-15%
Le deal à ne pas rater :
HUAWEI MateBook – PC Portable 13″
849 € 999 €
Voir le deal

Partagez
 

 Boissons & Confidences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Boissons & Confidences   Boissons & Confidences EmptyLun 8 Déc 2014 - 20:40

Gabriel Hartt
Gabriel Hartt
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 30/11/2014
Célébrité : James Franco
Crédit avatar : Eugénie
Messages : 136
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Veuf(ve)
Job/Métier : Libraire
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Non

Boissons & Confidences Empty

Boissons & Confidences Tumblr_m8pi0wVeNl1rt3fn2

Boissons & confidences
Aaron & Gabriel

Dans la réserve Gabriel s’assurait de l’arrivée de la dernière commande. A l’approche des fêtes de fins d’année, la librairie, pour la plus grande satisfaction du jeune homme, ne désemplissait pas. Il fallait tenir les stocks à jour. Aidé de Charlotte, il réapprovisionna les rayons, notamment le rayon jeunesse. 9 heures. La boutique ouvrait ses portes. Il en avait bien besoin. Avec le weekend désastreux qu’il venait de vivre, il fallait qu’il songe à autre chose. Méticuleux, il veille à ce que tous les livres soient correctement positionnés sur leurs étagères, sur les promontoires, dans l’attente des premiers clients. Malgré sa fatigue, il ne laissa rien paraître, même si ces gestes étaient parfois plus approximatifs que d’habitude. Il s’occupait de chaque personne, comme si de rien n’était.

Tandis qu’il s’occupait d’une femme en quête d’un livre pour sa petite-fille, il sentit au fond de sa poche, son portable vibrait. Curieux, il se demandait qui cela pouvait-il être. Professionnel, il dispensa ses derniers conseils à l’intéressée. Ravie cette dernière le remercia, paya son achat et sortit de la boutique heureuse d’avoir débusqué l’un des nombreux cadeaux de sa liste de Noël. Gabriel profita d’un moment de battement entre deux clients pour jeter un coup d’œil à son portable. Il s’agissait d’Aaron. Il proposait de se retrouver autour d’un verre afin de discuter, il avait des choses à lui dire. La tête penchait sur son portable, Gabriel lui répondit : « 19h30 au bistrot ? J’ai aussi des trucs à te raconter, dont je ne suis pas très fier. ». Il leva la tête, une ravissante jeune femme s’approchait de lui, d’un pas décidé avec deux ouvrages : « Mademoiselle, je peux vous aider ? ». Elle commença à lui expliquer qu’elle hésitait entre ces deux romans et elle ne savait lequel choisir. Le libraire tenta de connaître clairement les goûts du futur lecteur afin de l’orienter au mieux vers son choix définitif. « … je pense que celui-ci lui conviendrait beaucoup plus ! Et en cas de déception, sachez qu’il peut toujours venir l’échanger dans un délai d’une semaine après Noël ! ». De nouveau une cliente comblée. Quand, il zyeuta sur son téléphone. Il vit le simple : « Ok » formulé par Aaron. Il esquissa un sourire. Sa journée passerait nettement plus vite désormais.

19 heures 10. Gabriel fermait le magasin. Pourtant, Charlotte était encore là. Il la salua en plaisantant : « J’y vais ! Bonne soirée ! Pense quand même à rentrer chez toi ! ». Il abandonna sa collègue et sortis dans le froid hivernal qui faisait rage dehors. Il ne traina pas longtemps dans les rues, ne s’amusant même pas à faire du lèche-vitrine. Après une journée bien chargée, il était temps pour le jeune homme de se décontracter, boire un verre avec un ami ! Il bifurqua à l’angle d’une rue et se retrouva à deux pas du bistrot où ils avaient l’habitude de se retrouver, se raconter leur vie respective, se soutenir moralement. Il regarda sa montre. 19h28. Dans les temps. Impeccable. Il pénétra dans le bar et s’assit à leur table. Il se mit à l’aise et attendit.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Boissons & Confidences   Boissons & Confidences EmptyMer 10 Déc 2014 - 16:34

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

Boissons & Confidences Empty

L'objectif de l'appareil photo était pointé directement sur le plus jeune individu de la pièce. Un bambin de bientôt un an, tenant à peine sur ses deux jambes pourtant bien dodues. Ce n'était pas la première fois qu'Aaron le photographiait, mais cette fois-là au moins, il arrivait un peu mieux à se servir de son corps pour tenir en équilibre. Enfin, il fallait tout de même relativiser. A sa gauche se tenait sa mère, une jolie trentenaire aux longs cheveux blonds, n'ayant d'yeux que pour sa progéniture. Et à leur droite se trouvait le père, du même âge que sa compagne et à l'apparence fort élégante. C'était lui qui tenait fermement leur fils, Harry, tandis que le petit nez du bébé approchait avec amusement celui de sa mère. Cette séance photo était rythmée par une succession de rires dont aucun n'était avare, pour le plus grand bonheur du photographe. Il captura une quantité considérable d'instants intimes, offerts généreusement par cette jeune famille à l'occasion du prochain anniversaire de Harry. Le petit garçon se montra intrigué plus d'une fois par le décor et le professionnel lui-même qui avait appris, avec le temps, à gérer également les lubies des plus jeunes. Après tout, cela n'est pas un secret, le métier de photographe requiert un excellent sens du relationnel. Ce serait fort dommage pour un professionnel de se restreindre à un public limité. Aaron avait par chance le sens du contact et cela devait d'ailleurs être l'une des plus probables raisons à toute cette clientèle, toujours plus fidèle.

Lorsque la séance prit fin, Campbell laissa son matériel intact dans le studio et invita le couple à le suivre jusqu'à son bureau, situé à l'étage inférieur. Harry, lové dans les bras de sa mère, regardait avec un grand intérêt tout ce qui défilait sous ses deux billes rondes bleutées. Une fois tous installés en bas, ils réglèrent le photographe pour la vingtaine de clichés commandés et discutèrent pendant un bon quart d'heure sur tout et rien, sur la vie en somme. Quand la conversation revint sur Harry, Aaron les écouta raconter l'origine de ce prénom, non étrangère à la saga de J. K. Rowling, puis il leur confia sa proche paternité, sans pour autant trop s'épancher sur le sujet. Il était un homme très sociable et avenant qui n'était pour autant pas forcément très à l'aise lorsqu'il s'agissait de sa vie privée. Considérant que cela ne regardait que lui, il n'était d'ailleurs pas rare qu'on le considère, de fait, comme quelqu'un d'assez secret à ce sujet. Il pensait déjà à son prochain rendez-vous avec son ami, Gabriel. En compagnie de ce dernier, il lui serait cent fois plus aisé de discuter de lui et cela lui ferait d'ailleurs le plus grand bien, quoi qu'il en dise.

Après avoir pris congé des Johnson, Aaron vérifia l'heure à sa montre. 19H25. Il allait être en retard de quelques minutes à peine, mais encore fallait-il qu'il ne traîne pas. Attrapant sa veste à la hâte, il quitta le studio en le fermant à clé et se dirigea alors vers le lieu de rendez-vous. Quand il entra dans le bistrot, son regard se posa rapidement sur son ami d'enfance, qu'il rejoignit en quelques enjambées. « Salut Gabriel. » Sa main sur l'épaule du grand brun, il lui donna ensuite l'accolade amicalement avant d'aller s'asseoir à sa place en face. Comme toujours, il prit le temps de retirer sa veste pour se mettre à son aise, puis il se frotta les mains, un sourire sur les lèvres. « Un peu plus et tu m'attendais pendant encore une heure. J'étais avec un jeune couple fraîchement marié venu pour faire quelques clichés avec leur fils d'à peine un an. Dès qu'ils parlaient de leur chérubin, je ne les arrêtais plus. » Parler de son travail était toujours chose très simple, mais il n'était pas particulièrement égocentrique, c'est pourquoi il s'intéressa rapidement à son ami. « Bon et toi, comment vas-tu ? Tout se passe bien à la librairie ? » Les questions habituelles, mais qui représentaient pourtant les bases solides de leur relation, à savoir cet intérêt réel qu'ils avaient l'un pour l'autre.


Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Boissons & Confidences   Boissons & Confidences EmptySam 13 Déc 2014 - 22:48

Gabriel Hartt
Gabriel Hartt
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 30/11/2014
Célébrité : James Franco
Crédit avatar : Eugénie
Messages : 136
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Veuf(ve)
Job/Métier : Libraire
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Non

Boissons & Confidences Empty

Il était en retard. Cela ne l’étonnait pas. Tout comme lui, Aaron avait un métier prenant pour lequel il fallait parfois beaucoup de patience avec les clients, quitte à s’octroyer quelques extras en fin de journée pour faire des heureux. Parfois, l’horloge tourne à une allure impressionnante sans que l’on s’en rende compte. Combien de fois lui-même s’est-il fait dépasser par le temps. En attendant, il se laissa emporter par ses pensées, observant son reflet dans la vitre. Il avait vraiment pris un coup de vieux. Ses yeux étaient cernés, ses traits étaient tirés. Des cheveux blancs parsemaient sa chevelure brune. Il prit conscience du temps qui passait et lui qui n’avançait pas, hanté par ses propres démons. Il sentit un courant d’air lui caressait la nuque. Puis sa voix le fit sortir de sa torpeur. Il leva les yeux et vit Aaron. Il sentit sa main posée amicalement sur l’épaule, introduction à une chaleureuse accolade. Il s’assit ensuite en face de lui, s’étant mis dans de bonnes dispositions pour discuter. Un sourire apparut sur son visage. Il commença à lui expliquer le pourquoi de son retard. Gabriel n’en était pas étonné, au contraire. Quel plus beau sujet de discussion que de parler de la chair de sa chair, sa raison de vivre, d’exister. Si seulement il avait pu vivre ses moments là, il aurait certainement agit de la même manière. Intarissable sur les exploits de son fils, il les aurait distillé aux quatre vents, fier. Gabriel se mordit les lèvres avant de glisser un « Normal ! » avant qu’Aaron lui grille la priorité et s’intéresse à son travail.

« Ben écoute ! La routine. Mon boulot se passe plutôt bien, surtout en cette période de l’Avent. Je ne vais pas m’en plaindre, mais on n’arrête pas ! Heureusement, depuis deux petites semaines nous avons recruté une employée. Très professionnelle et sympathique. Et pas désagréable à regarder. ». Expliqua-t-il. Il est vrai que Charlotte était une demoiselle tout à fait charmante et, son accent français était des plus exquis. Il lui arrivait d’ailleurs de la taquiner sur certaines prononciations de mots. Arriva le serveur. Il demanda notre commande. « Deux whisky glace s’il vous plait ! ». Il connaissait son ami par cœur. Le serveur tourna les talons.  

Il reprit le cours de la conversation. « Et toi, tu vas bien ? Tu n’es pas trop tendu ? ». Il savait que le jeune homme s’apprêtait à être père. C’était un moment difficile à vivre. Gabriel était bien placé pour le dire. Il l’avait vécu. Et, dans ses moments, le doute s’installe toujours. Savoir si le bébé va bien, si la mère supporte bien la grosse, s’il ne y avoir de complications… Malheureusement pour Gabriel, il y en a eu. Et, ses complications lui avaient ravi son fils et son épouse, le privant de la joie d’être père. Au fur et à mesure que les semaines passaient, que le ventre s’arrondissait, les interrogations fusaient sans cesse sur le bien être de l’enfant, de peur qu’il lui arrive quelque chose. Durs moments à surmonter. Le serveur revint avec les consommations qu’il posa devant chacun d’un. Gabriel se saisit de son verre et trinqua : « A ta future famille ! ».
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Boissons & Confidences   Boissons & Confidences EmptyJeu 18 Déc 2014 - 23:39

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

Boissons & Confidences Empty

Si Aaron se proclamait artiste professionnel, il n'en restait pas moins un commerçant. Son travail n'était plus exactement le même que celui des années précédentes. Être photographe de mode et photographe de presse ne requérait pas autant le sens relationnel, tout du moins avec des particuliers, que celui de photographe indépendant travaillant dans un studio privé. Néanmoins, sa réputation acquise au fil des années dans la ville des anges et particulièrement en tant que photographe de mode lui avait permis de garder une quantité considérable de contacts parmi lesquels se trouvaient quelques unes des plus grandes fortunes de la ville. S'il gagnait aussi bien sa vie, ce n'était certainement pas grâce à un miracle. Los Angeles regorgeait de personnalités prêtes à débourser un budget fou pour apparaître sur le devant de la scène, cela ne devrait étonner personne. Cela dit, il vivait désormais une existence plus tranquille dans ce studio indépendant. Il comprenait aisément son ami lorsqu'il lui parlait de l'effervescence liée à cette période de fêtes de fin d'année. Malgré la crise difficile à surpasser, Noël reste une fête avant tout commerciale selon le photographe, mais contrairement à d'autres, il n'irait jamais s'en plaindre bien au contraire. Aaron penche légèrement sa tête quand Gabriel fait mention d'une nouvelle employée “pas désagréable à regarder”. « Eh bien, on dirait que cela a été un recrutement doublement bénéfique pour monsieur Hartt. » Il sourit malicieusement à son ami avant d'ajouter : « En tout cas si la librairie tourne bien, je suis content pour toi. » Un serveur s'approcha d'eux pour prendre commande. Le photographe jeta un bref coup d'oeil sur ce jeune homme, probablement étudiant, à l'apparence très sérieuse et un brin stressée. Pendant ce temps-là, le libraire demanda le plus machinalement possible deux whisky.

La discussion prit un tournant quand le serveur détourna les talons. Aaron n'était pourtant pas le genre à parler de lui pendant des heures et des heures, mais avec l'approche de l'accouchement de Shaé, quelques craintes venaient le troubler, et particulièrement le soir, la nuit, lorsque son activité professionnelle n'était plus là pour lui occuper l'esprit. Il savait ce qui était arrivé à Gabriel, dix ans auparavant. Il avait été si proche d'être père, lui aussi, avec la femme qu'il aimait. Aaron ne pouvait imaginer ce même scénario. Ce serait un cauchemar, de quoi perdre la raison. Dix ans avaient passé, c'est vrai, mais la douleur devait encore être là. C'est pourquoi il adressa un regard plutôt tendre et altruiste à son ami, avant de répondre. « Ça dépend des moments. Parfois j'ai hâte que la petite arrive pour que cela devienne un peu plus concret, et d'autres fois je me demande si ça n'a pas été trop vite, si je vais être capable d'assurer. » Tous les futurs pères ressentent-ils ça ? Il l'ignorait. Son père n'était plus présent dans sa vie depuis que sa mère s'était échappée de son emprise, avec lui-même et sa petite sœur quand il n'avait que dix ans. Depuis, il avait peiné à trouver une figure paternelle dans cette vie principalement féminine, et parfois, oui parfois, cela lui jouait des tours. « J'essaye de toujours montrer que tout va bien. Tu connais un peu Shaé, elle est facilement anxieuse et je redouterais sa réaction si je lui partageais mes états d'âme. » Peut-être que c'était une erreur, peut-être pas. Cela aussi, il l'ignorait. Mais pour avoir souffert une fois d'une séparation avec la jeune Antonelli à cause de ses peurs, il préférait désormais être ultra vigilent avec elle. Quand le serveur vint leur apporter leur boisson, Aaron esquissa un sourire et trinqua avec Gabriel. « A ma future famille... » Le bruit de l'entrechoc retentit, les yeux des deux hommes se croisèrent. « Et à notre réussite, accessoirement. » A sa librairie, à son studio de photographe. L'atmosphère se calma à nouveau et un léger silence prit forme entre eux deux tandis qu'ils savouraient le contenu de leur verre. « Enfin bon, j'imagine que tous ces doutes finiront par s'envoler. » Il capta une nouvelle fois les prunelles de son ami, face à lui. « Je suis désolé, ce n'est peut-être pas évident pour toi d'entendre tout ça. »


Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Boissons & Confidences   Boissons & Confidences EmptySam 20 Déc 2014 - 16:57

Gabriel Hartt
Gabriel Hartt
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 30/11/2014
Célébrité : James Franco
Crédit avatar : Eugénie
Messages : 136
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Veuf(ve)
Job/Métier : Libraire
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Non

Boissons & Confidences Empty

‘Recrutement doublement bénéfique’. Peut-être. Qui sait ! Mais Gabriel n’en était pas encore là. Même si la jeune femme était particulièrement agréable, tant physiquement que intellectuellement, il n’était pas encore au point de vouloir envisager une histoire avec elle. Cette idée, envisageable, était bien trop prématurée pour lui. Il n’en était pas encore là. « Merci ! Ca n’a pas toujours été le cas ! Mais là, on est revenue sur une bonne pente ! Les clients sont à nouveau au rendez-vous ! Le livre n’est pas mort ! ». Combien d’articles, de rapports de personnes plus ou moins compétentes en la matière avait-il lu sur le sujet ? Des dizaines ! Chaque fois, les ‘pseudo journalistes-intellectuels’ reprochaient au livre d’être dépassé, complètement ‘has been’, de ne plus être en phase avec la société tournée vers le tout numérique, le high-tech. Pourtant les lecteurs ne se lassent pas de la matérialité de l’objet ‘livre’ qui leurs rappelle d’agréables moments de détente.

Puis la commanda arriva et la conversation prit un virage à 360°. S’ils étaient ici ce n’était pas pour parler de leur travail. Certes, ils étaient de passionnés, l’un pour la photographie l’autre pour les lettres, mais il fallait décrocher. Un évènement plus important se profilait à l’horizon. L’arrivée au monde d’un nouvel être. Gabriel ne fut pas étonné de l’entendre ainsi formuler ses interrogations, ses doutes. Dix ans plus tôt, il avait été dans le même état d’esprit. Mille questions lui traversaient l’esprit. La plus récurrente : ‘Arriverait-il à assumer sa paternité et serait-il, le cas échéant, un bon père ?’. Tout futur père de famille a connu cette phase où il se remet sans cesse en question. « J’ai moi-même connu cette sensation ! Tu n’es pas le premier, tu ne seras pas le dernier ! La venue d’un enfant bouleverse chaque entité du couple. Et la question de pouvoir s’en occuper et subvenir à ses besoins afin qu’il ne manque de rien est capitale. Je crois même qu'un père qui ne se poserait pas ce genre de questions partirait avec un sérieux handicap ! Mais ce n’est que mon avis. ». Il écouta avec attention les préoccupations de son ami. Shaé apparut dans la conversation. Il ne voulait en aucun cas la déranger avec ses propres problèmes. Gabriel avait la désagréable sensation de se revoir, dix ans auparavant. Lui aussi s’était créé une armure pour se préserver et préserver son épouse. « Je te comprends. Moi-même je cachais des choses à Eléonore, afin de ne pas rajouter mon stress au sien afin que la grossesse arrive… ». Il déglutit difficilement et conclut sa phrase dans un souffle : « … à son terme ! ». La fin de l’histoire, les deux personnes autour de la table, la connaisse.

Le serveur revint avec les consommations. Ils trinquèrent à la future famille d’Aaron. Les verres se rencontrèrent dans un bruit sec, les regards se croisèrent. Le futur père trinqua à leur réussite respective. Gabriel but une gorgée de whisky. Il avait la gorge sèche. Parler maternité lui avait en plus ravivait ses plus mauvais souvenirs. En un instant, il se revit effondré, la tête contre un arbre, en larmes, les poings en sang le soir du décès de sa femme et de son fils. Il tenta de dissimuler son moment d’égarement. Puis le photographe en revint à ses maux qui finiront bien par ‘s’envoler’. Gabriel, compatissant, acquiesça. Une mauvaise passe. Voilà tout. Il ne fallait pas s’alarmer. Leurs yeux se croisèrent. Gabriel vit que son ami sentit son malaise. Il ne le cacha d’ailleurs pas. Il s’excusa même. Il le rassura de suite : « Ne le sois pas ! Au contraire, je suis ravi que tu puisses vivre ces instants avec Shaé… même si c’est difficile, je l’avoue ! ». Il avait touché ce bonheur du doigt. Il aurait pu éprouver de la jalousie pour son ami. Ce n’était pas le cas. Certes, il était amer, mais pas contre lui. Il ne pouvait pas en vouloir à la Terre entière parce qu’on l’avait privé de ce bonheur là. « Et je ne suis pas périmé ! J’ai encore de l’espoir ! » Dit-il en riant. Jaune.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Boissons & Confidences   Boissons & Confidences EmptyJeu 25 Déc 2014 - 23:29

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

Boissons & Confidences Empty

« J'espère bien qu'ils ne le seront jamais. J'ai beau aimer bien des aspects de la modernité, tu me connais, je ne peux décidément pas me résoudre à lire un livre sur une machine ! » Dit-il avec autant d'assurance que de dérision dans la voix. Aaron ne faisait pourtant pas partie de ces gens que l'on pourrait appeler des mordus de littérature, mais il avait néanmoins grandi avec un goût prononcé pour quelques bons romans. Il connaissait lui aussi ce plaisir qu'était tourner les pages les unes après les autres, dans une impatience parfois plus urgente que d'autres ; autant de surfaces propices à la fantaisie que des obstacles à franchir pour obtenir la suite de l'aventure. Aaron n'était pas un inconnu à cette douce fièvre et c'est pourquoi il rejoignait totalement l'avis de son amis libraire sur cette question.

Il était bien plus simple de parler de livres et de ce qu'ils pouvaient inspirer que d'une femme ou d'une future paternité, ça les deux hommes en furent d'autant plus conscients lorsque ce sujet de conversation gagna le terrain de leur discussion. Pourtant, ils étaient l'un et l'autre en présence d'un proche individu qui, d'une manière ou d'une autre, pouvait comprendre et conseiller sagement. C'est bel et bien dans l'optique de récolter quelque avis éclairé ainsi que la pensée de Gabriel sur le sujet qu'Aaron se résolut à parler, librement, de ce qui lui pesait sur la conscience depuis quelques mois déjà. Il savait que son ami était passé par là et que, même si cette aventure ne s'était pas terminée sur des notes joyeuses pour lui, il saurait être disponible et bienveillant malgré tout. Dix ans s'étaient écoulés depuis ce jour dramatique, et si Aaron ne pouvait pas vraiment mesurer l'ampleur du chagrin de Hartt, il avait cependant l'illusion de croire que le temps pouvait tout réparer. Écouter le presque-trentenaire s'épancher sur la question de la première paternité le renvoya davantage dans cette croyance et le rassura, évidemment, bien plus que ce que Gabriel ne devait penser. Ainsi il n'était pas seul père en devenir avec de telles interrogations obsédantes, avec ces doutes lancinants. Le regard doux et affectueux du photographe s'attarda un moment sur celui de son compagnon de soirée quand ce dernier évoqua le terme malheureux de la grossesse d’Éléonore. Dramatique, avait-il pensé ? Cela sonnait plutôt comme tragique. Deux vies sacrifiées, pour quoi ? Pour qui ? A cette belle équation prometteuse, aucune solution logique n'avait été trouvée, qu'un seul individu n'avait survécu. Le plus fort en apparence, le plus faible à bien y regarder. C'était épouvantable, et cela plongea également Aaron dans une maussaderie passagère qu'il ne souhaita pas pour autant étaler. « Tu me fais réaliser que je crains pour mon avenir alors qu'il est plein de promesses, de belles promesses. Je sais que Shaé sera une bonne mère, qu'elle saura faire les bons choix pour cette enfant, ou tout du moins ceux qu'elle pensera bons. » N'y a-t-il rien de plus rassurant qu'un partenaire de vie sûr de lui, de ce qu'il veut pour vous guider vous-même vers un chemin inconnu ? Songeur, il ajouta même, en haussant l'épaule. « Je ferai comme les autres, je suivrai le mouvement. » Il ne baissait pas les bras face à ses peurs, il tentait plutôt de trouver un moyen de les contourner. « Avoir manqué d'un père ne devrait pas m'empêcher d'en être un convenable, ce sera même peut-être bénéfique, qui sait ? » Serrant la mâchoire, par amertume du passé, il abaissa son regard vers le verre arrondi de sa consommation. Voilà une chose sur laquelle il devait peut-être arrêter de douter. Il était certes face à l'inconnu, mais quel inconnu, si ce n'est un qui lui donnait des ailes, dès lors qu'il imaginait le possible visage de sa fille ? Tout un tas de choses pouvant paraître si futiles, et pourtant... Les yeux qu'elle pourrait avoir, le sourire, la voix. Oui, tout un tas d'éléments auxquels il ne cessait de s'accrocher, même si cela ne semblait pas suffisant.

Quand son regard retourna visiter celui de Gabriel, un sourire se forma sur ses lèvres fraichement humides par son breuvage. « Tu aurais fait un bon père toi aussi, tu sais. Je le devinais simplement en te voyant avec Éléonore. Cette connexion qu'il y avait entre vous deux. Peut-être qu'il ne s'agit que de ça, finalement. » De l'amour, de quelque chose qu'il pensait niais à une époque, jusqu'à ce qu'il tombe sur le vrai, le plus pur sentiment qui soit. Chassant ce sourire teinté de mélancolie pour un plus épanoui, il saisit la perche qui lui avait été – volontairement ou non – tendue par son ami pour embrayer sur un autre sujet. « Bien sûr que tu as encore de l'espoir mon cher Gaby. Je suis sûr que le métier de libraire figure parmi les fantasmes d'un bon nombre de filles douces et romanesques à souhait. » S'enfonçant davantage dans cette chaise pourtant rigide, l'artiste tenta de percer le regard de son vieil ami. « Et puis, tu ne peux pas rester seul infiniment. Dois-je te rappeler que tu flirtes dangereusement avec la trentaine ? »


Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Boissons & Confidences   Boissons & Confidences EmptySam 31 Jan 2015 - 1:10

Gabriel Hartt
Gabriel Hartt
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 30/11/2014
Célébrité : James Franco
Crédit avatar : Eugénie
Messages : 136
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Veuf(ve)
Job/Métier : Libraire
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Non

Boissons & Confidences Empty

Le simple prénom d’Eléonore raviva en lui de douloureux souvenirs. Il revit son visage angélique, son regard mutin tourné vers l’avenir à trois. Machinalement Gabriel palpa sa main gauche. Il était revenu à cet instant où, son déversement de rage l’avait poussé à s’acharner contre un arbre qui se trouvait là, dans le parc. Résultats, de multiples fractures à la main. Il souffrait mais cela avait eu le bénéfice de le soulager un instant. Retour au moment présent. Il ouït avec beaucoup d’attention les propos de son ami. Apparemment il ne doutait pas de l’instinct maternel de sa compagne. Plutôt du sien. Il suivrait le mouvement. Normal. A l’époque, Gabriel partageait la même opinion. Il verrait quand le nourrisson serait là. Mais une discussion, entre hommes, avec son père, l’avait poussé à prendre les devants et ne pas rester sur la touche.

Lui, n’avait pas eu un père digne de ce nom. Ces craintes étaient légitimes. Il le releva d’ailleurs. L’absence de son père ne lui incombe pas. Son géniteur est au combien blâmable, mais il n’est pas son père. Il a tracé sa route en s’éloignant de lui. Il est différent. Il sera un père présent et aimant. Gabriel en était persuadé. « Je n’emploierais pas le terme ‘bénéfique’. Tu n’aurais pas dû connaître l’absence d’un père. Toutefois, cela est un marqueur de ton histoire et de ton identité propre. Il faut donc en faire de cette blessure une force ! Tu seras un père admirable, attentionné et présent ! Le moment venu, tu sauras comment faire. » Aaron revint sur la ‘connexion’ qui unissait Gabriel et Eléonore, avouant à son ami qu’il aurait été un ‘bon père’. Gabriel esquissa un léger sourire. Pour sa part, il n’en était pas persuadé même s’il aurait tout fait pour l’être. Atropos en a décidé autrement en coupant le fil de vie de sa chère et tendre. Oui, il y avait une connexion entre eux. Il était le jour, elle était la nuit. Elle était le Yin, il était le Yang. Ils étaient complémentaires. Lorsqu’il la rencontra, il sut de suite. Elle était son âme-sœur. Elle serait la personne la plus importante à ses yeux. Il n’avait jamais autant aimé une personne.

Dix ans étaient passés depuis la tragédie et ce lien qui les unissait persiste toujours. Il était difficile pour Gabriel de passer à autre chose. Il connut des périodes peu flatteuses où il n’était que l’ombre de lui-même. Lorsqu’il sombra dans la drogue, il avait touché le fond. Il n’a plus de souvenirs clairs de cette période. Seul le visage de son revendeur lui revint à l’esprit aussi violemment qu’une claque en plein visage. Et un nom. Jude. Il avait honte de ce chapitre de son histoire personnelle. Heureusement qu’il avait remonté la pente avec l’aide de sa famille et ses amis. Sinon, il croupirait dans les bas-fonds de Los Angeles, loin de sa chère librairie. Quand, il parla d’espoir, honnêtement, il n’y croyait pas. Il n’y croyait plus. Eléonore avait une place tellement importante dans sa vie, qu’il ne pouvait passer à autre chose sans avoir l’impression de la trahir. « Si des filles fantasmaient sur des libraires, ça se saurait, non ? Dans ma librairie, je suis quelqu’un d’has been, poussiéreux. » Le photographe pointa du doigt un fait. La barre fatidique des trente ans approchait. Dans guère plus d’un mois, il la franchirait. Si la vie avait suivi normalement son cour, il aurait été père de deux, trois enfants qu’il aurait aimés comme un fou, comme leur mère. « Peut-être qu’être seul est ma destinée. Finir vieux, seul, avec un clebs. C’est peut-être la finalité de ma vie. Je finirais en vieil acariâtre édenté qui kiffera faire chier le monde, en toute simplicité ! ». Vu comme ça, son avenir n’avait rien de prometteur. Il espérait avoir une meilleure fin quand même. « 30 ans. Je crois que c’est plié pour moi ! ».
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Boissons & Confidences   Boissons & Confidences EmptyLun 9 Fév 2015 - 23:16

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

Boissons & Confidences Empty

Lui qui était d'une nature pourtant protectrice, à mettre un point d'honneur à ce que ses proches se sentent toujours bien en sa compagnie, ce qu'il était venu chercher auprès de Gabriel n'était autre que des paroles rassurantes et à même de pouvoir le renflouer d'un peu d'assurance au sujet de sa prochaine paternité. Il aimait aussi avoir un grand contrôle sur sa vie, autant dans sa vie privée que professionnelle. Nul doute que l'arrivée de cet enfant était pour lui l'un des plus grands bouleversements qu'il n'avait jamais connu jusque là. Les mots de son ami avaient la vertu d'être rassurants et, lui semblait-il, porteurs de vérité. Cela faisait en effet sens dans son âme et conscience, c'est pour cela qu'il gratifia le libraire d'un sourire chaleureux. « J'imagine que tu as raison. » Il balaya l'air en face de lui d'un vague mouvement de main, s'accordant simplement avec les propos de son compagnon. « Enfin, je ne serai peut-être pas le plus présent au monde, mais ma fille ne souffrira jamais de manquer d'un père. Tout devrait se mettre en place naturellement … » “Naturellement”, si tant est que la paternité soit à ce point naturelle, qu'en savons-nous réellement ? Aaron le savait déjà, c'était son histoire, son enfance qui le rapprocherait particulièrement de sa propre fille. Ce sang coulant dans ses veines n'était pas sa plus grande fierté, mais ce qu'il avait vécu au fil des années et ce qu'il avait eu la patience de construire serait bel et bien l'empire dans lequel il serait heureux d'accueillir son enfant.

Comme l'air du vent, la discussion prit une tournure opposée en quelques instants. Si Aaron était en quête d'espoir en proposant à Gabriel de se retrouver dans ce bistrot, ce dernier sembla être bien moins optimiste que son ami. Pas sur le sujet des enfants qui n'était pas à l'heure du jour mais plutôt sur celui de se trouver quelque chose à se mettre sous la dent. Bien évidemment, ils n'étaient plus des adolescents ou des jeunes étudiants insouciants à la recherche d'une aventure innocente, et Aaron s'imaginait qu'avec son vécu ainsi que sa personnalité, Gabriel ne désirait pas s'acoquiner vulgairement avec la première venue. Il s'agissait probablement d'une recherche intime moins évidente, plus sincère, quelque chose qui pourrait sûrement mener à une histoire solide. Une histoire qui ne rimerait pas avec celle qu'il avait eue avec Éléonore néanmoins … mais serait-ce réaliste de croire cela possible, de toute façon ? Les yeux du photographe détaillèrent un moment les traits de son ami, son attitude presque défaitiste qui ne reflétait absolument pas l'homme qu'Aaron connaissait pourtant. « Allons, toutes les filles ne sont pas superficielles et désintéressées par les choses classiques. » Il rit légèrement en poursuivant. « Si certaines rêvent de coups de fouet et autres folies en tout genre, d'autres peuvent bien fantasmer sur un libraire has-been. » Trente ans, ne dit-on pas qu'il s'agit de la fleur de l'âge ? Alors est-ce raisonnable d'être aussi négatif sur notre avenir à cet âge-là ? Aaron était convaincu que rien n'était plié pour Gabriel. Il avait connu un passé déchirant, cela ne pouvait être que mieux dans l'avenir. « Personne n'a envie de te voir croupir dans un tel schéma de vie, et ce n'est pas ce qu'elle désirerait. » Facile de deviner à qui il faisait référence. « Alors si ta collègue ou tes clientes ne te suffisent pas, fais-moi le plaisir d'ouvrir tes yeux Hartt. D'ailleurs tu sais que la ville organise quelques speed-dating de temps en temps pour les grognons dans ton genre ? » Demanda-t-il finalement avec une pointe d'humour dans la voix, certes, mais pourtant avec une attention toute particulière trahissant malgré tout son sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Boissons & Confidences   Boissons & Confidences EmptyLun 20 Avr 2015 - 8:08

Gabriel Hartt
Gabriel Hartt
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 30/11/2014
Célébrité : James Franco
Crédit avatar : Eugénie
Messages : 136
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Veuf(ve)
Job/Métier : Libraire
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Non

Boissons & Confidences Empty

    « J'en suis persuadé ! Tu seras un excellent père ! Présent et épanoui ! A la fois dans ta vie professionnelle que dans ta vie de famille ! ». Aaron n'est pas un homme immature, à l'esprit enfantin, qui finirait dépassé par les évènements. Au contraire. Il est prêt. Suffisamment mûr pour accueillir un enfant. Sinon, pourquoi se poserait-il autant de questions ? Comme il l'a souligné quelques instants plus tôt, tout viendrait naturellement. Chacun prendra la place qu'il lui revient au sein de cette ravissante petite famille. « Oui, naturellement, tout s'imbriquera comme dans un puzzle ! » Même s'il était ravi pour son ami, l'un de ses plus vieil ami, il ne peut que l'envier. Dans quelques mois, un être de chair l'appellera « Papa », et il vivra les joies qu'il aurait dû connaitre dix ans plus tôt... avec Eléanore. Il eut un pincement au coeur ainsi que du mal à déglutir. Il but une gorgée d'alcool

    Puis la conversation prit une nouvelle tournure. Les deux jeunes hommes parlèrent de la vie sentimentale du libraire. Vie sentimentale que Gabriel qualifie volontiers de désertique. Il n'arrive pas à oublier Eléonore. Handicap certain pour construire une vie sentimentale saine. Il n'en a cure de fantasmes de midinettes pour les libraires comme lui. Il cherche plutôt sa moitié, ou du moins, la personne qui pourrait s'en rapprocher. Le photographe lui rappela que personne ne voudrait le voir finir comme un gâteux. Surtout pas sa défunte Eléonore. Une nouvelle fois, son coeur s'emballa. Il saisit son verre et vida d'une traite. D'un simple geste de la main, il prévint le serveur de renouveler leur commande. « Je ne sais pas ! Je ne sais plus ! Je suis perdu ! J'ai la sensation irrationnelle que je pourrais jamais la remplacer. Chaque fois que je vois une jeune femme, j'ai l'impression de voir Eléonore. » Dit-il, dépité. Trouver la femme avec qui partager sa vie s'avère être mission impossible ! Il restera dans la mémoire collective l'homme sur lequel le destin s'est sauvagement acharné, lui arrachant l'espoir de fonder une famille. La silhouette familière du serveur le ramena à la réalité. Il déposa devant Gabriel son whisky. Il s'éclipsa. Le libraire, submergé par les émotions suscitées, se saisit assez maladroitement de son verre et le porta à ses lèvres. Il ne put rien ! Il regarda avec insistance son ami qui lui conseille de se tourner vers les speed-dating. Honnêtement Gabriel n'est pas friand de ce genre de rencontres. « Et qu'est-ce que je pourrais leur raconter ? ». Silence. Il but une gorgée. « Je m'appelle Gabriel j'ai trente ans, excepté mon travail, je n'ai pas de passion, de hobby, de passe-temps dans ma vie. Comment je vois là vie à deux ? Une véritable connexion entre l'homme et la femme ! Mais j'ai déjà connu ça ! J'ai perdu la femme de ma vie, et mon fils ! Tu veux que je te dise ? Autant dire que j'ai trois testicules ! A défaut de vouloir me connaitre plus en profondeur, elles auraient peut-être le souhait, l'envie, la curiosité malsaine de vouloir vérifier mes dires ! ». Gabriel amena jusqu'à sa bouche son verre et fit glisser dans son gosier le précieux breuvage. Il déposa son verre. « Je crois que je suis irrécupérable ! ». Silence. Gabriel respira longuement avant de reprendre : « Si vous avez besoin d'une nounou pour la princesse, je peux éventuellement proposer mes services ! » A défaut d'avoir des enfants, il pourra s'occuper de ceux des autres, ces autres qui auront réussi pleinement leur vie
contrairement à lui qui ne vivra leur vie simplement par procuration.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Boissons & Confidences   Boissons & Confidences EmptyJeu 14 Mai 2015 - 18:30

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

Boissons & Confidences Empty

« Pourquoi vouloir la remplacer ? » Aaron n'avait jamais connu la mort, il ne l'avait jamais éprouvée ni ne lui avait fait face de cette façon, alors que pouvait-il bien savoir de ce que vivait Gabriel ou de ce qu'il avait vécu ? C'est vrai, les amis s'accordent souvent une légitimité pour aborder des sujets qu'ils ne connaissent pourtant pas, mais si ces êtres-là ne sont pas ceux qui osent en parler, alors qui le ferait ? C'est avec une grande spontanéité que le trentenaire s'adressa à son ami d'enfance, mais celle-ci n'était néanmoins pas dénuée  de perplexité. « Tu peux continuer à vivre et te trouver une femme qui acceptera qu'Eléonore soit toujours là, pas très loin. » Il ignorait sur quel terrain glissant il se lançait, mais il se dit que cela en vallait peut-être le coup, au moins pour l'honnêteté qu'il engageait. L'expression sur son visage, quelque peu renfrognée à l'idée que Gabriel s'empêche d'avancer à cause de tout ça, fut suivie de près par ses gestes, ce haussement d'épaules. C'est après avoir bu une nouvelle généreuse gorgée de son alcool que les mots lui vinrent, encore. « Je n'ai jamais aimé une femme comme j'aime Shaé aujourd'hui. Je sais mieux que quiconque qu'aucune autre ne pourrait la remplacer si elle devait disparaître, c'est... » C'était absolument certain, physique, chimique. Il avait cette femme dans les tripes, un peu partout en réalité. Toutes les peurs qu'il combattait ces derniers temps n'allaient en aucun cas à contresens de cet amour. Après tout, cela avait été un coup de foudre, dès le premier instant. « Je crois que je ne pourrais même pas supporter qu'une femme vienne la remplacer. Elle serait toujours là en moi, mais je reste persuadé que cela ne devrait pas m'empêcher de retrouver du bonheur ou du plaisir ailleurs et il n'y aurait nul besoin de culpabiliser. On n'est pas si différent, Gab. » Finit-il par dire, en espérant que son ami comprendrait là où il voulait en venir. Encerclant la circonférence du verre, ses doigts resserrèrent davantage leur prise, tandis que le regard clair du photographe ne quittait pas celui de Hartt.

Un peu plus tard, à l'évocation de ces soirées organisées pour les célibataires endurcis, Gabriel se montra indifférent. A vrai dire, Aaron peinait aussi à l'imaginer attablé face à une demoiselle pleine d'attentes plus ou moins nobles. Et pour peu qu'elles le soient, ce serait Gabriel lui-même qui, possiblement, éprouverait des difficultés à trouver le détachement – ou la proximité – idéale. Ces speed-dating n'ont rien de charmant, à l'évidence. Plutôt comparables à un système de production à la chaîne, où les participants ne seraient que quelques pièces de bétail en plus, soir après soir. La société de consommation sous ses plus belles couleurs, encore. Mais s'il faut ça pour rencontrer une âme-soeur, alors pourquoi pas ? N'est-ce pas toujours mieux que de la rencontrer via écrans interposés  ? Allez savoir... Allez savoir où le futur mènera. Néanmoins, quoi qu'il en soit, le scénario élaboré de toutes pièces par Gabriel arracha un sourire tendu sur les lèvres d'Aaron. Il dressait là un portrait fort pessimiste de ces filles qu'il pourrait croiser là-bas, mais pouvait-il lui en vouloir ?  Après avoir connu ce qu'était la stabilité avec tous ses avantages, les histoires sans lendemain lui paraissaient peut-être bien plus fades. « Tu n'es pas attiré par une aventure, cela ne fait pas de toi quelqu'un d'irrécupérable. Mais quelqu'un d'audacieux, certainement. » Dit-il alors calmement, avec une pointe d'amusement dans la voix. Puis il soupira quand Gabriel proposa ses services, un sourire chaleureux sur le visage. « On en aura assurément besoin. Je ne suis pas sûr que Shaé soit très encline à aller dégoter de jeunes babysitters en pleine puberté... » Il but à nouveau. « Je t'inscrirai en haut de la liste, sois en sûr. » Et, déconneur, il vint pousser légèrement l'épaule de Gabriel pour le taquiner. « T'essayeras juste de ne pas la faire tomber sous ton charme, ni de lui lire des contes pour enfants trop tragiques. Je sais que certains peuvent être traumatisants. » Il s'en amusa mais au fond, il ne comprenait vraiment pas pourquoi certains de ces contes étaient toujours si souvent lus aux enfants. Cela dépassait son entendement, celui parfois peu ouvert à toute argumentation sociologique, psychologique parmi d'autres. « En parlant de ça, il faudra que je passe à la librairie prochainement. Non pas pour un livre, mais tu me montreras ta nouvelle recrue “très professionnelle” comme ça. Promis, j'essayerai de rester discret. » Aaron adressa un clin d’œil complice à son ami. Malgré tout, l'on ne pouvait pas changer deux hommes et leur plaisir des yeux si facilement.


Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Boissons & Confidences   Boissons & Confidences EmptyDim 24 Mai 2015 - 18:35

Gabriel Hartt
Gabriel Hartt
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 30/11/2014
Célébrité : James Franco
Crédit avatar : Eugénie
Messages : 136
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Veuf(ve)
Job/Métier : Libraire
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Non

Boissons & Confidences Empty


    Trouver une femme qui accepte la relation fusionnelle qu’il a pu entretenir avec sa défunte épouse. Accepter d’être un second choix, par défaut. Ce n’était pas une vie. Il ne pouvait imposer cela à une femme. Quelle image donnerait-il de lui au monde ?  Il écoutait religieusement les paroles de son ami. Ils partageaient le même point de vue Shaé et Eléonore sont pour chacun LA personne.  Sauf que Gabriel culpabilise. Dans le fonds, il aurait suffisamment de force pour passer à autre chose, mais il perçoit cela comme de la traitrise, aux yeux d’Eléonore. Certes, elle ne voudrait pas me voir dépérir. On ne cesse de lui répéter. « Trouver du plaisir ailleurs, alors qu’un seul nom d’obsède, jour et nuit,  sans cesse ! Difficile ! Parfois la nuit, je l’entends me parler. Ses paroles sont ponctuées par des pleurs d’enfant ! » . Finalement, il se laissait aller à quelques confidences, l'alcool aidant probablement. Comment passer à autre chose, quand ses nuits sont hantées par ELLE. Puis il lui conseilla de s'inscrire à un speed-dating. Cela n'était pas dans son caractère. Il n'aurait su quoi dire, où suffisamment de choses pour faire fuir ses potentielles prétendantes. « De plus, je n'ai pas envie de passer pour un morceau de viande, à brader ! » . Voilà, il avait tout compris. Gabriel ne voulait pas d’une passade. Il flirtait allègrement avec la trentaine. Il souhaitait fonder une famille, passer un cap dans sa vie et ne pas devenir l’éternel célibataire de son groupe d’amis. Mais il est délicat de se projeter dans une relation quand on traîne comme passif « Sa femme est morte en couche avec son enfant ! ». Comment construire une histoire solide après cela, sans craindre que l’histoire, à nouveau,  ne se répète ?  Même si la personne que son cœur choisit à nouveau accepte son passé, il reste de nombreuses cicatrices à panser. L’élue risque de fuir aussi vite qu’elle n’est arrivée.La conversation s’achemina vers la petite princesse qui, bientôt, allait poindre le bout de son nez. Etant devenu un cas, ne se voilons pas la face, désespéré, il proposa ses services en tant que baby-sitter. Alors que le photographe insinua que Shaé ne pourrait se résoudre à laisser son enfant à une gamine emportée dans les tourbillons de l’adolescence. Un brin taquin Gabriel lui répondit : « J’ai trop de poils au menton pour qu’elle m’accuse d’être en pleine puberté. »  Il but une gorgée du précieux breuvage et manqua de s’étouffer quand son ami lui demanda de ne pas faire tomber sa fille sous son charme et de lui lire des histoires qui ne sont pas terrifiantes. Je souris avant de dire « Si elle tombe sous mon charme c’est qu’elle aura jugé que son père n’est pas à la hauteur ! » Et que c’est Tonton Gab le plus beau. Mais chut. Il n’allait pas vexer son ami ! «  Quant aux livres, c’est elle qui choisira : si elle veut que je lui lise celui où le Loup bouffe la fillette tout de rouge vêtue ! Ca sera son choix ! Et ceux même si ce dernier a traumatisé dans sa prime jeunesse son Papounet d’amour ! » Dans tous les cas, au sein de sa librairie, un espace est destiné aux enfants. Elle y trouvera forcément son bonheur ! Et Gabriel lui lira tout ce qu’elle désirera. Puis machinalement, la conversation aboutit à la nouvelle recrue de la librairie. Pourquoi Gabriel lui en avait-il parlé. Elle était charmante. Il est vrai, mais difficile de dire s’il pouvait envisager quelque chose avec elle. « Tu sais, ne te sens pas obligé de passer juste pour elle ! » Gabriel était gêné.  Il tenta de noyer le poisson en lui parlant d’un ouvrage sur la photographie : « Tu sais, il y a un livre sur Cartier-Bresson qui est sorti l’an dernier ! Il découle d’une exposition parisienne sur sa vie. Je ne sais plus où exactement ! » Il réfléchit un instant.   « Il me semble que c’était au Centre Pompidou ! Ma mère m’en avait parlé à l’époque. Elle aurait aimé y aller, mais elle avait plusieurs projets dont l’actuel à la galerie McKenzie ! » Silence. « Tu devrais aller la voir, ça lui ferait plaisir ! » . Quand Gabriel lui avait annoncé qu’Aaron allait être père, elle était aux anges. Il avait eu l’impression de la revoir dix ans plus tôt, lorsque lui-même, lui avait annoncé qu’elle allait être grand-mère.  Finalement, il revint au sujet initial : « Je suis persuadé que le livre te plairait. Les photographies en noir et blanc sont juste époustouflantes ! Sacré photographe ». Il but une nouvelle gorgée de whisky.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Boissons & Confidences   Boissons & Confidences EmptyMar 23 Juin 2015 - 23:55

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

Boissons & Confidences Empty

Gabriel n’était peut-être pas encore prêt pour se lancer dans une nouvelle histoire, finalement. L’on ne construit pas une relation avec quelqu’un sur une longue durée malgré nous, après tout. Et cet ami sur lequel le photographe pose un regard un brin attristé semble n’avoir qu’un prénom à la bouche, celui de sa défunte femme. Aaron ne jugera jamais Gabriel à ce propos, et surtout pas sur la durée qu’il met à reconstruire sa vie. Néanmoins, il se sent les ailes et la légitimité de pousser Hartt à se bouger, à aller de l’avant. A prendre sa vie sentimentale en mains, puisqu’il le mérite et qu’une femme dans cette ville l’attend, à coup sûr. « Si tu l’entends encore, Éléonore, c’est parce que tu n’as toujours pas accepté l’éventualité qu’une autre personne puisse être là pour toi, quelque part. Tu sais aussi bien que moi ce qu’elle aurait voulu, en te voyant comme ça. Et tu sais ce qu’il te reste à faire. T’autoriser un peu de bonheur … La vie n’attend pas Gab. Il faut que tu vives avec ton temps. » Et surtout, vivre avec ce qui vit, tout comme lui. Se laisser atteindre par l’amour ne signifiera aucunement oublier Éléonore, mais s’en rendait-il compte, lui qui avait tant souffert par cette perte ? Rien n’était moins sûr, mais un ami est là pour rappeler le droit chemin, quand on le perd de vue. Aaron était suffisamment attaché à lui pour prendre le temps de réfléchir à sa situation, pour souhaiter voir Gabriel s’épanouir à nouveau au bras d’une autre femme.

Un peu plus tard, c’est un ton bien plus léger qui fut adopté par les deux hommes. Pour cause, il était question de la fille Campbell et de son parrain. Aaron n’avait pas encore eu vraiment l’occasion de songer à cela mais il y avait bien deux figures qui s’imposaient à son esprit pour ce rôle. Gabriel, évidemment, qui était son plus vieil ami dont il était toujours resté proche malgré les années et qui avait connu de lui ce que même Clarence, le second sur la liste, n’avait pas connu. Un passé difficile, des joies enfantines et adolescentes qui serait gravées en eux à jamais. Clarence était le meilleur ami d’Aaron, c’est vrai. Un homme qu’il considérait comme son frère, son bras droit, même. Un homme qui serait quoi qu’il en soit très proche de sa fille, à n’en pas douter. A vrai dire, les deux hommes auraient pu être le parrain de Valentina, mais Aaron avait envie de faire un choix symbolique et il avait déjà bien une petite idée de qui gagnerait ce rôle, cher à son cœur bien que l’aspect religieux ne soit pas important à ses yeux. Sur un ton décontracté, il répondit bientôt aux boutades de Gabriel. « Grand fou, essaye de faire tomber une femme sous ton charme avant de jeter ton dévolu sur ma fille. Notre amitié a des limites, aurais-tu oublié ? » Tout ceci fut dit sur le ton de l’humour évidemment, et un clin d’oeil complice vint rapidement agrémenter la dernière question. « Mon petit doigt me dit qu’en réalité tu lui liras tous les contes de princesses de ton rayon enfance en cachette. Tu n’oserais pas la traumatiser avec d’horribles histoires, quand même … »  Ajouta-t-il en mimant un air bouleversé, celui du futur père qui veut déjà préserver sa fille de toutes les horreurs d’une existence, à commencer par celles que l’on raconte dans les livres pour enfants.

Lorsqu’il évoqua à nouveau la collègue de son ami, ce dernier se montra un peu embarrassé, ce qui fut révélateur pour Aaron d’une possible attirance de Gabriel envers elle. Il haussa les sourcils à la remarque du libraire. « Elle mérite bien un coup d’oeil. Je vois qu’elle t’a un peu tapé dans l’oeil. » Il arbora un petit sourire espiègle, son regard rivé sur Gabriel. Cette jeune employée ne devait de toute façon pas être la seule à avoir trouvé les grâces du librairie si l’on s’en tenait aux critères physiques, mais qu’importe, si attirance il y avait alors cela méritait d’être mentionné à juste titre. Puis il écouta attentivement les prochaines paroles du grand brun, au sujet d’un livre dont le nom et les oeuvres de l’auteur ne lui étaient pas inconnus. Une existence peu commune pour un artiste et même un homme peu commun. Parce qu’il avait été un étudiant comme tant d’autres et parce qu’il était véritablement passionné de photographie, Aaron n’avait ainsi pas manqué les plus ou moins célèbres clichés de Cartier-Bresson. Gabriel introduisit sa mère dans son récit, ce qui fit sourire son ami. « Je dois passer à la galerie depuis un moment. Alice aura la surprise de me voir le jour où je trouverai enfin le temps d’y aller, promis. » La mère de Gabriel était une femme dont les valeurs s’alignaient de très près avec celles de Katherine, la mère d’Aaron et Leaven. Pour cette raison sans doute que les deux plus jeunes avaient toujours éprouvé de l’affection pour la mère Hartt. Passée cette promesse du photographe, son ami en revint à Henri Cartier-Bresson et à son talent indéniable. « Un sacré photographe et un sacré bonhomme, dans mes souvenirs. Il vivait l’art avec une dimension toute particulière et on le voit aisément au travers de ses photographies, cela n’a rien de “classique”. » Et puisque la vie et la condition humaine étaient si importantes aux yeux de Cartier-Bresson, cela le rendait d’autant plus précieux aux yeux d’Aaron.  « Tu devrais me le mettre de côté si tu l’as sur tes étagères. Cela me fera une raison de plus pour venir te voir. » Au moment même où il assura Gabriel de sa prochaine venue sur un ton complice encore une fois, la sonnerie de son téléphone se lança. C’était Shaé, au bout du fil, qu’il avait oublié de prévenir et qui le lui rappelait, par chance, sur un ton plutôt calme. Néanmoins, il ne fallait jamais sous-estimer les rappels des femmes enceintes, et c’est pourtant Aaron reposa un regard désolé sur Gabriel une fois qu’il eut raccroché. « Ai-je besoin de clarifier ma situation ou est-elle déjà assez claire pour toi, mon cher ami ? » S’amusa-t-il à dire, terminant alors sa bière.


Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Boissons & Confidences   Boissons & Confidences EmptySam 4 Juil 2015 - 17:33

Gabriel Hartt
Gabriel Hartt
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Date d'inscription : 30/11/2014
Célébrité : James Franco
Crédit avatar : Eugénie
Messages : 136
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Veuf(ve)
Job/Métier : Libraire
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Non

Boissons & Confidences Empty

    « Je vais essayer de passer à autre ! Je vais passer à autre chose ». Aaron ne se conterait pas du essayer, c’est pour cela que Gabriel s’était repris. Il n’allait pas de nouveau mettre de l’eau sur le feu, et préféra tourner la page et s’intéresser au petit être qui, bientôt, arriverait dans leur vie. Le futur père commença à le charrier lorsqu’il se rendit compte des subterfuges de son ami libraire pour se faire aimer de sa fille. « Je ne pense qu’à son bien, vois-tu ? Quand elle aura 20 ans, j’en aurais 50, et toute l’expérience qui va avec. Elle aura besoin de stabilité et ce n’est pas un gamin de son âge qui lui donnera ! Et toi-même tu seras rassuré de la savoir avec moi ! » Ou pas. Gabriel ria de bon cœur face à sa projection futuriste. Il espérait, dans vingt ans, avoir une épouse aimante. Des enfants. Enfin. Il était né pour être père. Il le sera. Tôt au tard. Il doit désormais trouver la future mère de ses enfants. Pas chose aisée. En attendant, il y avait la fille d’Aaron et Shaé. De quoi le combler et l’occuper. Son ami d’enfance pointa du doigt un fait véridique. Mon incapacité à lui lire, dans le futur, des histoires terrifiantes. Il me connaissait très bien. Il me connaissait trop bien. Avec les enfants, je suis un peu ‘gaga’ et je m’adapte à leurs envies. « Je crois que tu lis en moins comme un livre ouvert. C’est un comble pour un libraire ! » Il rigola seul à cette absurdité. « Je serais aux petits soins avec elle… Il y a tellement de livres géniaux pour les enfants. Elle aura carte blanche ! Et elle ne voudra plus quitter la librairie ! Parce que Tonton Gab il est génial ! ». Il dirait ‘amen’ à tout ce qu’elle voudra, car ça sera une petite princesse dans la librairie.

    La jeune Charlotte Henry revint sur le tapis. Certes, Gabriel la trouvait vraiment très mignonne. Toutefois, il n’allait pas l’exposer comme un animal de foire aux yeux de son meilleur ami. Bien sûr, Aaron était quelqu’un en qui Gabriel pouvait avoir toute confiance. Il ne risquait pas de mettre les pieds dans le plat dès son arrivée à la librairie. Discret. Il l’était suffisamment. Pour éviter de tergiverser sur la question, il lui parla d’un livre. Quel livre ! D’un photographe. Le photographe. L’un des plus célèbres. Il glissa au passage que sa mère aimerait beaucoup le voir. Envie de le voir multipliée depuis qu’elle sait qu’il s’apprête à devenir père. Aaron et Leaven, elle les considérait un peu comme ses enfants, au même titre que Gabriel et Alexander-James. Affirmant qu’il passerait la voir dès que le temps, il glorifia le travail de Cartier-Bresson. Il lui demanda de lui mettre de côté, pour le jour où il passerait à la librairie. Gabriel n’avait pas attendu. Persuadé que le livre lui plairait, il lui avait déjà réservé un exemplaire sur les trois qu’il comptait à la librairie. « Il t’attend déjà ! ». Clin d’œil. « Bien sûr, ne te presse pas pour venir. Tu viens le récupérer quand tu peux ! Ou un soir je peux te l’amener chez toi ! ». Cela lui permettrait de voir également Shaé. Sitôt pensé à elle, que la future maman appela, inquiète de ne pas voir Aaron arriver à la maison. Le bêta avait oublié de la prévenir. Visiblement, elle n’était pas trop de mauvais poil. Il n’eut pas d’anicroche. Aaron raccrocha. Il n’eut pas besoin de m’expliquer les choses. J’avais saisi la teneur de la conversation. Je comprenais tout à fait. « Inutile de t’excuser. Je comprends tout à fait ! Elle a besoin de toi ! Ce fut un moment sympa ! ». A l’image d’Aaron, je bus d’une traite mon verre. L’alcool, puissant me brûla la gorge. Le simple fait d’avoir bu d’une traite mon verre, l’impensable se produisit. Un rot. Venu du cœur. « Pardon. Désolé ! » S’empressa-t-il de dire. « C’est le rot de l’amitié, qui clôt un très bon début de soirée… ». Silence. « Et ce n’est pas comme si tu étais un rencard avec qui j’avais prévu de coucher ! ». Dit-il toujours sur le ton de l’humour. Un rot en fin de rencard. Il n’y a pas plus tue-l’amour. Il préférait que ce moment d’égarement ait lieu avec Aaron, son meilleur et plus vieil ami.



SUJET CLOS

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Boissons & Confidences   Boissons & Confidences Empty

Contenu sponsorisé

Boissons & Confidences Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Boissons & Confidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser