Le deal à ne pas rater :
Nike FR : 25 % sur tous les articles
Voir le deal

Partagez
 

 Motus et bouche cousue - Natan&Zoé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Motus et bouche cousue - Natan&Zoé    Motus et bouche cousue - Natan&Zoé  EmptySam 29 Nov 2014 - 2:11

Zoé Barovitch
Zoé Barovitch
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 26
Date d'inscription : 29/01/2014
Prénom : Estelle
Célébrité : Cora Keegan
Crédit avatar : SHIYA
Messages : 2208
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : /
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etude en Danse à l'UCLA. (5e)
Job/Métier : Actrice reconnue.
Adresse de résidence : Petit appartement, Northeast.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Felia D. Rimenez.

Motus et bouche cousue - Natan&Zoé  Empty


Doucement j'ouvre les yeux, mais avec beaucoup de difficultés. Mes paupières sont lourdes comme si j'avais dormi pendant des jours entiers, voire des semaines. Il y a ce BIP aigu régulier qui est berceur autant qu'il est emmerdant. Qu'est-ce que c'est que ça putain ? Je découvre enfin un décor entièrement blanc autour de moi. Des murs, les portes, les meubles, les draps... Je mets du temps avant de réaliser que je suis allongée dans un lit qui semble être d'hôpital. Aucuns souvenirs de ce qu'il s'est passé ne me vient en tête. J'ai beau cherché, je ne comprends pas. Pourtant la situation ne m'est pas inconnu. J'ai déjà vécu ça auparavant. Saignements de nez fréquent, ou malaise soudain. Et HOP, me voilà transportée dans cet endroit que je déteste tant. Quand je tourne la tête à droite, je remarque un autre patient allongé dans son lit. Une petite fille apparemment, endormie tranquillement. Tss... Ils ne sont même pas capable de me donner une chambre individuelle ; je dois me coltiner quelqu'un. C'est pas comme si je n'étais pas à l'aise avec les gosses en plus de ça.
Je me redresse un peu trop vite quand un médecin entre dans la pièce. Wow, ma tête tourne ! Lui aussi il est vêtu de blanc... C'en est presque glauque tout ça. « Mademoiselle Barovitch. Encore vous. » Je souris quand il énonce mon nom de famille. Je connais ce type, j'ai déjà eu affaire à lui lors de mes précédents passages ici. Et son opinion à mon égard se dégrade à chacun de mes nouveaux allers et venus je crois bien. J'ai toujours droit à son serment de bon saint maritain. C'est agaçant à la longue. Il échange deux trois formalités sur mon état actuel auxquelles je ne fais que répondre que je vais bien. Semi mensonge. Car en réalité, je suis exténuée et faible. « Bon, on connait tous le scénario hein, c'est pas la première fois qu'on vous voit ici. Malaise sur la voie public, une ambulance est venue pour chercher quand un passant nous a appelé. » Je n'en ai vraiment aucun souvenir. C'est flippant. « Ça ne va vraiment pas, il faut y remédier. » « Je connais le refrain docteur. Mais je vais bien ! Je suis Zoé Barovitch voyons ! » Je re lève les douces vers le haut, le sourire jusqu'aux oreilles pour faire mine que je n'ai besoin de personne. « Ce n'est pas ce que dise vos analyses. » Et c'est repartie... Il débat pendant de longues minutes sur mes soucis de santé en utilisant des termes médicaux totalement inconnus à mon vocabulaire, soulignant mes manques de calcium, de glucose ou je ne sais trop quoi. Ses mots entrent par mon oreille mais ressortent par l'autre. C'est ennuyant à mourir. Alors je ne dis plus un mot, acquiesçant de temps à autre pour lui faire croire que je comprends. Comme je le fais tout le temps d'ailleurs. Puis il conclut en m'ordonnant de me reposer encore quelques heures avant de nouveaux examens. Allez, tu peux partir maintenant... J'ai autre chose à faire que de rester là à écouter ses conneries. Je me rallonge sous ma couette quand il tourne les talons, et alors qu'il sort enfin de la chambre, je l'entends bousculer quelqu'un qui entre affolé à son tour. Je sursaute en voyant un blondinet déambulé brusquement. Mais merde, je le connais. « Natan ? » Je demande. Il tourne la tête vers moi quand j'appelle son prénom, et j'ai l'envie folle de fourrer ma tête sous les draps pour me cacher.




La passion de Louise aura raison de moi, autant que celle de Molière a eu raison de lui. J'ai vu ces flammes danser sur ma peau jusqu'à entrer dans mes chairs et les brûler. Mon corps paralysé, j'ai senti la douleur crisper chacun des membres de mon corps. Et mon cri s'élevait dans la salle, transperçant le toit pour flotter jusqu'à la lune. Car c'est là-bas que j'ai abandonné ma fierté et mon amour propre.
Revenir en haut Aller en bas
 
Motus et bouche cousue - Natan&Zoé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser