Partagez
 

 Trust me, I don't need you. FT KAI.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Trust me, I don't need you. FT KAI.   Trust me, I don't need you. FT KAI. EmptyMar 2 Sep 2014 - 16:58

Zoé Barovitch
Zoé Barovitch
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 26
Date d'inscription : 29/01/2014
Prénom : Estelle
Célébrité : Cora Keegan
Crédit avatar : SHIYA
Messages : 2208
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : /
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etude en Danse à l'UCLA. (5e)
Job/Métier : Actrice reconnue.
Adresse de résidence : Petit appartement, Northeast.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Felia D. Rimenez.
Voir le profil de l'utilisateur

Trust me, I don't need you. FT KAI. Empty


Trust me, I don't need you.
KAI NORTON AND ZOE BAROVITCH

Les portes de l’ascenseur s'ouvrent enfin sur l'immense couloir vide de l'hôtel. J'ai l'impression que le trajet a duré une éternité. Avec difficulté, je me redresse et sors, marchant jusque ma chambre. Mes pieds se posent au hasard devant moi ; c'est comme si je ne pouvais plus les contrôler. Tout mon corps d'ailleurs. L'alcool a eu raison de moi ce soir. Mes origines russes ont été un parfait prétexte pour affirmer que j'étais solide mais je suis arrivée à un point où la crédibilité m'a totalement quitté. J'ai vu défiler les verres de vodka à une vitesse folle. Cette pyjama party était la meilleure de toute ma vie. J'en ris encore, seule en marchant. A plusieurs reprises, je manque de m’aplatir au sol mais me retiens aux murs, le rire facile. Je dois faire du bruit pour les voisins, mais à vrai dire, je ne réalise pas le degrés sonore de mon ton de voix. Je suis beaucoup trop mal pour avoir conscience de quoi que ce soit.
Le numéro 17 semble se dessiner devant mes yeux. Ça y est, je suis devant ma porte de chambre. Je fouille maladroitement mes poches pour y trouver mon passe... En vain. Je fronce les sourcils bêtement. Je comprends pas, il devrait être là. Une nouvelle fois, je replonge mes mains dans les poches de mon short de pyjama. Rien. Je l'ai peut-être oublié dans la suite où a eu lieu la soirée. « Mais quelle conne... » Je soupire, prenant ma tête dans mes mains. Je ferme les yeux une seconde, le temps de reprendre mes esprits. Mais c'est inutile. Dans le noir, la tête tourne deux fois plus vite et j'ai le sentiment que mon sang fait un tour complet avant de s'arrêter un instant, puis repartir. Finalement, je pose mon front contre la porte de ma chambre et frappe violemment -même si avec mes petits bras ça ne fait pas grand chose. Je ne sais pas pourquoi j'ai l'espoir que quelqu'un m'ouvre, il n'y a personne dedans... Tout à coup, j'ai une impression de déjà vu. Enfin, je me suis déjà dit la même chose plus tôt dans la soirée. "N'oublie pas ton passe, puisque personne ne pourra t'ouvrir." Puis je l'ai mis à côté de mon téléphone pour ne pas l'oublier. Mais finalement ça n'a rien empêcher puisque je suis partie sans... BOUFFONNE QUE JE SUIS ! Je tire sur mes cheveux en grimaçant comme une dinde (mais pas trop fort non plus, faut pas faire mal à mon cuire chevelue !), puis me déchaîne à nouveau sur la porte. « Ouvre moooooooi ! Je veux rentrer ! » Quitte à réveiller tout le voisinage, peu importe. J'ai besoin d'aide, je peux plus rentrer dans ma chambre. Et je tiens plus debout...




La passion de Louise aura raison de moi, autant que celle de Molière a eu raison de lui. J'ai vu ces flammes danser sur ma peau jusqu'à entrer dans mes chairs et les brûler. Mon corps paralysé, j'ai senti la douleur crisper chacun des membres de mon corps. Et mon cri s'élevait dans la salle, transperçant le toit pour flotter jusqu'à la lune. Car c'est là-bas que j'ai abandonné ma fierté et mon amour propre.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trust me, I don't need you. FT KAI.   Trust me, I don't need you. FT KAI. EmptyJeu 4 Sep 2014 - 18:05

Kai Norton
Kai Norton
Dieu du stade
Dieu du stade
Age : 25
Date d'inscription : 16/04/2014
Prénom : Anaïs alias Nana
Célébrité : Adam Gallagher
Crédit avatar : Poetically Pathetic
Messages : 5264
Nationalité / origines : Américain
Situation : En couple
Avec qui ? : Gia Leonetti
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Sport-études basket ball + 6e année en Management
Job/Métier : Vendeur chez Foot Locker (Walmart) durant son temps libre
Adresse de résidence : Loft à Santa Monica, avec grace
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Eden
Voir le profil de l'utilisateur

Trust me, I don't need you. FT KAI. Empty



Putain ! Mais c’est quoi ce bordel ? On est peut-être dans un hôtel, mais à cette heure-là c’est du foutage du gueule, soyons clair ! Il y a des gens qui aimeraient dormir ici, dont moi d’ailleurs. Okay, c’est le Coachella. Okay, il y a des concerts à tout va. Okay, il y a de l’alcool. Et encore okay on est jeunes. Mais putain ! Ce n’est pas une raison pour faire autant de bruit en pleine nuit. Je me retourne d’un bond. « Rendors-toi, j’y vais. » Ces quelques mots sont à l’adresse de Théa qui s’énerve à son tour dans le lit. Je vais lui faire la peau au connard qui réveille tout l’étage. J’attrape mon boxer au pied du lit et l’enfile tout en me dirigeant vers la porte de la chambre. Le passe glissé dans l’élastique du sous-vêtement, paré à tabasser ce foutu réveil que je n’apprécie pas tellement. Qu’est-ce que je lui fais ? Le frappe contre le mur ou le renvoie à un autre étage pour qu’il fasse chier d’autres gens ? Je me tâte. Oh non, je le fais taire une bonne fois pour toute, il serait capable de revenir et de nous réveiller une nouvelle fois. Autant être direct dès le départ. C’est une bien meilleure idée. Je jette un dernier regard à la belle blonde à moitié endormie dans le lit avant de sortir de cette chambre. Ah voilà donc la cause de tout ce remue-ménage, juste en face de ma chambre en plus, comment dire que j’ai la poisse ? Une femme complètement éméchée, à la limite du délire qui martèle sa porte, comme si elle allait s’ouvrir toute seule ? N’importe quoi ! Je m’arrête quelques instants, laissant le temps qu’il faut à la folle d’arrêter de martyriser sa porte.

Non ! J’y croie pas ! Barovitch ! En personne. Mon regard se pose sur elle. Cela fait si longtemps que je ne l’ai pas vu et pourtant elle n’a pas changé. Je ne peux m’empêcher de sourire car cette fille là, elle m’en a fait voir des choses ! Je ne suis pas resté longtemps avec elle, mais assez en tout cas pour me faire rire à ce moment-là. En même temps, quelle situation ! Elle est totalement bourrée, elle n’a pas l’air très bien non plus. Bon, finalement, je ne vais peut-être pas la cogner. Fracasser le crâne de son ex contre le mur, ce n’est pas super sympathique comme retrouvailles, je l’admets. Bon, je vais l’aider. Je n’ai même pas enfilé un T-shirt, génial. « Zoé, Zoé, Zoé … » Je répète son prénom comme pour être certain qu’il s’agit bien d’elle. Pour la faire réagir. Non sans être blasé de la retrouver dans un état aussi pitoyable. Oui, elle est pitoyable. Regardez-la. Elle me ferait presque pitié. Je pose mes yeux sur elle. « Mais qu’est-ce que t’as encore foutu ? » Elle me fait désespérer cette fille-là. Et puis il y avait tellement de possibilités que je tombe sur quelqu’un d’autre en plein milieu de nuit, non, il a fallu que ce soit Zoé. Non mais franchement, si ce n’est pas une farce du bon dieu ça, je ne sais pas ce que c’est ! Elle n’a pas l’air bien. Elle n’a pas intérêt à me dégueuler dessus. Ah ça non ! « Bon, il est où ton pass ? Tu sais le petit truc qui ressemble à ça et qui ouvre la porte. » Dis-je en prenant le mien et en le faisant virevolter sous ses yeux comme si je parlais à une gamine. Allez Zoé, réfléchis, je n’ai pas envie de passer toute la nuit ici. Ce n’est pas que ta compagnie m’emmerde hein, mais disons que quand t’es bourrée, ce n’est pas top comme rencard et que j’ai une autre jolie blonde qui m’attend dans mon lit. Allez, réfléchis.


FRAT LOVE:
 


Trust me, I don't need you. FT KAI. 15010401232481345

CLIQUES SUR LE COW BOY Trust me, I don't need you. FT KAI. 1601312334
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trust me, I don't need you. FT KAI.   Trust me, I don't need you. FT KAI. EmptyVen 12 Sep 2014 - 20:57

Zoé Barovitch
Zoé Barovitch
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 26
Date d'inscription : 29/01/2014
Prénom : Estelle
Célébrité : Cora Keegan
Crédit avatar : SHIYA
Messages : 2208
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : /
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etude en Danse à l'UCLA. (5e)
Job/Métier : Actrice reconnue.
Adresse de résidence : Petit appartement, Northeast.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Felia D. Rimenez.
Voir le profil de l'utilisateur

Trust me, I don't need you. FT KAI. Empty


Trust me, I don't need you.
KAI NORTON AND ZOE BAROVITCH

Je bas des bras dans le vide, grimaçant et boudant ma situation. Merde alors. Il fallait que ça tombe sur moi tout ça. « Zoé, Zoé, Zoé … » Je me retourne en sursaut lorsque cette voix familière prononce mon nom, et je manque de me retrouver le cul au sol en m'emmêlant les pieds. Kai. Pendant une seconde, je le dévisage, bouche-bée, et profitant de la superbe occasion de mater son corps. Il n'y a que lui pour se balader un caleçon dans le couloir de l'hôtel, sans aucun complexe. Puis, je me mets à rire aux éclats, bêtement, en me tortillant, parce que je suis bourrée, et parce que je trouve cette situation tellement amusante. Les souvenirs de nos années ensemble me remontent à la tête et se mêlent les uns aux autres avec l'alcool. « KAAAAI ! » Je prononce son prénom un peu trop fort, en levant les bras, comme surprise de le revoir. Malgré ce bon sentiment, je ravale ma salive à l'idée de savoir qu'il sera mis au courant de ma bêtise. Déjà à l'époque, je passais pour une niaise à ses yeux, mais aujourd'hui, il va penser que je n'ai pas grandi. « Mais qu’est-ce que t’as encore foutu ? » « Eeeeeuh... » Je me gratte le crâne et tente de recoiffer ma touffe de cheveux si folle ce soir. « Je reviens de la pyjama party qu'il y avait au dernier étage. C'était top ! » Je lève les pouces dans un sourire. « Bon, il est où ton pass ? Tu sais le petit truc qui ressemble à ça et qui ouvre la porte. » La question piège. Je rigole bêtement pour tenter de cacher ma gêne, et pourtant je crois bien que ça la laisse paraître plus qu'autre chose. Ma tête tourne et je vois le sol se rapprocher de plus en plus de ma tête. C'est... étrange. Mes repères perdus, je viens finalement m'adosser au mur du couloir pour garder l'équilibre, appuyant mes mains sur mes genoux. Je le regarde sortir son pass de son caleçon et me l'agiter sous les yeux. Je rigole une nouvelle fois, levant un sourcil, et lui lance un petit regard amusé. « Et dis-donc, on range ses affaires dans son caleçon ? Y a autre chose que tu caches ? » Oui je cherche à changer de sujet. Je m'approche de lui pour tenter de tirer sur son élastique (c'est pas comme si je connaissais pas popole), mais trébuche comme une gourde alors qu'il m'esquive. J'ai vraiment trop cartonné sur la vodka ce soir, c'est dingue ! Je me sens trop pathétique, et pourtant ça me fait rire. Je lui tire une moue boudeuse avec des yeux de chien battu. « Roooh, tu veux pas me montrer ? »




La passion de Louise aura raison de moi, autant que celle de Molière a eu raison de lui. J'ai vu ces flammes danser sur ma peau jusqu'à entrer dans mes chairs et les brûler. Mon corps paralysé, j'ai senti la douleur crisper chacun des membres de mon corps. Et mon cri s'élevait dans la salle, transperçant le toit pour flotter jusqu'à la lune. Car c'est là-bas que j'ai abandonné ma fierté et mon amour propre.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trust me, I don't need you. FT KAI.   Trust me, I don't need you. FT KAI. EmptyLun 15 Sep 2014 - 11:58

Kai Norton
Kai Norton
Dieu du stade
Dieu du stade
Age : 25
Date d'inscription : 16/04/2014
Prénom : Anaïs alias Nana
Célébrité : Adam Gallagher
Crédit avatar : Poetically Pathetic
Messages : 5264
Nationalité / origines : Américain
Situation : En couple
Avec qui ? : Gia Leonetti
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Sport-études basket ball + 6e année en Management
Job/Métier : Vendeur chez Foot Locker (Walmart) durant son temps libre
Adresse de résidence : Loft à Santa Monica, avec grace
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Eden
Voir le profil de l'utilisateur

Trust me, I don't need you. FT KAI. Empty



Qu’est-ce qu’il y a de si drôle ? Pourquoi est-ce qu’elle se met à rire comme ça ? J’ai un truc sur mon visage ? J’ai de la salade entre les deux c’est ça ? Et merde alors ! Je me suis pourtant bien brossé les dents tout à l’heure ! Non ? Ce n’est toujours pas ça ? Ben alors, qu’est-ce que c’est ? Pourquoi tu rigoles comme ça Zoé hein ? T’es bourrée, c’est vrai ! L’alcool ! On dirait une folle là par contre. Il va falloir dessaouler ma belle et vite, je n’ai pas envie de rester dans ce couloir avec toi toute la nuit. Et arrêtes de crier mon nom ça ! Tu vas réveiller tout l’étage ! Quoi que, à mon avis, c’est déjà fait. Tu as trop de voix. Je t’ai déjà vu dans des états pitoyables, mais alors là tu as encore fait fort je dois avouer. La pyjama party ? Je voie. Je la regarde un sourire en coin. Elle ne changera jamais. Elle a du faire sa costaud et picoler comme si rien ne pouvait lui arriver. Mais regardez dans l’était où elle est maintenant. Ah je te jure ! Et après ça se vante de pouvoir se bourrer la gueule sans crainte. Et mon cul c’est du poulet ! Tu seras toujours la même Barovtich !

Okay, génial. Vu la réaction de Zoé, elle ne sait absolument pas où elle a mit son pass. Ou alors, elle le sait, mais elle ne veut pas me dire l’endroit où elle l’a laissé. Oh non ! Ne me dites pas qu’elle a laissé dans sa chambre ? Qui est assez con pour faire une telle connerie ? Elle. L’alcool lui détruit tous ses neurones, ce n’est pas possible ! Je souffle bruyamment quand elle me demande ce que je peux bien cacher dans mon caleçon. Ça me désespère de la voir dans cet état. Aussi bourrée. « Allez, réfléchis un peu. Où est ton foutu pass ? » Je sais que c’est peine perdue, mais je me dois d’essayer. Je n’ai pas envie de me la coltiner. Dans d’autres circonstances, ça m’aurait fait plaisir de passer un peu de temps avec elle, surtout que je m’étais vraiment attachée à ce bout de femme à l’époque. Mais maintenant, c’est différent. Et je n’aime pas trop les rencarts avec trop d’alcool. Je l’esquive dans un mouvement rapide. Merci le basket, ça aide sur quelques points. Et oh ! C’est mon caleçon. Et merde … Voilà qu’elle s’étale dans le couloir. Bon sang, qu’est-ce que j’ai fais pour avoir ce truc à ma charge ? Et elle rigole encore. Qu’est-ce que je vais bien pouvoir en faire moi de ce boulet ambulant ? « Roooh, tu veux pas me montrer ? » « Non je ne veux pas te montrer, c’est con hein. » Lui fais-je désolent.  Je m’accroupies et tente de la relever. Avec beaucoup de peine. « Allez, maintenant ça suffit, il faut que tu rentres dans ta chambre. » J’essaye de la faire asseoir contre le mur. Si au moins elle pouvait arrêter de rire bêtement. Je reste accroupies face à elle et jette mon regard dans le sien en espérant captiver son attention. « Zoé, regardes moi. » Putain, j’ai l’impression de parler à une gamine de quatre ans. Voir trois. « Où est ton pass ? Dis-le-moi tout de suite ! » Je reprends le mien et lui montre histoire que cela lui donne un repère visuel. Réfléchis, bon sang ! Et réponds-moi. Maintenant !


FRAT LOVE:
 


Trust me, I don't need you. FT KAI. 15010401232481345

CLIQUES SUR LE COW BOY Trust me, I don't need you. FT KAI. 1601312334
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trust me, I don't need you. FT KAI.   Trust me, I don't need you. FT KAI. EmptyJeu 2 Oct 2014 - 23:37

Zoé Barovitch
Zoé Barovitch
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 26
Date d'inscription : 29/01/2014
Prénom : Estelle
Célébrité : Cora Keegan
Crédit avatar : SHIYA
Messages : 2208
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : /
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etude en Danse à l'UCLA. (5e)
Job/Métier : Actrice reconnue.
Adresse de résidence : Petit appartement, Northeast.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Felia D. Rimenez.
Voir le profil de l'utilisateur

Trust me, I don't need you. FT KAI. Empty


Trust me, I don't need you.
KAI NORTON AND ZOE BAROVITCH

Kai insiste, encore et toujours, avec sa question. Le pass, le pass... Et moi je me retrouve un peu trop proche de la moquette du couloir, le rire jusqu'aux larmes, en essayant d'attraper l'elastique de son caleçon. Ouais, je le taquine, comme toujours. Il aimait ça à l'époque, quand on était ensemble. « Non je ne veux pas te montrer, c’est con hein. » Tss. Grimaçant comme une enfant je l'imite bêtement en agitant la tête alors que lui s'accroupit pour être à ma hauteur, me saisissant par les épaules pour me relever. Je dois admettre être un sacré sac à patate ce soir. Mais j'ai envie de rire encore, de m'amuser. La soirée n'est pas finie ! Je n'ai pas sommeil ! Quelle heure est-il déjà ? Peu importe. Je n'aurai pas du quitter cette fête, je m'y éclatais bien au moins... « Allez, maintenant ça suffit, il faut que tu rentres dans ta chambre. » Je m'assoies finalement contre le mur... Je crois. Ma tête vacille de gauche à droite contre la paroi, et mes yeux fixent le lustre au dessus de la tête du brun. C'est bizarre cette forme qu'il a d'ailleurs, on dirait une fleur à l'envers et ... « Zoé, regardes moi. » Hein ? Sous son ton autoritaire, je baisse les yeux sur lui. Rolala, il n'est pas marrant ce soir. Je l'ai connu plus enjoué. Immédiatement je ris. Je vois bien que ça le gonfle, mais j'y peux rien. Je ris de moi, de mon état lamentable mais tellement planant. « Où est ton pass ? Dis-le-moi tout de suite ! » « Il est dans ton caleçon je te dis. » Je pouffe de rire entre mes dents, cachant mon sourire derrière ma main. Mais le regard de Kai devient menaçant et son visage tellement blasé... Je dois être désespérante. Mais ce soir, c'est lui qui l'est. Sans humour. Retrouvant un minimum (très minime) de sérieux, je le pousse doucement en arrière avec ma force de moineau, arborant une moue boudeuse. « C'est bon, si on peut plus rire. » J'essaie de me lever, prenant grande aide en m'appuyant sur le mur, alors que mes pieds s'emmêlent. « J'ai pas besoin de toi, je peux rentrer seule ! » Malgré mon état, j'essaie comme je peux de prendre une allure sereine. J'aurai préféré d'autres circonstances pour des retrouvailles avec lui. Je dois paraître tellement pitoyable et ratée à l'instant... Si j'avais mon pass avec moi, je m'empresserai de m'enfermer dans ma chambre, pour m'enfiler une nouvelle bouteille. Comme je le disais, je ne suis pas fatiguée.




La passion de Louise aura raison de moi, autant que celle de Molière a eu raison de lui. J'ai vu ces flammes danser sur ma peau jusqu'à entrer dans mes chairs et les brûler. Mon corps paralysé, j'ai senti la douleur crisper chacun des membres de mon corps. Et mon cri s'élevait dans la salle, transperçant le toit pour flotter jusqu'à la lune. Car c'est là-bas que j'ai abandonné ma fierté et mon amour propre.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trust me, I don't need you. FT KAI.   Trust me, I don't need you. FT KAI. EmptyMer 8 Oct 2014 - 10:17

Kai Norton
Kai Norton
Dieu du stade
Dieu du stade
Age : 25
Date d'inscription : 16/04/2014
Prénom : Anaïs alias Nana
Célébrité : Adam Gallagher
Crédit avatar : Poetically Pathetic
Messages : 5264
Nationalité / origines : Américain
Situation : En couple
Avec qui ? : Gia Leonetti
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Sport-études basket ball + 6e année en Management
Job/Métier : Vendeur chez Foot Locker (Walmart) durant son temps libre
Adresse de résidence : Loft à Santa Monica, avec grace
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Eden
Voir le profil de l'utilisateur

Trust me, I don't need you. FT KAI. Empty



Elle me répond en riant après m’avoir répondu d’un ton amusé comme quoi son pass serait dans mon caleçon. Le truc totalement improbable. Si la situation aurait été moins ennuyante pour moi, j’aurai sûrement rit avec elle, mais l’état dans lequel elle été et l’exaspération qu’elle me fait ressentir à ce moment précis me font simplement devenir davantage blasé par sa réponse peu constructive. Elle me fatigue. J’ai un lit qui m’attend avec une charmante compagnie et je me retrouve ici ce soir avec mon ex totalement saoule, excusez-moi du peu, mais je croie que je suis dans le genre de situation très étrange qu’on préfère éviter d’ordinaire. Elle me pousse et devient sérieuse un court laps de temps. J’espère soudainement qu’elle ne soit plus bourrée et qu’elle va enfin pouvoir devenir sérieuse et me répondre pour rentrer dans sa chambre en arrêtant de foutre le bordel dans le couloir de l’hôtel et avec un peu de chance en plus, elle pourrait me laisser dormir. Le rêve ! Mais je croie bien avoir crié victoire trop vite. Je la connais la Zoé. Une fois qu’elle a trop d’alcool en elle, c’est fini pour le reste de la soirée, l’alcool a fait ses ravages et le sérieux ne revient jamais. Non, jamais. Enfin si, le lendemain matin. Mais je n’ai pas envie d’attendre demain moi ! Je veux dormir maintenant ! Au lit Zoé ! On va faire comme les enfants si ça continue ainsi. Tu veux que je te raconte une histoire pour que tu puisses dormir ?

Je serre les dents et finit par lui répondre dans un souffle d’exaspération. « Si on pourra rire quand tu m’auras dit où se cache ton pass. » Je siffle presque entre mes dents. L’impatience me gagne je croie. Elle va finir par m’énerver si ça continue. Putain Zoé, t’abuse quoi. Tu voies, ce n’est pas compliqué, tu me dis ce que tu veux et je rigole avec toi … Enfin, je ne vais pas te le promettre non plus, mais disons que je pourrai faire semblant une seconde. Juste une petite seconde ouais. Elle se relève et tente d’avoir l’air sûre d’elle, en fait, elle me fait rire. Je ne peux pas m’empêcher de sourire amusé. Mais bien sûr oui, tu peux rentrer toute seule. Tu l’as chopée où cette blague ? Dans un carambar ? Je lui réponds, riant à moitié. « Vas y alors, rentres toute seule, je regarde. » Je me relève à mon tour et m’adosse contre le mur en croisant les bras sur mon torse, prenant un air amusé et observateur. Je suis bien curieux de voir ce qu’elle va bien pouvoir dire ou faire pour se sortir de ce merdier maintenant. Tiens, et si je m’amusais un peu en même temps ? Quand elle est dans cet état-là, c’est juste trop facile de la faire paniquer. Finalement je commence à me diriger vers la porte de ma chambre, prenant le soin de marcher doucement, histoire de lui laisser une chance pour m’arrêter. « Du coup, je vais me recoucher, essayes de ne pas faire trop de bruit quand tu rentreras hein. » Je ne peux pas m’empêcher d’avoir ce sourire qui rit presque à moitié, content de ma blague. J’ai envie de voir comment elle va pouvoir se démerder. Je suis curieux et peut-être un peu trop joueur pour cette fois-ci.


FRAT LOVE:
 


Trust me, I don't need you. FT KAI. 15010401232481345

CLIQUES SUR LE COW BOY Trust me, I don't need you. FT KAI. 1601312334
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trust me, I don't need you. FT KAI.   Trust me, I don't need you. FT KAI. EmptySam 25 Oct 2014 - 2:08

Zoé Barovitch
Zoé Barovitch
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 26
Date d'inscription : 29/01/2014
Prénom : Estelle
Célébrité : Cora Keegan
Crédit avatar : SHIYA
Messages : 2208
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : /
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etude en Danse à l'UCLA. (5e)
Job/Métier : Actrice reconnue.
Adresse de résidence : Petit appartement, Northeast.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Felia D. Rimenez.
Voir le profil de l'utilisateur

Trust me, I don't need you. FT KAI. Empty


Trust me, I don't need you.
KAI NORTON AND ZOE BAROVITCH

Ma tête tourne avec toutes ces chutes, ces éclats de rire et la chaleur. Quand je ferme les yeux une seconde, c'est comme si toute ma conception de la réalité était inversée et que le temps était ralenti. Je rigole sans cesse, encore et encore malgré le ton sérieux de Kai. Putain mais pourquoi il a fallu que je tombe sur lui déjà ? Dans cet état ? Je ne crois pas avoir été mauvaise. Enfin... Si, je vais pas me mentir. Je suis un peu trop mauvaise parfois. La preuve avec Sapphire. L'exemple même. D'ailleurs, si cette peste ne m'avait pas lâché, je ne me retrouverais pas dans la merde maintenant. Tss. Je lui en ferai baver quand je la reverrai... En attendant, j'essaie de me démerder comme je peux pour affirmer être assez grande pour me débrouiller. Foutaise. « Vas y alors, rentres toute seule, je regarde. » Il est pas sérieux là ? Je reste adossée au mur à le regarder m'imiter, silencieuse. Ca fait bizarre d'un coup de ne plus entendre de rire. Le mien d'ailleurs. Sa réplique m'a calmé en une fraction de seconde. Son sourire en coin m'agace. J'ai pas l'air débile. Si j'avais le pouvoir de Madame Indestrictible (ouais comme dans le dessin animé) je pourrai aller attraper ma carte de chambre en passant ma main sous la porte. Bon bien sur, je rêve. Ne sachant pas quoi faire puisque je n'ai pas ma carte, je croise les bras et le défie du regard. Enfin je crois. Je ne suis pas certaine de le regarder dans les yeux ; je vois presque flou à cause de l'alcool. Jusqu'à ce qu'il daigne bouger pour aller jusque sa chambre. Bon débaras. « Du coup, je vais me recoucher, essayes de ne pas faire trop de bruit quand tu rentreras hein. » Ouais... Quand je rentrerai... SI je rentre surtout. Je regarde ma porte une seconde et je me sens si loin de ma chambre en étant si proche. Mon lit m'appelle à travers ma porte. Je suis fatiguée finalement. Et je n'ai pas envie de rester seule. Alors, avant qu'il ne s'en aille, je tente de faire deux pas en avant sans me rétamer à nouveau. « Attends Kai... » Putain, ma fierté... Je prends sur moi et avoue avec humilité. « Ok, j'ai... oublié mon pass dans ma chambre. » J'ai tellement honte de lui avouer ça. A lui. J'imagine à peine ce qu'il doit se passer dans sa tête, ce qu'il doit penser de moi, de mon état. Aucune évolution. Régression même. Gamine. Je baisse le regard, tripotant mes doigts. Mes orteils sont comme plantés dans la moquette pour ne pas que je tombe. « T'as pas... une place dans ta chambre par hasard ? Promis je dors sur le tapis même ! » Je ne crois pas que j'aurai du dire ça. Non non, je regrette. Ctrl+Z. « Ou alors on devrait essayer avec ton pass. Peut-être qu'il marche pour ma chambre... » Ben non Zoé, ça marche pas. Mais quelle connerie ! L'alcool me fait débiter toutes les inepties qui me passent par la tête, malgré moi. Je me mords la lèvre inférieure, parce que je ne sais pas quoi dire, quoi faire. Je suis tellement gênée. J'ai chaud et j'ai envie de faire pipi. « Me laisse pas seule Kai, s'il te plait. » Je chuchote ces derniers mots. S'il savait comme je suis fatiguée putain. Et je ne veux pas dormir sur la moquette du couloir. Je suis Zoé Barovitch, merde ! Pas une clocharde.




La passion de Louise aura raison de moi, autant que celle de Molière a eu raison de lui. J'ai vu ces flammes danser sur ma peau jusqu'à entrer dans mes chairs et les brûler. Mon corps paralysé, j'ai senti la douleur crisper chacun des membres de mon corps. Et mon cri s'élevait dans la salle, transperçant le toit pour flotter jusqu'à la lune. Car c'est là-bas que j'ai abandonné ma fierté et mon amour propre.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trust me, I don't need you. FT KAI.   Trust me, I don't need you. FT KAI. EmptyVen 31 Oct 2014 - 17:13

Kai Norton
Kai Norton
Dieu du stade
Dieu du stade
Age : 25
Date d'inscription : 16/04/2014
Prénom : Anaïs alias Nana
Célébrité : Adam Gallagher
Crédit avatar : Poetically Pathetic
Messages : 5264
Nationalité / origines : Américain
Situation : En couple
Avec qui ? : Gia Leonetti
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Sport-études basket ball + 6e année en Management
Job/Métier : Vendeur chez Foot Locker (Walmart) durant son temps libre
Adresse de résidence : Loft à Santa Monica, avec grace
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Eden
Voir le profil de l'utilisateur

Trust me, I don't need you. FT KAI. Empty



Que j'attente ? Je sourie encore. Pourquoi est-ce que je m'en doutais ? On a beau ne plus être ensemble, je la connais encore parfaitement la Barovitch. A cette pensée, je me mords la lèvre inférieure. Si seulement ce foutu Vlad n'avait pas été présent, les choses se seraient déroulées différemment. Peut-être bien qu'aujourd'hui nous serions ensemble. Peut-être même que je serai dans le même état qu'elle aujourd'hui. On se serait peut-être fiancés. Emménagés ensemble. Commencés avoir des projets tous les deux. Mais bien sûr, tout ça, c'est juste impossible. Parce qu'il avait été là, ce fameux Vlad ! Ce fameux mec qui ne sert à rien à part briser des couples et des cœurs par la même occasion. Pourquoi je penses à tout ça moi ? La revoir me fait quelque chose enfin de compte. J'avais tellement misé sur notre couple que jamais je ne pourrai me vanter de ne rien ressentir en me trouvant face à Zoé. Jamais je ne pourrai mentir sur ce point. Même si demain elle ne se souviendra probablement de rien et sûrement pas de moi. Après tout, je ne suis plus grand-chose à ses yeux, pour ne pas dire être insignifiant. Je me retourne pour plonger mon regard dans le sien, j'attends juste une seconde pour l'entendre avouer qu'elle a oublié son pass dans sa chambre. Je le savais déjà. Mais l'entendre dire était tellement jubilatoire. Alors j'attends. Je ne la laisse pas seule. De toute façon, même si je le voulais, je n'y arriverais probablement pas. Je m'en voudrais trop de la laisser seule, bourrée, dans un couloir de l'hôtel en pleine nuit. Je lui réponds un simple « Je sais » avec un large sourire. C'était donc si difficile de l'avouer hein. Je rigole de la situation. De son état d'éméché. De ma tenue incompatible avec tout ce bordel. Je commence à rigoler de tout ça. Alors que finalement, rien n'est drôle. Absolument rien. Je me calme, non sans enlever ce sourire ravi qui illumine mon visage. J'ai remporté une petite victoire face à Zoé, elle a avoué quelque chose, elle. Je peux vous dire que ce n'est pas si simple avec cette femme-là. Bon, l'alcool m'a sûrement aidé à remporté cette bataille. Mais chut !

Je la voie baisser les yeux, se triturer les mains. Ça n'a pas été facile pour elle d'avouer son échec. Elle a peut-être progressé … Un peu. Enfin, elle est toujours aussi peu douée quand elle est alcoolisée et encore moins quand il s'agit d'avoir du tact dans ses paroles. Ah je vous jure ! Cette nana me ferait toujours autant rire. « Oublies tout de suite ma chambre, chacun chez sois maintenant. » Pour ne pas dire que ce serait trop compliqué d'avoir sa copine et son ex dans la même pièce en même temps pour une nuit. Si j'étais tout seul, pas de problème, mais là, euh non, je ne me voie pas trop faire ça. « Non ça ne marchera pas, tu le sais très bien. » Je la voie galérer, trouver quelque chose à dire, trouver une solution pour ne plus m'embêter. Elle est mignonne. Oh non, je ne dois pas penser ça. Elle n'est pas mignonne, elle est encore plus sexy qu'avant. Je croie que je suis fatigué. Je sais très bien au fond de moi que c'est terminé pour toujours et que je suis engagé avec quelqu'un d'autre maintenant. Oui voilà, il faut que je pense à Théa. Bon, j'ai une idée pour régler ce problème. « Je te laisse deux secondes, le temps d'attraper un jean, okay ? Tu ne bouges pas d'ici. Deux secondes, c'est tout. » Je lui prends la main pour la rassurer. Profites presque pour en caresser le tour. J'ai l'impression qu'elle me manque. N’importe quoi. Je fonce. Rentres dans ma chambre. Attrapes le premier jean par terre au pied du lit. Adresse un regard à ma petite amie endormie. Soirée compliquée à gérer pour moi. Et je ressors comme si je n'étais jamais rentré. Hop, je m'habille, tant pis, je vais rester torse nu. « On va allez à l'accueil, ils ont forcément une solution. » Oh ben oui, et puis ils doivent avoir l'habitude avec ce genre d'événements que des gens bourrés fassent ce jour de boulettes. Quoi que, personnellement, je ne connais personne d'autre que Zoé capable de faire ça. Je la regarde dans les yeux pour la rassurer et commence à me diriger vers l'ascenseur en espérant qu'elle comprenne mon idée et que l'alcool ne lui brouille pas trop l'esprit.


FRAT LOVE:
 


Trust me, I don't need you. FT KAI. 15010401232481345

CLIQUES SUR LE COW BOY Trust me, I don't need you. FT KAI. 1601312334
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trust me, I don't need you. FT KAI.   Trust me, I don't need you. FT KAI. EmptyDim 2 Nov 2014 - 18:23

Zoé Barovitch
Zoé Barovitch
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 26
Date d'inscription : 29/01/2014
Prénom : Estelle
Célébrité : Cora Keegan
Crédit avatar : SHIYA
Messages : 2208
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : /
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etude en Danse à l'UCLA. (5e)
Job/Métier : Actrice reconnue.
Adresse de résidence : Petit appartement, Northeast.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Felia D. Rimenez.
Voir le profil de l'utilisateur

Trust me, I don't need you. FT KAI. Empty


Trust me, I don't need you.
KAI NORTON AND ZOE BAROVITCH

Il a ce sourire fier collé sur les lèvres quand il dit « Je sais. » et moi, je rêve de le lui arracher. Zoé 0 - Kai 1. Après ce qu'il a eu entre nous, il est assez bien placé pour savoir à quel point je déteste la défaite et à quel point mon égo vient d'en prendre un coup. Et monsieur se permet ce sourire fier. J'ai une envie démoniaque d'aller m'enterrer dans le jardin de l'hôtel. Je suis définitivement incapable de me démerder seule moi... Au point où j'en suis, j'arrive à lui demander de m'accueillir dans sa chambre, simplement pour une nuit. Mais évidemment, c'est une mauvaise idée. Je regrette mes paroles à la seconde où elles passent mes lèvres. « Oublies tout de suite ma chambre, chacun chez sois maintenant. » Maintenant. J'ai envie de sourire, parce qu'il me renvoie à cette période de nos vies où lui et moi c'était quasi-fusionnel. Les choses étaient simples. Et si ça avait duré, ce soir, je dormirai avec lui et je n'aurai pas ce putain de problème de pass. Ma vie a tellement changé depuis et parfois, cette époque me manque vraiment. Le fait qu'il me sauve la mise, c'est du déjà vu. Combien de fois j'ai eu besoin de lui dans le passé ? Trop. Et ça me fait tellement plaisir de voir que je peux encore compter sur lui aujourd'hui.
« Je te laisse deux secondes, le temps d'attraper un jean, okay ? Tu ne bouges pas d'ici. Deux secondes, c'est tout. » Il attrape ma main avant de retourner dans  sa chambre. Et merde, ce contact me manque je crois. C'est pas vrai. J'ai vraiment trop bu ! Pendant ces quelques minutes, mon regard vacille dans ce couloir vide. Les bras croisés, j'ai froid, et je me dandine presque parce que ma vessie m'appelle au secours. Moi qui pensais passer une bonne soirée dans la suite du dernier étage, je n'ai même pas pensé à l'après. Comment passer du "paradis" à l'enfer en quelques heurs ! Enfin, un enfer... Non. Certes un enfer pour ma fierté. Elle s'en est pris des coups ce soir. Mais c'aurait pu être pire. Heureusement que je suis tombée sur Kai, et non sur... Vlad ! Oh mon Dieu ! Je secoue la tête. La simple idée qu'il me voit dans cet état me fout des frissons. Je serai tout simplement foutue.
Kai revient enfin, en jean, mais toujours torse nu. Ce n'est pas pour me déplaire. Au moins je pourrais un peu le mater au lieu de penser à de mauvaises choses. « On va allez à l'accueil, ils ont forcément une solution. » L'accueil. Pourquoi je n'y ai pas pensé hein. Quelle conne je fais. Mais dans un sourire rassuré, je hoche la tête positivement. Il commence à marcher vers l'ascenseur, m'incitant à la suivre. Toujours pieds nus, j'accours comme je peux vers lui pour agripper à son bras pendant que je marche. C'est tellement simple : aller jusqu'à l'ascenseur, descendre jusqu'au rez de chaussée, marcher jusque l'accueil et demander un double du pass. Et pourtant ça me semble être mission impossible dans mon état. Je me frotte les yeux pendant une seconde, et quand je les ré-ouvre, nous sommes juste devant les portes du gros engin métallique. Merde alors ! Je suis tellement morte que je ne comprends plus la réalité. Kai appuie sur le bouton et les portes s'ouvrent. Je le regarde un instant du coin de l’œil. Il n'a pas changé d'un pouce. Toujours cette prestance surprenante. Tss. « On est d'accord que ce qu'il se passe ce soir reste entre nous hein. » Ça lui ferait trop plaisir de dire qu'il a gagné et eut le dessus sur moi. Mais je n'y tiens pas. Autant pour mon égo que ma réputation. Si je peux compter sur lui ce soir, j'espère qu'il sait que je n'ai pas besoin d'un nouveau scandale.




La passion de Louise aura raison de moi, autant que celle de Molière a eu raison de lui. J'ai vu ces flammes danser sur ma peau jusqu'à entrer dans mes chairs et les brûler. Mon corps paralysé, j'ai senti la douleur crisper chacun des membres de mon corps. Et mon cri s'élevait dans la salle, transperçant le toit pour flotter jusqu'à la lune. Car c'est là-bas que j'ai abandonné ma fierté et mon amour propre.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trust me, I don't need you. FT KAI.   Trust me, I don't need you. FT KAI. EmptySam 8 Nov 2014 - 10:08

Kai Norton
Kai Norton
Dieu du stade
Dieu du stade
Age : 25
Date d'inscription : 16/04/2014
Prénom : Anaïs alias Nana
Célébrité : Adam Gallagher
Crédit avatar : Poetically Pathetic
Messages : 5264
Nationalité / origines : Américain
Situation : En couple
Avec qui ? : Gia Leonetti
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Sport-études basket ball + 6e année en Management
Job/Métier : Vendeur chez Foot Locker (Walmart) durant son temps libre
Adresse de résidence : Loft à Santa Monica, avec grace
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Eden
Voir le profil de l'utilisateur

Trust me, I don't need you. FT KAI. Empty



Elle s'aggripe à mon bras. Sur le coup j'ai un frisson. Je ne m'attendais pas à ça et je sais qu'il y a encore quelque chose en moi qui ne pourra jamais oublier ce qui nous a lié à une époque. J'essaye d'ignorer ce frisson. De faire comme si je n'avai rien ressenti. Comme dirais Norman : FAUX ! Oui j'ai de grandes références culturelles vous avez vu !? Bref. Je la laisse s'agripper à moi, de toute façon il faut bien qu'elle se tienne à quelque chose ou à quelqu'un pour ne pas se ratamer de façon ridicule sur le sol. Je sers de canne pour la mémé Zoé. Oh qu'elle n'aimerait pas que je l'appelle comme ça ! Côte à côte, nous empruntons l'ascenseur. Cette boîte métallique qui referme ses portes comme un animal qui fermerait sa mâchoire sur sa victime. En l'occurence. Nous. Mais seulement pour un moment. Le temps de passer d'un étage ou à un autre et de laisser le temps à la tête de Zoé de tourner sûrement légèrement. Ah que je n'aimerai pas être à sa place. L'alcool rend l'être humain un peu dinguo et mal en point. Je me demande ce qu'elle ressent à cet instant précis quand je pose mon regard sur elle. Finalement j'aurai peut-être préféré ne pas s'apercevoir, à part penser à sa réputation, le reste elle s'en fou. Je vais mettre ça sur le compte de la boisson, ça me rassure un peu de cette façon. " On est d'accord sur ce point, un peu comme au bon vieux temps. " Même sans être ensemble, on en a fais des soirées ensemble où ce qu'il se passait dans ces soirées devaient y rester. Je sourie à cette pensée.

Le bouton de l'étage zéro s'illumine et les portes s'ouvrent, nous sommes donc arrivés au rez-de-chaussée. J'effleure la main de Zoé sur mon bras pour lui faire comprendre que je vais avancer. Posant un regrard vers elle qui se veut protecteur. J'avance, tirant avec moi Zoé, me rendant jusqu'à l'accueil. " Bonsoir, excusez-moi de vous déranger. Mon amie a un petit soucis." Je sourie un peu gêné. Oui en fait son problème c'est qu'elle est complètement bourrée, mais le pire, c'est qu'elle a totalement conscience de sa connerie. Euh non. Pas bonne idée de dire ça de cette façon. " En fait, elle s'est absenté un petit moment de sa chambre sauf qu'elle a oublié son pass dans sa chambre. Donc elle est là. Mais son pass est à l'intérieur. Vous voyez le problème ? " " Oui je comprends tout à fait, Monsieur, je vais voir ce que je peux faire. " Je la remercie. Nous échangeons quelques mots de plus. Je lui communique le numéro de la chambre, sors une petite blague pour la motiver à passer le reste de la nuit à l'accueil avec le courage. Et je repars. Un pass provisoire dans la main qu'il faudra rendre dès le lendemain. Je pense que celui-là je vais le garder, pour être sûr que Zoé ne refasse pas le coup tous les jours. Je la ramène avec moi vers l'ascenseur. Elle a l'air totalement ailleurs. J'en rigolerais presque dis donc. Nous sommes dans l'ascenseur. Seulement tous les deux. " Bon, problème réglé. Un dernier mot avant que je te sauves et te ramènes dans ta chambre ? " Je lui jette un regard accompagné d'un sourire triomphant. Ah Zoé ... Tu en feras des conneries dans ta vie n'est-ce pas ? Celle-ci en sera donc une de plus parmi tant d'autres. Le son métallique du mouvement de l'ascenseur indique que nous sommes presque arrivés.


FRAT LOVE:
 


Trust me, I don't need you. FT KAI. 15010401232481345

CLIQUES SUR LE COW BOY Trust me, I don't need you. FT KAI. 1601312334
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trust me, I don't need you. FT KAI.   Trust me, I don't need you. FT KAI. EmptyJeu 27 Nov 2014 - 22:49

Zoé Barovitch
Zoé Barovitch
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 26
Date d'inscription : 29/01/2014
Prénom : Estelle
Célébrité : Cora Keegan
Crédit avatar : SHIYA
Messages : 2208
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : /
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etude en Danse à l'UCLA. (5e)
Job/Métier : Actrice reconnue.
Adresse de résidence : Petit appartement, Northeast.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Felia D. Rimenez.
Voir le profil de l'utilisateur

Trust me, I don't need you. FT KAI. Empty


Trust me, I don't need you.
KAI NORTON AND ZOE BAROVITCH

Je titube, je suis ailleurs. Ma tête tourne sans cesse mais j'ai la sensation que le temps s'écoule un peu trop vite pour moi. Je fais comme je peux pour ne pas frapper dangereusement le sol, aggriper au bras de Kai. Mon sauveur pour la nuit. Même si c'est loin de moi de dire ça, je ne peux qu'avouer que je lui suis redevable. Je crois bien que j'aurai été forcée de passer la nuit sur la moquette du couloir s'il n'avait pas été là. Ca m'irrite la gorge, alors au lieu de le remercier comme je devrais le faire, je préfère lui dire à quel point j'aimerai que ce passage de l'été reste confidentiel. " On est d'accord sur ce point, un peu comme au bon vieux temps. " Inévitablement, je souris. Le bon vieux temps hein. Cette époque où je l'appelais au beau milieu de la nuit et qu'il répondais contre toute attente, prêt à me parler durant des heures. Cette époque où il prenait mon partie pour toute mes emmerdes, que je sois responsable ou non. Cette époque où je me disais qu'il était la personne sur qui je pouvais le plus compter. Enfin presque. Je regrette presque mon obsession pour Vlad quand je vois ce qu'elle m'a enlevé. Un Kai aimant et prêt à m'aider coûte que coûte. Tout aurait été plus simple si j'étais tombé amoureuse de lui plus que ce que je ne l'ai été pour Vlad. Mais la vie en a décidé autrement et aujourd'hui, elle me renvoie mon karma en pleine face. " Ouais, le bon vieux temps... " Une question me brûle la langue. " Ca te manque ? " J'ose demander doucement. Putain c'que je dis pas comme connerie quand je suis bourrée moi. Merde ! Son silence me fait regretter mes paroles. Tout le monde le sait ; on ne revient pas sur le passé. Pourquoi je remue le couteau dans la plaie moi ? Et maintenant, je ne sais pas si je veux entendre sa réponse ou pas...
L'ascenseur s'immobilise enfin et je sursaute. La douce secousse a provoqué des légers fourmillements dans mes pieds. J'en rigole bêtement, toute seule. Puis je suis Kai, qui avance vers l'accueil, silencieuse. Le hall de l'accueil est vide, sombre et silencieux. C'est tellement inhabituel, et je trouve ça presque intriguant. Je regarde la pièce comme si je la redécouvrais... Quand la voix de Kai m'extirpe de mes pensées.  Je tire un large sourire niais à la demoiselle derrière le contoir quand je comprend qu'on parle de moi. J'essaie malgré moi de paraître clean. Au mieux. C'est dur. J'écoute leur conversation d'une oreille seulement. A vrai dire, mes jambes se dandinent discrètement, parce que mon envie de pisser devient un peu plus pressante à chaque nouvelle minute. Vite Kai ! Et voilà qu'il rit presque avec elle. Et je ne peux m'empêcher de rouler des yeux, parce qu'on dirait qu'elle le drague. Pff. Si elle pense avoir une chance avec lui parce qu'il se ballade le torse à l'air, c'est... Débile ? Il ne se rabaissera pas à elle. J'espère.
Enfin elle lui donne le pass de ma chambre et je ne prends même pas la peine de la remercier. Je veux juste pisser et aller me coucher. Kai m'entraine à nouveau vers l'ascenceur, où nous remontons jusqu'à notre étage. Il ne dit rien et je me demande ce à quoi il pense. Est-ce que ça l'a fait chier de m'aider ? Je pourrais comprendre. Je sais que je ne suis pas un ange, encore moins dans cet état là. Il aurait pu m'envoyer chier mais ne l'a pas fait. " Bon, problème réglé. Un dernier mot avant que je te sauves et te ramènes dans ta chambre ? " Dois-je le remercier alors ? Ouais, peut-être. Mais ma putain de fierté me l'interdit. Je suis déjà allée un peu trop loin dans le sentimentalisme avec ma question à la con tout à l'heure. Je ne sais pas trop quoi dire finalement. Toujours agrippée à son bras, j'hésite une seconde avant le regarder. Dans les yeux. Enfin je crois ; l'alcool me fait peut-être dévier. Il a un gros sourire triomphant pendu à ses lèvres. Il sait vraiment comment m'énerver celui-là. " Ah non non. Je te vois venir !" Je le connais, je sais ce que tout ça veut dire. "N'espère pas de remerciement de ma part. " Je finis par rire toute seule, le détaillant du regard. Mais pourquoi a-t-il fallu qu'il vienne m'aider sans son tee-shirt ? Il est beau comme ça. Et j'avoue que je pourrai me laisser aller à me blotir contre lui, le temps que l'ascenseur atteigne notre étage. Mais c'est hors de question. Je suis bourrée certes, mais pas débile à ce point non plus. C'est un coup à partir en couille ça, ou à me prendre un vent. Les deux hypothèses sont à oublier. Alors je me tourne soudainement vers les portes de l'ascenseur, attendant qu'elles s'ouvrent. Ce recul vient clairement afficher ma gêne, je le sais. Mais tant pis, ce soir je mets tout sur le dos de l'alcool.

Spoiler:
 




La passion de Louise aura raison de moi, autant que celle de Molière a eu raison de lui. J'ai vu ces flammes danser sur ma peau jusqu'à entrer dans mes chairs et les brûler. Mon corps paralysé, j'ai senti la douleur crisper chacun des membres de mon corps. Et mon cri s'élevait dans la salle, transperçant le toit pour flotter jusqu'à la lune. Car c'est là-bas que j'ai abandonné ma fierté et mon amour propre.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trust me, I don't need you. FT KAI.   Trust me, I don't need you. FT KAI. EmptyDim 14 Déc 2014 - 17:30

Kai Norton
Kai Norton
Dieu du stade
Dieu du stade
Age : 25
Date d'inscription : 16/04/2014
Prénom : Anaïs alias Nana
Célébrité : Adam Gallagher
Crédit avatar : Poetically Pathetic
Messages : 5264
Nationalité / origines : Américain
Situation : En couple
Avec qui ? : Gia Leonetti
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Sport-études basket ball + 6e année en Management
Job/Métier : Vendeur chez Foot Locker (Walmart) durant son temps libre
Adresse de résidence : Loft à Santa Monica, avec grace
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Eden
Voir le profil de l'utilisateur

Trust me, I don't need you. FT KAI. Empty



Un sourire dès plus triomphant illumine mon visage. Je sais que c’est le genre de comportement qui énerve Zoé au plus haut point et c’est justement pourquoi je le fais. En plus d’avoir une fierté énorme, avec le coup de l’alcool, ça rend la situation encore plus drôle. Une sorte de petite revanche avec laquelle je prends plaisir, pour une fois. Il n’y a rien de bien méchant, mais ça me fait rire. Surtout avec sa façon de réagir. Elle est totalement à l’ouest. Elle me tourne le dos et je ne peux m’empêcher de me dire qu’elle n’a pas changée. Elle n’avouera donc pas que je l’ai sauvé ce soir … Encore. Mais je ne lui en veux pas pour ça. Après tout, c’est dans sa nature. Elle me fait rire et c’est déjà pas mal quand on vient de me réveiller en pleine nuit pour une histoire de badge de merde. Heureusement que c’était Zoé dans ce couloir, sinon, je ne suis pas certain du tout de me montrer aussi compatissant. Loin de là même. J’étais parti sur l’idée de fracasser le crâne au réveil turbulent alors on peut dire que Barovitch s’en tire pas trop mal par rapport aux attentes que j’avais eu. Bon bilan pour elle. Même si elle ne s’en rend absolument pas compte je suppose. Elle me tourne le dos pour faire face aux portes de l’ascenseur, comme pour attendre le moment où elles vont s’ouvrir et qu’elle pourra prendre la fuite. Mais je n’ai pas peur de la voir partir en courant, au contraire, elle a déjà peiné à m’accompagner jusqu’à l’accueil alors pour aller jusqu’à sa chambre toute seule, je n’y croie pas du tout ! En plus de ça, j’ai pris le soin de garder le pass, mesure de sécurité. Et je ne compte absolument pas lui donner, le Coachella est loin d’être terminé et j’ai la mauvaise impression que ce genre de scène risque de se renouveler. Mieux vaux prévenir que guérir comme on dit.

Les portes s’ouvrent pour nous laisser sortir de la boite de métal et nous retrouver dans le couloir où nos deux chambres se trouvent. Marrant le hasard. « Je t’ouvre et tu vas te coucher direct, je n’ai pas envie de me lever à nouveau pour te secourir. » Je lui parle comme si c’était une gamine. Pourquoi ? De un, elle déteste ça et moi j’adore l’emmerder. De deux, elle  est bourrée alors tout ce qu’on lui dit est difficilement compréhensible pour elle. De trois, ben je ne sais pas, c’est comme ça, voilà ! Et joignant le geste à la parole, je prends le pass que l’hôtesse d’accueil m’a donné et l’utilise pour ouvrir la porte qui se déverrouille dans un déclic de délivrance. J’ouvre la porte en grand et fais signe à Zoé pour qu’elle rentre chez elle. Je la regarde avec son air ahurie d’alcoolique, oui ce soir elle a l’air de bien aimer la boisson. «  Oh … Et De rien Mademoiselle. » Dis-je avec le plus grand sourire. Un jour, elle me remerciera. Enfin, j’espère.



FRAT LOVE:
 


Trust me, I don't need you. FT KAI. 15010401232481345

CLIQUES SUR LE COW BOY Trust me, I don't need you. FT KAI. 1601312334
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trust me, I don't need you. FT KAI.   Trust me, I don't need you. FT KAI. EmptyMer 21 Jan 2015 - 19:52

Zoé Barovitch
Zoé Barovitch
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 26
Date d'inscription : 29/01/2014
Prénom : Estelle
Célébrité : Cora Keegan
Crédit avatar : SHIYA
Messages : 2208
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : /
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etude en Danse à l'UCLA. (5e)
Job/Métier : Actrice reconnue.
Adresse de résidence : Petit appartement, Northeast.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Felia D. Rimenez.
Voir le profil de l'utilisateur

Trust me, I don't need you. FT KAI. Empty


Trust me, I don't need you.
KAI NORTON AND ZOE BAROVITCH

Lorsque l'ascenseur atteind enfin notre étage, je soupire de soulagement à l'idée de retrouver mon lit douillet. J'ai le sentiment d'avoir passé des jours entiers à la recherche d'un pass. Kai m'attrappe par le bras pour me guider jusqu'à la porte de ma chambre toujours si froide et close. La regarder me donne l'impression d'être face à un immense mur de pierre infranchissable. Et pourtant j'ai tellement hâte de le franchir pour atteindre les toilettes ! Ma vessie me supplie ! Je me retourne vers Kai, le sourire implorant. « Je t’ouvre et tu vas te coucher direct, je n’ai pas envie de me lever à nouveau pour te secourir. » On pourrait croire que j'ai de nouveau neuf ans quand il me parle comme ça. Je trouve ça attendrissant, alors je ris. Encore. L'alcool redescend doucement mais sûrement. « Ca ne se reproduira pas de si tôt, t'en fais pas. Même si j'ai adoré revoir ton p'tit cul et ta gueule d'ange, je m'en tiendrai là ! » Malgré mes dires, je ne peux m'empêcher de zieuter une dernière fois ce corps qu'il a si aisément fait défiler sous mes yeux pendant la dernière demi-heure, pendant qu'il ouvre la porte de ma chambre. La muraille de chine s'effondre enfin et j'entrevois alors le petit couloir sombre que je connais si bien. Je ricane et bredouilles des mots inaudibles et insensés entre mes dents, trop heureuse de retrouver mon environnement. Avançant lentement, comme si je redécouvrais tout ça sous un nouvel aspect (sûrment grâce à la vodka) j'allume enfin la lumière. C'est maintenant que je retrouve mon pass, posé là, si innocement sur la table de chevet. S'il avait des yeux, il pourrait clairement détourner le regard et faire le mâlin. «  Oh … » Je sursaute et me retourne vers Kai, toujours sur le palier. Il m'adresse un grand sourire plein de sous entendus avant de conclure « Et De rien Mademoiselle. » Une nouvelle fois, je lui montre toutes mes dents dans le plus large sourire que je puisse faire et dépose un baiser au creux de ma main avant de lui envoyer en soufflant. A la seconde même où je le fais, je me trouve tellement pitoyable. Je pourrai m'envoyer une gifle imaginaire. Heureusement qu'on ne se voit pas si souvent que ça dis donc. L'alcool n'est vraiment pas de bonne compagnie quand on revoit son ex. Mais Kai me connait, sous toutes mes coutures, même les plus bêtes... Alors même si je ne le dis pas parce que mon égo n'en serait que trop amoché, je le remercie intérieurement. Pas trop non plus. Et dès qu'il ferme la porte, je cours directement vers les toilettes où je m'assieds enfin. Mes pensées se perdent un instant, à propos de cette soirée, Kai, et mon taux d'alcoolémie. J'en ris de nouveau, pendant un moment, seule. Puis je me redresse et titube jusque mon lit où je me laisse tomber, encore habillée et maquillée. Je n'ai pas le courage de m'occuper de ça. En une fraction de seconde, je m'envole dans les bras de Morphée, sans même m'en rendre compte.

END.




La passion de Louise aura raison de moi, autant que celle de Molière a eu raison de lui. J'ai vu ces flammes danser sur ma peau jusqu'à entrer dans mes chairs et les brûler. Mon corps paralysé, j'ai senti la douleur crisper chacun des membres de mon corps. Et mon cri s'élevait dans la salle, transperçant le toit pour flotter jusqu'à la lune. Car c'est là-bas que j'ai abandonné ma fierté et mon amour propre.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trust me, I don't need you. FT KAI.   Trust me, I don't need you. FT KAI. Empty

Contenu sponsorisé

Trust me, I don't need you. FT KAI. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Trust me, I don't need you. FT KAI.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Mana Kosak. In Weapon we Trust. [uc]
» [D1] I know you, I trust you [PV Silayan]
» atlanta & jaycee ♥ I can trust you, right ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP :: Terminés-
Sauter vers: