Le deal à ne pas rater :
Nike FR : 25 % sur tous les articles
Voir le deal

Partagez
 

 Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian]   Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] EmptyMar 29 Juil 2014 - 18:39

avatar
Invité
Invité

Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] Empty


Time is money. Let's spend a lot of it !
Julian & Joseph

Aujourd'hui, Joseph n'allait possiblement pas sortir de son bureau de toute la journée. Il devait recevoir du gratin ici même et avait envoyé son armée d'assistants vérifier que tout roulait bien en ville. Que ce soit les petits projets de spectacle, une exposition sponsorisée par la Great Major ou même la postproduction d'un petit film télévisuel, aujourd'hui il faudrait faire avec des intermédiaires. Il regarda vite fait son agenda et fronça les sourcils. Entre deux grosses réunions, un nom se détacha du reste et il se souvint soudainement qui c'était. Une membre du gotha lui avait conseillé un petit jeune qui pouvait danser et faire plusieurs types de performances. Cette information n'était pas tombée dans l'oreille d'un sourd. Un danseur et chanteur d'une comédie musicale financée par sa société venait d'avoir un accident de voiture. Ce genre de chose arrivait assez souvent mine de rien. Il suffisait d'avoir une équipe de quarante-cinq danseurs pour qu'il y en ai au moins cinq qui finissent malades ou blessés. Il y avait évidemment des doublures mais pour ce danseur-là il faudrait quelqu'un prêt à apprendre très rapidement une chorégraphie et puisse chanter quelques lignes. Ce n'était pas particulièrement difficile mais il fallait s'adapter très vite et pour ça, Joseph préférait le voir en personne et le jauger en face à face.

Il avait environs cinq minutes entre chaque rendez-vous pour se détendre, se mettre à jour, aller aux toilettes et s'hydrater. Le jeune homme ne devrait pas tarder à arriver. Jo vérifia rapidement ses emails et se servit un verre d'eau. Le bureau de Joseph était composé d'un bureau avec deux chaises surplombant un petit espace avec deux canapés et une table basse. Des étagères pleines de dossiers sur un mur et des baies vitrées de l'autre côté. Tout était relativement agréable et rangé. Étant donné qu'il pouvait passer jusqu'à seize heures de suite dans ces murs, il prenait soin de tout ce qui s'y trouvait et entretenait un état impeccable. Il était aussi question de l'image qu'il renvoyait ainsi que de l'image de la Great Major. Tout le bâtiment était, de toute manière à la hauteur des impératifs qu'ils imposaient aux gens qu'ils sponsorisaient. Il finit par se lever et s'asseoir sur un des canapé. Après tout, il n'avait pas particulièrement à impressionner le jeune danseur et son dos commençait à lui faire mal. Alors qu'il avait à peine fermé les yeux pour quelques secondes, quelqu'un toqua à la porte. Il sursauta et se redressa. « Oui ? » La porte s'ouvrit sur sa secrétaire « Un jeune homme est là. Un certain... Wang-Levy... » dit-elle, incertaine alors qu'elle lisait son registre. « Il a rendez-vous. » « Faites entrer alors ! » Il se leva et se dirigea vers une commode où trônait une bouteille de bourbon. Il se tourna à peine quand le jeune homme entra « Assied-toi... » en lui désignant les canapés. « Jack Daniels ? » Ce n'était pas un bourbon très fort, pour une matinée, ce n'était pas trop grave. Après tout, il avait déjà passé un week-end entier saoul en ne se réveillant la nuit que pour boire un peu plus de vodka pour rester intoxiqué et ne pas subir une gueule de bois... 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian]   Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] EmptyMar 29 Juil 2014 - 22:19

avatar
Invité
Invité

Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] Empty


Time is money. Let's spend a lot of it !
Julian & Joseph
« Et si je rate ? Et s’il veut pas de moi ? Pire, s’il se renseigne et que quelqu’un de là-bas lui avoue la vérité pour qu’on me boycotte… » « ASSIS ! » Il sursaute à moitié, se retournant vers son pc avant de rejoindre sa place. Il observe Hyunjae qui se masse les yeux alors que Junho est à moitié mort de rire. Il les regarde en soupirant. « Sérieux les gars, c’est pas drôle. » « C’est toi qui est drôle. » Julian lui tire la langue avant de lui faire un fuck bien mérité et de sourire à moitié, content de sa connerie. Il pose sa tête dans ses mains avant d’écouter Hyunjae et son discours de leader parfait et encourageant. Ça lui manque. Putain comme ça lui manque de pas être avec eux, de pas les tenir dans ses bras, de pas les charrier, de pas se battre avec Junho. Il sourit sous les mots de son aîné, légèrement apaisé. Il ne s’est pas senti autant angoissé et stressé depuis des années. « Merci Hyung ! » Il se masse la nuque quelques secondes avant de se redresser et de leur demander quelle tenue serait la mieux pour le rendez-vous. Comme souvent, ils ne sont pas d’accord et ça engendre une dispute entre les deux, alors pour se mettre d’accord, il prend le haut de la tenue numéro 1 avec le pantalon de la tenue numéro 2 pour en fait un petit mix. Une ceinture offerte par sa mère, une chaîne, une montre, des bracelets. Une fois prêt, se coiffe, et ajoute du parfum, revenant vers la caméra toujours en route. Ils n’ont plus de secret les uns pour les autres et ils se sont déjà vu à poils plus d’une fois. C’était comme de prendre les douches ensemble pour gagner du temps. « Good ? » Il attend le verdict. « Ça sera bon quand tu auras fermé ton entrejambe. » Il se regarde et remonte la fermeture de son pantalon en riant avant de leur dire au-revoir et de mettre son PC en veille. Il attrape son photobook qu’il a conservé et complété en début d’année avec un photographe professionnel au cas où ainsi qu’une liste de toute les choses qu’il a pu faire quand il était à Séoul dans la compagnie. Il attrape un porte-bonheur qu’il glisse dans une ses poches avant de prendre ses clés et de s’en aller, rejoignant sa décapotable.

Il arrive devant la compagnie, soupirant lourdement pour essayer de décompresser, il n’est pas du tout à l’aise, mais en avance. Ça fait toujours une bonne impression, il le sait. Il n’est pas une star, il ne peut pas se permettre d’avoir ne serait-ce qu’une minute de retard. Il sait qu’il va devoir faire preuve de rigueur et de sérieux. En se présentant à l’accueil, on le fait patienter le temps de vérifier qu’il a effectivement un rendez-vous. Lorsque le rendez-vous est confirmé, on lui indique un étage en lui expliquant exactement où aller. Il hoche la tête avant d’aller s’engouffrer dans un ascenseur. C’est étrange, tout est comme à Séoul et en même temps, complètement différent. Il arrive dans le bon couloir et ne met pas longtemps avant de trouver le bureau de la secrétaire. Se présentant à nouveau d’une façon absolument charmante, il finit par s’asseoir là où elle lui indique, nerveux comme tout. Le temps semble s’écouler lentement une fois ici, mais il sait qu’il n’en a plus pour longtemps. Une fois en face du producteur, il n’aura qu’à agir avec aisance et naturel, comme toujours et lui prouver qu’il peut être l’homme de la situation. Perdu dans ses pensées, il sursaute à moitié quand elle lui demande enfin de le suivre. Il se lève rapidement, tenant fermement son book sous son bras avant d’entrer dans le beau bureau. « Assied-toi... » Il le fait sans poser de questions, reprenant ses réflexes d’avant tout en observant l’homme. « Jack Daniels ? » Il secoue sa tête dans un petit sourire. « Non merci. Je préfère rester sobre pour conduire. » C’est plus prudent après tout. Il ne lui donne pas directement son book mais le pose sur la table, dirigé vers lui. C’est subtile, c’est mieux. Il ne sait pas vraiment quoi dire. A Séoul, le patron est un grand bavard infini qui ne les laissait pas en placer une. « Je ne sais pas si vous vous êtes renseigné… Ou si on m’a juste conseillé mais… j’ai beaucoup d’expérience en danse, chant, mannequina, animation… J’ai fait des plateaux télés, de la radio, des publicités… Etant trilingue, j’avais un champ d’actions assez large. » Il est nerveux, il a l’impression que ça se ressent mais il ne veut pas laisser passer sa chance. « J’apprends vite, je connais les contraintes du métier, je sais comme c’est dur. » Il observe l’homme face à lui, prêt à réagir immédiatement face à n’importe quelle demande.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian]   Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] EmptyDim 3 Aoû 2014 - 12:01

avatar
Invité
Invité

Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] Empty

Le jeune homme était à l'heure, s'était installé et avait refusé de l'alcool car il conduisait. Tout ceci s’additionner pour donner un score très favorable, pour le moment, chez Joseph. Il se servi un verre de bourbon et demanda finalement « Tu préfères de l'eau ? » Il avait aussi de l'eau minérale en carafe (certaines actrices et certains investisseurs étaient un petit peu précieux et n'appréciaient que le meilleur...) Le gamin se mit alors à énumérer son CV d'une manière un peu paniquée comme si il avait peur ou qu'il était nerveux. Joseph arriva à la table basse avec un verre d'eau et son bourbon et s'installa tranquillement en face de lui en souriant. Le producteur avait la réputation d'être désagréable mais ça, c'était surtout une fois le boulot commencé. Pour chopper des jeunes acteurs ou danseurs, il savait faire usage de son sourire et de son charme. Et puis, si ce gamin était aussi bon et aussi adaptable qu'il le disait, il n'aurait aucune problème avec la Great Major et avec McCloud en particulier. « Impressionnant et agréable à entendre. Tu serais étonné de savoir le nombre de personnes qui se ramènent ici pour un job et qui ont des demandes longues comme le bras. » Il but une gorgée de son bourbon « Je leur dit toujours qu'il n'y a que Madonna et Beyoncé qui peuvent éventuellement s'introduire comme ça dans une société comme la notre. »

Cherchait-il à l'intimider ? Peut être un peu. En fait, Joseph aimait partir sur de bonnes bases. Il ne voulait pas que le jeune se monte la tête sur sa gentillesse. Les faveurs, il fallait d'abord en faire pour Jo avant que celui-ci ne daigne en faire pour les autres. Dans un monde comme celui-ci il fallait savoir être intransigeant et ne pas trop se faire balader. Des collègues à lui, un peu trop sentimentaux, finissaient par faire des promesses qu'ils ne pouvaient pas tenir. Une des choses que Jo détestait totalement. Il se pencha un peu en avant, posant son verre sur la table. « J'ai un danseur qui a eu un accident. Il ne pourra pas faire les deux premières soirées, au moins. C'est un show qu'on va faire tourner dans des théâtres, on a une dizaine de dates pour le moment, entre 800 et 2000 spectateurs selon les salles. » Il fallait toujours prévoir large avec les maladies et les accidents. Les acteurs ou danseurs qui se surmènent et finissent par aggraver leurs blessures, ça aussi il avait vu. De superbes artistes qui avaient tué dans l’œuf leur célébrité en voulant aller trop vite. « La première est dans une semaine, il faudrait que tu commences à apprendre la chorégraphie aujourd'hui. Comme tu chantes, je pense que tu pourras couvrir pour ça aussi, tu n'as pas d'accent c'est vraiment bien ça. » Mieux valait être franc. Il avait compris qu'il n'était pas américain et il avait déjà entendu des désastre au théâtre ou au cinéma, avec des personnes prétendant d'être de certaines nationalités sans pouvoir aligner deux mots. « T'es dans le pays depuis combien de temps ? » Maintenant, Jo était curieux de savoir l'histoire derrière ce prénom et ce visage atypique...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian]   Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] EmptyMer 6 Aoû 2014 - 0:55

avatar
Invité
Invité

Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] Empty

« Tu préfères de l'eau ? » Il hoche la tête positivement, attrapant le verre qu’on lui tend. « Merci. » Il en boit une gorgée par politesse après que M. McCloud se soit installé avant de poser le verre sur un des supports protecteurs mis à sa disposition. Certes, il ne va rien salir avec de l’eau, mais c’est une moindre chose en réalité. Il se sent nerveux, c’était plus facile en Corée à vrai dire. Certes, il en a bavé pendant les trois années d’entraînements, mais une fois prêt, on les a proposé à un producteur tous les trois ensemble avant de signer leur contrait. C’est la première fois qu’il se retrouve complètement seul dans ce genre de situation et ça se ressent, il en a conscience. Déjà rien qu’à cause de son débit de paroles qui est assez rapide et impressionnant. Il veut être impressionnant en fait, mais il est loin de l’être. A part ressembler à un gosse tendu comme un string, il ne doit pas faire bonne figure. « Impressionnant et agréable à entendre. Tu serais étonné de savoir le nombre de personnes qui se ramènent ici pour un job et qui ont des demandes longues comme le bras. Je leur dit toujours qu'il n'y a que Madonna et Beyoncé qui peuvent éventuellement s'introduire comme ça dans une société comme la nôtre. » « Pour être honnête, j’ai été formé en étant obligé de vivre dans un dortoir avec le minimum syndical dedans et en le partageant avec mes deux amis de scène, ça forge le caractère. Les producteurs étaient clairs, nous n’avions rien à imposer et ce qu’on voulait, il fallait se l’acheter. » Parce que là-bas, être une star ne doit pas rimer avec l’envie de faire des caprices à tout va. Ils ne peuvent s’émanciper et rêver d’un mieux que s’ils travaillent dur. Moins ils dorment, plus ils en font, plus ils rapportent de l’argent, plus on les lâchera en indépendance. Il a parfaitement retenu ça et n’y a jamais dérogé. Sauf si on compte ce fameux soir qui ruina tout. Finalement, avoir connu les choses là-haut semble être un avantage. Du moins, il veut vraiment s’en persuader.

« J'ai un danseur qui a eu un accident. Il ne pourra pas faire les deux premières soirées, au moins. C'est un show qu'on va faire tourner dans des théâtres, on a une dizaine de dates pour le moment, entre 800 et 2000 spectateurs selon les salles. » Seulement pour deux soirées minimum ? Il essaye de garder pour lui sa moue de déception. C’est une bonne chose, une très bonne chose, il le sait, il doit s’en convaincre, c’est un début. Entre ça et le clip de Lewis, il arrivera peut-être s’en sortir et devenir autre chose. Retrouver sa gloire et rêver d’ailleurs, faire regretter son attitude au directeur. Il hoche la tête, indiquant par là qu’il a parfaitement compris les informations. Huit cent à deux mille spectateurs, pour lui, c’est une rigolade quand il se rappelle le peu de concert qu’ils ont pu faire mais qui réunissait tellement de personnes. Bien plus que ça en tout cas. « La première est dans une semaine, il faudrait que tu commences à apprendre la chorégraphie aujourd'hui. Comme tu chantes, je pense que tu pourras couvrir pour ça aussi, tu n'as pas d'accent c'est vraiment bien ça. » Une semaine. Outch. Ça fait un peu mal en y pensant, mais c’est un défi qu’il est sûr d’emporter, il a confiance en lui pour ça. « Une semaine, ça sera largement suffisant. » Il a envie de tiquer un peu quand il lui parle de son accent, mais il se ravise, ça ne sert à rien. « T'es dans le pays depuis combien de temps ? » Il se gratte doucement la tête avant de passer sa main dans ses cheveux et de le fixer. « Un an. Mais en réalité, je ne suis pas coréen. D’origine oui, mais pas de nationalité. » Il observe l’homme, se remettant un peu plus droit. « Je suis français, ça ne se voit pas vraiment, mais ma mère est une pure française, je suis métisse. Et j’ai appris l’anglais en France, puis en arrivant en Corée, ça m’a apporté un plus parce qu’une chaîne proposant des programmes en anglais m’a demandé dès que le groupe a été connu. Arirang TV. Ils recherchent toujours des jeunes chanteurs, acteurs sachant parler plusieurs langues. Je présentais une émission trilingue avec une autre chanteuse. Et ça m’a beaucoup entraîné pour mon accent. » Il le regarde, sûr de lui, son stress s’est envolé à force de parler. « Testez-moi autant que vous le voudrez, je sais que je suis fait pour être sur scène et je sais que je suis l’homme qu’il vous faut. J’apprendrais vite et efficacement. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian]   Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] EmptyMar 12 Aoû 2014 - 12:21

avatar
Invité
Invité

Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] Empty

Le jeune homme accepta le verre d'eau et but poliment une gorgée. Décidément ça changeait Joseph des filles et fils de qui auraient certainement exigé leur marque préférée de vin ou de champagne. De plus, ce garçon essayait de se vendre un peu à l'ancienne ce qui était agréable mais étrange. A l'époque où il faut déjà être quelqu'un pour aller se faire courtiser par des producteurs, il était rare que les personnes étalent leur CV et se vendent ainsi. Le plus souvent ils avaient derrière eu des expériences professionnelles que tout le monde avait pu voir dans des publicités et des films et les producteurs n'avaient plus qu'à faire leurs devoirs. Julian avait éventuellement le désavantage que son travail soit en Corée et Jo aurait éventuellement un peu de mal à trouver tout ça et surtout à l'évaluer. Les valeurs orientales étaient à des années lumières de ce qui était demandé ici. Pour preuve, quelques tentatives de recrutement et de production qui s'étaient effondrés à cause d'un public de niche peu nombreux qui n'avait pas réussi à repayer les dépenses de la Great Major. Un échec cuisant qui avait valu aux supérieurs de Joseph de tenir en grippe les pays asiatiques. Qu'à cela ne tienne, il tenait au moins quelqu'un qui semblait conscient des impératifs du marché. Joseph hocha la tête lorsqu'il raconta que les producteurs de là où il avait commencé à travailler aimaient bien l'ambiance spartiate des films de guerre. « Intéressant... Chez nous tu auras les repas du midi et du soir fournis par la production pendant les jours de répétition et de spectacle. » Rien de bien luxueux et surtout rien de très gras ou lourd. Étant donné qu'ils allaient tous devoir sauter et danser comme des rat d'opéras sous stéroïde, ils ne faillaient pas se traîner comme un éléphant de mer.

Le jeune homme lui expliqua ensuite son parcours qui était loin d'être classique dans les environs. A vrai dire, les il était assez rare de démarrer entant que star pour ensuite faire des émissions de télé. C'était souvent l'inverse en Amérique. Les stars peu connues enchaînaient aussi les films à petit budgets mais qui étaient sûr de ramener pas mal d'entrées : des films d'amour ou des films humoristiques. Une compagnie comme la Great Major en sortait bien une cinquantaine des comme ça, pour ensuite assurer un ou deux gros films plus développés et plus intéressants à tourner. Il fallait bien gagner de l'argent pour l'investir dans des projets risqués. Buvant une gorgée de son verre, il le reposa avant de répondre « He ben j'ai l'impression qu'on a une affaire en poche. Je me dois de te demander ça par contre. Est-ce que tu as d'autres projets en cours ? Je ne te cache pas qu'on a déjà eu des jeunes gens qui se présentaient à tout et n'importe quoi, qui se sont retrouvés dans nos films et spectacles et qui ensuite se sont fait connaître dans d'autres types d'industries... Notre image est en jeu et les journalistes adorent ce genre d'histoire... » Il se cala un peu mieux dans son siège « On produit des films tout public. Ce qui veut aussi dire des films et des spectacles pour enfants. Les ménagères aiment rarement voir la tête d'un acteur porno en poster dans la chambre de leur fille de huit ans, tu vois... » Il en avait aussi eu qui avaient juré sur toute leur famille que jamais ils n'avaient tourné dans le porno et pourtant... Ça leur avait valu quelques bons paquets de dollars pour rétablir leur réputation à coup de publicité. De toute manière, ses assistantes et assistants feraient une recherche de fond sur lui. Le contrat que Joseph proposait faisait bien une dizaine de page et comportait un alinéa spécifique disant que si un scandale éclatait pendant la production ou les représentations de l'artiste, il devrait payer une commission pour avoir entaché l'image de la Great Major. Ce genre de paragraphe faisaient souvent réfléchir les jeunes artistes sans le sous qui étaient prêt à tout.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian]   Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] EmptyMer 13 Aoû 2014 - 23:08

avatar
Invité
Invité

Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] Empty

« Intéressant... Chez nous tu auras les repas du midi et du soir fournis par la production pendant les jours de répétition et de spectacle. » « C’est déjà pas mal, même si ça serait peu pour certains. » Il croise ses bras. Il a connu les moments sans repas ou les répétitions jusqu’à trois heures du matin, pour se lever à six heures, alors franchement, il n’a pas peur de ça. Il est honnête et directe, il sait qu’il est fait pour évoluer dans le monde du spectacle et même s’il a été une star là-bas, il sait pertinemment qu’ici, il n’est rien ou presque rien à vrai dire et qu’il lui faut recommencer depuis le début. Mais ce n’est pas vraiment grave, il est bosseur, il y arrivera même s’il est le seul à y croire. « He ben j'ai l'impression qu'on a une affaire en poche. Je me dois de te demander ça par contre. Est-ce que tu as d'autres projets en cours ? Je ne te cache pas qu'on a déjà eu des jeunes gens qui se présentaient à tout et n'importe quoi, qui se sont retrouvés dans nos films et spectacles et qui ensuite se sont fait connaître dans d'autres types d'industries... Notre image est en jeu et les journalistes adorent ce genre d'histoire... On produit des films tout public. Ce qui veut aussi dire des films et des spectacles pour enfants. Les ménagères aiment rarement voir la tête d'un acteur porno en poster dans la chambre de leur fille de huit ans, tu vois... » Outch… fallait bien que ça arrive un jour à vrai dire, mais là, il se le prend comme une belle grande claque dans les dents à vrai dire. Il ne sait pas vraiment comment réagir et le pire, c’est qu’il comprend parfaitement le questionnement de Joseph et il veut bien être honnête… Mais si c’est pour que ça lui coûte sa place potentielle…

Nerveusement, il attrape son verre d’eau et en boit une grande moitié avant de s’attarder un peu sur la décoration du bureau tout en hochant la tête pour lui faire comprendre qu’il l’a bien entendu, mais il cherche ses mots, il doit l’avouer. Il torture ses lèvres à n’en plus finir avant de se redresser sans tenir en place, il se doute bien que son attitude doit paraître bizarre. « Je suis stripteaseur… » Il s’arrête en face du producteur avant de soupirer et se passe la main dans sa chevelure orangée. « En arrivant ici, j’ai eu des difficultés financières, j’ai trouvé un job avec de l’argent rapide et facile, je montre jamais mon visage et ce sont que des shows privés. » Il le regarde. « Je sais bien que c’est… pas à ça qu’on s’attend en me voyant, mais c’était vraiment quelque chose de provisoire… J’ai gagné de l’argent là-bas, mais… j’ai dû… en utiliser une grosse partie pour pouvoir me réinscrire à la fac et pour aider ma famille et du coup… J’ai pris un boulot rapide pour… rester l’homme que je suis. » Il passe sa langue sur l’intérieur de la joue en soupirant faiblement. « ça fait à peine… un mois et demi que je fais ça à vrai dire… c’est vraiment récent. » Il croise à nouveau ses bras avant de remettre ses mains dans ses poches, puis de les croiser encore. « J’arrête si vous me dites de le faire. Je comptais arrêter à la rentrée de toute manière. » Il se remet assis lentement, fixant le vide. A ce moment précis, il ne pense même pas à parler du métier d’escort-boy puisque pour lui c’est LOIN d’être grave comme il s’entête de le dire à Shaey. « Je… sinon je participe à un concours de danse. Je crois que votre production et en relation avec la chaîne…. » Il fouille dans son sac et lui donne le prospectus. « Et j’ai chorégraphié le clip d’un jeune chanteur. Lewis Graham, il a découvert mon passé en Corée et il m’a demandé si je pouvais le faire. J’ai hâte de voir ce que ça donnera sur le clip, pour le moment, on a bossé qu’en salle. » Il s’arrête et se tourne vers Joseph. « Ecoutez… Je sais que j’ai fait des erreurs de jugements, je suis loin d’être parfait comme être humain, mais comme artiste… Je sais que je peux devenir une sorte de perfection. Je ne suis pas prétentieux, je suis passionné. C’est ça qui coule dans mes veines. Juste ça et j’veux vraiment le prouver… »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian]   Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] EmptyLun 8 Sep 2014 - 18:43

avatar
Invité
Invité

Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] Empty

Le gamin parut momentanément gêné par sa question. En fait il avait l'air même carrément gêné. Il but de grandes gorgées d'eau comme pour se donner du courage. Joseph était assez habitué à ce genre d'histoire à vrai dire. Les jeunes qui courent après leurs rêves et qui sont capables de faire des bêtises pour y arriver ou simplement qui empruntent un chemin qui pourrait leur être carrément fatal pour une future célébrité juste pour un job alimentaire, il en voyait tous les jours. Malheureusement, il ne serait pas le premier a essayé de tenter cette chance, le public était trop capricieux et mal à l'aise avec les passés troubles (en fait, ils ne les aimaient que dans la fiction, jamais dans la réalité, c'était dommage). Jo allait mettre fin à l'entretient, assez convaincu à présent que ça n'irait probablement pas lorsque Julian reprit la parole et lui avoua être strip-teaseur. Bon, c'était largement moins pire que ce qu'il aurait pu imaginer. Il hocha la tête, écoutant son histoire et réfléchissait en même temps. Finalement, quand le jeune eu finit, il répondit : « Si on ne voit pas ton visage c'est bien, par contre, les gens peuvent te reconnaître à d'autres attributs... Hum... » Il réfléchit quelques secondes, buvant son verre d'alcool tranquillement avant de reprendre : « Ça ira. Mais il faudra que tu penses sérieusement à ton avenir si tu continues dans cette voie. Des gens du club où tu bosses qui vendraient l'info à un journal si tu deviens célèbre, un collègue de boulot qui veut te nuire, le patron de ta boite qui veut monter en popularité... Il y a des centaines de manières de se faire tirer dans les pâtes avec un passé comme ça. Seulement un de terminer l'histoire : arrêter sa carrière. J'aimerais bien te dire qu'il y a une chance de rédemption pour tout le monde peu importe ce qu'on fait dans le passé. La vérité est que ce n'est pas possible. »

Il était prêt à tenter le coup mais si ils prolongeaient leurs contrats avec lui, il faudrait qu'ils aient une sérieuse conversation avec leurs chargés de presse et les juristes de la boite. « Pour le concours ça marche, oui, on sponsorise. Du coup faudra peut être signé le contrat final plus tard histoire qu'on ai pas de problèmes avec les résultats. On ne voudrait pas être traités de tricheurs. Mais tu toucheras ton argent et tes repas de toute manière. » Il se leva et se dirigea vers son bureau où un petit dossier était posé. Il revint avec et le tendit à Julian. « Voilà les informations techniques. Essaye de potasser un peu dessus avant la première répétition qui est demain à dix-sept heures. Heu attends... » Il alla fouiller dans quelques papiers et revint avec quelques pages « Et là, les lignes de Martin sont ceux de celui qui a eu un accident. Tu verras demain avec le chorégraphe et le réalisateur à ce sujet. Des questions ? » Oui tout allait vite mais en même temps c'était un dépannage et la moitié du cast était sur les dents d'avoir perdu un danseur, il fallait remplir la fonction le plus vite possible.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian]   Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] EmptyJeu 25 Sep 2014 - 1:19

avatar
Invité
Invité

Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] Empty

« Si on ne voit pas ton visage c'est bien, par contre, les gens peuvent te reconnaître à d'autres attributs... Hum... Ça ira. Mais il faudra que tu penses sérieusement à ton avenir si tu continues dans cette voie. Des gens du club où tu bosses qui vendraient l'info à un journal si tu deviens célèbre, un collègue de boulot qui veut te nuire, le patron de ta boite qui veut monter en popularité... Il y a des centaines de manières de se faire tirer dans les pâtes avec un passé comme ça. Seulement un de terminer l'histoire : arrêter sa carrière. J'aimerais bien te dire qu'il y a une chance de rédemption pour tout le monde peu importe ce qu'on fait dans le passé. La vérité est que ce n'est pas possible. » Oh oui, tout ça, il le sait déjà malheureuse, ça l’a brisé une fois alors qu’au fond, il n’avait rien fait de mal. Mais on voulait le mettre au bûcher surtout parce qu’il était français et non sud-coréen. « Je vais le quitter… Et je ne fais jamais de strip complet… » C’est une maigre consolation, mais c’est déjà ça. Il ne s’est jamais entièrement dévoilé. Ses fesses, ses abdos, des choses comme ça, mais jamais son sexe. C’était au moins ça de pris. Il aimerait lui avouer pour le scandale en Corée, mais pourquoi faire ? De toute façon, à part la famille, les boss et les gars, personne ne savait, personne ne sait rien. Il n’a pas de crainte à avoir pour ça. Il se dit que les gens ne doivent pas se souvenir réellement de lui et là-bas, personne ne suit sa carrière actuelle. Ses fans l’ont oublié rapidement. Il le sait parfaitement. « Pour le concours ça marche, oui, on sponsorise. Du coup faudra peut être signé le contrat final plus tard histoire qu'on ait pas de problèmes avec les résultats. On ne voudrait pas être traités de tricheurs. Mais tu toucheras ton argent et tes repas de toute manière. » Il hoche doucement sa tête. « Je comprends. » Il l’observe se lever et le suit du regard. Il se demande s’il doit faire de même ou simplement attendre, puis le producteur revient vers lui avec un dossier qu’il attrape rapidement. Il l’ouvre et regarde les pages à l’intérieur. « Voilà les informations techniques. Essaye de potasser un peu dessus avant la première répétition qui est demain à dix-sept heures. Heu attends... » « Pas de souci. » Vingt-quatre heures environ pour potasser, c’est suffisant pour lui. Il a déjà dû apprendre des choses en quelques heures à peine pour des lives. Alors ça, ce n’est vraiment pas quelque chose qui lui fait peur, au contraire. Il redresse la tête quand il lui revient à nouveau vers lui avec quelques pages qu’il agrippe avant de les regarder puis de les ranger dans le dossier. « Et là, les lignes de Martin sont ceux de celui qui a eu un accident. Tu verras demain avec le chorégraphe et le réalisateur à ce sujet. Des questions ? » « Non. » Il se redresse dans un beau sourire avant de le saluer poliment. « Je ne vous décevrai pas et j’ai hâte de me mettre au travail ! » Vraiment. Il en crève d’envie même si c’est dans le rush, même si ce n’est pas totalement ce qu’il avait espéré, c’est une réelle opportunité pour lui. « Merci de me faire confiance. » Il serre la main du producteur dans un sourire franc avant de regarder le dossier puis de s’en aller en ne voulant pas déborder sur le temps précieux de l’homme d’affaire. C’est à lui de faire ses preuves maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian]   Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] Empty

Contenu sponsorisé

Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Time is money. Let's spend a lot of it ! [PV Julian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Empty Storytime [PV Gak' & Eva] [Hentaï Page 2&3]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser