Partagez
 

 Walk down the same road ft. Ilya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Walk down the same road ft. Ilya   Walk down the same road ft. Ilya EmptyLun 3 Nov 2014 - 15:08

Teru Natsugawa
Teru Natsugawa
Rêveur et non bagarreur
Rêveur et non bagarreur
Date d'inscription : 26/10/2014
Prénom : Natasha/[K]
Célébrité : Lee Seunghyub
Crédit avatar : Saku
Messages : 1048
Nationalité / origines : Japonaise et Coréenne
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Mon fils *sigh*
Orientation sexuelle : Pansexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiant en musique, 1ère année de master
Job/Métier : Compositeur & Musicien / Vendeur-conseiller au magasin de musique "Jody's" a mi-temps
Adresse de résidence : Northeast
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Alexander Moon

Walk down the same road ft. Ilya Empty



You met me at a strange moment
Dans la vie, il y a parfois des rencontres que l'on ne s'attend pas à faire, qui nous prennent de court et qui nous apportent, au final, plus que ce qu'on aurait imaginé. Pour avoir voyagé de part et d'autres du monde, je crois pouvoir confirmer ce fait sans hésitations... j'avais des amis sur plusieurs continents, maintenant, et chacun était très différent des autres, parlait une autre langue et connaissait une facette de moi bien particulière. Ca m'avait permis de me construire au fil du temps et ça me permettait de savoir vers qui me tourner suivant le contexte... mais à chaque fois que je pensais avoir enfin fais le tour, quelqu'un de nouveau pointait le bout de son nez pour m'ouvrir un peu plus l'esprit sur la diversité qu'il existait entre les histoires personnelles de chacun.

Aujourd'hui ne ferait pas exception à la règle.

À la base, j'étais simplement sorti de chez moi pour aller promener la boule de poil qui me servait de chien dans le parc le plus proche, mais les choses s'étaient rapidement compliquées au moment où une petite voix avait attiré mon attention en provenance d'un regroupement d'arbres, un peu plus loin de l'endroit où je me trouvais. À l'heure actuelle, la zone était plutôt calme, principalement peuplée de personnes âgées ou de mamans promenants leurs enfants, donc je partis de l'hypothèse que c'était juste une gamine qui pleurait parce qu'elle n'avait pas eu ce qu'elle voulait et me désintéressais rapidement de mon sentiment d'alerte initial. Ouais... enfin, n'empêche que c'était bizarre... il n'y avait pas d'adulte proche d'elle, ce qui me fit froncer les sourcils, puis bifurquer dans sa direction jusqu'à arriver à sa hauteur. « Hey... tu es toute seule ? Tu t'es perdue ? » Naturellement, l'enfant me lança un regard méfiant et ne me répondis pas. Par contre, elle semblait déjà plus intéressée par le chien. Bien sûr... il fallait s'y attendre. Je m'accroupis à ses côtés et sortis un paquet de mouchoirs de mon sac pour lui en tendre un, tout en souriant doucement. « Tiens... ça va aller, d'accord ? » Je me demandais bien ce qu'elle faisait toute seule. C'était dangereux, pour une petite fille de son âge... surtout avec tous les cinglés qui trainaient dans le coin. Quoi qu'il en soit, elle finit par se calmer et pu m'informer qu'elle ne retrouvait plus son frère. Bien. On cherchait donc son frère. Je lui demandais donc son prénom, lui donnais le mien et celui de mon animal de compagnie, puis engageais une conversation banale après avoir demandé quelques informations sur l'endroit où l'on pourrait bien retrouver son frangin, ceci, bien sûr, afin de lui occuper l'esprit. Une minute plus tard, nous nous retrouvions donc sur le chemin de la place de jeu au sud du parc.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.


+ If I can go back again, if I can go back +

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Walk down the same road ft. Ilya   Walk down the same road ft. Ilya EmptyLun 3 Nov 2014 - 19:45

avatar
Invité
Invité

Walk down the same road ft. Ilya Empty

WALK DOWN THE SAME ROAD.
« Teru & Ilya »

A la croisée des chemins.



_______________________________________________

Il faisait beau. Le soleil était bien haut, le ciel dégagé. Je ne travaillais pas, aujourd'hui, ce qui me permettait donc d'accorder toute mon attention à ma sœur. Cela faisait quelques temps qu'Anja ne cessait de réclamer une journée au parc. Je ne savais absolument pas d'où lui sortait cette idée, semblant tout droit sortie d'un film, de nous organiser un pic-nic de princesse. « Princtsessa! », je l'entend encore me le crier aux oreilles, un large sourire sur les lèvres. Aujourd'hui, c'était donc l'occasion. Dès que le petit-déjeuné fut prêt, et que j'eus vérifié que j'avais les ingrédients nécessaires pour un pic-nic "de princesse", j'embrassais ma petite sœur encore endormie sous sa couverture, sur le front. « Réveille-toi maya kiska, il fait beau, on va pic-niquer! ». Alors qu'habituellement, elle mettait des heures à sortir de ses draps, Anja sauta d'un bond hors du lit et me réclama sa plus belle robe, de lui coiffer ses cheveux avec le plus grand soin, et de mettre ses petites sandales roses. C'est dingue ce qu'une fillette de quatre ans pouvait avoir comme énergie dès le matin. « Toi aussi tu peux mettre une couronne, hein Ilya! » Je ris. Elle était adorable, ne cesserait jamais de me faire fondre « Pajalouista, pajalouista! »
La voyant aussi heureuse, dévorant ses pancakes avec joie et appétit, je me sentais fier. Fier d'avoir réussi à la préserver de l'extérieur, fier d'avoir gardé intact sa joie de vivre et son innocence. Je ferais tout pour cette petite fille, si jolie, si intelligente, si chère à mon cœur. Je ferais tout. Même la princesse.

Le panier en osier était plein, la cuisine enfin propre. Je crois bien que le comptoir et les murs n'ont jamais été aussi parsemé de tâches, de miettes, de nourriture. Au moins, mon appartement vivait. Je l'installais sur le siège à l'arrière de mon vélo, et l'enfourchais avant de pédaler jusqu'au parc. L'air était bon. La verdure nous ferait du bien à tous les deux. Il était si bon de se retrouver là. J'aimais la tranquillité, j'aimais l'espace. Le parc n'était pas surpeuplé malgré le beau temps, c'était tellement agréable. Je me rappelais des sorties que l'on faisait, avec mes parents. Que ça soit dans n'importe quel pays, où que nous soyons, jamais cette tradition ne nous échappait. Ma mère trouvait toujours un parc où il faisait bon s'allonger un instant, grimper dans un arbre, faire voler un cerf-volant ou simplement glisser sur un toboggan. Ces moments-là étaient tellement précieux. Passer du bon temps avec nos proches, c'est ce qui compte le plus, car même si on n'y pense pas, on ne sait jamais quand est-ce que ça va s'arrêter. Car tout peut s'arrêter, ma famille en est un exemple.

L'après-midi s'annonçait tout aussi charmant que la mâtinée et que le repas que nous avions partagé. Ses boucles volant au rythme de sa course, Anja me tannait pour aller faire un tour du côté des jeux. Ce n'était pas très loin de là où nous étions, il fallait juste que je remballe les déchets, les restes et les couvertures, pour l'y amener. « ça marche Knopka, remet tes chaussures et on y va! ». Parfois, il ne suffit qu'un instant pour que l'impression que votre monde s'écroule prenne possession de vous. Une minute, un quart de minute, même, pour que votre cœur se mette à battre la chamade, feignant de briser votre cage thoracique. « Anja? » Je n'avais eu le temps que de plier la plus grosse couverture, détournant le regard un très court moment, pour que mon petit ange disparaisse. Je m'en voulu immédiatement. C'était de ma faute, tout était toujours de ma faute. Finalement, les autorités auraient bien fait de ne pas me la confier. « Anja?!! » Je regardais partout autour de moi, mais elle était introuvable. Laissant en plan nos affaires, je saisis ses chaussures gisant encore par terre, et marchait dans une direction totalement au hasard. « Bordel, Anja, tu es où ?! » Le sang affluait dans mes tempes comme jamais, j'entendais mon cœur battre contre mes tympans. Je criais, les passants me regardaient sans vraiment comprendre, mais je ne les voyais pas. Je ne voyais rien. Désespérément, je cherchais ma petite sœur, ma vie. Alors, dans un élan d'espoir, je pris le chemin du parc de jeux. Elle ne savait pas comment s'y rendre, mais sait on jamais...

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Walk down the same road ft. Ilya   Walk down the same road ft. Ilya EmptyMar 4 Nov 2014 - 10:27

Teru Natsugawa
Teru Natsugawa
Rêveur et non bagarreur
Rêveur et non bagarreur
Date d'inscription : 26/10/2014
Prénom : Natasha/[K]
Célébrité : Lee Seunghyub
Crédit avatar : Saku
Messages : 1048
Nationalité / origines : Japonaise et Coréenne
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Mon fils *sigh*
Orientation sexuelle : Pansexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiant en musique, 1ère année de master
Job/Métier : Compositeur & Musicien / Vendeur-conseiller au magasin de musique "Jody's" a mi-temps
Adresse de résidence : Northeast
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Alexander Moon

Walk down the same road ft. Ilya Empty



You met me at a strange moment
Bien que je me posais énormément de questions concernant la situation, il y a tout de même une chose dont j'étais certain ; cette enfant semblait pleine de vie et à mon avis, on pouvait tout de suite écarter les hypothèses glauques qu'auraient fait les langues de vipères concernant son tuteur. D'après ce qu'Anja avait commencé à me raconter, son frère s'était particulièrement bien occupé d'elle et elle avait ainsi pu mettre sa jolie robe et ses chaussures pour être une princesse. Même si je n'avais pas bien tout compris dans ses phrases en raison de sa prononciation qui me donnait un peu de fil à retordre (je n'avais pas encore complètement intégré la langue anglaise et y'avait des trucs que je devais encore deviner, encore plus si c'était un enfant qui me causait à vitesse grand V) et des mots apparemment slaves qu'elle glissait de temps en temps, il m'apparaissait comme clair qu'on allait très rapidement se retrouver en présence du frangin, car il devait être en pleine recherche active. Ca me rappelait cette fois, du temps où j'habitais encore en Suisse, quand on avait perdu ma soeur de vue durant une visite à l'animalerie du Cirque... nos parents s'étaient immédiatement mis dans tous leurs états et je les avais rarement vus aussi soulagés une fois que Natsuki était finalement rentrée dans leur champ de vision. Casse-cou, elle avait cette manie de partir à l'aventure toute seule, sans se soucier du danger potentiel et ma mère avait finit par en conclure que sa bonne étoile brillait très fort. Peut-être bien que c'était vrai, mais la lueur en question n'avait apparemment pas été assez puissante pour protéger sa fille comme il se doit. En parallèle à ça, je ne sais pas si je devais remercier mes géniteurs de m'avoir donné un prénom qui voulait dire « briller »... c'était pas tellement de leur faute, dans le fond, mais merci beaucoup, ça n'empirait absolument pas mes soucis de conscience, comme ça.

Bref, après environ cinq minutes de marche, les premières installations de jeu se firent apercevoir et étant donné qu'il y avait quand même un peu de monde dans la zone, j'attrapais la main d'Anja par réflexe, histoire de ne pas la perdre de vue à mon tour. « On va attendre ton frère ici, d'accord ? Il va bientôt arriver... » Enfin... je dis ça, mais j'en savais rien du tout, c'était plus une intuition et une déduction logique qu'autre chose. Si personne ne se pointait, je l'aurais bien dans l'os, tiens... et je n'avais absolument pas la moindre idée de ce que j'allais devoir faire avec la gamine. On prévenait la police dans ce genre de situation, c'est ça ?

Maintenant qu'on ne bougeait plus, je sentis que ma nouvelle amie commençait un peu à devenir nerveuse et c'est tout naturellement que mon chien intervint pour la distraire en lui tournant autour pour avoir des caresses. Amen, Oliver, tu es un génie sur quatre pattes.

« Anja ?! »

Il avait suffit d'un mot pour que tout le monde se retourne. Anja, moi et... quelques mamans ou baby-sitters présentes sur la place de jeu. J'aurais trouvé leurs regards un peu trop insistants à mon goût légèrement étranges si le type qui venait de débarquer avait ressemblé à autre chose qu'à un mannequin tout droit sorti d'une publicité. Pour le coup, okay, mesdames, j'imagine qu'on ne voyait pas ça tous les jours. Inutile de dire que j'eus à peine le temps de me lever avant que la petite à mes côtés ne bondisse du banc où nous venions de nous asseoir et qu'elle fonce tout droit vers son frère – qui aurait facilement pu être son père, vu son âge apparent –, suivie de près par son copain canin – que j'étais censé le tenir en laisse, mais je n'aimais pas trop ça et de toute façon, il était sage –. Pour ma part, je les rejoignis calmement un peu plus tard afin de leur laisser du temps pour se retrouver. C'était une scène particulière entre-eux, je n'avais pas à intervenir là-dedans.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.


+ If I can go back again, if I can go back +

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Walk down the same road ft. Ilya   Walk down the same road ft. Ilya EmptyMar 4 Nov 2014 - 13:11

avatar
Invité
Invité

Walk down the same road ft. Ilya Empty

WALK DOWN THE SAME ROAD.
« Teru & Ilya »

A la croisée des chemins.



_______________________________________________

Au fur et à mesure que je m'approchais du parc, il y avait plus de monde. Des mères avec leurs enfants, des nourrices avec ceux dont elles avaient la charge, des familles. Je faisais très peu attention à ce qu'il se passaient autour de moi. Je voulais simplement retrouver ma petite sœur. Une sorte de radar s'était enclenché dans mon regard, tous mes sens étaient en éveil. « Anja! » J'avais l'impression de la voir dans toutes les petites filles qui se trouvaient autour de moi, sans que ça ne soit elle. « Eeh! Ilya! Ya zdess! » Je me retournais subitement, lorsqu'une petite brun vint se coller contre mes jambes. Enfin mon cœur reprenait son rythme normal. Je m'accroupis et la pris dans mes bras. Son visage était encore couvert de petites trainées humides, mais elle souriait et ne semblait plus si perdue que ça. Je me détestais. Elle avait dû avoir si peur. Peut-être pas autant que moi, une enfant, c'est innocent, c'est naïf, ça ne mesure pas les situations autant que nous. Mais elle avait dû se sentir désorientée. J'étais si rassuré que je la serrais le plus fort possible contre moi. « Aie ! » Je souris, sa petite voix, je l'adorais. « Qu'est-ce que tu as fait, jiznn maya, je t'ai déjà demandé de ne pas partir comme ça, tu m'as foutu une de ces trouilles.. » Je pris sa petite tête si mignonne entre mes mains, caressant ses petites joues roses, avant de déposer un petit bisou sur son front. Elle fronça le nez en riant. « Eeeh tu piques! » En riant, j’ébouriffais ses cheveux avant de me relever en la plaçant sur ma hanche pour lui enfiler ses petites chaussures. Autour de nous, les jeunes mamans nous regardaient, tout sourire. Je n'avais pas vraiment remarqué que j'étais le centre de l'attention, et je n'osais pas me demander si c'était à cause d'Anja, ou simplement parce qu'elles me trouvaient séduisant.

C'est à ce moment-là que j'aperçus un jeune homme qui se dirigeait lentement vers nous. Anja le montra du doigt en souriant. « Teru ! C'est lui qui m'a trouvé, tu sais, Ilya. Tu as vu son petit chien? Il est mignon, non? Il est tout doux. » Je me redressais, dévisageant le sauveur de ma petite sœur. Il avait l'air profondément gentil, mais quelque peu en retrait. Il avait l'air de quelqu'un de bien, mais blessé. Je ne savais pas comment m'y prendre. Je lui en étais énormément reconnaissant d'avoir pris soin d'Anja, ce qu'apparemment il avait fait avec le plus grand soin étant donné l'attachement que la petite fille semblait avoir pour lui et son chien. Je m'approchais donc de lui, franchissant les quelques mètres qui nous séparaient encore l'un de l'autre, lui tendant la main. « Je ne sais absolument pas comment vous remercier. » Je lui serrais chaleureusement, avec un regard plus que sincère. Sans pouvoir lâcher Anja, je me demandais comment je pourrais lui expliquer que non, je n'étais pas un grand frère indigne, que je savais m'occuper de cette fillette qui m'étais si chère. Et comment lui revaudre ça. « Vous n'imaginez pas comme je vous en suis reconnaissant. Sincèrement, j'ai eu la peur de ma vie. ça ne m'était jamais arrivé auparavant. » Cherchant gauchement des excuses, je lui lâchais la main pour la passer dans mes cheveux, puis sous ma petite sœur pour mieux la caler contre moi.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Walk down the same road ft. Ilya   Walk down the same road ft. Ilya EmptyJeu 6 Nov 2014 - 13:54

Teru Natsugawa
Teru Natsugawa
Rêveur et non bagarreur
Rêveur et non bagarreur
Date d'inscription : 26/10/2014
Prénom : Natasha/[K]
Célébrité : Lee Seunghyub
Crédit avatar : Saku
Messages : 1048
Nationalité / origines : Japonaise et Coréenne
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Mon fils *sigh*
Orientation sexuelle : Pansexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiant en musique, 1ère année de master
Job/Métier : Compositeur & Musicien / Vendeur-conseiller au magasin de musique "Jody's" a mi-temps
Adresse de résidence : Northeast
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Alexander Moon

Walk down the same road ft. Ilya Empty



You met me at a strange moment
Ils étaient beaux à voir, personne n'aurait osé dire le contraire. À présent que tout était rentré dans l'ordre, j'en oubliais presque le stress de tout à l'heure et affichais un doux sourire sur mes lèvres, m'approchant par la même occasion du duo. « Teru ! C'est lui qui m'a trouvé, tu sais, Ilya. Tu as vu son petit chien? Il est mignon, non? Il est tout doux. » Cette gamine m'avait fait craquer, c'était définitivement certain, et ceci en à peine dix minutes top chrono. Par politesse, je déposais néanmoins mon regard sur son frère et répondis à sa poignée de main avec franchise alors qu'il me remerciait et se confondait en excuses, ceci avant de m'accroupir pour quand même attacher mon chien qui semblait un peu agité avec tout ce qui se passait autour de lui tout à coup. En me relevant, je cru cependant déceler une sorte de réelle panique chez le jeune homme, comme s'il se sentait fautif comme jamais d'avoir perdu sa petite soeur de vue et que cela le pesait plus que nécessaire. C'était compréhensible, il aurait effectivement pu arriver quelque chose de grave si une personne mal intentionnée avait retrouvé l'enfant à ma place, mais ce n'était pas arrivé et dans le fond, n'était-ce pas ça qui comptait vraiment ? « Ne vous en faites pas, c'est normal! Et puis, il y a eu plus de peur que de mal... je connais ça, c'est arrivé à tout le monde au moins une fois. » J'étouffais un rire en me passant une main dans les cheveux, tentant de dédramatiser la situation, puis reposais mon attention sur Anja. « À mon avis, ça n'arrivera plus, hein ? » Elle devait avoir plus ou moins compris l'inquiétude qu'elle avait provoqué chez son ainé cet après-midi ou tout du moins l'avait-elle ressenti. Les enfants avaient un instinct assez fort pour ce genre de choses, c'était d'ailleurs pour cette raison qu'ils étaient affectés par les « histoires de grands » plus qu'on ne le pensait. Dans ma croyance, les plus jeunes d'entre nous avaient encore une relation très proche avec leurs sentiments et leurs émotions, ils étaient encore liés à leur coeur, ce qui était faculté qui se dissipait malheureusement progressivement avec l'âge. À l'école comme dans la vie, on nous obligeait à apprendre des formules mathématiques et des preuves scientifiques pour tout, on nous disait que « c'était comme ceci ou comme cela qu'il fallait faire ou penser, parce qu'un type l'a décidé un jour », mais personne n'expliquait aux élèves qu'ils pouvaient aussi s'écouter eux-même pour savoir distinguer le vrai du faux ou le bien du mal.

Bon, eh bien maintenant qu'ils étaient réunis, j'imagine que je n'avais plus grand chose à faire ici ? Si j'avais été un peu moins timide, sans doute que j'aurais voulu en savoir plus sur la relation entre ces deux, ils dégageaient quelque chose d’extrêmement agréable... mais qu'est-ce que j'aurais bien pu dire, hein ? « Je suis content que tout soit rentré dans l'ordre ! J'espère que vous allez pouvoir profiter de la place de jeu tranquillem... » Ah non, qu'est-ce que c'était que ça, encore ? J'avais à peine tourné la tête qu'il me sembla que le sol avait commencé à tourner sous mes pieds, m'ôtant toute sensation d'équilibre. C'est vrai que je ne me sentais pas particulièrement en forme ce matin, mais c'était passé après avoir avalé quelque chose de solide et généralement ça suffisait, sauf que là...

Avant de me retrouver à genoux devant tout le monde et de me faire remarquer inutilement, ce dont j'avais horreur, je titubais jusqu'à la barrière la plus proche et m'y appuyais immédiatement en attendant que mes vertiges passent, le tout en m'excusant auprès de mes interlocuteurs pour m'être interrompu de façon si mal polie au beau milieu de ma phrase.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.


+ If I can go back again, if I can go back +

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Walk down the same road ft. Ilya   Walk down the same road ft. Ilya EmptyVen 7 Nov 2014 - 14:09

avatar
Invité
Invité

Walk down the same road ft. Ilya Empty

WALK DOWN THE SAME ROAD.
« Teru & Ilya »

A la croisée des chemins.



_______________________________________________

Comme je me l’étais imaginé en l’apercevant, au loin, le jeune homme ayant ramené ma petite sœur, était doux et gentil. Lorsque je serrais sa main, elle m’apparut comme frêle, presque fragile. L’asiatique n’était pas gros, certes, mais je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi mince. Il avait ce regard, aussi, celui de quelqu’un d’immensément gentil, mais fragile, celui où l’on pouvait déceler la tristesse malgré le sourire qu’il affichait lorsqu’il posait les yeux sur la petite fille. Ma petite Anja qui semblait s’être pris d’affection pour le petit animal, maintenant en laisse. J’avais eu si peur. Qu’en serait-il advenu si ce n’était pas ce fameux Teru qui l’avait retrouvé, mais quelqu’un de malintentionné ? Ou tout simplement personne, la laissant à la merci de n’importe quoi… Je n’osais pas me l’imaginer, simplement me rassurer que tout était enfin terminé, tout était rentré dans l’ordre, tout allait bien se passer. D’ailleurs, même si la culpabilité abritait toujours un peu mes pensées, mes paroles pouvant en témoigner, je commençais à relativiser. Oui, ça peut arriver à n’importe qui.

Je regardais un instant autour de moi. Le parc était beau. J’aimais cet endroit, particulièrement lorsqu’il était habité. Peut-être que ça pouvait sembler étrange, mais même s’il est parfois agréable de se balader et de se reposer seul, sans bruit autour, contre un arbre abandonné de tous les promeneurs, je préférais toujours un endroit lorsqu’il y avait de la vie. De la vie, des rires, des sourires, des pleurs parfois, des amoureux s’embrassant sur un banc, la petite vieille qui marchait si lentement que les feuilles des arbres lui tombaient dessus en automne, mais du mouvement, de la présence. Parce qu’après tout, qu’y a-t-il de mieux que de se sentir vivant ? Pour avoir côtoyé la mort, la solitude, le désespoir avec le décès de mes parents, je ne pouvais qu’apprécier ce genre de situation. Après tout, c’est la joie de vivre, l’insouciance, et justement la vie de ma petite Anja, qui m’a aidé à remonter la pente et me battre pour rester du côté où les gens sourient, où les gens s’amusent, où les gens vivent.

Reportant mon attention, qui s’était légèrement envolée, sur Teru et ses paroles, je remarquais que quelque chose clochait. Il semblait ailleurs, lui aussi, mais pas de la même façon. Son regard paraissait se vider, son visage pâlir, et ses lèvres ne plus obéir à ses paroles. C’est alors qu’il s’accouda contre la palissade la plus proche, essayant tant bien que mal de s’excuser, sans que ses mots soient complètement distincts. Anja n’avait rien remarqué, jouant tranquillement avec le petit animal qui semblait ravit d’avoir auprès de lui une nouvelle amie. J’en profitais donc pour me rapprocher du jeune homme, sans la perdre des yeux pour autant. De toute façon, elle était bien trop près, et après la frayeur que j’avais eu, tous mes sens étaient en éveil, si jamais. « Ça va bien ? » Formulation idiote, évidement que non, ça n’allait pas. « Il vaudrait mieux t’asseoir. Enfin… Tu permets que je te tutoie ? » Tout en lui parlant, je l’invitais à plier les jambes pour s’adosser, assis par terre, contre la balustrade. Il ne semblait qu’à moitié avec moi, mais encore assez pour m’entendre, me comprendre et essayer de me répondre. Contrairement à ma crise de panique concernant la disparition de ma sœur, je n’étais pas le genre d’homme à paniquer. En général, je savais plus ou moins garder le contrôle de la situation. J’étais du genre calme, ce qui aidait dans les moments de crises. Je n’avais pourtant jamais eu l’occasion d’assister à un malaise. Ne connaissant pas le jeune homme, je ne pouvais donc pas en connaitre les raisons. Le soleil ne tapait pas fort, ça m’étonnerait que ça soit une insolation. Peut-être qu’il n’avait pas bu ou mangé depuis longtemps ? Besoin de sucre, probablement. A moins que ça ne soit un problème récurrent chez lui. Je sortais tout de même une barre chocolatée de ma poche, que je gardais toujours sur moi en cas de faim. Enfin, pas pour moi, pour Anja. Cette petite pouvait manger tout et n’importe quoi, à tous moments de la journée. Je la lui tendis, attendant patiemment qu’il retrouve ses esprits, continuant de lui parler afin qu’il reste avec moi. « Essaie peut-être de lever tes jambes, tu as besoin d’aide ? Histoire de faire monter le sang au cerveau. » Accroupis auprès de lui, je posais une main sur son épaule, afin de le soutenir ou le rattraper si jamais il s’évanouissait pour de vrai. Sacré rencontre !


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Walk down the same road ft. Ilya   Walk down the same road ft. Ilya EmptyMer 12 Nov 2014 - 23:19

Teru Natsugawa
Teru Natsugawa
Rêveur et non bagarreur
Rêveur et non bagarreur
Date d'inscription : 26/10/2014
Prénom : Natasha/[K]
Célébrité : Lee Seunghyub
Crédit avatar : Saku
Messages : 1048
Nationalité / origines : Japonaise et Coréenne
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Mon fils *sigh*
Orientation sexuelle : Pansexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiant en musique, 1ère année de master
Job/Métier : Compositeur & Musicien / Vendeur-conseiller au magasin de musique "Jody's" a mi-temps
Adresse de résidence : Northeast
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Alexander Moon

Walk down the same road ft. Ilya Empty



You met me at a strange moment
Je culpabilisais déjà de faire subir une scène pareille à cet homme, certes fort gentil et agréable, mais qui ne me connaissait pas et n'avait donc pas à se retrouver avec mes problèmes sur le dos. Qu'on se le dise, je détestais avoir l'impression de déranger mon entourage au moins autant que j'avais une dent contre ma faiblesse physique, mais que je le veuille ou non, l'un et l'autre allaient malheureusement de pair. Pour un mec, c'était vraiment... humiliant. En silence, j'acceptais néanmoins de m'asseoir contre la palissade à la demande du frère d'Anja et fermais automatiquement les yeux dans l'espoir que l'air frais allait me faire suffisamment de bien... et surtout suffisamment vite. Pourquoi est-ce que c'était arrivé maintenant ? J'aurais préféré être avec un ami plutôt qu'en présence d'un inconnu dans une situation pareille. Quoi que... peut-être que c'était mieux ainsi, en fait. Une personne qui n'avait pas de lien particulier avec moi n'allait pas oser me poser les mêmes questions qu'une connaissance avec qui je parlais tous les jours, alors au final, j'y gagnais peut-être au change.

Les sons autour de moi semblaient de plus en plus distordus, au moins tout autant que les images en mouvement qui défilaient devant mes yeux et tout ça me donnait la nausée. Je ne me sentais pas bien, certes, mais j'avais l'habitude, alors la panique ne me gagna pas plus que ça. Il fallait juste... attendre que ça passe. Comme l'avait si bien deviné Ilya, j'étais à moitié ailleurs, mais suffisamment conscient pour garder à l'esprit qu'il se trouvait à côté de moi et qu'il m'adressait la parole. M'allonger pour avoir un peu plus de sang au cerveau ? Non, j'allais pas m'allonger. Pas ici, bon sang ! Je secouais lentement la tête sans penser au fait qu'il y avait des manières plus polies d'éconduire les propositions d'une personne, puis ouvris un peu les paupières. La première chose que je vis alors ne fut ni plus ni moins qu'une barre de chocolat avec en prolongement un bras, puis la silhouette du grand brun qui me parlait depuis quelques instants. Il était calme, sa voix ne présageait aucun signe d'impatience ou de stress et rien que ça, ça me faisait du bien. Quelque chose d'extrêmement agréable se dégageait de cet individu pour je ne sais trop quelle raison... ça devait être un tout, sans doute. En tout cas, je le remerciais déjà intérieurement de son comportement vis-à-vis de moi, à tel point qu'un petit sourire reconnaissant s'afficha sur mon visage pâle. Et lentement, j'acceptais le chocolat qu'il me tendait, déballant ce dernier avant de croquer dedans sans hésiter. La terre continuait à tourner, certes, mais je sentis que doucement, mon corps reprenait le contrôle sur son déséquilibre. « Merci... » Dieu ce que c'était gênant comme situation. Je me passais une main sur le visage en y voyant déjà un peu plus clair autour de moi. « J'aurais préféré vous éviter ça, c'est la première fois que ça m'arrive en dehors d'un bâtiment fermé... » Je tournais finalement la tête vers mon interlocuteur pour sonder son regard sans pour autant parvenir à y comprendre quoi que ce soit.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.



Spoiler:
 


+ If I can go back again, if I can go back +

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Walk down the same road ft. Ilya   Walk down the same road ft. Ilya Empty

Contenu sponsorisé

Walk down the same road ft. Ilya Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Walk down the same road ft. Ilya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Walk down the same road ft. Ilya
» Mellindra Road, à votre service !
» ronon&logan ☍ « don't walk away when my world is burning »
» Anarchy Rulez ( 20 septembre 2007 ) - Résultats
» Walk from the Sun (Max)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP-
Sauter vers: