Partagez
 

 S.O.S. Serval | Clarence&Victoria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: S.O.S. Serval | Clarence&Victoria    S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  EmptyMer 24 Sep 2014 - 21:07

Victoria J. Castello
Victoria J. Castello
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 05/03/2014
Prénom : Nico
Célébrité : Brittany Snow
Crédit avatar : Minuit
Messages : 54
Nationalité / origines : Italienne
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Vétérinaire à l'aquarium
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Saul "Ace" Cassidy / James L. Finnerty
Voir le profil de l'utilisateur

S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Empty



 
S.O.S. Serval

C'était par une belle journée d'automne, durant laquelle l'italienne pouvait jouir d'un jour de congé, que Vicky en avait profité pour rendre visite aux animaux dont elle ne s'occupait pas, à avoir les mammifères, les lézards et tous ce qui n'appartenait pas au monde marin. Le seul animal autre que les poissons dont elle s'occupait, c'était des petits pingouins qui réclamaient sans cesse leurs poissons. Une fois de temps en temps, elle appréciait les autres espèces animales et leur compagnie et se rendait dans le grand zoo de Los Angeles. S'étant paré d'une casquette et portant une queue de cheval, elle commença par rendre visite au zèbres, un appareil numérique autour du cou comme n'importe quel touriste lambda. Après une série de photos, elle passa aux girafes et aux autres animaux à tour de rôle qui posait pour elle et pour les autres visiteurs alentour. Elle croisa même un troupeau de petites têtes blondes portant tous une casquette rouge et accompagnés d'adultes qui avait du mal à respecter leur loi. Elle avait même du jouer des hanches pour ne pas se faire bousculer par cette horde de marmots. Ca lui rappelait presque les journées avec la famille Castillo à courir partout alors qu'elle était gamines, 5 terreurs lâchées dans la nature et totalement incontrôlable.

Son périple la conduisit jusqu'au territoire des grands prédateurs de notre monde, les félins. Et comme à la grande habitude de ses mammifères imposants et reconnu pour certain comme étant des super prédateurs, ils faisaient la sieste en se dorant au soleil qui s'était montré en cette journée. Même les lionnes, pourtant les grandes chasseuses, ne voulaient pas bouger d'un poil et se contentaient d'un regard las envers le public improvisé. Seul les léopards faisaient les 400 pas dans l'enclos pour donner un spectacle un peu mollasson. Elle continua à avancer en s'arrêtant à chaque enclos pour les observer, s'attendant à ce que l'un d'entre eux fassent quelques choses. Les poissons, eux au moins, n'arrêtaient pas de bouger dans tous les sens et ne semblait jamais être fatigué. Aquarium : 1 - Zoo : 0 et toc songea la blonde. Elle finit par atteindre l'enclos des Serval, ces félins assez peu connu contrairement à leurs cousins tigrés, tachetés et à crinière. Mais le spectacle n'était pas au rendez-vous non plus bien que quelque chose attira plus l'attention de Vicky que les autres enclos. En effet, l'un des félins présent était couché sur son flanc et semblait avoir du mal à respirer, poussant des cris assez préoccupant. Les gens au alentours ne semblait pas y prêter plus attention que ça, certains gosses lui ordonnant même de bouger avant de partir, déçus. La vétérinaire savait fort bien qu'il y avait un problème avec l'animal, bien que les félins n'étaient pas sa vocation première. Il fallait qu'elle fasse quelque chose mais quoi ? Prévenir l'un des vétérinaires du zoo ? c'était une bonne idée, mais elle ne voulais pas quitter l'animal des yeux. Une jeune dame arriva à ses côté et s'étonna également de la position de l'animal. Victoria saisit alors sa chance dans une solution que le bon sens ne pouvait approuver mais Dieu lui pardonnera sans doute car c'était pour une bonne action.

"Pardon, excusez-moi..." dit-elle en s'adressant à cette inconnue. "Est-ce que je pourrais vous demander un service ? Pourriez-vous allez prévenir le responsable des félins de venir ici le plus rapidement possible ?" Au début, l'interlocutrice ne paru pas convaincue par sa requête, il fallut donc qu'elle explique rapidement qu'elle était vétérinaire elle aussi et qu'elle préférait rester pour voir si ça s'aggravait. La dame parti alors d'un pas assez rapide alors que l'endroit devenait fort heureusement désert. Vicky regarda alors le grillage devant elle et prit une grande inspiration avant de se faire un signe de croix. "Pardonnez-moi Seigneur, mais c'est pour une bonne cause." murmura-t-elle à l'attention de Celui qui entendait tout. Elle attrapa alors le grillage pour l'escalader avec difficulté, vu qu'il n'était pas réellement prévu à cet effet voir même prévu pour ne pas qu'on puisse le faire. Mais après un court effort, elle se laissa tomber de l'autre côté avec les animaux carnivores qui ne semblait pas trop se soucier de sa présence pour le moment. Elle avança doucement vers l'animal malade, se demandant à chaque pas ce qu'elle était en train de faire et surtout ce qu'elle allait pouvoir faire une fois sur place. Elle se contenta donc de se mettre à genoux à côté de l'animal et de le caresser en tâtant pour voir si elle ne pouvait pas déceler le problème.




S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Tumblr_lwdpkltu661r23tzz
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: S.O.S. Serval | Clarence&Victoria    S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  EmptyDim 28 Sep 2014 - 19:39

M. Clarence Burns
M. Clarence Burns
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Age : 27
Date d'inscription : 11/03/2013
Prénom : Sonia
Célébrité : Chris Hemsworth
Crédit avatar : hepburns
Messages : 1106
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Leaven Campbell depuis deux ans.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé d'un Master en Zoologie
Job/Métier : Soigneur, responsable du secteur félin au zoo de L.A.
Adresse de résidence : Appartement 6859, Garland Avenue, Downtown
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Lysander E. Foster
Voir le profil de l'utilisateur

S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Empty




THIS IS MY BUSINESS

L'automne avait pointé le bout de son nez et pourtant le parc zoologique de Los Angeles ne désemplissait pas. L'influence de Coachella qui arrivait lentement à son terme ainsi que la rentrée universitaire qui n'avait pas été faite à l'UCLA entraînaient des hordes de touristes curieux et d'étudiants insouciants. Tous voulaient profiter des derniers instants de vacances. Si le soleil californien ne les quittait pas avant l'approche de l'hiver, les températures elles se montraient plus modérées, moins écrasantes que durant les deux derniers mois. Ainsi Clarence devait gérer de front son nouveau poste de responsable du secteur félin avec d'autant plus d'assiduité et d'énergie. Entre les recommandations aux visiteurs parfois trop curieux, les conseils à une équipe débordée qui ne savait plus où donner de la tête, lui-même commençait à s'inquiéter pour sa santé mentale. Il était exténué, néanmoins il était hors de question qu'il ne faillisse à ses responsabilités. Si de légères cernes étaient visibles sous son bronzage doré, il n'en perdait pas moins le sourire. C'était important de ne jamais lâcher prise parce que la moindre erreur n'était pas permise lorsqu'on côtoyait quotidiennement des bêtes à la fois sauvages et fragiles. Les espèces félines étaient les plus vulnérables. Certaines en voie d'extinction attiraient les foules et le boucan résultant, provoquant du stress chez des bêtes qui n'étaient pas censées connaître de telles situations. Il avait profité d'une matinée plutôt clémente pour ordonner la nutrition des félins avant que le parc n'ouvre ses portes. Repus, ils seraient plus paisibles, plus hermétiques aux appels des bipèdes de l'autre côté des grilles et des enfants qui nourrissaient encore l'espoir de les toucher un jour. A l'heure du midi, il s'était occupé d'un petit lionceau. Il était né il y a une semaine ce jour-là et l'équipe de soigneurs devait s'assurer de sa croissance régulièrement. C'était un véritable événement et un soulagement de s'apercevoir que les lions se reproduisaient même dans un habitat qui n'était pas si propice. C'était un indicateur très important pour le bien-être des animaux. Si certains tournaient en rond et ne laissaient aucun doute qu'ils ne laisseraient aucune progéniture derrière eux, d'autres alimentaient l'espoir de la réinsertion. Pour toutes ces raisons aussi professionnelles que ses convictions personnelles, l'ainé Burns ne manquait plus une seconde de la vie animale de son secteur. Il s'était éclipsé dans son bureau pour avaler un sandwich. Il crevait littéralement la dalle mais il ne pouvait pas se permettre de s'absenter une heure entière. La moindre urgence passait par lui avant que le vétérinaire ou la sécurité ne soit prévenu. Tout en machouillant son sandwich poulet-crudités, il songeait aux prochains mois qui se tranquiliseraient progressivement. Le zoo fermait annuellement l'hiver et Clay se dédiait entièrement à la survie des animaux durant cette saison. Bizarrement, il se surprit à envier cette époque de fin d'année lui qui était si amoureux du soleil et de l'air frais.

Au moment où Clarence se lavait les mains pour retourner à son travail, une employée fit irruption dans son bureau. « Tu devrais aller faire un tour du côté de l’enclos des servals. » Aussitôt l’homme fronça les sourcils avant d’empoigner sa sacoche et de partir à grandes enjambées. Ces derniers temps, les servals ne se montraient pas particulièrement coopératifs mais ça n’expliquait pas cette panique soudain de son équipe. Alors qu’il se dirigeait vers l’enclos, un autre vint le rattraper. « Y’a déjà quelqu’un sur place, j’appelle le véto ? » Clay n’interrompit pas sa marche mais son regard, dur et autoritaire, suffit à faire comprendre qu’il n’appréciait pas la situation. « Je suis censé être le premier sur les lieux, comment ça se fait ? » Oui il insinuait clairement que l’information n’avait pas été suffisamment efficace et il détestait être en retard. Il parvint enfin près des grilles réservées aux membres du personnel. Après un bref coup d’œil pour vérifier que les congénères avaient été rentrés dans leur parc intérieur, il s’infiltra à son tour. Il trouva alors une blonde à casquette accroupie près de l’animal. D’ici, Clay entendit la respiration saccadée du serval et aussitôt son inquiétude s’ajouta à son agacement. « Hey ! » Il s’approcha, le pas nerveux. « Comment vous êtes entrée ici ?! » Il prit place à ses côtés, imposant toute sa carrure pour faire reculer la jeune femme. Où était passée la surveillance ? Le bon sens ? Clarence enfila des gants avant de caresser la tête de l’animal qui ne réagissait même pas, pourtant de nature farouche. Il notifia alors un accroc sur son tee-shirt. « Vous êtes passées par-dessus le grillage ? De quel droit ? » Il s’égarait dans sa colère alors que l’état préoccupant du serval requérait son attention et surtout tout son calme. « Vous lui avez rien donné hein ? » Il examina les pupilles dilatées de la créature. Elle était en état de stress ou de douleur.


And all the helpless souls within her drowned. All save one. A lady. Whose soul is greater than the ocean, and her spirit stronger than the sea's embrace. Not for her a watery end, but a new life beginning on a stranger shore. It will be a love story. For she will be my heroine for all time.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: S.O.S. Serval | Clarence&Victoria    S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  EmptyJeu 16 Oct 2014 - 16:20

Victoria J. Castello
Victoria J. Castello
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 05/03/2014
Prénom : Nico
Célébrité : Brittany Snow
Crédit avatar : Minuit
Messages : 54
Nationalité / origines : Italienne
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Vétérinaire à l'aquarium
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Saul "Ace" Cassidy / James L. Finnerty
Voir le profil de l'utilisateur

S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Empty



S.O.S. Serval

Victoria ne savait pas réellement quoi faire avec le félin, n'étant pas habituée à ce genre de bête dans sa vie de tous les jours. Elle avait bien du apprendre leur anatomie et tout le reste mais ça remontait à présent assez loin depuis qu'elle avait choisi sa spécialisation pour les poissons. Il lui restait bien les dauphins qui étaient également des mammifères mais ça restait quand même fortement éloigné. Tout ce qui lui venait à l'esprit, c'était de poser sa main sur la bête à la respiration difficile en espérant que le responsable qu'elle avait demandé arrive bien vite. Elle regardait de temps à autres dans la direction de l'allée qui menait à l'enclos pour voir ladite personne mais, à part quelques autres visiteurs qui pour la plus part ne faisait que passer sans même s'attarder sur l'animal, personne ne semblait venir. "Chuuuuuuuuuuut" murmura-t-elle à l'animal qui poussait des petits gémissements d'un moment à l'autre. Elle commença à le palper pour trouver la source du mal, se demandant intérieurement ce qu'elle ferrait s'il s'agissait d'un de ses poissons. Et bien la première chose que l'on pouvait reconnaître, c'est qu'un serval est bien plus grand qu'un poisson clown à ausculter. Aucun des symptômes présent ici ne lui rappelait ceux qu'elle avait déjà rencontré chez ses amis marins.

"Hey !" Vicky releva la tête pour voir un imposant responsable qui semblait ne pas apprécier sa présence au sein de l'enclos. Elle ne pouvait que le comprendre, elle réagirait de la même manière si l'on venait à s'occuper de ses poissons à sa place. A son avantage, il y avait beaucoup moins de personne enclin à faire une brasse coulée pour aller caresser des piranhas. Elle se releva et fit quelques pas en arrière, gênée de la réaction qu'avait ce responsable. Elle avait agît, c'était vrai, sur un coup de tête pour bien faire, en dépit de n'importe quel bon sens qui lui dictait habituellement son chemin. Elle restait sans voix pour le moment, se faisant sermonner comme de juste. Elle n'avait même pas remarquer le trou dans son t-shirt, un cadeau de sa grande soeur qui ne lui en voudrait pourtant pas malgré tout. Coincée contre le grillage, elle prit son courage à deux mains pour finalement lui répondre. "Je... je m'excuse." C'était déjà un bon départ malgré tout il en faudrait plus pour la suite mais c'était les premiers mots qui lui venaient en tête. "Je pensais bien faire..." Conclu-t-elle d'une voix mourante alors qu'il s'occupait de l'animal avec bien plus de dextérité qu'elle. Elle avait le sentiment de se sentir inutile dans ces moments là, à la différence de la force qu'il la caractérisait quand les rôles étaient inversé.

Elle répondu par la négative à sa dernière question, n'osant pas plus bouger face à la férocité dont son interlocuteur faisait preuve, bien plus que l'animal vivant dans cet enclos. Elle n'aurait même pas eu la présence d'esprit de refaire le chemin inverse pour s'enfuir à présent. Ses petites mains s'ouvraient et se fermaient pour évacuer son stress alors que ses joues devaient commencer à changer de couleur accompagnant une moue changeante à chaque seconde. Elle essayait tous les moyens possibles et inimaginable pour se calmer, sachant pertinemment ce qu'il risquait de se produire quand elle était dans cette état. Elle avait déjà fait assez de gaffes pour que le responsable aie en plus besoin de s'occuper d'une fille avec une crise de narcolepsie par dessus le marché. Elle reprit doucement contrôle de ses facultés et décida enfin de bouger se rapprochant un peu plus de l'homme qui semblait bien trop énerver pour travailler correctement. Elle avait sans doute fait une erreur en entrant dans l'enclos mais elle voulait tout faire pour se rattraper. "Je peux vous donner un coup de main ?" questionna-t-elle tout en s'approchant doucement, comme pour amadouer le fauve près à la déchiqueter. "Je... je suis vétérinaire." Elle avoua ça comme une preuve de plus  qu'elle pouvait bien se rendre utile. Bien que son stress était toujours présent, il avait diminué et elle se surprenait à regarder dans la direction du serval au lieu de contempler le sol comme un peu plus tôt. S'il ne voulait pas de son aide alors elle pourrait toujours repartir mais elle ne voulait pas rester dans un coin sans rien faire.





S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Tumblr_lwdpkltu661r23tzz
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: S.O.S. Serval | Clarence&Victoria    S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  EmptySam 8 Nov 2014 - 0:21

M. Clarence Burns
M. Clarence Burns
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Age : 27
Date d'inscription : 11/03/2013
Prénom : Sonia
Célébrité : Chris Hemsworth
Crédit avatar : hepburns
Messages : 1106
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Leaven Campbell depuis deux ans.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé d'un Master en Zoologie
Job/Métier : Soigneur, responsable du secteur félin au zoo de L.A.
Adresse de résidence : Appartement 6859, Garland Avenue, Downtown
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Lysander E. Foster
Voir le profil de l'utilisateur

S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Empty




THIS IS MY BUSINESS

Dans sa fonction de responsable, Clarence n’avait pu s’empêcher d’être désobligeant. Lorsque la panique d’un imprévu était mêlée au stress d’un quotidien à surveiller la vie et le bien-être de véritables êtres vivants, il ne répondait plus vraiment de ses réactions. Bien des collègues le dépeignait comme un homme affable, serviable, investi dans chacune des tâches même les plus ingrates mais personne n’oubliait jamais de mentionner qu’il prenait parfois trop à cœur son métier, qu’il prenait parfois des risques inutiles et surtout qu’il ne tolérait pas la moindre erreur, le moindre hic. Lui estimait qu’aucune faute ne pouvait être commise quand il s’agissait d’animaux sauvages. Les félins ne réagissaient pas à l’angoisse ou à la tension de la même façon que les primates ou même nos amis les animaux domestiques. Bien souvent ils répondaient à travers l’attaque et c’était d’autant plus préoccupant de voir ainsi un serval dans un tel état d’inoffensivité. Il n’essayait même pas de s’éloigner de la lourde odeur de l’inconnue qui s’était penchée sur lui, il n’essayait même pas de fuir leurs présences. Malheureusement pour lui, la jeune femme se confondit en excuse, visiblement très touchée par la colère du gérant de l’enclos. Elle n’avait semble-t-il pas réfléchi, n’écoutant que son instinct pour secourir la bête. D’ordinaire, il ne supportait pas que des visiteurs se pensent tout permis : nourrir l’animal contre les indications, tenter de les caresser, parfois même escalader les grillages. Dans une superficie aussi vaste que celle du zoo de Los Angeles, la sécurité était tout à l’affût de la moindre infraction et chaque jour avait son lot de désagréables surprises. Ce jour-ci, c’était tombé sur Clarence. Il se trouva presque désemparé dans son agacement, la blonde le lui renvoyant en pleine face avec ses airs innocents et ses yeux perdus. L’homme haussa finalement les épaules, décidant de s’occuper plutôt de la créature en mal de soin. Il s’assura qu’elle ne lui avait rien donné, qu’elle n’avait pas cru dans sa bonté humaine que quelque chose qui n’était pas destiné aux animaux saurait l’apaiser. Elle resta pétrifiée, paralysée tandis qu’elle lui répondait par la négative. Ouf. Néanmoins, Clarence ne fut pas vraiment rassuré quand il distingua les joues de la demoiselle s’enflammer, son souffle s’accélérer sous l’effet d’un cœur qui s’emballait. Elle n’allait pas lui faire une crise de panique alors que le temps pressait ? Déconcerté, il ne savait plus vraiment quoi faire et préféra reporter toute sa concentration sur le félin abattu.

Ce dernier lançait des coups d’oeil furtifs, terrifiés, comme pour vérifier que les humanoïdes n’étaient pas là pour lui vouloir du mal. D’un geste lent pour ne pas l’affoler davantage, le soigneur souleva ses babines pour avoir accès à sa mâchoire acérée, à sa langue asséchée. Ce dernier symptôme ne lui plaisait guère tandis qu’il parcourut le corps poilu à la recherche d’un endroit précis qui serait douloureux. « C’est pas une maladie animale. » Autrement dit, le serval n’avait pas attrapé de mauvais virus ni par l’air ni par le contact fortuit avec d’autres espèces. Il grognait faiblement par automatisme de défense mais il était incapable de donner le moindre coup de dent. A ce moment-là, la jeune femme intervint de nouveau pour proposer son aide. L’idée qui lui traversait l’esprit depuis quelques secondes déjà n’était pas des plus réjouissantes ou ragoûtantes mais il allait falloir passer par là. Tandis qu’il se tâtait à lui confier cette tâche ingrate, elle finit par lui avouer son métier. Il hésita à soupirer de soulagement mais en voyant la mine incertaine qu’elle arborait, il finit par dire d’une voix plus calme : « Visiblement vous n’approchez pas beaucoup les carnivores... » Clay finit par esquisser un faible sourire. Accroupi devant la bête, il palpa son estomac qui s’avérait plutôt dur et gonflé. « Je suis pas vétérinaire mais je les côtoie depuis assez longtemps pour connaitre leurs bobos. » Il fallait avouer ce qui était vrai : il n’avait aucun diplôme de vétérinaire sinon celui d’un homme qui vivait auprès des félins depuis une décennie. Il en avait appris des choses à travers les cas qu’il avait rencontrés mais ses cours théoriques demeuraient flous. « Je pense qu’un généreux visiteur lui a donné à manger. » Il passa une main nerveuse dans ses cheveux avant de souffler de frustration. « Une indigestion, peut-être un empoisonnement. Les gens se rendent pas compte que ce ne sont pas des chiens. » Il sortit de sa sacoche une boite de pilules ainsi que des attaches. « C’est une pilule qui va lui laver l’estomac. Je veux bien que vous le lui fassiez avaler pendant que je maintiens sa tête. » Sans attendre, il positionna les attaches pour lier ses pattes et l’empêcher de les éborgner sous l’agitation.


And all the helpless souls within her drowned. All save one. A lady. Whose soul is greater than the ocean, and her spirit stronger than the sea's embrace. Not for her a watery end, but a new life beginning on a stranger shore. It will be a love story. For she will be my heroine for all time.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: S.O.S. Serval | Clarence&Victoria    S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  EmptyLun 24 Nov 2014 - 11:49

Victoria J. Castello
Victoria J. Castello
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 05/03/2014
Prénom : Nico
Célébrité : Brittany Snow
Crédit avatar : Minuit
Messages : 54
Nationalité / origines : Italienne
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Vétérinaire à l'aquarium
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Saul "Ace" Cassidy / James L. Finnerty
Voir le profil de l'utilisateur

S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Empty



S.O.S. Serval

La jeune femme approcha encore un peu de l'animal pour aider le responsable dans son sauvetage. Elle récupéra une respiration un peu plus calme en voyant que lui-même apaisait sa colère. Au moins, il n'aura pas à subir ses problèmes de narcolepsie en plus, ce qui était rassurant en soi pour l'italienne. Elle se surpris même à lui répondre par un sourire après sa remarque sur les carnivores. C'était vrai qu'à part les requins, elle ne côtoyait pas beaucoup d'animaux capable de lui manger un bras, avec le recul, c'était sans doute pour ça qu'elle avait fait preuve d'une énorme négligence en entrant dans l'enclos. Maintenant il ne restait plus qu'à espérer qu'elle n'allait pas avoir d'ennui par la suite avec la direction du zoo. "Non, je travaille à l'aquarium de Los Angeles, ce n'est pas vraiment les mêmes animaux dont on s'occupe." dit-elle posément pour lui répondre. Elle se positionna à genoux, ne sachant pas trop quoi faire dans l'instant. Elle hésitait à toucher l'animal à présent, alors qu'elle l'avait caressé pour l'apaiser avant l'arrivée de ce responsable, puisqu'il n'était rien de plus. Elle fini par poser ses mains sur ses genoux en écoutant ses explications. Le pauvre animal était en pleine indigestion, fort heureusement, les poissons ne pouvaient pas être nourri par les visiteurs mais elle ne pouvait pas concevoir qu'on fasse une telle bêtise avec des animaux dont on ne connaît rien. Qui plus est pour elle qui était très méticuleuse sur les proportions à donner à ses amis à écailles.

Alors qu'il attachait les pattes de l'animal, Vicky s'approchait de la bête avec précaution et principalement de la gueule de cette dernière. Elle prit la pilule que lui donnait le responsable tout en regardant la dentition de l'animal. Elle était bien moins impressionnante que celle d'un requin, armé de ses rangées de dents mais comme tout félin, les canines étaient assez aiguisée pour arracher un morceau de peau si on n'y prêtait pas attention. Assise à genoux, elle pris une profonde inspiration en plongeant son regard dans celui du serval, inquiet de ce qui arrivait, autant d'un point de vue de la douleur à son estomac que ces deux personnes qui l'entouraient et l'attachaient. "Je suis... je suis prête" annonça-t-elle en tenant le médicament du bout des doigts. Elle le poussa dans le fond de la bouche du félin alors qu'il lui faisait un sourire forcé par l'ouverture de sa gueule. Elle expira un grand coup, ayant retenu sa respiration durant toute l'opération pour ne pas provoquer de geste inapproprié. Elle caressa doucement l'animal sur son flanc pour le rassurer une nouvelle fois, chose qu'elle faisait habituellement avec les plus gros animaux de l'aquarium une fois qu'elle les avait soigner. "Il lui faudra combien de temps pour agir ?" demanda-t-elle pour se rassurer que l'animal allait être de nouveau sur pied le plus rapidement possible.

Elle se redressa finalement laissant la pauvre bête sous les effets du médicament. Elle devait maintenant faire face à l'autre problème, celui d'être entrée par effraction dans un enclos interdit au public. Peut-être que sa bonne action qui avait suivit allait la sauver d'un mauvais pas et que l'inconnu responsable des félins allait parler en sa faveur à ses supérieurs pour lui éviter des ennuis. Elle tendit une main timide en direction de la dite personne, tremblant légèrement. "Je m'appelle Victoria... mais vous pouvez m'appeler Vicky..." elle se présenta, c'était la moindre des choses à présent que tout danger était écarté, du moins elle l'espérait. Après les présentations faîte, elle tourna la tête vers le serval pour poser une nouvelle question. "Et elle, comment s'appelle-t-elle ?" La question pouvait sembler stupide quand on sait qu'elle n'avait pas un nom pour chacun des poissons dont elle avait la garde. C'était plutôt le gros du fond ou le plus gros des deux mérous. Il y avait bien un poisson clown baptisé sobrement Némo à cause du dessin animé et quelques autres animaux plus spécifique qui avait eu droit à un prénom, comme le couple d'anguilles appelé ironiquement Tesla et Edison. "Il faudra encore doubler de vigilance pour ne plus que les visiteurs leur donne à manger." embraya-t-elle sur le ton de la conversation en essayant vainement de rejeter la faute sur ceux qui donnaient à manger plus que sur ceux qui escaladaient les clôtures.






S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Tumblr_lwdpkltu661r23tzz
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: S.O.S. Serval | Clarence&Victoria    S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  EmptySam 3 Jan 2015 - 16:23

M. Clarence Burns
M. Clarence Burns
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Age : 27
Date d'inscription : 11/03/2013
Prénom : Sonia
Célébrité : Chris Hemsworth
Crédit avatar : hepburns
Messages : 1106
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Leaven Campbell depuis deux ans.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé d'un Master en Zoologie
Job/Métier : Soigneur, responsable du secteur félin au zoo de L.A.
Adresse de résidence : Appartement 6859, Garland Avenue, Downtown
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Lysander E. Foster
Voir le profil de l'utilisateur

S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Empty




THIS IS MY BUSINESS

Tout s’éclairait soudain. La demoiselle venait d’expliquer qu’elle s’occupait du monde marin et n’avait ainsi aucune approche concernant les félins terrestres et mammifères de surcroît. Il ne pouvait pas réellement la blâmer de ne pas être experte dans le domaine ou de s’être laissée porter par son instinct de vétérinaire, qu’importe ses diplômes. Tout le monde ne pouvait pas se vanter de connaitre toute l’anatomie et la sociologie du règne animal tout comme un chirurgien ne pouvait pas se targuer de traiter un cancer du poumon tout en opérant une cheville en vrac. Chacun sa spécialité et si chacun suivait la voie qui l’intéressait le plus, c’était de futures fautes professionnelles qui étaient évitées. Néanmoins, il la remercia en silence de ne pas avoir agi sans son consentement. Au final, pouvait-il vraiment assurer que lui serait resté sagement de l’autre côté de la clôture en train de regarder une bête souffrir ? Bien sûr que non. Tout aussi terre-à-terre qu’il était, si Clarence avait vu un pingouin ou même une raie manta dans le même état qu’il avait trouvé le serval, il aurait plongé à deux mains dans le bassin glacial dans l’espoir de lui porter secours. Désormais, le soigneur regrettait son emportement et sa méfiance légendaire envers les personnes extérieures au zoo. Mais l’heure n’était pas aux excuses. Plus le temps passait, plus le serval était en difficulté. Il sentait le regard du coin de l’œil que lui lançait le félin, partagé entre la terreur et le désespoir d’être aidé. A cet instant, il maudissait tout ces putains de touristes stupides, américains ou non, et il aurait revêtu avec plaisir la veste de l’homme aigri pour clamer ô combien les gens de nos jours étaient inconscients et égoïstes. Pour le plaisir de voir un prédateur se délecter de nourriture industrielle, pour amuser leurs enfants, ils étaient prêts à tout. Il se promettait d’organiser une réunion avec le conseil d’administration ainsi que la sécurité pour palier à ce souci au plus vite. De nouveaux incidents ne devaient pas se reproduire. Certains troupeaux étaient de plus en plus agités et de moins en moins les soigneurs se risquaient seuls à pénétrer dans les enclos. Si en plus un élément perturbateur se mêlait à cette incompréhension générale de la part du personnel, c’en était fini de la quiétude du parc de Los Angeles. « Ni les mêmes problèmes. C’est tout aussi passionnant. » Expliqua-t-il en hâte pour lui faire comprendre qu’il n’était plus si mal embouché.

Clarence expliqua la procédure à sa partenaire. Il n’avait pas le temps d’appeler d’autres collègues à la rescousse et elle était suffisamment experte en la matière pour aborder les bonnes méthodes. Dès que les attaches empêchèrent chaque mouvement de défense du serval, celui-ci redoubla de force pour s’échapper de leur emprise. Avec toute la puissance dont il était capable, il maintenait les quatre pattes pleines de griffes loin de leurs visages respectifs, appuyant son poids contre le flanc de l’animal pour ne pas se laisser surprendre. Il se prenait quelques coups dans les côtes mais rien de bien violent. Il croisa le regard hésitant de la vétérinaire et se permit un autre conseil : « Je vais rentrer ses babines sous ses dents – comme pour les chiens. Ca lui évitera de mordre tandis que vous lui faites avaler. Vous ne risquez rien. » Dès qu’ils furent prêts, la jeune femme se débrouilla pour faire passer le médicament. Lorsque l’animal comprit que le mal était passé, il se calma légèrement, cessant de s’agiter. « C’est bien ma fille... » Clay se redressa pour lui laisser de l’air, laissant sa main s’égarer quelques secondes sur le haut du crâne de la créature. « Une dizaine de minutes tout au plus. Croyez-moi vous ne voulez pas être là quand ça va agir. » Il laissa la vétérinaire se relever et leva les yeux vers elle quand elle se présenta. Enfin un sourire illumina le visage inquiet du soigneur. « Clarence mais ça sera Clay. » Le ‘enchanté’ sera pour plus tard quand ils seraient certains de l’amélioration de sa santé. « Officiellement c’est 847. Officieusement, j’ai succombé à ses yeux, elle s’appelle Amber. » Clay passa la lanière de sa sacoche par-dessus son épaule. « Attention, je vais la libérer. Normalement elle ne devrait pas se relever si vite mais sait-on jamais. On réglera ça après, va pas falloir tarder pour sortir de l’enclos. » Il désigna du menton la sortie de l’enclos qui donnait sur le cabanon des soigneurs. Si Vicky voulait éviter de courir, mieux valait qu’elle commence maintenant à marcher.


And all the helpless souls within her drowned. All save one. A lady. Whose soul is greater than the ocean, and her spirit stronger than the sea's embrace. Not for her a watery end, but a new life beginning on a stranger shore. It will be a love story. For she will be my heroine for all time.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: S.O.S. Serval | Clarence&Victoria    S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  EmptyJeu 29 Jan 2015 - 16:52

Victoria J. Castello
Victoria J. Castello
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 05/03/2014
Prénom : Nico
Célébrité : Brittany Snow
Crédit avatar : Minuit
Messages : 54
Nationalité / origines : Italienne
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Vétérinaire à l'aquarium
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Saul "Ace" Cassidy / James L. Finnerty
Voir le profil de l'utilisateur

S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Empty



S.O.S. Serval

"Je vous remercie." lança la jeune vétérinaire alors que Clay lui indiquait la sortie bien plus pratique que l'entrée fracassante qu'elle avait fait. Elle cala une de ses mèches derrière son oreille et enfonça correctement sa casquette avant de se diriger vers le petit cabanon qu'on lui avait indiqué du bout du menton. Elle marcha d'un pas assez assuré sans pour autant se dépêcher. Sa démarche était cependant machinale, comme un robot qui aurait quelques ratés alors qu'elle pensait au regard de l'homme derrière elle qui devait la fixer du regard, ne serait-ce que pour savoir quand elle serait à l'abri. Elle n'avait pas de raison d'avoir peur de cet homme, si ce n'était pour les remontrances dont elle allait être la victime mais sachant qu'elle était en tort, elle ne se sentait pas personnellement à l'aise. Au moins elle n'avait pas rencontrer un autre responsable, plus haut gradé et moins compatissant pour lui faire la morale. Sur son chemin du retour, la demoiselle fut attirée par un objet dans l'herbe, à proximité de la clôture d'où certains visiteurs pouvaient encore admirer les félins. Elle quitta donc le chemin préférentiel pour se pencher sur ce problème et le ramasser, ne serait-ce que pour nettoyer la cage. Ca l'énervait au plus au point de voir des gens avoir aussi peu de considération et jeter leurs crasses n'importe où. Elle se dépêcha, une fois l'objet en main, de rejoindre le cabanon des soigneurs.

Une fois à l'intérieur, elle referma la porte derrière elle machinalement et se plaça à la fenêtre d'où elle pouvait voir Clarence libérer l'animal avant de se diriger dans sa direction. Elle balaya alors la pièce du regard pour faire un inventaire rapide de ce qui s'y trouvait, adossée contre la fenêtre. La cabane comportait tous les objets nécessaires pour le bien-être des animaux, à peu près les même que ceux de sa propre pièce à l'aquarium, mais plus adapté pour les félins que pour les truites. Quand son hôte pénétra à son tour dans la pièce, elle lui tendit le sachet qu'elle avait trouvé, un sachet de biscuits secs qui, à en voir son état, était passé sous la mâchoire d'un animal. Nul doute de savoir maintenant ce qui avait rendu Amber malade. "Je pense avoir trouver le coupable." Ce n'était pas rare que ce genre de biscuit était donné à des animaux, souvent domestique et que, du coup, certain ne voyait pas la différence entre un Serval et un chat siamois. C'était aussi un moyen pratique d'attirer la bête curieuse pour mieux l'observer. "Certaines personnes seraient prêtes à tout pour voir un animal un peu timide, en dépit du bon sens." Ainsi parlait la fille qui avait laisser ce même bon sens de côté tout à l'heure. "J'ai aussi des visiteurs comme ça à l'aquarium. Ils frappent sur la vitre pour faire bouger les poissons, en trouvant ça drôle." C'était encore une chance que les vitres étaient solides et bien ancrées dans les murs pour ne pas céder, bien que Vicky avait penser plus d'une fois qu'il serait bien que celle des requins se brise après un tel coup, histoire de bien faire réfléchir les gens. C'était un jugement un peu excessif mais visiblement les remontrances de l'italienne envers ce genre d'individus n'avaient jamais portée leurs fruits.




S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Tumblr_lwdpkltu661r23tzz
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: S.O.S. Serval | Clarence&Victoria    S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  EmptySam 28 Fév 2015 - 22:06

M. Clarence Burns
M. Clarence Burns
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Age : 27
Date d'inscription : 11/03/2013
Prénom : Sonia
Célébrité : Chris Hemsworth
Crédit avatar : hepburns
Messages : 1106
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Leaven Campbell depuis deux ans.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé d'un Master en Zoologie
Job/Métier : Soigneur, responsable du secteur félin au zoo de L.A.
Adresse de résidence : Appartement 6859, Garland Avenue, Downtown
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Lysander E. Foster
Voir le profil de l'utilisateur

S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Empty




THIS IS MY BUSINESS

Le soigneur profita de quelques caresses furtives sur le pelage soyeux de l’animal pour se confondre en des hypothèses de plus en plus angoissantes. Et si Victoria n’était pas venue au final ? Et si elle n’était pas passée à côté de l’enclos du serval ? Et si elle n’avait pas remarqué la bête mal en point ? Et si elle n’avait pas eu le courage d’enjamber le grillage ? Peut-être que le félin n’aurait été trouvé ainsi qu’à la fin de sa tournée à l’heure où Clarence serait censé aller le nourrir. Soudain ses craintes prenaient forme et il comprenait alors que la silhouette blonde qui s’éloignait de lui venait bel et bien de sauver la vie d’une de ses bêtes tant adorées. Si la vétérinaire n’avait pas enfreint les règles, peut-être qu’Amber aurait du être transportée d’urgence chez le vétérinaire. Elle aurait perdu de précieuses minutes de sa vie en cage. Tandis qu’il était laissé en tête-à-tête avec la créature mammifère durant un court instant privilégié, un sentiment de culpabilité envahissait peu à peu son cœur d’amoureux transi. Comment de si petites bêtes capables d’arracher son bras d’un coup de mâchoire parvenait à transpercer sa carapace d’homme fier ? C’était fou à quel point il se sentait fondre dès qu’il s’agissait de leur sort, de leur bien-être, de leur avenir souvent si incertain. Plus le temps passait, plus Clay avait l’intime conviction qu’il devait faire plus qu’à la simple échelle du zoo de Los Angeles. Il devait se donner les moyens d’aller sauver ceux qui n’étaient pas protégés, ceux qui là dehors dans leur habitat naturel se faisaient traquer chaque jour pour le plaisir de quelques cruels nantis. Mais s’il n’obtenait pas les pouvoirs pour empêcher un malheureux empoisonnement comme celui-ci, comment allait-il bien pouvoir acquérir une influence internationale dans le monde ? L’homme jeta un dernier regard au serval avant de dénouer les liens qui bloquaient tout mouvement. Les yeux ambre d’Amber se posèrent sur sa silhouette, ébranlée par tant de sauvagerie, tant de primitivité. « Tu sortiras bientôt, ma belle. » Se promit-il intérieurement. Elle serait une des prochaines à rejoindre les grandes réserves, c’était le moindre cadeau qu’il pouvait lui offrir après ce que la femelle venait de subir. D’un pas déterminé et rapide, sans la moindre hâte pour ne pas éveiller l’attention du félin groggy, il rejoignit la cabane de soins où l’attendait déjà sa partenaire d’un jour.

Alors que le serval se relevait à peine, une poignée de visiteurs pointaient déjà le bout de leur nez derrière les barrières de l’enclos, sans doute réintéressés par le mouvement de l’animal. Forcément, dès lors qu’il n’y avait personne ou que l’animal se détournait de leur intérêt indiscret, on pouvait voir les badauds déserter en quête d’une nouvelle espèce à admirer et vouloir toucher. Comme un mâle qui protégeait sa meute, Clay grogna légèrement pour exprimer son dépit face à certains types de comportements. Une fois qu’il eut quitté la fenêtre du regard, il se retourna à peine vers Victoria qu’elle lui tendait déjà un sachet de biscuits à moitié déchiqueté. Les traits tirés par la colère, il s’en empara avant d’examiner le reste du contenu et surtout la composition de ces cochonneries. « C’est plus du bon sens, c’est de la connerie. » Râla-t-il avant de laisser tomber le sachet dans la poubelle la plus proche. « C’était même pas des gosses, c’est saveur wasabi ce machin-là. Qu’ils s’étouffent tous seuls avec leur bouffe chimique. » Oui lorsque Clarence était sur les nerfs, il en oubliait la politesse. Il fila se laver les mains tout en écoutant Victoria raconter ses propres anecdotes tout aussi aberrantes. Il esquissa un sourire en coin mais il riait véritablement jaune. C’était pas les animaux en voie de disparition qu’il fallait braconner mais bel et bien les cons. « Après on s’étonne qu’il y a des morsures ou des peurs bleues parce qu’un poisson vous a gobé le doigt. » Ajouta-t-il en s’essuyant les mains. Il invita Victoria à faire de même surtout si elle voulait éviter de ramener des germes de mammifères chez ses bêtes aquatiques. Il s’empara d’un stylo pour écrire quelques lignes de rapport – histoire de signaler l’accident et de demander des arrangements sur l’enclos des servals. Puis enfin il se décida à le dire, sur un ton peu aimable mais ces paroles se suffisaient à elle-même. « Merci d’avoir évité une catastrophe. » Il leva ses yeux bleus vers elle tout en gardant son sérieux. « Heureusement que la sécurité ne vous a pas attrapée sinon vous finissiez au poste et ces gorilles-là se seraient même pas occupés de m’appeler moi ou le véto. Quoiqu’il en soit, on sent la pro. » Conclut-il, s’autorisant enfin à sourire.


And all the helpless souls within her drowned. All save one. A lady. Whose soul is greater than the ocean, and her spirit stronger than the sea's embrace. Not for her a watery end, but a new life beginning on a stranger shore. It will be a love story. For she will be my heroine for all time.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: S.O.S. Serval | Clarence&Victoria    S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  EmptyMer 6 Mai 2015 - 19:46

Victoria J. Castello
Victoria J. Castello
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 05/03/2014
Prénom : Nico
Célébrité : Brittany Snow
Crédit avatar : Minuit
Messages : 54
Nationalité / origines : Italienne
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Vétérinaire à l'aquarium
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Saul "Ace" Cassidy / James L. Finnerty
Voir le profil de l'utilisateur

S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Empty



S.O.S. Serval

Victoria repondit à la proposition du soigneur en s'approchant à son tour de l'évier pour se laver les mains. Elle s'empara du savon en écoutant les réflexions de Clay avant de se frotter éneriquement. Elle s'imaginait si de tels individus se retrouvaient dans le tunnel des requins, juste à côté de ces bêtes, seraient-ils tout aussi inconscient ? Ca vallait aussi pour les félins de ce zoo d'ailleurs, faire des conneries de l'autre côté de l'enclos, où l'on se sent fort, c'était facile mais une fois au milieu de ces gros chatons, la majeure partie ne ferrait plus le fier. C'était un peu comme ces militants qui venaient manifester pour qu'on libère les animaux retenus dans ces prisons où ils sont hexibés au lieu de les remettre dans la nature, sans comprendre que plusieurs d'entre eux ne pourraient pas survivre à l'extérieur et pour d'autres, ils n'existaient plus qu'en captivité. Au final, l'italienne ne savait pas lequel des deux groupes elle aimait le moins. Elle se permis de sourire en s'essuyant les mains devant la masse de muscles qui ne lui faisait plus trop peur malgré la colère qui était encore perceptible dans sa voix. Elle savait pertinament à présent qu'il avait un bon fond malgré tout, ou alors elle était rassurée qu'il porterait sa colère plus rapidement sur les visiteurs que sur elle. "Ils auraient aussi pu m'accuser d'avoir jetté moi-même le sachet." répondit-elle toujours avec son sourire sur les lèvres, ce qui bien souvent calmait les esprits et qu'on pourrait sans mal lui donner le bon dieu sans confession, sans mauvais jeu de mot. "Vous êtes gentil mais je suis loin d'être une professionnelle. J'ai tout juste commencé il n'y a même pas un an." Et elle n'était même pas la première de sa classe à la sortie de l'UCLA, autant dire qu'elle ne se sentait pas du tout comme une proffesionnelle du milieu. La preuve, elle ne savait absolument pas quoi faire pour sauver l'animal alors que Clay avait trouvé la raison du malaise de la bête d'un seul coup d'oeil. Elle avait juste eu le courage, ou l'inconscience de passer la cloture pour aller voir. "Mais c'est grace à vous qu'elle s'en sortira, vous avez été tout aussi "pro"." Après tout, la jeune fille originaire de Venise n'était qu'une passionnée des animaux - et de la mer - qui ne voulait pas les voir souffrir, rien de plus.

Elle replaça une mèche de cheveux rebelle derrière son oreille pour ne plus qu'elle vienne lui carresser la joue. Elle reporta son regard sur les animaux qui recommençaient à avoir de l'activité dans l'enclos, sous le regard des autres animaux qui continuaient de les observer comme si rien ne s'était passé. Elle espérait juste qu'aucun badaud n’ait repéré son manège et ne s'amuse à réaliser la même cascade. Les servals avaient déjà eu leur dose d'émotions pour la journée sans qu'un autre individu ne vienne les déranger. Elle regardait alors la petite Amber qui se remettait doucement de ses maux de ventre, reprenant le comportement parfois oisif de ce genre d'animal. "Est-ce qu'elle est née ici ?" s'hasarda-t-elle à poser à l'attention du soigneur. Elle ne saurait pas réellement dire l'âge du serval, n'étant pas une spécialiste dans le domaine mais elle était curieuse sur les origines de l'animal. Il n'était pas rare que les animaux dans les zoos attentent un heureux évènement, pour certains animaux en voie d'extinction, on forçait même la chose. C'était pareil à l'aquarium puisque certain spécialiste s'accorde à dire qu'une espèce sur trois de poissons est menacée d'extinction. Mais l'animal pouvait également venir d'une autre réserve, un échange et un "prêt" d'animaux étant une monaie courante également.






S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Tumblr_lwdpkltu661r23tzz
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: S.O.S. Serval | Clarence&Victoria    S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  EmptyJeu 4 Juin 2015 - 20:31

M. Clarence Burns
M. Clarence Burns
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Age : 27
Date d'inscription : 11/03/2013
Prénom : Sonia
Célébrité : Chris Hemsworth
Crédit avatar : hepburns
Messages : 1106
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Leaven Campbell depuis deux ans.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé d'un Master en Zoologie
Job/Métier : Soigneur, responsable du secteur félin au zoo de L.A.
Adresse de résidence : Appartement 6859, Garland Avenue, Downtown
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Lysander E. Foster
Voir le profil de l'utilisateur

S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Empty




THIS IS MY BUSINESS

L’hypothèse de Victoria concernant sa possible accusation était des plus probables. Après tout, personne ne pouvait en vouloir à la sécurité de faire leurs constatations à partir de ce qu’ils voyaient par eux-mêmes. Et ils auraient rapidement fait le lien entre la jolie blonde et le déchet laissé là à l’intention de la pauvre bête malade. Il suffisait pourtant de jeter un coup d’œil à la jeune femme pour comprendre qu’elle n’avait jamais eu aucune mauvaise intention à l’encontre des bêtes – chose qui était finalement confirmée par le métier qu’elle exerçait. D’habitude, Clarence était quelqu’un de physionomiste et de perspicace, ce qui lui permettait de se faire une opinion rapide sur les personnes. Ce n’était pas un homme avec des préjugés ou qui restait campé sur ses positions même lorsqu’il avait tort. C’est pourquoi il réalisait qu’il s’était trompé sur elle et qu’il lui avait crié dessus sans raison alors qu’il l’avait trouvée en train de franchir le grillage de l’enclos. Il ne s’excusa pas de sa méprise mais préféra la remercier pour son intervention. Un coup d’œil à travers la fenêtre suffit à le rassurer à nouveau : le serval reprenait du poil de la bête et s’était désormais éclipsé pour éliminer les dernières traces de son intoxication. Même dans le trouble, les bêtes sauvages préservaient leur intimité et leur dignité, étranges réflexes que l’on retrouvait chez l’humain. Ca le fascinait encore et il aurait pu demeurer des heures à contempler les créatures dont il avait la charge pour découvrir de nouvelles attitudes surprenantes. Quand Victoria lui révéla qu’elle ne travaillait que depuis une année, Clay haussa les épaules. « Ca ne veut rien dire. On peut avoir la connaissance et manquer de bon jugement. » Lui-même avait été embauché au zoo avec seulement un bachelor derrière lui, autrement dit des connaissances théoriques sur les félins qui ne l’aideraient pas plus à s’occuper d’eux au quotidien. Durant de longs mois, il n’avait pas fait le poids face aux soigneurs, peut-être non diplômés, mais qui avaient derrière eux des années de pratique auprès des animaux. Puis l’expérience avait fait le reste. « En tout cas, j’aimerais pas être le prochain abruti qui essaiera de donner un morceau de pain à vos raies manta. » Plaisanta-t-il, bien qu’il n’y ait rien de drôle à cette supposition. Elle lui retourna le compliment et il se contenta de sourire, enorgueilli du travail bien fait.

Clarence regarda brièvement sa montre afin de vérifier un éventuel retard. D’ici une demi-heure, il avait une animation – le repas des tigreaux – à faire auprès du public et tout le monde savait que les visiteurs n’aimaient pas le retard. Il rechignait désormais à laisser Ambre, encore fragile, sous le regard des badauds mais il n’avait pas le choix. Peut-être se résoudrait-il à réclamer la surveillance d’un stagiaire de ce poste d’observation le temps qu’il ait fini de nourrir les tigres et de répondre aux questions des curieux. Ce perfectionnisme était compliqué à vivre : ce désir de vouloir avoir l’œil partout, de pouvoir décider du sort de chacun alors que Clay n’en avait définitivement pas le temps. Il voulait être le soigneur de chacun, le héros de tous. Mais dans un univers environnementale tel que le zoo, où la notion de rentabilité restait bel et bien présente, c’était un rêve utopiste que jamais il ne parviendrait à réaliser. A cet instant, le souvenir du petit lémurien qu’il avait illégalement secouru l’année dernière lui revint à l’esprit. Un bref sourire vint illuminer son visage avant que Victoria ne continue de se montrer intéressée. Il aimait ces questions banales mais toujours appréciables. « Malheureusement oui. Mais elle est née dans un zoo en Arizona. » Le serval était, comme beaucoup d’autres animaux, le résultat d’un transfert entre parcs qui s’accordaient les uns les autres pour échanger des bêtes et ainsi favoriser une éventuelle reproduction des espèces en danger. « Elle est arrivée ici à 8 mois. On espérait qu’elle puisse se reproduire avec le mâle, mais c’est une femelle très solitaire. Je ne pense pas qu’on puisse un jour la remettre en liberté. » Son objectif ultime pour la plupart de certaines bêtes mais but inaccessible au vue de la conjoncture actuelle. « Je vais devoir  y aller Victoria. Par contre, je vais te dire trois choses. » L’homme laissa planer le suspens avant de lui adresser un sourire malicieux. « Un, j’exige ton numéro pour ma prochaine visite à l’aquarium. Deux, je vais faire une animation repas à l’enclos des tigres, si tu peux y assister, je pourrais peut-être te montrer les bébés de près une fois que c’est fini. » Il lui ouvrit la seconde porte qui menait non pas dans l’enclos mais vers les chemins du parc. « Et trois, je suis désolé de t’avoir hurlé dessus. »


And all the helpless souls within her drowned. All save one. A lady. Whose soul is greater than the ocean, and her spirit stronger than the sea's embrace. Not for her a watery end, but a new life beginning on a stranger shore. It will be a love story. For she will be my heroine for all time.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: S.O.S. Serval | Clarence&Victoria    S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  EmptyVen 10 Juil 2015 - 11:38

Victoria J. Castello
Victoria J. Castello
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 05/03/2014
Prénom : Nico
Célébrité : Brittany Snow
Crédit avatar : Minuit
Messages : 54
Nationalité / origines : Italienne
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Vétérinaire à l'aquarium
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Saul "Ace" Cassidy / James L. Finnerty
Voir le profil de l'utilisateur

S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Empty



S.O.S. Serval

La jeune blonde écouta attentivement les explications de son compagnon d'infortune alors qu'il répondait à la question qui lui était posé, comme une enfant écoutant la leçon qui lui était prodiguée. Curieusement, elle fut attristée par la nouvelle des difficultés qu'il y avait entre Amber et les mâles du groupe pour la reproduction. Les gros matous avaient beau manger ses petits protégés pour le déjeuner, ce n'était jamais une bonne nouvelle d'apprendre qu'une espèce disparaissait peu à peu de la planète, bien souvent à cause des hommes. Elle voulut faire une plaisanterie sur le fait qu'elle faisait sa difficile et qu'elle risquait de finir vieille fille à ce rythme-là mais se ravisa au dernier moment alors que Clarence ouvrait la porte permettant de ressortir de l'enclos du côté du parc. Elle comprit alors que leur rencontre touchait à sa fin d'une manière ou d'une autre. Il lui faudrait donc terminer la visite du zoo ou bien même rentrer chez elle, la journée ayant été bien remplie en termes d'émotion. Elle s'apprêta à sortir lorsqu'elle fut stoppée nette par le ton qu'il avait lancé sa dernière phrase. Bien qu'elle se doute qu'il n'allait pas l'engueuler, une fois encore, maintenant qu'ils se connaissaient mieux, elle n'était pas à l'abri d'une remontrance ou l'autre. C'était l'une des craintes de Victoria, d'avoir fait quelque chose de mal, pas dans la situation actuelle mais en général. Et ce sentiment était encore décuplé vis-à-vis de sa grande sœur.

La première des remarques fit apparaitre un sourire sur le visage de la jeune italienne. Elle n'était pas du genre à apprécier les techniques de drague grosse comme un gratte-ciel – les autres non plus d'ailleurs – et elle ne donnait pas facilement son numéro de téléphone. Et qu'est ce qui allait lui promettre qu'il ne l'utiliserait qu'à des fins professionnels ? Et non pas prétendre à un rendez-vous galant ? Mais, pour le coup, Victoria allait faire une exception à sa règle d'or afin de permettre au grand blond de l'appeler, advienne que pourra. Elle n'eut pas le temps de répondre qu'il enchaîna directement sur la seconde remarque. Et voilà, elle ne lui avait même pas encore refilé son numéro qu'il l'invitait déjà pour une ballade dans le zoo, les hommes étaient tous les même. Mais l'idée n'était pas des plus déplaisante pour autant… d'aller voir les petits tigres se faire nourrir, pas d'avoir un rencard. La troisième remarque sonnait plus comme un pardon. Vicky afficha alors sa mine de réflexion habituelle, pour faire un peu languir son interlocuteur. Certes, se faire crier dessus n'avait pas été agréable et Clarence avait frôlé la catastrophe sans même le savoir. "Ce n'est rien, c'était une réaction tout à fait normale. J'aurais sans doute réagi pareil si ça c'était passé avec mes poissons." Bien qu'il était beaucoup plus difficile et beaucoup plus humide, d'aller faire mumuse avec les animaux aquatiques. "Pour ce qui est du reste, si tu as un papier, je veux bien te noter mon numéro." Elle parcouru la pièce des yeux rapidement pour voir si, sur un meuble, elle ne trouvait pas elle-même le bout de papier et le Bic qui allait avec mais rien dans son champs de vision au premier regard. Elle n'allait quand même pas fouiller le moindre tiroir comme si elle était chez elle. "Et je te suis pour aller nourrir tes fauves, comme ça, je serais obligé de te montrer comment on nourrit les requins quand tu passeras à l'aquarium." Alors qu'elle attendait de quoi noter son numéro, elle afficha un nouveau sourire pour appuyer la plaisanterie qu'elle venait de faire en attendant également que le soigneur lui montre la voie jusqu'à l'enclos.










S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Tumblr_lwdpkltu661r23tzz
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: S.O.S. Serval | Clarence&Victoria    S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  EmptyDim 9 Aoû 2015 - 19:03

M. Clarence Burns
M. Clarence Burns
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Age : 27
Date d'inscription : 11/03/2013
Prénom : Sonia
Célébrité : Chris Hemsworth
Crédit avatar : hepburns
Messages : 1106
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Leaven Campbell depuis deux ans.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé d'un Master en Zoologie
Job/Métier : Soigneur, responsable du secteur félin au zoo de L.A.
Adresse de résidence : Appartement 6859, Garland Avenue, Downtown
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Lysander E. Foster
Voir le profil de l'utilisateur

S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Empty




THIS IS MY BUSINESS

Durant son histoire, Clarence se rendait peu à peu compte de son impuissance en tant qu’être humain. Les interactions entre les différentes espèces sur la terre étaient finalement limitées, résumées à la chasse ou à la domestication. Peu de personnes arrivaient à respecter encore la liberté des animaux sans espérer la réduire ou empiéter dessus. Même les réserves destinées à des bêtes en liberté demeuraient une illusion qui ne dupait personne – les spécialistes en particulier. Il allait falloir plusieurs décennies, peut-être même des siècles, avant que les mœurs ne changent et que les valeurs n’évoluent. Victoria et Clarence ne seraient certainement plus de ce monde d’ici là. C’était malheureux mais le soigneur se trouva néanmoins satisfait qu’une jeune femme aussi intelligente et finalement téméraire que la jolie blonde trouve encore de l’intérêt en ce qui ne lui ressemblerait jamais. Elle n’aurait sûrement plus l’occasion d’approcher un serval de près et il osait imaginer qu’elle aurait préférer ne pas intervenir. Guidée par son instinct de vétérinaire, elle avait enfreint les règles mais Clay était obligé de se rendre à l’évidence : il n’aurait jamais dû réagir de façon aussi virulente. Heureusement, la jeune femme ne lui en tenait pas rigueur et cela ajouta un peu plus de culpabilité sur la montagne de regrets qui submergeaient déjà l’homme. Intérieurement, il se promettait de renforcer la sécurité des enclos mais aussi de se montrer moins hâtif dans son jugement. Dès qu’il s’agissait du rapport à l’animal, il se montrait très intolérant, voire réprobateur envers des personnes parfois juste mal informées. Son engagement était telle qu’elle surpassait sa politesse et ce que lui avait appris sa mère : étudier la personne avant de tirer des conclusions. Sa mère, brillante chirurgienne, ne s’était jamais permis de juger une personne qu’elle opérait, que son état de santé ne résulte de raisons purement médicales ou bien d’événements plus obscurs.

Victoria lui demanda finalement de quoi noter son numéro, ce à quoi Clarence s’attela aussitôt. Il gardait toujours un papier sous la main afin de griffonner quelques observations qui lui venaient lors de l’examen de l’animal ou de son enclos. Il avait tant à penser au cours d’une journée que la mémoire lui faisait souvent défaut. Ou bien était-ce la vieillesse ? A peine eut-il sorti un bloc-notes et un stylo d’un tiroir qu’elle accepta également sa proposition. Elle en profita pour l’inviter elle aussi à visiter les requins. Il lui tendit de quoi écrire son numéro avant de répondre : « Je te prends au mot. Il y aura aussi des bébés requins à la fin ? » Demanda-t-il, en référence au privilège dont elle seule jouirait à la fin de l’animation repas. C’était une promesse qu’il avait déjà hâte de réaliser. Ce fut finalement en bons amis, avec le numéro d’une experte d’animaux marins en poche, que Clarence l’accompagna du côté spectateur. Il exécuta sa démonstration avec ferveur et entrain. Puis dans l’émerveillement, Victoria saisit l’opportunité de pouvoir caresser un tigreau. Et ce, en toute légalité, cette fois.

FIN DU SUJET


And all the helpless souls within her drowned. All save one. A lady. Whose soul is greater than the ocean, and her spirit stronger than the sea's embrace. Not for her a watery end, but a new life beginning on a stranger shore. It will be a love story. For she will be my heroine for all time.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: S.O.S. Serval | Clarence&Victoria    S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Empty

Contenu sponsorisé

S.O.S. Serval | Clarence&Victoria  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
S.O.S. Serval | Clarence&Victoria
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire d'un Serval #
» Marvel : UN RECIT COMPLET MARVEL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP :: Terminés-
Sauter vers: