez elle, mais peut-être qu'elles n'étaient pas si parfaites que cela. Qu'un garçon me le dise, c'était plutôt agréable pour mon égo. Parce que, franchement, tout les garçons n'étaient pas comme lui. Il y avait beaucoup de boulets qui me faisaient perdre mon temps et qui n'aidaient pas à ce que j'ai confiance en moi. Je parlais à mon ami de ceux qui venaient m'accoster n'importe où avec n'importe quelles approches stupides. C'était quand même drôle l'imagination qu'ils développaient juste pour nous accoster. « Oh bordel, ce mec est un Dieu dans son genre. » Andréas n'avait sûrement pas besoin de ce genre de phrases pour avoir qui il voulait. Un sourire et l'affaire était dans le sac.

Je continuais à parler de mes amours inexistants. Maintenant que j'étais lancée, autant y aller. Et puis il pourrait peut-être m'aider à décortiquer l'attitude de Noah, ou plutôt la non attitude. Je lui demandais son avis « Elle est difficile ta question Ravenwood. » répondit-il sérieusement. Je vois qu'il réfléchit, qu'il fait attention à ce qu'il va dire. Je sens que ça risque pas de me plaire mais je l'encourage d'un mouvement de tête. « J'imagine que ça dépend des mecs, et de tes avances aussi. Tu entends quoi par subtiles ? » « Heu... » C'est vrai qu'en définitive je ne suis pas tellement subtile. Pas dans le sens où j'y vais cash, mais plutôt tout le contraire. Ce que j'essaie de lui dire subtilement a tendance à ne pas se voir. Du tout. « Franchement, si je vois une fille timide dans ton genre qui me fait des petits sourires ou même des regards en biais, je ne vais pas forcément interpréter ça comme une avance, plutôt comme une marque de sa timidité tu vois ? » Il a totalement raison. Si Noah ne voit pas qu'il m'intéresse, c'est parce que je ne le lui montre pas vraiment. « Mais parle-moi de ce gars un peu, c'est quel type de mec ? » Je souris à mon amie. « C'est...C'est un garçon super. Il est vraiment gentil, il se préoccupe des autres avant lui-même. » dis-je avec enthousiasme. « C'est un geek tu sais. Et c'est peut-être pour ça qu'il n'a pas remarqué qu'il me plaisait. Il doit pas être habitué à être la cible des filles. » Je prenais conscience de ce que je venais de dire. « Non pas qu'il soit pas beau hein, il est plutôt mignon. » Je me levais de la voiture, m'étirant un peu. Ça me rendait nerveuse quand on parlait de Noah. Ou même de garçons en général. « C'est quelqu'un de bien, j'en suis persuadé. Et c'est pour ça qu'il m'intéresse. Je le sens sincère. » Je me penche en avant pour réveiller mes membres engourdis. « Mais je me dis que..Si il ne capte pas, c'est qu'il ne me voit pas sous cet angle tu vois ? … Je suis pas très démonstratrice non plus, pas du genre à lui dire cash que ça me gênerait pas de passer la nuit avec mais des sourires ou des sms de temps en temps, ça doit pas tellement indiquer ce que je veux. »

Je savais que la journée je n'étais pas tellement douée pour draguer, mais le soir – et avec un peu d'alcool – je développais une confiance sans faille. J'arrivais sans problème à aborder quelqu'un, garçon ou fille, et à lui faire comprendre qu'il me plaisait. J'avais bien réussis à obtenir le numéro d'un type au pub la dernière fois. Mais avec Noah, j'avais peur qu'une mauvaise attitude gâche tout avant que ça commence. Je me postais devant Andréas. « Est-ce que tu crosi que je devrais lui en parler ? Avec le risque que je me fasse rembarrer, voir même que je perde son amitié. » C'était cela aussi qui me faisait un peu peur. Noah était également un ami, un bon ami et ça m’embêterait vraiment de le perdre. « Désolée de t’embêter avec toutes mes questions. Je dois te soûler avec mes problèmes de nanas. » Je pourrais en parler à d'autres, comme à Maggie ma copine de filière ou à ma cousine Sinéad, mais je sais pas, je bloquais un peu. Peut-être que c'était parce que c'était des filles et que je ne voulais pas paraître...nulle à leurs yeux.


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ashes to Ashes | Andreas   Ashes to Ashes | Andreas EmptyLun 23 Juin 2014 - 19:29

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

Ashes to Ashes | Andreas Empty

Candice, c'est le genre de fille qui cultive son apparence dans sa réserve mais qui, en présence de personnes auxquelles elle accorde toute sa confiance, s'autorise à être pleinement elle-même, à lacher prise. Je crois qu'elle n'a rien à envier aux Alpha. Si j'aime traîner avec ces dernières entre mes cours, la richesse de la brunette c'est justement ce que ne possèdent pas les filles les plus populaires de l'université. Et je ne dois pas être le seul à penser ça, il suffit d'ouvrir un peu les yeux sur des filles loin de l'extravagance comme Candice par exemple, et c'est avec de telles personnalités autour de moi que j'ai grandi.

« Heu... » Voilà ce que j'obtiens comme réponse lorsque je lui demande de me préciser la nature exacte de ses soit disant avances envers son petit crush. Je me fais alors force pour lui expliquer que si les filles timides comme elle n'arrivent pas toujours à leurs fins, c'est sans doute parce que leurs tentatives d'approche ne sont pas efficaces, voire invisibles. Je ne suis pas un pro en matière de séduction, tout du moins je ne crois pas. J'essaye toujours de brancher des nanas qui me montrent clairement qu'elles en pincent pour moi, et pour ce qui est des autres, si elles existent, je ne dois pas valoir mieux que le pote de Candice. Bon j'suis loin d'être introverti bien au contraire, mais la facilité, toujours, avec les nanas. Et j'assume. « C'est... C'est un garçon super. Il est vraiment gentil, il se préoccupe des autres avant lui-même. » Bon, peut-être que je ne lui ressemble pas tant que ça à son mec en fin de compte. Mais j'écoute la suite tout de même, d'une oreille attentive, en fixant face à moi l'horizon montagneux. « C'est un geek tu sais. Et c'est peut-être pour ça qu'il n'a pas remarqué qu'il me plaisait. Il doit pas être habitué à être la cible des filles. » Ma foi, il y a geek et geek... « Non pas qu'il soit pas beau hein, il est plutôt mignon. » Un sourire vient étirer mes lèvres sur ces dernières paroles, et mon regard suit son ombre mouvante lorsqu'elle se lève, son corps semi-embarrassé. « C'est quelqu'un de bien, j'en suis persuadé. Et c'est pour ça qu'il m'intéresse. Je le sens sincère. Mais je me dis que..Si il ne capte pas, c'est qu'il ne me voit pas sous cet angle tu vois ? ... Je suis pas très démonstratrice non plus, pas du genre à lui dire cash que ça me gênerait pas de passer la nuit avec mais des sourires ou des sms de temps en temps, ça doit pas tellement indiquer ce que je veux. » Ouais, bof. En effet, il n'est pas très éclairé avec ça. Je me retiens de ne pas rire car la pauvre crève vraiment d'envie de lui montrer qu'il l'intéresse. Quand elle vient se poster en face de moi, je remonte mes yeux vers les siens, amène l'une de mes cuisses vers mon torse en pliant ma jambe. « Est-ce que tu crosi que je devrais lui en parler ? Avec le risque que je me fasse rembarrer, voir même que je perde son amitié. » Pourquoi avoir si peur de ça ? Perdre une amitié, en est-on vraiment là ? Les filles et leur questionnement incessant ne finira jamais de me faire perdre l'équilibre. « Désolée de t'embêter avec toutes mes question. Je dois te soûler avec mes problèmes de nanas. » Tirant un léger coup sur la cigarette qui se consumme petit à petit, je souffle finalement la fumée sur le côté, avant d'adresser un regard nonchalant à mon amie. « Bof juste un peu »  réponde-je avec un air sérieux avant de sourire pour lui exprimer que je plaisante. Enfin, ce n'est pas comme si nous avions trente-six choses à faire dans cet endroit au milieu de nulle part. Et puis au fond, j'aime bien l'idée d'être celui qui peut la conseiller à ce niveau quand bien même je suis un boulet dans mes relations avec les nanas. C'est toujours bon pour ma fierté vous voyez. Bref, que dire... « Pourquoi t'essayes pas juste de te rapprocher de lui physiquement ? Il y a une grande différence entre lui envoyer des sms et lui dire que t'as envie de dormir ou coucher avec, enfin bon c'que tu veux. » Ouais autant dire qu'elle veut coucher avec non ? Dormir c'est la version mignonne, on sait tous comment ça peut finir cette affaire de "j'te touche tu m'touches c'est bien beau mais...". « Les mecs ça n'aime pas trop les discussions sérieuses. Si tu vas le voir en lui disant que tu attends plus de lui, il va p't'être flipper et franchement c'est compréhensif. Puis si en plus il n'a pas les mêmes envies que toi, vous allez avoir l'air de deux cons embarrassés. » J'essaye d'être franc. « Propose-lui de sortir juste tous les deux, tiens genre un ciné, c'est le lieu parfait pour les timides qui veulent choper, et pas que pour eux d'ailleurs. » Evidemment je parle en connaissance de cause... Haussant les épaules je poursuis. « Mine de rien tu rapproches ta main, tu poses ta tête sur son épaule, et cetera. Si le mec ne réagit pas là dans le noir franchement c'est foutu, mais s'il te kiffe il va répondre d'une manière ou d'une autre. » D'un mouvement décontracté je tends ma clope presque terminée à Candice pour qu'elle s'apaise un peu. Et je la regarde silencieusement un moment. « Puis si tout a marché, tu l'invites chez toi, tu lui proposes une bière et l'amènes dans ta chambre... Bon la suite je ne vais pas te faire de schéma mais ça pourrait s'appeler une belle conclusion. » Ca me fait rire mais c'est bon enfant, rapidement une question me vient. « T'as pas une photo de lui dans ton téléphone ? Histoire de mettre une image sur le bonhomme. » C'est bien connu, on arrive toujours un peu mieux à percevoir une personnalité avec une photo que sans, même si cela ne fait pas tout.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ashes to Ashes | Andreas   Ashes to Ashes | Andreas Empty

Contenu sponsorisé

Ashes to Ashes | Andreas Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ashes to Ashes | Andreas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser