Partagez
 

 just the way you are (grace)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) - Page 2 EmptyJeu 20 Nov 2014 - 12:12

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

just the way you are (grace) - Page 2 Empty

« Tu es folle. » Et quand il sourit, je le fais aussi, j’ai des envies de lui dire que si je le suis ce n’est en réalité que de lui. Oui, j’ai connu la folie le jour où je l’ai croisé dans le parc et depuis cette journée-là, je n’ai jamais réussi à me défaire du mal qui fait à présent plus que me ronger. Mais je reste silencieuse, appréciant plus que de raison le fait d’être à lui, une nouvelle fois, complétement à sa merci et j’adore cela. Je m’en veux, je m’en veux si fort, mais j’ai ce besoin de le retrouver qui me dévore. J’ai envie de me dire qu’il m’est acquis, qu’il me revient de droit, que notre relation est unique et qu’il n’est pas en droit, d’en avoir d’autres que moi. Je me sens tellement égoïste que je pourrai me baffer, tenter du mieux que je le peux de retrouver tous ces traits de caractères qui font que je suis moi, qu’il m’enlève à chaque fois. Que je perds quand je le regarde et me dis qu’il fait partie de ceux qui comptent le plus dans ma vie.
Il se redresse finalement, m’entraine avec lui et je m’accroche à ses épaules, ses bras. Ses mains s’offrent le loisir de me découvrir d’une façon que je connais que trop bien, parcourent mon cœur de mon dos jusqu’à mes seins. Me font plonger un peu plus dans ce sentiment d’adoration que je ressens à son égard, que je ne peux plus nier parce qu’il est, à la vérité, maintenant bien trop tard. Ses yeux brûlent ma peau d’une manière si agréable que je n’essaie même pas de l’en empêcher, bien au contraire, je crois pouvoir affirmer que lorsque je le regarde je le fais de la même façon, avec une certaine passion. Puis ses doigts se perdent dans mes cheveux, dont j’avais presque oublié la couleur jusqu’à ce qu’il prenne la peine de me la rappeler, en bon emmerdeur qu’il est. « Tu sais que je n'étais pas tant sérieux au sujet des blondes ? » Alors je me sens rougissante à nouveau, j’aimerai pouvoir cacher mon visage dans son cou, son épaule, ou n’importe quoi, ne plus penser à ma bêtise de cette nuit, mais je n’en ai pas le temps, puisque ses lèvres me surprennent, me volent un baiser quand de sa main il revient me trouver. M’affoler. M’enivrer. Me forcer à perdre le peu de raison qu’il me restait. Ma peau semble plus sensible qu’à l’accoutumé, mon cœur s’emballe sans arrête, et mon visage va finalement trouver sa place au creux de son cou, que j’embrasse alors que je reprends le rythme de notre union, savoure chaque sensation. Quand je relève finalement le visage, je me plonge dans ses prunelles plus sombre que d’habitude par l’obscurité qui nous entoure, ayant un peu repris mes esprits après l’assaut de sa main sur moi, lui en moi, beaucoup trop envoutée par Andreas, je tente un sourire entre deux soupirs. Allant et venant sur lui, nos cœurs à l’unisson, j’ai du mal à penser, du mal à tenter de répliquer, mais j’arrive malgré tout à prononcer. « Klein ? » Un air malin, ou envieux, peu importe je suis certaine que mon regard lui hurle que je le veux toujours plus fort. « Tais-toi. » Je m’en vais alors mordiller sa lèvre inférieure avant de l’embrasser une nouvelle fois. Et je reprends la cadence, et je m’envole petit à petit vers un pays que je connais que trop bien grâce à lui. Que j’espère retrouver chaque fois. Le pays qui porte le prénom Andreas.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) - Page 2 EmptySam 22 Nov 2014 - 19:13

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 27
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

just the way you are (grace) - Page 2 Empty

C'était ce que je désirais, au fond. Pas seulement l'embêter, bien que cela  soit depuis le début une espèce de hobbie en sa compagnie, mais surtout la voir gênée par quelque chose de plus fort, de plus sensible. Quelque chose qui prendrait naissance dans ce qu'elle ressentirait pour moi, douce espérance. C'est fou, j'ai le sentiment que c'est la première fois où je me sens à ce point submergé par ce qui est en train de se passer, là, en sa présence. Contre elle, en elle, allant et venant doucement, rapidement, dans une cadence orchestrée uniquement par ce qui bat en moi, ou en elle. Je le sais que c'est différent, je le sens. Quand je la regarde, j'ai envie de lui murmurer qu'elle est là où elle doit être, qu'aucun autre que moi ne pourrait lui faire ressentir la même chose. J'ai la conviction que c'est vrai, au plus profond de moi, et c'est cette certitude qui me motive à toujours lui faire du bien, à la rendre heureuse. Cela m'aurait semblé être une montagne haute d'absurdité il y a quelques mois, cela m'aurait peut être même horrifié mais la vérité, c'est qu'aujourd'hui je ne trouve rien de plus simple, de plus instinctif que ça. Elle et moi, comme ça. Elle esquisse un sourire finalement, sans doute pour reprendre un peu d'assurance, et moi je le lui rends aussi naturellement en effleurant son nez du mien, ses lèvres des miennes. « Klein ? » Parce qu'elle utilise mon nom, je sais d'ores et déjà que ce qu'elle aura à me dire sera amusant ou agaçant. « Hm ? » Je demande, en m'intéressant vaguement, plus porté sur ses mouvements, cette symbiose divine. « Tais-toi. » Voilà, je n'étais pas tant éloigné de la vérité. C'est amusant, et un peu agaçant. Ça me fait rire, aussi. « D'accord madame, je ferme ma bouche... enfin pas tout à fait. » Rieur, je m'en vais lui voler un nouveau baiser, attrape son visage de mes deux mains et les fais glisser sur son corps, de sa nuque jusqu'à ses hanches que j'accompagne alors, dans leur danse sensuelle sur moi. Tandis que nos lèvres se cherchent, s'amusent et s'adorent, les sensations s'amplifient au fil des secondes, et je la sens frémir, prendre du plaisir en bonne maîtresse de son corps qu'elle est. Elle n'est pas la seule, puisque je peine à contenir en moi quelques soupirs quand, parfois, elle accélère un peu. Plus elle s'envole, plus je me sens à l'étroit. Plus je me sens à l'étroit, plus le régal est grand. Mais je travaille sur moi, je la regarde, droit dans les yeux, tandis qu'elle prend ce qui lui est dû, cette part de félicité que j'adore lui donner. Toi, Grace, sous mes yeux, à la fois si puissante et impuissante, ces deux extrêmes qui me rendent toujours, toujours interdit. Elle est trop belle et je me retrouve si con, comme à chaque fois, à avoir ce genre de pensées si niaises. Quand ces sons qui s'échappent de ses lèvres perdent en tonalité, quand ses mouvements se ralentissent fortement, j'accroche mes doigts à sa peau, la force à s'arrêter. Je resserre mon emprise au niveau de ses hanches comme si l'on pouvait renforcer encore plus notre union, et je retourne embrasser son cou, son épaule... Je perds un peu plus de ma raison et la plaque à nouveau sur le sol, sans cesser de la dévorer à l'aide de mes lèvres, pendant une minute, peut-être deux, puis je laisse ensuite mon désir reprendre le contrôle en m'introduisant à nouveau en elle, brusquement. Et tout ce qui suit, c'est tantôt mon corps qui le dicte, tantôt mon coeur. Que ce soit l'un ou l'autre, c'est fougueux, passionnel, me met dans l'incapacité désormais de m'arrêter, jusqu'à ce que le tonnerre se mette lui à gronder. Mes bras repliés, mes mains dans ses cheveux et mon visage contre le sien, j'atteins le paroxysme du plaisir, la contraction et la détente au summum, cette libération qui prend sens dans toutes ces semaines à la vouloir pour moi, à la désirer comme aucune autre. Plusieurs spasmes m'enfoncent un peu plus en elle et pendant ces quelques secondes, je ne pense à rien d'autre qu'elle. Encore, et encore. Putain, je l'ai dans la peau, moi aussi. L'ivresse. Le bonheur. Le confort. C'est tout ce que je viens de vivre, c'est ce que je vis encore, là, quand je rouvre mes yeux sur elle. Tout à coup, je reprends conscience de la réalité. De cet état dans lequel je suis par sa faute, de ma peau ruisselante, de mon cœur bien trop agité. L'évidence... L'évidence est là, sous mes yeux, en moi. Il faudrait être aveugle pour ne pas la voir. C'est un peu douloureux mais je ne résiste pas à l'embrasser et à caresser son front tendrement. « Est-ce que tu vas me renvoyer dans ma chambre d'hôtel, maintenant que tu as eu ta dose ou ai-je une chance de pouvoir rester ? » Je lui adresse un petit sourire en me redressant légèrement, sans pour autant me retirer d'elle. Non, là, j'y suis trop bien.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) - Page 2 EmptyDim 30 Nov 2014 - 17:03

Grace W. Nolan
Grace W. Nolan
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2013
Prénom : Lilou
Célébrité : Alexis Knapp
Crédit avatar : Eléa ♥
Messages : 2073
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Ses regrets
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Architecture, athlétisme.
Job/Métier : A la recherche d'un emploi
Adresse de résidence : Chez Kai, pour l'instant.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

just the way you are (grace) - Page 2 Empty

Il me fait craquer. Tout en lui m'attire un peu plus à chaque fois et a cette manière divine de faire craquer mon cœur. Cette façon de me regarder, son air rieur, cette position assise presque en tailleur. Il est le parfait exemple et résumé de ce que j'aime chez un homme, tout ce que j'attends. Même si je l'ignorais avant. Avant lui en tous les cas. Je regardais les hommes plus vieux, de ce que je ne pourrai pas avoir pour longtemps pour être en accord avec moi. Mais aujourd'hui tous mes sens ont trouvé un terrain d'entente et ce dernier s'appelle Andreas. La vérité c'est qu'ici, dans ses bras, j'ai du mal à le nier, à faire comme s'il n'y avait rien entre nous. C'est le contraire, en fait, entre nous il y a tout. Je l’écoute rire à ma phrase et je me rends compte que même ça, sa façon de rire, possède un impact sur moi.  « D'accord madame, je ferme ma bouche... enfin pas tout à fait. » Et si je voulais rire aussi je n’en ai tout simplement le temps parce ses lèvres retrouvent les miennes et je ne m’en plains pas, bien au contraire. J’accentue mes mouvements, me fonds en lui ou plutôt le laisse se perdre un peu plus en moi. Mes lèvres s’amusent des siennes qu’elles connaissent à présent par cœur et qui pourtant m’enivre toujours de par leur saveur. Mes mains s’accrochent à son corps, le caressent et le redessinent du bout des doigts, s’agrippent quand j’accélère, cajolent quand je ralentis. C’est d’une perfection sans nom, et je continue sans même envisager une seule seconde l’arrêter cette danse lascive, cette union que me fait perdre la tête, la raison. Les secondes passent et je ne me lasse pas, je comble mes désirs qui ont depuis quelques temps été baptisés à son nom. Andreas me laisse être maitre de moi, de nous, et quand je ressens cette vague emplir mon être tout entier, je ne peux m’empêcher de m’accrocher un peu plus, de tenter de contenir encore un peu, avant d’atteindre ce qu’il y a de mieux, ce qui n’a ce gout là qu’avec lui, ce dont je ne peux me passer, ce qui me fait penser que lui et moi, on devrait plus souvent se retrouver dans cette position-là. Puis mon regard dans le sien, ma respiration plus profonde, mes mouvements plus lents, plus rapides, je ne sais pas, mes gémissements sourds contre sa peau, ses mains sur mes hanches qui ne me permettent pas de répit, alors que je touche à la vie dans toute sa splendeur, que je sens que ça cogne dans mon cœur. Je voudrai pouvoir reprendre mes esprits, me laisser le temps de réaliser, réaliser que si c’est aussi bon c’est parce que c’est grâce à lui. Si j’aime autant cela, c’est parce qu’il est lui et que je ne peux plus m’en passer, quoi que je dise, quoi que je puisse penser. Je raffole de chaque partie de cet homme qui me rend dingue et niaise à la fois, alors quand de son corps il plaque à nouveau le mien contre le sol et m’arrache encore quelques soupirs bruyants, je comprends que si je suis née un jour c’était pour le rencontrer lui, si j’en ai connu d’autres, ce n’est que parce que je me devais de me retrouver avec lui, un jour, aujourd’hui. Et si je fuyais l’amour c’est parce qu’il m’attendait dans un parc un jour d’été. Je suis complétement cramée, c’est tout ce que je suis capable de penser, quand il me dévore et me prend avec passion, quand il implose en moi et que j’aime cela autant que ce que lui doit apprécier, je crois. Pleine de lui, rien que ça. Mon rythme cardiaque a du mal à se calmer, parce que j’ai l’impression que ce que mon cœur ressent est beaucoup trop fort. Je soupire quand il caresse mon front, caresse ses épaules de mes mains quand il m’embrasse et que je réponds. « Est-ce que tu vas me renvoyer dans ma chambre d'hôtel, maintenant que tu as eu ta dose ou ai-je une chance de pouvoir rester ? » Un sourire fin vient se poser sur mes lèvres juste avant que je ne morde ses dernières afin de feindre la réflexion. Mes mains vont se poser sur son dos, s’amusent un peu, l’effleurent et l’adorent comme à chaque fois, la vérité c’est qu’avec ces mouvements là, je le garde un peu plus contre moi, en moi. J’ai toutes les envies du monde sauf celle de le voir partir, bien au contraire. Le fait que je ne peux plus faire comme si je n’étais pas totalement folle de lui. Je ne peux plus le rejeter, parce qu’aussi fort que le veut ma tête, mon corps et mon cœur, eux, ne sont pas d’accord. Ils hurlent afin de le garder près de moi, de profiter de tous les moments qu’il voudra bien passer avec moi. Alors le renvoyer dans sa chambre d’hôtel ? Non, il en est hors de question, c’est comme ça. « T’en dis quoi si … » Mes lèvres se posent sur les siennes, sans prévenir, juste par envie, et je ne me comprends pas. « On va prendre une douche et on se trouve un bon groupe à aller écouter ? » Je souris encore, et me maudis en même temps. Je ne sais complétement pas ce qu’il me prend, et je ne sais même pas si je dois regretter mes mots ou pas. C’est donc pour cette raison, que je lui précise tout de même. « En toute amitié, va pas croire que c’est un rencard. » Le problème, c’est qu’il y a un truc tout au fond de moi, qui a envie que ce soit ça. Une de ces choses étranges qu’on fait quand on est un couple ou je ne sais quoi, quand on est accroché à l’autre personne, quand on se dit, un peu bêtement, que la vie c’est bien, mais que, bon sang, à deux c’est mieux. Je te hais, mon dieu.



Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil,
ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ?
C'est là que je t'aimerai toujours,
c'est là que je t'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) - Page 2 EmptyLun 1 Déc 2014 - 15:17

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 27
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

just the way you are (grace) - Page 2 Empty

Je lui pose cette question et pourtant, je suis presque persuadé à l'avance qu'elle ne me renverra pas d'ici. Grace a laissé tomber les barrières finalement et ça tombe bien puisqu'elle n'est pas la seule. Je ne me vois pas partir, non pas pour ce qu'elle pourrait en penser mais bel et bien car je n'ai pas envie de la quitter, pas après avoir ressenti autant de choses. Et si mes pensées restent secrètes, mon regard lui se pose tendrement sur elle quand elle fait semblant de réfléchir. Je la connais de mieux en mieux, c'est indéniable. « T’en dis quoi si … » Elle me vole un baiser et je hausse les sourcils, en attendant la suite. « On va prendre une douche et on se trouve un bon groupe à aller écouter ? » Si simplement. Si... normalement. Comment dire non à une telle proposition ? « En toute amitié, va pas croire que c’est un rencard. » Je relève la tête vaguement en signe d'acquiescement, puis je souris malgré tout, bien conscient de la réalité ici, entre nous. « Cela va de soi. Qui pourrait croire à un rencard entre toi et moi ? » Lancé-je de façon amusée et un brin provocante. Quoi qu'il en soit, cela ne devrait pas nous poser problème plus longtemps. C'est en vue de me rhabiller que je brise enfin notre communion et recherche aussitôt mes vêtements éparpillés ci et là.

A peine quelques minutes plus tard, nous sortons l'un et l'autre de notre cabine de douche, prêts pour la suite de la soirée. Je la retrouve, passe mon bras autour de ses épaules, non sans lui adresser un sourire complice, puis nous nous laissons guider dans la bonne humeur vers la musique. Un air rock'n'roll, une voix suave et crépitante. Mon attention sur elle, à côté de moi, quand elle n'est pas sur ce chanteur. Et ce baiser que je lui vole à mon tour, quand elle s'y attend le moins. Elle ne s'en doute peut-être pas, mais cette soirée restera gravée dans ma mémoire. En toute amitié.

Fin du sujet



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: just the way you are (grace)   just the way you are (grace) - Page 2 Empty

Contenu sponsorisé

just the way you are (grace) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
just the way you are (grace)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Amazing grace
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Grace De Slewer
» Partie de wicked grace
» Danses en TDM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP :: Terminés-
Sauter vers: