-53%
Le deal à ne pas rater :
GACHI Batterie Externe 26800mAh
24.94 € 52.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova   A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova EmptyJeu 25 Sep 2014 - 1:53

avatar
Invité
Invité

A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova Empty




Eva & Josh - first time
A closed door doesn't lead to a closed heart.
Il arrive à la boutique avec Rusty, légèrement essoufflé en regardant les livreurs qui l’attendent avec impatience depuis trente minutes déjà. « Je suis désolé, il y avait beaucoup de monde sur la route et j’ai pas trouvé un coin pour me garer juste à côté. » Il soupire et ouvre la boutique avant de caler la porte et d’envoyer son berger allemand derrière le comptoir pour qu’il ne gêne personne. Les peintures sont finies, les meubles montés, les décorations en cours d’amélioration et maintenant, les instruments sont livrés à son plus grand bonheur. La veille, il a travaillé à l’étage pour aménager les salles de classes, trois en tout et organiser les autres pièces servant de réserves. « Les guitares et basses ici, le piano là, les percussions par ici, les instruments à vent là… » Il a l’impression d’être un chef d’orchestre. Debout sur un tabouret, il organise tout et dirige tout le monde pour que les choses ne deviennent pas trop compliquées. Il aurait aimé qu’Andy soit là afin de revoir l’agencement avec lui pour être sûr de leurs choix. Tant pis, s’il faut changer, ça se fera quand il rentrera sur LA. Ce n’est pas si grave. Au bout de deux heures, il remercie les livreurs avant de les laisser repartir et de soupirer longuement avant de regarder Rusty toujours couché sur sa couverture. « Bon…. » Il remonte les manches de son polo blanc avant de se passer la main dans les cheveux. Il a des cartons à défaire, des choses à agencer. Beaucoup trop de choses à vrai dire. La matinée passe relativement rapidement. Il a tout un tas de cartons vides et à moitié déchiquetés mis dans un côté de la pièce et le front en sueur. Il se pose doucement sur le comptoir avant de reprendre son souffle et de masser le bas de son dos. Un sourire s’étire longuement sur son visage quand il regarde la boutique. Cette fois-ci, ça prend bien forme ! Il fait une photo pour l’envoyer à Quinn, Andy et Alice avant de ranger son téléphone et de monter au second étage pour rejoindre son appartement. Il a soif et faim. Pendant que son assiette se réchauffe, il ouvre en grand la fenêtre de la cuisine, donnant sur la rue. Il s’y accoude d’un air songeur et observe la ville dans un petit sourire avant d’être attiré par la bonne odeur. Ça lui fait bizarre d'être totalement seul dans ce nouvel appartement, mais ce n’est pas plus mal après tout. Une fois rassasié et désaltéré, il retourne en bas pour continuer son rangement. La sonnette retentit alors le faisant se redresser. Il observe la jeune blonde qui vient de franchir le pas de la boutique avant de lui sourire un peu en s’avançant vers elle. « Bonjour. » Il enfile ses mains dans son jean blanc. « Je peux vous aider ? » Après tout, elle est peut-être juste perdue et à la recherche d’une autre boutique.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova   A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova EmptyJeu 25 Sep 2014 - 4:07

avatar
Invité
Invité

A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova Empty

Comme d'habitude, la ville est remplie, vivante. Je me plais à me balader au hasard dans ces rues que je finis peu à peu par connaître : les magasins aux meilleurs prix, les endroits tranquilles, les bonnes boulangeries... Là où on peut par exemple acheter le délicieux croissant que je tiens en main, gourmandise improvisée. J'aurais pu rester chez moi à me reposer, comme bon nombre d'étudiants, mais l'engouement de LA vaut le coup de braver quelques heures de sommeil en moins. Je glisse distraitement la dernière bouchée dorée dans ma bouche avant de sortir mon téléphone de ma poche. « Bon, quoi de nouveau... » Etonnement, pas de sms ou quoique ce soit de prévu aujourd'hui : c'est décidé, je compte bien explorer un peu plus les environs. J'emprunte alors des rues que je n'avais qu'à peine parcourues du regard auparavant. J'ai beau être à LA depuis quelques années déjà, une grande partie de ma connaissance de la ville reste cantonnée à l'Université. Je n'ai eu l'occasion de quitter le dortoir qu'il y a peu, aussi je profite de chaque instant pour découvrir l'endroit où je vis désormais. Ma main se glisse dans mon sac pour en sortir un minuscule carnet ainsi qu'un crayon. Je feuillette celui-ci pour en trouver une page vierge. Une petite habitude qui m'a été utile plus d'une fois : noter les adresses qui m'intéressent. Je griffonne le nom d'une libraire spécialisée dans des romans venant du monde entier, avec deux ou trois mots clefs pour me souvenir de l'endroit. Il serait sûrement plus simple d'utiliser mon téléphone pour ça, mais je trouve un certain charme aux vieilles méthodes. Sans but précis, je continue ma route. Avec ma tenue colorée, je me fonds parfaitement dans la foule. Seul mon très léger accent français pourrait prouver que je ne suis pas, à la base, originaire du coin. Soudain, mes pas s’arrêtent devant une autre rue tout aussi animée, sur ma droite. « Tiens... ? » J'observe les devantures des magasins présents, ce qui confirme ma pensée : je ne suis jamais passée par là auparavant. Peu pressée, et avide de nouveaux endroits à découvrir, je m'y engage alors. Les premières boutiques sont assez classiques, rien qui n’attire mon attention, mais mon regard se pose finalement sur l’une d’entre-elles. Rien qu’à voir les divers instruments qu’elle renferme, le thème est assez évident, ce qui stimule mon intérêt. Je suis loin d’avoir un don inné pour la musique, mais cela ne m’empêche pas de beaucoup l’apprécier. Curieuse d’en savoir plus sur ce que propose exactement l’endroit, je m’y dirige, poussant doucement la porte. Etrangement, l’intérieur semble quasiment vide. « Bonjour. » Je tourne la tête vers la voix masculine, mon visage se parant immédiatement de son grand sourire habituel. « Je peux vous aider ? » J’acquiesce brièvement, abaissant mon calepin, que j’avais presque oublié. « Ah, oui. Je viens tout juste de découvrir le coin et j’étais intéressée par la boutique… » Je jette un bref regard dans la pièce, réalisant soudainement une possibilité à cet étrange calme. « Elle n’est pas fermée, j’espère ? » J’adopte, involontairement, un ton un peu inquiet. A cause de la concurrence, de nombreux magasins spécialisés, soit ceux que je préfère, doivent mettre la clef sous la porte et être arrivée trop tard pour celui-ci m’ennuierait.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova   A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova EmptyJeu 25 Sep 2014 - 4:53

avatar
Invité
Invité

A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova Empty




Eva & Josh - first time
A closed door doesn't lead to a closed heart.
Il remarque le calepin qu’elle tient dans ses mains et qu’elle rabaisse avec lenteur. Une touriste ? Probablement, surtout à en juger par son léger accent. « Ah, oui. Je viens tout juste de découvrir le coin et j’étais intéressée par la boutique… » Il penche doucement sa tête sur le côté avant de passer sa main dans ses cheveux noirs et plutôt longs. Il n’a jamais eu autant la flemme de les couper à vrai dire. « Elle n’est pas fermée, j’espère ? » Il avance vers elle avant de regarder la boutique. C’est vrai que l’état un peu en bordel peu prêter à confusion, il s’en rend bien compte. Finalement, son regard se pose à nouveau sur la jolie blonde face à lui. « Pour être honnête, nous ne sommes pas ouvert en réalité. » Il lui sourit tendrement avant de tourner sa tête en entendant les pas de son chien qui se dirige vers eux. D’un signe de main, il indique à son berger de s’asseoir, et le molosse n’attend pas vraiment pour obéir à l’ordre donné. Josh sait parfaitement que son Rusty peut en intimider plus d’un. C’est sans doute pour ça qu’il aime autant le prendre avec lui ici. Au moins, il est rassuré par sa présence si jamais quelque chose arrive. « Vous êtes française non ? » Il lui parle dans la langue de Molière avec un accent très léger. Sa mère l’a assez souvent embêté avec le russe et le français pour qu’il sache correctement le parler maintenant. Jusqu’à peu, il s’était toujours dit que ça ne lui servirait jamais, puis quand il eut l’idée de la boutique, le fait qu’il soit polyglotte était devenu un argument de poids face à son cousin : Mais si, imagine, si jamais on a des clients étrangers, on saura se débrouiller. A nous deux, on parle six langues. Pour lui, c’est une véritable force à vrai dire. En remarquant qu’il éveille son intérêt en parlant ainsi, il continue sur sa lancée. « Je… m’appelle Joshua, et vous ? » Il se décide à fermer la porte derrière elle, pas vraiment pour les confiner ensemble, mais simplement pour que d’autres personnes ne rentrent pas. Il n’a pas envie de passer la journée à dire que la boutique n’est pas ouverte. Il ne pensait pas que ça arriverait à vrai dire. Tout en l’écoutant, il se dirige vers le comptoir pour attraper un marqueur avant de découper un morceau de carton et d’y écrire : pas encore ouvert. Sagement, il attrape du scotch et retourne vers la porte pour y mettre le mot avant de se tourner vers elle. « Il ne faut pas le prendre personnellement, c’est juste une question de pratique. » Il sourit à nouveau. « A vrai dire, on va ouvrir d’ici une semaine ou deux, c’est un peu, une avant-première pour vous. » Il ne remarque même pas qu’il passe du français à l’anglais en lui parlant. Les choses lui viennent naturellement.  
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova   A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova EmptyJeu 25 Sep 2014 - 5:38

avatar
Invité
Invité

A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova Empty

Notre brève "introduction" me laisse le temps de mieux observer mon interlocuteur. D'origine asiatique, je remarque surtout, aidée par l'impression que donne la longueur de ses cheveux, qu'il est assez jeune, deux ou trois ans de plus que moi probablement. Cela m'aide à me sentir plus à l'aise, sans que je sache trop pourquoi, tandis que j'obtiens la réponse à mon inquiétude. « Pour être honnête, nous ne sommes pas ouverts en réalité. » Oh. En effet, je n'avais pas vraiment envisagé cette possibilité. Gênée par mon pessimisme précédent, mes joues se teintent, à peine, d’un léger rosé. Je détourne, un instant, le regard vers la pièce qui m’apparaît sous un nouveau jour, comme si les propos de l’homme étaient évidents. « Oh, je vois. Tant mieux ! »  Ma bonne humeur revient au galop. J’ai déjà observé plusieurs fermetures de boutiques, à contrecœur toujours, mais une ouverture, c’est une première. De petits pas attirent alors mon attention et c’est un peu surprise que je remarque le berger allemand de bonne taille qui avance vers nous. Seconde bonne nouvelle. Avec mon enfance parfois un peu mouvementée, je n’ai jamais eu le droit de posséder un quelconque animal, aussi je me montre toujours intriguée par ceux-ci, peu importe leur taille. La relation qu’il doit avoir avec cet homme est probablement très bonne pour qu’il soit aussi sage malgré ma présence. Je reporte justement mon attention sur ce dernier au moment où il reprend la parole. « Vous êtes française non ? » La plupart des gens ne font pas de remarque sur mon accent, ou n’arrivent pas à deviner d’où il vient. Qu’il y parvienne et use d’autant plus de ma langue natale pour le faire remarquer sort de l’ordinaire. J’incline doucement la tête, une lueur intéressée dans le regard, comme pour reconnaître sa victoire. « En effet, d’origine. Je vis ici depuis quelques temps déjà, par contre. » Je précise ceci comme un détail, mais également pour, au cas où, qu’il comprenne que je ne suis pas que de passage, dès fois qu’il ait peur de perdre du temps avec une simple touriste un peu trop curieuse. D’un autre côté, au niveau de la curiosité, il aurait raison. « Je… m’appelle Joshua, et vous ? » Un petit memo mental prend le nom de l’homme en note, tandis que je lui réponds à mon tour dans la même langue, prononçant mon nom comme il se doit, à la française. « Je suis Eva, enchantée. » Il s’affaire pendant le même temps. Je devine rapidement pourquoi en le voyant fermer la porte. « Vous avez un bon accent, d’ailleurs. » Le morceau de carton accroché, il reporte à nouveau son attention sur moi. Je me demande, un instant, si je ne suis pas un peu de trop étant donné qu’il prépare sa boutique, mais ses prochains mots ne semblent pas me mettre dehors tout de suite. « Il ne faut pas le prendre personnellement, c’est juste une question de pratique. A vrai dire, on va ouvrir d’ici une semaine ou deux, c’est un peu, une avant-première pour vous. » Etrangement, le retour à l’anglais me paraît presque plus naturel dans LA. Sûrement une question d’habitude, puisqu’à mon arrivée je ressentais exactement l’inverse. Toujours est-il que, souriant en retour, je lui réponds également dans la langue locale, sans n’en éprouver aucune gêne. « Ne vous en faites pas, je comprends complètement. Et puis, une avant-première improvisée, c’est très bien! » Sans me montrer trop enthousiaste, je suis toutefois presque complètement dénuée de timidité devant ce Joshua. A force de rencontrer des gens très différents, on se fait vite aux nouvelles têtes, je reste donc parfaitement naturelle. « Oh, par contre, si je dérange, n’hésitez pas à me le dire. » Il me semble tout de même bien de le préciser, histoire de ne pas être trop intrusive.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova   A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova EmptyVen 26 Sep 2014 - 21:25

avatar
Invité
Invité

A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova Empty




Eva & Josh - first time
A closed door doesn't lead to a closed heart.
« Oh, je vois. Tant mieux ! » Il sourit en voyant qu’elle semble rassurée. Elle est vraiment mignonne et agréable au premier abord. C’est étrange comme le hasard fait les choses parfois, il ne pensait pas que quelqu’un allait pousser la porte de la boutique aujourd’hui et lui faire la causette comme ça. « En effet, d’origine. Je vis ici depuis quelques temps déjà, par contre. » « Oh, great ! On aura l’occasion de se revoir alors. » Il lui sourit sagement avant de regarder un peu la boutique puis elle. Il ne sait pas trop quoi faire à vrai dire pour le moment, c’est encore un peu étrange pour lui. Il se décide à se présenter pour essayer d’être sympathique et elle y répond rapidement. « Je suis Eva, enchantée. » Il la regarde avant de sourire encore. « Eva. » Il le répète en français pour savoir bien le prononcer. « C’est ravissant. » Il baisse sa tête pour regarder Rusty. « Vous avez un bon accent, d’ailleurs. » Il redresse son visage vers elle alors que ses lèvres s’étirent encore. « Je n’ai pas vraiment de mérite. Ma mère enseigne le français et le russe. Elle m’a fait apprendre. » Il hausse ses épaules avec beaucoup de modestie. Il trouve qu’il n’a aucun mérite. Après tout, il est surdoué, il a un cerveau qui fonctionne plus facilement que les autres, pourquoi avoir du mérite ? Il n’en a aucun. Il le sait parfaitement et il ne veut pas faire croire qu’il peut en avoir. Il se décide à aller vers le comptoir pour faire un petit panneau, histoire que les gens ne croient pas que c’est ouvert. Pas qu’elle le dérange, au contraire, une rencontre est toujours agréable, mais il ne veut pas avoir à refouler trop de monde avant l’ouverture. « Ne vous en faites pas, je comprends complètement. Et puis, une avant-première improvisée, c’est très bien! » « C’est vrai. » Il accroche le panneau avant de se tourner vers elle. « Oh, par contre, si je dérange, n’hésitez pas à me le dire. » Il fait une petite moue surprise avant de secouer sa tête doucement. « Oh non pas du tout. Au contraire. » Il s'en va vers les guitares pour commencer à les placer. « Mais je suis curieux à vrai dire. Si tu es ici, c’est que la musique t’intéresse ! » Quelle déduction, bravo Josh… Il grimace doucement en se disant que pour le coup, il a parlé comme un idiot. Il se redresse doucement en lui faisant face. « Je donnerais aussi des cours de piano et de guitare normalement… » Il lui sourit à nouveau avant d’observer la boutique qui prend forme. « Tu étudies à l’UCLA ? » Il va finalement derrière le comptoir pour s’y accouder tout en étant face à elle pour l’observer. Il ne sait pas vraiment pourquoi il fait en sorte de poursuivre la conversation, pourquoi il devient rapidement si friendly. C’est peut-être simplement parce qu’elle est agréable et arrive à le détendre avec son joli sourire.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova   A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova EmptySam 27 Sep 2014 - 23:50

avatar
Invité
Invité

A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova Empty

Je suis presque heureuse, au final, que la boutique soit encore en préparation. Après tout, un peu de calme après ma balade fait aussi du bien, d’autant plus que mon interlocuteur me paraît aimable et accueillant. A l’ouverture, l’endroit sera sûrement bondé par les curieux comme les réels intéressés : même si je compte tout de même y retourner alors, j’apprécie de voir pour une fois ces deux facettes distinctement. « Oh, great ! On aura l’occasion de se revoir alors. » Je souris suite à sa remarque, acquiesçant également. « J’y compte bien, il faudra que je revienne quand tout sera OK ! » Au moins le voilà prévenu, ma tête blonde refera surface je ne sais pas encore quand. Je m’apprête justement à lui demander mais sa présentation m’interrompt. J’y réponds immédiatement, après tout, la question n’est pas pressée. « Eva. » J’apprécie, même s’il ne s’agit que d’un détail quelconque, qu’il le dise à la française. « C’est ravissant. » Je le remercie d’un sourire. Que la remarque soit pure politesse ou non, l’intention demeure. J’enchaine en remarquant la qualité de son accent, qu’il m’explique aussitôt avec une modestie étrange. « Je n’ai pas vraiment de mérite. Ma mère enseigne le français et le russe. Elle m’a fait apprendre. » Le peu de crédit qu’il accorde à ses connaissances m’intrigue. Après tout, quand bien même l’apprentissage en lui-même ne serait pas son choix, il a tout de même su garder ces notions en tête. Enfin, je suis loin de le connaître assez pour donner un avis objectif sur le sujet. « Vous auriez quand même pu connaître ces langues parfaitement mais avoir un accent déplorable. » Ma main glisse une mèche de cheveux rebelle derrière mon oreille. « C’aurait été assez drôle d’ailleurs. » Mon sourire se fait un peu plus taquin. Certains américains, lorsqu’ils parlent français, sont vraiment comiques après tout, la faute à la complexité de la langue. Une fois le statut de la boutique confirmé à l’aide du petit carton, nous reprenons notre discussion presque naturellement. Au cas où, je vérifie que ma présence n’est pas dérangeante. « Oh non pas du tout. Au contraire. » Sa réponse me détends immédiatement et mon regard se pose sur les guitares. C’est le seul instrument que j’ai un peu pratiqué, elles incarnent donc pour moi une certaine nostalgie. « Mais je suis curieux à vrai dire. Si tu es ici, c’est que la musique t’intéresse ! » Je laisse échapper un très léger rire, ne faisant pas attention au tutoiement soudain. « C’est possible oui. » Tâchant de ne pas plus le taquiner, je précise ensuite : « J’ai toujours adoré ça, mais je n’ai jamais eu trop l’occasion de m’y exercer. Et puis, je n’avais pas de don particulier non plus. » A l’époque c’était d’ailleurs pour moi une petite déception. Et puis, avec le temps, j’avais accepté la chose : mes talents étaient voués à d’autres disciplines, et puis mon affection pour celle-ci n’en pâtissait pas après tout. « Je donnerais aussi des cours de piano et de guitare normalement… » Mon regard se fait plus intéressé. « Ah, ça va plaire ça. A domicile ou il y a une salle dédiée ? » Passant ma main dans mes cheveux, je précise. « Je m’intéressais à la guitare petite, mais je n’ai jamais pu prendre de cours ni rien. » Ni avoir ma propre guitare non plus, d’ailleurs. C’est probablement pour ça que je n’avais pas continué, plus que par mon manque de professeur. Le sujet suivant m’est un peu plus familier, aussi j’y réponds avec entrain, sans me défaire de mon sourire. « Oui, c’est ce qui m’a fait venir d’ailleurs ! Tu y étais aussi avant ? » Cette supposition me vient en tête immédiatement. Après tout, pourquoi en aurait-il parlé autrement ? Alors qu’il se positionne à nouveau derrière son comptoir, je fais quelques pas à l’intérieur de la boutique, observant la disposition actuelle des objets, la pièce en général. Je l’envie un peu : il commence déjà à réaliser ses projets, là où il me reste plusieurs années d’études encore. « Tu as toujours voulu travailler dans la musique ? » Je me retourne légèrement vers lui, intriguée par le personnage.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova   A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova EmptyDim 28 Sep 2014 - 23:35

avatar
Invité
Invité

A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova Empty




Eva & Josh - first time
A closed door doesn't lead to a closed heart.
« J’y compte bien, il faudra que je revienne quand tout sera OK ! » Bientôt… Dans trois jours, il se fera opéré, dans une dizaine de jour, la boutique s’ouvrira, un peu après, il verra le producteur. Le virage à 360° ne fait qu’augmenter avec le temps. Il se demande s’il arrivera vraiment gérer tout ça. Surtout l’opération à vrai dire, c’est vraiment la chose qu’il redoute le plus. Pour le moment, il essaye de se concentrer sur la demoiselle face à lui. C’est appréciable, il faut l’avouer. Avec le festival, il n’est tombé que sur des fans en puissance et même si c’est carrément flatteur, elles ne voyaient que Joshua le chanteur et rien d’autre et ça l’épuisait franchement. « Vous auriez quand même pu connaître ces langues parfaitement mais avoir un accent déplorable. » Il sourit tendrement. « C’est vrai, mais je ne suis pas du genre vantard. » Il se trouve toujours une bonne excuse quand il réussit quelque chose, alors que la plupart du temps, c’est surtout dû à sa volonté et à son travail, mais il n’aime pas le pointer. « C’aurait été assez drôle d’ailleurs. » Il rit doucement avant de la regarder. « Oh meï jo peux plendle une accent horribeule ! » Il rit à nouveau de sa connerie avant de reprendre un peu son sérieux. La conversation continue naturellement à vrai dire, les choses s’enchaînent avec une facilité déconcertante qui le laisse un peu sur le fessier par moment, mais qu’il apprécie grandement. Il essaye de s’intéresser à elle, de la faire parler, de la découvrir, de savoir des choses sans être forcément trop curieux. Il n’a pas envie de passer pour un agent du FBI en pleine investigation. « J’ai toujours adoré ça, mais je n’ai jamais eu trop l’occasion de m’y exercer. Et puis, je n’avais pas de don particulier non plus. » « Tout le monde peut essayer de pratiquer, mais je sais une chose, le talent n’est pas un don, ça vient avec l’amour qu’on peut avoir pour une passion. Une personne sans amour pour ce qu’il fait pourra exercer aussi brillamment tout ce qu’il veut, l’âme n’y sera pas. Alors que quelqu’un sans base peut devenir un génie avec un amour pour ce qu’il fait. » Il sait qu’il est un véritable passionné, que ce soit pour la musique ou l’informatique. C’est sa vie. L’oxygène dans ses poumons. Il n’en doute plus une seule seconde. « Ah, ça va plaire ça. A domicile ou il y a une salle dédiée ? » il sourit en coin en la voyant potentiellement intéressée avant de montrer l’étage du doigt. « En haut… » Il sourit. « Pour le moment, y’a pas grand-chose encore dedans, juste des instruments, un peu de livre et des sièges… » « Je m’intéressais à la guitare petite, mais je n’ai jamais pu prendre de cours ni rien. » « Je t’en donne si tu veux. » Il sourit avant de demander si elle est à l’UCLA. « Oui, c’est ce qui m’a fait venir d’ailleurs ! Tu y étais aussi avant ? » Sa réponse le fait sourire. « J’ai été diplômé en juin. » Il croise ses bras tout en la fixant. « Je suis encore chef de confrérie en fait, tant qu’on a pas fait la passation, je le reste même si je n’y suis pas, donc je vais passer encore souvent pour les gars. » Il sourit à nouveau en pensant aux Phi, c’était une expérience superbe mine de rien pour lui. « Tu as toujours voulu travailler dans la musique ? » Il secoue doucement sa tête. « Non. » Il hausse une épaule. « En fait, j’ai même pas de diplôme là-dedans, ni en commerce. J’étais en sécurité informatique. » Il se frotte le front doucement avant de ranger ses mains dans ses poches. « J’ai conçu tout notre système informatique et l’alarme… disons que je me suis pris d’amour pour la musique en premier, puis pour l’info, mais mes parents ne voulaient pas que je sois musicien. Ce n’est qu’un passe-temps pour eux. » Il sourit à nouveau. « Mais maintenant, j’ai 24 ans, deux diplômes en poche, je crois que je peux vraiment faire ce que je veux… » Il l’observe avant de rougir légèrement et de s’appuyer contre le comptoir. « Et toi ? Tu étudies quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova   A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova Empty

Contenu sponsorisé

A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
A closed door doesn't lead to a closed heart • Jova
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser