Le Deal du moment : -40%
Maillot de football Third Paris Saint-Germain – ...
Voir le deal
54 €

Partagez
 

 Who are you ? Shazz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptyDim 17 Aoû 2014 - 23:04

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty



Jay & Shaey


Who are you ?



Allongée dans  son bain, elle écoute tranquillement la musique. Elle vient de déposer Lena chez une de ses petites camarades d’école avec qui elle restera les trois prochains jours.  Se retrouver seule aussi longtemps n’est pas habituel. Même si elle est contente de savoir que sa fille va s’amuser, elle doit néanmoins avouer que sa présence va lui manquer. En y repensant, c’est probablement la première fois qu’elle sera séparée de Lena aussi longtemps. Ce qui en soit n’est pas une mauvaise chose, pour elle comme pour sa fille. Pour la première fois depuis longtemps, elle va pouvoir faire ce  qu’elle désire sans avoir à ses obligations de maman. Trois jours de liberté s’offrent à elle mais un étrange vide l’empêche de savourer pleinement cette opportunité. Elle sait qu’elle devrait être contente d’avoir du temps rien que pour elle, mais quelque chose l’en empêche… Nul besoin de chercher de quoi il s’agit. La réponse s’impose d’elle-même. Jay. Dix jours qu’ils ne se sont pas donnés de nouvelles. Dix jours durant lesquelles elle n’a pas arrêté de regarder son téléphone dans l’espoir de voir un message ou un appel manqué. Dix jours à espérer vainement un geste de la part du jeune homme. Dix jour à sentir son cœur se serrer dès que Lena demandé quand elle le verrait. Le simple fait de penser à Jay fait de nouveau naître en elle un sentiment de malaise. Elle ne doit plus penser à lui, du moins pas pour le moment. Il lui a fait comprendre qu’elle n’était pas la femme pour qui il abaisserait sa barrière et elle l’a bien compris. Si elle ne vaut pas la peine aux yeux de Jay, alors inutile d’insister. En revanche, que reste-t-il de leur amitié ? Elle ne le sait pas et ne se sent pas prête à se poser la question. Tout est bien trop frais. C’est encore trop tôt. Souhaitant se le sortir de la tête, elle se laisser glisser intégralement dans l’eau chaude.

Elle ignore combien de temps elle est restée dans son bain lorsqu’elle en sort.  Elle regarde par l’immense baie vitrée de sa chambre et constate que la nuit commence à tomber sur Los Angeles. Doucement, envelopper dans son drap de bain en soin, elle vient s’asseoir près de la fenêtre et observe les gens marcher dans les rues. Elle apprécie venir se poser ici de temps en temps, lorsque Lena est couchée. Il n’est pas rare qu’elle s’installe ici, blottie dans une veste chaude, un verre de vin à la main, et qu’elle observe le paysage s’offrant à elle. Son regard se pose alors sur son lit ou est déposé un e enveloppe.  Elle a reçu une invitation pour un vernissage dans une galerie. C’est ce soir et elle hésite à y aller. Peut être est-ce là l’occasion pour elle de se changer les idées. Hésitante, elle se lève avant d’attraper l’invitation en question. Le vernissage n’est pas réservé à un peintre en particulier et plusieurs artistes seront présents, dont le fameux Reign. Elle a souvent entendu parler de lui sans jamais prendre le temps d’aller voir son travail. L’occasion se présente pour elle de pouvoir enfin voir ce que fait le peintre en question… Elle observe l’invitation longuement, comme si cette dernière allait lui donner la réponse qu’elle attend. Deux options s’offrent à elle. Rester ici à probablement broyer du noir en pensant à Jay, ou aller à cette expo et se changer les idées. Vu comme ça, la réponse paraît tout de suite plus simple à prendre. Elle s’oriente vers son dressing avant de retirer son peignoir.

En un rien de temps, la voilà prête à partir. Vêtue d’une longue robe décotée dans le dos et les cheveux relevés en chignon, elle peut se rendre au vernissage. Sans attendre davantage, elle prend son sac à main et quitte son appartement. Ce soir elle ne prendra pas le volant et se contentera de prendre un taxi. En bas de son immeuble, un gardien a la délicatesse de venir lui ouvrir la porte. « Vous êtes sublime Madame. » Elle le regarde en souriant. Elle l’apprécie beaucoup et à chaque fois qu’il voit Lena, il lui offre toujours des bonbons. « Merci Andrew. »  A peine est-elle dehors qu’un taxi attend, portière arrière ouverte. Elle ignore comment Andrew peut bien faire, mais dès qu’elle désire prendre un taxi, il se débrouille toujours pour qu’elle n’ait pas à attendre. « Je sais que je vous l’ai déjà dit, mais vous êtes un véritable géni Andrew. »  Il la regarde en souriant et referme la portière une fois qu’elle s’est installée à l’arrière du taxi. La voilà partie.

Il ne lui faut pas longtemps pour arriver au lieu du vernissage. Ce dernier a lieu dans le même quartier que celui ou elle vit. Elle règle le chauffeur et descend du véhicule. Plusieurs personnes entrent et sortent simultanément de la galerie. Il y a l’air d’y avoir pas mal de monde. Intriguée par ce qu’elle va pouvoir y découvrir, elle s’avance et tend son carton d’invitation à l’homme qui se tient à l’entrée. Ce dernier lui ouvre la porte tout en lui faisant signe d’entrer. Elle entre et reconnaît immédiatement plusieurs visages. Ce vernissage sur invitation compte parmi ses invités des artistes de renoms. Des invités triés sur le volet. En silence, elle avance au cœur de la galerie qui, à l’occasion, semble avoir été divisées en plusieurs pièces. A chaque pièce correspond un artiste avec un univers qui lui est propre. Cette idée lui plait beaucoup et sans attendre elle entre dans la première pièce. A l’intérieure la lumière y est particulièrement vive. Les murs blancs sont ornés de tableaux fait au fusain et illustrant des partie du corps dessiné avec un détail impressionnant. La lumière vive et blanche donne du contraste aux œuvres et les met sublimement en valeur. Elle aime le travail à la fois simple et travaillé de l’artiste. Sa simplicité ne fait que rendre le tout que plus beau. Elle s’attarde un moment sur un tableau montrant deux mains se touchant. A en juger par le détail, il s’agit d’une main d’homme touchant la main d’une femme. Elle aime se tableau et prend le temps de relever le nom de l’artiste avant de quitter cette première pièce très prometteuse.

En silence, elle continue son chemin au cœur de la galerie et va de pièce en pièce. Elle aime voir que chaque artiste et chaque pièce a son univers particuliers. Des doux, des froids, des chaleureux, des inquiétants,… Dans chaque pièce elle découvre un nouvel univers. Elle en aime certains, tandis que d’autres ne lui inspirent que de l’incompréhension. Finalement, après un long moment, se peaufine devant elle la partie dédier à Reign. Intriguée, elle y entre. Elle est tout de suite frappée par l’univers sombre de la pièce. Les lumières tamisées donne au lieu un côté inquiétant, voir glauque. On l’avait prévenu, l’univers de Reign est particulier. On aime ou pas. Elle observe tour à tour les quelques toiles exposées. C’est particulier mais il s’en dégage quelque chose de très fort. Si certains peignent uniquement par plaisir, ou pour passer le temps, il n’en va pas de même pour lui. Elle a l’impression qu’à travers ses toiles, le peintre tente de faire passer un message… Elle s’arrête devant la dernière toile qu’elle observe dans le moindre détail. En fond de toile des roses blanches. Certaines sont tâchées de rouge. Probablement du sang.  Sur le devant, la silhouette d’un homme. Il tient une carte dans sa main et du sang coule. Cette toile l’interpelle davantage. En silence elle la regarde de longues minutes. Elle dévisage cette silhouette qui lui parait tellement familière… Jay… A croire que même ici il continue de l’obséder. Elle le voit lui à travers cette silhouette… Finalement son regard s’oriente vers le visage de la reine de cœur présente sur la carte que tient l’homme. Elle regarde le visage de cette femme et réalise qu’il s’agit. Elle se recule et regarde l’ensemble. Ce pourrait-il qu’elle ne se soit pas trompée ? Ce tableau serait une représentation de Jay et elle ? « Magnifique travail, vous ne trouvez pas ? » Un inconnu regarde le tableau, tout comme elle. « Je suis le travail de Reign et voyez vous, j’ai l’impression que cette femme sur la carte est en quelque sorte sa muse. On la retrouve plus ou moins sur d’autres tableaux mais c’est la première fois qu’on la voit aussi clairement. » Il met ses lunettes avant de regarder de plus prêt. « Cette homme, je suis tenté de croire qu’il s’agit de Reign en personne. Ce qui venant de lui est assez étonnant. » Elle écoute l’homme sans parvenir à pouvoir faire sortir le moindre son de sa bouche. « Si vous voulez mon avis, cette toile sort vraiment du commun. Elle risque d’attirer plus d’un amateur de son travail… » Elle n’entend même plus ce qu’il dit. En réalité elle ne comprend plus rien à ce qu’il se passe et a du mal à assimiler ce qu’il vient de dire.

Perdue, elle quitte la pièce en vitesse et percute un homme à la sortie. Jay. Il est là et se tient en face d’elle. Elle le regarde un court instant avant de passer à côté de lui. Elle veut partir d’ici et tout de suite. Elle s’élance au milieu de la foule sans trop voir ou elle se rend. Il y a trop de monde et elle ignore ou elle se trouve par rapport à la sortie. Elle remarque finalement un pièce qui semble déserte et se dépêche d’y entrer. A l’intérieure, la lumière y est légèrement bleuté et de longs voilages blanc tombent du plafond, tel des rideaux. Elle se faufile à travers le voilage et s’assoit sur un petit banc au milieu de la pièce. Elle ne prête même pas attentions aux œuvres exposées. Elle voit seulement un refuge dans cet endroit désert. Elle va pouvoir faire le point et reprendre ses esprits un court instant. Elle qui était venue ici dans l’espoir de ne pas penser à Jay…
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptyMar 19 Aoû 2014 - 17:14

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty


Shaey Fang & Jazz Kwon
Who are you ? I want to know the truth


Il stresse. Il est seulement 13h, mais il n’en peut déjà plus. La journée va être horrible. Incroyablement horrible. Mon dieu. Si seulement Vicky était revenue à temps, cependant, il ne peut pas lui en vouloir, elle doit bien se plaire au festival et elle a raison de s’y amuser, c’est un fait qu’il ne peut pas lui reprocher, mais bon sang, comme il se sent seul. Assis dans son atelier, il se mord la lèvre en étant complètement terrorisé à l’idée de se rendre seul à la galerie. Il sait bien qu’ils ne vont pas le bouffer, mais il a toujours cette petite trouille de faire un truc de travers et de tout ruiner à vrai dire. Il regarde la quinzaine de tableau qu’il doit livrer tout à l’heure tout en se mordant la lèvre. Et si cette collection ne plait pas ? Elle met clairement en avant l’univers d’Alice au pays des merveilles mais même s’il a un univers très glauque, pour le moment, c’est passé mais si tout ça s’arrêtait ? Il aime tellement peindre, il n’aime pas vraiment la reconnaissance, ça lui fait plus peur qu’autre chose, mais il aime tellement l’idée d’exposer ses toiles pour faire passer des émotions à d’autres personnes. Et si tout ça s’arrêtait un jour ? Lentement, il se met assis au milieu de ses œuvres, Alaska vient se coller à lui afin de lui lécher la joue comme si elle peut comprendre la détresse de son maître. « Tu es sombre Hyeon-Su. » Il tourne sa tête, surpris de voir son père ici. « Appa ? » Hyuk-Shin s’avance dans la pièce, regardant les diverses toiles. « Alors c’est comme ça que tu as fait pour avoir autant d’argent… » Il se redresse promptement en se mordant la lèvre. Il ne sait pas quoi dire, mais au fond, il se dit que son père s’en doute depuis des mois déjà. « J’avais peur au début, en me disant que tu étais peut-être tombé dans la drogue et puis un soir, j’ai rêvé de ta mère qui me disait qu’elle aimait ta créativité. » Il garde ses mains dans son dos en observant toutes les peintures une à une avant de s’arrêter devant la pièce maîtresse « la Dame de cœur. » Il ne dit rien, il se contente de regarder avec un petit sourire en coin sur le visage, comprenant rapidement ce qui se dégage de cette œuvre. Lorsqu’il se retourne, il se trouve face à son fils. « Peints ta mère une fois, juste pour moi… » Jay l’observe alors en se mordant la lèvre presque à sang tant il réfléchit intensément. Lentement, il va vers un coffre et fouille parmi les toiles avant d’en sortir une et de lui tendre. Elle n’est pas très grande mais suffisante sûrement. C’est le seul portait qu’il a peint depuis toutes ses années. Il n’aime pas réellement en faire, il aime l’imaginatif, le subjectif, il veut que les gens réfléchissent, il ne veut pas que ça soit trop simple, trop facile. Mais il n’a pas pu s’empêcher de la peindre elle durant une nuit de grande tourmente. Il donne le tableau à son père sans oser lui sourire, ayant légèrement peur de sa réaction.

Les larmes aux yeux, le vieil homme serre tendrement le portrait de sa femme contre lui comme si elle était encore là. Aucune ridule n’a été oublié, aucun défaut non plus, tout comme sa beauté simple. Il repart comme il est venu, ne disant rien, ne demandant rien de plus. Jay l’observe. Il ne sait pas le retenir, il ne sait pas lui parler. Il n’a jamais su le faire. Il ne sait le faire avec personne à vrai dire. Lentement, il baisse ses yeux, puis sa tête avant de regarder à nouveau son atelier et de commencer à descendre les toiles au rez-de-chaussée afin de pouvoir les mettre dans des caisses de transports adaptées. Il les emballe comme on emballerait des vases précieux de la Chine antique. Il s’occupe toujours de cette partie, il les range d’une certaine façon et quand il les récupère, si rien n’est dans le bon ordre, il n’hésite pas à envoyer un mail saignant à la galerie qui n’a pas suivi ses directives. Il attrape alors la pièce maîtresse et la range en tout dernier après l’avoir enveloppée d’un drapé protecteur. Elle ne doit être vue qu’à la fin, quand les autres seront installées, de toute façon, il sera là, il pourra veiller. Il referme les coffres et s’aide des roulettes et d’une planche afin de pouvoir les glisser dans la camionnette que la galerie lui a gentiment prêtée. Dans son coffre, tout ne serait pas passé. Une fois fait, il ferme bien le véhicule avant de rentrer chez lui pour prendre une longue douche.

Il sort de là en serviette et erre dans sa chambre devant son dressing, complètement perdu. Normalement, Victoire se charge de tout ça et s’il doit sortir pour quelque chose d’un peu officiel, il lui demande son avis, sauf s’il peut le faire avec Shaey. Il caresse les plaques militaires de Matthew qu’il a toujours autour du cou depuis l’enterrement de son meilleur ami, les conservant bien à l’abri sous ses vêtements quoi qu’il arrive. Il regarde le bracelet que Shaey lui a offert en se posant sur le bord de son lit. Elle lui manque terriblement. Il s’en veut d’être si con, d’être si peureux, si compliqué, si imparfait. Il attrape sa gourmette et une montre qu’il s’empresse de mettre à ses poignets. Il n’est pas forcément bling bling, tout à un sens pour lui. La gourmette lui a été donné à ses 18 ans par les parents de Mathew tandis que la montre est le seul bijou qu’il s’est acheté en ayant reçu l’argent de sa première vente. Lorsqu’il redresse son visage, ses yeux s’accrochent à un costume grisé à rayures. C’est peut-être la bonne tenue. Il se lève et enfile un boxer noir avec une paire de chaussettes assorties, une chemise blanche, une cravate à petits pois (étrange, pourtant, elle était vendue avec le costume et il n’aime pas séparer les « kits »), et le costard. Il s’observe dans la glace, se passe un peu de laque et de gel dans les cheveux afin de les figer en l’air et de lui donner une allure plus homme, plus masculine.

Dix-sept heures. Il débarque enfin à la galerie avec tous les tableaux. Quand on voit les œuvres et son allure chic, on ne peut que le croire quand il dit être un représentant de Reign. Il aide à installer les toiles, stipulant que c’est dans le contrat et en effet, personne ne peut le nier et puis le mystère entourant Reign est si prenant que le directeur se délecte pas mal de ce jeu à vrai dire. Ils mettent presque une heure à tout mettre en place tant Jay peut être chiant et toqué pour ça. Finalement, l’employée le laisse faire le plus gros du travail tant elle peut en avoir absolument marre de lui, mais elle affiche encore un sourire bien poli malgré tout parce qu’elle ne veut pas perdre son job. Il a l’air si peu commode qu’elle a peur de le voir faire un rapport sur elle alors que c’est tout le contraire et qu’il se rend bien compte qu’il n’a pas été des plus délicats avec elle mais qu’il n’y peut rien. Il remarque un jeune artiste venu présenter ses sculptures et qui semble à moitié en larmes à cause du stress. Le jeune homme n’arrête pas de toucher à une de ses œuvres et ce qui devait arriver arriva. La chute. Le bruit fracassant. Les morceaux brisés un peu partout. Les larmes qui inondent un visage. Il l’observe de loin sans oser aller l’approcher avant de finalement venir et de s’accroupir pour commencer à ramasser l’argile éclaté. Il sent un regard lourd peser sur son dos, mais il essaye de n’y prêter aucune attention terminant sa tâche avant de tout mettre dans la boite qu’on lui tend. « Merci… » Il se tourne et lui offre un petit sourire avant de repartir dans la pièce consacrée à ses propres œuvres. Il ne sait pas comment agir. Tout ne commence qu’à partir de 20h après tout, il a encore le temps. Autant essayer de manger un peu dans un restaurant pas loin.

Enfin, tout commence. Le soleil se couche dans une lenteur extrême sur la ville alors qu’il a rejoint la salle. Normalement, il n’assiste à rien, Victoire le tient au courant de tout, mais cette fois, il est incapable de rentrer. Il n’a pas envie d’être seul dans sa maison à se ronger les ongles jusqu’à ce qu’on l’appelle pour lui dire ce qui s’est passé. Il a prévenu qu’il ne voulait pas être dérangé et qu’on devait lui envoyer des mails pour tout renseignement. De toute façon, il a son téléphone sur lui, il sera vite prévenu. Il erre comme une âme en peine, mains dans les poches, tout en observant les créations des autres artistes présents. Il reconnait le jeune sculpteur qui semble s’être remis de sa mésaventure au côté d’une jolie blonde dont il devine le ventre légèrement arrondi. Un petit sourire se dessine sur son visage. Il se tourne pour retourner vers son exposition quand il se prend quelqu’un de plein fouet. Au début déstabilisé, il se fige en reconnaissant Shaey, mais encore plus quand il voit autant de détresse en elle qu’il n’arrive pas comprendre. Ses yeux se lèvent alors pour laisser son regard se poser sur la pièce maîtresse qui trône juste face à eux. La belle chinoise lui échappe pour courir parmi la foule. Elle aurait compris alors ? Il s’élance à sa poursuite tout en essayant de ne gêner personne, ce qui est loin d’être évident, autant se l’avouer. « Shaey ! » Elle ne semble pas l’entendre. Il la perd de vue à un moment, commençant à paniquer et puis finalement, il remarque sa silhouette s’enfuir dans une des pièces du fond où les gens ne mettent pas vraiment les pieds tant ils ne comprennent pas toutes la beauté qui réside là-bas. Il s’arme de courage afin de la suivre et lentement, il pousse la porte pour que personne ne les suive. Elle ne peut pas s’échapper, il vient de clore la seule sortie qui pourrait lui permettre de s’évader. Il ne veut pas la retenir prisonnière, mais il n’a pas pu trouver mieux à faire. « Shaey. » Il remarque sa silhouette se figer derrière un voilage. Il avance prudemment, lentement, bougeant les tissus avec la plus grande délicatesse. Il n’en reste plus qu’un entre eux. « Je suis désolé… de te l’avoir caché. Je suis désolé pour beaucoup trop de choses en réalité. » il pose sa main sur le grand drap blanc, comme si ce geste banal pouvait les aider à se rapprocher un peu. « Mon père vient aussi de le découvrir pour tout t’avouer… » Il déglutit lentement en observant l’ombre de sa tendre amie qui se dessine derrière la voile. « Shaey… au fond… Je suis toujours le même gamin apeuré… » Cette phrase est pleine de sens. Elle a connu les peurs de Jay, elle sait ses phobies, elle a toujours su deviner ses malaises et malêtres. Il s’est construit un rôle d’homme fort pour elle et Lena, faisant croire qu’il avait réussi à combattre ses démons mais tout est faux. Il peint la mort, non pas par pure fascination, parce qu’il en a une peur bleue. Il dessine des roses parce qu’il ne supporte plus d’en sentir l’odeur depuis la mort de sa mère. Il a un regard froid pour ne pas montrer qu’au fond, il n’est qu’un cœur brûlant. Il se dit solitaire pour ne pas qu’on comprenne à quel point il a peur d’être abandonné. Il la repousse par amour, parce qu’il se sent comme un poison, qu’il a l’impression d’être toxique.

Une larme ruine sa joue, creusant alors un sillon sur sa peau. Sa carapace si épaisse s’effondre de plus en plus quand il est à ses côtés. Shaey est comme une pomme empoisonnée. A la fois vitale et mortelle. Elle est sa muse et sa faucheuse. Elle ne doit même pas se rendre compte de tout ce qu’elle peut représenter pour lui, ni du fait qu’il se trouve si peu bien pour elle, pour tout le monde à vrai dire. Il n’est pas suffisant pour donner envie à son père de vivre et non de survivre. Il n’a pas réussi à rendre Victoire totalement sereine. Il n’est pas capable de rendre Lena et Shaey heureuses comme elle le mérite. Il a tué Matthew en refusant de le retenir… Comment croire qu’il en vaut la peine ? Sa main retombe lentement le long de son corps alors que la goutte saline arrive en fin de course. Pendue à son menton, elle finit par lâcher prise et s’écraser sur le sol dans un silence tellement assourdissant.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptyMer 20 Aoû 2014 - 12:57

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty



Jay & Shaey


Who are you ?




En y repensant bien, il est vrai que personne ne connaissait l’identité de Reign. Si jusqu’à présent elle n’avait jamais eu le plaisir de découvrir ses œuvres, elle en avait tout de même beaucoup entendu parler. Son style atypique plaisait et faisait parler de lui. Elle-même doit avouer qu’elle aime ce qu’elle a pu voir. Elle aime cet univers qu’il s’est créé.  Elle aime ce style si particulier. C’est sombre, c’est parfois glauque, mais il en ressort une telle émotion… Elle a été touchée par ce qu’elle a vu mais le dernier tableau a fait naître en elle tout un tas d’interrogations. Elle ne sait plus du tout et la présence de Jay à cette exposition ne fait qu’accroitre le nombre de ces questions. Elle refuse de croire ce qui pourtant semble tellement évident. En recollant les morceaux tout prend un sens mais elle ne sait pas comment elle a pu passer à côté de ça, ni même pourquoi il le lui a caché cette partie de sa vie.  Oui, elle doit se rendre à l’évidence. Jay est Reign, même si elle a du mal à le réaliser. Ce tableau ne peut que signifier ça. Elle a reconnu cette silhouette… Et ce visage sur la carte… Elle repense alors aux paroles de cet homme au sujet de cette femme qui apparaît sur d’autres œuvres du peintre. Celle qui qualifie comme étant la muse de Reign… Est-il possible qu’il s’agisse d’elle ? Perdue, elle balaie cette idée de son esprit. Finalement, est-ce qu’elle connaît Jay aussi bien qu’elle le pensait ?

Obnubilée par le fil de ses pensées, elle ne se rend même pas compte que quelqu’un vient d’entrer dans la pièce ou elle se trouve. Elle ne l’entend pas s’approcher et réalise sa présence que lorsqu’elle entend sa voix. « Shaey. » Son cœur se fige. Elle l’entend ses pas et sent sa présence juste derrière elle. Elle ne bouge pas. Elle reste totalement figée. « Je suis désolée… de te l’avoir caché. Je suis désolé pour beaucoup trop de choses en réalité. » Elle aussi est désolée. Désolée qu’il n’ait à priori pas eu suffisamment confiance en elle pour lui dire qu’il était Reign. Elle n’a jamais eu de secret pour lui et elle pensait qu’il en était de même pour lui. Elle s’est trompée. « Mon père vient aussi de le découvrir pour tout t’avouer… » Alors elle n’était pas la seule à qui il a caché cette partie de sa vie… Oui mais pourquoi ? Elle ne dit rien. En réalité elle ne sait même pas quoi lui répondre. « Shaey… au fond… Je suis toujours le même gamin apeuré… » Cette aveu sonne comme un véritable crève cœur pour elle. Il est peut être derrière elle mais sent à quel point il est bouleversé. Elle, de son côté, est toujours aussi perdue. Elle repense à tout ce qu’il s’est passé ses dernières semaines et ne désire qu’une seule chose. Y voir plus claire.

« Je te demande pas des excuses. » Elle se moque de savoir qu’il est désolé. Ce qui est fait est fait. Elle a juste besoin de comprendre. « J’attend juste de toi que tu sois honnête. » S’il lui a caché  cette identité secrète, que va-t-elle encore découvrir… « Je vais découvrir quoi la prochaine fois ? Une femme est trois enfants ? » Elle sait qu’elle exagère mais en même temps elle lui en veut. Elle lui en veut de se secret sur son identité de Reign. Elle lui en veut qu’il ait cru qu’avec elle il pouvait jouer à faire semblant. Et elle s’en veut de ne rien avoir vu.

Toujours dos à lui, elle n’ose pas lui faire face. Elle a envie de lui dire tellement de chose mais ne sait pas si elle peut. Leur relation a toujours été basée sur l’honnêteté, du moins jusqu’à aujourd’hui. Alors pourquoi n’arrive-t-elle pas à faire sortir ce qu’elle a sur le cœur… Pourquoi est-ce si difficile… « Je pensais que tu avais suffisamment confiance en moi pour ne pas avoir besoin de faire semblant quand on est tout les deux… » A travers cet aveu elle ne fait pas seulement référence à son identité secrète mais également au fait qu’il ait tenté de lui faire croire que ses peurs d’autres fois avaient disparues. Elle se fiche des apparences et des faux semblants. La première chose qu’elle a tout de suite aimé chez lui, c’est cette sensibilité et cette douceur qui le caractérise tant. Ce que lui prend pour des faiblesses sont en réalités ses forces. Il a vécu tellement de choses difficiles… A chacun de ses moments difficiles, elle s’est tenue à ses côtés. Ensemble, ils ont tout partagé. Elle connaît tout de lui… de ses peurs… de se qu’ils croient être des faiblesses. Ce qu’il ne semble pas comprendre, c’est qu’elle ne désire pas qu’il soit autre chose que lui-même. Elle le veut lui tel qu’il est réellement. Avec ses démons, ses peurs et ses faiblesses. A ses yeux il est parfait et elle ne changerait pour rien au monde qui il est vraiment. Elle ne veut pas d’un autre Adam dans sa vie. Elle le veut lui… Avec son sourire… Sa tendresse… Sa douceur… Sa gentillesse…  Il est quelqu’un de tellement incroyable mais l’ignore totalement. Il se contente seulement de mettre une barrière entre eux. Une barrière basée sur des faux semblants et des mensonges. Il la repousse et la blesse alors qu’elle ne demande qu’à être à ses côtés. A quoi bon en parler… Il la repoussera et comme la dernière fois, elle se heurtera à un mur. Pas ce soir… Elle n’en a ni l’envie, ni le courage.

« Je pense qu’il est préférable que je rentre. » Oui, c’est certainement le mieux à faire. Elle a besoin de temps pour accepter ce qu’il s’est passé. En silence, elle se retourne et lui fait face pour la première fois. Derrière le voilage, elle perçoit sa silhouette… La même que sur le tableau. Elle le regarde un instant. Il est à la fois tellement proche et si loin d’elle… Délicatement, elle pousse le morceau d’étoffe qui les sépare l’un de l’autre. Elle est prête à quitter cet endroit mais son regard se pose sur lui. Juste un court moment. Un bref instant qui a lui seul est suffisant pour la couper dans son élan. Elle remarque le sillon d’une larme le long de la joue de Jay. Il ne lui en faut pas davantage pour sentir son cœur se serrer. Il n’est pas du genre a laisser transparaitre ses émotions… A cet instant elle le sent plus vulnérable que jamais. Elle qui voulait partir ne se sent pas le courage de le laisser seul.

Dans un geste tendre, elle approche sa main de la joue de Jay et l’attire vers lui. Elle l’enlace et enroule ses bras autour de son coup. Délicatement, elle passe ses mains dans les cheveux du jeune homme, lui apportant le réconfort dont il a besoin. « Me rejette pas Jay… Pas cette fois… » Elle lui murmure ces quelques mot à l’oreille. Elle sait que d’ordinaire il s’écarterait d’elle, prétextant que tout va bien et qu’elle ne doit pas se faire de souci pour lui. Seulement elle ne veut plus de mensonge de sa part.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptyJeu 21 Aoû 2014 - 23:36

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty


Shaey Fang & Jazz Kwon
Who are you ? I want to know the truth


« Je te demande pas des excuses. J’attends juste de toi que tu sois honnête. Je vais découvrir quoi la prochaine fois ? Une femme est trois enfants ? » Il se mord la lèvre. Ça devait bien arriver après tout. Il devait bien se prendre des remarques amères dans les dents. Il les mérite bien en réalité. Ils se sont toujours fait confiance. C’est précieux dans une amitié et il n’a pas honoré ça, surtout que Shaey n’aurait jamais profité de la situation, mais à vrai dire, ce n’est pas ça qui lui fiche la trouille depuis toujours. Il baisse automatiquement la tête quand il se dit ça. Ses dents labourent encore sa pauvre chair qui ne semble pas apprécier ce traitement trop intensif. Il arrête au bout de quelques secondes avant de les lécher le temps de calmer la douleur qu’il s’est causé. « Je pensais que tu avais suffisamment confiance en moi pour ne pas avoir besoin de faire semblant quand on est tous les deux… » Il se tripote nerveusement le bracelet qu’elle lui a offert et qu’il ne quitte jamais. « J’ai jamais réussi…. Avec personne. » Même avec Victoire, il n’est pas entier et pourtant, ils vivent ensemble. Ça n’a rien à voir avec elle, au contraire, tout vient de lui. Il est bloqué, il n’arrive pas à être vrai. Il s’en veut, il sent qu’il la fait souffrir, mais il est incapable, incapable de beaucoup de choses malheureusement. Et il se déteste énormément pour ça. La voix de Shaey lui donne des frissons. Il la connait par cœur, il sait bien comment elle est, ce qu’elle ressent et il ressent à quel point elle peut être triste et brisée à ce moment précis. Et il faut bien avouer que ça le tue parce que tout ça vient de lui. Elle en a déjà tellement chiée avec Adam, il se trouve cruel d’être ainsi avec elle, mais il ne fait pas exprès… pas du tout même.

« Je pense qu’il est préférable que je rentre. » Il redresse sa tête directement. Non ! Il ne veut pas qu’elle parte. C’est égoïste, purement égoïste même, mais non. Il a assez souffert d’être loin d’elle et là, même si un fossé est entre eux, au moins, elle est là. Il n’y a qu’un drap pour les séparer. Juste un petit voilage qu’il pourrait bouger si son corps savait se mettre en route. Il en est incapable, complètement incapable. Alors il serre ses poings, il crispe sa mâchoire. Il se maudit encore et encore, mais agir mentalement ne changera rien à la situation et il le sait parfaitement. Cependant, il ne sait pas quoi faire. Tout est tellement embrouillé dans sa tête. La main de Shaey se dévoile enfin. Délicate comme une fleur de jasmin, elle attrape le tissu afin de le bouger avec élégance et volupté. Il tourne légèrement sa tête afin de pouvoir la voir. Elle est sa muse. Elle est son pilier. Elle est ses souvenirs d’enfance. Elle est une main tendue quand tout va mal. Elle est une mélodie qui tambourine dans son cœur. Elle est ses pensées réconfortantes. Elle est utile comme le sang dans ses veines. Elle est une personne qu’il aime beaucoup trop. Elle reste droite et déterminée. Il sent qu’elle a vraiment envie de s’en aller, il la comprend à vrai dire, mais lentement, il tend sa main vers elle afin de pouvoir la retenir. C’est à ce moment-là que leurs regards se croisent. Comme un coup de jus, un coup d’électricité. Il se le prend en pleine tête et droit dans le cœur. Il n’arrive pas se détacher de sa vision, il n’arrive pas la quitter mais il n’arrive pas non plus la retenir malgré son envie de ne pas la laisser partir.

Quand il voit la main de Shaey s’avancer vers lui, par instinct, il ferme ses yeux parce qu’il pense sincèrement qu’il va se prendre la plus belle gifle de sa vie mais quand il sent la caresse qu’elle pose sur sa nuque en même temps que sa main, tout son être se met à frissonner. Elle l’attire vers elle dans un geste tendre, il devrait se reculer, il le sait bien. En fait non. Il ne devrait pas. Il ne doit pas. Ses pieds avancent comme si son corps se débloquait enfin grâce à elle. Au début, ses bras pendent le long de son corps, il ne sait pas s’il peut l’enlacer. « Me rejette pas Jay… Pas cette fois… » Il comprend ce qu’elle veut dire Il se doute bien du moins. Il torture à nouveau ses lèvres, tremblant doucement de peur, de colère contre lui-même, d’appréhension. Il serre à nouveau sa mâchoire, mais lentement, il redresse ses membres antérieurs afin de pouvoir l’enlacer aussi et la tenir contre lui. Tout contre lui. Dans un soupir d’aise, il niche son visage dans le cou de la belle chinoise, tout en sentant ses yeux s’inonder à nouveau d’un torrent salé. Il déteste être si faible, mais là, il n’y peut rien. Ses doigts sentent la peau douce de Shaey qui frissonne quand ils l’effleurent. Il ne l’a jamais caressée ainsi. Un frémissement lui déchire l’échine, il se recule doucement pour pouvoir se trouver face à elle et sans savoir réellement pourquoi, ses lèvres s’emparent à nouveau de celles de son amie pour un baiser passionné. Une de ses mains reste collée à la chute de reins de la belle, tandis que la seconde remonte pour se poser sur sa nuque. Il rompt le baiser pour poser son front contre le sien. Son souffle roque et rapide s’écrase contre la bouche de la jeune femme, il a le cœur qui palpite, des étoiles dans les yeux. Il en aurait presque le tournis.

« J’arrive plus... » Il halète, il est pantelant. « J’veux plus… être loin de toi… » Il bouge doucement son front contre celui de la demoiselle comme pour lui offrir une caresse. « Tu comprends pas Shaey… » Il a les yeux clos parce qu’il n’ose pas la regarder. « Depuis toujours…. Tu es trop bien pour moi… trop parfaite… tu es ma perfection… T’as jamais eu besoin d’être celle des autres parce qu’à mes yeux… tu l’es depuis toujours… » Il la serre un peu plus contre lui. « J’ai toujours eu confiance en toi…. C’est en moi que… que j… j’en ai aucune… Je… J’me sens si minable à  côté de tout le monde…. » Il pose ses lèvres au coin des siennes sur le bord supérieur, respirant doucement son odeur comme pour s’envelopper de douceur. « J’arrive pas imaginer l’avenir… j’ai pleins de tocs… je flippe pour un rien… Je suis pas… beau ou sexy… J’ai l’impression d’avoir rien de bien à offrir. » C’est horrible à entendre, mais encore plus à dire, ça fait des années qu’il ravale ça…. Tellement, tellement d’années et ça lui lacère la gorge de l’avouer ainsi. « Mais j’arrive plus vous avoir loin de moi… t’avoir loin de moi… » Une autre larme lui échappe contre son grès, il déglutit lentement sa salive, tout semble douloureux quand on aime. « Je t’aime Shaey… J’t’en prie…. Pars pas… m’abandonne pas… » Il n’a jamais dit ces mots à personne. Pas même à ses parents. Ce n’était pas une chose courante, même entre eux. Lentement, il pose sa main sur la joue de sa muse avant d’ouvrir enfin ses prunelles sombres, humides de perles salines.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptySam 23 Aoû 2014 - 23:49

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty



Jay & Shaey


Who are you ?




Elle se sent blessée par l’aveu de Jay. Elle le perçoit comme un manque évident de confiance en elle et ça lui brise le cœur. Ils se connaissent depuis toujours… Ils ont grandis ensemble… Et voilà que tout semble s’effondrer. Tout semble remis en question. En cet instant elle n’a qu’une envie, être loin d’ici, loin du monde qui les entoure, loin de lui… Elle veut partir mais la détresse qu’elle voit dans les yeux de Jay la fige littéralement sur place et réduit sa volonté à néant. Elle se maudit d’être faible face à lui, mais lutter est inutile. Elle n’a aucune chance, pas quand il s’agit de Jay. Le voir si vulnérable lui paraît juste insupportable. Alors qu’elle préfèrerait être simplement en colère contre lui, elle réalise que ses émotions prennent des nuances trop multiples. Elle est blessée, elle lui en veut, elle est en colère, mais elle a mal de le voir comme ça et elle l’aime trop pour en supporter davantage.

Elle ne sait pas comment il va réagir, s’il va la rejeter une nouvelle fois, mais elle n’a pas pu aller contre son instinct. Elle le serre contre elle et une fois de plus, elle se maudit de se sentir si faible. Cette situation lui déchire le cœur mais elle ne peut plus reculer. Elle ne se sent pas capable de s’éloigner de lui. En silence, elle continue de redouter quelle sera sa réaction et ne peut s’empêcher de repenser à ce qu’ils se sont dit la dernière fois ou ils se sont vus. On va se détruire… Ces quelques mots n’ont cessé de venir la hanter… Les nerfs à fleur de peau, elle sent son cœur s’arrêter lorsqu’elle sent Jay finir pas l’enlacer. Il semble quelque peu hésitant mais il ne la rejette pas. Elle ferme les yeux et sent le souffle chaud de Jay lorsqu’il vient nicher son visage au creux de son cou. Au contact des mains du jeune homme sur sa peau, elle se sent frissonner. Son corps tout entier semble réagir à ce contact à la fois nouveau et pourtant familier.  Lui seul peut, d’une simple caresse, la faire totalement fondre.

Elle le sent s’éloigner et sent les battements de son cœur s’accélérer à l’idée qu’il puisse de nouveau la rejeter. Elle le regarde et se noie à nouveaux dans ses yeux. Elle y voit de la tristesse. C’est suffisant pour la déstabiliser. Elle voudrait trouver les mots justes mais aucun son ne semble vouloir sortir de sa bouche… Cette même bouche dont s’emparent les lèvres de Jay dans un baiser passionné. Une passion à laquelle elle goute pour la toute première fois et qui la fait renoncer à son envie de partir loin de lui. Dans ses bras elle perd toute notion du temps et sa seule certitude, lorsqu’il met fin à ce baiser, est que le temps passe trop vite à son gout… Il pose son front contre le sien et elle sent leurs souffles saccader se mélanger. « J’arrive plus… » Elle enroule ses bras autour de la taille de Jay. « J’veux plus… être loin de toi… » Elle resserre son étreinte comme pour lui signifier que de toute façon elle refuse l’idée même d’être loin de lui. Elle a vécu ça durant une dizaine de jours et sait à quel point un avenir sans lui est juste impensable. « Tu comprends pas Shaey… » Elle ne dit rien et sent qu’elle doit le laisser parler. « Depuis toujours… Tu es trop bien pour moi… trop parfaite… tu es ma perfection… T’as jamais eu besoin d’être celle des autres parce qu’à mes yeux… tu l’es depuis toujours… » Son cœur accélère davantage à l’écoute de cet aveu. Jamais elle n’aurait pensé qu’il la voyait de cette façon. Elle se sent déstabiliser à l’idée qu’il ait cette image d’elle. Elle est loin d’être parfaite… Il devrait le savoir… Il sait tout d’elle… Et pourquoi elle serait trop bien pour lui ? L’idée même qu’il puisse penser ça lui parait complètement dingue. S’il pouvait se voir à travers ses yeux à elle, alors peut être qu’il réaliserait l’homme merveilleux qu’il est. Peut être qu’il comprendrait à quel point elle l’aime et à quel point il est parfait pour elle. Peut être qu’il saurait que pour elle, il ne doit rien changer à ce qu’il est. Elle le veut tel quel. Avec ses qualités, ses défauts, ses craintes et tout ce qui va avec. Elle ne veut pas en changer le moindre détail qui pourrait faire de lui un homme différent. Elle ressent le besoin de lui dire tellement de chose mais elle garde le silence, sentant qu’elle doit le laisser terminer…

« J’arrive pas à imaginer l’avenir… j’ai pleins de tocs… je flippe pour un rien… je suis pas… beau ou sexy… j’ai l’impression d’avoir rien de bien à offrir. » Son cœur se serre. Elle ne supporte pas cette image qu’il a de lui-même. Elle n’aime pas voir à quel point il est loin de la vérité. Il a tout pour lui et pourtant il passe à côté de tant de choses. « Mais j’arrive plus à vous avoir loin de moi… t’avoir loin de moi… » Elle non plus ne supporte plus d’être loin de lui et elle l’a compris grâce à ces derniers jours. Lorsqu’il n’est pas là, il lui manque terriblement, au point que ses pensées en deviennent douloureuses. Elle ne pense qu’à lui et même si elle tente de se changer les idées, tôt ou tard, Jay refait surface… « Je t’aime Shaey… J’ten prie… Pars pas… m’abandonne pas… » Ces derniers mots… Elle en rêvait tant… Sans même oser ce l’avouer, elle espérait un jour les entendre…  Elle sent la main de Jay se poser sur sa joue et leurs regards se croisent. Sa vulnérabilité touche la jeune femme comme jamais. Dans un geste tendre, elle encercle le visage de Jay de ses deux mains et vient effacer toute trace de larme. Elle ne veut plus voir ce chagrin qui lui fend le cœur… Elle veut juste le voir sourire de nouveau… Elle veut voir se dessiner sur son visage ce sourire qu’elle connaît si bien et qui a le don de la faire sourire à son tour.

« J’aimerais tellement que tu puisses voir à travers mes yeux… » Elle dépose un premier baiser à la commissure de ses lèvres. « Tu verrais à quel point l’homme qui se tient en face de moi et merveilleux… » Elle dépose un second baiser sur sa joue. « Tu verrais à quel point sa présence me rend heureuse et à quel point j’ai besoin de lui… » Elle dépose un nouveau baiser sur l’arrête de sa mâchoire. « Tu verrais à quel point il est beau… intelligent… sexy… » Un sourire se dessine sur ses lèvres. Délicatement, elle se rapproche de son oreille avant de murmurer tout doucement. « Tu saurais à quel point je l’aime… A quel point je t’aime. » Mettre enfin un mot sur ses sentiments pour lui sonne comme une véritable libération. Elle l’aime et peut enfin lui dire et lui montrer librement.

Le bruit d’une porte qu’on tente d’ouvrir raisonne dans la petite pièce. Elle regarde Jay, intriguée. « Tu avais verrouillé la porte ? » Elle n’a pas besoin de sa réponse pour comprendre. « Il y a un passe pour entrée, il est à l’accueil, allons le chercher. » La voix de l’homme s’éloigne, présage qu’ils ne seront plus au calme pendant bien longtemps. « Je crois qu’il vaut mieux qu’on s’en aille rapidement…. Avant qu’ils reviennent et nous trouvent ici. » Elle ne tient pas à ce que la soirée se poursuive en esclandre. Peut désireuse de s’éloigner de lui, elle dépose un baiser à la commissure de ses lèvres avant de lui prendre la main pour se diriger vers l’entrée de la pièce. En silence, elle fait glisser le verrou et ouvre la porte. Les gens ne semblent pas vraiment remarquer leur présence, leur laissant le champ libre pour se faufiler à travers la foule. Sans lui lâcher la main, elle avance parmi les gens jusqu’à regagner la sortie de la galerie. Un homme leur ouvre la porte et sans se faire prier elle sort à l’extérieur. L’air frais lui fait du bien. « Tu souhaites peut être resté ici ? »  Elle souhaite s’éloigner de la foule et se retrouver au calme, mais il s’agit aussi d’une exposition ou les toiles de Jay sont à l’honneur. Peut être préfèrera-t-il rester ici. « Sinon viens avec moi… » Un taxi s’arrête juste derrière elle. Elle meurt d’envie de rester avec lui, de terminer cette conversation, mais cette galerie n’est pas le lieu adéquat. « Ou rejoins moi une fois le vernissage terminé… » Elle lui laisse le choix. Elle s’approche de lui et dépose un baiser sur ses lèvres. « Je t’abandonne pas, c’est promis… »
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptyLun 25 Aoû 2014 - 14:26

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty


Shaey Fang & Jazz Kwon
Who are you ? I want to know the truth


« J’aimerais tellement que tu puisses voir à travers mes yeux… » Il frissonne sous le baiser qu’elle dépose à la commissure de ses lèvres. « Tu verrais à quel point l’homme qui se tient en face de moi et merveilleux… » Merveilleux ? Comment pourrait-il être merveilleux ? C’est vrai, peut-être que sa façon de se voir est absolument erronée mais est-ce qu’elle est vraiment fausse pour autant ? « Tu verrais à quel point sa présence me rend heureuse et à quel point j’ai besoin de lui… » Un nouveau baiser sur l’arrête de sa mâchoire le surprend et lui arrache un nouveau frisson. Comment arrive-t-elle le rendre si vulnérable avec de simples baisers ? « Tu verrais à quel point il est beau… intelligent… sexy… » Il rougit. Du moins, il se sent rougir, absolument rougir… « Tu saurais à quel point je l’aime… A quel point je t’aime. » Son cœur marque un arrêt avant de repartir plus fort, cognant dans sa poitrine comme un fou derrière des barreaux. Il la regarde avec des yeux d’amoureux, mais ça, il ne le sait pas encore. Si seulement, il avait su se libérer plus vite, plus tôt. Tout ça ne serait pas arrivé. Mais après tout, rien ne se passe par hasard non ? On a besoin de chaque enseignement pour apprendre et en tirer une leçon. Il sursaute quand une personne essaye d’ouvrir la porte. Il se tourne, rompant le contact visuel qu’ils avaient jusqu’à maintenant. La gêne s’empare à nouveau de lui. Il ne sait pas comment agir, il devrait juste être naturel non ? Comme toujours avec elle. Au fond, rien ne change entre eux à part qu’il devrait se sentir encore plus libre. Mais il ne sait vraiment pas comment se comporter. C’est une plaie pour lui. Il a l’impression d’être un adolescent pris dans des gros soucis. Comment un représentant de Reign a pu s’enfermer dans une pièce avec une jeune femme en plein dans une exposition sur plusieurs artistes ? On risque de l’accuser d’avoir voulu cacher le travail de la concurrence. Et encore, pour lui, personne ne peut être son concurrent, il ne se trouve pas assez bon pour ça à vrai dire et son univers tellement décalé n’aide pas à se dire qu’il pourrait éventuellement être comparé à quelqu’un même si certaines critiques ont déjà dit qu’il avait le génie de Dali ou Picasso pour avoir créé son monde à lui. « Je crois qu’il vaut mieux qu’on s’en aille rapidement…. Avant qu’ils reviennent et nous trouvent ici. » C’est un fait mais surtout, c’est une remarque judicieuse. Il se mort la lèvre alors qu’elle l’embrasse encore, réussissant ainsi à le sortir de la torpeur de frayeur qui venait de l’envelopper. Il secoue doucement sa tête pour essayer de se remettre d’aplomb, la suivant alors qu’elle lui tient la main. Ils se font silencieux comme de la soie. Légers comme des chats. Rapides comme un souffle léger. Personne ne semble avoir remarqué qu’ils sortent de la salle verrouillée à son grand soulagement. A vrai dire, il se contente de tenir la main de Shaey et de la suivre sans demander son reste en espérant que la sortie sera bientôt là.

Quand il sent l’air frais sur son visage, il soupire longuement d’aise avant de fermer ses yeux et de respirer à pleins poumons le temps d’un instant. Il ouvre ses yeux et la regarde avant d’essayer de sourire un peu ? « Tu souhaites peut être resté ici ? Sinon viens avec moi… » Il l’observe, laissant la dernière proposition de la belle chinoise passer en boucle dans sa tête. « Ou rejoins moi une fois le vernissage terminé… » Il sent bien qu’elle n’a pas envie de rentrer seule et à vrai dire, lui non plus. Il ferme ses yeux quand elle l’embrasse, laissant ses bras pendre de chaque côté de son corps. Il n’a pas le réflexe de l’enlacer, mais il a l’envie d’y participer alors qu’elle se recule. Il reprend son souffle en ouvrant à nouveau ses prunelles sombres. « Je t’abandonne pas, c’est promis… » Il attrape ses clés dans sa poche et lui pose en main. « Attends-moi dans la voiture. » Il a une voix sans assurance, mais il essaye d’agir comme un homme. « J’arrive… » Il lui offre un léger sourire avant de se reculer et d’aller retrouver l’organisateur. « Je rentre, je viendrais chercher toutes les toiles personnellement demain matin et si quelqu’un y a touché, alors je le signalerai à Reign et il n’y aura plus de contrat avec votre galerie ! Pour la moindre transaction, envoyez-moi un mail. » Il se recule, soufflant un grand coup. Il n’aime pas être autoritaire, il parle vite pour que le supplice soit écourté. C’est la première fois qu’il participe à un de ses vernissages à vrai dire, mais cette ambiance ne lui plait pas vraiment. Il rejoint Shaey dans la voiture alors qu’une pluie battante se mêle de tout ça. Le temps était pourtant au beau fixe depuis un moment, mais même à LA parfois, il flotte. Il démarre et roule vers chez elle. « Je sais que tu t’en fiches de mes excuses… Mais vraiment… J’ai essayé de te le dire, de te parler de Reign… Mais j’y arrivais pas et pas parce que j’avais pas confiance en toi… « Il baisse son regard quelques secondes avant de se concentrer à nouveau sur la route. « Mais… j’avais peur…. Que tu détestes ça… Et de pas te rendre fière… » Parce que l’avis de Shaey compte beaucoup trop à ses yeux, si elle avait tout détesté, il n’aurait jamais eu la fois de continuer à vrai dire et ça l’aurait plongé dans une grande tristesse. Ils arrivent rapidement chez la jeune femme. Il se gare en bas de l’immeuble mais la pluie les surprend et à le temps de les tremper avant qu’ils n’atteignent le hall. Il lui a pris la main instinctivement avant de se diriger vers l’ascenseur avec elle tout en entrelaçant leurs doigts. Il lui remet une mèche en place avec beaucoup de douceur avant de lui caresser la joue tendrement. « Tu es tellement belle. » Elle a toujours été absolument magnifique à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptyMer 27 Aoû 2014 - 21:56

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty



Jay & Shaey


Who are you ?




Elle lui laisse volontairement le choix. Il peut rester ici, à la galerie, la suivre, ou la rejoindre plus tard s’il le souhaite. Elle ne lui demande pas de choisir entre sa passion et elle. Quel que soit son choix, elle le respectera et le comprendra. Cette soirée a été étrange et riche en émotion. Si elle souhaite  s’isoler avec Jay pour parler de ce qu’il vient de se passer, il n’en va peut être pas de même pour lui. Quoi qu’il en soit, elle insiste bien sur le fait que même si elle rentre chez elle, elle ne l’abandonne pas. Pas après ces mots qu’ils se sont échangés. Elle aimerait continuer à être près de lui, mais pas ici, pas pendant ce vernissage. Elle souhaite s’éloigner de la foule et faire le point au calme. Finalement, Jay la sort de ses pensées en lui donnant ses clés de voiture. « Attends-moi dans la voiture. » Elle le regarde sans parvenir à cacher son étonnement. Ce vernissage est celui de Jay, il aurait très bien pu choisir d’y rester… Elle ne lui en aurait pas voulu, mais son choix de venir avec la touche sincèrement. Il lui sourit timidement avant de repartir dans la galerie. Le sourire aux lèvres, la jeune femme traverse la route avant d’aller s’installer dans la voiture du jeune homme.

Dire qu’elle ne s’est rendue compte de rien… Cette double identité explique finalement beaucoup de choses… Notamment les cadeaux et dépenses en tout genre de Jay depuis quelques temps. Elle est contente pour lui. Contente de sa réussite, mais étrangement, le fait qu’il ne lui ait rien dit la blesse quelque peu. Elle aurait aimé qu’il partage ça avec elle, comme ils le font toujours. Et pourtant, il avait volontairement choisi de la tenir loin de ce Reign. Elle ne comprend pas… Perdue, elle fixe l’entrée de la galerie et observe les gens entrer et sortir. La pluie vient surprendre un petit groupe en train de sortir qui part s’abriter en courant. Finalement son regard se pose sur Jay qui sort à son tour et la rejoint rapidement. Une fois installé au volant, il démarre le véhicule et prend la direction de son appartement. Là-bas ils seront au calme, une chose dont elle a besoin. « Je sais que tu t’en fiches de mes excuses… Mais vraiment… J’ai essayé de te le dire, de te parler de Reign… Mais j’y arrivais pas et pas parce que j’avais pas confiance en toi… » Etrangement il lui dit exactement ce qu’elle désire entendre. Sans le savoir il apaise ses craintes. « Mais… J’avais peur… Que tu déteste ça… Et de pas te rendre fière… » Elle le regarde, étonnée des raisons qui l’ont poussé à ne rien lui dire. « Tu n’as rien à me prouver Jay… Si toi tu doutes de toi, il n’en va pas de même pour moi. » Comment peut-il craindre de la décevoir. « Quand bien même j’aurais pas aimé ce que j’ai vu à ce vernissage, et ce qui est loin d’être la cas, ça n’aurait rien changé. » Elle aimerait tellement qu’il comprenne qu’il se dénigre beaucoup trop. « Ce que je veux dire c’est que j’ai pas besoin de tout ça pour savoir ce que tu vaux. On se connaît depuis qu’on est gosse… On se connaît par cœur… » Elle sait comment il aime son café, elle sait quelle est sa couleur préféré, elle connaît ses pires souvenirs, elle connaît ses peurs et ses craintes, elle connaît tous ces petits tics et toutes ces habitudes qui le caractérisent si bien… De la même façon qu’il la connaît par cœur. Que reste-t-il à prouver ?

Le véhicule s’arrête au bas de son immeuble. Sans attendre elle descend de la voiture pile au moment ou une pluie battante se met à tomber. Ils ont à peine le temps de regagner le hall d’entrée qu’ils sont déjà complètement trempés.   « Montons vite nous sécher avant d’attraper froid. » Même si les journées sont chaudes, la pluie a considérablement fait chuter la température. Il lui prend la main, entrelaçant leurs doigts et l’entraine vers la cage d’ascenseur. « Tu es tellement belle. » Elle aime cette façon qu’il a de la regarder… Cette tendresse lorsqu’il remet en place une mèche de cheveux avant de lui caresser la joue… Elle le regarde en souriant lorsque les portes de l’ascenseur s’ouvrent. Sans attendre, elle l’entraine avec lui sans lui lâcher la main. Elle commence à frissonner de froid. Elle ouvre la porte de son appartement et y entre, suivie de Jay. « Je vais nous chercher des serviettes. » Inutile de lui dire de faire comme chez lui, il le sait déjà. A regret, elle lui lâche la main avant de filer dans la salle de bain pour revenir avec deux draps de bain. Elle en pose une sur la table du salon avant de déplier l’autre pour la poser tendrement sur les épaules de Jay. Délicatement, elle lui essuie le visage. « Je vais nous préparer quelque chose de chaud à boire. Si tu veux j’ai une chemise à toi posée sur mon lit, mets là, tu seras plus au sec. » Elle dépose un chaste baiser sur les lèvres du jeune homme avant d’attraper la seconde serviette et de s’éclipser dans la cuisine. Elle a froid et crève d’envie de boire quelque chose de chaud. Sans se faire prier, elle met de l’eau à chauffer tout en essayant de se sécher un minimum. Machinalement, elle dénoue son chignon et libère ses cheveux qui viennent glisser en cascade au creux de ses reins.

Deux tasses de thé à la main, elle regagne sa chambre et s’arrête brusquement au pas de la porte en apercevant Jay dos à elle et torse nu. Pour la première fois elle se sent gênée et baisse la tête. Le jeune homme semble se rendre compte de sa présence et elle se sent rougir lorsqu’elle sent son regard se poser sur elle. Elle a l’impression d’être de nouveau  une adolescente prise en faute. « Euh… Je nous ai préparé du thé… Je te pose le tiens juste là… » Elle passe à côté de lui sans oser le regarder et pose la tasse sur le petit guéridon près de la baie vitrée. « Sans sucre et le plus amer possible, comme tu l’aimes. » Elle redresse la tête et croise son regard. Dieu qu’il est beau avec ses cheveux mouillés et ébouriffés. Elle se sent rougir et se force à regarder ailleurs. En silence, elle traverse à nouveau la chambre avant de la quitter. Gênée par ce qu’il vient de se passer, elle s’isole un instant dans la salle de bain et s’assoit sur le rebord de la baignoire. Il faut aussi qu’elle envisage de se changer si elle ne veut pas attraper froid… Elle pose sa tasse et se lève, décidée à retirer sa robe complètement trempée. L’esprit ailleurs, elle tente en vain de faire glisser la fermeture éclaire qui de toute évidence, n’a rien trouvé de mieux que de se bloquer. Durant plusieurs minutes, elle insiste et force sur le tissu de sa robe. Agacée, elle ouvre la porte de la salle de bain et tombe sur Jay qu’elle bouscule involontairement. Il est là, en face d’elle, vêtu de sa chemise dont les boutons ne sont pas tous fermés et laisse apparaître des parcelles de son torse. A nouveau elle se sent gênée et baisse la tête. « Excuses moi, j’ai un léger problème avec ma robe. » Avoue-t-elle en montrant la fermeture éclaire dans le bas de son dos.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptySam 30 Aoû 2014 - 0:37

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty


Shaey Fang & Jazz Kwon
Who are you ? I want to know the truth


« Tu n’as rien à me prouver Jay… Si toi tu doutes de toi, il n’en va pas de même pour moi. Quand bien même j’aurais pas aimé ce que j’ai vu à ce vernissage, et ce qui est loin d’être le cas, ça n’aurait rien changé. Ce que je veux dire c’est que j’ai pas besoin de tout ça pour savoir ce que tu vaux. On se connaît depuis qu’on est gosse… On se connaît par cœur… » Il ne dit rien à tout cela. Il se contente de sourire comme un crétin à vrai dire tellement ça lui fait du bien de l’entendre de sa bouche. Il l’admet, il a été con de lui avoir tout caché, il aurait dû le faire depuis bien longtemps, ça lui aurait retiré un poids des épaules. L’immeuble arrive vite. La pluie les trempe encore plus rapidement. Il sent ses os se glacer sous le froid qui s’abat sur eux. Elle lui tient toujours la main, il sourit. Dans l’ascenseur, ils restent l’un contre l’autre. Il l’observe, elle sourit. Il lui caresse la main avec son pouce, elle frémit. Il sourit. Ils entrent ensemble dans ‘appartement. Elle parle des serviettes, il hoche la tête. Elle lui lâche la main, il se sent presque abandonné. Il frissonne à cause de ses vêtements bien trop humides et frais mais elle revient rapidement et l’enveloppe avec une serviette pour venir s’occuper de lui alors que ses beaux cheveux dégoulinent aussi. Il aimerait faire pareil avec elle mais elle a mis la serviette trop loin, et il n’ose pas bouger pour profiter du moment. « Je vais nous préparer quelque chose de chaud à boire. Si tu veux j’ai une chemise à toi posée sur mon lit, mets là, tu seras plus au sec. »

Il n’a pas vraiment le choix, elle le pousse presque dans la chambre, alors il y va en continuant de se sécher les cheveux, marchant d’un pas assuré parce qu’il connait l’appartement comme il connait sa maison. Il entre et regarde la chambre un instant avant de retirer sa chemise. Son pantalon sèche relativement bien même s’il est pris par l’humidité, de toute façon, il ne peut pas traîner en boxer ici. Il devrait s’habiller, mais il est perdu dans ses pensées. Tout ce qui est arrivé ce soir l’a chamboulé, on ne peut pas dire le contraire. Il ne sait pas vraiment comment gérer ça. Il n’a jamais été amoureux après tout. Ou alors si justement, mais il refusait de le voir et ça expliquerait tellement de choses. Il sent son cœur s’emballer. Il ne sait pas vraiment quoi penser, quoi faire, comment agir. C’est un vrai brouillard pour lui tout ça. Il se dit qu’il est comme un adolescent et pourtant, il essaye d’agir comme un adulte… mais surtout, il a des réactions d’homme. Il secoue doucement sa tête, mettant un peu la pagaille dans ses cheveux avant d’entendre faiblement le plancher grincer. Avant, sans son implant, il ne faisait pas attention à des bruits comme ça. Il tourne doucement sa tête alors qu’il a la chemise blanche en main, regardant Shaey tendrement sans rien dire. « Euh… Je nous ai préparé du thé… Je te pose le tiens juste là… » Il regarde la tasse qu’elle tient dans ses mains. Elle aurait pu attendre qu’il revienne après tout. « Sans sucre et le plus amer possible, comme tu l’aimes. » Il sourit faiblement quand elle dit ça, l’observant encore sans savoir quoi dire. Il rougit même assez.

Leurs regards se croisent enfin, il sent qu’elle est gênée et admirative à la fois. Comme elle est belle avec ses cheveux tombants ainsi. Il se mordille l’intérieur de la joue alors qu’elle traverse à nouveau la chambre comme pour l’abandonner. Il la regarde partir avant de tendre sa main. Trop tard pour la retenir. Il enfile enfin sa chemise sans la reboutonner avant de se poser sur le bord du lit et d’attraper la tasse entre ses mains pour les réchauffer et en boire quelques gorgées. Il avance ensuite au salon, déposant ce qu’il a dans les mains sur la table basse avant de fermer négligemment sa chemise et de se rendre compte qu’il a laissé son téléphone sur le lit. Soupirant, il retourne sur ses pas la tête ailleurs avant percuter Shaey qui baisse la tête presque automatiquement. Il hausse un sourcil sans vraiment comprendre avant de regarder la fermeture sur laquelle elle essaye de tirer encore. « Excuses moi, j’ai un léger problème avec ma robe. » Il penche sa tête sur le côté alors qu’elle lui tourne le dos. Il déglutit lentement. Il se mord la lèvre. Il sent son cœur s’emballer. Sa main avance lentement vers le dos de la jeune femme. Il se saisit du petit embout métallique avant de le faire glisser lentement, décoinçant en même temps le tissu récalcitrant qui s’était pris dans un des rails. Il pourrait s’arrêter là, mais instinctivement, il fait tout glisser jusqu’au bout avant de regarder le dos libéré de Shaey. Il se décale doucement pour prendre une serviette sur le bord de la baignoire et venir lui essuyer délicatement le dos tout en l’entraînant avec lui dans la salle de bain. Il ne dit toujours rien, il ne sait pas quoi raconter. Délicatement, il lui tamponne les épaules avant de lui sécher les cheveux pour qu’ils arrêtent de goutter.

Enfin, lui donne le tissu pour qu’elle puisse s’enrouler dedans, mais il reste figé derrière elle. Il n’a aucune envie de la quitter. Faiblement, il se mord la lèvre avant de poser sa main sur l’épaule de Shaey, puis de coller son torse chaud contre son dos frais. Sa seconde main glisse sur la hanche de la belle avant de s’arrêter sur son nombril. Les lèvres du jeune homme se déposent comme une caresse sur sa peau avant que sa tête n’aille se nicher dans le cou de la jeune chinoise. Il soupire d’aise. Il frissonne. Il la capture contre lui, il sent son corps se tendre. Il rougit. Il n’ose plus bouger mais il ne veut pas fuir pour autant. Tout ça est tellement nouveau. Il ne sait même pas s’il a le droit de la tenir ainsi contre lui, mais il n’a absolument aucune envie de la lâcher. Shaey est comme un poison est un antidote à la fois. Elle représente tellement de chose pour lui. D’un côté, il la désire plus que tout au monde, de l’autre, il a peur de la briser. Mais ce soir, les choses ont changées. Ce soir, ils ne sont plus de simples amis… Il la tourne lentement vers lui. Ses mains remontent le long des bras de la chinoise dans une caresse de soie pour la faire frissonner avant de s’arrêter sur ses joues. Il s’approche. Il se colle à elle. Puis, dans un sourire tendre, il l’embrasse à nouveau mais beaucoup plus passionnément. Un vrai baiser. Il se sent comme Peter Pan quand Wendy lui en offre un pour la première fois. Il y perd son souffle, il oublie ses peurs, il découvre l’amour.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptyLun 1 Sep 2014 - 19:23

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty



Jay & Shaey


Who are you ?




Shaey a froid et n’a qu’une idée en tête, se débarrasse de sa robe humide qui ne l’aide pas à se réchauffer. Cette si jolie robe, qu’elle a achetée dans une boutique hors de prix, ne semble pas décidée à vouloir lui faciliter la tâche. En effet, la fermeture éclaire refuse de descendre et ce malgré son insistance pour tenter de la faire glisser. Une vraie catastrophe qui met ses nerfs en pelote. Si elle garde cette robe encore plus longtemps, elle va attraper froid, c’est quasi certain. Lorsque finalement elle sort de la salle de bain à la recherche d’une solution et qu’elle percute Jay, elle ne se sent que plus gêné par la cocasserie de la situation. Néanmoins, il paraît presque évident qu’elle vient littéralement de trouver la solution à son problème. Ennuyée de devoir embêter le jeune homme, elle voit à son regard qu’il parfaitement comprit quel était son problème. Sans rien dire, elle se retourne pour se tenir dos à lui. Elle le sent, qui délicatement, s’empare de la fermeture éclaire avant de la faire glisser lentement vers le bas. Si elle n’y parvenait pas, il n’en va pas de même pour lui. Il continue de descendre la fermeture éclair jusqu’à ce qu’elle rejoigne sa base. Le dos totalement nu, elle sent le souffle chaud de Jay caresser sa peau. Elle sent les rythmes de son cœur s’accélérer et n’ose pas bouger de peur de briser cet instant. Elle l’entend se déplacer et le voit attraper une serviette de bain posée sur le rebord de la baignoire. Avec une infime tendresse, il vient lui essuyer le dos. Elle le suit dans la salle de bain, tout en se laissant faire. Ils ne se disent rien… A vrai dire il ne leur est pas utile de se dire quoi que ce soit. Ils se comprennent et c’est largement suffisant. Elle n’en demande pas plus. Elle ferme les yeux, appréciant la douceur de Jay. Il s’occupe d’elle… Il prend soin d’elle… Depuis qu’elle est devenue maman, elle a perdu l’habitude de laisser quelqu’un prendre soin d’elle de cette façon. A vrai dire en devant mère, elle s’est fermée à de nombreuses choses et pour la première fois depuis longtemps, elle accepte que quelqu’un entre vraiment dans sa vie à elle. Pas sa vie de mère, non, sa vie de femme.

Lorsqu’il lui tend la serviette, elle se contente de l’attraper sans trop oser bouger. Elle ne veut pas qu’il parte. Elle désir rester à ses côtés, sentir la chaleur de son corps, la douceur de ses caresses...  Peut être lit-il dans ses pensées… Il ne part pas et réduit à néant l’espace séparant leurs corps. Au contact de son torse contre sa peau dénudée, elle sent son corps frissonner. La main de Jay glisse jusqu’à sa taille avant de venir se poser sur son ventre. Elle pose une main sur celle du jeune homme, lui faisant comprendre qu’elle ne désire pas qu’il s’en aille, lui faisant comprendre qu’elle veut être avec lui… Elle penche la tête de côté lorsqu’elle sent Jay nicher sa tête sans son cou. Elle se laisse faire et n’oppose pas la moindre résistance. Elle le connaît en tant que son ami le plus précieux, elle le découvre en tant qu’homme…

Elle le laisse guider ses pas et se tourne lentement vers lui. Elle lui fait face et le regarde avec amour lorsqu’il laisse glisser ses doigts le long de ses bras, la faisant frissonner. Ses mains remontent tout doucement jusqu’à ses joues. Une fois de plus, elle n’ose pas bouger de peur de rompre le contact. Collée à lui, elle croise son regard et lui rend son sourire. Elle se sent tellement bien qu’elle en vient à se demander comment elle a pu passer à côté d’un tel bonheur pendant tant d’années. Il était juste là, à ses côtés et elle refusait de voir ce qui aujourd’hui lui paraît comme une évidence. Elle avait le bonheur à porté de mains et au lieu de le saisir, elle s’obstinait à ne voir en lui qu’un ami alors qu’il est tellement plus que ça. Dans ses bras, elle sent son cœur qui chavire. Avec lui elle se sent en sécurité, elle se sent sereine et oublie tout les soucis de la vie quotidienne. Il est son bol d’oxygène, son cocon qui la protège des moments difficiles. Il a toujours été là quand elle en avait besoin, de lui, tout comme elle a toujours partagé les moments difficiles qu’il a dû traverser…

Après un court instant, Jay capture à nouveau les lèvres de la jeune femme pour un baiser plus sincères, plus passionné et qui met un terme à leur amitié pour les conduire sur une toute autre voie. Elle sait que se laisser tenter est une prise de risque, mais elle n’a plus la force nécessaire pour y penser ou bien même lutter. Elle ne veut pas penser à ce que risque leur amitié si jamais cette relation à peine naissante devait être un échec. Non, elle se contente simplement de profiter de l’instant présent en prenant ce que Jay lui offre, son amour… Doucement, elle pose ses mains sur la taille du jeune homme avant de les faire glisser sous sa chemise, cherchant la chaleur de sa peau. Tout contre lui, elle n’éprouve plus la moindre sensation de froid. Elle laisse courir ses mains le long du dos de Jay.

Elle a conscience de la tournure que sont en train de prendre les choses et elle sent son cœur s’emballer de nouveau. Tout n’est que confusion… Elle a envie de lui, mais en même temps elle a peur. Peur qu’un froid s’installe subitement. Peur qu’il fasse machine arrière. Peur qu’il ne la désire pas comme elle le désire. Peur de faire le moindre faux pas… Elle sent son cœur et son corps qui s’emballent de plus bel. Tout est tellement nouveau entre eux qu’elle a l’impression d’être maladroite, telle une lycéenne qui connaît ses premiers émois. Hors ce n’est absolument pas le cas. Elle a déjà connu l’amour et a même eu un enfant. Pourtant, avec Jay, elle se sent déstabilisée, avec lui tout est différent de ce qu’elle a pu connaître par le passé.

Craignant de faire le moindre faux pas, elle met fin à ce baiser avant de s’éloigner de Jay. A peine a-t-elle rompu le contact que sa chaleur lui manque déjà. Elle a de nouveau froid et constate qu’il vaudrait mieux qu’elle se change. « Je vais me changer avant d’attraper froid. »  Elle le regarde timidement avant de poser un dernier baiser sur ses lèvres et quitter la salle de bain. En silence, elle regagne sa chambre et ferme la porte. La tête ailleurs, elle retire sa robe qu’elle pose dans un coin. En sous-vêtements, elle s’approche de son dressing avant d’en sortir une chemise d’homme noir. Une chemise de Jay. Elle se souvient du jour ou elle est repartie avec. Lena était tombée dans le jardin du jeune homme, salissant en même temps ses vêtements. Après une bonne douche Jay  avait passé une chemise à la petite fille pour qu’elle n’ait pas à remettre ses vêtements sales. Depuis, elle était toujours en possession de cette fameuse chemise… En silence, elle enfile le vêtement, prenant soin de refermer un à un les boutons, cachant ainsi sa poitrine dénudée. Toujours l’esprit ailleurs, elle s’allonge sur le lit tout en repassant en boucle la scène dans la salle de bain. Elle ne sait pas ce que Jay fait…  Elle ferme les yeux un court instant, se remémorant la tendresse de ses caresses… La douceur de ses baisers… La chaleur de sa peau… S’en est trop….

Elle se lève brusquement et sans vraiment faire attention à sa tenue vestimentaire, elle ouvre la porte de sa chambre, prête à retourner auprès de lui. Elle s’arrête immédiatement dans son élan. Il est juste là, derrière la porte, face à elle. Il n’en faut pas plus pour qu’elle sente de nouveau son cœur s’emballer. Elle sent le regard de Jay se poser sur elle et réalise qu’elle ne porte qu’une simple chemise à lui… Elle pourrait faire demi tour mais au lieu de ça, elle tend la main et attrape un pan de la chemise du jeune homme avant de l’attirer à elle. Mettant ses doutes et ses peurs de côtés, elle l’embrasse tout en l’attirant avec elle dans sa chambre. Elle ne sait pas ou tout ça les mènera mais sa  seule certitude est qu’elle ne veut pas passer à côté de ce qu’ils ont à vivre. Son corps collé à celui de Jay, elle ne peut plus se détacher de lui. Sans regarder ce qu’elle fait, elle se contente de refermer la porte derrière eux.

lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptyVen 5 Sep 2014 - 23:27

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty


Shaey Fang & Jazz Kwon
Who are you ? I want to know the truth


Elle répond à son baiser avec délice et volupté. Il en frémit complètement. Il n’a jamais ressenti ça auparavant pour personne. Comme la Bête terrée dans son château, il apprend les plaisirs de la vie quand la Belle ose poser ses yeux sur sa personne, ainsi que ses lèvres et ses caresses. Tout n’est qu’effleurage et pourtant, c’est si profond. Tellement profond. Les gens disent que des papillons explosent dans le bas ventre quand le désir prend le dessus. Il ressent ça, mais jamais il n’irait comparer ça à des éphémères mais plutôt à une chaleur ardente. Des centaines de chatouillement qui le prennent d’un coup. Il se sent rougir, il a chaud et lentement son corps commence à créer des réactions. Ses poils s’hérissent, sa peau a la chair de poule, son cœur s’accélère de façon considérable, ses mains sont moites, son souffle se fait difficile. Shaey rompt le baiser. Il a un mouvement de légère panique en voulant la retenir. Pourquoi arrêter quelque chose de si bon ? Il ressent un manque, un vide.

Comme un junky lorsque l’héroïne refuse de continuer à faire effet. Il a presque mal. Il aimerait que ça puisse durer encore. Mais Shaey s’éloigne. Il sait enfin le mal que ça peut faire de voir l’autre partir ainsi quand on vient enfin de goûter au paradis. C’est comme si le 7ème ciel n’était pas autorisé et que d’un coup, le sol s’ouvrait pour nous envoyer en Enfer. L’atterrissage est dur. Un dernier baiser, il veut la retenir, il n’y arrive pas. Il ne sait pas si c’était le manque de temps… la peur de la voir mal réagir ou encore le fait qu’il n’ait juste pas osé (ou peut-être tout à la fois). Il est vraiment seul. Il se sent seul. Il se pose lentement sur le bord de la baignoire tout en fixant le vide. Que faire ? Sérieusement, tout ça est un crève-cœur sans nom. Il torture encore et encore ses lèvres. Il se lève et se remet assis pour répéter ça une bonne dizaine de fois. Que faire ? Aller la voir dans la chambre ? Il n’en pas du tout le droit. Il n’est pas son petit-ami non ? Comment prétendre qu’il peut allez là-bas ? Pourtant il aimerait. Mais même…. Pour finir par y faire quoi ? Il est puceau, il n’a jamais touché une femme intimement, il ne sait pas comment agir, alors de là à la rejoindre dans la chambre… Non, sérieusement, il ne peut pas, il doit être raisonnable.

Pourtant tout, tout, tout lui manque en elle. Sa peau douce, ses lèvres brûlantes, son regard intense. Mon dieu, il se sent faible. Il déglutit lentement sa salive, il se perd dans ses pensées et quand il remarque qu’à force de songer à elle, il a une réaction physique naturelle, il tombe à la renverse dans la baignoire alors que pour le moment son petit oiseau s’est à peine éveillé, mais assez pour le surprendre. Il se redresse rapidement avant de vouloir filer, mais une fois dans le couloir, il se stoppe. Shaey. Ses baisers. Sa peau. Ses caresses. Cette nouvelle drogue. Il se mord les lèvres, il se remet en marche mais cette fois-ci, pour se rendre devant la chambre de son amie. Il soupire longuement pour essayer de trouver le courage qui lui manque. Il lève son bras près à frapper mais la porte s’ouvre le coupant dans son élan. Sans savoir quoi faire, il fixe Shaey qui semble aussi surprise que lui. Décidément, ils sont bien couillons quand ils sont loin l’un de l’autre. Son regard glisse sur le corps de la jeune femme qui est à peine vêtue. Il avait oublié qu’elle avait encore cette chemise de lui et dieu que c’est beau sur elle. Il se mord encore les lèvres alors que son bras s’abaisse avec lenteur pour rejoindre le long de son corps.

Elle le rapproche d’elle. Il frissonne.
Elle l’embrasse. Son cœur s’emballe.
Elle l’entraîne vers le lit après avoir fermé la porte.
Il sent à nouveau une onde de chaleur lui torturer le ventre et le cœur.


Ils tombent ensemble sur le lit, il a des gestes qui lui viennent naturellement, cependant, il sent ses joues s’enflammer. Il pose sur elle un regard à la fois doux et apeuré. Il est comme un adolescent. Au fond, il en est un. Il n’a jamais été un homme réellement pour toutes ses choses-là. Il se mord la lèvre doucement. Sa main caresse la hanche de Shaey dans une tendresse infinie alors que ses lèvres s’emparent des siennes. Un soupir d’envie et de peur s’échappe de sa bouche alors qu’il n’ose plus vraiment la regarder. Il tremble lentement alors qu’elle lui défait un à un les boutons de sa chemise. Il se met à genoux sur le lit tout en la regardant encore et doucement, il la fait se redresser à son tour afin qu’elle puisse continuer à l’effeuiller. Il se retrouve rapidement torse-nu devant elle, ses muscles se contractent sous les frissons. Il bouge doucement pour venir dans le dos de Shaey afin de pouvoir la dénuder aussi mais sans lui faire face, il n’est pas encore assez courageux pour ça et puis, il a envie de la découvrir dans une lenteur infinie. Il lui retire la chemise qu’elle vient seulement se mettre, puis son torse retrouve le dos de Shaey alors qu’elle ne porte plus simple culotte en dentelle noire. Il frissonne un peu plus fort avant de la retourner vers lui. Il regarde son corps. La première femme quasi-nue qu’il voit de sa vie ainsi. Ses lèvres s’emparent à nouveau des siennes. Il ne sera pas spécialement doué avec les préliminaires maintenant. Il essaye bien d’en faire un peu, mais il est si peu à l’aise avec leurs deux corps. Shaey semble le comprendre sans le prendre mal. Elle sait à quel point Jay a pu être complexé et comme il peut encore l’être.

Finalement, elle s’allonge en l’entraînant sur lui. Il n’arrive pas calmer ses tremblements. Il l’embrasse encore alors que tout son corps recouvre celui de la belle chinoise. Il parcourt sa mâchoire, son cou et sa poitrine avec sa bouche avant d’y déposer des baisers brûlants et de soudain s’unir à elle. La sensation est aussi bonne qu’elle peut être intense. Il gémit faiblement dans un soupir avant de nicher sa tête dans le cou de la jeune femme. Il est sûrement maladroit, gauche… mais il lui offre sa première fois.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptySam 6 Sep 2014 - 18:44

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty



Jay & Shaey


Who are you ?




Pour la première fois depuis longtemps, elle lâche prise. Au diable la raison. Elle ne veut plus se poser la moindre question. Elle laisse le désir et son amour pour Jay prendre les devants. Entre eux c’est devenu tellement plus compliqué ces derniers temps, alors que tout pourrait être si simple s’ils se contentaient de vivre pleinement leur histoire sans se poser de question. Seulement, le besoin de protéger l’autre les retient constamment. Elle l’aime tellement qu’elle ne veut pas faire le moindre faux pas. Elle sait qu’il en est de même pour lui… En voulant se protéger l’un et l’autre, ils se font du mal. Involontairement, certes, mais ils se blessent et elle ne veut plus de ça. Être constamment dans la retenue devient trop compliqué à gérer. Lutter contre ce qu’elle ressent pour lui devient de plus en plus difficile. Elle a besoin de lui… Elle a envie de lui… Elle l’aime, tout simplement… Au final, que faut-il de plus ? Rien…

Elle l’entraîne vers le lit, et ensemble, ils s’y laissent tomber. Elle croise le regard de Jay et comprend que tout ceci lui fait quelque peu peur. Elle a conscience que pour lui, ce qu’ils sont en train de vivre est tout nouveau. Elle lui adresse un sourire rassurant et  sent la main du jeune homme se poser sur sa hanche. La tendresse de cette caresse la fait frissonner et elle se laisse emporter dans un nouveau baiser empli de passion. Un léger soupir sort de la bouche du jeune homme. Elle le regarde avec désir avant de poser ses mains sur son torse. Elle le sent trembler au fur et mesure qu’elle défait les boutons de sa chemise, laissant paraître, petit à petit, la peau de son torse. Elle ne le quitte pas des yeux et se redresse à son tour lorsqu’il se met à genoux. Elle continue de déboutonner chaque bouton jusqu’au dernier avant de poser ses mains sur le torse nu du jeune homme. Elle sent son cœur battre à tout rompre. Délicatement, elle fait glisser ses mains jusqu’à ses épaules, puis le long de ses bras, faisant ainsi glisser la chemise qui tombe sur le lit. Elle sent les muscles de son torse se contracter et reste immobile lorsqu’il vient de placer derrière elle. A son tour, il défait un à un les boutons de la chemise qu’elle vient de mettre, avant de la faire glisser. Elle ferme les yeux, savourant la chaleur du torse de Jay contre son dos dénudé. Elle se retourne pour lui faire face et sent le regard de Jay se poser sur elle… Sur son corps en partie nu... Vêtue d’une simple culotte en dentelle noire, elle pourrait se sentir mal à l’aise, mais avec lui elle se sent tellement sereine… tellement bien….  

Petit à petit, au fil des minutes, ils apprennent à se découvrir l’un est l’autre. Doucement, ils s’apprivoisent mutuellement au rythme des caresses et des baisers. Tendrement, elle guide Jay dont la maladresse n’est que plus touchante. Entièrement nue, elle s’allonge tout en l’entrainant avec lui. Elle glisse ses mains dans les cheveux du jeune homme alors qu’il la couvre de baisers, laissant une emprunte ardente là ou ses lèvres se posent. Elle sent son corps qui s’enflamme et qui se cambre lorsqu’il prend possession d’elle. Elle se mord la lèvre et s’agrippe au dos de Jay qui niche sa tête dans son cou. Leurs corps, collés l’un à l’autre, ne semblent ne faire plus qu’un. Enivrée par ce plaisir charnel, elle se laisse emporter par la plaisir qui rythme le mouvement de leurs corps entrelacés. Son souffle se saccade et elle perd définitivement le contrôle. Ses sens s’emballent et un soupir s’échappe de ses lèvres entrouvertes lorsqu’elle sent  le plaisir vient s’emparer de son corps. Elle sent leurs  corps se contracter et resserre son étreinte.

Le souffle court, elle sent les battements de son cœur reprendre petit à petit un rythme normal.  Elle sent des gouttes de sueur perler sur leurs corps mais ne peut se résigner à quitter les bras de Jay. En silence, elle laisse son corps se détendre sous celui du jeune homme et passe une main dans ses cheveux. Elle voudrait ne jamais quitter la chaleur de ce cocon dans lequel elle se sent si bien. A l’abri de tout, le reste n’existe plus. Il n’est question que de Jay et elle… Doucement, elle se redresse et pose une main sur le torse du jeune homme qui s’écarte légèrement avant de s’allonger sur le dos. Elle vient immédiatement se blottir dans ses bras. La tête sur la poitrine de Jay, elle écoute les battements de son cœur tout en caressant tendrement son torse à l’aide de sa main libre. Le sourire aux lèvres, elle redresse la tête pour se perdre dans le regard de son amant. « Je t’aime Jazz Hyeon-Su Kwon » Elle sait qu’il n’aime pas tellement qu’on l’appelle par son vrai prénom, mais c’est sa façon à elle de lui dire qu’elle l’aime lui, tel qu’il est, avec ses qualités et ses défauts, et qu’il n’a pas besoin de faire semblant lorsqu’ils sont ensemble. Elle dépose un baiser sur les lèvres du jeune homme avant de se blottir à nouveau dans ses bras. Heureuse et sereine, elle sent peu à peu le sommeil s’emparer d’elle.

Elle ne sait pas l’heure qu’il est mais le soleil vient la tirer de son sommeil. Il lui faut bien quelques minutes avant de parvenir à ouvrir un œil et de constater que la place à côté d’elle est vide. Il ne lui en faut pas davantage pour sentir la panique l’envahir. Est-il possible qu’il soit parti ? A cette idée, elle sent son cœur s’emballer et l’anxiété la gagner. Tout un tas d’hypothèse lui traverse l’esprit. Nerveuse, elle se redresse et constate qu’un drap recouvre son corps nu. Surement Jay… Sans plus attendre, elle s’enveloppe dans le drap avant de sortir du lit. Sans prendre la peine de s’habiller davantage, elle sort de la chambre à la recherche du jeune homme. Tour à tour, elle se rend dans chaque pièce de son appartement. La cuisine… Le salon… Elle ne le trouve pas. Paniquée à l’idée qu’il est pu partir, elle s’apprête à regagner sa chambre lorsqu’un bruit de douche la fait s’arrêter net. Son anxiété disparaît aussitôt laissant place au soulagement. Il n’est pas parti et savoir qu’il est toujours ici la rassure. Le sourire aux lèvres, elle retourne dans la cuisine afin d’y préparer deux cafés. Les cheveux en bataille et vêtu d’un simple drap, elle ne peut s’empêcher de repenser à cette nuit. Le simple souvenir de ce qu’elle a partagé avec Jay est suffisant pour la faire sourire.

lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptyMar 9 Sep 2014 - 16:26

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty


Shaey Fang & Jazz Kwon
Who are you ? I want to know the truth


Il est sur un nuage. Tout son corps le fait souffrir à cause de l’effort qu’il vient de faire. Mais il est sur un nuage. Il a l’impression que dans son cerveau et dans son cœur, on lui a envoyé des bulles de bonheur qui éclatent au rythme de ses battements cardiaques pour délivrer un doux poison qui le rend légèrement euphorique. C’est ça alors de faire l’amour ? Il avait attendu la bonne personne durant 24 ans. Finalement, elle était à ses côtés depuis longtemps et ce n’était pas elle qu’il attendait, mais le bon moment pour vivre tout ça. Et si Shaey avait été mise sur sa route depuis le départ pour être avec lui ? La mérite-t-il vraiment ? Il se mord la lèvre en y pensant alors qu’elle passe sa main dans ses cheveux. Il ferme les yeux sous le tendre supplice alors que ses bras musclés la serrent un peu plus fort sans l’étouffer pour autant. C’est si bon d’être contre elle. Elle essaye de se redresser, il se bouge doucement en frissonnant. Sa peau lui manque déjà. Il s’allonge sur le dos. Elle pose sa main sur son torse. Il y ajoute la sienne. Elle sourit. Il fait pareil. « Je t’aime Jazz Hyeon-Su Kwon » « Nado saranghaeho (je t’aime aussi) Shaey Saori Fang. » Il ne parle coréen qu’avec son père normalement, mais il sait qu’elle a toujours aimé l’entendre parler comme ça, alors pour elle, il fait un effort. Une exception. Elle a toujours été son exception. Il lui caresse la joue quand elle l’embrasse encore avant de déposer sa tête contre la sienne. Il sent que son cœur se calme, que ses muscles se détendent. Mais il reste sur son nuage. Malgré ça, une pointe d’angoisse le prend aux tripes alors qu’il la sent s’endormir contre lui. Il continue de lui caresser le dos pour la rassurer ou simplement parce qu’il aime ça à vrai dire. Mais il songe. Fixant le plafond, il continue de réfléchir. Au fond, il n’a pas peur d’aimer, il est comme tout le monde, il sait le faire. Il a peur de devoir vivre un jour sans elle surtout et de devenir comme son père. Une âme errant dans un chaos de solitude en priant chaque jour la grande faucheuse de lui prendre enfin la vie pour que la torture prenne fin. Il sait qu’il aimera à ce point. Il ne s’est jamais remis de la mort de sa mère, de la disparition de Matthew. Alors elle. Il lui embrasse le front comme pour s’assurer qu’elle est toujours là. Il est temps de partir s’il le souhaite. Il sait que ça les briserait, mais la douleur serait sans doute minime si elle arrive maintenant non ? Lentement, il se mord la lèvre et regarde à travers la chambre éclairée par la lune si ses vêtements ne sont pas loin mais il sent la main de Shaey remonter doucement pour se poser dans son cou. Il se fige avant de la regarder encore. La douleur sera vraiment amoindrie si ça arrive maintenant ? Probablement pas. La perdre maintenant sera aussi douloureux que la perdre dans dix ans ou l’avoir perdu des années avant.

Finalement, Morphée l’oblige à dormir. C’est bien la première fois de sa vie qu’il dort ainsi dans une tenue d’Adam contre quelqu’un après avoir fait l’amour. Il y a un début à tout et il faut avouer que ça le rassure de vivre ça avec elle. Il sait qu’elle lui pardonnera ses maladresses. Il sait qu’elle ne s’offusquera pas s’il n’est pas parfait. Et puis, ado, ils ont déjà partagés des nuits ensemble en secret quand la grand-mère ronflait sur son futon. Posés dans le jardin, ils contemplaient la nuit étoilée tout en dormant l’un contre l’autre. Jay arrivait toujours se réveiller à temps avant de ne finir sous le courroux de l’ancienne. Cette fois, il est réveillé par les rayons du soleil ainsi qu’un grand coup de klaxon. Tournant sa tête, il remarque Shaey allongée à ses côtés sur le ventre, enlaçant un coussin. Il sourit en la trouvant si belle. Lentement, il dépose un baiser sur son épaule avant de se redresse et de cacher le corps nu de la belle chinoise avec le drap de soie. Il rougit en remarquant sa propre nudité. Il n’est pas habitué à ça. Il ramasse son boxer en grimaçant un peu. Ça l’enquiquine de devoir remettre des vêtements de la veille. Lui qui est si pointilleux sur son hygiène et la propreté en général. Il se mord la lèvre avant de se souvenir d’un sac de secours qu’il a dans sa voiture, parce que tout peut arriver, surtout quand on est enseignant, il a toujours des affaires de rechanges au cas où. Il quitte la chambre habillé et trottine jusqu’à sa voiture. Sous le siège avant, il récupère le sac et remonte à l’appartement avant de prendre possession de la salle de bain et de s’accorder une longue douche salvatrice. Il aime tellement ça. Il espère qu’elle aura encore de l’eau chaude quand elle voudra en prendre une.

Perdu dans ses pensées, comme souvent, il ne voit pas vraiment le temps défiler. De toute façon, son rituel de la douche est tellement long qu’il y reste une bonne demi-heure. Enfin, il arrête l’eau pour se sécher et enfiler des vêtements. Une chemise blanche comme souvent et un pantalon dans les tons bleu ciel. A l’école, il essayait toujours d’avoir des vêtements un peu colorés, loin du sombre qu’il aime porter habituellement. Il enfile sa ceinture de la veille avant d’attraper son téléphone et de se mettre prêt de la fenêtre. Dans la rue, les gens semblent comme des fourmis pressées par le temps. Il affiche une petite moue en les observant avant d’appeler un restaurant qu’il connait bien. Le gérant étant le patron d’un de ses élèves handicapés dont il a pris grand soin. « Peter ? C’est Jay. Vous allez bien ? » Il sourit légèrement en rougissant, écoutant ce que l’autre a à lui dire de façon polie. « Je me demandais… est-ce que vous pouvez me livrer ? » Le patron hésite avant de lui accorder sa requête, le faisant sourire plus franchement. « Deux salades du chef, deux risottos aux carottes et rougets ainsi que… hmm… deux tiramisu… » Il ne peut empêcher ses joues de s’empourprer un peu plus. « Oh est une bouteille de vin, du blanc non ? Je m’en remets à vous pour ça. » Il n’est pas vraiment doué à vrai dire pour choisir de l’alcool, il n’en boit jamais mais il sait que Shaey apprécie un bon vin français. « Dans une heure ? Parfait. Merci beaucoup Peter. » Il lui dicte l’adresse avec le plus de précision possible avant de raccrocher et de sortir de là. Le bruit dans la cuisine l’interpelle et dirige rapidement ses pas. Quand il la voit vêtue par le drap, il sourit tendrement et observe les cafés qu’elle a préparés. Il s’approche dans son dos avant de l’enlacer tendrement tout en nichant sa tête dans son cou et de respirer son odeur, puis de lui embrasser son épaule dénudée. « Tu as bien dormi ? » Il se détache doucement pour pouvoir la regarder. Tendrement, il lui remet des cheveux en place. « J’ai appelé un ami restaurateur, il va nous livrer dans une heure… » Il lui caresse la joue dans un geste doux avant de la regarder dans les yeux. Il ne sait pas vraiment quoi dire en réalité. Il n’est pas habitué à ce genre de choses. « Même au saut du lit, tu restes magnifique. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptyDim 21 Sep 2014 - 22:43

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty



Jay & Shaey


Who are you ?




Debout face au percolateur, elle a l’esprit ailleurs. Elle ne peut s’empêcher de penser à ce qu’il vient de se passer avec Jay. Elle a conscience que leur amitié vient de prendre un tournant et un grand nombre de question vient lui parasiter la tête. Elle se demande où tout ça va les mener… Ce qu’ils sont l’un pour l’autre à présent… Si Jay ne regrette pas… A vrai dire cette question là est celle qui ne cesse de revenir en boucle. Et s’il regrettait la nuit qu’ils ont passé ensemble ? La dernière fois qu’ils s’étaient vus, il avait pris soin de mettre une certaine distance entre eux. Et s’il recommençait ? S’il lui disait que ce qu’il s’est passé n’est rien d’autre qu’une erreur ? A cette pensée, elle sent son cœur se serrer. Il devient clair qu’elle a besoin de mettre les choses au point avec Jay. Elle a besoin de lui parler et de savoir où ils en sont…  Elle a toujours été honnête avec lui, et même si leur amitié vient de prendre un tout nouveau tournant, Jay reste malgré tout son meilleur ami… Celui auprès de qui elle se confie… Celui qui a toujours été là pour elle… Celui qui la connaît mieux qui personne… Alors oui, elle doit avoir cette conversation avec lui.

Reprenant peu à peu contenance, elle pose les deux tasses de cafés à côté du percolateur lorsqu’elle sent deux bras l’enlacer avec tendresse. Instantanément, un sourire se dessine sur son visage. Sentir Jay tout prêt d’elle la rend tout simplement heureuse. « Tu as bien dormi ? » C’est la deuxième nuit qu’elle passe dans les bras du jeune homme, et bien que le contexte soit cette fois différent, elle est forcée d’avouer qu’une fois de plus, elle a étonnement bien dormi. « J’ai pas l’habitude de dormir aussi bien. » Elle lui adresse un sourire et plonge son regard dans celui de Jay pendant qu’il remet en place quelques mèches de cheveux. Elle s’est levée si vite qu’elle n’a pas pris le temps de soigner les apparences. « J’ai appelé un ami restaurateur, il va nous livrer dans une heure… »  A vrai dire elle est affamée. N’ayant pas mangé depuis le déjeuner de la vielle, elle sent son ventre la rappeler à l’ordre. Et l’idée de savoir que Jay ne part pas la rassure.   « Excellente idée, je meurs de faim. » Elle le regarde en souriant. « Même au saut du lit, tu restes magnifiques. » Elle le regarde avec un air amusé. « Disons que le réveil a été quelque peu mouvementé. » Elle repense à la panique qui s’est emparée d’elle en découvrant que Jay n’était pas à ses côtés. Elle dépose un tendre baiser à la commissure de ses lèvres avant de se retourner pour attraper les deux cafés.   « T’était pas là, j’ai cru que tu étais parti pendant que je dormais. » Elle se mord la lèvre, espérant que son aveu ne vexe pas le jeune homme, puis se tourne vers lui et lui tend une tasse de café en souriant. « Ce qui explique ma tenue. »

Elle boit une gorgée de café tout en programmant d’aller prendre une douche avant que le livreur n’arrive. C’est à ce moment là qu’elle remarque la tenue que porte Jay. Elle n’est pas habituée à le voir avec autre chose que du noir. « Tu devrais t’habiller comme ça plus souvent. » Elle boit une nouvelle gorgée de café avant de poser sa tasse pour aller se blottir dans les bras du jeune homme. « Je file sous la douche. » Elle a besoin de se rafraîchir, mais en même temps elle ne souhaite pas se séparer de lui… Alors qu’elle devrait déjà être dans la salle de bain à faire couler son bain, elle reste blottie contre lui. Ce n’est qu’au bout de longues minutes qu’elle se décide enfin à mettre fin à leur étreinte. «  Cette fois-ci j’y vais vraiment. » Elle le regarde en souriant avant de s’éloigner de lui. « Je te laisse mon portable. Lena passe quelques jours chez une camarade, sa mère risque d’appeler ou d’envoyer un message pour dire si tout ce passe bien. » Elle lui adresse un dernier sourire  avant de filer s’isoler dans la salle de bain ou elle fait couler son bain. Elle est sur son petit nuage. Le simple fait d’avoir vu Jay a été suffisant pour balayer ses doutes et ses questions. En revanche, elle sait que tôt ou tard ils devront parler…

Allongée dans l’eau chaude de son bain, elle tente de se rappeler si elle avait un quelconque rendez vous de prévu pour aujourd’hui. A vrai dire, elle a perdu toute notion du temps et ne sait même pas l’heure qu’il est. Ses seules certitudes sont qu’elle meurt de faim et qu’elle n’a absolument pas envie que Jay s’en aille. Peuvent-ils s’accorder une journée rien que tout les deux ? Certes, ils se voient très souvent, mais généralement Lena est également présente. En y repensant, elle réalise qu’il y a un long moment qu’elle n’est pas restée seule avec Jay… Peut être est-ce là l’occasion idéal… Ou peut être a-t-il des obligations de son côté… En silence, elle sort de son bain avant de s’envelopper dans une serviette et de regagner sa chambre.

Lorsqu’elle en ressort un quart d’heure plus tard, elle est enfin prête. Vêtue d’un simple jean noir et d’un haut blanc cintré sous la poitrine, elle se contente de relever ses cheveux et de les nouer en un vague chignon. Elle entend quelqu’un sonner à la porte et se doute qu’il s’agit de leur déjeuner. Lorsqu’elle rejoint Jay dans l’entrée, ce dernier vient de refermer la porte et tient dans ses mains un panier et une bouteille de vin. Une délicieuse odeur vient inonder le couloir. « Je meurs de faim… » Elle regarde le jeune homme en souriant. « Je vais chercher deux verres et je te rejoins sur la terrasse, on y sera mieux » Pendant que Jay file sur la terrasse, elle attrape deux verres avant de le rejoindre. Elle a la chance d’habiter au dernier étage de son immeuble et de profiter ainsi d’une immense terrasse pourvue d’un très joli coin de verdure. Un endroit où ils ont l’habitude de se retrouver, une fois Lena couchée, pour boire un verre après une longue journée.

Lorsqu’elle le retrouve, il a déjà tout installé. Une petite nappe posée, à même le gazon artificielle, est emplie de bonnes choses. Sans attendre, elle vient s’asseoir à ses côtés et sert de verres de vin blanc avant d’en tendre un à Jay. « J’étais en train de me dire que ça fait un bon bout de temps qu’on s’est pas retrouvés que tout les deux. » Elle n’est même pas capable de se souvenir quand était la dernière fois. « A cette journée. » Elle lève son verre et trinque avec Jay avant de boire une gorgée. « Tu as des choses de prévues aujourd’hui ? » Finit-elle par demander. A vrai dire, elle espère qu’il lui réponde que non. Elle espère ne pas avoir à lui dire au revoir….

lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptyMer 24 Sep 2014 - 11:18

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty


Shaey Fang & Jazz Kwon
Who are you ? I want to know the truth


« T’était pas là, j’ai cru que tu étais parti pendant que je dormais. Ce qui explique ma tenue. » Il hoche faiblement la tête. Il ne peut pas vraiment lui en vouloir d’avoir cru ça à vrai dire. Au contraire. Il se mordille doucement les lèvres avant de prendre le café et d’en boire un peu tout en le regardant profondément, comme si la boisson pouvait l’absorber. « Tu devrais t’habiller comme ça plus souvent. » Il redresse la tête doucement avant de la regarder puis de s’observer comme pour vérifier ce qu’il a mis. « En fait, je suis souvent comme ça à l’école… » C’est prouvé que les couleurs pastels sont bénéfiques pour les enfants et pour leur humeur, alors il veille à ne jamais mettre de couleurs trop sombres là-bas. Il a des pantalons comme ça de toutes les couleurs à vrai dire. « Je file sous la douche. » Il allait secouer la tête pour acquiescer, mais à la place, il se retrouve avec elle blottit dans ses bras. Dans un sourire des plus tendres, il l’enlace avant de poser sa tête sur la sienne. C’est si facile d’aimer ? Vraiment ? Il se mord la lèvre en y pensant. Lui qui redoutait tellement ça, le voilà comblé pour la première fois de sa vie. « Cette fois-ci j’y vais vraiment. » Il affiche une petite moue quand elle se décolle de lui, mais il sourit rapidement en voyant son visage. « Je te laisse mon portable. Lena passe quelques jours chez une camarade, sa mère risque d’appeler ou d’envoyer un message pour dire si tout se passe bien. » Il hoche encore la tête avant de regarder vers le téléphone. Il doit prévenir la galerie pour sa part qu’il ne pourra passer que ce soir… Aish, il faudrait vraiment qu’il embauche un assistant à temps plein pour ça.

Il se retrouve complètement seul et s’installe à table en soupirant faiblement. Il ne sait pas vraiment comment agir. Il ne s’est jamais retrouvé chez elle après une nuit pareille. Dire qu’il a perdu sa virginité. C’est étrange, c’est comme si rien n’avait changé en lui, alors que tout a changé entre eux. Il ne sait pas vraiment comment définir tout ça. Soupirant doucement, il se passe la main dans les cheveux avant de bailler légèrement. Il va bientôt falloir qu’il prépare la rentrée d’ailleurs et les journées vont finir par être bien occupées. C’était sans doute la dernière exposition de Reign avant un petit moment. Il attrape son cellulaire pour appeler à la galerie et négocier avec le directeur pour ne venir récupérer ses toiles que ce soir après la fermeture, prétextant un rendez-vous important cette après-midi, hors de la ville, l’obligeant à être loin pour quelques heures. Ronchon, l’homme accepte malgré tout. Raccrochant, il observe l’appartement qui est d’un calme olympien. Shaey semble décidée à prendre son temps sous la douche, ou plutôt dans le bain, parce que la connaissant, elle doit se trouver dedans. Il se lève et va se planter devant la bibliothèque de la jeune femme avant de regarder tous les livres qu’elle peut bien avoir. Il en attrape un au hasard avant d’aller se poser dans fauteuil et de commencer à le lire sagement jusqu’à entendre le téléphone de Shaey sonner. Il se lève pour aller le décrocher rapidement dans un petit sourire. « Allo ? » « Tontooooon ! T’es avec Maman ? » « Oui, on passe la journée ensemble ? Tu vas bien mon ange ? » « Oui, c’était trop cool ! On a vu un dessin n’animé hier et aujourd’hui, on va au zoo. Tu seras là quand je rentre tonton ? » Il regarde vers le couloir comme pour demander l’autorisation à Shaey d’être là avant de secouer sa tête puis de sourire. « Bien sûr. J’ai envie de voir ma princesse. » Tranquillement, il se pose sur l’accoudoir du canapé en l’écoutant lui raconter toutes les choses géniales qu’elle a pu faire ou voir depuis la veille. Il aime cette gamine comme si elle était la sienne. Souvent, il aimerait qu’elle le soit. De n’être plus qu’un tonton, mais un papa. Parce qu’elle mérite d’en avoir un et qu’il l’aime comme si elle était à lui.

Au bout d’une dizaine de minutes, Lena se décide à raccrocher pour partir enfin voir les animaux. Il sourit tendrement et repose le téléphone avant de se réinstaller pour se remettre dans sa lecture. Mais soudainement, il pense à Allie et appelle alors la femme de ménage qu’il embauche pour son père afin qu’elle aille sortir la chienne et la ramener ici. Il n’aime pas la laisser seule. Alaska n’y est pas habituée et lui non plus à vrai dire. Le temps défile relativement vite avec tout ça et quand il entend sonner, il se doute de qui ça peut être. Souriant, il va ouvrir la porte à son ami avant de le payer et de récupérer les plats qui sentent divinement bons. Il a une faim de loup maintenant. « Je meurs de faim… » Il se tourne vers la voix de la belle chinoise avant de lui sourire tendrement. « Je vais chercher deux verres et je te rejoins sur la terrasse, on y sera mieux » Il hoche à nouveau sa tête et embarque le tout sur la terrasse. Il aime tellement cet endroit à vrai dire, c’est sans doute le point le plus beau de cet appartement.

Une nappe sur le sol, le panier avec, il attrape les coussins initialement placés sur le salon de jardin afin de les jeter au sol et de s’y installer. Ça lui rappelle les moments en Chine où ils mangeaient à même le sol devant la vieille télé pas vraiment hightech de la grand-mère. Il sourit à ce souvenir avant de la regarder les rejoindre et servir le vin. Il prend le verre sans trop de conviction avant de lui sourire. « J’étais en train de me dire que ça fait un bon bout de temps qu’on s’est pas retrouvés que tous les deux. » Lui non plus à vrai dire. Lena fait toujours partie de leurs plans et il n’a jamais cherché à mettre la petite fille de côté. « A cette journée. » Il lève son verre pour trinquer avec elle. « A nous. » Que ce soit en amour ou en amitié, il avait envie de porter un toast pour eux. « Tu as des choses de prévues aujourd’hui ? » Il boit une gorgée de vin avant de grimacer légèrement, pas vraiment habitué à l’alcool. Il le repose et ouvre les plats avant de les poser sur le sol. Ils ont chacun leur assiette, c’est terriblement bien fait. « Je devais récupérer les toiles. » Il se masse la nuque avant de commencer à manger. « Mais j’ai prévu que je ne passerai que ce soir. » Il l’observe tout en mangeant. « Ça te dirait qu’on aille… frôler les nuages ? » Il sourit en coin en lui demandant ça. Non, il ne parle pas de sexe, au contraire. Il aimerait l’emmener faire quelque chose qui le passionne et où il a envie de l’entrainer depuis déjà longtemps, mais il n’a jamais vraiment osé. De une, parce que malgré tout, c’est dangereux et de deux, parce qu’il ne sait pas si Shaey sera assez sportive pour ça. Il attrape son téléphone et lui montre une vidéo, on peut reconnaître le rire de Victoire dessus qui le filme pendant qu’ils escaladent une falaise et une autre de la vue panoramique depuis cette falaise. « Ça te dit ? » Il range son appareil tout en la regardant. Il continue de manger. « J’me suis rendu compte d’une chose tout à l’heure… Tu avais mis du sucre dans mon café. » Il la regarde en souriant. « Et c’était plutôt bon… » Il rougit un peu en l’avouant. « C’est la première fois de ma vie que je bois un café sucré…. » Il a beau gagner beaucoup d’argent, il agit encore comme l’enfant pauvre qu’il était.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptyMer 15 Oct 2014 - 22:12

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty



Jay & Shaey


Who are you ?




Elle est contente de pouvoir passer du temps avec Jay. A vrai dire ils en ont besoin tout les deux, c’est une évidence. Leur relation vient de prendre un tournant radical, et après la nuit qu’ils viennent de passer, elle ne souhaite pas le laisser repartir. Elle désire tout simplement rattraper le temps perdu. La dernière fois qu’ils se sont vus, les choses se sont mal terminées et elle a souffert de l’absence de son ami. Jamais encore ils étaient restés sans se parler pendant aussi longtemps. Ils avaient peut être pas abordé la dispute de la dernière fois, mais elle savait que tôt ou tard elle allait devoir lui parler d’un sujet nettement plus sensible… Adam. En l’espace de peu de temps il s’était pourtant passé beaucoup de choses, à commencer par sa visite chez son ex. Jay savait que l’une des raisons de sa venue à Los Angeles était le fait qu’elle souhaitait retrouver le père de sa fille, mais il ignorait qu’elle avait sauté le pas en allant le voir.

Elle le regarde en souriant lorsqu’il décide de lever son verre pour eux deux. Elle passe un si bon moment qu’elle hésite à parler d’Adam. Elle ne veut pas tout gâcher, mais en même temps elle tient à rester honnête avec lui. « Pourquoi est-ce que tu as choisis l’anonymat pour tes tableaux ? » Finit-elle par lui demander en l’écoutant lui expliquer qu’il ira chercher ses toiles en fin de journée. Il n’est pas le seul artiste à choisir cette façon de faire, mais elle est sincèrement intriguée par le choix du jeune homme. Certes, elle a plus ou moins digéré le fait qu’il lui a mentit à ce sujet, mais elle se pose encore bon nombre de questions. « Tu ne comptes pas révéler ta vraie identité ? »  Les gens aiment son univers si particulier. Elle-même apprécie ce qui pour certain pourrait paraître trop glauque. A travers ses peintures il a su créer un univers atypique et il plait énormément.

Elle pose son verre et commence à grignoter le repas commandé par Jay. Elle qui s’attendait à quelque chose de très simple, est étonnée de voir le raffinement des mets présents dans son assiette. « Qu’on aille frôler les nuages ? » Elle le regarde, intriguée par ce qu’il vient de lui proposer.  Elle le connaît suffisamment bien pour savoir qu’il doit probablement avoir une idée bien précise en tête. Il lui tend finalement son portable et lui montre une vidéo. Elle reconnaît le rire de Victoire qui est en train de le filmer pendant qu’il escalade une falaise. La vidéo s’arrête et laisse place à une seconde vidéo montrant la vue panoramique d’un paysage à couper le souffle. « Ca te dit ? » Elle le regarde non pas sans une certaine hésitation. Elle n’a jamais essayé l’escalade et elle ne sait pas vraiment si c’est dans ses cordes. Oui, elle a envie de tenter, mais en même temps, elle n’est pas rassurer. « T’es sérieux ? » Demande-t-elle en souriant. « Je suis tentée d’essayer… Mais je te préviens… J’ai jamais fait d’escalade donc tu t’exposes à ce que la catastrophe ambulante que je suis ne rentre pas de cette escapade en un seul morceau. » Elle rigole avant de reprendre une gorgée de vin. Elle n’a rien d’une grande sportive de haut niveau mais relever ce nouveau défi ne lui fait pas peur.

« J’me suis rendu compte d’une chose tout à l’heure… Tu avais mis du sucre dans mon café. »  Perdue dans ses pensées, elle s’était rendue compte trop tard de son erreur. Elle savait que Jay apprécié avant tout son café par son amertume et elle s’était doutée qu’il remarquerait forcément son erreur. « Et c’était plutôt bon… » Elle le regarde en souriant, contente de voir que ses gouts changent.   « C’est la première fois de ma vie que je bois un café sucré…. » Les vieilles habitudes sont toujours difficiles à changer et elle le remarque avec Jay. Sa vie à changer et pourtant il a du mal à s’y adapter. Finalement il ne change pas, il reste le même, ce qui n’est pas pour lui déplaire. Il est tel qu’elle le connaît depuis toujours. Egal à lui-même… Et pourtant, même si ce n’est que d’une façon imperceptible, elle a l’impression qu’il est en train de changer… Non, changer n’est pas le bon mot… Il s’ouvre à de nouvelles choses et sort peu à peu de cette bulle dans lequel elle l’a toujours connu. « Restes tout un mois avec moi et tu deviendras accro au café sucré. » Elle le regarde en souriant. En fait elle réalise qu’elle n’a vraiment pas du tout envie de le voir partir. Elle le veut à ses côtés, tout simplement. Lena n’est pas là et pour une fois ils peuvent en profiter pour se retrouver seulement tout les deux. Seulement, elle doit d’abord lui en parler… Il le faut…

« Avant qu’on parte à l’aventure, je dois d’abord te parler d’une chose importante. » Elle connaît Jay et sait se qu’il pense d’Adam. Il a été présent lorsqu’il a fallut la ramasser à la petite cuillère quand Adam est parti. Il sait par quoi elle est passée… L’enfer qu’elle a traversé… Il est l’une des rares personnes à savoir la vérité sur elle. Le seul qui sait que sa famille l’a forcée à mener sa grossesse à terme pour ensuite confier son enfant à l’adoption… Le seul qui sait que jusqu’au dernier moment, elle était prête à faire ce que sa famille avait décidé… Le seule qui sait à quel point elle a pu pleurer rien qu’à l’idée d’être obligée d’abandonner son enfant… Il a été présent pour elle, la soutenant sans jamais la juger. Elle avait tiré un trait sur son passé et ses parents n’avaient pas eu d’autre choix que d’accepter le fait que leur fille  n’abandonne pas son bébé. Le jour ou elle avait vu Lena, elle avait tout de suite su que jamais elle ne pourrait renoncer à elle….

Elle hésite un instant, pose son verre et regarde Jay. Elle sait d’avance que ça ne va pas lui plaire. « Tu sais, l’une des raisons pour lesquelles je suis venue à Los Angeles, c’est parce que je voulais retrouver Adam et lui dire pour Lena. » Elle marque un temps de pose, se doutant que Jay doit avoir deviné ce qu’elle va lui dire. « Je suis allée le voir finalement… et je lui ai tout dit. » Elle aurait  aimé pouvoir lui en parler plus tôt, mais les choses avaient été trop compliquées entre eux.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz EmptyLun 3 Nov 2014 - 16:20

avatar
Invité
Invité

Who are you ? Shazz Empty

tp://fonts.googleapis.com/css?family=Pinyon+Script' rel='stylesheet' type='text/css'>

Shaey Fang & Jazz Kwon
Who are you ? I want to know the truth


[color=#cc99cc]« Pourquoi est-ce que tu as choisi l’anonymat pour tes tableaux ? » Quelle jolie question. Victoria lui avait demandé une fois, il avait simplement répondu : parce que c’est ainsi, cependant, il sait parfaitement que Shaey ne se contentera pas d’une telle réponse. Lentement, il baisse ses yeux sur leur pique-nique improvisé comme pour y trouver un certain courage stupide. Il soupire doucement. « Parce que je suis lâche. » Il n’y a pas d’autre raison. « Reign peut bien être critiqué, être nul et déplaire, il n’existe pas, il ne manquera à personne, il n’aura aucun visage à montrer honteusement en cas de raté. » Il pose alors son regard sur elle doucement. « Alors que moi… je suis en vie et humain. » Il repose doucement son assiette en soupirant faiblement avant de regarder le ciel. « Tu ne comptes pas révéler ta vraie identité ? » Il secoue alors doucement sa tête. « Pour le moment non. Je n’ai jamais été un homme très courageux, tu le sais bien. » Il sourit faiblement, plus pour passer à autre chose que pour sourire réellement à vrai dire. Il change alors de sujet et lui propose de faire une activité qui lui tient à cœur. Il n’a encore jamais osé lui parler de ce genre d’activité à vrai dire parce qu’il n’a jamais imaginé Shaey dans ces sports-là, mais pourquoi pas ? Et puis, s’ils doivent être un vrai couple, il ne veut plus rien lui cacher et lui montrer entièrement le jeune homme qu’il est devenu. Pour appuyer ses dires, il lui montre alors une vidéo d’une ascension faite avec Victoire en espérant que ça lui donnera envie au lieu de la décourager possiblement. « T’es sérieux ? » « Apparemment. » Il l’observe alors en penchant la tête sur le côté, tout en grignotant ce qu’il a sous le nez. « Je suis tentée d’essayer… Mais je te préviens…. J’ai jamais fait d’escalade, donc tu t’exposes à ce que la catastrophe ambulante que je suis ne rentre pas de cette escapade en un seul morceau. » Il lui offre un sourire incroyablement tendre tout en la regardant. « Jamais je ne te laisserai te blesser. » De une, il est excellent là-dedans, il prendra toutes les précautions qu’il faudra pour elle et ensuite, il tient trop à elle pour tenter de la mettre en danger.

Son regard se pose alors sur le verre de vin et il pense au café qu’elle lui a préparé. Le premier café sucré de sa vie. Il s’était persuadé que ce n’était pas bon, que ça n’avait aucune espèce d’importance d’en boire et qu’il ne loupait rien. Que de toute façon, c’est mieux ainsi pour sa ligne. Et pourtant, il était bon ce café. « Reste tout un mois avec moi et tu deviendras accro au café sucré. » Il rit faiblement, dans un sourire. « Je n’en doute pas à vrai dire. » Et ça l’effraie un peu. Le sucré l’effraie. Il ne veut pas redevenir comme avant, avoir ce corps qui lui apportait tant de soucis. Non, il ne veut pas. « On en boira de temps en temps. » Il perd son regard dans le vide tout en mangeant encore alors qu’elle semble perdue dans ses songes. « Avant qu’on ne parte à l’aventure, je dois d’abord te parler d’une chose importante. » Il n’aime pas ça. Il n’aime pas ce ton sérieux, il n’aime pas son regard, il appréhende la discussion. « Tu sais, l’une des raisons pour lesquelles je suis venue à Los Angeles, c’est parce que je voulais retrouver Adam et lui dire pour Lena. » Ce qu’il a toujours trouvé stupide vu la manière dont ça s’est fait entre eux, il savait parfaitement qu’Adam n’accepterait pas leur enfant alors que lui a pris soin d’elles depuis le début. Il sent son cœur battre plus vite, plus fort. La colère, la jalousie, la peur. Tout ça se mêle en lui. « Je suis allée le voir finalement… et je lui ai tout dit. » Il se recule machinalement avant de se redresser. Le repas aura été de courte durée. Il s’accoude à la barrière pour regarder la ville et essayer de reprendre un peu de contenance, de calme mais il n’y arrive absolument pas. « Comment tu peux faire ça…. » Sa main tremble, il sert alors ses poings. « Comment tu peux…. Le ramener dans vos vies après ce qu’il a fait… » Il est dégoûté, il ne peut pas le nier. « Et ne me dis pas que Lena avait besoin de son père… » Il se tourne vers elle pour la foudroyer du regard. « Je sais…. Je sais que je ne l’ai pas conçu, mais JE suis là depuis son premier cri. Je suis là depuis ses premiers rhumes, ses premiers pas, ses premières dents, ses premiers mots…. JE suis là !! J’ai toujours été là, j’étais comme un père pour elle. » Il détourne son regard pour observer la ville et essayer de se contenir, mais il ne peut pas. Lena. Lena, il l’aime comme sa fille. Elle n’a jamais eu besoin d’être sa chair et son sang pour qu’il pense ainsi. « J’ai l’impression d’avoir été trahi, de devenir invisible… » Il baisse lentement sa tête dans un soupir triste. « C’est dur… de voir que tu as besoin d’un enfoiré comme lui dans ta vie. » Il les a abandonnées une fois, il peut parfaitement recommencer. Il a envie de s’en aller, mais il a peur de la perdre en le faisant. L’amour, finalement, ça fait réellement souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Who are you ? Shazz   Who are you ? Shazz Empty

Contenu sponsorisé

Who are you ? Shazz Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Who are you ? Shazz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser