Partagez
 

 Hey hey, My my... || TOMA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Hey hey, My my... || TOMA   Hey hey, My my... || TOMA EmptyMar 6 Jan 2015 - 10:01

Teru Natsugawa
Teru Natsugawa
Rêveur et non bagarreur
Rêveur et non bagarreur
Date d'inscription : 26/10/2014
Prénom : Natasha/[K]
Célébrité : Lee Seunghyub
Crédit avatar : Saku
Messages : 1048
Nationalité / origines : Japonaise et Coréenne
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Mon fils *sigh*
Orientation sexuelle : Pansexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiant en musique, 1ère année de master
Job/Métier : Compositeur & Musicien / Vendeur-conseiller au magasin de musique "Jody's" a mi-temps
Adresse de résidence : Northeast
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Alexander Moon
Voir le profil de l'utilisateur

Hey hey, My my... || TOMA Empty

J'avais le regard perdu à l'extérieur du bus tandis que ce dernier s'arrêtait pour la dernière fois avant la station où je devais descendre pour rentrer à l'appartement, mes pensées divaguant dans tous les sens. Il faisait plutôt frais ces derniers jours, mais ce n'était pas pour me déplaire, bien au contraire.... hum. Quoi qu'il en soit, le véhicule finit par se remettre en route et je frottais automatiquement ma main contre le dos de Lilo qui s'était endormie sur mes genoux, à moitié affalée sur mon torse, afin de la faire revenir parmi nous. « On arrive bientôt à la maison, poussin, réveille-toi. » Je lui offris un doux sourire et sortis son bonnet de ma poche en attendant qu'elle s'éveille totalement, ceci avant de lui mettre son couvre-chef sur la tête. Elle avait absolument tenu à m'accompagner au magasin aujourd'hui après le jardin d'enfant, alors j'étais parti la chercher moi-même pour la trainer avec moi au centre commercial. Pas folle la petite, elle savait très bien que j'étais beaucoup plus facile à soudoyer que son père et je compris plus ou moins son jeu de manipulation infantile lorsqu'elle m'entraina « subtilement » jusqu'à la boutique disney avant de me faire du chantage affectif à sa façon pour que je lui achète une poupée animée à l'effigie de l'un des personnages de la reine des neiges. Si j'avais craqué ? Oui, évidemment, mais uniquement après lui avoir dit de se montrer sage pendant qu'on faisait les courses, sinon elle n'aurait rien. Ca faisait quelques jours que j'étais plutôt fragilisé psychologiquement – et physiquement, certes, mais j'avais mis ça sur le compte d'une chute dans les escaliers de l'UCLA – et que je la chouchoutais plus que d'habitude, la fille de mon coloc, donc que je crois qu'elle avait clairement senti qu'elle pouvait en profiter. Les enfants étaient bien plus malins qu'on pourrait le penser... ils avaient un sixième sens pour dénicher les failles et agir en conséquent. Vis-à-vis de son père malade, par exemple, Lilo se comportait avec une grande maturité pour son âge, ce qui m'impressionnait toujours. Elle était très intelligente et... ouais, ben j'étais un peu beaucoup sous le charme de cette gamine. Quand à Toma, sa situation avait de quoi laisser un goût amer dans la bouche de n'importe qui, mais je pense que le fait qu'il ait une enfant qui comptait sur lui l'aidait grandement à tenir le coup. Il n'allait pas claquer... impossible. S'il y a quelqu'un qui possédait une raison de vivre suffisamment grande pour lui permettre de surmonter ce qui lui arrivait, il est clair que c'était bien cet homme-là.

Après que Lilo se soit levée, je fis de même en prenant son sac d'école sur mon épaule, puis la guidais vers la sortie. Une fois dehors, je la pris ensuite par la main jusqu'à ce qu'on arrive dans le bâtiment locatif et je lui rendis ses affaires une fois entrés dans le hall d'entrée de l'appartement. Quelques minutes plus tard, nous étions installés et chacun pu retourner à ses occupations habituelles en attendant le retour de Tom. Jeu pour l'une, révision d'examens pour l'autre.


+ If I can go back again, if I can go back +

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey hey, My my... || TOMA   Hey hey, My my... || TOMA EmptyMar 6 Jan 2015 - 13:47

avatar
Invité
Invité

Hey hey, My my... || TOMA Empty

Encore une journée.
Encore un souffle.
Encore une douleur.


Il se masse doucement  le torse en essayant de reprendre son souffle. Il n’a pas fait grand-chose pourtant jusqu’à présent et là, de simplement remonter les escaliers pour sortir de sa salle de cours, c’est trop lui demander. Il se retient à une chaise en grimaçant avant de sentir un pique électrique qui lui transperce le myocarde. Le souffle coupé, il chancèle et se rattrape comme il peut sans grand succès. A genoux sur le sol, des étudiants font demi-tour afin de venir le voir, inquiets de son état. L’un d’eux part en courant afin de trouver l’infirmière malgré les protestations de Toma. Ce n’est rien… Il devrait déjà être cloué dans un lit à attendre un cœur à en croire les médecins et pourtant, il est toujours là, debout à enseigner sa matière. Alors ce n’est rien. Du moins, il espère que ce n’est rien. Il ferme ses yeux durant un court instant alors qu’on l’aide à se mettre assis, le dos contre un mur. Se montrer vulnérable, quelle horreur pour lui. C’est même une abjecte humiliation qu’il n’a pas envie de souffrir. Il se maudit alors que des perles de sueurs glissent sur son front et il se dit que finalement, la greffe n’arrivera peut-être jamais à temps, qu’il n’y arrivera pas. Et puis, il pense à Lilo et à Teru. Même si le jeune homme n’est avec eux que depuis peu, il fait partit de la famille et personne ne pourrait le nier, pas lui, ni sa fille. Il a l’impression d’avoir un petit frère à la maison, de ne plus être seul et surtout, d’avoir une bonne âme qui veille sur Lilo.

L’infirmière arrive, elle prend son pouls, sa tension, elle le regarde dans les yeux et lui donne quelques médicaments pour l’aider. Elle connait son cas, elle sait ce qui se passe, mais elle est aussi impuissante que les autres. Elle souhaite appeler une ambulance, il refuse. Elle congédie les élèves en les remerciant avant de lui faire une petite morale, mais il ne change pas d’avis. « Je veux juste rentrer chez moi. » Peu importe ce qu’elle dira. Elle accepte malgré tout et prévient un taxi une fois que la crise semble passer et qu’il arrive tenir sur ses deux jambes mais presque une heure s’est écoulée. Une demi-heure déjà qu’il devrait être à la maison. Il grogne faiblement et une fois seul avec le taximan, son regard se perd dans le vide.

Une autre journée.
Un autre souffle.
Une autre douleur.


Il s’arrête dans une petite boutique afin de prendre des cadeaux pour eux d’eux, histoire d’expliquer son retard ainsi pour ne pas inquiéter Lilo. Elle n’a pas besoin de ça. Il prend une barbie sirène pour elle avec un gros orque en plus. Pour Teru, c’est plus compliqué, il s’échappe dans une autre boutique avec lenteur et le visage fatigué, mais il y trouve un book à la couverture parfaitement blanche avec « Music Game » écrit en doré sur le dessus. Il n’oublie pas de prendre un stylo assorti afin que Teru puisse y transcrire toutes les mélodies qui lui passeront par la tête. Noël est passé, ils ont déjà eu des cadeaux, cependant, il ne peut s’empêcher de les combler un peu plus tant qu’il le peut.

Une fois à la maison, il retire sa veste et ses chaussures avant de les rejoindre. Lilo l’accueille avec un énorme câlin avant toutefois, de vite se barrer avec son nouveau cadeau. Il sourit à sa puce et passe quelques minutes avec elle avant d’aller frapper à la porte de Teru et de le rejoindre pour lui tendre son cadeau. Il se pose sur le bord du lit à ses côtés sans lui demander la permission. « J’espère que ça te redonnera un peu le sourire… » Il sait. Il sait parfaitement que son coloc ne va pas bien depuis plusieurs jours, mais il ne sait pas pourquoi. Il n’a pas voulu le questionner jusqu’à présent, mais plus le temps passe et plus le désarroi du jeune homme le transperce. Après tout, ils sont amis non ? « Tu sais… J’essaye de pas me mêler de ta vie, non pas parce que je la trouve chiante, mais parce que j’me dis qu’on a tous notre cocon et qu’on en a besoin…. » Il lève son regard sur lui pour le fixer. « Cependant, tu vas mal depuis un moment et j’admire les efforts que tu fais avec Lilo pour ne pas que ça la chiffonne. » Il sourit un peu. « T’es pas obligé de me parler, mais si t’as besoin… tu peux le faire. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey hey, My my... || TOMA   Hey hey, My my... || TOMA EmptyMer 14 Jan 2015 - 13:06

Teru Natsugawa
Teru Natsugawa
Rêveur et non bagarreur
Rêveur et non bagarreur
Date d'inscription : 26/10/2014
Prénom : Natasha/[K]
Célébrité : Lee Seunghyub
Crédit avatar : Saku
Messages : 1048
Nationalité / origines : Japonaise et Coréenne
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Mon fils *sigh*
Orientation sexuelle : Pansexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiant en musique, 1ère année de master
Job/Métier : Compositeur & Musicien / Vendeur-conseiller au magasin de musique "Jody's" a mi-temps
Adresse de résidence : Northeast
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Alexander Moon
Voir le profil de l'utilisateur

Hey hey, My my... || TOMA Empty

Le calme s'étant installé à l'appartement, je pus ainsi me concentrer sur mes analyses de partition que l'on nous avait donné à faire pour après-demain. Je laissais ainsi glisser mon crayon sur la feuille de papier en m'appliquant à bien suivre les accords présentés et dans un même temps, la mélodie écrite sur les lignes noires se matérialisa dans ma tête. C'était plus agaçant qu'autre chose, à vrai dire, puis-ce que j'avançais lentement dans mon travail... mais que voulez-vous ? J'aurais cette fichue musique coincée dans ma tête toute la soirée, grâce à ça, et puis c'est tout. Environ trente minutes plus tard, je finis néanmoins par lever les yeux pour vérifier l'heure, puis passais voir Lilo pour vérifier que tout allait bien avant de revenir à mon devoir pour le terminer. Ca commençait à m'inquiéter... Toma devrait déjà être rentré depuis un moment et plus les jours défilaient, plus j'étais à cheval sur ses retards. Après tout, on ne savait pas ce qui pouvait lui arriver, surtout en ce moment, alors dès que quelque chose sortait de l'ordinaire à son sujet, je m'activais aussitôt. Me levant de mon siège, je quittais la chambre pour traverser l'appartement et me diriger jusqu'à la cuisine où je démarrais le repas du soir dans le four, puis retournais chercher mon téléphone. C'est à ce moment-là que la porte d'entrée finit par s'ouvrir, me soulageant immédiatement d'un poids : il était rentré, bien, tant mieux... je reposais donc mon téléphone, tendant attentivement l'oreille pour écouter ce qui se passait à côté, puis me détendis progressivement en rangeant mes affaires pour les troquer au profit de mon ordinateur. Un peu plus tard, néanmoins, le visage de mon ainé ne tarda pas à se dessiner dans le cadre de la porte de ma chambre et c'est presque par réflexe que je l'analysais de la tête aux pieds pour m'assurer qu'il allait bien. Bon sang, Toma... qu'est-ce qu'ils attendent pour te trouver une greffe ? Il suffisait de voir sa pâleur pour comprendre qu'il était à l'agonie et j'avais constamment peur de le retrouver endormi dans son lit, un matin, exempt de toute respiration... tiède, mort. Ici, à Los Angeles, il était devenu comme ma seconde famille, comme un grand frère qui veillait sur moi et pouvait me conseiller dès que j'avais une hésitation... il avait pris une place si importante dans mon quotidien et dans mon coeur qu'observer sa vie s'en aller ainsi de son corps, à chaque souffle, ça me déchirait de l'intérieur. Mes sentiments à ce sujet, je ne pouvais cependant pas les exprimer ouvertement... je savais que c'était suffisamment difficile pour lui de porter ce fardeau, alors pourquoi faire empirer l'état de sa conscience ?

Il s'approcha finalement du lit et s’essaya, tout en me tendant un cadeau, chose qui me surprit. Alors c'était pour ça, le retard ? Je lui lançais un coup d'oeil étonné avant de le remercier, puis ouvris l'emballage avec curiosité. « J’espère que ça te redonnera un peu le sourire… » Hun ? Je m'arrêtais une seconde en entendant sa remarque, évitant tout contact visuel dans un premier temps, puis, automatiquement, me forçais à sourire, comme pour lui montrer qu'il avait tort à mon sujet. Je n'allais pas m'autoriser à accepter d'aller mal alors que lui-même tenait à peine debout, si ? Rapidement, ma main extirpa ce qui se trouvait dans le sac en papier et j'ouvris de grands yeux en voyant le cadeau. C'était super beau... pour sûr que j'allais m'en servir ! « Ouah... il fallait pas, merci encore. » Je relevais la tête et me penchais en avant sur mon fauteuil de bureau pour passer un bras autour de ses épaules, afin de lui faire une petite accolade pleine de reconnaissance.« Tu sais… J’essaye de pas me mêler de ta vie, non pas parce que je la trouve chiante, mais parce que j’me dis qu’on a tous notre cocon et qu’on en a besoin…. Cependant, tu vas mal depuis un moment et j’admire les efforts que tu fais avec Lilo pour ne pas que ça la chiffonne. T’es pas obligé de me parler, mais si t’as besoin… tu peux le faire. » Il revenait là-dessus... ce qui me bloqua tout de suite un peu, même s'il se montrait très doux dans son approche. Je n'avais encore parlé de ce tourment à personne, évidemment... il faut dire que l'agression datait d'il y a quatre jours seulement et que ça me rendait tellement sombre que j'hésitais à m'en aller pour Tokyo quelques temps afin de m'éloigner... mais oui, j'avais besoin de me confier à quelqu'un. Je n'osais pas, parce que c'était affreux de me rappeler que cette horreur m'était vraiment arrivée, mais garder ça à l'intérieur et me laisser ronger par mes tourments, c'était encore pire. Déjà que j'avais une tendance à la mélancolie et que j'avais fais une dépression y'a quelques années, soyons honnêtes, garder un tel secret en-dedans n'était pas une bonne idée. « Je... je ne sais pas comment parler de ça... » Je fronçais les sourcils et serrais les dents avant de détourner les yeux sur le côté. « Disons que j'ai fais une mauvaise rencontre, un peu avant noël... » Et il suffisait d'évoquer le sujet pour que mon rythme cardiaque fasse un bond en avant, comme maintenant. « C'est... Hey, princesse ! » En un claquement de doigts à peine, mon corps s'était complètement redressé et mon visage illuminé malgré le fait que j'avais quand même les mains moites et frissonnantes. Lilo venait d'entrer dans la chambre avec ses nouveau jouet, sans doute parce qu'elle voulait qu'on lui accorde de l'attention, maintenant que nous étions là tous les deux, alors il allait falloir s'interrompre un moment.


+ If I can go back again, if I can go back +

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey hey, My my... || TOMA   Hey hey, My my... || TOMA EmptyMer 14 Jan 2015 - 16:41

avatar
Invité
Invité

Hey hey, My my... || TOMA Empty

Il la sent cette vérité pesante et douloureuse. Il est en train de prendre conscience d’une chose qui aurait dû le frapper depuis déjà plusieurs jours. Teru allait vraiment mal et son explication de « mauvaise rencontre » n’a pas du tout arrangé l’imaginaire du jeune papa. Au contraire, il est en train de penser au pire et il prie intérieurement pour que ce ne soit pas ça. Cependant, contrairement à ce qu’il pensait, Teru semble prêt à se confier. Peut-être a-t-il besoin que ce poids qui lui alourdit le cœur s’en aille un petit peu dans une oreille attentive. Il mérite ça en tout cas. Seulement lorsque Lilo débarque, il en aurait presque eu envie de la fâcher. Elle n’y peut rien la pauvre. Mais c’est toujours comme ça avec les enfants, ils débarquent au mauvais moment, quoi qu’il arrive. Souriant malgré tout lorsqu’elle présente son jouet à son « oncle » de cœur. Il croise ses bras et se redresse avec lenteur, tout son corps le fait souffrir et ça lui arracherait bien une grimace qu’il garde cependant pour lui. « Je vais aller préparer le bain de Lilo, j’te laisse faire le dîner histoire qu’on finisse pas tous intoxiqués. » Il laisse un rire s’échapper de sa gorge avant d’embarquer sa princesse avec lui pour laisser du répit au jeune homme. Cependant, avant de quitter totalement sa chambre, il lui lance un regard significatif voulant dire : c’est juste partie remise. Il s’occupe de sa princesse, ça leur fait du bien à tous les deux. Il sait bien que d’ici peu de temps, il n’en sera plus capable. Autant en profiter maintenant. Elle est tellement belle sa princesse. Le repas se passe dans une bonne humeur artificielle mais qui doit sembler totalement vraie aux yeux de la petite parce que ses rires et sourires ne sont pas feintés eux au moins.

Enfin, il la dépose au lit. Après une bonne journée bien remplie, elle s’endort relativement rapidement contre lui et lorsqu’il quitte la pièce, il n’oublie pas de mettre sa veilleuse en route avant de refermer la porte. Lilo a été créé d’une mauvaise façon selon beaucoup de monde et pourtant, elle est sa plus belle victoire, sa plus belle histoire d’amour. Lorsqu’il redescend, il fait un crochet par la cuisine afin de préparer deux énormes chocolats chauds surmontés de chantilly pour lui et son colocataire avant de le rejoindre sur le petit balcon attenant à la baie vitrée et qui leur offre une belle vue sur Northeast. Il n’a jamais été du genre à vouloir spécialement vivre dans le luxe, mais depuis qu’il a Lilo, il est content de pouvoir la mettre à l’abri du besoin. Il dépose la tasse de Teru prêt de lui avant de s’installer dans un des fauteuils pour admirer la vue alors que le soleil se couche. Il avale quelques gorgées de liquide chaud avant de manger la chantilly à la cuillère, comme un gamin. « Il s’est passé quoi… ? » Lentement, il pose son regard sur son colocataire, bien décidé à lui faire cracher son mal-être maintenant qu’ils sont tous les deux. « Cette mauvaise rencontre, il t’a fait quoi exactement que j’aille lui péter la gueule. » Il dit ça dans un sourire complice, mais à vrai dire, maladie ou pas, il serait capable de faire ça par loyauté.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey hey, My my... || TOMA   Hey hey, My my... || TOMA EmptyMer 14 Jan 2015 - 20:50

Teru Natsugawa
Teru Natsugawa
Rêveur et non bagarreur
Rêveur et non bagarreur
Date d'inscription : 26/10/2014
Prénom : Natasha/[K]
Célébrité : Lee Seunghyub
Crédit avatar : Saku
Messages : 1048
Nationalité / origines : Japonaise et Coréenne
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Mon fils *sigh*
Orientation sexuelle : Pansexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiant en musique, 1ère année de master
Job/Métier : Compositeur & Musicien / Vendeur-conseiller au magasin de musique "Jody's" a mi-temps
Adresse de résidence : Northeast
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Alexander Moon
Voir le profil de l'utilisateur

Hey hey, My my... || TOMA Empty

Je ne connaissais pas grand chose de Toma. À vrai dire, je ne savais pas non plus d'où provenait Lilo, ni qui était sa mère très exactement... néanmoins, je n'avais jamais posé de questions à ce sujet, par peur de paraître trop inquisiteur au goût de mon colocataire. Peut-être qu'entre mon éducation suisse et japonaise, j'avais été trop conditionné à me taire, je ne sais pas... et puis il y avait aussi le fait qu'au début de l'histoire, mon colocataire m'intimidait un peu, bien que je me sois vite rendu compte qu'il n'était vraiment pas si affreux qu'il en avait l'air. Quoi qu'il en soit, plus le temps passait et plus je me rendais compte que l'homme était en réalité facile d'accès (au moins pour moi), que je pouvais lui parler, lui poser mes questions et espérer obtenir des réponses dans presque tous les cas. Alors ce soir... peut-être que je m'ouvrirais un peu. Un peu beaucoup. De toute manière, il m'avait fait comprendre que notre conversation n'était que remise à plus tard à partir du moment où son regard avait croisé le mien, lorsqu'il était parti baigner sa fille, alors je n'avais pas le droit de me débiner.

Après le diner, je laissais Toma mettre la petite au lit pendant que je m'occupais de faire la vaisselle et de ranger les restes de nourriture, puis j'allais ensuite chercher une veste pour sortir sur la terrasse afin de m'y installer, mes écouteurs dans les oreilles, le regard fixé sur l'horizon, pensif. Quelle belle vue... une trop belle vue en comparaison de ce qui grouillait vraiment dans les rues. Vermine, pourriture, violence, dégénérescence. Les gens étaient fous, les gens devenaient tous de véritables malades mentaux, où était passé l'humanité que je pensais nous appartenir ? Nous étions civilisés, non... ? Censés l'être... en tout cas. Je serrais les dents et les poings, tout aussi en colère qu'attristé, avant d'allumer une cigarette pour chercher un peu de détente artificielle. Ainsi, pendant quinze minutes, je pus prendre le temps de réfléchir au calme... jusqu'à ce qu'une tasse bien fournie atterrisse soudainement à mes côtés. Ah, non... pitié, pas de truc calorique maintenant. Je n'avais plus d'appétit du tout depuis euh.... quelques jours. Mais l'attention me fit sourire, ça oui, alors j'écrasais vite ma seconde clope pour ne pas intoxiquer mon coloc qui m'adressait déjà la parole. Je ne fumais que très rarement, rassurez-vous... c'était généralement dans les moments de stress que j'avais besoin de nicotine pour me calmer, vu ma tendance à la nervosité, mais je ne me considérais pas comme un consommateur régulier pour autant.

Ce qui s'était passé... ah...

Les mots suivants de Toma manquèrent de me faire garder le sourire, mais c'était quand même trop me demander dans une situation pareille. J'avais appréhendé la conversation durant toute la soirée, donc bon... tout ce que je pus faire, concrètement, là, ce fut de fuir son regard qui se posait sur moi. Puis déglutir. Finalement, il fallait peut-être que je lui montre. Ouais... peut-être.

Je retirais ma veste en silence, puis tirais mon pull pour le passer au-dessus de ma tête afin de le retirer aussi pour découvrir mon buste cisaillé à plusieurs endroits sans que ce soit trop profond. Ma main libre, quand à elle, restait fermement plaquée contre le haut d'une épaule. « Je rentrais juste à la maison et il a débarqué de nul part, y'avait personne d'autre dans la rue... alors j'ai pas pu réagir a temps. » Je soupirais, échangeais un regard rapide, puis m'empressais de remettre mon haut avant, je l'espérais, que l'une des morsures... ou suçons, je ne sais pas exactement comment il fallait désigner ces marques-là, soit remarqué.


+ If I can go back again, if I can go back +

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey hey, My my... || TOMA   Hey hey, My my... || TOMA EmptyMer 14 Jan 2015 - 22:53

avatar
Invité
Invité

Hey hey, My my... || TOMA Empty

Il avale une autre gorgée et se prend d’amour pour le liquide qui se repend dans sa gorge. C’est doux, chaud, sucré, ça lui en donnerait presque un mini-orgasme. Il pousse un léger et bref soupir d’aise avant de se concentrer sur Teru qui semble au 36ème dessous. Cette discussion le fait flipper, l’angoisse se lit sur son visage et plus le temps passe, plus Toma songe à une chose assez grave et pourtant, il aimerait clairement se tromper. Il l’observe retirer sa veste, puis son pull et lorsque son regard se pose, horrifié, sur le torse du jeune homme, alors son poing se serre. Teru a beau se cacher comme il le peut, les morsures et les suçons qui le parcourent lui donnent un haut le cœur. Il en vomirait son repas du soir. Son regard se fait dur, intense et sombre alors que Teru commençait à parler lentement, à demi-mot, à demi-teinte. Il repose lentement sa tasse et regarde encore ce corps meurtri et fragilisé, jusqu’à ce que le jeune japonais ne le cache rapidement tout en se renfermant comme une huître. « Pourquoi tu m’as rien dit ? » Il ne lui reproche pas réellement de ne pas l’avoir fait. Ou peut-être que si au fond, mais dans tous les cas, il ne le dit pas sur un ton méchant ou dur. Il pose lentement sa tasse avant de se pencher en avant pour l’observer. « J’ai réellement envie de le tuer… » Ses craintes deviennent réelles, vivantes, palpables. Il regarde encore Teru en essayant de le mettre en confiance, au moins, il ne semble pas farouche avec lui, c’est un début. « Il est allé plus loin, n’est-ce pas… ? » Il pousse un long soupir de colère avant de se remettre dans le fond de son siège. S’il était en pleine possession de ses moyens, il casserait un truc sûrement.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey hey, My my... || TOMA   Hey hey, My my... || TOMA EmptyJeu 15 Jan 2015 - 0:33

Teru Natsugawa
Teru Natsugawa
Rêveur et non bagarreur
Rêveur et non bagarreur
Date d'inscription : 26/10/2014
Prénom : Natasha/[K]
Célébrité : Lee Seunghyub
Crédit avatar : Saku
Messages : 1048
Nationalité / origines : Japonaise et Coréenne
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Mon fils *sigh*
Orientation sexuelle : Pansexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiant en musique, 1ère année de master
Job/Métier : Compositeur & Musicien / Vendeur-conseiller au magasin de musique "Jody's" a mi-temps
Adresse de résidence : Northeast
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Alexander Moon
Voir le profil de l'utilisateur

Hey hey, My my... || TOMA Empty

Voila, c'était fait. Je soufflais enfin en remettant ma veste sur mes épaules et cherchais un quelconque réconfort dans le chocolat chaud qui m'était offert. Pourquoi est-ce que je ne lui avais rien dis... ? Sur le coup, la question me parut tellement... farfelue, que ma voix habituellement douce vrilla complètement dans une sonorité qui ne me ressemblait pas. Ce n'était pas contre lui, loin de là. Au contraire, j'étais simplement chamboulé de m'être dévoilé à quelqu'un si tôt, alors que les marques de violence restaient encore bien visibles dans ma chair, tant on s'y était prit avec délicatesse avec mon corps. « Comment tu voulais que je te parle de ça ? » Je commençais enfin à m'agiter, reposant ma tasse et croisant les yeux de Toma quelques instant, juste pour constater que son regard était particulièrement sombre. De la colère, hein ? Oh, s'il savait à quel point j'en portais dans mon coeur en ce moment, nous ferions une belle équipe. Je serrais les dents, puis fermais les paupières. « Il est allé plus loin, n’est-ce pas… ? » La phrase me figea complètement, de la tête aux pieds, puis je plaquais bêtement mes mains dans ma nuque dans un geste vif, comme si les mots-même de mon ami avaient suffit à me blesser. Il avait vu. Pourquoi avais-je choisi de lui montrer les stigmates ? Je n'arrivais plus à articuler la moindre réponse, maintenant... il n'y avait que des larmes pour monter à mes yeux et mes lèvres pour rester entrouvertes, tremblantes. Il avait vu. Est-ce que c'était allé plus loin ? Oui. Mais juste pas trop. Pas trop pour quoi, d'ailleurs ? Pour me traumatiser ? Je l'étais déjà, putain. Le simple fait qu'on ait posé la main sur moi était de trop ! Tout était de trop ! Je me contins encore un peu, mais finalement, ce qui était resté à l'intérieur pendant des jours finit par sortir. Sous mes larmes désormais libérées, une longue plainte, peu audible mais déchirante s'échappa de mes lèvres, bien que j'avais la main plaquée devant la bouche pour tâcher de contenir ma voix, pourtant déjà assez faible comme ça. « J'ai essayé de le repousser, je... pouvais rien faire! J'ai... » Après avoir cherché à me justifier de m'être ainsi "laissé faire", je repris ma respiration dans une sorte de sifflement pulmonaire. « J'ai tellement honte »  C'était le sentiment principal que je portais en moi, a vrai dire. Plus que la rancoeur, plus que la colère : la honte. Honte de ne pas être 'suffisamment' un homme. De m'être fait traiter de 'salope qui aimait ça' pendant qu'une main glissait sous ma ceinture et m'agrippait beaucoup trop habilement pour que ce soit... bon sang... bon sang. Je rentrais les épaules et laissais mon visage disparaître sous mes longues mèches sombres.


+ If I can go back again, if I can go back +

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey hey, My my... || TOMA   Hey hey, My my... || TOMA EmptyJeu 15 Jan 2015 - 1:10

avatar
Invité
Invité

Hey hey, My my... || TOMA Empty

 Il peut sentir à quel point Teru essaye de se contenir, à quel point il veut ravaler larmes, honte et chagrin et comme il commence à trembler à cause de ça. Il sait que sa question vient de le paralyser. Il le voit bien dans toute son allure et sa façon d’agir. Il a l’impression d’être face à un enfant traumatisé et ce qu’il voit lui fait mal au cœur, sincèrement.  Il a eu le sentiment que sans sa maladie, Teru n’aurait pas attendu quatre longs jours épuisant pour se rapprocher de lui et oser lui avouer la vérité. Il n’arrive pas s’enlever du crâne qu’ils ont perdu du temps à cause de lui. Il dépose son propre visage dans ses grandes mains afin de le frotter avec lenteur, puis vigoureusement, le temps de s’éclaircir un peu les pensées. Dire qu’il n’a pas vu un tel mal-être de la part de son colocataire, qu’au début, il pensait à une rupture à la con. Il penche doucement son visage pour observer à nouveau le jeune homme qui ne retient plus rien. Il pleure, il est dévasté, secoué. Le spectacle est dur à supporter. Il serre ses poings parce qu’il a mal pour lui, il ne peut pas dire le contraire et lorsque la voix de Teru se met à résonner sur le petit balcon, c’est un peu plus tuant que durant les secondes précédentes. Il se lève avec lenteur en écoutant son récit à demi-mot. Il en dit peu, mais ça suffit au grand brun pour le moment. « Teru…. » Sa voix grave vient se perdre dans le vent comme un petit écho. Il se mordille la lèvre avant de se regarder un peu pris au dépourvu. A part Lilo, il n’a jamais réconforté personne. « Chut, Teru… » Il se pose sur l’accoudoir du jeune homme avant de le prendre contre lui doucement. Il ne sait pas si c’est la bonne chose à faire, mais c’est la seule solution qui lui vient à l’esprit pour le moment. « C’est pas ta faute. C’est lui qui devrait avoir honte. » Il repense à son frère, il repense à la rancœur de Kay, à tout ce qu’il lui avait dit en apprenant que sa fiancée était enceinte de son propre frère. Malicieusement, Toma s’était déchargé de toute responsabilité en disant que c’était la faute de son cadet, alors que non, tout venait de lui. « Il veut ça. Au-delà de ta souffrance physique, il veut que tu souffres moralement en te détestant. Lui donne pas ce pouvoir Teru. » Il lui frotte doucement le bras. « Tu vaux mieux que ce que tu crois, c’est qu’une embûche sur ton chemin. C’est douloureux, c’est vrai mais tu vas te redresser et dans quelques mois, tu pourras être fier de toi. Parce que tu sais quoi ? Y’a aucune honte à tomber, ce qui est honteux, c’est soit de rester au sol, soit d’être celui qui met à terre justement. Tu es ni l’un ni l’autre, t’as pas à être honteux… » Dire qu'il a fait parti de ceux qui mettent à terre. Il se penche doucement  afin de le regarder. « Dès que j’irai mieux, on fera du sport ensemble si tu veux, tu deviendras invincible, mentalement, comme physiquement et en attendant, j’ai une connaissance à l’UCLA qui pourrait te donner des cours de boxe si tu veux. Juste pour toi, pour t’aider à te sentir mieux. » Et se dire aussi que s’il recroise ce type, il pourra le laminer. « Cheer up buddy…. Le laisse pas t’abattre…. Il en vaut pas la peine. » C’est facile à dire c’est vrai, mais venant d’un mourant qui se bat chaque jour, ça aura peut-être son impact ? Il lui sourit doucement avant de venir mettre sa main sur le visage du jeune homme pour lui essuyer ses yeux. Depuis qu’il a Lilo, il a pu acquérir des réflexes de père qui ne disparaissent plus. A son grand malheur par moment. « Compte pas sur moi pour essuyer ta morve… » Ah du Toma tout chié…
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey hey, My my... || TOMA   Hey hey, My my... || TOMA EmptySam 17 Jan 2015 - 12:50

Teru Natsugawa
Teru Natsugawa
Rêveur et non bagarreur
Rêveur et non bagarreur
Date d'inscription : 26/10/2014
Prénom : Natasha/[K]
Célébrité : Lee Seunghyub
Crédit avatar : Saku
Messages : 1048
Nationalité / origines : Japonaise et Coréenne
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Mon fils *sigh*
Orientation sexuelle : Pansexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiant en musique, 1ère année de master
Job/Métier : Compositeur & Musicien / Vendeur-conseiller au magasin de musique "Jody's" a mi-temps
Adresse de résidence : Northeast
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Alexander Moon
Voir le profil de l'utilisateur

Hey hey, My my... || TOMA Empty

M'ouvrir de la sorte à quelqu'un avait été une épreuve. C'était bien connu, j'étais extrêmement réservé en temps normal et j'essayais de toujours sauver les apparences pour préserver l'intégrité du groupe, mais là, là... nous n'étions pas en temps normal. J'avais craqué, complètement, ceci pour la première fois depuis que Toma me connaissait, peut-être... mais il fallait que ça sorte. L'air de rien, permettre aux émotions de s'échapper faisait du bien, du moment qu'on ne les laissait pas nous envahir et qu'on reprenait le contrôle à temps. La situation aurait ainsi pu m'échapper si mon ami n'était pas intervenu pour m'attirer à lui et commencer à me parler en usant des mots tellement censés et bien trouvés que je ne pouvais qu'accepter le fait qu'il avait raison sur toute la ligne. Il croyait sérieusement que je pouvais sortir grandi de cette épreuve et ça me donnait l'espoir qu'il puisse éventuellement avoir raison. Ce n'était qu'une question de volonté, n'est-ce pas ? Une question de mental... je n'avais jamais été spécialement solide de ce point de vue-ci, ou tout du moins ne l'avais-je pas été lorsque ça me concernait... parce que pour les autres, je savais être là. Je savais réagir à temps et les pousser dans une bonne direction depuis que je m'étais juré d'ouvrir les yeux et les oreilles deux fois plus grand afin de ne pas revivre la catastrophe du suicide de ma soeur. Une extrême en entrainant une autre, tout ça m'avait poussé à m'abandonner un peu moi-même dans le processus. Or, là... il était temps que je pense à moi, parce que sinon, j'allais m’annihiler tout seul.

Progressivement, mon coeur se calma et je me mis à réfléchir aux paroles de Toma. Je n'avais pas à avoir honte. Facile à dire. J'imagine qu'il me faudrait un peu de temps pour me convaincre que tout ceci n'était pas de ma faute... mais si j'oubliais ça, mon « frangin » serait là pour me mettre une claque à la figure afin de me rafraîchir la mémoire, hein ? Je n'en doutais pas une seule seconde, vu son caractère bien trempé.

Quoi qu'il en soit, je finis par me redresser un peu après sa dernière phrase qui me fit sourire, puis me passais les mains sur le visage en reniflant une dernière fois. Voila. C'était dit, maintenant... et ça n'avait finalement pas été si terrible que ça. « Cheer up ». J'en n'étais pas encore à ça, mais peut-être que son chocolat chaud aiderait à finir de me réconforter. « Merci, Toma. » Je pris une grande inspiration pour me remplir les poumons d'air, puis levais la tête pour profiter d'une brise d'air frais sur mon visage rougis. « Ca fait... très longtemps que je devrais déjà avoir entrepris des choses pour commencer à me sentir mieux, à vrai dire. Je me suis caché derrière ma musique en espérant que ça s'arrangerait... mais il faut croire que ça n'a jamais été suffisant. Peut-être qu'il ne s'agissait que d'une excuse. » Je n'avais pas encore trouvé mon point d'ancrage, mon truc auquel me raccrocher. Lui, il avait sa fille. Moi... je ne sais pas encore. J'espérais trouver cette pierre angulaire bientôt, pour grandir, pur me redresser et pour enfin cesser d'être un petit garçon effrayé par le poids de la vie. Je voulais... je voulais juste l'étincelle qui me permettrait d'allumer mon feu intérieur, celui qui me ferait tout reprendre en main. Parce que moi, je voulais beaucoup. Je voulais envouter le monde, je m'en savais capable, parce que j'avais un don... et qu'on le reconnaisse ou pas, moi, je le savais. Il était là, latent dans mon coeur et dans ma tête, mais il existait. J'avais quelque chose à apporter aux gens. « Teru, ta musique apaise. », m'avait-on répété. Si c'était vrai, alors il me fallait d'abord mettre les choses au clair avec moi-même pour me concentrer ensuite sur les autres. « Dans tous les cas... merci. » Mon sourire s'agrandit un peu et je levais enfin mes grands yeux expressifs sur ceux de mon interlocuteur. « Et si on rajoutait un peu d'alcool dans ce chocolat... ? » Comprenez : j'ai envie de causer avec toi de tout et de rien. Après avoir passé plusieurs sujets en revue, au fur et à mesure que la nuit s'installait, je finis par me poser de sérieuses questions concernant le passé de Toma. Le sien, mais aussi celui de Lilo. D'où venait-elle ? Où était sa mère ? Jamais n'avais-je osé en parler par peur de froisser mon colocataire, mais cette fois, je en pus m'en empêcher, car confidences pour confidences, autant ne plus rien se cacher. Alors voila, je finis ainsi par lui demander quelles étaient les origines de l'arrivée de sa fille.


+ If I can go back again, if I can go back +

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey hey, My my... || TOMA   Hey hey, My my... || TOMA EmptySam 17 Jan 2015 - 19:17

avatar
Invité
Invité

Hey hey, My my... || TOMA Empty

« Ca fait... très longtemps que je devrais déjà avoir entrepris des choses pour commencer à me sentir mieux, à vrai dire. Je me suis caché derrière ma musique en espérant que ça s'arrangerait... mais il faut croire que ça n'a jamais été suffisant. Peut-être qu'il ne s'agissait que d'une excuse. » « C’est vrai que c’est idiot de croire qu’une seule chose peut nous apporter la paix et la joie que l’on veut… Mais je ne peux pas te blâmer Teru, j’ai fait la même chose. » Il regarde vers les escaliers menant à l’étage où se trouve sa princesse. A vrai dire, il le fait encore, on peut en être certain même s’il a trouvé un nouvel appui et une autre raison de se battre avec Teru. Il aime beaucoup le jeune homme. Il lui rappelle tellement son frère. C’est fou de voir comme il lui manque en fait. Injuste même. Lui qui était persuadé de pouvoir se passer de sa famille, c’est loupé. Lilo ne connait personne au fond même s’il appelle ses parents de temps en temps et qu’ils sont déjà retournés là-bas quelques fois. Ça n’a rien à voir avec une vraie famille. Elle est l’enfant de la honte pour eux… « Et si on rajoutait un peu d'alcool dans ce chocolat... ? » La voix de Teru le ramène dans une réalité où il perd de plus en plus pied. « Bonne idée. » Il n’a plus le droit normalement, mais il s’en fout complètement et se lève pour aller chercher une bouteille. Il n’en met que quelques gouttes dans le sien et laisse Teru faire ce qu’il veut pour son chocolat. Le temps passe et ils discutent de tout comme des amis, ou des frères, à voir.Il faut bien avouer qu’il ne pensait pas rencontrer quelqu’un comme Teru en passant son annonce et encore moins, s’intéresser à lui. Il l’observe alors qu’une nuit noire recouvre la ville, heureusement que les lumières de l’appartement les éclairent assez. Et puis, Teru se pose des questions, sur Lilo notamment, c’est normal à vrai dire. Le jeune hawaïen repose sa tête contre le dossier du fauteuil tout en fermant ses yeux, c’est l’instant de vérité. « Tu te souviens toute à l’heure quand je t’ai dit que ce qui est honteux, c’est de mettre les gens à terre ? » Il ouvre ses prunelles pour planter son regard dans le sien. « J’ai été une personne comme ça et je dois l’être encore…. » Il l’observe religieusement avant de se passer la main dans les cheveux. « Lilo n’était pas prévue, pas du tout même. En réalité, je l’ai eu avec la fiancée de… mon frère cadet. » Il devine le regard de Teru, sa surprise, peut-être son dégoût. « Quand elle est arrivée au monde, j’ai su que je devais la protéger et m’en occuper, mais durant la grossesse, ça n’a pas été facile. » Il hausse doucement ses épaules. « Sa mère ne voulait pas d’elle, elle était incapable de s’en occuper correctement, elle a failli la tuer à cause d’une erreur de jugement. » Il serre son poing en repensant à cette journée-là, à la pneumonie et son bébé de trois mois au bord de l’agonie. « J’ai obtenu la garde de Lilo et puis on est venus ici…. » Il l’observe à nouveau, comme un condamné attendant son jugement.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey hey, My my... || TOMA   Hey hey, My my... || TOMA EmptyMer 28 Jan 2015 - 14:05

Teru Natsugawa
Teru Natsugawa
Rêveur et non bagarreur
Rêveur et non bagarreur
Date d'inscription : 26/10/2014
Prénom : Natasha/[K]
Célébrité : Lee Seunghyub
Crédit avatar : Saku
Messages : 1048
Nationalité / origines : Japonaise et Coréenne
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Mon fils *sigh*
Orientation sexuelle : Pansexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiant en musique, 1ère année de master
Job/Métier : Compositeur & Musicien / Vendeur-conseiller au magasin de musique "Jody's" a mi-temps
Adresse de résidence : Northeast
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Alexander Moon
Voir le profil de l'utilisateur

Hey hey, My my... || TOMA Empty

Je remerciais le pragmatisme de Toma, sincèrement. C'était très agréable d'avoir des amis de sexe masculin pour l'unique et bonne raison qu'ils avaient une capacité à passer à autre chose un peu plus vite que les femmes. Oh, je ne dis pas que j'avais à me plaindre des autres, loin de là... mais c'est vrai que j'aimais pas tellement me faire materner parce qu'on avait déjà suffisamment tendance à me traiter comme un enfant fragile à cause de mon apparence. Heh... c'est sûr que si je ressemblais à mon coloc, on me traiterait différemment, à commencer par lui, mais le premier qui oserait me dire que c'était de ma faute s'il m'était arrivé ce qui m'était arrivé... que je devrais me couper les cheveux ou porter d'autres vêtements si je voulais éviter ce genre d'incidents à nouveau, je me jurais de lui démonter la mâchoire moi-même pour lui faire ravaler ses paroles.

Quoi qu'il en soit, le sujet de conversation avait désormais complètement changé et j'étais un peu plus détendu depuis que l'alcool avait fait son effet sur mon esprit meurtri... mais ça ne fut pas pour longtemps. « Tu te souviens toute à l’heure quand je t’ai dit que ce qui est honteux, c’est de mettre les gens à terre ? J’ai été une personne comme ça et je dois l’être encore…. » Je fronçais les sourcils en l'observant, attendant la suite avec attention et un peu d'appréhension aussi, il faut bien l'avouer. « Comment ça ? » « Lilo n’était pas prévue, pas du tout même. En réalité, je l’ai eu avec la fiancée de… mon frère cadet. » Je restais parfaitement muet à ses paroles, ne voulant pas juger avant d'avoir entendu toute l'histoire, même si pour le coup, j'étais confus et déjà un peu sur la défensive. « Quand elle est arrivée au monde, j’ai su que je devais la protéger et m’en occuper, mais durant la grossesse, ça n’a pas été facile. Sa mère ne voulait pas d’elle, elle était incapable de s’en occuper correctement, elle a failli la tuer à cause d’une erreur de jugement. J’ai obtenu la garde de Lilo et puis on est venus ici…. » Okay. Wait. Laissez-moi résumer tout ça, pour qu'on se comprenne bien... il avait couché avec la fiancée de son frangin, sans protection, et elle était tombée enceinte, puis il y a eu des emmerdes durant les mois de grossesse. Naïvement, j'avais juste cru qu'il était arrivé quelque chose à sa petite amie de l'époque, celle qui lui avait donné leur fille, un truc comme ça... mais pas... enfin... c'était complètement immoral, non !? Il me fallut quelques secondes avant de pouvoir changer d'expression faciale en m'aidant d'une main que je passais dans mes cheveux en soupirant un coup. Naturellement, j'avais envie de demander pourquoi il avait fait ça et quelles étaient ses motivations de base... mais je pense que c'était inutile d'insister, car je voyais bien dans son regard qu'il craignait un peu mon jugement (première fois que je le voyais comme ça, tiens). « D'accord... » Qu'est-ce que je pouvais lui dire de plus ? 'Je comprends' ? Non, je ne comprenais absolument pas ce qui lui était passé par la tête... mais s'il avait osé m'en parler, alors... je me devais bien d'oser le regarder dans les yeux, même avec une désapprobation inévitable au fond des pupilles. « J’enfoncerais pas le clou, j'imagine que ta conscience fait déjà ce travail depuis longtemps... » Je détournais un peu le visage vers le bas en me pinçant les lèvres. « C'est le passé, après tout. » Ouais, fallait que je remette les choses dans leur contexte comme je prenais à chaque fois la peine de le faire pour éviter les erreurs de jugement. « Je suis content que tu m'aies dis tout ça sans détours, Toma... j'arrive pas à saisir ce qui t'es passé par la tête à l'époque, mais la seule chose qui compte vraiment, maintenant, c'est que Lilo reste en dehors de cette histoire. » Je haussais les épaules, puis reposais mon attention sur mon ami mourant, le regard franc. Cette gamine, j'y étais particulièrement attaché, moi aussi. Il n'était pas le seul a vouloir la protéger... alors autant que je dise ce que j'avais sur le coeur tout de suite. « Je pense qu'elle à juste a savoir que son père l'aime, pour le moment... et même si je sais que t'as pas l'intention de lui faire du mal, je te laisserais pas déraper et prendre le risque de la blesser quand t'iras mieux. Volontairement ou pas, d'ailleurs... » Je poussais un soupir, puis affichais finalement un sourire qui m'adoucit le visage, bien que dans le fond, je parlais comme si Toma avait juste un rhume, alors qu'il ne lui restait clairement que peu de temps a vivre dans ces conditions. « Si je t'en fous une un jour, ça m'empêchera pas d'être reconnaissant pour ce que tu fais pour nous le reste du temps. C'comme ça que ça fonctionne, une famille. » Ouais... j'étais vraiment heureux de le connaître, ce type. Il m'apportait beaucoup.



+ If I can go back again, if I can go back +

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey hey, My my... || TOMA   Hey hey, My my... || TOMA EmptyMer 28 Jan 2015 - 14:43

avatar
Invité
Invité

Hey hey, My my... || TOMA Empty

« J’enfoncerais pas le clou, j'imagine que ta conscience fait déjà ce travail depuis longtemps... C'est le passé, après tout. » Mais il peut le sentir son lourd jugement interne et ce qu’il semble penser. Oh oui, il le sent parfaitement bien. Mais il ne peut pas en vouloir à Teru, au contraire. Beaucoup de personnes le jugeraient très sévèrement s’ils savaient comment il était avant, alors bon. Mais c’est vrai que ce petit regard dans les yeux de son colocataire lui fait un peu mal. Pourquoi hein ? Il s’est toujours moqué de ce que le gens pouvaient bien penser, alors lui ou un autre. Pourtant, c’est différent avec Teru. Différent parce qu’il connait le vrai lui. Différent parce qu’il ne peut pas se cacher à ses côtés. Alors, voir ce regard est d’autant plus blessant, surtout qu’il ne peut vraiment pas lui en vouloir pour ça. « Je suis content que tu m'aies dis tout ça sans détours, Toma... j'arrive pas à saisir ce qui t'es passé par la tête à l'époque, mais la seule chose qui compte vraiment, maintenant, c'est que Lilo reste en dehors de cette histoire. » Il hausse un sourcil en l’entendant dire ça. Il n’a jamais mis en doute l’attachement du jeune homme pour la petite, elle l’appelle tonton Teru, elle adore passer du temps avec lui et Toma ne mettra jamais en doute leur relation. Tout au contraire, il lui confierait sa fille les yeux fermés. « Je pense qu'elle à juste a savoir que son père l'aime, pour le moment... et même si je sais que t'as pas l'intention de lui faire du mal, je te laisserais pas déraper et prendre le risque de la blesser quand t'iras mieux. Volontairement ou pas, d'ailleurs... » Et un faible sourire s’affiche sur son visage alors que Teru lui dit ça avec autant de conviction qu’un homme peut en avoir dans toute une vie. « Si je t'en fous une un jour, ça m'empêchera pas d'être reconnaissant pour ce que tu fais pour nous le reste du temps. C'comme ça que ça fonctionne, une famille. » Il relève pleinement son regard sur lui. Une famille. Il avait presque oublié ce que c’est. Son sourire s’agrandit alors que le jeune homme semble avoir terminé son discours. Discours qu’il a trouvé fort intéressant à entendre à vrai dire. Il se lève sans un mot afin de partir dans sa chambre et fouiller dans un tiroir, non sans grimacer parce que son cœur ne le laisse pas totalement en paix aujourd’hui et il se fige en voyant des gouttes s’abattre sur la plaque de verre du bureau. Il porte alors sa main à son visage humide avant de l’essuyer promptement pour se remettre de ses émotions. Il attrape une lourde enveloppe brune avant de redescendre et de rejoindre Teru pour lui remettre entre les mains et se remettre assis. Ses lèvres sont devenues bleutées à cause de l’effort demandé pour monter et descendre les marches en un laps de temps assez court. « Je sais depuis le début que je peux compter sur toi… » Il fixe le vide, mais lentement, son regard balaie l’espace pour se poser sur le jeune homme. « Tu n’es pas obligé de les signer… C’est… T’as encore un peu de temps pour me dire oui ou merde… » Il se masse le front doucement avant de passer sa main dans ses cheveux. « C’est pour la tutelle de Lilo…J’aimerai que tu t’occupes d’elle. T’en fais pas, financièrement, j’ai mis beaucoup de côté pour vous aider durant plusieurs années et elle a un compte aussi pour quand elle aura 18 ans… et… comme je travaille à l’université, elle aura une bourse honorifique même si je meurs… » Oui, il prévoie tout depuis plusieurs semaines… C’est terrifiant pour lui pas moment d’ailleurs. « Faut être honnête… J’ai 80% de risque de crever… 5% d’avoir un cœur et 15% de faire un rejet… donc techniquement, j’ai quasiment 95% de risque d’y passer… Je préfère savoir… Et si tu ne veux pas, je me mettrai en relation avec mes parents… Même si ça ne m’enchante pas, parce que pour eux, elle reste l’enfant de la honte. » Et il ne veut pas qu’elle soit vu comme ça ou qu’elle se pense comme ça. « J’ai merdé Teru… Mais je regrette pas de l’avoir fait. Lilo est la plus belle chose que j’ai pu avoir dans ma vie. Grâce à elle, j’ai changé… Grâce à elle, je suis venu ici et j’ai rencontré des personnes qui en valent vraiment la peine. » Il dit ça principalement pour le jeune homme, mais pour des amis aussi. Souriant, il se lève avec difficulté, la douleur dans sa poitrine l’oppresse. « Bonne nuit. » Il dépose doucement sa main sur l’épaule du jeune homme avant de se diriger encore vers les escaliers qu’il regarde comme s’il devait affronter l’Himalaya.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey hey, My my... || TOMA   Hey hey, My my... || TOMA EmptyJeu 29 Jan 2015 - 14:15

Teru Natsugawa
Teru Natsugawa
Rêveur et non bagarreur
Rêveur et non bagarreur
Date d'inscription : 26/10/2014
Prénom : Natasha/[K]
Célébrité : Lee Seunghyub
Crédit avatar : Saku
Messages : 1048
Nationalité / origines : Japonaise et Coréenne
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Mon fils *sigh*
Orientation sexuelle : Pansexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiant en musique, 1ère année de master
Job/Métier : Compositeur & Musicien / Vendeur-conseiller au magasin de musique "Jody's" a mi-temps
Adresse de résidence : Northeast
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Alexander Moon
Voir le profil de l'utilisateur

Hey hey, My my... || TOMA Empty

Au fond de moi, j'étais quelque peu soulagé que la pilule soit passée et que malgré les révélations de la soirée, les choses se terminent tout de même sur un sourire de la part de Toma. Néanmoins, ce dernier finit par se lever sans rien ajouter, à ma grande surprise, et je me retournais bêtement pour le regarder monter les escaliers, sourcils froncés, sans comprendre. L'attente ne fut heureusement pas longue avant que le géant revienne a mes côtés, mais je remarquais cependant sur son visage que l'effort qu'il venait de fournir l'avait grandement affecté physiquement. C'était grave à ce point, alors... mon coeur déjà meurtri se resserra un peu plus dans ma poitrine, mais ce n'était que le début, puis-ce que je me retrouvais rapidement avec une enveloppe dans les mains. « Je sais depuis le début que je peux compter sur toi… » J'aimais pas ce genre de phrases introductives. « Tu n’es pas obligé de les signer… C’est… T’as encore un peu de temps pour me dire oui ou merde… » Hein ? Signer quoi ? Mes yeux de biche fixèrent l'homme d'un air méfiant et presque désemparé, mais je m'empressais néanmoins de sortir le document de la fourre en papier que je tenais pour dissiper mes doutes concernant ce que je croyais bel et bien être le sujet que Toma était en train d'aborder avec moi. « C’est pour la tutelle de Lilo… j’aimerai que tu t’occupes d’elle. T’en fais pas, financièrement, j’ai mis beaucoup de côté pour vous aider durant plusieurs années et elle a un compte aussi pour quand elle aura 18 ans… et… comme je travaille à l’université, elle aura une bourse honorifique même si je meurs… Faut être honnête… J’ai 80% de risque de crever… 5% d’avoir un cœur et 15% de faire un rejet… donc techniquement, j’ai quasiment 95% de risque d’y passer… Je préfère savoir… Et si tu ne veux pas, je me mettrai en relation avec mes parents… Même si ça ne m’enchante pas, parce que pour eux, elle reste l’enfant de la honte. » Je ne sais pas exactement comment j'avais fais pour garder mon regard posé sur le sien pendant toute la durée de ses explications, parce qu'honnêtement... c'était dur. Dur d'accepter le fait qu'il risquait de ne plus être là dans quelques semaines, dur de se dire qu'à son âge, on allait déjà le perdre. S'il y a une chose que j'avais apprise en étant au contact de ce type, c'était néanmoins d'être courageux et de savoir faire face aux choses, raison pour laquelle je ne pouvais pas détourner mes pupilles des siennes malgré ma peine.

Il voulait me confier sa fille, après tout. Comment me détourner de ça ?

Dernièrement, il est vrai que c'était moi qui m'en occupais le plus souvent, vu tout ce que son père ne pouvait plus faire avec elle et son énergie débordante, mais l'idée que Toma ne serait peut-être plus jamais là, c'était encore quelque chose de très différent au niveau des responsabilités à assumer. Il fallait qu'on commence sérieusement à s'y préparer, nous aussi... « J’ai merdé Teru… Mais je regrette pas de l’avoir fait. Lilo est la plus belle chose que j’ai pu avoir dans ma vie. Grâce à elle, j’ai changé… Grâce à elle, je suis venu ici et j’ai rencontré des personnes qui en valent vraiment la peine. » Je fronçais légèrement les sourcils en lui offrant malgré tout un petit sourire, puis hochais lentement la tête. « Bonne nuit. » Je déposais immédiatement ma main libre sur la sienne. « Toma... j'ai pas besoin d'y réfléchir. Ne t'inquiète pas pour Lilo. » Après tout, si j'hésitais à ce sujet, c'était comme si je remettais en question la place-même qu'avait la petite à mes yeux. Non, ce genre de choses ne demandaient pas de réflexions trop approfondies... je m'en serais voulu de l'abandonner a une famille qui la voyait d'un mauvais oeil et ne la connaissait pas vraiment alors que j'étais moi-même en mesure de la prendre en charge. Je voulais qu'elle soit heureuse, le plus possible. « Oyasumi... » Je le laissais finalement s'en aller avant de me mettre moi-même sur mes jambes pour m'approcher de la rambarde de la terrasse en fixant le ciel.

Longtemps.
Très longtemps...
Combien d'étoiles ne voyait-on pas à cause de la lumière de la ville ?
Combien de gens meurtris existait-il ici bas ? Combien se battaient encore ? Combien avaient baissé les bras face aux épreuves ? Combien se laissaient envahir par la peur et finissaient par se perdre en chemin ? Combien porteraient fièrement des cicatrices d'un passé aujourd'hui bravé et vaincu?

Mes doigts commencèrent à bouger lentement sur la barre de métal, puis je reculais d'un pas. Et d'un autre, ceci avant de me retourner brusquement pour courir jusqu'à ma chambre et me jeter sur mon piano, enfiler mon casque audio, puis entamer une nuit blanche de recherche active sur ce que mes émotions chaotiques étaient en train d'essayer de faire sortir de moi pour l'exprimer d'une manière ou d'une autre. C'est pour toi, Toma. C'est pour toi et pour moi... et pour tout ceux qui voudraient que leurs cris intérieurs puissent être entendus par quelqu'un. J'espère que tu l'entendras, cet écho qui tape dans le coeur au contact des percussions.

Je ne m'arrêtais que lorsque mes poignets commencèrent à trembler en raison de crampes insupportables qu'elles subissaient depuis un moment déjà, mais il faisait déjà jour à ce moment-là et j'avais complètement perdu la notion du temps. Il y avait du papier partout sur le bureau et par terre... est-ce que j'étais fatigué ? Non. Pas du tout... enfin j'en sais rien. Peut-être. Quand on entre en transe, on s'oublie aux besoins de notre corps...

La porte s'ouvrit finalement pour laisser entrer Lilo qui fit des yeux rond en voyant l'état de la chambre, ce qui me ramena à la réalité, dans un sourire honnête et bienveillant qui relâcha néanmoins de grandes larmes le long de mes joues.

« J'ai terminé... une jolie musique... tu as bien dormi ? »

Je m'approchais d'elle, puis la soulevais tant bien que mal pour la porter sur ma hanche jusqu'à la salle de bain. Aujourd'hui était différent d'hier. Aujourd'hui, les cicatrices devaient commencer à se refermer... parce qu'il le fallait.


+ If I can go back again, if I can go back +

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey hey, My my... || TOMA   Hey hey, My my... || TOMA Empty

Contenu sponsorisé

Hey hey, My my... || TOMA Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Hey hey, My my... || TOMA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [3rd tournois] Poule G : Kazuki Silfrid VS Toma

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP :: Terminés-
Sauter vers: