-40%
Le deal à ne pas rater :
Maillot de football Third Paris Saint-Germain – 2019/2020
54 € 90 €
Voir le deal

Partagez
 

 the broken ones (caden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) EmptySam 13 Sep 2014 - 3:39

Alice Collins
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

the broken ones (caden) Empty




11/9


Treize années ont passé depuis cette tragique journée, et pourtant je m'en souviens comme si c'était hier. C'était un mardi, ensoleillé, trop peut-être. L'ampleur des dégâts n'en fut que plus visible aux yeux du monde et moi-même je me rappelle si bien, trop bien de ces images, de ces voix. Ma voisine de classe, Tessa, s'amusait à imiter l'accent british de sa belle-mère, cette femme qu'elle avait déjà en horreur alors qu'elle venait à peine de rejoindre son foyer. Le portrait de la digne marâtre que l'on se plait à détester et à moquer. Et je riais, innocemment, face à ce spectacle plutôt bien réussi, en tout cas dans mes souvenirs. A cet instant, la porte de la classe s'était ouverte, précipitamment, sans que notre professeur de langue n'aie le temps d'autoriser ou non à entrer. Le proviseur était apparu avec ce teint si blême, si livide. Il était aux alentours de neuf heures du matin, même pas, et le destin avait déjà frappé.

J'avais retrouvé Knox dans la cour de récréation, puis notre mère peu après, venue nous chercher en panique totale. S'en était suivi de longues heures dans les rues de New York, puis dans un hôpital à la recherche d'un homme qui n'y était pourtant jamais entré. J'ai eu beau chercher sa présence partout dans cet hôpital, non loin de ma mère et de mon frère, je n'ai rien trouvé pour me calmer. Des cris, des pleurs, des angoisses, de l'attente... Beaucoup d'attente. Et de l'espoir... Pour au final, admettre qu'il ne reviendrait jamais, qu'il était mort. « Disparu » à ce qu'ils disent tous, encore aujourd'hui. Disparus.

En cette journée de commémoration nationale, je me bats pour ne pas trop me laisser submerger. J'ai eu Knox au téléphone pendant une dizaine de minutes, courtes mais suffisantes pourtant, car il sait toujours trouver les bons mots. La nuit a pris place sur Coachella et je fais curieusement défiler les noms de mon répertoire téléphonique. Quand celui de Caden apparaît, j'ai comme une révélation, un flash.

Refermant ma tente derrière mon passage, je me déplace jusqu'à celle de mon ami en espérant qu'il y sera, ce soir, au lieu de faire la fête je ne sais où. « Hey, Caden ? Dis-moi que t'es là. » Je demande à voix moyennement haute en arrivant vers son emplacement.


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) EmptySam 13 Sep 2014 - 20:53

Logan Pearson
Logan Pearson
En marge, toujours
En marge, toujours
Age : 27
Date d'inscription : 05/04/2014
Célébrité : Julian Schratter
Crédit avatar : Sweet disaster ;; ALASKA (signature)
Messages : 1323
Nationalité / origines : Américain
Situation : C'est compliqué
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : A interrompu ses études à la fin de sa 3ième année de journalisme à UCLA.
Adresse de résidence : Âme vagabonde, Coeur enchainé
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Gia & Madison & Jay & Heather

the broken ones (caden) Empty




11/9


Bon ce soir, je pécho ! J’en ai marre de passer mes soirées à l’avoir plus derrière l’oreille à fumer et me défoncer jusqu’à ce que je ne puisse rien donner : que ce soit en drague ou les étapes postérieures. Ce soir, je serais clean et j’amènerais cette jolie blonde qui se dandine contre moi. Au moins, je sais ce qu’elle attend pour cette fin de soirée, qu’on s’en mette pleins la panse ! – oui, raisonnement de mecs, vous me direz ! En tout cas, c’est l’affaire bien serrée contre moi que je l’emmène jusqu’à ma tante, lui déroulant un blabla pas possible pour lui expliquer en quoi c’est plus romantique de le faire dans une tente que de le faire à l’hôtel. Tout ça pour dire que j’ai bonne conscience quand j’emmène la blonde dans la tente. J’en suis réduis à quelques baisers romantiques et à un défeuillage lent mais bon – n’étant pas un sauvage – quand j’entends une voix familière auprès de ma tente. On dirait Alice. Je lâche la blonde pour passer la tête en dehors de ma tente, je la vois. Je ne sais pas pourquoi, je n’ai pas besoin de voir sa tête, d’analyser le ton de sa voix pour me rappeler quel jour on est et à quel point il est important pour elle. Et là, je me sens affolé. Idiot. Un vrai connard de première. « Merde, j’ai oublié. Attends ! » dis-je à son égard pour la faire patienter. Je me tourne vers la blonde. « On f’ra ça une autre fois, j’ai plus important ce soir. On se capte ! »  - ou pas. Je m’en fou en fait si je ne la revois pas. J’ouvre en grande la tente pour laisser la blonde passer puis je me mets debout, oubliant que j’étais torse nue, et donc, pas en bonne tenue pour accueillir Alice. Mais je m'en moque, je sais pourquoi elle est là. Je m’approche d’Alice et la serre contre moi. Je me sens con. Je murmure doucement à son oreille : « Pardon Alice, j’ai oublié. » Puis je m’écarte un peu, prenant son visage entre mes mains. « Tu veux rester avec moi ce soir ? Il doit me rester quelques trucs potables dans ma tente pour que je t’occupe l’esprit ! En fait, t’as pas le choix, entres dans cette tente ! » Je ris, même si ce n’est pas vraiment sincère, puis je lui claque gentiment les fesses pour la sommer d’entrer. Je réfléchissais à ce que j’avais dans ma tente pour l’occuper : quelques bouteilles d’alcool, sûrement quelques magazines, de quoi s’occuper. J’hésitais à lui proposer mon meilleur remède contre les coups de blues mais bon… ça m’ennuie de l’y initier… quoi que je suis là, je saurais la guider. Marie-Jeanne est une bonne aide.




smiling
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) EmptyDim 14 Sep 2014 - 11:10

Alice Collins
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

the broken ones (caden) Empty




11/9


Si j'ai été voir Caden, c'est parce qu'il est l'un des seuls à pouvoir m'écouter et me comprendre lors d'une telle journée, de cette journée particulièrement. Il n'est pas proche d'une victime du 11 septembre mais il a perdu son papa, lui aussi. A cause de l'armée... ou pour l'armée. Pour sa patrie, même. Oui, c'est ce qu'on dit ça...

Quand sa tête sort de la tente, il a l'air surpris de me voir pendant ne serait-ce qu'une seconde, et je devine vite qu'il est avec une fille. Un sourire machinal commence à étirer le bout de mes lèvres en pensant à ce qu'il était en train de faire. Puis une blonde sort de là en me bousculant presque - je ne serai pas rancunière pour cette fois, la pauvre a vu son plan séduction tomber à l'eau à cause de moi. Lorsque les bras de Caden m'entourent, il ne se rend pas compte à quel point il m'aide. C'est l'oeuvre de sa présence entière, d'ailleurs, mais j'ai toujours été sensible au contact physique. Il s'excuse, alors que je devrais m'excuser. Ce doit être une preuve, qu'il tient à moi, que lui et moi c'est vrai, authentique. Pas l'une de ces amitiés qui ne vaut rien, qui au premier malheur qui nous tombe dessus s'échappe ou s'envole, par faiblesse. « Ne t'excuse pas... J'aurais bien aimé oublier, moi aussi » Je souris sans sourire vraiment. Si cette journée peut aider certaines personnes à se rappeler des événements et les émouvoir par l'intermédiaire des médias, je crois que pour ma part je m'en passerais bien. Treize ans que ça continue, à quoi bon. Les victimes, elles n'ont pas besoin de tout ça, tout ça sur une putain de journée.

Avec Caden, c'est fort, et je le remercie silencieusement du regard. Je me sens fléchir au fil des secondes, malgré tout, quand il s'adresse une dernière fois à moi. Putain, il n'y a rien à faire, ce soir c'est mauvais, ce soir j'vais me décomposer, d'une manière ou d'une autre. Je le sais. Finalement j'acquiesce d'un petit mouvement de tête à sa question ; oui je veux rester avec lui ce soir. Rester seule me fout le bourdon rien que d'y penser.

J'entre alors dans la tente en me pinçant les lèvres, tout de même un peu désolée d'avoir fait irruption à un tel moment. Mais rapidement, une fois assise, le stress me reprend. Là, encore une fois, je sens la pression monter, comme si le niveau de l'océan grimpait, grimpait, menaçant de s'éparpiller d'un moment à l'autre pour tout ravager. Je serre mes jambes repliées contre moi et pose mon regard sur mon ami. « Je suis désolée pour la fille, elle avait l'air sacrément déçue la pauvre. » A sa place, j'aurais été dégoûtée aussi, mais pas de chance pour elle, ma compassion a des limites, des grosses même. Après un nouveau moment silencieux, je reprends la parole. Comme une machine automatique. Je n'aime pas les silences. « Je déteste être comme ça... Là, je suis tout ce que je n'aime pas. Une fille qui craque sans raison, parce que franchement, je pourrais craquer tous les autres jours de l'année aussi, j'ai pas besoin de cette journée pour penser à ça... à lui » à mon père « mais je ne le fais pas les autres jours, alors là... » Mes yeux fixent un point face à moi tandis que je parle, sans grande émotion, enfin ça c'était jusqu'à ce que je regarde à nouveau Caden. « J'suis désolée, c'est une journée de merde. Ça fait treize ans et ça reste une journée de merde, ça s'en va pas. » Je sens l'eau monter, alors j'amène mes mains sur mon visage un moment, avant de les remonter doucement vers mes cheveux. Ça ne me ressemble pas, putain. Vraiment pas.


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) EmptyDim 14 Sep 2014 - 22:06

Logan Pearson
Logan Pearson
En marge, toujours
En marge, toujours
Age : 27
Date d'inscription : 05/04/2014
Célébrité : Julian Schratter
Crédit avatar : Sweet disaster ;; ALASKA (signature)
Messages : 1323
Nationalité / origines : Américain
Situation : C'est compliqué
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : A interrompu ses études à la fin de sa 3ième année de journalisme à UCLA.
Adresse de résidence : Âme vagabonde, Coeur enchainé
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Gia & Madison & Jay & Heather

the broken ones (caden) Empty




11/9


Je me serais bien permis de calmer la blonde quand elle pousse Alice mais je n’ai pas envie de m’occuper d’elle. Alice pourrait se sentir mal et ça empirerait. Je sais que je ne suis pas un exemple en question de tact, mais là… Le plus important, c’est qu’elle se sente mieux. Elle a envie d’oublier, c’est normal. Pour ma part, j’oublie parce que je fais les conneries pour ça. J’occupe mes journées à faire la fête, à boire, à fumer, à coucher avec des filles, à force, je sais comment éviter la douleur. Mais ce n’est pas comme ça que tout le monde procède. Je referme la tente une fois qu’elle est rentrée, je la regarde et je suis surpris. Elle se recroqueville sur elle-même et au fond de moi, ça me fait mal de la voir comme ça. « Alice… » prononçais-je en un murmure. « Je n’en ai rien à foutre d’elle. Tu es plus importante pour moi. » Je souris et me rapproche d’Alice, m’asseyant à côté d’elle, je pose mon bras autour de ses épaules et frictionne doucement son bras. Je ne sais pas vraiment comment m’y prendre pour le coup alors j’essaie de lui faire sentir que je suis là et que je l’écoute.

« Alice… Tu te trompes… » Je soupire et prends ses mains. Je les abaisse pour qu’elle me regarde, je vois bien qu’elle a envie de pleurer. « Tu as le droit à ton moment de faiblesse, Alice. Même si ça fait longtemps, tu as le droit de pleurer, de penser à lui, surtout le jour anniversaire de sa mort, c’est normal... » Une idée me vient alors. Je m’assieds en tailleur. Mes mains se posent sur les cuisses d’Alice pour les desserrer et l’inciter à ce qu’elle en passe une de chaque côté de mes hanches pour l’asseoir sur mes tibias. Je l’enlace, ma main se pose dans le bas de sa nuque, l’incitant à blottir sa tête au creux de mon cou. « Vu que je suis tout chocolat, imagines que je suis un énorme nounours, tu fais un gros câlin à ton nounours et tu pleures jusqu’à n’en plus pouvoir. » lui proposais-je en susurrant à son oreille. « Tu verras, ça te fera du bien une bonne fois pour toute. Lâches-toi… tu te sentiras mieux. » Je dépose un baiser dans son cou pour mon menton se pose sur sa clavicule. Je veux qu’elle se laisse aller, c’est un moment qu’elle doit combattre à l’intérieur d’elle, je ne peux pas combattre à sa place cette douleur qui la ronge depuis tant de temps.




smiling
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) EmptyMer 17 Sep 2014 - 14:36

Alice Collins
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

the broken ones (caden) Empty




11/9


Il est là, présent, puis il m'écoute, pas à moitié. C'est une qualité que je n'ai pas moi-même parfois mais que j'apprécie énormément, tant je suis bavarde. C'est vrai que je parle beaucoup, mais sur un sujet aussi sérieux que la mort de mon père, ce n'est pas pour rien dire, enfin je ne crois pas... Je ne sais pas, peut-être que c'est inutile, tout ce que je dis, peut-être que certains surpassent cela dans leur coin, sans extérioriser mais ce n'est pas mon cas. S'il est rare que je me laisse submerger, j'aime cependant avoir du soutien quand cela arrive. J'ai de la chance d'avoir Caden ce soir. Être « importante » pour quelqu'un, c'est un sentiment fort, très fort.

Je sais que j'ai le droit de faiblir, de pleurer. Mais encore une fois, je ne suis pas une personne qui aime montrer ça d'elle, qui aime être ainsi tout court. Et je sais que je ne m'autoriserai pas à craquer jusqu'à ce que... cela ne soit plus possible. « Je sais que tu as raison, mais mon père, c'était un de ces hommes qui ne montrait jamais ses faiblesses, qui me disait de ne pas pleurer parce que ça ne servait strictement à rien. Je n'étais qu'une gamine et à cette époque tout était futile mais ça m'est resté. Je reste persuadée qu'il n'aimerait pas ça, alors je résiste. » Caden se rapproche et si l'humeur n'est pas aux démonstrations d'affection, mon état fait que je me laisse faire, de toute façon je n'ai pas la force, ni la volonté de le rejeter. Mon front contre son épaule, je ferme mes yeux, prends une grande bouffée d'air lentement. Je vois mon père dans sa tenue de commercial, aller embrasser ma mère sur sa tempe avant de venir s'abaisser vers moi et mon frère. Toujours ce même sourire, ce même entrain avant d'aller travailler. C'était un ambitieux, beaucoup plus que ma mère. Enfin bref, je le vois prendre la porte, partir presque à la hâte après nous avoir adressé un dernier sourire. Ce n'est pas une vision de la matinée du 11 septembre, non celle-là je ne m'en souviens plus. Cela dit c'était toujours pareil, à peu de choses les près. Son odeur, cette eau de cologne à la fois si nuancée et légère. Je n'y prêtais pas attention à l'époque et pourtant, je pourrais la reconnaître parmi cent désormais. C'est l'odeur de Caden dont mes narines s'emplissent cependant, un doux parfum qui n'a rien de désagréable, bien au contraire. Ce qu'il me dit m'a arraché un petit sourire, c'est vrai, mais pas seulement. Je crois que... ça y est, j'ai craqué, un peu. Et quand une part, vous connaissez la suite.

Ce sont tous ces souvenirs qui pèsent chaque fois dans mon esprit, ces souvenirs qui s'effacent avec le temps, malheureusement. Mes bras sont recroquevillés entre Caden et moi, et quand je sens le plus gros venir, je tâche d'abord de rester silencieuse, ce qui s'avère finalement difficile, alors j'amène mes bras autour de moi comme pour me soutenir et pourtant Caden est là, réconfortant à sa manière. Je crois que le pire ne réside pas dans les souvenirs, c'est dans l'idée, certaine mais parfois encore innacceptable, que jamais plus je ne le reverrai, qu'à l'âge de douze ans tout était finalement terminé entre mon père et moi. Il ne doit pas y avoir une journée où je n'ai pas pensé à lui, à cette enfance qui grâce à lui en grande partie a été heureuse, pleine d'optimisme. Mais hélas, écourtée tragiquement.

« Merci... » Mon visage se tourne vers lui, dans le creux de son épaule, et je me blottis simplement, tendrement. « Tu crois que tu pourrais me faire penser à autre chose ? Tu dois bien avoir... quelque chose pour ça ? » Murmuré-je d'une petite voix, avant d'écarter mon visage pour croiser son regard.


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) EmptySam 20 Sep 2014 - 20:05

Logan Pearson
Logan Pearson
En marge, toujours
En marge, toujours
Age : 27
Date d'inscription : 05/04/2014
Célébrité : Julian Schratter
Crédit avatar : Sweet disaster ;; ALASKA (signature)
Messages : 1323
Nationalité / origines : Américain
Situation : C'est compliqué
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : A interrompu ses études à la fin de sa 3ième année de journalisme à UCLA.
Adresse de résidence : Âme vagabonde, Coeur enchainé
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Gia & Madison & Jay & Heather

the broken ones (caden) Empty




11/9


Quel père a déjà montré sa faiblesse ? Honnêtement ? Très peu. Ils pleuraient quand nous étions dehors ou en train de dormir, jamais on voit la douleur. Et surtout, jamais on se doute qu’il ne reviendra pas comme il l’avait promis. Qu’il ne pourra plus vous offrir l’image forte toute leur vie. Mais si leur vie vous parait trop courte ? On fait comment ? Je me suis enfoncé dans la drogue, l’alcool, les fêtes, les jeux, le sexe… Tout ce qui est mal, et donc j’enviais Alice de ne pas être tombé dedans. Mais elle souffre, c’est évident, je le ressens sans même la regarder. Je la tiens contre moi, j’espère qu’elle se sentira mieux. Même si je me sens mal aussi quand elle pleure, que j’entends sa libération. Comme une angoisse qui m’entraine et me fait penser à la suite de cet évènement. Mon père est parti en Afghanistan, je ne l’ai plus jamais revu. Ça me fait mal. Mais je résiste parce que ce n’est pas à moi de pleurer aujourd’hui, c’est Alice, je dois être fort pour elle. Puis, pas devant une fille, je suis un homme, un vrai. Je n’aime pas décharger ma faiblesse en la présence d’une personne. Je tressaillis et la serre encore plus contre moi, passant ma main dans son dos pour lui offrir un peu de tendresse. Cela dure plusieurs secondes, voir même des minutes, je m’en fou du temps. Je veux qu’elle ressente que je suis là, qu’elle doit se libérer de tout ça. « Si seulement, ça suffisait… » murmurais-je quand elle me remerciait. Je sais que je n’ai pas effacé sa peine, je le regrette. Je resserre mon étreinte contre elle, hume son parfum me rappelant les bons souvenirs avec elle. Je ne suis peut-être pas son meilleur ami mais… j’ai eu de bons moments avec ma « petite » Alice. Je pose mes yeux dans le regard bleuté de ma protégée. « Hmmm… » Je commence à lui sourire, ça me fait du bien de la sentir positive après tout. Mon regard se fait encore plus malicieux. « J’ai bien ma petite idée… »  Mes mains se posent sur les cuisses de la jeune femme, remontent jusqu’à se glisser derrière puis soudainement, je la relève pour l’allonger sur le matelas.

Et non, vous pensez mal ! Mes mains se glissent seulement sous son débardeur pour… la chatouiller ! Je pense que le moment maintenant, c’est d’aller de l’avant alors mes doigts chatouillent ses pauvres petites côtes et même un peu en dessous dans l’espoir qu’elle approche de cette mort… par le rire ! – jotem Alice. Moi-même, je ris, ça m’amuse ! « haha ! » m’exprimais-je finalement. Je ne me rendais pas compte que notre position – moi assis à genoux entre les cuisses de la jeune femme, c’est parce que je l’ai prise sur mes genoux tout à l’heure pour la réconforter, sans chercher à mal. Je me rends compte de la position et j’ai bien envie «  d’en profiter ». J’attends qu’elle comprenne la position à laquelle nous nous sommes retrouvés puis je me rapproche d’elle. Je pose ma main à côté de son ventre, l’autre remonte sa cuisse, remonte un peu son short, son débardeur pour découvrir son ventre – mignon au passage. Je ne touche pas sa poitrine mais ma main la frôle en même temps que mon corps suit le mouvement pour me retrouver juste au-dessus d’elle. Une boule se forme dans ma gorge. Impossible de la contenir… J’explose… de rire ! « Oh, désolé Alice mais ça me tentait tellement ! » de te faire croire que je voulais te faire des choses. « Non sérieusement, je prenais juste cette sacoche pour rouler un bedo ! » je finis de tendre mon bras pour prendre cette petite trousse bleu. Je me mets sur mes genoux pour finalement m’asseoir au bout du matelas pour la laisser se remettre droite. « Non, sérieusement, je ne coucherais jamais avec toi. Je suis pas fou… » Je commence à fouiller dans ma trousse pour sortir mon nécessaire dans l’art de réaliser un joint des plus magnifiques. Et de la belle weed made in marocco, ce n’est pas de la merde ! Elle est de bonne qualité, j’ai bien envie de me faire plaisir. Je me lance avec rigueur, pas envie de le foirer !




smiling
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) EmptyDim 21 Sep 2014 - 12:59

Alice Collins
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

the broken ones (caden) Empty




11/9


« Hmmm… J’ai bien ma petite idée… » C'est Caden, je lui fais confiance. Depuis tout ce temps où je le connais, il a toujours su comment me faire oublier les mauvaises choses pour se concentrer sur les meilleures, ou à défaut qu'elles soient meilleures, en tout cas bien plus agréables. Il gagne alors mon intérêt avec cette révélation, néanmoins quand ses mains glissent sur mes cuisses jusqu'à mon dos, j'en viens évidemment à douter sur cette soit-disant "petite idée" ... Tout de suite je l'imagine vouloir faire des trucs auxquels on ne s'est jamais adonnés et auxquels jamais je n'aurais pensé qu'on s'y adonnerait. Au moment même où je lui adresse un regard semi-choqué, il me soulève pour m'allonger sur le matelas. Oh my god, il n'est pas sérieux ... Et non, heureusement, il ne l'est pas. S'en suivent les manigances de mains chatouilleuses qui veulent juste m'embêter, me faire penser à autre chose qu'à mon père. Par la force des choses, il y réussit avec brio. Je me replie aussitôt sur moi-même pour éviter des guilis trop mal placés qui cependant, même manqués, me tordent de rire. C'est plus fort que moi, je me débats, je réussis parfois à le dégager mais il revient aussitôt à la charge. « Haha ! » « Je te déteste ! Et je déteste ça, arrête ! » Ce serait trop beau s'il obéissait, hein ? Contre toute attente, il s'arrête plus ou moins mais se rapproche encore plus de moi, quand l'une de ses mains glisse sur moi de ma cuisse jusqu'à ... ma poitrine ? « Qu'est-ce que tu f... » Je n'ai même pas terminé d'énoncer ma question qu'il explose de rire, me laissant pour le moins décontenancée. « Oh, désolé Alice mais ça me tentait tellement ! » Cette enflure, c'est comme ça qu'il s'amuse ? Je me mets à rire nerveusement tout en le dégageant d'un coup assez sec avec ma main, juste pour lui faire comprendre que c'était nul. « Non sérieusement, je prenais juste cette sacoche pour rouler un bedo ! »  Mon regard suit son mouvement et j'approuve de suite cette idée. Un ou deux petits joints pour relaxer, ça ne pourra me faire que du bien. Je m'assieds alors en tailleur et remets correctement mon débardeur qu'il a presque fait remonter jusqu'à ma poitrine cet goujat. Je le regarde ensuite, avec attention, en train de préparer le mégot. « Non, sérieusement, je ne coucherais jamais avec toi. Je suis pas fou… » Euh c'est censé vouloir dire quoi ça exactement ? Il n'a pas osé quand même ? Pourquoi ça sonne mal dans ma tête ? Putain, je le déteste encore plus sur ce coup. Ça a atteint mon ego, vous comprenez... « Attends t'as dit quoi là ? » Ce sont les derniers mots qui ont surtout retenu mon attention en fait. « Tu sous-entends que je ne suis pas attirante ou que je suis nulle au pieu, c'est ça ? » Il n'oserait pas ! A quoi ça sert d'avoir des amis hommes avec qui on ne fait pas d'extras si c'est pour qu'ils nous disent ça en contre-partie ? Non sérieusement, je préfère encore redoubler les extras que de m'en prendre dans la tronche comme ça. Caden roule son joint et moi je reste bloquée sur ce qu'il m'a dit. « Ah je sais, tu préfères les filles à forte poitrine et avec des formes en bas derrière aussi c'est ça ? Là c'est sûr que c'est raté mais les gens avec qui je couche ils ne sont pas fous, loin de là. Tu ne sais juste pas ce que tu loupes. » Et je hausse l'épaule comme une gamine qui viendrait de faire sa meilleure argumentation possible. Bon, peut-être que je me suis un peu emportée. Mais je suis un moulin à paroles c'est bien connu et là il y a eu un léééger courant d'air.


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) EmptyDim 21 Sep 2014 - 16:11

Logan Pearson
Logan Pearson
En marge, toujours
En marge, toujours
Age : 27
Date d'inscription : 05/04/2014
Célébrité : Julian Schratter
Crédit avatar : Sweet disaster ;; ALASKA (signature)
Messages : 1323
Nationalité / origines : Américain
Situation : C'est compliqué
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : A interrompu ses études à la fin de sa 3ième année de journalisme à UCLA.
Adresse de résidence : Âme vagabonde, Coeur enchainé
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Gia & Madison & Jay & Heather

the broken ones (caden) Empty




11/9


La plus douce thérapie, c’est celle du rire ! J’ai souvent expérimenté, en même temps, quand on a 4 frères et sœurs qui sont jeunes et ont perdu leur père, il faut bien trouver un moyen autre que la drogue, l’alcool et le sexe pour leur redonner le moral. Pour ma part, j’espérais que ça marche, qu’elle soit sensible aux chatouilles. Et je peux vous dire qu’Alice est une véritable machine à rire ! Ça ne me donne pas du tout envie d’arrêter, au contraire, j’aime trop l’entendre ! Elle m’ordonne d’arrêter mais de la voir rire, j’aime trop ça. Je sais que son cœur n’a plus cette souffrance durant ce temps, alors je continue encore un peu jusqu’à ce que je me pose.
Et même encore quand je la taquine, qu’elle pense que je veux coucher avec elle en lui touchant seulement la cuisse, en jouant sur mon regard et cette approche dangereusement physique. Sauf que je ne suis pas comme ça, pas avec elle. Bref, je préfère me lancer dans un bon moment entre amis à fumer un joint. Et de la bonne pour ne pas se plaindre de la qualité de la marchandise. Mais je ne pensais pas que mes mots, sortis comme ça, la vexerait à ce point. Bah oui, je ne suis pas fou pour vouloir coucher avec elle !
Et c’est quand elle me sort le coup du « je ne suis pas attirante, nulle au lit » que je comprends l’erreur. Elle pense une autre raison que la mienne. Je secoue la tête, dépité, préférant me concentrer sur le joint qui est presque terminé. Les femmes se prennent décidément trop la tête ! Je finalise mon joint, tassant un peu, tapotant contre la boite pour finalement, pincer le bout et tourner un petit peu ! Mais je suis un homme multitâche, je l’écoute et je rigole en même temps. J’en avais les larmes aux yeux ! Tout le long qu’elle a parlé, je rigolais mais une fois le joint posé sur mon sac, j’explose littéralement de rire ! J’avais tellement eu de larmes de joie que je ne la voyais presque pas dans mon champs de vision.
J’essuie mes yeux avant de me tourner vers elle. « Mais Alice, tu as pas compris ce que je voulais te dire ! Putain, tu m’as tué là ! T’es sûre que tu n’es pas blonde ?! » Je reprends mes esprits puis je l’attrape par les chevilles. Il valait mieux lui faire entendre mes véritables pensées ! Je lui fais retrouver la même position que tout à l’heure, assise contre moi, chaque cuisse de chaque côté de mes hanches. Je croisais mes doigts derrière son dos pour qu’elle ne s’échappe pas. « Je ne disais pas ça pour ton physique, mais parce que tu es mon amie. Et au nom d’une de mes rares amitiés avec une fille, je ne veux pas tout gâcher en couchant avec toi. » Je la rapproche de moi pour qu’un seul bras suffise à la tenir puis je pose ma main dans son cou, mon pouce caresse sa joue.
« Je te rassure, tu es une fille très belle. Si je ne te respectais pas assez pour conserver notre amitié, j’aurais déjà essayé de te faire l’amour. Tu es une fille bandante ! Et en plus, t'as des putains d'yeux ! » Je tapote son nez avec mon index avant de chercher le joint des yeux. Je l’ai mis où au fait ?? Je le trouve et le glisse derrière mon oreille. « Et puis, je te ferais remarqué quand même, que je ne suis pas intéressé seulement par les grosses poitrines et les gros popotins à la Nicki Minaj ! C’est tout aussi bien des petits seins et des fesses normales ; hm. C’est même plus pratique pour jouer avec ! » Bah quoi ? Je ne veux pas passer pour le connard de service mais faut dire ce qui est ! C’est vrai que je suis un mec qui drague pas mal les filles mais je reste clean. Sauf là quand je mets une fessée à Alice pour la motiver un peu : « Bon alors, on le fume ce bédo ou tu as encore envie de me faire la peau ? Même si j’adore te voir faire ta petite bouille d’enfant vexée ! J’aurais dû te prendre en photo, tu es hilarante quand tu boudes ! »  - Je zieute mon téléphone, je vais éviter. Même si elle boude encore, je préfère garder cette image seulement en tête. Je glisse le joint entre mes lèvres. Bon, c’est trop le bazar, je ne trouves pas mon briquet !




smiling
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) EmptyJeu 25 Sep 2014 - 19:23

Alice Collins
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

the broken ones (caden) Empty




11/9

Caden se met à rire, non en réalité il est pris d'un véritable fou rire à mes côtés. Ne lui ai-je pas assez fait comprendre que j'étais vexée par sa remarque pour qu'il en rajoute ? C'est avec une moue de dédain que je le regarde s'esclaffer, déjà prête à ronchonner quand il décide de prendre la parole pour se justifier. Enfin, c'est ce que je croyais. La seule chose qui retient cette fois mon attention, c'est sa dernière question, ou plutôt sa dernière vanne. Si je suis blonde ? Il se fout de ma gueule ou je m'y connais pas... Non pas que je déteste les blondes, enfin on ne choisit pas sa couleur de cheveux naturels à la naissance quoi, mais qu'on me traite de blonde avec autant de zèle, ça me touche forcément. La tête que j'ai fait a dû lui faire comprendre que ça ne me plaisait pas, il s’attelle donc à me rapprocher de lui sans que je l'en empêche et reprend la parole. Cette fois, ses propos sont plus clairs. Il y avait deux façons de comprendre sa remarque et il semblerait que je me sois emballée un peu trop vite, c'est ce que je réalise un peu trop tard. De plus en plus attendrie par son attitude au fil des secondes, je plante mes yeux dans les siens et me laisse bercer par ses compliments fort agréables. Je ris même quand il me qualifie de « bandante », qu'on se le dise, ça fait toujours plaisir même si ce n'est pas de la grande poésie. Il retrouve son joint et me fait une apologie des petits seins et des fesses « normales ». Un sourire prend forme sur mes lèvres, tout d'abord douteux puis bientôt amusé par ses propos décomplexés. « C'est ça essaye de te rattraper. » C'est bon enfant, et à vrai dire tout ce qui compte, c'est que j'oublie le pourquoi du comment je suis arrivée jusqu'à lui ce soir. Oublier la raison d'un chagrin envolé par sa simple présence. Caden me donne une petite fessée et je recule un peu mes fesses histoire de laisser un petit espace entre nous deux. « Je boude quand tu veux tu sais, tu as oublié mon domaine d'études ? » Je lui adresse un clin d'oeil avant de comprendre qu'il cherche un briquet, et là je soupire. « Tu es aussi bordélique que moi, c'est consternant... » Pour l'aider, je tâtonne autour de moi. Le briquet finit par faire son apparition, je le dirige alors vers le bout du joint pour l'allumer. Sans demander l'autorisation de Caden, je lui prends le bâtonnet des lèvres pour tirer moi-même dessus en premier. Ce n'est pas la première fois que j'en consomme, contrairement à ce qu'il pense peut-être. Il faut dire que je lui ai toujours vanté ma santé exemplaire ainsi que cette volonté de ne pas toucher à toutes ces « saloperies » comme je les appelais avant d'être tourmentée par mon histoire avec RJ. Désormais... désormais je n'en suis plus à mon premier. « Je me demande comment j'ai pu passer à côté de ça pendant toutes ces années à la fac, c'est un peu comme une étape de la vie, fumer des pétards. » Je souris tendrement avant de replacer le fameux objet illicite entre ses lèvres.


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) EmptyJeu 25 Sep 2014 - 22:08

Logan Pearson
Logan Pearson
En marge, toujours
En marge, toujours
Age : 27
Date d'inscription : 05/04/2014
Célébrité : Julian Schratter
Crédit avatar : Sweet disaster ;; ALASKA (signature)
Messages : 1323
Nationalité / origines : Américain
Situation : C'est compliqué
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : A interrompu ses études à la fin de sa 3ième année de journalisme à UCLA.
Adresse de résidence : Âme vagabonde, Coeur enchainé
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Gia & Madison & Jay & Heather

the broken ones (caden) Empty




11/9


Je ne surpasse pas mes pensées, je dis ce qui est. Si Alice n’était pas devenue une amie pour moi, j’aurais certainement accepté l’idée que je pourrais essayer de la séduire pour passer une ou plusieurs nuits. Car il faut dire ce qui est, je la trouve très jolie et une petite voix se moque de moi en me trouvant grotesque de m’arrêter à des principes de vie. Mais ce sont ces principes-là qui font que je ne suis pas devenu un connard pour la plupart des gens. Bien que je l’assume en général. D’ailleurs, Alice me fait rire. Je ne me rattrape pas du tout… « Je disais seulement ce que je pensais. Je ne vais pas t’foutre à l’horizontal pour me rattraper ! Je n'ai rien à me reprocher. » rétorquais-je à la jeune Collins. Je me sens plutôt fier et amusé de lui retourner ses propres mots. Et je l’avoue que je jubilais d’avance qu’elle ronchonne. Ce qui semblerait être facile pour elle à ce qu’elle me dit. « Si on est bordélique, c’est pour qu’une femme vienne nous le faire. On se sent désirer. » Ou pas… D’ailleurs, elle trouve le briquet, génial ! Elle me vole le joint mais je la laisse faire, un peu surpris de voir que Mademoiselle se lance pour l’allumer – et aussi parce qu’elle a trouvé le briquet en première. Une fois que je le retrouve, j’inspire cette première bouffée. Wow… c’est bon… « C’est parce que tu me connaissais pas ! Tu verras, on peut aisément s’amuser et étudier en même temps ! C’est une façon de vivre ! » Je ris légèrement tout en regardant le joint. « D’ailleurs, pour en revenir à ce que tu as dis y’as deux minutes … » Je marque une petite pause pour l’effet. Tirant à nouveau sur le joint. Je sais parfaitement comment elle va réagir : « Je sais que tu es une parfaite comédienne ! C’est peut-être pour ça que tu te considérais nulle au pieu tout à l’heure ! Obligée de faire la comédie ! AAAH… Je suis tout à fait d’accord avec toi ! » Si je vous dis que je prenais vraiment sur moi pour ne pas pleurer… de rire ?  Cette fille est un perchoir pour toutes les taquineries ! Je ne les invente pas, c’est elle qui en a parlé la première. Elle ne fait que de me tendre la perche ! Je la regarde d’une œil amusée, j’ai hâte de voir comment elle va s’emballer encore une fois. J’aime bien toucher là où je sais qu’elle va réagir. Je lui tends, tout en restant impassible, le joint.




smiling
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) EmptyLun 29 Sep 2014 - 15:12

Alice Collins
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

the broken ones (caden) Empty




11/9

Me foutre à l'horizontal ? C'est qu'il est presque drôle le petit. Non bien sûr, les hommes n'ont jamais rien à se reprocher dès lors qu'ils sont seuls avec des nanas, c'est clair. Je ne me retiens pas de rire à sa remarque. « Entre nous, même à la verticale ça peut marcher hein, ton excuse est un peu bidon. » C'est juste pour avoir le dernier mot, je sais que je suis chiante, tout le monde le sait, bon, on ne va pas en faire un roman non plus... Néanmoins je pourrais faire une dissertation sur ô combien sa tente est pleine d'un bordel sans nom et ça, ce n'est certainement pas pour se faire désirer. « La blague, on ne me l'a jamais faite celle-là. » Quelque peu rieuse, j'allume le joint et profite la première de ses... bienfaits directs. C'est tellement agréable que je regrette à voix haute de n'y avoir pas goûté avant d'être si fanée par une relation amoureuse que le seul échappatoire était d'oublier. Quel dommage, c'est vrai. Caden parle d'en faire une habitude et ça me fait simplement rire. J'pense à toutes les personnes qui seraient mécontentes de me voir dans cette position, face à une telle proposition, mais là je m'envole, je suis à deux mille lieues de trouver ça mauvais pour ma santé. Néanmoins, un hic quand l'individu face à moi, se croyant drôle une nouvelle fois, utilise d'anciens propos pour me charier encore. Putain, celui-là faut se le farcir quand il s'y met ! Presque inconsciemment, j'ouvre grand ma bouche, encore sur le cul par cette remarque. Il me tend le join et je le prends à la hâte avec une certaine forme de mépris. « Chéri, ta maman a dû te dire qu'il ne fallait pas se moquer de ce qu'on ne connaissait pas. » Heureusement qu'il y a l'herbe là, heureusement. Enfin, je dis ça pour lui. « Il est vrai que je sais parfaitement simuler un orgasme si je le souhaite, le talent tu sais... MAIS je ne le ferai que si je suis amenée un jour à le faire, pour un film ou... ou avec un connard qui ne pense qu'à lui, peut-être. » Je fronce les sourcils en réfléchissant à la question un peu plus profondément. « Quoique je ne vois pas pourquoi j'irais coucher avec un connard, je suis une fille sélective tu vois. » Peut-être qu'il s'en fout mais la vérité c'est que là, on pourrait même se lancer dans une controverse sur le sujet le plus chiant au monde si on le voulait, j'en suis certaine. « Tu me crois hein ? » Je le regarde à nouveau, malicieuse, avant de lui rendre le joint. « Que je suis bonne au lit ET que je suis une parfaite comédienne. Alice Collins, c'est une valeur sûre et authentique, tu devrais le savoir Caden Marshall. »


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) EmptyMar 30 Sep 2014 - 19:40

Logan Pearson
Logan Pearson
En marge, toujours
En marge, toujours
Age : 27
Date d'inscription : 05/04/2014
Célébrité : Julian Schratter
Crédit avatar : Sweet disaster ;; ALASKA (signature)
Messages : 1323
Nationalité / origines : Américain
Situation : C'est compliqué
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : A interrompu ses études à la fin de sa 3ième année de journalisme à UCLA.
Adresse de résidence : Âme vagabonde, Coeur enchainé
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Gia & Madison & Jay & Heather

the broken ones (caden) Empty




11/9


Je regarde Alice, un peu amusé. Oui bon, elle me cherche là. « C’était une façon de dire !. » répliquais-je. Elle aime avoir le dernier mot, moi aussi. Je ne suis pas du genre à me laisser faire, encore moins par une fille. La preuve en est quand elle s’exclame sur mon excuse –bidon, je l’admets – sur l’état de ma tente, égale à celle de ma chambre à Los Angeles. « Il y a un début à tout. » dis-je joyeusement. Mais je ne reste pas trop sur cette partie de la discussion. Encore une fois, j’ai pas mal d’idées pour la taquiner, je trouve ça tellement amusant. Aussi parce que les effets de la drogue dans le joint commencent à se faire sentir. Elle me fait rire et à chaque fois, je lui réponds directement au tac-o-tac. « Si tu m’appelles chéri, c’est que tu me connais assez pour que je te le dise. » Puis je ris encore. C’est WOW… Je commence à planer, je parle ouvertement, je dis que de la merde et j’aime ça ! C’est la meilleure partie de la soirée, je pense bien ! C’est là qu’elle me parle des occasions qu’elle aurait de simuler, ça me chagrine un peu.  « Wesh s’il pense pas à toi, mais vlà le mec je vais lui mettre une tatanne ppft !! » répliquais-je honnêtement. C’est le Caden défoncé ou non qui parle. Mais je suis un peu surpris d’entendre Alice parler ainsi sur son choix de « mec ». Je n’aime pas entendre ça mais bon, je m’en fou un peu aussi. Parce que moi je sais ce que je vaux ça me touche pas. Je tends le bras pour prendre le joint entre les doigts d’Alice. J’en tire une bonne latte alors qu’elle continue … de me faire rire. Je m’en étouffe presque. Un léger  « hm ? » sort de ma bouche quand elle me pose la question avant d’échapper des rires significatifs. Pas que j’ai envie de me moquer d’elle mais elle me tend des perches. « Et bien, Mademoiselle Collins… » Mes phrases se coupent à cause des rires. Je ne suis tellement pas sérieux dans le ton que j’y mets. « Je suis tout à fait d’accord que vous êtes une sacrée comédienne, vous m’en faites l’exemple même depuis dix bonnes minutes ! Je tiens cependant à noter que je ne me porterais pas caution de vos talents sexuels, je ne voudrais pas affirmer quelque chose dont je n’ai pas testé la qualité. Je tirerais donc cette conclusion par les commentaires de mon bulletin d’école secondaire : Vous devez faire vos preuves, Mademoiselle Collins ! » Je me rapproche d’Alice, mon visage s’approche du sien. On pourrait croire – encore – que je tente une approche mais entre Alice et moi, ce n’est pas comme ça que j’ai envie de l’apprécier. Mais en la taquinant. Je glisse mes doigts sur sa bouche et… je lui fourre le joint entre les lèvres avant de m’amuser à souffler sur sa joue pour la taquiner. Je me recule un peu, rigolant à pleins poumons. « Oh putain, Alice, tu me tues trop ! Je te jure, je me ferais pardonner quand je serais moins… » défoncé. Mais je pleure de rire, c’est plus fort que moi. Je pense qu’elle va avoir envie de me taper un jour… Si ce n’est pas ce soir ! « Pourquoi tu me laisses tant t’avoir hein ? Ah la lala… On va fêter ça, je crois que j’ai des restes de bouteilles ! » Je cherche mon sac remplis de conneries à la fois alcool et des restes de junk food.




smiling
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) EmptyJeu 9 Oct 2014 - 17:39

Alice Collins
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

the broken ones (caden) Empty




11/9

L'ambiance était au chagrin, désormais elle est à la détente, à l'amusement, à la connerie même, soyons honnêtes. De ses moindres remarques il arrive à me faire rire, voire même plus. Je suis pliée quand il se met à parler tel qu'un gars des mauvais quartiers pourrait le faire. Cet idiot le fait très bien, en plus, même si c'est un peu exagéré. Lorsqu'après lui avoir certifié que j'étais bonne comédienne et bonne amante je lui demande de me croire, cela semble... plus délicat pour lui. Cela aurait été trop simple qu'il m'accorde cette vérité, évidemment ! A quoi je m'attendais de sa part... Je suis prête à parier que je vais devoir me mordre les doigts encore. Mais ce qu'il me dit me donne juste envie de m'offusquer. C'est tout comme, d'ailleurs. La bouche à nouveau ouverte et les sourcils froncés, je l'assaille du regard sur ses derniers mots « vous devez faire vos preuves » plutôt lourds de sens. Il se rapproche, s'amuse, se fiche un peu de moi je le vois bien. Ce n'est pas moi qui le tue... C'est lui qui se tue tout seul à penser des choses pareilles. Mais le pire c'est que je me mets moi aussi à rire au bout de quelques secondes, il faut dire que le voir dans cet état défoncé est totalement hilarant. J'ai l'impression d'être pour ma part de plus en plus stone, comme si rien ne pouvait m'atteindre, vraiment rien du tout. Une tempête pourrait se déclencher dehors que ça me passerait complètement au-dessus de la tête. Caden ne me laisse pas le temps d'en placer une, il veut fêter encore quelque chose... hein ? quoi ? Mais oui alors, qu'il les sorte ses bouteilles ! « C'est un supermarché de junkie chez toiiii. » Je suis poussée sur le côté et me mets en tailleur, tirant une taffe du joint, les yeux vagues sur lui. « Si on continue à ct'allure, dans une heure je serais capable de faire mes preuves tu sais ? » J'abaisse la tête plusieurs fois, comme si j'acquiesçais moi-même à mes paroles. Puis je ris, longuement. « Même si, entre nous, j'devrais pas en avoir besoin ! » Je lève le doigt dans mon argumentation. « Franchement... Après Thomas, Max, Adriel... Owen, Yannick... hmm... Edgar, Lewis, Bradley, RJ... sans compter toutes les filles et quelques autres nuits à la con que je dois oublier, un de plus ou un de moins, qu'est-ce que ça peut faire ? » Un sourire sans la moindre signification s'est logé sur mes lèvres au fur et à mesure que j'ai cité tous ses prénoms. Il m'a fallu réfléchir avec beaucoup d'effort pour réussir à sortir tous ces prénoms mais voilà, c'est un fait, j'ai couché avec tous ces gars. Mes yeux viennent se reposer sur Caden alors. « Ca fait beaucoup non ? Je suis une fille facile, tu crois ? » Qu'est-ce qu'il en pense, lui, qui couche si facilement avec des nanas ? Soudain je me mets à rire à nouveau. « D'ailleurs, je pourrais coucher avec toi pour me détendre, comme avec n'importe qui d'autre, tant qu'il me respecte un peu... Tiens attends. » Je m'agenouille et fais glisser la fermeture éclair de la tente pour m'y glisser un tant soit peu et crier : « Hé ! Si quelqu'un de bienveillant et doué et gentil veut coucher avec moi ce soir, je suis icii ! »

11/9


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) EmptyVen 10 Oct 2014 - 22:29

Logan Pearson
Logan Pearson
En marge, toujours
En marge, toujours
Age : 27
Date d'inscription : 05/04/2014
Célébrité : Julian Schratter
Crédit avatar : Sweet disaster ;; ALASKA (signature)
Messages : 1323
Nationalité / origines : Américain
Situation : C'est compliqué
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : A interrompu ses études à la fin de sa 3ième année de journalisme à UCLA.
Adresse de résidence : Âme vagabonde, Coeur enchainé
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Gia & Madison & Jay & Heather

the broken ones (caden) Empty




11/9


Un supermarché de Junkie ? Et mieux encore. C’est aussi une quincaillerie, une boutique d’informatique, une épicerie, un hôtel, une pharmacie. Bref, il y a tout de chez moi. C’est juste qu’elle n’ait pas ouvert les sacs qui sont sur le côté. Mais ce qui me fait bien rire pendant que je trie les bouteilles vides pour en trouver une encore un peu remplis, c’est Alice qui pense qu’elle va conclure. « ça, tu peux rêver, jeune fille. » C’est vrai, je refusais de briser mon principe. J’ai trop peur que ça change quelque chose avec Alice. Contrairement avec Maggie où je me sentais sûr que ça ne change rien. Avec Alice, je ne sais pas… Je suis attaché à elle pour une raison plus saine que Maggie, c’est peut-être pour ça. Je préfère balayer cette histoire de ma tête. Ecouter Alice parler de ses nombreux copains –même si c’est plutôt comique venant de moi. Mais je sais que j’ai raison sur un point : « ça fait que ce n’est pas la quantité mais la qualité qu’il faut primer. Le nombre ça ne veut rien dire. Crois-moi, je suis un expert. Si je devais me maquer à chaque fois qu’une fille aime que je m’occupe d’elle, je serais casé depuis des années. » Je finis par trouver une bouteille. Elle n’est pas très remplie mais je suis sûr qu’il n’y a rien d’autre que de l’alcool dedans. Tequila, ça me botte totalement ! Je regarde Alice plus sérieusement. Je soupire quand elle me dit ça. Une fille facile, non mais la voilà celle-là ! « Arrêtes tes conneries. Déjà d’une, ce n’est pas moi qui vais te juger et je ne dis pas ça parce que je suis pire. Simplement, quand on n’a pas envie de se mettre en couple, on ne le fait pas et le nombre défile. Et quand tu auras compris que tu as la bonne, tu t’y accroches. Enfin, faut la trouver déjà ! » Je me sers une gorgée de tequila comme d’un bain de bouche. J’aime sentir le goût de l’alcool, même si j’ai l’air d’un idiot. Je m’assois à côté de la belle. Ma bouche forme un zéro parfait quand elle se met totalement à délirer. Je lui attrape le joint avant de la regarder faire. Du moins, assez longtemps pour profiter de la vue avant de poser la bouteille et d’écraser le bout du joint pour l’éteindre avant de faire quelques pas pour prendre la jeune femme par le short. « Pas de ça chez moi, oh ! » Je referme aussitôt la tente en espérant que personne n’ait entendu – ou du moins, que personne n’ait d’intentions malsaines ici. Je reviens vers Alice, attrapant son visage pour qu’elle me regarde dans les yeux. Pour le coup, je suis un peu rapide dans mon geste. Je me rends compte et je me radoucis, glissant doucement mon pouce sur la lèvre inférieure de la jeune femme. « Arrêtes de prendre à cœur ce que je te dis. C’est pour te provoquer mais je ne veux pas que tu couches avec n’importe qui. Tu vaux bien plus que ça. » Je descends ma main au niveau de son cou, la tenant sans fermer ma main. Juste une simple caresse…  Je continue de la regarder fixement dans les yeux. « Je refuse de coucher avec toi, notamment par principe. J’ai envie de rester un ami pour longtemps, je ne veux pas prendre le risque que ça change entre nous. Ça pourrait changer… en mal. Je n’ai pas envie de ça. Tu es une fille géniale, j’aime ta compagnie, alors changes rien… Et puis… maintenant que tu es défoncée, tu as perdu ta seule chance de me convaincre. Je veux qu’une femme soit en pleine possession de ses moyens pour le faire… » Et bien, ça, c’est dit. Même défoncée, je suis sûr qu’elle comprendra le message. D’ailleurs, j’en profitais pour glisser seulement mes lèvres sur les siennes. Pfiou, c’est bizarre de faire ça. Je préfère m’écarter de la jeune femme et de m’allonger sur mon matelas. Je regarde Alice finalement : « Tu veux dormir ici ou je te ramène à ta tente ? » Je suis en état pour conduire s’il le faut, mon corps est rôdé depuis le temps.




smiling
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) EmptyDim 12 Oct 2014 - 15:43

Alice Collins
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

the broken ones (caden) Empty




11/9


J'avoue que j'ai un peu de mal à me concentrer sur toutes les paroles de Caden. A vrai dire, je ne sais même pas sur quoi j'arrive à me concentrer à l'heure actuelle. Je sais juste que je dis de la merde à en avoir le regard désespéré de mon ami sur moi. Mais les mots sortent de ma bouche sans même que je ne réfléchis. C'est déjà un peu le cas d'ordinaire alors je vous laisse imaginer l'ampleur des dégâts ce soir. Quand je commence à sortir de sa tente en appelant au gentleman anonyme pour s'occuper de moi, je me sens presque harponnée en arrière. C'est en arborant une moue boudeur que je retombe sur les fesses et très rapidement, Caden s'approche de moi, attrape mon visage pour un instant que j'imagine solennel, super important, de priorité nationale... Oui, bon, peut-être pas à ce point. Quoi qu'il en soit, je l'écoute et hausse vaguement les épaules lorsqu'il me dit que je vaux bien plus que ça. Que quoi... ? Une aventure d'un soir avec un inconnu ? Mouais, s'il le dit, alors... Je devrais peut-être le croire, lui. Il fait partie de ces quelques uns en qui j'ai toujours pu avoir entière confiance. A vrai dire, je pourrais me laisser guider les yeux fermés par Caden, j'en suis absolument certaine. Et c'est rassurant. Ses mains m'enveloppent et je me laisse presque portée, fatiguée, non, exténuée par toutes ces émotions qui m'ont hantées aujourd'hui. J'acquiesce doucement à ses paroles qui me confirment une nouvelle fois, je crois, qu'il est un type vraiment bien. C'est en tout cas l'impression qu'il me donne. Mais je sombre un peu, j'aimerais juste... qu'on en finisse pour cette journée, qu'on accélère le temps, que le soleil de demain pointe le bout de son nez. Que le 11 septembre ne soit plus que fumée, pour une durée d'un an à nouveau. A la question de Caden, je fronce les sourcils. « Non... Je veux rester ici avec toi, s'te plait. » Je n'ai pas envie de sortir d'ici, de côtoyer la fraîcheur extérieure et surtout de me retrouver seule dans ma tente. J'ai juste besoin d'être avec quelqu'un, avec lui, et je l'implore du regard. Cela semble marcher puisqu'il referme la fermeture de sa tente et que, finalement, nous finissons par nous allonger l'un contre l'autre dans le but de dormir ou, en tout cas, d'accueillir la prochaine journée à bras ouverts.

Fin du sujet.


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the broken ones (caden)   the broken ones (caden) Empty

Contenu sponsorisé

the broken ones (caden) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
the broken ones (caden)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser