Le Deal du moment : -33%
Ecran PC HP 27xq 27″ QHD Noir
Voir le deal
199.99 €

Partagez
 

 Please, don't leave me ! ADRILAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyLun 3 Nov 2014 - 15:35

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty

Cet été aura été complètement différent du précédent. Il y a plus d’un an, je quittais subitement Los Angeles après avoir été dépucelé par un homme qui ne me voyait que comme un moyen de se soulager à l’époque. Je me sentais souillé, cette virginité que je m’étais évertué à protéger coûte que coûte m’avait été retirée. Ce fut le motif pour rattraper le temps perdu, apprendre à vivre comme tous les jeunes de mon âge, ceux qui n’avaient pas grandi dans une ville sectaire sans électricité ni notions modernes. Je ne vais pas cracher dans la soupe, j’ai appris énormément pendant mon tour du monde, ça m’a pris cinq mois pour revenir à Los Angeles mais je me sentais mieux dans ma peau. J’ai oublié pendant un moment Bibbo et je ne m’attendais pas à ce qu’il me revienne comme un boomerang à son propriétaire. Je n’ai pourtant pas voulu craquer mais l’amour s’impose toujours de manière évidente et ce fut le début d’une relation chaotique bien que passionnelle. J’ai rarement passé autant de temps avec une personne, nous étions si proches et pourtant si éloignés. L’été a sonné la fin de mon premier grand amour et même si ça n’a pas été évident Coachella m’a permis de tourner la page, définitivement. Je n’ai plus de place pour Yannick dans ma vie, il pourrait être un ami mais plus jamais je ne m’imagine capable d’éprouver la moindre attirance à son égard, cruel ? Non, je me suis tout simplement détaché de son image pour voler de mes propres ailes et quelqu’un m’a aidé à faire ce chemin sans réellement s’en rendre compte.

Adriel, nous avons progressivement délaissé les soirées skype pour profiter l’un de l’autre plus intimement, des étapes ont été franchies et nous nous sommes finalement rencontrés en chair et en os. Qui aurait pu croire qu’il parviendrait à me donner envie de renouveau ? Il est apparu au bon moment, une bouffée d’oxygène si bien que je crois être sincèrement tombé sous son charme. Est-ce une surprise ? Je ne pense pas, je n’ai jamais oublié ce qu’il s’est passé entre nous cette soirée-là, sur skype et je doute qu’il ne soit passé à autre chose, comme si ce moment intime ne voulait rien dire. Cet été nous n’avons pas eu le temps de nous revoir, la seule soirée à laquelle nous avons assisté tous les deux fut un fiasco puisque Bibbo s’est emmêlé, ils se sont bagarrés et je n’ai plus jamais réussi à trouver un moment opportun pour lui parler. Ce silence me tue, chaque jour j’ai l’impression de mourir à petit feu sans lui, sans son sourire pour me remonter le moral. On ne s’en rend peut-être pas compte mais une personne peut très rapidement prendre de l’importance, nous nous parlions tous les jours, peut-être qu’internet ne compte pas pour vous mais ne plus avoir de nouvelles du tout me donne l’impression d’avoir été amputé d’un membre essentiel, je n’ai pas envie de me mettre à la rééducation… Pas envie d’apprendre à faire sans lui et je ne le ferais pas. Voilà pourquoi j’ai décidé de prendre une grosse décision, il est temps d’avancer et même si j’ignore encore tout de la présence, ou non, d’Adriel je l’attends patiemment. Installé sur ce banc, en plein milieu du parc en pleine nuit. Il est tard, le vent m’a pris par surprise et je grelotte. J’ai froid, uniquement vêtu de mon t-shirt et de mon jean mais je ne partirais pas, pas avant d’avoir pu le voir à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyJeu 13 Nov 2014 - 10:21

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty

Les vacances d'été n'avaient pas été celle qu'Adriel espérait. En y allant, il s'était attendu à profiter à fond, à enchaîner les concerts et les flirts, tout en faisant un peu de bénévolat tout au nom du séjour. Il ne pouvait pas vraiment s'échapper de ces taches, car c'était elles qui lui permettait de rester ici, à s'amuser. Mais voilà, rien ne s'était passé comme prévu. Pour commencer, il s'attendait à des tâches qui ne lui feraient pas louper des concerts, car à cause d'une putain de garde dans un stand de bière, il a loupé le seul groupe qu'il comptait vraiment voir. ça l'avait fait bader pendant de longues heures, mais il ne s'était pas laissé abattre, pas encore. Il avait enchaînés d'autres concerts, et avait découvert l'infidélité de la petite amie d'un pote, et s'était fait frapper. Deux fois. Une parce qu'il a faillit coucher avec une fille il y a quelques temps, pensant qu'elle était célibataire et après qu'elle l'ait chauffé. Le deuxième, et pas le moindre, vu par un de ses ex. Il n'y en a pas eu beaucoup, mais Yannick avait été une relation qu'il n'oubliera pas.

Qui aurait cru qu'un jour, il le reverrait ? Pas Adriel. Et surtout pas dans cette situation là. Apparemment, le fameux Bibbo dont Bailey était amoureux, était Yannick. Adriel se demandait dans quelle merde il s'était fourré encore, et avant qu'il ait eu le temps de comprendre, il se reçu quelques coups de poings, l'obligeant à passer la fin de ses vacances avec de belles marques. Il se sentait coupable d'un côté, et victime injustifiée de l'autre. Comment avait-il pu ne pas capter avant qu'il s'agissait de Yannick ? Bon, quand ils en parlaient, ils ne l'appelaient que par son deuxième prénom, Bibbo...

Et la dernière chose lui était tombé sur la tête : Oscar, le mec de la visite du bateau. Adriel se rappelle encore, que lorsqu'il l'a rencontré sur le port, il avait eu cette envie de lui, qu'il avait exprimé par l'envie de l'embrasser, et le bel italien l'avait repoussé, avant de s'en aller. Mais voilà, dans ce parc, pendant les vacances, ils s'étaient retrouvés, avaient passé un moment ensemble, et s'étaient embrassés. Et ça, c'était certainement la seule chose qui le faisait sourire, en repensant au coachella. Mais voilà, depuis qu'ils étaient rentrés, il ne l'avait pas revu... pas encore, il ne renonçait pas. il n'avait pas non plus revu Bailey, et se demandait ce qu'il s'était passé, avec Bibbo, finalement.

Ce soir là, il avait eu une soirée, et revenait à pied, ayant trop bu pour prendre le volant, et pas assez pour ne pas réussir à marcher. En passant par le parc afin de rentrer pour aller dormir, il vit un homme pas très couvert pour une nuit dehors. Bailey. Il s'avança doucement vers lui, ne voulant pas lui faire peur en arrivant d'un coup

" - Salut, qu'est-ce que tu fais là ? "
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyLun 17 Nov 2014 - 19:23

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty

Je n’ai aucune idée de ce que je fais là, je suis plutôt confortablement installé sur ce banc et j’attends patiemment sans réellement savoir s’il passera par là. Il n’est pas chez lui, c’est le premier endroit où je me suis rendu en espérant le trouver là-bas mais il est surement sorti, et je me dis qu’avec un peu de chance il rentrera à pied et s’arrêtera ici. A la réflexion je me dis que c’est une très mauvaise idée, n’aurait-il pas été plus simple de me trouver un petit coin sur les escaliers de son immeuble pour m’installer en attendant qu’il revienne ? Ouais enfin faudrait-il encore qu’il rentre chez lui, il peut très bien être parti quelques jours ou bien dormir sur place là où il se trouve ce soir. Les doutes grandissent crescendo avec les hypothèses mais une ombre vient mettre fin à cette épreuve déstabilisante, je ne peux pas encore mettre de nom sur le visage qui est sur le point d’apparaitre mais je ne tarde pas à le reconnaitre. Le simple fait de me retrouver non loin de lui me met sans-dessus-dessous. Mon cœur rate un battement et se met à pomper fiévreusement davantage de sang, je me sens rougir alors que rien n’a encore été dit et j’oublie qu’il fait frais, j’oublie tout, trop accaparé par Adriel qui me regarde, probablement surpris de me trouver là. « - Salut, qu'est-ce que tu fais là ? » Un sourire parvient aisément à conquérir mes lèvres, comment ne pas être heureux de le revoir ? Je ne saurais dire s’il est content de me voir après les mois qui se sont écoulés… Pour être tout à fait honnête c’est ce que je redoute le plus, s’il m’en veut pour ce qu’il s’est passé au Coachella je pense que j’aurais du mal à vivre avec, il est tellement important pour moi. On ne se rend pas compte au premier abord mais nous avons passé des heures et des heures à discuter, à nous rapprocher et j’ai le sentiment que le voir en chair et en os est un test, un moyen de nous pousser vers le haut et je n’ai clairement pas envie de louper cette chance. Cette opportunité bien trop mal dégrossie pour que je puisse clairement y voir quelque chose. « J’espérais te trouver… » J’abandonne mon petit banc bien confortable pour pouvoir me lever et lui faire face, affronter son regard qui me donnera peut-être la force d’aller jusqu’au bout. « Tu me manques Adriel ! »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyMar 9 Déc 2014 - 9:22

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty

C'était sûrement grace à l'alcool qu'il avait bu qu'il n'avait pas froid malgré la fraicheur de la nuit tombée. Il avait une chemise, et était bien comme ça. Mais voilà, en croisant les gens en manteau, il se rendit compte qu'il était bon pour tomber malade après quelques jours, s'il continuait comme ça. Tant pis, de toute façon, il n'allait pas faire marche arrière pour demander aux autres une veste. surtout que bon, il avait déjà fait la plupart du chemin, il ne lui restait qu'une dizaine de minutes à pied, et cinq après avoir traversé le parc. Et même s'il a beaucoup bu, il sait très bien que l'homme se trouvant en face de lui n'est pas un produit de son imagination, du coup, il va à sa rencontre.

Bailey, qu'il n'avait pas vu depuis les vacances, et qu'il n'avait pas vraiment cherché à revoir pour ne pas créer plus de problème que ça. Après tout, il avait bien foutu la merde pendant le coachella, et cela chez plusieurs personnes. Un fiasco total. Du coup, ça lui faisait plaisir de le voir quand même, bien qu'il n'ait rien fait pour. Ah, et apparemment, il l'avait cherché, puis qu'il espérait le trouver. Adriel ouvre grand les bras avec un petit sourire.

" - Et bien me voilà ! "

Il rit un peu, et lorsqu'il lui avoue qu'il lui manque, il devient un peu plus sérieux

" - Moi aussi.. Et j'pensais qu'on aurait pu au moins se faire un concert là bas, mais bon. "

Il met les mains dans ses poches, et l'invite à le suivre d'un signe de tête.

" - Viens chez moi, il fait froid "

Bien que lui, n'ait pas froid.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyDim 14 Déc 2014 - 15:29

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty

Je n’ai aucune idée de ce que je suis réellement en train de faire, pourquoi suis-je ici ? Pour voir Adriel, c’est évident, mais j’aurais pu m’y prendre autrement. Attendre qu’il fasse jour et pas simplement me pointer en plein milieu de la nuit, voilà une parfaite illustration du bordel que c’est à l’intérieur de ma tête. A vrai dire, depuis cet été je me sens étrangement bizarre, je pense ne plus être le même. Ma séparation d’avec Yannick m’a permis de me rendre compte que je m’étais peut-être pas mal voilé la face. Ce fut une relation unique, comme toutes les histoires d’amour, passionnelle mais je pense vraiment que nous avions fait le tour de notre histoire. Peut-être était-ce trop tôt, peut-être était-ce plutôt trop tard, pour nous. La seule chose qui est certaine c’est qu’aujourd’hui je me sens bien mieux dans ma peau, libre et cette liberté m’a permis de voir la vie sous un nouvel angle et Adriel aurait facilement pu trouver une place différente, bien plus logique, s’il avait été présent. Malheureusement ce ne fut pas le cas, il s’est effacé et a arrêté de donner de ses nouvelles. Lui à qui je parlais quotidiennement, sans exceptions, du jour au lendemain a cessé d’exister et ce fut l’une des épreuves les plus difficiles à endurer. Ce soir je suis fermement décidé à prendre les choses en main, il ne veut plus me parler ? Tant pis, car ça ne m’arrêtera pas, rien ne pourra m’empêcher de continuer à le côtoyer. « - Et bien me voilà ! » Je l’ai trouvé en effet, il m’a l’air un peu alcoolisé mais je n’y prête pas trop attention, bien trop heureux de le retrouver pour pouvoir accorder du crédit à des détails sans importance. Je me sens niais, guimauve à souhait et mon attitude doit s’en ressentir puisque j’agis maladroitement, hésitant à lui foncer dessus lorsqu’il m’ouvre grand ses bras pour me blottir contre lui. « Moi aussi.. Et j'pensais qu'on aurait pu au moins se faire un concert là bas, mais bon. » Un sourire neutre étire mes lèvres tandis que je ne peux m’empêcher de l’ouvrir pour constater à voix haute. « J’aurais aimé aussi, mais tu as arrêté de donner des nouvelles ! » Je ne dirais pas que je suis en colère, je ne lui en veux pas, mais ça m’a blessé et je me dois de le lui faire ressentir.

« - Viens chez moi, il fait froid » Très bonne idée, je commence à mourir de froid et je ne tiens pas spécialement à attraper la mort. Je lui emboite donc naturellement le pas, m’acclimatant à son rythme pour pouvoir continuer à marcher à ses côtés. « Alors dis-moi, quoi de neuf depuis cet été ? Tu dois en avoir des choses à me raconter. » Nous avions toujours des centaines de choses à nous dire alors après autant de temps je n’imagine même pas, il y a du temps à rattraper.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyMar 6 Jan 2015 - 21:39

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty


Moi j'ai arrêté de donner des nouvelles ? J'avoue, je ne peux pas m'empêcher d'afficher un petit sourire en l'entendant, parce que dans l'histoire, certes c'est moi qui me suis éloigné mais c'était bien parce que le petit ami de ce dernier avait été mit au courant de notre petit rendez vous. Est-ce qu'il était aussi au courant de notre petite aparté face à la webcam, aidant l'autre à prendre son pied... En tout cas, j'avais vu le visage de l'homme en question, et des souvenirs sont remontés en masse dans mon esprit. Yannick, moi aussi je l'avais aimé. Un des seuls d'ailleurs, bien que ça ne soit pas vraiment le mec parfait, il avait compté. Comme Alice avait compté aussi, avant. Du coup, j'avoue avoir assez mal réagit en le voyant, et.. j'ai fuis.

J'ai honte de le dire, mais oui j'ai pris la fuite. Parce que je ne veux pas me mettre entre eux, et surtout pour pas grand chose. Je sais que Bailey en était fou amoureux, et qu'il l'est sans doute toujours. Yannick sait aimer, à sa façon. Je me rappelle très bien que ce n'était pas le petit ami parfait, mais au moins il avait toujours été sincère. Enfin, jusqu'à ce qu'il me trompe. Ok, c'était peut-être pas un bon exemple, je l'avoue...

 « Parce que je connais bien ton mec. Ex-mec. Bref, ton Bibbo là. »

Est-ce qu'il lui avait raconté, d'ailleurs ? Peut-être que ça serait à moi de le faire... et ça serait très étrange...

« - Bizarrement, pas grand chose en fait... J'ai été à quelques concerts, j'ai travaillé, jme suis fait frapper par le mec d'une de mes ex, j'ai embrassé un type, j'ai du me débrouiller pour rentrer parce que je suis venu en stop, donc pas vraiment de vacances reposantes.

J'arrive devant la porte de mon appartement, et sort les clefs afin d'ouvrir la porte.

« Ah, et j'ai recueillis un chaton ! Tu vas le voir du coup »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyDim 18 Jan 2015 - 19:26

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty

Je suis franchement gonflé de balancer à Adriel qu’il a arrêté de me donner des nouvelles car je n’ai pas non plus été accroché à mon téléphone jour et nuit pour le harceler de messages. La vérité c’est que je me suis senti très mal à l’aise après ce qu’il s’est passé lorsque nous sommes sortis tous les deux. La rencontre entre Yannick et Adriel fut assez terrible pour moi, ils se sont battus et j’ai compris que quelque chose était cassé dès lors. Et puis il y a eu les engueulades, un gros clash et j’ai décidé qu’il était temps pour moi de tourner la page. J’ai mis un terme à ma relation avec Bibbo et même si je pense avoir pris la meilleure des décisions ça n’a clairement pas été facile de me couper de lui de la sorte. Il m’a terriblement manqué et puis peu à peu j’ai appris à vivre sans lui, j’ai retrouvé mon indépendance. Il m’aura fallu quelques semaines pour faire le point, une sorte de retraite spirituelle qui m’aura permis de me donner de nouveaux objectifs. Avec la fin de ma première grande histoire d’amour avait commencé une nouvelle étape de ma vie. Hors de question qu’Adriel n’y participe pas, parce que oui, le manque s’est réellement installé et il a fini par dépasser celui de Bibbo. « Parce que je connais bien ton mec. Ex-mec. Bref, ton Bibbo là. » Je relève un sourcil, pas certain de comprendre où il veut en venir. « Tu le connais ? Depuis longtemps ? Pourquoi tu ne m’en as pas parlé ? »

Le chemin pour rejoindre son appartement n’est pas très long, il serait néanmoins vraiment dérangeant qu’un silence de mort s’installe. Nous ne devrions pas être gênés, nous ne l’avons jamais été tous les deux. Il y a pourtant eu quelques occasions de l’être, comme cette nuit où nous avons tous les deux quelque peu dépassé les bornes en nous découvrant sous un nouvel angle, plus intime, plus charnel à la webcam. Difficile d’agir naturellement après cela et pourtant nous n’en n’avons jamais fait des tonnes. C’est ce qui m’a toujours séduit chez Adriel, il est décomplexé, ne se pose pas trop de questions et fonce. Je l’admire beaucoup pour cela, j’aimerais être davantage comme lui et avoir le courage de suivre mes convictions, d’aller jusqu’au bout. Peut-être même que nous n’en serions pas là si je m’étais montré plus honnête ? « Bizarrement, pas grand chose en fait... J'ai été à quelques concerts, j'ai travaillé, jme suis fait frapper par le mec d'une de mes ex, j'ai embrassé un type, j'ai du me débrouiller pour rentrer parce que je suis venu en stop, donc pas vraiment de vacances reposantes. » J’acquiesce bien sagement, ces vacances n’auront en effet pas été très reposantes. « Tu t’es fait frapper par quelqu’un d’autre ? T’as pas eu de bol, deux fois en l’espace d’un été c’est beaucoup trop ! Tu ne le mérite pas ! » Et je le pense, en plus, cogner sur un aussi beau visage ce devrait être interdit par la loi. « Ah, et j'ai recueillis un chaton ! Tu vas le voir du coup » Un petit chat ? Oh mon dieu, je crois que je vais fondre et une excitation très enfantine me prend aux tripes. « C’est vrai ? Tu l’as appelé comment ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyVen 23 Jan 2015 - 10:39

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty


Ah, apparemment, Yannick ne lui avait pas vraiment parlé de moi... Normal après tout, nous étions séparés, et pas en bons termes, pour tout dire... Je suis rarement en couple, mais quand je le suis, c'est pour une vraie relation. Il m'a fait espérer, m'a fait croire à un bonheur qui apparemment, n'était pas réciproque. Il m'a sourit, m'a fait l'amour, m'a embrassé, pour ensuite faire exactement la même chose avec un inconnu dans une soirée. Inconnu pour moi, après pour lui je n'en sais rien, et je ne veux même pas sa voir. J'ai tiré un trait sur cette partie de ma vie, et je compte bien ne pas revenir dessus. Enfin, après ce soir, vu que Bailey voulait savoir. J'ai allumé une cigarette sur la route, juste avant que nous arrivions chez moi, comme si ça allait me donner une certaine constance pour pouvoir lui parler de ma relation avec Yannick.

« - Depuis quelques années même. Et je ne t'en ai pas parlé parce que je ne pensais pas que c'était lui, Bibbo... enfin, moi je l'appelais Yannick, jamais Bibbo... Et puis ce n'est pas comme si je t'avais parlé de beaucoup de mes ex relation... Mais en tout cas, c'était mon petit ami, à une période. »

Plus maintenant. Encore heureux, vous imaginez si Bailey avait été le mec avec qui Yannick m'avait trompé ? Nous n'aurions certainement pas été amis comme nous l'étions maintenant, bien au contraire. Je l'aurai hais de toutes mes forces pour avoir été celui qui a brisé mon couple, dans lequel j'avais fondé pas mal d'espoir, et qui aurait tout fait foiré. Mais non, il était plus tôt... une victime de Yannick, comme je l'étais aussi. Comme je l'avais été. En tout cas, j'espérais ne pas l'avoir trop surprit avec cette histoire.. J'avais eu le temps de m'en remettre depuis les vacances, mais lui, comment allait-il réagir ?

« - Ouais, longue histoire.. mais t'inquiète pas, il en a prit pour son grade aussi »

J'ai souris légèrement, avant d'entrer chez moi, allant dans la cuisine pour prendre une bière et en donner une à Bailey, par reflexe. Je n'ai même pas pensé à lui demander s'il en voulait une, sûrement pas en état de toute façon. Le dit chaton court jusqu'à l'entrée en entendant la porte, et regarde Bailey en se demandant certainement qui ça pouvait bien être.

« - Bailey, je te présente Satan ! Satan, c'est Bailey, sois cool ! »

Je caresse rapidement le chaton avant d'aller m'assoir sur le canapé, invitant Bailey à prendre ses aises aussi.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptySam 24 Jan 2015 - 19:35

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty

Yannick et Adriel se connaissent, j’en ai à présent la confirmation et quelques cases commencent naturellement à s’éclaircir. Lorsqu’ils se sont battus cet été je n’ai pas tout de suite compris pourquoi, je me suis arrêté à cette conclusion hâtive, Bibbo devait être jaloux et c’est tout. Je me suis clairement trompé et quelques mots échangés entre deux coups de poing et deux insultes me paraissent maintenant vraiment logiques. Yannick ne s’est pas uniquement battu par jalousie, ce n’est pas pour moi mais parce qu’il a probablement eu la rage de me voir en très bonne compagnie avec son ex. Difficile d’avaler la pilule comme si les confessions d’Adriel ne voulaient rien dire pour moi parce que j’aurais aimé le savoir plus tôt mais je ne peux pas lui en vouloir non plus. Le principal c’est qu’il soit honnête avec moi, j’ai maintenant toutes les cartes en main pour porter un regard plus objectif sur la situation. D’ici peu de temps j’aurais complètement tourné la page et plus rien ne concernant Yannick ne m’atteindra. « Tu sais depuis quand que Yannick, mon ex-Yannick était également le tiens ? » C’est la seule chose qui m’importe pour l’heure, j’ai envie de savoir depuis quand il me cache la vérité.

Nous discutons en poursuivant notre route pour rejoindre son appartement, Adriel me confesse notamment qu’il s’est battu une deuxième fois après cette soirée à Coachella et qu’il a plutôt bien amoché le mec qui a osé lui chercher des noises. On ne peut pas dire que je sois satisfait pour autant. « Je ne te dirais pas que tu as bien fait, tu me connais, je suis contre la violence. » La seule fois où je me suis montré violent c’est lorsque je me suis échappé de ma secte, deux ans en arrière et je n’ai pas eu le choix. Ne croyez pas que ce fut facile, un véritable traumatisme pour moi. Ne pas savoir si ce mec, pourtant plus gros des salopards qui puisse exister, s’en est sorti ou non me hante.

La distance s’amoindri petit à petit et nous arrivons finalement à la porte de son appartement, il ouvre et je le suis bien volontiers. Il fait plus chaud à l’intérieur, surtout pour moi qui me balade en t-shirt depuis tout à l’heure. Si je suis malade demain je n’aurais à m’en prendre qu’à moi-même. Un petit chat tout mignon vient à notre rencontre et reste figé à quelques mètres de nous, surement intimidé par le nouveau venu. « Tu l’as appelé Satan ? Un petit démon ? » Je commente en souriant, profitant de l’absence momentanée de mon ami pour m’agenouiller et prendre le chaton dans mes bras. Il ronronne sous mes caresses et me lèche même le visage de sa langue râpeuse. « Il a plutôt une tête à s’appeler Angel ! » Je signale à Adriel alors qu’il m’invite à le rejoindre sur le canapé. « Dis-moi, les amours ç’en est où pour toi ? » Je me risque à demander en tentant de paraitre le plus… Disons le moins intéressé par l’hypothétique réponse qu’il va me donner.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptySam 21 Fév 2015 - 20:16

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty



« - Depuis le Coachella. Depuis que je l'ai vu avec toi, et que j'ai compris... »

Ex Yannick.. Alors il avait vraiment tiré un trait sur sa relation avec le bel homme ? Pourtant, c'était assez difficile de tirer un trait sur lui. D'ailleurs, ça m'étonne que Bailey ne l'ai pas compris plus tôt... après tout, je lui avais parlé de Yannick, vite fait, et jamais il n'a douté. Pensait-il que le français était un ange ? Sûrement. Je l'ai pensé également, à une époque. Mais tout ce qui nous a rapproché au début n'a fait que de nous éloigner, et pour de bon. Je ne voulais pas essayer de le rassurer, en disant qu'un homme infidèle l'est sans doute toute sa vie, et que donc il aurait finit par tromper mon pote sans chercher à comprendre si c'était bien ou mal. Il ne cherchait que son propre plaisir et confort, voilà tout.

Et j'avoue, j'étais un peu embêté que Bailey soit tombé sur ce mec là... après tout, il avait toujours été, à mes yeux, un homme tendre, simple, et très émotif. Enfin, pas vraiment, juste... Il croyait au prince charmant, pas aux enculés. Et voilà qu'il était tombé sur leur roi. J'étais certain que Yann avait un cœur, après tout il n'avait pas pu me mentir autant, mais... Il n'était pas digne de confiance, et ça, dit en tout objectivité. Et tiens, on peut rajouter à la liste de Bailey qu'il est pacifiste. Personnellement, je n'aime pas me battre, mais étrangement, ça m'arrivait assez souvent.

Une fois chêêêêz moi, je me met sur le canapé, et montre la place à côté de moi à Bailey. Il y a même une couverture, si jamais il a trop froid... Après tout, ses bras étaient nu et cela depuis.. combien de temps d'ailleurs ? Il m'a attendu combien d'heures ? De minutes ? J'en sais rien... Je passe les mains sur mon visage, avant de poser ma tête contre le dossier du canapé, regardant le plafond. Puis il rencontre mon chat, mon petit démon. Satan. Le prénom avait été choisit sans vraiment le vouloir, le jour où il s'est interposé entre Oscar et moi, et que pour le coup, il a vraiment été un petit démon. Je l'entend qu'il joue avec le petit chat, et apparemment, il a l'air d'aimer. C'est est vraiment lunatique, cet animal...

« - Crois moi, il n'y a que le physique ! Il est capable du pire, et son air le rend inoffensif. Grosse erreur ! »

Il vient sur le canapé, et me pose alors la question. Où j'en suis niveau amour. Je ris un peu, nerveusement.

« - Je suis toujours célibataire. »

Mais de là à dire que je ne serais pas contre l'idée que ça change...

« - J'ai vu un mec, au coachella. Il est à l'UCLA, et j'avais déjà passé un moment avec lui ici. Il est distant, fascinant, et je ne sais pas... Bref, on s'est vu là bas, et on s'est même embrassé. Satan nous a d'ailleurs gâcher le moment plusieurs fois. Mais bref, c'est tout. Je l'ai pas revu depuis, même si bon, j'espère que ça arrivera. J'ai l'impression qu'il m'évite, je le croisais pas mal avant. »

Je sors mon paquet de cigarette. Jsuis un putain de gros fumeur quand j'ai bu, et là, j'ai déjà finit mon premier paquet.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyLun 9 Mar 2015 - 16:14

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty

« - Depuis le Coachella. Depuis que je l'ai vu avec toi, et que j'ai compris... » Le point positif c’est qu’il ne m’a pas caché tout cela pendant des mois et des mois, lorsque nous étions plus proches qu’actuellement. Peut-être que ça ne fait aucune différence pour vous mais c’est le cas pour moi car je peux comprendre… Comprendre qu’il se soit effacé après Coachella pour ne pas me faire du mal par exemple. Avant cela je ne l’aurais pas bien pris mais à présent tout va bien. Et si j’oubliais ce passage pour me concentrer sur la soirée, sur nos retrouvailles ? N’est-ce pas ce qui m’intéresse réellement après tout ? Je crois bien que si ! Nous arrivons à l’appartement d’Adriel et entrons. Son petit chat ne tarde pas à se joindre à nous sur le canapé et je l’accueille avec plaisir, j’aime les animaux et encore plus un petit animal aussi craquant que Satan. D’ailleurs, pourquoi Satan ? « - Crois moi, il n'y a que le physique ! Il est capable du pire, et son air le rend inoffensif. Grosse erreur ! » Je pouffe de rire et jette un petit coup d’œil au chaton qui ronronne très fort contre mes bras. Il me regarde avec un petit air de chat Potté qui me fait instantanément craquer. « Je crois que je suis déjà tombé dans son piège, mais comment résister à une aussi jolie petite bouille hein ? » Je fais remarquer à Adriel en me cambrant pour pouvoir déposer un baiser sur le sommet de la tête du chat.

« - Je suis toujours célibataire. » Je ne sais pas pourquoi mais je tenais à savoir où il en est à ce sujet. Si je vous dis que la réponse m’apporte une certaine satisfaction est-ce que je passe pour une pute ? J’ai l’impression d’être terrible de réagir ainsi mais… Je ne sais pas… Adriel est spécial et je n’ai pas envie qu’il se case avec quelqu’un qui ne le mérite pas. « - J'ai vu un mec, au coachella. Il est à l'UCLA, et j'avais déjà passé un moment avec lui ici. Il est distant, fascinant, et je ne sais pas... Bref, on s'est vu là bas, et on s'est même embrassé. Satan nous a d'ailleurs gâcher le moment plusieurs fois. Mais bref, c'est tout. Je l'ai pas revu depuis, même si bon, j'espère que ça arrivera. J'ai l'impression qu'il m'évite, je le croisais pas mal avant. » Il a donc un garçon en vue, je ne peux m’empêcher d’être heureux pour lui, bien qu’étrangement un peu jaloux. « Tu ne l’as pas revu depuis cet été ? » Plus de trois mois, une grosse période non ? Le jeune homme sort une cigarette de son paquet désespérément vide. Il empeste déjà la clope à dix kilomètres, je me rapproche donc de lui, le surplombant pour pouvoir attraper la cigarette qu’il est sur le point d’allumer. « Tu en as déjà eu assez, et si tu me donnais ta clope hein ? » Ferme, je le suis, mais toujours avec cette douceur qui me caractérise. « Tu devrais aussi ralentir sur l’alcool… Tiens… Et si je te préparais un bon bain, pour dire de te détendre avant d’aller au lit ! »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyMar 10 Mar 2015 - 10:21

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty


Ce chat était un peu representatif du monde qui nous entourait. De première vue, comme ça, c'est mignon, ça donne envie de vivre avec, et de passer son temps à en profiter... mais en fait, on ne voit pas tout ce qu'il y a dernière. D'ailleurs, quand je vois Bailey soutenir que la petite boule de poil ne peut pas être digne de s'appeler Satan, je me dis qu'il est vraiment pareil avec la vie. Il voit le meilleur, pas le pire, mais est-ce réellement une bonne chose ? D'un côté, oui... ça lui permet de vivre correctement, et de ne pas toujours être frainé par les obstacles... Regardez le ! Il vient de perdre Yannick, l'homme dont il était amoureux, et il ne semble pas être au bout du rouleau. Ok il lui a fait une crasse, mais est-ce réellement une bonne raison pour mettre de côté tout ce qui a été merveilleux avec lui ?

J'étais bien placé pour savoir que Yannick n'est pas qu'un con. Avant que je le vois avec une fille contre un mur, il avait toujours été un mec bien, limite exemplaire. À moins que tout cela n'ait été qu'une feinte. Je ne pense pas... Tous ces matins à ses côtés, ces nuits, c'est soirée... il n'avait pas pu simuler tout ça. Et puis quel intérêt de m'avoir plusieurs fois ? Il m'aurait baisé et hop, non ? De toute façon, à quoi bon y penser ? C'est fini, et cela depuis une éternité.

« - Non, je ne l'ai pas revu. Pas encore du moins. En tout cas, les endroits où je le voyais avant, il n'y est plus »

Mais bon, il paraît que c'est dès qu'on ne cherche plus quelque chose qu'on fini par le trouver. Alors je vais arrêter de chercher, et espérer le revoir grâce au destin, ou une connerie de ce genre. Bref, il fallait que j'arrête d'y penser. Que je me calme les nerfs, aussi. D'où la cigarette. Mais voilà, Bailey l'attrape, et la garde entre ses doigts

« - J'en ai jamais assez... et je fume rarement tu sais... »

Avec le sport, je ne pouvais pas trop me le permettre, en fait. Je tenais à mes poumons, mais je savais que ce vilain vice ne faisait que de gagner du terrain, même si je ne fumais qu'occasionnnellement. Ça devenait de plus en plus fréquent, mes exceptions. Puis il me parle de l'alcool, et je ris un peu. C'était trop tard, mon cerveau était bel et bien imbibé d'alcool et de nicotine, jusqu'à en déborder. Quand il me parle de bain, j'avoue ne pas trop savoir quoi dire. Franchement, ça me tente bien, mais je vais clairement m'endormir dedans. Sentir l'eau sur ma peau, et tout... Je fais oui de la tête, et je me lève, afin d'aller dans la salle de bain

« - ça fait une eternité que j'en ai pas prit... Je prend des douches habituellement, c'est plus rapide... »

Je souris légèrement, et une fois dans la salle de bain, je m'assois sur le côté de la baignoire, attendant Bailey. Il est vraiment gentil de s'occuper de moi comme ça. Et moi, qu'ai-je fais pour lui ? Pas grand chose, si ma mémoire est bonne... je devrai y remedier.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyMer 11 Mar 2015 - 19:18

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty

Yannick, en parler est toujours désagréable. Il est là, comme une cicatrice qui se résorbe lentement et qui gratte dès qu’on y pense. Je ne le chasserais jamais entièrement de mes pensées. Il a été le premier et on ne tourne jamais le dos à son premier amour. Ce n’est pas une raison pour regarder en arrière, je refuse d’être nostalgique. Il est trop tôt pour que je parvienne à l’être sans avoir mal au cœur. Et puis je ne fonctionne pas de cette manière, peut-être parce que j’en ai toujours bavé dans la vie ? Je ne me retourne jamais pour jeter un œil à mon passé, le futur, c’est la seule chose qui m’intéresse. Surement parce que je ne dispose pas du moindre bon souvenir remontant à plus de deux ans, avant cela je n’étais que le fils de deux membres important d’un village sectaire, la déception, le fils qui ne suivait par leurs pas, qui ne croyait pas aux doctrines du groupe. Rien que d’y repenser et mes cicatrices, les coups de fouets qui ont laissé des traces flagrantes sur mon torse et mon dos se remettent à me démanger. Je n’oublierais jamais avec ces dernières, je n’oublierais jamais que je suis en sursis et qu’ils me retrouveront surement un jour. Ils me feront payer ma fuite et ce que j’ai fait pour y parvenir. « - Non, je ne l'ai pas revu. Pas encore du moins. En tout cas, les endroits où je le voyais avant, il n'y est plus » J’acquiesce sagement, trop occupé par ce petit chat trop mignon pour me concentrer sur Yannick.

Je délaisse uniquement le chaton lorsque mes yeux repèrent la cigarette qu’Adriel est sur le point de s’allumer. Il est hors de question qu’il fume, je pense qu’il a déjà bien abusé de l’alcool et de la clope ce soir. Oh oui, il a définitivement plongé dans l’excès, en me rapprochant son haleine me frappe de plein fouet, le tabac froid et l’alcool, quel mauvais ménage. « - J'en ai jamais assez... et je fume rarement tu sais... » Je pouffe de rire, glisse sans ménagement ma main le long de sa cuisse pour faire remonter de sa poche le paquet de cigarettes que je capture entre mes mains malgré le petit air mécontent, et plus mignon qu’autre chose, qu’Adriel arbore. « Une chance que je sois là pour prendre soin de toi alors ! Tu me remercieras plus tard. » Je lui adresse un petit clin d’œil et trouve une option plus intéressante, et si il allait prendre un bon bain ? Je sais qu’il a une baignoire qu’il utilise très peu, ce serait l’occasion non ?

« - ça fait une eternité que j'en ai pas prit... Je prend des douches habituellement, c'est plus rapide... » Je le suis jusque dans la salle de bain, il s’assied sur le bord de la baignoire et j’en profite pour passer un rapide coup de jet histoire de ne pas faire couler de l’eau sur une surface potentiellement pas très propre. « Tu as ce qu’il faut pour les bains ? Des huiles ? Du bain moussant ? » Je le questionne en m’emparant du bouchon pour le placer sur l’évacuation de la baignoire.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyVen 13 Mar 2015 - 9:53

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty


Sa main, qui monte le long de ma cuisse. Je la fixe, et penche un peu la tête sur le côté. Légèrement, comme pour m'aider à comprendre ce qu'il faisait. C'est presque une caresse, Bailey n'a jamais été brutal. Le paquet sort de ma poche, et il le prend dans sa main. Ça me fait sourire. J'en aurai bien prit une autre, mais bon, je savais que c'était mal. Mes poumons n'allaient pas en sortir indemne. Je la regarde donc faire, immobile, le fixant juste dans les yeux. Je ressens un froid, lorsque ses doigts quittent ma jambe. Mais voilà, sa proposition est trop alléchante pour que je j'y renonce, et encore plus pour une clope. Une fois dans la salle de bain, il commence à l'occuper de la baignoire et moi ? Je le regarde faire. Je pourrai l'aider, mais la vérité, c'est que je ne sais même pas quoi faire pour être utile. Mais quand il me demande si j'ai des choses pour les bains, j'avoue ne pas savoir.

« - Je dois avoir des restes quelque part... »

De l'époque où j'étais avec Alice, et qu'elle venait parfois dans cet appartement. Nous prenions alors des bains tous les deux, qui finissaient à chaque fois au lit. Nous étions très complémentaire à ce niveau là. Mais voilà, Los Angeles n'était pas vraiment propice à notre relation. Alors oui, ça s'est terminé. Et c'est bien comme ça. En tout cas, j'y repense lorsque je retrouve le produit de bain à la vanille, qui lorsqu'elle est mise dans l'eau crée de la mousse parfumée. Ce n'est pas grand chose, mais ça doit suffit.

« - Tiens, c'est tout ce qu'il me reste »

Et alors qu'il commence à faire couler l'eau, je me recule, vers le panier à linge. Je retire mon t-shirt, et je peux sentir qu'il empeste le tabac froid. Je grimace, et le jette dans le panier, suivi de tous mes autres vêtements. Lorsque je suis nu, je rejoins Bailey, qui tourne la tête.

« - Pardon... »

J’attends qu'il se décale pour que je puisse entrer dans l'eau chaude. Il m'a déjà vu nu de toute façon, la fois où nous nous sommes touchés par écran interposé. Quand je pense que j'ai fais ça. Je ne suis pas le genre d'homme à aimer se toucher seul, mais cette fois là, j'en sais rien.. j'ai presque venu naturellement. Une fois dans l'eau, je m'allonge, posant la tête sur l'arrière de la baignoire. J'étais bien. Je ferme un instant les yeux, mais entend Bailey respirer à côté. Je me décale, et me rapproche de l'avant de la baignoire. Je tourne la tête, et regarde le jeune homme.

« - Tu viens ? »

J'ai pas envie d'être seul, et même si je ne montre pas souvent cette facette de moi, je n'ai pas envie de rester seul. Et je sais que je peux compter sur Bailey quand il le faut. Je n'attends même pas qu'il se déshabille, et je l'attire dans l'eau, avant de me coller contre son torse, le prenant comme oreiller

« - Pourquoi tu es si gentil ? Dans ce monde, tu te fais bouffer quand tu es gentil... »

Ouais, bref, je suis bourré. Je suis totalement immergé dans l'eau, n'ayant que ma tête qui dépasse.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyVen 13 Mar 2015 - 13:49

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty

Mission accomplie, il ne fumera pas une cigarette supplémentaire ce soir, pas tant que je serais là en tout cas. Et puis je ne perds pas de temps pour lui laisser le loisir de s’indigner d’une telle punition. A la place je lui propose plutôt de lui faire couler un bon bain chaud. Ainsi, il pourra se détendre avant de filer au lit. La gueule de bois persistera probablement au réveil, parce qu’il a probablement abusé de l’alcool à en sentir son haleine. Adriel coopère, me laisse le temps de nettoyer la surface de la baignoire. Seule ombre au tableau ? Il me manque des produits pour le bain, en aurait-il sous la main ? « - Je dois avoir des restes quelque part... » J’acquiesce sagement, il abandonne le bord de la baignoire pour pouvoir farfouiller dans l’un des placards et met finalement la main sur du bain moussant parfumé à la vanille. « - Tiens, c'est tout ce qu'il me reste » Le flacon transparent me laisse entrevoir le contenu qu’il reste dans la bouteille. « Il y en a largement ! » Je lui indique en faisant tourner le bouchon le long de mes doigts pour que le liquide puisse s’échapper plus facilement dans la baignoire. Le résultat est instantané et de petites pellicules de mousse commencent à apparaitre.

Je rajoute une dernière petite touche de bain moussant et me retourne. Bordel, je me retrouve con devant Adriel, entièrement nu, approchant à grand pas pour s’allonger dans la baignoire. Par réflexe, et par gêne, je tourne la tête. « - Pardon... » J’esquisse un petit sourire timide. « Ce n’est rien. » Je l’ai déjà longuement admiré nu, cette nuit-là lorsque nous avons dépassé les bornes par webcam interposées. Il est encore plus beau en vrai et malgré tous mes principes j’éprouve tout le mal du monde à détourner le regard. Il me dépasse et grimpe dans la baignoire, me laissant une vue aussi plaisante que dérangeante sur son popotin bien rebondis. Pas besoin d’utiliser d’horribles instruments pour torturer un être humain, cette beauté renversante qui me laisse songeur à chaque fois est encore bien plus difficile à endurer. Il s’allonge dans la baignoire et étouffe un petit soupir d’aise, la température doit être parfaite, il est déjà bien plus détendu et ça se voit dans ses traits. Il serait peut-être temps que je m’en aille ? Que je le laisse profiter du moment ? « - Tu viens ? » Je relève un sourcil, interrogateur. Avant même d’avoir pu réagir il m’attrape par le bras et m’entraine dans une chute mémorable. L’eau vacille et déborde de cette surface soudainement bien plus étroite. « Hey, j’suis trempé maintenant. » Je lui fais remarquer en riant comme un gamin. Il me coupe néanmoins dans mon élan lorsqu’il laisse retomber sa tête contre mon torse. Cette sensation est… Étrange. Un frisson me parcours l’échine et ce cœur beaucoup trop sensible que j’ai dans la poitrine se met à battre la chamade. Je suis bien, ici, contre lui. J’hésite mais mes mains glissent finalement le long de ses cotes pour épouser ses formes. Je me cale contre lui, des moments comme ceux-là… J’en voudrais désespérément plus, surtout avec Adriel. « - Pourquoi tu es si gentil ? Dans ce monde, tu te fais bouffer quand tu es gentil... »

Très bonne question, pourquoi suis-je si gentil ? Est-ce quelque chose que je prévois délibérément ? « Je me suis déjà fait manger, j’ai été avalé tout cru et recraché. » Et pourtant, je reste naturel. Pourquoi tenterais-je de donner le change en me forçant à être plus méchant ? Ce n’est pas comme cela que je fonctionne. La passion, la gentillesse, la sensibilité… C’est ce qui me résume le mieux. « Tu m’as vraiment manqué depuis cet été. Ma vie sans toi c’est… C’est tellement vide. » Je confie timidement, concentré sur mes doigts qui caressent son torse tendrement.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyMar 17 Mar 2015 - 22:09

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty


J'ai toujours dit qu'un corps était le meilleur coussin du monde, et encore plus quand je suis ivre. Mais justement, tout se relâche dans ma tête, et même si j'ai réuss à tenir le coup jusque là, ça fait du bien d'avoir un peu de soutient, même s'il est volé. J'aurai pu dire à Bailey que j'avais besoin d'un peu de tendresse, d'un minimum d'attention, et que je voulais juste ne pas être seul. Mais je ne l'ai pas fait. À la place, j'ai pris les devants, et j'ai presque forcé à plonger dans la baignoire avec moi. Mais il n'a rien dit, et est venu à côté de moi. Il m'a même prit dans ses bras, alors que je n'ai fais que de me blottir dans ses bras. Cet homme est un ange. Je ne suis pas encore assez bourré pour y croire vraiment, mais j'aurai pu m'en persuadé après avoir fini la bouteille entamée à la soirée.

« - C'est pas grave ça... Et puis tu sais, je pourrai te prêter des vêtements si tu as besoin, on ne doit pas être très très loin en taille l'un de l'autre »

Et puis ça en valait le coup. Bon, par contre, j'avoue que je me retrouvé nu contre des fringues mouillés, c'est pas le top. Mais je m'en fichais un peu, ça ne me posait pas de problème, et mieux : je ne m'en rendais même pas vraiment compte. Je sens ses mains qui passent sur mon torse, sur mes côtes, me caressant légèrement. C'est exactement pour ça qu'il est trop gentil. Pourquoi faisait-il tout ça ? Je ne comprend pas. Et l'entendre me dire qu'il a déjà été mangé, et bien... ça ne me fait pas plaisir, loin de là. Qui peut faire ça à un mec comme lui ? Si quelqu'un ne mérite pas de souffrir, c'est bien Bailey. Mais le pire, c'est que je sais déjà qui c'est. Yannick. Comment ne pas penser à la tornade Hobbs ?

« - Justement, la plupart des gens deviennent méchant quand ils ont vu le vrai visage de la méchanceté. Tu aurai pu devenir un vrai connard si tu avais voulu. Mais tu es resté comme tut es, et je trouve ça admirable. »

Je tourne la tête, relevant les yeux pour le regarder, tout en restant contre lui. Ses caresses me détende, et me font me relacher. Des problèmes ? Pour quoi faire ? Et puis, apparemment, je lui avais manqué. Je garde les yeux fermés, posant une de mes mains sur les miennes.

« - Et comment tu as fait avant de me rencontrer ? »

Je ris un peu, avant de reprendre.

« - Tu m'as manqué aussi. Faudrait qu'on se fasse une soirée un de ces soirs. Une où je ne sois pas déjà ivre »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyJeu 9 Avr 2015 - 18:51

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty


Je ne m’attendais pas à terminer la soirée trempé. Qui pouvait prévoir de me retrouver dans une baignoire, partageant un bain bien chaud et relaxant, agacé par des vêtements trop encombrants. Ma pudeur serait presque sur le point de disparaitre, je serais même tenté de tout retirer et de me joindre à lui à nouveau, dans une tenue plus naturelle pour ce genre d’activités, pour me permettre d’apprécier le moment à sa juste valeur. Je n’ose cependant pas bouger, à vrai dire je trouve mon confort d’une autre manière, mes bras enlacent sa taille, mes doigts se perdent le long de ses courbes affolantes sans vilaines idées derrière la tête. La seule chose qui m’inquiète c’est la fin de cette soirée, je risque d’attraper la mort si je rentre mouillé de la tête au pied, même si la température se réchauffe il fait relativement frais dehors à cette heure-là. « - C'est pas grave ça... Et puis tu sais, je pourrai te prêter des vêtements si tu as besoin, on ne doit pas être très très loin en taille l'un de l'autre » Je n’y ai pas pensé, mais effectivement, à priori nous ne sommes pas trop éloignés l’un de l’autre. « Super, mon médecin traitant t’en es très reconnaissant. » Je plaisante en souriant, je m’approche et appuie mon menton contre son épaule, bien mieux installé de la sorte. Adriel me parle de ma gentillesse, de la méchanceté qui domine notre monde… Le pauvre n’a pas idée de tout ce que j’ai eu à subir, la vie à UCLA me parait tellement paisible par rapport à mon enfance. Mon corps en sera toujours la preuve, les cicatrices sont nombreuses, à chaque fois que j’y repense je suis capable d’entendre le bruit du fouet s’abattant sur ma peau dénudée. Ce que j’ai hâte d’achever mes études pour pouvoir partir à la poursuite des sectes, arrêter celles qui ont des pratiques questionnables. Peut-être qu’ainsi, je parviendrais à sauver quelques membres qui, à mon image, se sont retrouvés là sans avoir vraiment le choix. Le jeune garçon ignore tout de ma facette plus sombre, il ignore que pour m’en sortir, pour m’échapper, j’ai rendu les coups, blessé plusieurs membres de cette bande d’enfoirés complètement timbrés. Peut-être était-ce de la légitime défense, il n’empêche que je me suis transformé le temps de fuir par la forêt. Une véritable chasse à l’homme de laquelle j’ai réchappé en ayant beaucoup de chance. « - Justement, la plupart des gens deviennent méchant quand ils ont vu le vrai visage de la méchanceté. Tu aurai pu devenir un vrai connard si tu avais voulu. Mais tu es resté comme tut es, et je trouve ça admirable. » Il tient un discours très touchant, je me retrouve à sourire bêtement, les yeux brillants. « Je n’ai pourtant pas toujours été un ange. » Il pose l’une de ses mains contre les miennes et tourne la tête pour pouvoir plonger son regard dans le mien, ses yeux me perturberont toujours, ils ont ce petit quelque chose de très singulier, de plaisant, d’hypnotisant. Il m’a manqué le con, beaucoup trop ! « - Et comment tu as fait avant de me rencontrer ? » Je pouffe de rire, faisant mine de réfléchir à la question. « Je te répondrais rationnellement que j’ignorais ton existence, je ne pouvais donc pas éprouver un manque ! » Un vide éventuellement, mais ce n’était pas le cas. « - Tu m'as manqué aussi. Faudrait qu'on se fasse une soirée un de ces soirs. Une où je ne sois pas déjà ivre » En voilà une idée judicieuse. « Quand tu veux, tu n’auras qu’à me faire signe ! » Je ferais en sorte d’être disponible à ce moment-là.

Allez savoir pourquoi, j’ignore si c’est cette proximité inhabituelle, son cœur que je peux sentir battre si je me concentre bien contre ma peau, peut-être est-ce ses yeux qui me dévorent… Quelle que soit la raison je me sens soudainement emporté très loin, je perds la notion du temps, je décroche, la connexion est coupée. Il n’y a plus que moi, mes pensées, mon cœur tambourinant fiévreusement dans ma poitrine et mes pulsions contradictoires. Mes lèvres viennent-elles subitement d’envoyer la distance nous séparant aux vestiaires ? Suis-je réellement en train de profiter du goût incroyablement addictif de ses lippes ? Je recule, abasourdi par mon propre geste. « Je… Je… Excuse-moi ! » Je parviens à bafouiller avec énormément de difficultés, je n’aurais peut-être pas dû m’excuser, pas quand l’envie de recommencer est aussi omniprésente. Trop de sagesse en moi. « Je ferais mieux de te laisser finir de profiter de ton bain, je vais aller chercher des vêtements. »

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyDim 3 Mai 2015 - 20:00

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty

[justify]Avoir l'impression d'être un enfant allongé sur le corps d'un homme est perturbant. Je me sens vulnérable, et en quelque sorte, protégé par les bras de Bailey autour de moi, et sa tête posée sur mon épaule. Je sais aussi que je ne ressens ça qu'à cause de l'alcool, et que jamais je me trouverai vulnérable dans ce genre de situation si j'avais été sobre. Mais je crois que tout ce qui m'arrive ne m'aide pas à avoir la confiance en moi dont je fais preuve d'habitude, bien au contraire. Elle me tire vers les bas, et me ramène au statut d'enfant demandant de l'attention. Peut-être que je le suis toujours finalement. Non. Et puis je n'ai besoin de rien, ni de personne. Pff, conneries...

Et malgré ce qu'il peut en dire, il semble être un ange à côté de l'homme que je suis.

« - Oui, c'est pas faux... Je sais que de toute façon, que je sois là ou pas, un autre aurait eu cette place  »

Pas besoin de se leurrer, personne n'est indispensable sur cette planète, et je n'ai pas la prétention de dire que je suis l'exception à la règle. Bien au contraire, le commun des mortels est ma classe, je le sais. Bon, et du coup, on s'organise une petite soirée pour bientôt, en lui précisant que je n'allais pas être ivre, comme je le suis maintenant. Je suis capable de me retenir, faut pas croire hein ! Mais voilà, ce soir, je n'avais pas su identifié ma limite, et je sais que je le regretterais demain matin. Ou si avec de la chance, j'arrive à ne pas avoir une gueule de bois monstre. Mais ça, je ne le saurai pas avant le moment !

« - ça marche, j'organiserai ça quand mon cerveau en sera capable  »

Puis voilà qu'il m'embrasse, quand nous nous faisons face. Je ne réagis pas vraiment, bougeant simplement mes lèvres contre les siennes. C'est agréable, et quand il met fin au baiser, il s'excuse. S'excuse ?

« - T'excuse pas, c'est rien »

Ce n'était qu'un baiser, après tout, et puis de le voir aussi gêné pour ça, c'était étrange. On avait fait pire.

« - D'accord. Prend dans le deuxième placard de la commode, tu trouveras des joggings et des débardeurs normalement. Le reste, bah... Fouille »

Je lui laisse une place pour sortir de la baignoire, et y reste quelques minutes après. Mais rapidement, l'eau crée sur moi ce que j'appelle l'effet grand père, avec le bout des doigts frippés, et rien de très agréable. Je sors, met une serviette autour de moi, et rejoins ma chambre pour passer un boxer propre, avant de filer sous les draps

« - Tu peux dormir ici si tu veux, je te ramènerai demain »

Je ferme les yeux, et pose la tête sur l'oreiller.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptySam 9 Mai 2015 - 19:12

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty

Je crois que je me détends, progressivement, je me suis habitué à cette sensation désagréable que me procure le fait d’avoir mes vêtements trempés. Il devient donc plus simple de discuter puisque je ne suis plus du tout concentré sur les sensations. J’élabore une théorie selon laquelle si j’ai survécu jusqu’à maintenant sans lui c’est parce que je ne le connaissais pas. Pas con le mec ! « - Oui, c'est pas faux... Je sais que de toute façon, que je sois là ou pas, un autre aurait eu cette place » Surement, s’il n’avait pas été là, si nous n’avions pas fait connaissance sur les réseaux sociaux alors quelqu’un d’autre aurait surement pris sa place. Ainsi va la vie ! « Possible, mais la question ne se pose pas puisque tu es là… Et cette place est définitivement prise ! » Il pourrait très bien arrêter de me parler du jour au lendemain, ça ne changerait rien, chaque relation est unique après tout. Et là, allez savoir quelle mouche me pique mais je me retrouve à profiter d’un élan d’adrénaline pour réaliser l’un de mes fantasmes. Je l’embrasse, rien de plus, rien de moins. Que c’est agréable comme moment, j’en suis tout retourné et la seule chose que je trouve à dire c’est… Oui, je crois bien que je me suis excusé pour un truc que je ne regrette pas du tout. Si je m’écoutais, je recommencerais. Mais ne serait-ce pas une sorte d’abus ? Il est ivre après tout, probablement pas en pleine possession de ses moyens non plus. « - T'excuse pas, c'est rien » Je bafouille, décide d’opter pour la voie de la raison en prenant la fuite. Des vêtements, j’ai besoin de vêtements secs avant de quitter son appartement. « - D'accord. Prend dans le deuxième placard de la commode, tu trouveras des joggings et des débardeurs normalement. Le reste, bah... Fouille » J’acquiesce lentement, lui laissant le temps de se pousser pour retrouver l’usage de mes jambes et me redresser dans la baignoire. « D’accord ! » Je me mordille la lèvre, fébrile, et chevauche la baignoire, un pied après l’autre. Dos à lui, je me retrouve face à un nouveau constat… Si je me rends jusque dans sa chambre pour trouver des vêtements je vais laisser des traces, mes vêtements dégoulinent… « Je vais t’éviter d’avoir à repasser la serpillère partout où je serais passé ! » Mes mains longent mes hanches et empoignent la ceinture de mon t-shirt, je le retire. Je l’abandonne au sol, trop occupé à déboutonner mon jean que j’entraine dans une chute le long de mes cuisses, accompagné de mon boxer. Nu comme un ver, je jette un petit coup d’œil autour de moi, à la recherche de quelque chose de précis. « Je t’emprunte cela ! » Son baiser m’a réchauffé, je ne fais même pas attention à ma nudité, je serais presque à l’aise. J’attrape donc la serviette blanche sur le séchoir à notre gauche et l’enroule autour de ma taille. « A tout de suite. » Je quitte la salle de bain, me dirigeant jusque dans sa chambre. Il est temps pour moi de trouver de quoi m’habiller, un caleçon pour commencer ? Où sont-ils rangés ? J’ouvre quelques tiroirs, sans succès. Tant pis, j’attrape l’un de ses joggings que j’enfile, pas vraiment confortable sans sous-vêtements mais je survivrais. Je m’empare également d’un marcel blanc que j’enfile tandis qu’Adriel me rejoint. Il déambule, en tenue d’Adam, aguichant mon regard inhabituellement avide d’une telle vue. Il enfile un boxer et se glisse dans ses draps. Je crois que c’est le moment, je vais y aller. « - Tu peux dormir ici si tu veux, je te ramènerai demain » Dormir ? Ici ? Avec lui ? J’hésite, devrais-je ? Quelle heure est-il ? Je n’ai même pas pris mon portable, aucune idée de l’heure donc, il doit être relativement tard cela dit. J’ai pas mal poireauté dans ce parc après tout. « T’es sûr ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyDim 10 Mai 2015 - 0:51

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty


Il pouvait faire comme il le voulait, c'était chez lui ici. Du moins, c'est ce que je pensais, sous l'alcool. Bien sur, je sais que j'habite ici, mais mon cerveau ne fait pas réellement le lien. Si Bailey est là, c'est qu'il vit avec moi non ? Putain, j'en avais déjà oublié que je l'avais trouvé dehors, en t-shirt alors qu'il caille dehors, et tout ça parce qu'il voulait me parler un peu. D'ailleurs, quand j'y pense, il est vraiment dingue. Ça me donnait limite envie d'écrire tout ça pour pouvoir lui demander tout à l'heure. Mais c'était tout sauf rationnel. Je le laisse se lever pour aller passer quelques fringues, pendant que je reste un peu, laissant l'eau doucement refroidir.

Enfin, pas longtemps. Une fois debout, et prêt à dormir, je me glisse dans mes draps. Ils sont froids, comme d'habitude, et même si j'aime entrer dans des draps froids, appréciant la sensations sur ma peau, j'avoue préférer avoir quelqu'un à côté de moi, pour servir d'oreiller, de radiateur, et avec quelques avantages quand je me sens d'attaque. Et là, Bailey était présent. Après, voilà, ce n'est pas une raison pour me servir de lui, c'est un pote, je ne lui ferai pas ça. Mais quand je le vois se préparer lentement, je me dis que... ce ne serait pas cool de le laisser partir maintenant. Il est nu, et se balade, comme si c'était naturel. Je pourrais presque croire qu'on vient de baiser, mais... je m'en rappelerai non ? Putain, je suis nu, mouillé, et lui nu, et... Non, c'est pas possible.

Putain, j'ai vraiment trop bu. Je secoue la tête, et la pose sur l'oreiller, et ferme un peu les yeux, en lui proposant de rester. D'ailleurs, sa répartie me fait rire.

« - Je ne suis plus sur de rien dans mon état, mais ouais ! Rappelle moi juste que j'ai dis ça demain matin, ok ? »

Je souris un peu, et remonte le drap sur mon dos. Il n'en faut pas beaucoup plus pour que le sommeil m'emporte, je l'avoue. Je suis ko, et l'alcool, une fois l'effet passé, a toujours eu un effet somnifère. Je ne sais pas ce qu'il va décider, mais j'espère juste qu'il fermera la porte, qu'il reste ou qu'il parte. Et que le chat n'est pas dehors, non plus. Quel diable, celui là. Un vrai petit monstre. Je sens un poids, sur le lit, je ne sais pas si il s'y allonge, ou si c'est simplement pour vérifier que je dorme. En tout les cas, c'est la dernière chose dont j'arrive à me rendre compte avant de sombrer, et de ne plus avoir conscience de ce qui m'entoure.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY EmptyMar 19 Mai 2015 - 18:12

avatar
Invité
Invité

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty

La nuit passe à une allure folle et le sommeil me manque. Je suis probablement parvenu à fermer l’œil à une ou deux reprises, quatre ou cinq heures grand maximum. Mon sommeil a toujours été très segmenté, un cycle de sommeil différent de celui des autres mais qui ne m’empêche pas d’être en forme pour autant. Ces quelques heures, dans l’obscurité, allongé aux côtés d’Adriel auront été assez spéciales. Je n’ai pas osé faire le moindre mouvement après l’avoir rejoint, par peur de le réveiller. Il m’est arrivé de me surprendre à sourire, en l’observant dormir paisiblement. Il a parfois murmuré quelques mots, grommelé… Les trucs qui arrivent assez souvent quand vous avez pris une bonne petite cuite. Il est malgré tout resté très calme, presque trop à mon goût.

Pas habitué à supporter la lumière du soleil au petit matin, la faute à d’excellents volets qui dissimulent à merveille les rayons qui pourraient venir te réchauffer la peau au petit matin, je suis réveillé très tôt. Qu’il en soit ainsi, j’en profite pour quitter la chambre en prenant soin de ne pas faire trop de bruit, un petit passage à la salle de bain, dans son dressing pour trouver quelques fringues à me mettre pour sortir et me voilà parti chercher de quoi cuisiner un petit peu. Au programme ? Quelques courses très classiques, des œufs, du sucre, des fraises, ce genre de petits ingrédients qui fonctionnent à la perfection lorsqu’il est question de concocter un petit-déjeuner digne de ce nom. A peine arrivé devant chez Adriel et déjà je me lance dans la préparation d’une pâte à pancakes, utilisant les conseils de ma tante au mieux pour qu’ils ne soient pas trop lourds. Je trouve deux assiettes, des couverts, le Nutella, le sirop d’érable, la chantilly… Tout ce qui pourrait se marier avec les pancakes et les fraises que je commence à découper en petits morceaux. Attendez, j’ai oublié le jus d’orange… Merde, en aurait-il dans son frigo ? Pourvu qu’il en ait !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Please, don't leave me ! ADRILAY   Please, don't leave me ! ADRILAY Empty

Contenu sponsorisé

Please, don't leave me ! ADRILAY Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Please, don't leave me ! ADRILAY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser