Partagez
 

 just the way you are (grace)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyVen 15 Aoû 2014 - 1:07

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 27
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

just the way you are (grace) Empty

Comme je m'y attendais, Snow m'a été d'une aide précieuse sur ce coup-là. Sa meilleure amie Alice est venue avec Grace et a donc su le renseigner sur sa tente sans que cela fasse trop de foin, heureusement pour moi. En possession du numéro de placement de la brunette, je décide enfin de me rendre jusqu'aux allées de camping. Il ne fait pas encore nuit mais cela ne devrait pas tarder, ne me reste qu'à espérer qu'elle ne sera pas sortie ou bien qu'elle n'aura pas eu le culot d'inviter encore un pote dans sa tente pour faire des cabrioles. Entre son meilleur ami, John, Lysander, je commence sérieusement à me demander si d'elle ou moi, je ne suis pas celui qui s'investit le plus dans cette pseudo relation destructrice. Et si vous voulez savoir, ça n'a jamais été mon passe temps favori de faire des plans sur la comète avec une fille. Alors, pour une fois que ça arrive... J'aimerais au moins pouvoir agir en pleine possession de ma confiance et de mon assurance. Je croise sur le chemin quelques campeurs plus ou moins égayés avant de tourner sur ma droite, dans l'allée de Grace, à bien y lire les indications. Quelques pas ralentis encore et enfin je me retrouve face à la tente recherchée. Ce qui sert de porte est à moitié ouvert - tout du moins la fermeture éclair l'est - et c'est pourquoi je me rapproche, murmurant bientôt un « Grace ? » totalement neutre.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptySam 16 Aoû 2014 - 14:55

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

just the way you are (grace) Empty

Allongée dans ma tente, j’ai entre mes doigts une mèche de mes cheveux. Blonds. J’ai des souvenirs vaporeux d’hier soir, ou de ce matin, j’avoue que je ne sais plus vraiment quand c’est achevé notre soirée. Je sais juste que lorsqu’Alice et moi on passe des soirées accompagnée d’alcool on finit vraiment par faire des choses qui n’ont pas franchement de sens parfois. Cette nuit, ce sont mes cheveux qui ont trinqué. Je ferme les yeux quand je m’entends encore prononcer. « Faut qu’on aille à la supérette ! » Elle m’avait regardé comme une folle furieuse que j’étais sur l’instant, mais au moins je n’arrêtais pas de rire, c’est le plus important. Saoule à cause de l’alcool qui se trouvait dans mon habitacle, on s’est donc retrouvé à la supérette, à la recherche de ce que j’avais en tête. Je me souviens encore des idioties qu’elle me sortait, mais j’étais vraiment décidée. J’ai acheté la couleur en aguichant le mec qui se tenait à la caisse. « Vous croyez que ça va bien m’aller ? » De toute façon, qu’est-ce que ça pouvait bien lui faire que ça m’aille ou pas. J’allais faire ma bêtise, et j’allais la faire quoi qu’on me dise, croyez-moi, une Grace saoule est une Grace qu’il ne faut pas contrarier. Je me souviens avoir passer mes doigts dans ma chevelure ébène, à l’époque, et d’avoir glissé ma langue entre mes lèvres, ce qui avait fait ricaner Alice à mes côtés. On est revenue à notre point de départ, et je l’ai supplié. « Alice fait le ! » Je crois vraiment que c’est cette nuit que j’ai craqué. « Je te dis qu’il faut que je sois blonde, c’est vital ! » Ou débile. « Il veut une blonde, douce, et féminine, alors je peux en être une des trois ? » Je sais plus si elle a ri, ou soupiré, mais on a bu un autre verre et elle m’a fichu la couleur sur les cheveux. Je me mets à rire en repensant à notre euphorie quand on a vu le résultat, et la façon dont on a dansé pour fêter ça. En lâchant ma mèche de cheveux, je me dis qu’après tout, ça peut toujours se réparer. Sauf que … « Grace ? » Cette voix-là, même avec la gueule de bois, je la reconnaitrais entre toutes. Andreas. Je suis cuite. Et j’envisage même de faire comme si j’étais pas là. Etrangement, je me félicite d’être passé aux sanitaires avant de venir reposer ma tête ici. En soupirant pour me donner du courage, ma main attrape la toile de la tente pour l’ouvrir en entier. « Et bien t’as fini par trouver. » Et là, je m’attends à son fou rire, à son arrogance, à une moquerie, ou plusieurs à la vérité. C’est bon, je suis prête, que les festivités commencent.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptySam 16 Aoû 2014 - 15:17

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 27
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

just the way you are (grace) Empty

A l'instant même où j'appelle son prénom, un éclair de conscience m'attaque. Pourquoi je suis venu ? Pourquoi encore une fois c'est moi qui viens à elle ? Je m'accroche à ce qu'on a tous les deux comme un singe pourrait s'accrocher à sa branche. Qu'est-ce que ça pourrait me faire, à moi, de lâcher cette branche ? Abandonner d'un jour à l'autre cette relation avec Grace, tenter de me dire que c'est con, qu'elle me mène vers quelque chose que je n'ai jamais voulu. J'aimerais que ce soit si simple, c'est vrai, mais la vérité c'est que j'aime encore plus vivre tout ce que je vis. Penser à elle et aller la retrouver. Tout ça, c'est tellement simple, et complexe à la fois que ça me foutrait presque le tournis. Heureusement pour moi, la toile de la tente s'étire juste avant que je ne regrette quoi que ce soit, et quand je tombe nez à nez avec Grace, un autre sentiment m'envahit. « Et bien t’as fini par trouver. » Ou plutôt, une émotion, je ne saurais dire. Quelque chose qui se rapproche fortement du... choc. Croyez-moi ou non, mais elle est blonde. Blonde comme les blés, putain, c'est un rêve ? Ou un cauchemar ? Elle serait allée se teinter les cheveux pour venir me traumatiser jusque dans mes songes, vous pensez ? Après le choc et le silence face à elle, je me mets à rire, un rire totalement incontrôlable, qui ne dure pourtant qu'un très très court moment. Bien vite j'amène ma main vers ma bouche, sans la quitter du regard, sans même avoir bougé d'où je suis, c'est-à-dire devant sa tente, comme un con. « Attends. » Parce que je veux m'assurer que je ne rêve pas, je ferme mes yeux et me pince fortement au niveau de mon bras, avant de rouvrir mes paupières et... eh bien rien n'a changé. Je finis par calmer mes sarcasmes, esquissant un léger sourire. « C'est bizarre, moi qui croyais que tu n'aimais pas tant que ça les blondes. » Évidemment, je la suspecte d'avoir fait ça pour une certaine raison. Peut-être que c'est ma clairvoyance, ou juste un sentiment égocentrique. « Tu me laisses entrer, blondie ? »



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyDim 17 Aoû 2014 - 17:47

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

just the way you are (grace) Empty

Je ne peux pas m’empêcher de sourire, non parce que même si je suis complétement gênée je me rends compte du ridicule de la situation. J’envisage de cacher mes cheveux à l’aide de mes mains, mais je suis plutôt lucide, cela ne servirait strictement à rien, après ce n’est une chose que je peux camoufler, je suis blonde, nouvellement blonde alors autant l’assumer. Puis dans mes souvenirs alcoolisés de cette nuit, il me semble que ça rend plutôt bien, alors tant mieux, ou tant pis, je ne sais pas. Mais devant le choc que je peux lire sur son visage, je vois que ça fait son effet. Bon sang, s’il vous plait, qu’il ne me demande pas pourquoi j’ai fait ça, non parce que je ne saurai pas quoi lui répondre hein. Son rire m’angoisse un peu, je savais bien qu’il allait le faire, alors je me contente de soupirer en le regardant de façon suffisante avant qu’il n’amène une main à sa bouche et qu’il s’arrête. « Attends. » De toute façon, je ne comptais pas bouger, alors je le regarde faire, fermer les paupières, pincer son bras, et j’ai une folle envie de lui préciser que non il ne rêve pas, je suis bien blonde. Idiot. Je lève les yeux au ciel après avoir croisé à nouveau les siens, putain. « C'est bizarre, moi qui croyais que tu n'aimais pas tant que ça les blondes. » Chut, chut, tais-toi, laisse-moi mourir de honte avant de te moquer encore plus de moi. Puis je n’ai jamais dit ça, juste que, je n’aime pas les tiennes, de blondes. Il y a une nuance, j’en suis totalement convaincu. « Tu me laisses entrer, blondie ? » Je souris de plus belle avant de lui répondre par la positive. « Fais comme chez toi. » Et puis lorsqu’il s’approche afin d’entrer, je me rallonge directement en passant mes mains sur mon visage. Une fois ça fait, je rouvre les paupières afin de trouver ses prunelles. « Allez vas-y. » Je lui dis en riant à moitié. « Fais toutes les blagues possibles sur les blondes maintenant, comme ça ce sera fait. » Mais à la vérité, ce que j’avais envie de lui demander, c’était si je lui plaisais comme ça. Je suis bonne pour aller me pendre, je crois.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyLun 18 Aoû 2014 - 15:03

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 27
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

just the way you are (grace) Empty

Après avoir compris que ce n'était pas un rêve, que Grace a bel et bien décidé de se teindre les cheveux en blond, je me force pour cesser mes moqueries et entre finalement dans la tente de mademoiselle. « Fais comme chez toi. » Pas de souci, ça ne va pas être dur, c'est pas comme si c'était la demeure d'Elizabeth II non plus. Non ici j'suis sûr qu'en cherchant bien, je pourrais vite tomber sur une ou deux culottes et d'autres choses tout aussi charmantes. La reine d'Angleterre en serait choquée. Bref je me trouve une place face à elle et m'assieds en tailleur, observant vite fait l'intérieur de sa tente. Quand je repose mon regard sur elle et surtout sur ses cheveux, je sens son embarras « Allez vas-y. Fais tout les blagues possibles sur les blondes maintenant, comme ça ce sera fait. » Et je n'y avais même pas pensé ! Je la bénis sur ce coup et me mets à chercher dans ma mémoire une blague. Quand j'en ai trouvé une, je lève le doigt.« Alors c'est l'histoire de deux amies blondes qui passent leur permis de conduire. Lorsque la première termine, sa copine lui demande : alors, tu l'as eu ou pas ? Sa copine est en pleurs et lui répond : non, je ne l'ai pas eu à cause d'un rond point. J'ai vu le panneau qui indiquait 30 et j'ai fait trente fois le tour du rond point pourtant ! Sa copine blonde, ébahie, lui demande : mais c'est à quel tour que tu t'es trompée ? » Et je me mets à rire en imaginant ces deux cruches blondes. « Au moins toi tu as déjà ton permis. » C'est amusé que je lui tire ma langue, avant de retrouver une nouvelle fois mon sérieux. Le silence remplit l'espace pendant quelques secondes où je préfère regarder mes doigts en train de jouer avec une babiole à Grace, la première que j'ai trouvée à savoir un élastique pour cheveux. D'ailleurs, ses cheveux... Mes yeux remontent sur elle, lui démontrant sûrement l'intérêt que j'ai pour elle. « Ça te va plutôt bien » Cette couleur, même si... Elle reste pour moi la brune rebelle que j'ai rencontrée il y a bientôt un an, et non pas une blonde, l'une de celles que je pourrais en théorie préférer. « Qu'est-ce qui t'est passé par la tête pour avoir envie de virer au blond ? »



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyLun 18 Aoû 2014 - 17:08

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

just the way you are (grace) Empty

Toujours allongée sur le dos, je le regarde un sourire aux lèvres, patientant qu’il s’exprime et qu’il m’en sorte une bonne pour qu’on puisse directement oublier ma coloration. Il se met à réfléchir, et je souris de plus belle face à son expression que j’affectionne beaucoup trop. Puis la blague tombe et quand il se met à rire à la suite de cette dernière, moi, je me mets à soupirer. Je me dis qu’il aurait pu faire pire, alors je ne vais pas me plaindre, n’est-ce pas ? « Au moins toi tu as déjà ton permis. » Je grimace lorsqu’il me tire la langue et je passe une nouvelle fois une main sur mon visage, je me déteste bordel. Lui aussi, c’est vrai, mais aujourd’hui, c’est surtout moi que je hais. Quand je pense à cette nuit, j’essaie de me rappeler si Alice a tenté de me convaincre de ne pas le faire, en tous les cas, le fait est qu’elle n’a pas réussi et qu’elle aurait dû me convaincre plus fort. Bon d’accord, je suis de mauvaise foi, c’est juste de ma faute tout ça. J’observe ses doigts tortiller une de mes élastiques et je souris un peu, je me demande à la réflexion lequel est le plus gêné de nous deux. Ses yeux se posent finalement sur moi, et j’avoue que je retiens mon souffle, je ne saurai dire pourquoi. « Ca te va plutôt bien » Et là je suis soulagée, comme une idiote en devenir ou que je suis bien déjà. Enfoncée jusqu’au cou dans les sentiments que j’ai pour lui. Ceux que je m’évertue à nier, évidemment. « Merci. » Je lui murmure en tentant de savoir s’il le pense vraiment ou s’il le dit rien pour me faire plaisir, j’aurai horreur de ça. Oui, je suis susceptible, comme toutes les filles. Enfin, plus que toutes les filles. « Qu'est-ce qui t'est passé par la tête pour avoir envie de virer au blond ? » Ma première réaction est des plus stupides, je le sais, parce que je me contente d’abord de lui lancer un regard noir. Je peux toujours courir pour me contenter de lui dire « Oh tu sais, j’ai toujours rêvé d’être blonde, non sérieux, le brun c’est épuisant. » mais même ça, ça aurait été n’importe quoi, depuis quand je fais attention aux couleurs de cheveux moi ? Ah oui, je sais, il me suffit d’un nouveau regard vers lui pour savoir une nouvelle fois. Depuis qu’il m’a dit qu’il aimait ça, les blondes. « Euh … Beaucoup d’alcool ? » Je préfère encore passer pour une alcoolique que de passer pour une fille amoureuse – ce que je ne suis pas, on arrête avec ça – enfin tout ça pour dire que c’était une connerie comme on en fait pas souvent. « Crois pas que c’est pour toi hein. » Je lui dis en levant mon index vers le ciel, avant de laisser ma main retomber sur ma poitrine, je suis loin d’être crédible, mais il fallait quand même que je tente de le préciser, j’ai ma fierté, même si pour le coup, elle est bien endommagée.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyLun 18 Aoû 2014 - 18:07

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 27
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

just the way you are (grace) Empty

Je suspecte donc, sans trop de difficulté, que si Grace a décidé de se teindre les cheveux en blond, ce n'est pas juste pour le fun. Que je serais même dans l'histoire, ou plutôt dans ses arguments. Peut-être même l'unique raison ? Ça me plait d'y croire, c'est vrai. Je l'ai tellement saoulée avec mes blondes ces derniers temps que ça lui est peut-être monté au cerveau, qui sait. Et puis, depuis l'autre jour, j'ai eu la preuve qu'elle était jalouse. Je ne remercierai jamais assez Marion pour ça, d'ailleurs. Cette fille est trop bien tombée et, pas de chance pour les cheveux de Grace, il a fallu qu'elle soit blonde celle-là aussi. « Euh … Beaucoup d’alcool ? » Ca lui plait de passer pour une alcoolique ? Haussant les sourcils en guise d'acquiescement bref, je lui fais comprendre que je n'y crois pas du tout. « Crois pas que c’est pour toi hein. » Sa réaction me fait sourire. Non, voyons, je n'oserais jamais croire ça. « C'est sûr que ce serait absurde de se colorer les cheveux pour un mec. » Je soutiens son regard un moment, me fichant bien d'être déstabilisant, avant de le lâcher, victime de ce que je me sens ressentir pour elle. « Et puis ce n'est pas comme si je ne t'aimais pas avec tes cheveux noirs. » Seigneur ce que ça fatigue de faire des compliments, surtout à elle, je vous le dis. Du coup, j'essaye de passer rapidement à autre chose, cherchant du regard une nouvelle chose qui pourrait occuper mes mains. J'abandonne l'élastique et jette un vague coup d'œil dans son sac... Enfin non, c'est carrément impoli de faire ça, merde. Bon...  « Bon, tant que tu ne te les teins pas en rose à ta prochaine cuite... J'ai rencontré une nana y a pas longtemps qui se colore les cheveux d'une nouvelle couleur genre... toutes les semaines, un arc-en-ciel humain la meuf. » Shyann est vraiment une fille à part, et ça me plait d'en faire part à Grace. J'aurais peur de ne parler que d'elle sinon et moi j'ai une vie sociale, vous croyez quoi. « Enfin bon. Sympa cette tente. On est un peu à l'étroit, mais c'est sympa. »



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyLun 18 Aoû 2014 - 18:30

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

just the way you are (grace) Empty

C’est pour lui. C’est complétement pour lui que je l’ai fait. Enfin, pas pour, mais à cause de lui, c’est plus correct. Putain, je suis fichue, fini, cramée. Je suis en colère et quand je le regarde à nouveau, je me rends bien vite que la colère passe. Et moi je trépasse. « C'est sûr que ce serait absurde de se colorer les cheveux pour un mec. » Et son regard toujours sur moi, je fonds un peu beaucoup, je crois. J’en avale difficilement, et je perds mon souffle en plus de ça. Combien de fois je devrai dire que je n’aime pas l’impact qu’il a sur moi. « Et puis ce n'est pas comme si je ne t'aimais pas avec tes cheveux noirs. » Je vais paraitre pour une folle si je dis que j’ai retenu ma respiration lorsqu’il a utilisé le mot aimer ? Bon dieu, je commence croire réellement que j’ai besoin d’être frappée. Une bonne paire de baffe pour me faire revenir à la normale. Allez Grace, faut se réveiller, dans ton monde ce n’est pas comme ça que c’est censé fonctionner. « Bon, tant que tu ne te les teins pas en rose à ta prochaine cuite... J'ai rencontré une nana y a pas longtemps qui se colore les cheveux d'une nouvelle couleur genre... toutes les semaines, un arc-en-ciel humain la meuf. » Et là je lève les yeux au ciel, avant de trouver ses prunelles à nouveau. « T’as fini de me parler de toutes les filles que tu rencontres ? » Railleuse, et dégoutée, je soupire une nouvelle fois pour changer. Puis qu’il en croit ce qu’il désire, après tout, on a déjà défini que j’étais jalouse de celles qui s’approchent de lui, donc un peu plus, un peu moins, on s’en fiche à présent. « Si tu veux qu’on soit amis, faut que t’arrêtes de me parler du temps que tu passes à baiser. » Oui, j’en viens à être vulgaire, on ne me changera pas. C’est un côté de moi qui ne vient pas de la couleur de cheveux alors tant pis pour lui. « Enfin bon. Sympa cette tente. On est un peu à l'étroit, mais c'est sympa. » Je me mets à rire en le regardant. Je le devine gêné, complétement mal à l’aise et totalement adorable. « Quoi monsieur n’aime pas le camping ? » Je m’amuse quelques secondes, encore, avec mes cheveux, je me dis que si je n’arrête pas de les regarder ils vont peut-être revenir à la normale, qui sait. « Au moins, les soirées et les nuits sont animés. » Je le taquine, juste un peu, pour tenter de me sortir de la honte dans laquelle je suis totalement enfermée.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyLun 18 Aoû 2014 - 19:03

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 27
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

just the way you are (grace) Empty

« T’as fini de me parler de toutes les filles que tu rencontres ? » Bah quoi ? Je ne vois pas le problème, elle et moi si on veut avancer sur de bonnes bases, alors on devrait pouvoir tout se dire. En tout cas moi je vois la chose comme ça. Si je ne peux même plus lui parler des filles que je rencontre, où va le monde ? Je râle à moitié dans ma barbe naissante et m'apprête à répliquer, sauf qu'elle prend la parole avec moi. « Si tu veux qu’on soit amis, faut que t’arrêtes de me parler du temps que tu passes à baiser. » Aussitôt je lève les mains en signe d'innocence. « Hé, objection votre honneur, je n'ai pas dit ça. » Esquissant un petit sourire malicieux, je reprends. « Arrête de croire que je couche avec toutes les filles que je vois, tu t'fais du mal pour rien. » J'aurais simplement pu lui dire qu'elle était la seule fille depuis un moment. Qu'en réalité, il n'y a que mon histoire avec Samuel qui fausse tout ça. Mais non, ça, je le lui révélerais seulement dans un cauchemar, et encore. Je perdrais trop de dignité en à peine quelques mots. Quand je change de sujet, évoquant sa tente, je regrette presque aussitôt mes propos. « Quoi monsieur n’aime pas le camping ? » En partie. Disons que ce ne sont pas mes vacances préférées, celles en camping. Et puis il y a aussi le fait que je l'imagine à poil avec son meilleur ami, ça n'arrange rien. « Au moins, les soirées et les nuits sont animés. » Ben tiens, elle me le rappelle déjà. Quel abruti, sur ce coup. Du coup je soupire. « C'est ce que j'ai cru comprendre... » Que je murmure en plantant mes yeux dans les siens, avant de sortir une carte de mon jeu, plus ou moins bien réfléchie. « D'ailleurs, c'est quand qu'on met de l'animation là ? » Sur ces mots, je me redresse un peu et décide de retirer mon t-shirt pour le jeter sur elle, son visage plutôt. « Fais-moi apprécier le camping. » Fais-moi oublier que tu t'es tapé quelqu'un d'autre, ici même, il y a quelques jours à peine.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyMer 3 Sep 2014 - 14:12

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

just the way you are (grace) Empty

Quand je lui dis d’arrêter de me parler de ses copines directement il lève les mains en l’air, innocent. Et moi je souris, charmée, ou un peu plus, c’est vrai. « Hé, objection votre honneur, je n'ai pas dit ça. » Ce n’est pas faux, mais je voulais le préciser. « Arrête de croire que je couche avec toutes les filles que je vois, tu t'fais du mal pour rien. » Et là je soupire, parce que c’est une attaque déguisée, parce que c’est vrai, ça me fait du mal de l’imaginer, dieu que je le hais pour ça. Pour perturber mon intérieur de cette façon-là. Ce n’est pas normal tout cette histoire, je le sais, ça ne me ressemble pas.
Finalement à sa phrase sur le camping je choisi de répondre en étant un peu désagréable. Pour lui prouver que si j’ai mal à l’imaginer avec d’autres, je ne suis surement pas la seule. Alors c’est à son tour de soupirer et je me demande l’espace de quelques secondes si un jour lui et moi on va arrêter ce jeu-là. « C'est ce que j'ai cru comprendre... » Son regard me brûle un peu, je le soutiens en ayant pourtant une folle envie de regarder ailleurs. « D'ailleurs, c'est quand qu'on met de l'animation là ? » Automatiquement, je fronce les sourcils sans comprendre de quoi il veut parler. Alors il retire son t-shirt pour me le jeter dessus, et un rire remonte dans ma gorge que je retiens. C’est n’importe quoi, putain. « Fais-moi apprécier le camping. » Je hausse les épaules et les sourcils d’ailleurs, de surprise, le trouvant vachement con pour croire que je vais me ruer sur lui parce que monsieur s’est à moitié dessapé. Faisant mine de réfléchir, je me permets de l’observer, de haut en bas, appréciant la beauté de ce corps qui a été quelques fois à moi. Je me pince les lèvres, pour ne pas me laisser aller à lui dire que c’est vrai, nos unions me manquent, nos moments intimes, putain vaut mieux que j’arrête d’y penser. « Ah parce que tu crois que ça marche comme ça ? » Je secoue le visage de gauche à droite, en riant à moitié. Hors de question qu’on le fasse ici, lui et moi, mais je ne le penserai que dix secondes, pas plus, de peur de me contredire une nouvelle fois et de me retrouver nue dans ses bras. « On peut faire un feu et griller des chamallow si tu veux ! » Je lui dis avec un grand sourire toute fière de moi. Et j’attends sa réaction parce que clairement, je me moque de lui et il est vrai que j’adore ça.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyMer 3 Sep 2014 - 20:38

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 27
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

just the way you are (grace) Empty

C'est évident que je pourrais le faire, là, avec elle. Si l'on oublie le fait qu'elle a couché avec son meilleur ami ici-même il y a quelques jours, tous les facteurs sont réunis pour que j'aie envie de me laisser aller. Le contexte, le moment, l'endroit, l'envie, le manque... d'elle. Tout ça. Je lui demande de me faire apprécier le camping avec une once de provocation, m'interrogeant vraiment sur la réaction qu'elle va avoir. Et ça ne loupe pas, comme je m'y attendais Grace se la joue offusquée. Enfin à sa manière, vous voyez, non sans me reluquer de haut en bas. Je sais très bien ce qu'elle pense, depuis le temps j'ai appris à reconnaître ses regards. « Ah parce que tu crois que ça marche comme ça ? » Son visage m'indique que non quand moi je me demande, pourquoi pas ? Si ça ne marche pas comme ça, ça marche comment ? Je dois la prévenir un jour avant, quand je veux coucher avec elle ? Une semaine avant ? Ou y a-t-il une autre explication qui m'échappe ? Ouais, ça doit être ça, forcément. Encore une fois, mademoiselle complique tout avec de mystérieux états d'âme. « On peut faire un feu et griller des chamallow si tu veux ! » Sa petite fierté m'agace autant qu'elle m'amuse, d'ailleurs je ne me retiens pas de rire ouvertement à cette remarque en secouant un peu la tête, avant d'aller rechercher son regard. « Très drôle » Non vraiment, ça aurait peut-être fait son effet face à des juges mais ce n'est que moi, malheureusement. « Ne le prends pas mal mais je crois que mon idée est un peu plus sensas' » Un peu pour dire beaucoup. Que voulez-vous, une fois que l'idée a germé dans ma tête, je ne peux plus vraiment faire machine arrière. Et quelle que soit son opinion là-dessus, je décide finalement d'approcher mon visage du sien en me penchant un peu vers elle, comme si je partais à la recherche d'une réponse dans ses yeux. Tiens, son odeur. Même blonds, il faut croire que ses cheveux ont toujours ce même parfum, à moins que cela ne vienne d'ailleurs, qu'est-ce que j'en sais... Quand mon visage n'est plus qu'à quelques centimètres du sien, je fronce légèrement les sourcils, avec sérieux. « Au pire... on a qu'à jouer aux cartes. Toute façon je n'ai pas envie de coucher avec toi, les blondes je commence à m'en lasser. » Sur ces derniers mots, j'esquisse un sourire aussi mince que malin et abaisse furtivement mon regard sur ses lèvres avant, en fin de compte, d'aller rechercher dans son sac un jeu de cartes. Je suis complètement sans gêne et je l'assume.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyDim 14 Sep 2014 - 11:39

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

just the way you are (grace) Empty

Il se met à rire franchement, et moi je souris en me permettant de le regarder un peu plus, son torse, ses mains, sa bouche, ses yeux, putain. « Très drôle » Dans ma tête ça l’était, je jure que c’est vrai. « Ne le prends pas mal mais je crois que mon idée est un peu plus sensas' » Et je crois que je suis plutôt de son avis, mais ça lui ferait trop plaisir que je le dise, alors je me retiens, en souriant encore plus jusqu’au moment où il s’approche de moi. Là je retiens mon souffle tandis que, je le sais, je me perds complétement dans ses prunelles bleutées. J’ai horreur de cet effet qu’il a sur moi, autant que je l’adore, c’est vrai. Il me prend une furieuse envie de l’embrasser, de laisser mes mains glisser sur lui, de céder au désir que j’ai de l’avoir contre moi, pour moi, avec moi et non avec une autre qui ne ressentira pas tout ce que je ressens à son égard. Je divague en pensée, et je le remercie de froncer les sourcils assez rapidement pour m’intriguer et me faire sortir de tout ce dégueulis de sentiments que je ne contrôle pas. « Au pire... on a qu'à jouer aux cartes. Toute façon je n'ai pas envie de coucher avec toi, les blondes je commence à m'en lasser. » C’est un regard assassin que je lui lance lorsqu’il s’éloigne afin de fouiller littéralement dans mon sac. Ce mec, je le promets, un jour, il me tuera. Et mon sentiment de ridicule s’accroit sans arrêt, je tente du mieux que je le peu de rester fière, de ne pas me déprimer seule sur ma couleur de cheveux. Parce que d’accord, elle n’est pas venue toute seule cette envie de changer de cheveux. Il m’a tellement tanné avec son amour pour les blondes que ça a fini par faire son chemin dans mon esprit alcoolisé. Je le hais, bon dieu, je le hais. « Ça tombe bien, personnellement, j’me lasse de coucher avec toi. » Et celle-là, tu l’as vu venir ou pas ? Avec un air angélique sur mon visage, je redresse finalement afin de m’assoir en tailleur tandis qu’il cherche le jeu de carte. « Tu sais que c’est impoli hein ? De fouiller dans les affaires d’une fille ? » Surtout que dans mon sac se trouve un bordel très organisé. Des livres, des crayons, des dessins, peut-être certains qui lui ressemblent, du maquillage, des vêtements, enfin le sac d’une fille quoi, c’est une part de moi et ça m’agace qu’il se l’approprie comme ça. « Hors de question qu’on joue au strip-poker. » Je prends les devants. « A moins que t’ai envie de perdre. » Je le provoque pour m’en sortir personnellement. Le fait est, qu’au poker, je ne sais pas y jouer. Je me sens déjà grillée.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyDim 14 Sep 2014 - 15:38

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 27
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

just the way you are (grace) Empty

C'était faux, évidemment. Je ne me lasse pas le moins du monde des blondes, ni des brunes, ni des rousses. Enfin j'veux dire, ce ne sont que des couleurs de cheveux. La réaction de Grace m'amuse du coup parce qu'elle a été touchée dans son for intérieur, je le vois bien. Ça devrait lui faire plaisir pourtant, vu qu'elle est brune d'origine. Quelle idée elle a eu, n'empêche, j'en reviens toujours pas. Bref, je ne vais pas rester bloqué là-dessus indéfiniment, on a une soirée à passer tout de même, et contrairement à ce que vous imaginez peut-être, j'espère qu'elle va bien se passer. Calmement, gentiment. Si cela est possible... On peut toujours rêver. « Ça tombe bien, personnellement, j’me lasse de coucher avec toi. » D'accord... Ça c'est dit, j'imagine que c'était mérité. Touché à mon tour, je lui lance un regard d'abord mécontent avant de reprendre en assurance. Enfin, j'essaye quoi. « J'irai voir ailleurs alors. » Et je hausse les épaules, me re-concentrant sur les affaires que je trouve dans son sac. « Tu sais que c’est impoli hein ? De fouiller dans les affaires d’une fille ? » « Et tu vois pas que je m'en fiche ? » Ouais bon j'avoue, sa dernière remarque m'est resté en travers de la gorge, d'où l'intonation légèrement sèche. Mais ce n'est pas bien méchant, mon attention est toute dirigée par ma recherche du jeu de cartes. Elle doit bien en avoir un quelque part, bon sang, c'est impossible de venir camper sans amener avec soi un jeu de cartes, en tout cas je suppose, c'est pas comme s'il y avait la télé de comprise dans la tente... « Hors de question qu’on joue au strip-poker. » Ah ça, c'est elle qui y pense. Je me surprends à avoir été totalement innocent sur ce coup. T'es sur la bonne voie Andreas, faut continuer d'y croire. « A moins que t’ai envie de perdre. » Un sourire se loge sur mes lèvres quand mon regard va à la recherche du sien. « Au pire je finis nu. Tu n'as pas envie de coucher avec moi, je ne risque donc rien. Enfin j'dis ça mais si j'étais toi je ne parierais pas trop vite sur ma défaite... Chez les Klein on est des maîtres dans les jeux de cartes. » Je lui lance un regard complice avant de me mettre à pester, les mains dans le sac. C'est là que je tombe sur une bouteille d'alcool, déjà entamée. « C'est pour t'aider à coucher avec les gars que tu ramènes ici ? » Je suis un petit comique. Quoi qu'il en soit, on va peut-être avoir mieux à faire que de jouer aux cartes.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyMar 16 Sep 2014 - 19:52

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

just the way you are (grace) Empty

La vérité c'est que je ne suis pas peu fière quand je lui dis que je commence à me lasser de lui. Bon il est vrai que je suis aussi une brave menteuse en affirmant cela avec autant d'aplomb. Me lasser d'Andreas ... Putain ça n'arrivera jamais je crois. Et de m'en rendre compte ça fait presque mal, oui, je le réalise. Mais ça ne m'empêche pas de garder un air malin sur le visage quand je vois le sien changer d'expression, pour laisser place à de la déception ? Ah non, quand le monsieur me précise qu'il ira voir ailleurs ... Je comprends bien que c'était juste de la bêtise que je pouvais lire dans son regard. Et sa phrase ? Elle me pique à l'intérieur. Évidemment qu'elle le fait, l'imaginer avec une autre que moi ... Bon sang mais ce n'est même plus concevable dans mon esprit. Comment, comment il a réussi à faire ça ? À me tenir de cette façon ? À faire de moi une fille qui se teint les cheveux en blond sous l'effet d'une impulsion ?
Alors tant bien que mal je cherche un moyen de me sortir de cette impasse et tout ce que je trouve comme réflexion c'est de lui dire que je n'apprécie pas qu'il fouille dans mon sac. C'est intime en fait, et mon intimité aux dernières nouvelles je ne la partage pas. « Et tu vois pas que je m'en fiche ? » Je hausse les sourcils, presque choquée, là j'en viens à penser qu'il est vexé. Le fait est que je ne saurai dire pourquoi. A l'évidence c'est lui qui a toujours été exécrable avec moi ... D'accord, d'accord je veux bien avouer à mi-voix que je ne suis pas toute blanche dans ce domaine-là. C’est quoi le problème que je lui dise qu’on ne va pas coucher ensemble lui et moi ? Je ne sais pas vraiment s’il a une bonne mémoire mais le fait est que je n’ai jamais réussi à tenir ces dires-là, j’ai craqué à chaque fois. Craqué pour lui, juste comme ça.
Enfin je reprends notre discussion, ou plutôt je la lance sur un autre chemin, le strip poker et je ne sais pas vraiment pourquoi, peut-être parce que cet idiot est nu devant moi et que j’ai envie d’en voir plus, malgré moi. « Au pire je finis nu. Tu n'as pas envie de coucher avec moi, je ne risque donc rien. Enfin j'dis ça mais si j'étais toi je ne parierais pas trop vite sur ma défaite... Chez les Klein on est des maîtres dans les jeux de cartes. » Au pire il finit nu … Et je le mange. J’en viens à rougir d’avoir cette pensée. Franchement, je frôle une folie complétement incontrôlée.  « C'est pour t'aider à coucher avec les gars que tu ramènes ici ? » Alors je sors de mes pensées pas vraiment catholiques afin de regarder ce dont il parle.  Je regarde la bouteille qu’il tient entre ses doigts, et je me mets à sourire parce que son air malin me plait avant de répondre tout simplement que « Tu crois vraiment que j’ai besoin de ça ? » Coquinement, je m’approche de lui, j’attrape la bouteille lentement afin de la décaler sur le côté, je ne mentirai pas, j’ai déjà couché avec des mecs alors qu’ils étaient assez alcoolisé et moi aussi d’ailleurs, mais je ne m’en suis jamais servi. Le délire mangeuse d’homme, très peu pour moi. Alors mon visage à quelques centimètres du sien, mes mains s’avançant dangereusement de son corps qui me nargue … « T’es bien placé pour savoir que lorsque je veux quelqu’un, je l’ai, c’est tout. » Mon souffle mélangé au sien, mon rythme cardiaque accéléré, mon envie de l’embrasser, mes doigts qui l’effleurent sans oser, et qui finissent leur course sur mon sac. Que rapidement je lui retire des mains afin de retrouver ma place en face de lui, un sourire sur les lèvres et une pointe de frustration à l’intérieur de moi. Quelques secondes plus tard, je sors mes cartes. « C’est un bordel organisé, tu vois. » Je suis la seule à pouvoir m’y retrouver. En replaçant mes cheveux, je passe ma langue sur mes lèvres quand je commence à mélanger. « Allez, je suis gentille, je te fais un aveu. » Je lui fais un clin d’œil. « Je sais pas jouer au poker. » Et j’ai parfaitement conscience que … Oui, je l’invite à gagner pour finir dénudée. Et dans ses bras, qui sait.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyDim 21 Sep 2014 - 1:02

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 27
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

just the way you are (grace) Empty

Et alors même que je lève cette bouteille vers elle, je culpabilise presque d'avoir posé cette question. Pour ce qu'elle signifie et pour ce qu'elle va laisser penser de moi. Qu'encore une fois, je pourrais m'en foutre qu'elle couche avec d'autres. C'est parfois efficace la fierté mais vient un moment où ça devient un fardeau. J'aimerais lui dire directement que tout cela me déplait, ces visions, d'elle avec d'autres, avec un autre. A vrai dire, dès que ça la concerne elle, je deviens très compliqué à ne même plus me reconnaître. « Tu crois vraiment que j’ai besoin de ça ? » Cette fois je regrette vraiment d'avoir ouvert ma bouche aussi facilement. Mais, et c'est peut-être étrange à dire, j'aurais aimé qu'elle me réponde par l'affirmative. Cette fille a décidément si peu de principes quand il s'agit de coucher avec un homme qui lui plait ? C'est l'impression qu'elle donne... et moi ça m'emmerde. Grace se rapproche avec cet air que je lui connais si bien, auquel j'aimerais céder, bien sûr, mais auquel je vais tenter cette fois de résister. Montre-toi fort et digne Andreas. « T’es bien placé pour savoir que lorsque je veux quelqu’un, je l’ai, c’est tout. » Je n'oserais pas la contredire... La question qui me brûle les lèvres c'est « est-ce que tu me veux, moi ? » mais bien sûr je la garde pour moi, enfin je crois, peut-être que mon regard lui exprime autre chose, lui. Elle est si proche de moi, son visage, son corps, et pourtant je me retiens de bouger, restant immobile comme si ma survie en dépendait. J'ose même un léger sourire en coin, moment où elle m'échappe en me remplaçant face à son sac, non sans me virer de là à sa manière. Je serre alors la mâchoire en m'écartant, tel un pauvre gamin frustré de n'avoir pas eu ce qu'il désirait avoir. Juste ses lèvres, je vous jure, juste ça.

« C’est un bordel organisé, tu vois. » Fraichement allongé sur le côté, en appui sur mon avant-bras, je l'observe battre les cartes à la manière d'une belle débutante. Je souris vaguement, sans lâcher ses mains du regard. « J'ai pu m'en rendre compte oui. Peut-être qu'un jour je saurai m'y retrouverai, là-dedans. » C'est sorti plus vite que je ne l'ai réfléchi. Je détourne ma tête un moment en croisant mes mains, trouvant bonne l'idée de me taire définitivement pour ce soir. Qu'en pensez-vous ? « Allez, je suis gentille, je te fais un aveu. » Gentille, elle ? On aura tout vu. Je la regarde suffisamment tôt pour recevoir son clin d'œil, ainsi que sa révélation. « Je sais pas jouer au poker. » Aussitôt je pouffe de rire, comme si ce n'était pas possible qu'elle ne sache pas jouer au poker. Enfin j'veux dire, une fille comme elle, ne pas savoir jouer à ça. Elle n'a jamais joué au strip poker alors ? Mon dieu. Je la fixe un instant lorsque je retrouve mon sérieux. D'un mouvement décidé je tends la main vers les siennes pour lui prendre le jeu et battre à mon tour les cartes. « Eh bien, tu as encore des choses à apprendre Nolan. » Murmuré-je en soupirant faiblement. Mais au fur et à mesure que je mélange le tas, me vient un détail à l'esprit que j'avais oublié. « Jouer au poker sans jetons, c'est comme jouer au foot sans ballon... » Même au strip poker. Ouais, il n'y a plus aucun intérêt dès lors qu'il n'y a rien à miser ou à perdre. Après tout, on est censé se dessaper quand on a perdu tous nos jetons. Je réfléchis alors un instant et décide d'ôter du jeu le roi de trèfle uniquement. Une fois cela fait, je les distribue toutes. « Bon, promis je t'apprendrai à jouer au poker un autre jour, pour ce soir j'ai une alternative. Alors le but de ce jeu, c'est d'abord de former toutes les paires possibles en prenant bien en compte les couleurs et de les jeter au centre. Par exemple le deux de carreau ira avec le deux de cœur, le trois de pique avec le trois de trèfle et cetera. Ensuite quand tu te seras défausser de toutes tes paires, tu vas piocher une carte dans mon jeu sans les voir et forcément ça t'en fera une nouvelle. Il n'y a qu'une seule carte qui ne trouvera pas de pair, c'est le roi de pique, et c'est justement lui qu'on va essayer de se refiler. A chaque fois qu'on attrape malencontreusement ce roi de pique, on doit retirer une fringue. Sinon ça ne serait pas drôle. Qu'en dis-tu ? » Toujours avec sérieux, je regarde mon jeu et me débarrasse rapidement de toutes mes paires. Ensuite je remarque que j'ai le roi de pique. Chance, car ce sera elle qui devra donc se dévêtir en premier. Je place le fameux roi tout à gauche dans mon jeu, car en statistique, beaucoup de personnes ont tendance à piocher à l'extrémité de l'éventail quand ils ne savent pas quoi prendre. Je lui tends ensuite mon jeu pour qu'elle choisisse. En attendant qu'elle daigne attraper cette carte, je décide de lancer la conversation. « Bon alors ce séjour à Coachella ? Ça se passe comme prévu ? Tu t'amuses bien ? Et la musique, tu la trouves bonne ? » Quoi, j'essaye d'avoir une discussion normale et vous me blâmez déjà ?



Spoiler:
 



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyMar 30 Sep 2014 - 11:28

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

just the way you are (grace) Empty

Délicatement, un sourire nouveau prend place sur mes lèvres et mes prunelles parcourent encore un peu les courbes de son torse bien trop dessiné, bien trop à mon gout pour dire vrai. Je soupire quand je sens que les battements de mon cœur ne sont pas faciles à contrôler. Et quand je prends sur moi pour mélanger les cartes et lui tenir tête, pour changer. « J'ai pu m'en rendre compte oui. Peut-être qu'un jour je saurai m'y retrouverai, là-dedans. » Mon sourire se fane tout au long de cette phrase pleine de doubles sens qu’il prononce sans vraiment réfléchir, je le sais, s’il l’avait fait, il n’aurait pas prononcé ça, ça me semble évident et j’en reste sans voix. Qu’est-ce que je pourrai ajouter de toutes les façons ? Que moi aussi, je suis perdue dans le tourbillon de tous les sentiments que je ressens pour lui. Non, je n’oserai pas, alors je choisis d’oublier, juste comme ça.
Quand je lui dis que je ne pas jouer au poker sa réaction première est de se mettre à me rire au visage, mais je ne lui en veux pas. Après tout c’est vrai, je nous ai lancé sur le chemin du strip-poker pour finalement lui avouer qu’il a gagné d’avance. Je fronce les sourcils lorsqu’il me prend le jeu des mains, je sais battre les cartes, ou tout du moins je le croyais, mais j’avais surement tort, comme souvent avec lui. Il me semble même que mon premier tort a été de l’inviter à prendre une douche chez moi. Nous n’en serions pas là. Je n’aurai pas cette espèce de sensation étrange au fond de l’estomac lorsqu’il est proche de moi. Cette maladie horrible qui pour peu possède un nom qui commence par un grand A. « Eh bien, tu as encore des choses à apprendre Nolan. » Un ricanement presque inaudible s’échappe de mes lèvres et une envie irrésistible de lui dire que je l’emmerde royalement me brûle presque la gorge, mais je ne le fais pas, je le laisse jubiler, il en a le droit puisque c’est moi qui lui ai donné le choix de le faire en lui avouant mon « petit secret » qui n’en est pas un, en réalité. « Jouer au poker sans jetons, c'est comme jouer au foot sans ballon... » Dois-je préciser que je ne joue pas au foot non plus ou il est assez intelligent pour le comprendre lui-même vu l’expression que je lui sors, mi choquée, mi agacée. Et je soupire pour parfaire ça, comme ça, c’est bon ou pas ? Mes yeux se concentrent finalement sur ses mains et avant que je ne puisse réellement penser à ce qu’elles ont su provoquer en moi, il retire une carte du jeu et m’explique les règles de la partie que nous allons jouer. Une fois qu’il a terminé je hoche la tête positivement pour lui montrer que je ne suis pas tout à fait idiote et que j’ai compris. A son image je retire chaque paire de mon jeu, en souriant un peu par l’impression de sérieux qui règne dans ma tête, je crois bien que je n’ai jamais joué aux cartes avec autant d’appréhension que d’envie. Il avance son jeu vers moi, et je pince mes lèvres avant de me décider, je suis bien consciente que le roi maudit est dans son jeu. Bon il est vrai que me déshabiller devant lui ne me dérangerais pas, mais je ne veux pas perdre du coup je suis vite agacée de la situation, croyez-moi. « Bon alors ce séjour à Coachella ? Ça se passe comme prévu ? Tu t'amuses bien ? Et la musique, tu la trouves bonne ? » Je lève les yeux vers lui, me détacher de l’attention que je portais à son jeu. Nonchalamment je finis par me décider à prendre une carte, le cœur un peu battant. Un petit sourire sur mes lèvres pour lui signifier que je n’ai pas attrapé le roi, et je jette donc par logique la paire qui vient de se créer dans mon jeu tout en lui répondant. « C’est plutôt bien. » Oui plutôt, pour le moment je n’ai rien trouvé à redire sur le sujet en tous les cas. Quoi que … « Enfin je regrette un peu d’y être venue en tant que bénévole pour tout t’avouer, j’ai l’impression de ne pas pouvoir profiter de tout comme pourrait le faire un vacancier. » Me voilà une nouvelle fois en train d’entretenir une conversation avec Andreas. Une vraie conversation. A croire qu’on est vraiment plus que … Que de simples amis qui couchent ensemble, en définir. « Certains groupes oui me plaisent bien, d’autres par contre c’est pas franchement ça. » Je suis vraiment en train de parler musique avec lui ? J’ai l’impression d’être dans la quatrième dimension. « Et toi ? Déçu ou pas ? » En posant ma question je lui tends mon jeu pour qu’il reproduise les mêmes gestes que moi, prendre une carte et en jeter deux. « T’as pu voir tout ce que tu voulais ? » Je passe une main dans ma chevelure maintenant blonde avant de choisir une nouvelle carte sans y penser, et je perds mon sourire quand le sien gagne en grandeur.  Le roi de pique se trouve dans mes mains. Plissant les paupières je le regarde en souriant, vaut mieux en rire après tout, ce n’est « qu’un » jeu, pas vrai ? Alors je mordille ma lèvre inférieure avant de lui demander en rigolant. « J’enlève mes chaussures ? » Bien sur que je ne vais pas retirer ça, mais je voulais le taquiner, pour changer. Finalement je pose mes cartes sur les côtés, puis de mes mains je relève mon débardeur et le retire lentement, presque sensuellement. Je me retrouve donc en soutien-gorge devant lui avec un autre je n’aurai pas rougis … Mais il n’est pas qu’un autre, il est Andreas, et son regard sur moi, il m’électrise, comme jamais je l’ai été, à chaque fois. C’est une sensation dont je ne me lasse pas. Complétement dingue de lui, malgré tout, mais surtout malgré moi.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyJeu 2 Oct 2014 - 18:34

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 27
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

just the way you are (grace) Empty

Si j'apprécie autant la compagnie de Grace, c'est certes pour son apparence et ce qu'elle provoque en moi, mais c'est aussi pour son intelligence. Je vous accorde que ce jeu de cartes n'a rien de bien compliqué, mais sait-on jamais, il y a toujours des personnes longues à la détente. Elle, non. Elle comprend de suite et se met au travail sans que je n'aie besoin de le lui demander, assemblant et jetant toutes les paires de couleur de son jeu. La première carte qu'elle sélectionne n'est malheureusement pas le roi de pique. Je ne montre cependant pas ma déception, attendant juste qu'elle jette ses cartes pour ensuite répondre à mes questions. Ce qu'elle aurait à me dire m'intéresse sincèrement, contrairement à ce que je peux laisser penser par mon attitude. « C’est plutôt bien. Enfin je regrette un peu d’y être venue en tant que bénévole pour tout t’avouer, j’ai l’impression de ne pas pouvoir profiter de tout comme pourrait le faire un vacancier. » Mes yeux se relèvent calmement sur la bénévole et je hausse une épaule. « Tu l'as voulu... C'était un sacré choix, venir bosser à Coachella. Encore s'il y avait de l'argent à la clé j'accepterais de travailler, mais là... je passe mon chemin. » Oui, si elle ne l'a pas encore compris, je suis un homme très intéressé par l'argent. Ça ne me gêne pas du tout de le manifester, même à elle. Après tout, s'il y a bien un avantage à être américain, c'est que l'on peut parler de ses ambitions et d'argent presque à outre mesure sans que cela semble choquant. Elle en vient ensuite aux groupes de musiques, la partie agréable normalement. « Certains groupes oui me plaisent bien, d’autres par contre c’est pas franchement ça. » Je souris vaguement.  « Et toi ? Déçu ou pas ? » La blondinette me tend son jeu et je réfléchis très peu de temps avant de prendre une carte hasardeusement. Un neuf de carreau. « T’as pu voir tout ce que tu voulais ? » « Pas tout à fait, mais je ne vais pas me plaindre face à la bénévole déçue. » Un nouveau sourire malin prend forme sur mes lèvres quand je croise son regard puis je jette ma nouvelle paire formée. « Le show a été exceptionnel cette année, meilleur encore que celui de l'année dernière. Puis il y a mon cousin qui a joué plusieurs fois sur scène, le leader des Mad Minds, je ne sais pas si ça te cause... » J'aimerais bien, non seulement pour l'aspect musical mais aussi pour qu'elle visualise Joshua, un membre de ma famille très important dans ma vie. Quand je laisse Grace choisir une nouvelle carte, je l'observe réfléchir, caresser ses cheveux sans même y penser. Cette nouvelle couleur est réellement perturbante mais lui donne un petit côté doux et sage plutôt inédit. Je ne saurais dire si je la préfère en brune ou en blonde... A vrai dire, aussitôt que je me pose la question, celle-ci me semble complètement dénuée de sens. Qu'elle soit brune ou blonde, j'en ai rien à cirer, ça ne change que dalle à tout ce que je peux penser d'elle. Une mine satisfaite prend place sur mon visage quand je la vois tirer le fameux roi. « J’enlève mes chaussures ? » Cette réponse taquine obtient une réaction prévisible. Elle ne m'aura pas avec ses chaussures. « Je préférerais autre chose, puisque tu me le demandes gentiment. » Je tente un léger sourire charmeur et me délecte déjà de ce qu'elle a à peine commencé. Ses mains viennent attraper le bas de son débardeur et je ne manque rien de cette parcelle de peau découverte, ce ventre qu'il me semblait avoir oublié, alors qu'en fait non, tout était encore intact dans mes souvenirs. Puis ce soutien-gorge inconnu qui étire mon sourire, ainsi que cette poitrine affriolante qui m'enflamme un peu. Finalement, ce rouge sur ses joues que mon regard intercepte sans pour autant y rester trop longtemps. Il se repose sur mon propre jeu mais je ne regarde que peu mes cartes, plutôt concentré sur ma propre personne. Contrôler ce qu'elle créé en moi, cette chaleur nouvelle qu'elle instaure si bien. Alors qu'un sourire traine sur le coin de mes lèvres, je me demande comment je pourrais réussir à rester sage. La vérité, c'est que ça ne me ressemble pas du tout. Déjà, mes yeux reviennent sur elle et moi, je retrouve mon sérieux au prix d'efforts considérables. « Bah alors, tu rougis pour si peu maintenant ? » C'était plus fort que moi. Au fond de moi, j'aimerais parfois cesser de raconter des idioties pour agir plutôt mais c'est bien plus facile à dire qu'à faire. S'il n'y avait pas cette retenue de mise ou cette fierté mal placée, je serais déjà en train de m'occuper d'elle. Je me concentre sur son jeu pour en tirer une carte... Pas ce mécréant de roi, par chance. Je me débarrasse alors des deux cartes fraichement associées et tends à nouveau le jeu à Grace. Du self-control, du self-control. Comment en faire preuve lorsque vous avez en face de vous la femme que... qui occupe vos pensées, dans cette tenue si légère ? Je pense plutôt à tout ce que j'ai envie de lui faire, tout ce qu'elle pourrait elle me faire, et ça m'obsède, littéralement. « Pour en revenir à ta question, si j'ai pu voir tout ce que je voulais... La réponse était clairement non mais ça risque de s'améliorer ce soir. » Et je lui adresse un sourire à la fois sincère, espiègle et tendre, puisque tout ce qu'il y a à comprendre ici, c'est qu'elle m'avait manqué. D'une façon inquiétante.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyJeu 9 Oct 2014 - 14:28

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

just the way you are (grace) Empty

« Tu l'as voulu... C'était un sacré choix, venir bosser à Coachella. Encore s'il y avait de l'argent à la clé j'accepterais de travailler, mais là... je passe mon chemin. » Mes sourcils se froncent un peu, je n’ai jamais dit que je n’avais pas choisi ça, au contraire, j’aimais l’idée de faire quelque chose pour le festival, et bénévolement, ça ne me dérangeais pas. Le fait que ça ne le faisait pas au début, à présent, ça commence à faire long, en somme. Son ambition me frappe un peu, mais dans le fond je réalise qu’elle me fait sourire, je l’aime ce côté-là de lui, c’est désolant, bon sang. Mais il me ressemble parce que j’ai la même, je veux devenir quelqu’un, qu’on se souvienne de moi, gagner de l’argent et profiter une fois que j’aurai vécu la gloire et tout le reste avec ça. On s’aventure alors sur le sujet de la musique et j’avoue être dans le fond un peu curieuse de connaitre ses gouts, savoir s’ils s’approchent des miens, c’est d’un ridicule sans nom et c’est pour cela que je ne lui demande pas réellement me contentant de lui demander s’il a pu entendre tout ce qu’il voulait. « Pas tout à fait, mais je ne vais pas me plaindre face à la bénévole déçue. » Une envie de lui tirer la langue me prend, mais au lieu de le faire, je me la mords afin de ne pas dire de connerie, surement. « Le show a été exceptionnel cette année, meilleur encore que celui de l'année dernière. Puis il y a mon cousin qui a joué plusieurs fois sur scène, le leader des Mad Minds, je ne sais pas si ça te cause... » Sans le voir j’en connais finalement un peu plus sur lui, c’est donc un habitué du festival, l’idée me plait, je ne vais pas mentir sur ce sujet. Et puis son cousin dans les Mad Minds, du coup j’essaie de visualiser, de chercher dans le groupe un membre qui pourrait lui ressembler, sauf qu’à la vérité la seule vision que j’ai du leader et bien … Hum, c’est un asiatique, rien à voir avec lui. « Ton cousin tu dis ? » J’ai peur, comme une idiote, de dire une bêtise plus grosse que moi, et puis je réalise que dans tous les cas je suis blonde depuis cette nuit donc rien ne peut être aussi stupide que ça. « Vraiment ? T’as de la famille qui vient d’Asie ? » J’étais obligée de demander après tout, je ne suis pas censée être au courant de tous les liens de parentés qu’il peut avoir avec les gens.

Finalement j’en reviens à mon jeu au moment où je tire le roi, souriante et taquine à la fois quand je lui demande s’il désire que je retire mes chaussures. « Je préférerais autre chose, puisque tu me le demandes gentiment. » Un petit rire s’échappe de mes lèvres, j’avais déjà décidé de ne pas me contenter de mes chaussures, après tout, nous ne sommes plus à cela prêt, et puis, il faut bien faire apprécier le camping au monsieur, alors autant lui offrir quelque chose de plus … attrayant dès le début. Je retire donc mon débardeur, rougissant presque malgré moi, mais le problème c’est que l’effet que son regard a sur moi, je ne le contrôle pas, et je ne l’ai jamais fait, d’ailleurs. Il est le seul à provoquer ça chez moi, voilà ce que je me chante mon cœur quand j’aimerai écouter mon esprit qui me conseille fortement de fuir d’ici. De ma propre tente avant de flancher une nouvelle fois, oui, je n’ai pas du tout de mal à m’imaginer me perdre dans ses bras, comme j’aime le faire lorsque nous devenons encore plus intimes lui et moi. Ses yeux se détachent de moi et en un sens je le remercie, parce que ça brûle lorsque Andreas me regarde, mais ils ne le font pas pour pas longtemps étant donné qu’il se concentre à nouveau sur ma personne et en profite pour me piquer un petit peu. Malin. « Bah alors, tu rougis pour si peu maintenant ? » Je secoue le visage et réalise que si je me perds dans des choses sidérantes et ridicules bourrées de romantisme à vomir Andreas est vraiment parfait pour me rappeler qu’il n’est pas question de ça entre nous, non, non c’est juste n’importe quoi. Un grand n’importe quoi lui et moi. Super. Et en plus de cela il ne tire même pas le roi. Je soupire et le regarde jeter ses cartes tout en m’observant en biais, si moi je rougis, il pourrait avouer que lui non plus n’est pas loin de cela. Pour peu je m’amuserai bien à le taquiner sur son corps et les réactions qu’il peut avoir. Mais comme j’ai toujours préféré les gestes, je préfère de beaucoup tenter de l’affoler de mon corps presque dénudé. « Pour en revenir à ta question, si j'ai pu voir tout ce que je voulais... La réponse était clairement non mais ça risque de s'améliorer ce soir. » Généreusement, je mords ma lèvre inférieure à sa phrase tout sauf dénuée de sens. Je soupire même un peu, surprise, charmée, mon dieu, vous pouvez me croire, je suis clairement bonne à damner. Par sa faute, mais surtout, et ça me coûte de l’avouer, par la mienne. Parce qu’il m’a trop tenté, parce qu’il m’a intrigué. Faufiler dans ma vie, mon monde sans que je ne puisse l’expliquer. Et je n’y arrive toujours pas, c’est déroutant, vraiment. Mais force est de constater que cela reste quand même le cas, putain, on est lié lui et moi. Je reprends un peu mes esprits, quand de mes doigts je vais dans son jeu chercher une nouvelles carte, avant de la jeter sur les autres suivie de près par sa jumelle. J’attends qu’il fasse de même, passant ma langue sur mes lèvres, l’allumant un peu, beaucoup en définir étant donné que ma main glisse dans ma nuque, qu’elle continue son chemin sur mon cou, innocemment – ou pas – elle parcourt ma peau, effleure le départ de ma poitrine, et mes lèvres que je mords encore, quand mes pensées et mes envies de lui me dévore. « Ah oui, tu crois ? » Je suis non coupable, je le jure, vraiment, et en plus je trouve que je le joue plutôt bien pour dire vrai. D’accord, j’aurai mieux fait de ne pas jurer. « A toi. » Prononce ma voix d’une manière suave que je n’utilise qu’en de rare fois. « Et j’espère sérieusement que tu vas tirer le roi, histoire que je ne me contente pas de ton torse pour ce soir. » Apprécie donc le camping Andreas.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptySam 11 Oct 2014 - 18:16

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 27
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

just the way you are (grace) Empty

Lorsque je lui apprends que le leader des Mad Minds est mon cousin, je perçois bien l'interrogation sur son visage. « Ton cousin tu dis ? » Ce n'est pas la première fois que je vois cette expression lorsque je parle de Joshua et de son lien avec moi, j'y suis habitué et si autrefois l'incompréhension voire les reproches des plus jeunes me faisaient mal, aujourd'hui c'est avec de l'assurance que j'y fais face. La réaction de Grace est légitime après tout. « Vraiment ? T’as de la famille qui vient d’Asie ? » Je souris alors. « Oui, c'est fou hein ? » Elle va s'imaginer tout un tas de choses, peut-être même chercher sur mon visage un petit air de ressemblance avec l'Asie, mais elle aura bien du mal, la pauvre. Je ne laisse pas le doute planer plus longtemps. « Je t'avais parlé de mon beau-père il me semble. » Ouais, le soir de mon anniversaire, quand j'étais trop pété, tellement que j'avais accepté de poser pour elle sans recevoir grand chose de sa part en échange. « Mon cousin Joshua a été adopté par sa sœur ainée. C'est une sorte de cousin par alliance du coup, même si ma mère n'est pas mariée à ce beauf, Dieu merci. » Je hausse les sourcils en soupirant, seule réaction que m'inspire la vision de cet homme malheureusement rattaché à ma famille. Enfin... Sans lui, je n'aurais jamais connu Joshua, il m'aura au moins apporté une belle chose dans ma vie. « Il est un peu comme le frère que je n'ai pas eu, en gros. Voilà pour la mise à jour. » Je jette un bref coup d'oeil sur Grace avant de me concentrer à nouveau sur le jeu, puis sur elle-même qui tire le mauvais roi. Ha ha ha, je jubile. Elle ôte son débardeur et je contemple ce qui m'est offert si généreusement. Une remarque qui va lui être certainement contrariante sort de ma bouche et cela ne manque pas, à en voir sa réaction. Je m'amuse un peu, c'est vrai, mais je me satisfais aussi de ce que j'ai sous mes yeux. Une fille visiblement intimidée, qui perd en tout cas son répondant pendant quelques précieuses secondes. Ce serait presque inédit. Alors pour lui remonter un peu le moral, je lui avoue à ma manière qu'il ne me manquait qu'une chose, ici à Coachella pour que mon séjour soit parfait : elle. Et je le pense vraiment. Il me suffit de penser ne serait-ce qu'un peu à elle pour avoir envie de la retrouver, elle et évidemment cette intimité dans laquelle nous fusionnons si bien.

J'aimerais être capable de ne la regarder que droit dans les yeux mais je plaide coupable, ses atouts m'obsèdent déjà, attirent mon regard bien malgré moi. Nolan utilise de ses charmes pour capturer toute mon attention et je ne me fais pas prier, ayant attendu ça depuis bien trop longtemps. Ses gestes, sa sensualité, ses courbes... Des souvenirs, non, des sensations plutôt, viennent me hanter, me rappeler ce que mes doigts avaient ressenti en l'effleurant, en la caressant. Puis une odeur, la sienne. Des soupirs, les siens. Tout me revient, tout. Une montée d'adrénaline s'empare de mon corps, une dont j'aurais bien du mal à me contrôler même si je le voulais fortement. Là est le problème, je ne suis pas sûr de le vouloir. « Ah oui, tu crois ? » J'en ai rêvé plus d'une fois. Encore une chose que je n'oserais pas te dire, de peur de perdre ce combat qui se dresse entre nous depuis le tout, tout début. « A toi. » Tout serait plus simple si je faisais abstraction de cette bataille. Pour lâcher prise, abaisser indignement son jeu afin d'en tirer consciemment le roi de pique, ce même roi qui me permettrait de me donner à mon tour en spectacle pour ses jolis yeux. Les miens ne la quittent plus, et je me délecte de ce contact visuel qui dure, un peu trop longtemps peut-être. « Et j’espère sérieusement que tu vas tirer le roi, histoire que je ne me contente pas de ton torse pour ce soir. » Au moins, ses intentions sont claires. Toujours allongé sur le côté, je croise mes jambes et lui adresse un petit regard provoquant. « Heureux de savoir que mon corps te manque. » Un sourire, puis je regarde ensuite son jeu. Elle ne doit plus avoir que six ou sept cartes tout au plus, les chances pour moi d'échapper au roi se rétrécissent sérieusement, mais restent tout de même supérieures. Sans chercher à faire durer le suspense plus longtemps, je sélectionne une carte sur le côté et... Chance, ce n'est pas le roi. J'affiche un grand sourire en assemblant ma nouvelle paire et en la jetant. Recroiser le regard dépité de Grace me ravit, j'avoue. « Ne pleure pas Barbie. »

C'est dans l'intention de la chahuter un peu que je tends mon bras pour aller effleurer sa joue avec mon pouce, un sourire malin logé sur le visage. J'avais simplement dans l'idée de l'agacer un peu plus et au final, je me rends compte que c'est un piège que je me suis tendu à moi tout seul. Je crois que je ne l'ai jamais caressée de cette façon. Non jamais, pas une seule fois. Pas elle, pas Grace, non cela aurait été tellement insensé. Et pourtant je ressens quelque chose, là, quand le bout de mes doigts se trouve encore sur sa peau, quand j'intercepte son regard, une nouvelle fois. Ses prunelles claires qui s'interrogent quand tout ce que je trouve moi à faire, c'est de la contempler silencieusement, trop silencieusement. C'est une fois de trop, qui me rend nerveux, qui me plait. En fait, c'est même atrocement délicieux. Je pourrais continuer et ne plus m'arrêter, je le sais, mais dans « atrocement délicieux » il y a « atroce ». C'est cette partie-là qui me force à me retrancher au bout d'un bref moment qui, sans aucun doute, a déjà trop duré. J'abaisse alors ma main ainsi que mon regard et lui tends mon jeu, plutôt. Peut-être un peu par dépit, je ne saurais dire. « Allez dépêche-toi d'en prendre une. » Good Lord, je sens encore mon cœur qui bat trop vite dans ma poitrine et j'en culpabiliserais presque, de tout ce romantisme involontaire. Je le jure. « T'as pas de quoi fumer, ici ? »



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyJeu 30 Oct 2014 - 14:55

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

just the way you are (grace) Empty

« Oui, c'est fou hein ? » Avec son sourire et son air satisfait je devine tout de même que c’est plus à moitié faux qu’à moitié vrai. J’incline le visage en le regardant, me demandant s’il se moque de moi ou pas. Après tout, ma question était plutôt légitime, non ? Si mes souvenirs sont bons, le leader de ce groupe-là, il n’est pas vraiment du type européen, mais qu’est-ce que j’en sais moi. Alors j’attends son explication, avide d’en savoir plus à son sujet mais surtout surprise de vouloir en savoir plus sur lui. Je réalise alors que je me soucie d’Andreas, de sa vie et de tout ce qu’il fait ou touche à la fois. « Je t'avais parlé de mon beau-père il me semble. » Cette fois je me fais plus sûre de moi quand je hoche le visage positivement pour lui répondre. Oui, il m’en a parlé, et je devine par avance que c’est un cousin par alliance. Je fixe ses traits de mes prunelles, constatant avec surprise qu’avoir une réelle conversation avec lui, ça change … Enfin ce n’est pas ce qui me perturbe le plus, c’est surtout c’est que ça change, en bien. J’ai l’impression qu’on est normaux pour une fois, qu’on n’est pas en guerre ou en pleine séduction, juste lui, juste moi. Nous, en fait. Rien que ça. « Mon cousin Joshua a été adopté par sa sœur ainée. C'est une sorte de cousin par alliance du coup, même si ma mère n'est pas mariée à ce beauf, Dieu merci. » Ou presque par alliance du coup, je souris un peu histoire d’approuver ses dires même si je ne me permettrai jamais de juger une personne que je ne connais pas, son beau-père quoi. « Il est un peu comme le frère que je n'ai pas eu, en gros. Voilà pour la mise à jour. » En l’observant, me parler de lui, de ses proches, de sa vie, je réalise une nouvelle fois qu’on est proches sans l’être lui et moi, qu’on est compliqué, comme on ne l’est pas. C’est étrange ce qu’il se passe à l’intérieur de moi, ce truc qui me fait me dire que j’aime en apprendre sur lui, et surtout, je l’apprécie lui, un peu plus, à chaque fois. « D’accord, ça fait plus de sens dans ma tête. J’avais du mal à te trouver quelque chose d’asiatique. » Non, son charme est bien ailleurs, dans son apparence et surtout en son intérieur.

Puis le jeu reprend, comme un vieil ami, comme une habitude dont on ne se lasse pas, parce que notre relation est en réalité un peu basée sur ça. Alors je me permets de chercher à savoir si ses dires sont vrais, si son séjour ici sera parfait grâce à moi et je ne saurai expliqué combien cette idée est capable de me charmer. Et puis je lui demande de tirer le roi, parce que j’ai plutôt envie de le voir se dénudé, ou plutôt parce que j’ai nouvellement envie de lui et que ça ne me surprend même pas. A la vérité, j’ai toujours envie d’Andreas. Depuis le parc, la première fois. « Heureux de savoir que mon corps te manque. » Il m’offre un sourire et je lui réponds avec un des miens dans un premier temps avant de me permettre de préciser que « Tu n’imagines pas à quel point. » Putain. On ne peut plus clair, mais je m’en fiche, n’est-ce pas ? Je dirai que c’est sa faute, qu’il m’a tenté, encore une fois, et qu’à l’évidence c’est toujours le cas. Un silence et puis le voilà en train de tirer une carte, je sais bien que la déception doit se lire sur mon visage car je vois avant lui la carte qu’il tire et que ce n’est pas le roi. « Ne pleure pas Barbie. » Saloperie. Mais mon insulte factice se perd lorsqu’il tend la main vers mon visage afin de le caresser, sans prévenir et je suis en train de chavirer. J’en retiens ma respiration, ne sais plus vraiment quoi ajouter, je garde ce contact pour moi comme un secret intense qu’il aurait pu me confier. Je clos mes paupières et je sais que si je le fais c’est parce que j’ai envie de profiter. Chaque secondes durant lesquelles il se permet cela, un temps de répit ou une défaillance dans notre combat. Et puis je le regarde, je cherche une explication, quelque chose dans ses propres iris qui pourrait m’aiguiller, m’empêcher de laisser tomber mes cartes, mon masque, et l’embrasser. Mais rien, je ne vois rien si ce n’est le fait qu’il finit par s’éloigner de moi. Qu’il me tend son jeu et que les secondes recommencent à défiler. On est trop orgueilleux, beaucoup trop orgueilleux pour s’aimer toi et moi. Et je m’en veux de me faire cette réflexion-là. « Allez dépêche-toi d'en prendre une. » Je fronce les sourcils, secoue un peu la tête avant de tendre une main presque tremblante vers son jeu. « T'as pas de quoi fumer, ici ? » Et j’en viens à penser qu’exactement une cigarette serait vraiment bienvenue. Alors après avoir jeté ma nouvelle paire sur le tas de carte, je pose les miennes devant moi et me tourne pour chercher mon paquet de cigarette qui aux dernières nouvelles n’était pas tant loin que ça. Dos à lui je cherche en me maudissant de ne jamais savoir où je mets mes cigarettes, moi qui parlait de bordel organisé. Puis quelques secondes après, je mets enfin la main dessus, en me retournant je lui dis « J’espère que tu parlais de simple cigarettes, parce que je t’avoue que j’ai assez abusé de substances illicites pour ce festival. » Je me mets à rire un peu, je me détends, comme j’essaie de détendre l’atmosphère dont je ressens encore l’électricité. « Il n’y a qu’à voir le résultat. » Et je touche mes cheveux en haussant les épaules. Je lui tends finalement une clope avant d’en positionner une dans ma bouche, de l’allumer et lui donner le briquet. Quand je recrache ma première bouffée de fumée, je me replace en tailleur, le regarde et soupire, en réfléchissant. Mes yeux jongles finalement entre lui et les cartes, l’entrée de la tente, et je ne sais plus vraiment quoi penser. Je crois, et si j’osais je lui dirai, que lui et moi, on a bien assez joué, alors je tire une nouvelle fois sur le cylindre incandescent. Et je soupire, encore. « Andreas. » Prononce ma voix sérieusement et je ne saurai dire pour quoi. Je m’incline afin de tendre le bras hors de la tente et d’écraser ma cigarette, je sais, je ne sais plus ce que je fais. Et je m’approche vers lui, toujours allongé sur le côté, qui fume de cette façon si sexy dont lui seul possède le secret. « Je n’ai plus envie de jouer. » Sérieuse encore. Je m’approche de lui, et lui attrape sa cigarette à laquelle je fais prendre le même chemin que la mienne. « J’ai envie de … » Un regard coquin, un sourire malin, mon corps qui se rapproche du sien. « Toi. » Et je murmure en m’approchant encore juste après avoir fermé la tente que je lui avais demandé d’ouvrir. « Et je t’avoue que je préfère encore t’enlever ton jean moi-même plutôt que d’attendre que tu tires ce fichu roi. » Quand je fais en sorte de me positionner sur lui, je souris encore, mes mains se posent sur son torse que j’affectionne et je souris quand je lui dis « Et puis, on sait très bien que c’est ce que tu es venu chercher. » Et ce que j’attends, cela va de soi. Ce n'est pas comme s'il allait me repousser s'il me prenait maintenant l'envie de l'embrasser.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyVen 31 Oct 2014 - 20:51

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 27
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

just the way you are (grace) Empty

« D’accord, ça fait plus de sens dans ma tête. J’avais du mal à te trouver quelque chose d’asiatique. » Elle aurait pu chercher longtemps, la pauvre. J'ai beau adorer mon cousin, j'espère bien néanmoins ne rien avoir d'asiatique physiquement parlant, restant ainsi fidèle à mes origines européennes, les meilleures qui soient. Après cette petite discussion, nous reprenons le jeu. Le jeu des cartes, le jeu de l'attraction. Les deux, assemblés, même si le second semble ressortir vainqueur, déjà. « Tu n’imagines pas à quel point. » Putain, Grace. Faut pas me dire des trucs comme ça, pas quand j'aspire à garder mon sérieux, tu abuses. Hein qu'elle abuse ? Ça ne se voit pas trop, j'espère, que je crève de la retrouver nue contre moi. J'essaye de le cacher, de me montrer fort et invincible. Ça marche souvent, mais ce soir j'en doute, la faute à ce t-shirt déjà au sol, la faute à cette poitrine presque offerte à mes yeux, à ce ventre dévoilé sur lesquelles mes lèvres, j'en suis malheureusement persuadé, ont déjà été se poser. Toutes ces pensées accompagnent ce geste, cette caresse sur sa joue que je commande à peine et qu'elle ne doit pas comprendre. Pourtant, est-ce si étonnant, Grace ? Et pourquoi fermes-tu tes yeux ? Ai-je une chance, même infime, pour que tu aimes ce geste ? Je me le demande, réellement, et ça me prend les tripes. C'est un peu comme une nausée, sauf que j'en redemanderais presque quand ça se termine, lorsque j'en reviens à ce jeu de cartes, à ces couleurs noir et rouge qui tout d'un coup me semblent insignifiantes. Pour ne pas me noyer je demande de l'aide, et à qui d'autre sinon elle ? C'est une chance qu'elle soit fumeuse. Si l'on me demandait naïvement ce que je préférerais comme type de filles, je répondrais une fille calme, non-fumeuse et sérieuse. Avec Grace... il y a peut-être un peu de sérieux, si on cherche bien. Dans ses études, elle m'a l'air sérieuse et appliquée. C'est déjà ça. A vrai dire, j'aurais ressenti les mêmes choses que je ressens pour elle actuellement si elle n'avait pas été sérieuse. Et ça, je serais prêt à en mettre ma main à couper. « J’espère que tu parlais de simple cigarettes, parce que je t’avoue que j’ai assez abusé de substances illicites pour ce festival. » A qui le dit-elle... Mais c'est ça être jeune et profiter, ma jolie. « Il n’y a qu’à voir le résultat. » Le résultat ? Ah, ses cheveux. Ouais c'est clair que ça l'a pas mal atteinte pour avoir une idée pareille. Je hausse les sourcils pour approuver ses dires tout en attrapant la cigarette ainsi que le briquet. « Tant que ça se fume. » Réponde-je enfin avec détachement. J'ai juste besoin de tenir cette clope entre mes doigts et d'en ressentir l'effet apaisant, le reste je m'en fous, je ne suis pas compliqué ni drogué, tout du moins c'est pas encore dans mes projets, Dieu me garde. Bon, ce jeu... Maintenant que mes lèvres ont pu se soulager sur quelque chose, faudrait peut-être reprendre là où nous en étions. « Andreas. » Je ne sais plus où nous en étions, et j'oublie encore plus de trucs quand mon regard se pose sur elle, sur son... semblant de sérieux. « Je n’ai plus envie de jouer. » Et nous savons qu'elle et ses caprices... Adieu, Cigarette, tu as été bonne avec moi, même si trop courte. « J’ai envie de … » Je la regarde enfin, avec ce même sérieux qu'elle arbore, qui la rend davantage attirante d'ailleurs. D'un geste  certain je détruis l'éventail de mes cartes et les pose sur le côté, sans la quitter des yeux. Approche, approche. « Toi. » Je le devine, et ça ne me laisse certainement insensible, loin de là. J'esquisse un faible sourire quand elle ferme la tente, profitant de cet instant pour dévier mon regard vers son décolleté. Quand elle se retourne, je retrouve ses yeux, la laisse réduire la distance. « Et je t’avoue que je préfère encore t’enlever ton jean moi-même plutôt que d’attendre que tu tires ce fichu roi. » La vérité, tu vois, c'est qu'à partir de maintenant le roi c'est moi et personne d'autre. Ce jeu n'a plus aucune influence, aucun pouvoir sur moi, sur ma tentative d'être sérieux. Je serai le seul et l'unique acteur en sa présence. Elle parle d'enlever mon jean, ça tombe bien, il me dérange plus qu'elle ne peut l'imaginer. « Et puis, on sait très bien que c’est ce que tu es venu chercher. » Ce petit air presque hautain... Je le boufferais. « Tu sembles si sûre de toi. Il y a d'autres filles qui peuvent me satisfaire tu sais. » Il n'y a pas que toi, dans ma vie. T'entends ça ? Tu le comprends ? Peut-être que je devrais te le rappeler, te le crier. Que t'es pas la seule qui gravite autour de moi, dans mon monde. Que ça ne déplairait pas à d'autres de le faire avec moi. Que moi-même j'en tirerais sûrement du plaisir. Après tout t'es pas la seule qui s'en tire bien au pieu. T'es pas la seule tout court, Grace. T'es pas la seule dans un monde idéal.

Dans un putain de monde idéal.

Mais dans celui-ci, là maintenant tout de suite, il n'y a qu'elle pour me satisfaire, il n'y a qu'elle que j'ai envie de toucher, d'attendre, de contempler. Et ça m'rend dingue. « J'suis venu ici juste pour avoir de tes nouvelles et taper la discussion. Je ne suis pas en manque de toi... » Tu te souviens, quand je t'ai dit que j'étais parfois un menteur ? « T'es pas aussi importante que tu le crois. » Vois comme c'est vrai, vois comme je suis doué. Comme j'arrive à le dire avec gravité aussi alors que je pourrais en rire tellement c'est con, tellement c'est faux.

Je ne sais pas pourquoi j'essaye encore de la convaincre qu'elle n'est pas si importante quand elle l'est, quand tous mes actes ou presque le prouvent, quand mon regard sur elle se fait aussi envieux. J'ai envie de la posséder et ça me brûle les entrailles, le bas-ventre, tout. Tout se languit d'elle. Doucement et avec envie, j'approche ma bouche, abaisse mon regard vers la sienne. « Tu aimes les menteurs, j'espère. » Je craque un peu, souriant faiblement lorsque mes lèvres effleurent les siennes. Mes mains viennent caresser ses hanches et remontent dans son dos, jusqu'à l'agrafe de son sous-vêtement que je défais rapidement. Tout aussi rapidement et avec fougue je m'en vais capturer son visage avec mes mains, ses lèvres avec les miennes, et je lui donne ce qu'elle attendait, ce que ses yeux gourmands me hurlaient. Ses cheveux se faufilent sous mes doigts, je ne saurais dire si je suis doux ou brusque, ce doit être un mélange des deux, quelque chose qui représente mon état actuel, cette excitation ne demandant qu'à exploser. Quand les points culminants de sa poitrine viennent titiller mon torse, mes mains vont s'y aventurer un instant avant de descendre plus bas, vers le haut de son jean, vers cette fermeture éclair qui se fend en une seconde à peine.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptySam 15 Nov 2014 - 15:43

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

just the way you are (grace) Empty

Quand je m’entends lui dire qu’on sait très bien ce qu’il est venu chercher, je me demande presque ce qu’il me prend, mais la vérité c’est que je m’en fiche, que de toutes les façons, c’est une suite logique aux événements. Andreas et moi on joue un temps, sans jamais être sérieux, jusqu’à ce qu’on pense à un autre niveau de jeu. Jusqu’à ce que j’abaisse mes barrières et que je m’autorise à le vouloir plus que de raison. Andreas, si tu savais ce que ça me coûte de faire ça, de me laisser aller toujours un peu plus avec toi. Même si je le fais en minaudant, même si tu dois croire encore une fois que je fais semblant, que je me contente de te taquiner, il y a des fois, tu sais, avec toi je ne sais plus comment définir le faux du vrai. « Tu sembles si sûre de toi. Il y a d'autres filles qui peuvent me satisfaire tu sais. » Pas des fois. La vérité c’est que je ne sais jamais. Que je t’adore si fort et souvent ça me dévore. Alors j’aimerai savoir, si tu ressens la même chose que moi. Mais s’il y en a d’autres, l’évidence est que je dois me tromper. Oui, c’est ça, je me plante sur toute la ligne, et d’ailleurs cette phrase qu’il vient de prononcer me fait perdre pieds quelques secondes, si bien que je bats des paupières sans savoir comment réagir, avant de tenter un sourire que j’espère malin afin de lui prouver que j’en ai rien à faire, des autres filles. Que maintenant il n’est qu’à moi et que c’est tout ce qui compte n’est-ce pas ? « J'suis venu ici juste pour avoir de tes nouvelles et taper la discussion. Je ne suis pas en manque de toi... » Non, ce n’est pas tout ce qui compte. Ça me fiche le bourdon. Et qu’il ose me dire qu’il n’est pas en manque de moi, je ne sais comment y réagir. Je suis tentée, vraiment, de lui mettre une nouvelle claque, parce qu’il ne peut pas me dire cela juste après que je lui ai avoué, que lui me manque et que j’ai envie, j’ai besoin, de retrouver sa peau contre moi, ses lèvres des miennes, nous deux ensemble, une nouvelle fois. « T'es pas aussi importante que tu le crois. » Je me demande quelques secondes seulement s’il pense sérieusement ce qu’il est en train de dire. Je suis même tentée de prendre la mouche et de m’énerver, de lui signifier que si je ne suis pas aussi importante je ne vois pas pourquoi il est encore là, avec ses prunelles posées sur moi, sur mon corps bien trop dénudé, sur ma peau que je voulais qu’il touche sans retenue, sans trop penser. Pas importante, vraiment ? Alors pourquoi ? Pourquoi tu me regardes de cette façon et tu t’approches de moi ? Tu fais de moi une proie et deviens un chasseur, bourreau complet de mon cœur. Je mords ma lèvre inférieure pour réprimer les mots que je voudrai lui dire, le laissant s’approcher encore, dangereusement, je le veux tellement que j’en perds le nord. « Tu aimes les menteurs, j'espère. » Il se passe alors, en moi, quelque chose qui ressemble à du soulagement, je n’ai pas peur de lui, juste de ses mots, de mes sentiments. De cet impact étrange qu’il a sur moi et je me dis que vraiment s’il n’avait aucun intérêt pour moi, ce ne serait pas des montagnes russes notre relation. Et ce sourire presque invisible qu’il m’offre me prouve qu’il est un menteur, réellement, encore plus lorsque ses lèvres viennent jouer avec les miennes, en même temps qu’elles jouent avec mes émotions. Mes frissons. Ses mains me torturent lorsqu’elles viennent se poser sur moi, me caresser pour finalement m’aider à me retrouver à moitié nue face à lui, juste à l’instant où il m’embrasse pour de bon, où il m’embrase avec une fougue sans nom. Et sans me contrôler, je passe mes bras autour de lui, entoure sa nuque à laquelle je m’accroche avec vigueur, force mon cœur à s’emballer avec ferveur. Ses doigts experts arrivent à la hauteur de la fermeture de mon jean et s’attèlent à l’ouvrir rapidement. Ma respiration s’emballe, et sans réfléchir, je l’aide à retirer complétement mon vêtement, je réalise bien vite que mon besoin de l’avoir contre moi est pressant, parce que j’ai l’impression que cela fait bien trop longtemps que ce n’est pas arrivé. Bordel, qu’il m’a manqué. Mes lèvres partent à l’encontre de sa mâchoire, de son cou, le départ de son épaule et si cela est seulement possible mon rythme cardiaque s’envole de plus belle. Et avant de retrouver ses lèvres pour un nouveau baiser, je me permets de préciser, parce que je ne peux garder ma bouche cousue bien longtemps, et qu’il le sait. « Je n’irai pas jusqu’à dire que j’aime. » Ma langue ne nargue délicatement, en effleurant cette bouche bien trop dessinée, laquelle j’embrasse dans mes songes les plus secrets. « Mais ça te va bien, ça me plait. » Quoi donc ? Lui ? Oui, et plus encore. Absolument tout ce qu’il est, tout ce que nous sommes, aussi, c’est vrai. En continuant de m'amuser, je vais défaire à mon tour la fermeture de son pantalon, impatiente de le retrouver contre moi, en moi. « Quand tu fais semblant de me résister. » Et je l’empêche de répondre, parce que je capture ses lèvres encore et encore, et mes mains ne semblent pas être rassasiées de son corps qu’elles commencent à connaitre par cœur. Le problème dans tout cela ? Ce que je pourrai être lassée, comme d’habitude, n’est-ce pas, mais là … Je l’aime encore plus à chaque fois.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptySam 15 Nov 2014 - 19:26

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 27
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

just the way you are (grace) Empty

Ce n'est pas difficile de voir qu'elle se méfie de mes propos, de mes mensonges. Le message est fort et dur. Elle ne mérite pas d'entendre ça de ma bouche mais j'ai pourtant eu besoin de lui rappeler que la situation me dépasse aussi, à moi, qu'elle n'est pas la seule à éprouver des difficultés à se laisser porter par le vent ou plutôt, par cette chose innommable. J'en suis aussi la victime, tout comme elle. Peut-être aussi ai-je eu envie de voir ce changement d'expression sur son visage, au moment où je lui ai rappelé combien j'aime parfois mentir. C'est vrai, j'aime ça, surtout dans ce genre de moment, quand ça m'arrange personnellement. Désormais, elle sait que je me fiche un peu des autres qu'elles, que je ne suis pas venu ici uniquement pour discuter, mais aussi et surtout que je suis en manque d'elle, qu'elle est importante. J'aurais dû lui dire que c'était Noël ce soir, qu'elle allait en avoir pour ses beaux yeux mais au final, je réalise qu'elle devait entendre tout ça, que j'en avais moi-même besoin. A partir de ce jour, Grace, tu ne pourras plus supposer et encore moins affirmer que tu ne comptes pas à mes yeux. Ce sera refusé d'office.

Ce même vent nous emporte, quelque part, loin de ce camping. J'oublie que nous sommes dans une vulgaire tente, j'oublie que des gens sont à quelques mètres de nous, derrière cette toile, à rire pour des choses dont je me fous complètement. J'oublie beaucoup de choses car je ne vois plus qu'elle, qu'elle a ce don particulier pour me retirer toute autre chose de la tête. Dès lors que ses yeux se plantent dans les miens, j'apprécie ce qu'il en ressort, ces choses mystérieuses dont elle ne doit même pas être consciente mais qui, pour moi, s'éclaircissent de jour en jour. Grace a toujours été une fille sûre d'elle mais cette assurance évolue, se transforme en quelque chose de davantage hypnotisant et succombant. Très vite nous la débarrassons de son pantalon et j'ai à peine le temps de la regarder que déjà, elle revient à la charge. Je glisse ma main dans sa nuque quand elle dévore le bas de mon visage, mon cou, mon épaule, et je frémis, je ne le nie pas. Elle me rend brûlant et complètement envieux. « Je n’irai pas jusqu'à dire que j’aime. » Mais... ? « Mais ça te va bien, ça me plait. » Je lui signale alors, par un sourire, que je le sais déjà très bien. Que c'était fait exprès, plus ou moins. L'atteindre, toujours plus, toujours plus fort. Une quête folle et infinie mais ô combien excitante. « Quand tu fais semblant de me résister. » Ses mains s'attèlent à défaire mon pantalon mais je ne lâche pas son regard, un sourire presque mystérieux sur le visage. La vérité, c'est que j'allais lui répondre une bêtise, que je pouvais très bien continuer si elle adorait ça à ce point mais elle m'empêche de parler, d'étaler encore plus mon idiotie. Cela n'aurait peut-être même pas été réalisable, de toute façon. J'accueille à nouveau ses lèvres pour un rapide baiser, afin de pouvoir enfin me débarrasser de mon jean que je jette ensuite sur le côté, quelque part sur les affaires de Grace. Ensuite je reviens face à elle, me rapproche, caresse sa joue avec le dos de mes doigts et l'embrasse doucement, avant de l'allonger là, sur quelques fringues éparpillées. Je m'installe entre ses cuisses et la surplombe, avec un sérieux que je ne contrôle pas. Mon bassin tente d'épouser le sien du mieux qu'il peut, malgré son sous-vêtement, malgré le mien. J'ai tellement envie d'elle que ma faculté à raisonner diminue, au fil des minutes, des secondes. Mes lèvres ne cessent de jouer avec les siennes et dans le feu de l'action, j'abaisse sa culotte, la lui retire en relevant ses jambes avant de me replacer entre elles. Puis j'abaisse mon boxer, me donne seul l'autorisation d'aller taquiner son intimité avec la mienne, affamée d'elle. C'est pour la rendre plus impatiente mais aussi pour calmer - ou rendre plus furieuses - mes envies, évidemment. Oui, je crois que je perds un peu la raison. Faisant même preuve d'une nouvelle force, puisée dans mes sentiments pour elle, j'en oublie la protection et commence, relativement doucement, à me faire un chemin en elle.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyDim 16 Nov 2014 - 14:11

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

just the way you are (grace) Empty

Alors que je l’embrasse, je réalise tout doucement, la portée de ses mots. De ses mensonges. Parce que si j’en crois ce qu’il a voulu me démontrer. Tout ce qu’il m’a dit avant de venir trouver mes lèvres était faux. C’était faux que je ne suis pas importante. C’était faux qu’il voulait juste parler et prendre de mes nouvelles. C’était faux le fait qu’il y en a d’autres pour le satisfaire. Et j’ai l’impression que l’importance de ses révélations m’enivrent, constatant que nous sommes, au final, sur la même longueur d’ondes. Et si à ce même festival j’ai pu me perdre dans les bras de mon meilleur ami, la vérité est que lui, Andreas, n’a pas quitté mon esprit. Rapidement il se trouve dans le même apparat que moi, et je me délecte de ressentir sa peau contre la mienne. Mes envies gravitent autour de son univers, et je n’ai presque pas peur de m’en rendre compte. De me laisser aller à le vouloir en moi, avec moi, pour aujourd’hui et les autres jours, en résumé. Et même si je le réalise, je sais bien que je ne pourrai pas lui dire, c’est donc pour cela que je me contente de soupirer quand ses doigts effleurent mon visage une fois qu’il revient vers moi, quand avec son envie et la mienne comme directrices, il m’intime de m’allonger, quand mes lèvres ne le quittent pas, se délectent de sa peau, comme à chaque fois. Au bord de l’explosion, j’accueille son corps contre le mien, écarte les jambes pour le laisser approcher un peu plus. Pour adorer ce contact qui provoque en moi une volée de papillons à l’intérieur de mon estomac. Quand il retire mon sous-vêtement, j’émets un semblant de gémissement de surprise. Puis vient le moment où il enlève le sien, et mon corps se retrouve complétement en manque du sien, se tort sous le poids de l’envie toujours plus grande que je ressens pour lui. En réponse à cette façon qu’il a de me narguer avec son intimité, je me cambre afin de lui signifier que je l’attends, que je l’attends depuis bien trop longtemps. Je mords ma lèvre quand il se décide à ne faire plus qu’un de nous deux, c’est incontrôlé, puissant. Et je soupire, et je gémis, quand je me redresse un peu afin de trouver ses lèvres, rapidement, plusieurs fois, et je ne saurai dire si c’est doux, si c’est tendre, ne me reste en tête que le bien, que le côté si plaisant de me faire savoir pleine grâce à lui. Alors mes doigts s’accrochent à son dos quand de mon bassin j’essaie tant bien que mal d’accélérer la cadence. J’ai sur le bout des lèvres des centaines de choses à lui dire, des centaines de mots à lui murmurer, des envies de lui avouer qu’il est le seul, le seul pour lequel je suis capable de craquer à ce point. Un niveau qu’il n’imagine même pas. Comment pourrais-je lui expliquer qu’en prenant possession de mon corps de cette façon-là, il prend aussi possession de tous mes sentiments ? Comment lui dire que face à lui, j’ai de plus en plus de mal de garder mes barrières levées ? Alors quand toutes mes pensées ne tournent qu’autour de cela, je me surprends à attraper ses main des miennes, à entrelacer mes doigts avec les siens, à ralentir nos mouvements, accentuer nos baisers, la profondeur des va-et-vient qu’il m’offre sans s’arrêter. Mon souffle se mélangeant au sien, mon regard se perd dans le sien. Et je perds aussi la meilleure partie de moi, celle encore capable de lui résister. Si je pensais que c’était lui qui ne pouvait pas le faire, je réalise bien péniblement que l’inverse est trop vrai. Je ne lâche pas ses prunelles des miennes, plus proche encore que la dernière fois que nous nous sommes retrouvés dans cette situation-là. « Ne t’arrêtes pas. » Je sais bien qu’il n’avait surement pas prévu de le faire, mais à défaut de lui avouer ce que j’ai sur le cœur, je préfère lui murmurer, que je ne suis entière que lorsqu’il est là, et que je n’ai pas envie de le voir me quitter. Pour ce soir, et jamais.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) EmptyDim 16 Nov 2014 - 17:40

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 27
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

just the way you are (grace) Empty

Elle ne dit rien, ne me rejette pas pour cette prise de risque. Au contraire, son corps m'attire et m'aspire comme si nous ne nous étions pas vus pendant des semaines et des semaines. Je crois que c'est un peu le cas, d'ailleurs. Depuis notre dernière fois, il n'y a eu qu'elle et j'en aurais presque honte. J'ai eu envie d'autres filles, le plus simplement du monde, mais cela n'avait rien de comparable. Je le sais, je l'ai compris qu'elle a cette place spéciale dans mon cœur, quoique je fasse, quoique je décide et malheureusement ce n'est pas aussi simple que cela à vivre et à accepter.

Puisqu'elle ne me repousse pas malgré mon manque de vigilance, je décide de lui faire confiance, de laisser mes envies parler. Plus que des envies, ce sont des pulsions. Rien de plus, rien de moins. Et j'adore ça, la voir si réceptive, si emballée, tout autant que je le suis. Cela ne fait que quelques secondes que j'ai entamé cette danse en elle et pourtant, j'en ressens déjà toutes les douces jouissances attendues, celles-ci même qu'elle décuple avec cette façon qu'elle a de mouvoir son corps sous le mien, oui, mais aussi et surtout de me regarder. Ça me rend un peu fou d'une certaine façon, mais pourtant je crois que j'en suis fan. Ses doigts viennent se joindre aux miens et je serre cette main bienvenue, sans vraiment réfléchir, avant de l'embrasser une nouvelle fois passionnément.

Puis soudainement, elle m'encercle de ses jambes, prend un peu le contrôle de la situation en me forçant à ralentir. Mes yeux se rouvrent sur les siens quand je comprends ce qu'elle recherche, ce genre d'instant unique auquel je ne penserais pas forcément, ni même naturellement, je crois. Mais tout ça, ça m'intrigue autant que ça me plait. Ce sérieux qu'elle arbore, cette allure douce mais intense, son souffle un peu sucré qui se mêle au mien. Mes lèvres effleurent les siennes mais résistent, restent à une minime distance nécessaire pour conserver ce contact visuel, comme elle semblait en avoir envie. Et les sensations sont délicieuses, délicieuses. Je pourrais me fatiguer de cette cadence mais cela n'arrive pas. Ni mes muscles mis à l'épreuve, ni mon désir ne se plaignent. « Ne t’arrêtes pas. » Je souris, doucement, en approchant mes lèvres de son oreille. « Tu es folle. » Folle de supposer que je puisse m'arrêter. Quelle que soit cette chose que je suis en train de faire, ce combat avec elle que je suis en train de gagner ou de perdre, cette tendance, peut-être, à capituler... Je ne m'arrêterai pas, jamais, parce que j'aime trop ça.

Et sur ces mots, je renverse la situation, la prends dans mes bras et m'assieds, presque en tailleur, avec elle sur moi, assise aussi. Pour calmer mon excitation, pour reprendre de l'énergie, pour avoir une nouvelle proximité aussi. Mes mains décident d'aller, lentement, caresser son dos, ses hanches, ses fesses, puis elles remontent vers ses seins que j'aime tant et qui doivent figurer parmi mes faiblesses. Je les flatte du bout des doigts, en redessine les contours pour la énième fois et les regarde, me les approprie sans en éprouver le moindre embarras. Ensuite, mon regard remonte sur ses longs cheveux blonds, sur ses yeux bleus assombris par l'obscurité. « Tu sais que je n'étais pas tant sérieux au sujet des blondes ? » Que c'était surtout pour l'embêter, plus qu'autre chose, et d'ailleurs cela n'a jamais aussi bien marché qu'avec elle. Je lui vole un baiser sur ses lèvres, puis je parcoure sa mâchoire, son cou tandis que ma main vient caresser la partie accessible de son bas ventre, doucement. J'ai envie qu'elle reprenne la cadence, qu'elle nous fasse du bien autant à l'un qu'à l'autre comme je la sais très bien capable de le faire.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) Empty

Contenu sponsorisé

just the way you are (grace) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
just the way you are (grace)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Amazing grace
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Grace De Slewer
» Partie de wicked grace
» Danses en TDM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP :: Terminés-
Sauter vers: