Le Deal du moment : -55%
-30 € sur AUKEY USB C – Station de charge
Voir le deal
24.99 €

Partagez
 

 power is a dangerous thing. [brynn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: power is a dangerous thing. [brynn]   power is a dangerous thing. [brynn] EmptyJeu 8 Jan 2015 - 1:16

Yannick B. Hobbs
Yannick B. Hobbs
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 08/02/2013
Prénom : F.
Célébrité : Sean O'Pry.
Crédit avatar : (c) FA
Messages : 790
Nationalité / origines : Américano-Suisse.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômes: Bachelor en journalisme (majeure), bachelor en histoire (mineure)
Job/Métier : Assistant au rédacteur en chef du L.A. Times (Reed Gallagher)
Adresse de résidence : Appartement en colocation dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Lisa T. M. Renfield, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.

power is a dangerous thing. [brynn] Empty

Elle me sourit alors, écartant ses belles dents, me présentant ses yeux rieurs sur un plateau. Belle, belle, belle ... Une réelle beauté, comme taillée dans la pierre, sans failles, sans défauts. Une des femmes les plus belles que je n'ai jamais rencontrées, assurément. Laissant ses doigts se perdre dans sa voluptueuse crinière de corbeau, ses cheveux noir de jais s'éparpillent dans tous les sens tandis qu'un rire triomphal s'échappe d'entre ses lèvres. Puis ... Un violent rappel à la réalité.

- Yann ? Yann ? Mister Hobbs ? Allooo ?

Ce n'est que lorsqu'elle se met à claquer des doigts que je me remets à faire attention à Leslie, la jeune femme qui se trouve face à moi. Leslie, à la poitrine généreuse, Leslie à la taille de guêpe ... Leslie la poupée, la femme la plus exécrable du monde, la rousse en trois volumes. Elle, c'est un tout autre type de splendeur qui l'enveloppe : une splendeur lumineuse, une splendeur éblouissante, une splendeur éclatante ... Une splendeur de connasse, une splendeur de Alpha Bêta. Je ne sais pas ce qui m'a pris d'accepter ce blind date. Pourtant, mon ami avait fait un excellent choix : d'après bien des critères, Leslie correspond complètement à la femme dite "idéale", celle sur laquelle tous les hommes bavent, celle qui attire leurs regards et éveille leurs virilités. Ce n'est pas pour rien qu'elle a su se faire une place au sein de l'une des plus prestigieuses confréries d'UCLA ... Et c'est pour cette même raison là que je commence déjà à regretter ce rendez-vous qui s'annonce très, très long et pénible.

- Oui ? Je réponds alors d'un ton légèrement lassé et, pourtant, malgré tout, courtois. Ma fourchette pique alors l'une des écrevisses qui se cache au fond de mon entrée, l'abandonnant alors aux bons soins de mes dents afin que celles-ci puissent l'écraser sans pitié ni merci. Un peu comme les Alpha Bêta s'amusent à écraser tous ceux qui osent se mettre en travers de leur chemin, en fait.



+ DOESN'T IT FEEL SO GOOD TO BE BAD?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: power is a dangerous thing. [brynn]   power is a dangerous thing. [brynn] EmptyJeu 8 Jan 2015 - 12:43

avatar
Invité
Invité

power is a dangerous thing. [brynn] Empty

C'était une belle journée qui commençait. Il n'y avait pas à dire, ça avait tout d'une bonne journée. Ca en avait la couleur, ça en avait l'odeur, et pour autant, j'étais d'une humeur massacrante. D'une de ses humeurs où j'avais besoin de faire sortir une saloperie qui était en moi comme pour me purger et me sentir mieux. Le seul truc maintenant, c'est qu'il fallait que je trouve sur qui sortir cette vacherie. Comment la faire ne serait probablement pas un problème car j'ai toujours eu une imagination débordante là dessus.

- Yann ? Yann ? Mister Hobbs ? Allooo ?

Je crois rêver. Je n'avais pas fait attention aux gens qui m'entouraient pour le moment car je m'en fiche comme de ma dernière paire de chaussures. Enfin, plutôt de chaussettes. Mais là, c'était comme un petite cadeau tombé du ciel. Le père Noël venait peut être de me gratifier là d'un joli cadeau post Noël. Je ne vais pas vous mentir, au son de son nom, je n'étais pas encline à sourire. Loiiiiiiiin de là. Hobbs, ce vil traitre. Celui qui a fait l'infaisable. Ce lâche. J'avais envie de l'étriper autant que j'avais envie de l'embrasser à l'époque, c'est peu dire. Je me serais tirée volontiers si mon envie de me venger ne me rongeait pas entièrement de l'intérieur. Ça me brûlait comme un feu incontrôlable qui allait tout ravager sur son passage, autant que j'en fasse profiter Yannick.

Je me levais alors, et me dirigeais vers leur table. Là s'offrait à moi une myriade de choses à faire, et à vrai dire je n'avais rien préparé. Je prendrais certainement la première chose qui s'offrirait à moi. Me faire passer pour sa copine actuelle ? Intéressant. Pas sûr que celle en face apprécie. Qu'y a t-il de pire qu'un homme fâché ? Une femme blessée. Pensez y, les hommes, la prochaine fois.

- Tiens tiens.. regardez qui voilà. Heureusement que je tombe sur toi. disais-je alors à voix haute, légèrement fâchée, alors que je m'étais avancée jusqu'à leur table. - C'est elle dont tu me parlais Yann ? Franchement, t'es vache de dire qu'elle a juste l'air bonne à être baisée. C'est pas une chose ! J'étais près d'eux, collée à leur table. Je n'adressais pas un regard à la pauvre victime collatérale. Elle n'avait aucune valeur à mes yeux. Je voulais juste qu'elle explose de colère. Je me fichais de ce qu'elle pouvait penser ou éprouver, du moment que ce sentiment ce rapproche de la haine. La haine envers Yannick. J'avoue que mon entrée n'était pas celle escomptée. Je ne l'avais pas assez préparée. Et je n'étais pas sûre d'avoir fait assez mal. Je croisais mes bras sous la poitrine, attendant fermement une réponse à la question qui arrivait. - Leslie, je suis désolée de te le dire, mais Yannick n'a pas prévu de superbes choses pour toi. Je me dois de te prévenir. Je fais ça pour toi. Comme une soeur. Comme une soeur. Qui croirait que Brynn agit pour le bien de son entourage quand il ne s'agit pas d'Absolem ? Il n'y avait qu'Absolem qui comptait à mes yeux. Peu importait le reste. Elle pouvait au moins y croire parce qu'elle et moi étions de la même confrérie. Je m'énervais davantage, mais c'était de la vraie colère qui sortait. Je m'en voulais déjà de ne pas avoir été assez bonne. Assez froide.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: power is a dangerous thing. [brynn]   power is a dangerous thing. [brynn] EmptySam 10 Jan 2015 - 3:06

Yannick B. Hobbs
Yannick B. Hobbs
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 08/02/2013
Prénom : F.
Célébrité : Sean O'Pry.
Crédit avatar : (c) FA
Messages : 790
Nationalité / origines : Américano-Suisse.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômes: Bachelor en journalisme (majeure), bachelor en histoire (mineure)
Job/Métier : Assistant au rédacteur en chef du L.A. Times (Reed Gallagher)
Adresse de résidence : Appartement en colocation dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Lisa T. M. Renfield, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.

power is a dangerous thing. [brynn] Empty

Je m'attends à ce que l'écrevisse écervelée qui se trouve actuellement en face de moi se mette à nouveau à - tenter de - me faire la conversation lorsque soudain, une voix provenant de derrière moi et que je ne peux que trop reconnaître me glace le sang. Non, ce n'est pas possible ... Et pourtant, ça ne peut pas être autrement. Elle. Je préfère d'ailleurs ne pas me retourner afin de savourer les quelques instants de paix et d'ennui qu'il me reste - car tous les éléments semblent indiquer que très, très, prochainement, je risque de me retrouver dans une conversation tout sauf paisible et, par ailleurs, tout sauf ennuyante. Après sa première réaction, je ne peux rien prononcer de plus qu'un simple :

- ... 'Jour Brynn ... Un plaisir ... Comme d'habitude ... Et ce n'est pas tant prononcé que ça, mais plutôt marmonné avec réticence, en réalité. Alors qu'elle, croise ses bras contre sa généreuse - bien plus généreuse qu'elle - poitrine, je ne peux m'empêcher de contempler mon assiette, dépité, une petite mine pendue aux lèvres. Qui c'est qui ne va pas pouvoir baiser, ce soir ? C'est moiiii ! ... Pour ne pas changer ! De quoi m'en réjouir, assurément. Tandis qu'elle se met à sortir ses conneries à Leslie comme quoi elle fait ça "pour elle" et pour son bien, "Comme une soeur", je ne peux m'empêcher de libérer le rire noir qui nait en moi. Si Leslie parvient à croire que Brynn Rhodes est capable de ressentir de la compassion pour qui que ce soit d'autre que pour Brynn Rhodes, justement ... Non, elle ne serait pas aussi conne, quand même, si ? Je sais bien que c'est une Alpha mais quand bien même ... Je veux dire, regardez Alice, elle passe à peu près normale, quand même, même si parfois, ça se voit bien qu'il lui manque une case ... Enfin, elles ne peuvent pas toutes être aussi égoïstes et stupides que la fille du diable, la démone voluptueusement sculptée, la seule, l'unique, Brynn Rhodes ... Si ? Certes, Brynn n'est pas - techniquement - stupide, mais je maintiens mon raisonnement malgré tout. "Question de principe", elle devrait comprendre, du coup, non ? Et c'est alors que Leslie se met à ramasser ses affaires, marmonnant des excuses bredouillées de honte et de terreur. Indigné, voilà que ma bouche s'ouvre par étonnement plus qu'autre chose.

- Attends, Leslie, quand même ... ! Je sais qu'on ne s'amusait pas mais ce n'est pas une raison pour partir, voyons, nous pouvons encore baiser glorieusement, comme prévu ! Mais non. Elle semble bien déterminée à retourner s'enfermer dans sa chambre afin de se plonger à plein coeur dans la honte que Brynn venait de lui faire ressentir. Ah la la, quel gâchis ... En tous les cas, une chose est sûre et certaine : "Heureusement que je tombe sur toi" n'a jamais tant résonné comme une malédiction (et même une menace) à mes oreilles. La salope semble bel et bien être de retour, pour le meilleur mais, surtout, pour le pire.



+ DOESN'T IT FEEL SO GOOD TO BE BAD?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: power is a dangerous thing. [brynn]   power is a dangerous thing. [brynn] EmptySam 10 Jan 2015 - 17:34

avatar
Invité
Invité

power is a dangerous thing. [brynn] Empty

Ma voix venait de retentir, et il n'a pas bougé d'un cil. Pourtant, je ne suis pas dupe, je sais pertinemment qu'il m'a entendu. Il m'a même reconnu. Il sait parfaitement qui se trouve derrière lui. Et il joue à m'ignorer. Ça serait presque mignon si je n'avais pas autant envie de l'éviscérer sur le champ.

- Un minimum de courtoisie aurait été apprécié de ta part. En étais-tu autant dépourvu lorsque tu me courrais après ?

Les attaques commencent. Je n'irais pas à dire que c'est lui qui a commencé, puisque je savais déjà par ma présence que je pouvais déranger. D'ailleurs, je me nourrissais de tout ça. Ça me stimulait plus qu'autre chose. Sous mes paroles presque bienveillantes pour Leslie, Yannick riait. Mais ce n'était pas par hasard. Il sait comme moi que je me fiche éperdument du sort de cette bouffonne. Il devait savoir aussi que j'allais tout ravager sur mon passage, et qu'il ne pourrait rien faire pour m'arrêter, du moins tant que je n'étais pas rassasiée. J'admirais le calme dont pouvait faire preuve Yannick. Sa beauté ressortait d'autant plus qu'il devait faire tous les efforts du monde pour rester impassible face aux saloperies que je pourrais faire. Il me connaissait. Il connaissait jusqu'où je pouvais aller si on me donnait des entraves. C'est peut être pour cela qu'il ne cherchait pas à m'en donner.

Leslie allait alors s'en aller, mais je n'en avais pas fini. Je comptais bien.. changer la donne. De ma main sur l'épaule, je lui intimais l'idée - l'ordre même - de ne pas bouger et de rester ici. Je voulais qu'elle subisse encore l'humiliation. Je voulais qu'elle sache ce qu'il en coûte de fréquenter Yannick sous mes yeux. Je voulais qu'elle voit à quel point elle n'était rien face à moi.

- Oui, reste ici Leslie. Je plaisantais. Yannick est un garçon adorable. Je voulais juste te rappeler qu'ils n'étaient pas tous comme lui. Je suis ravie pour vous deux.

Elle sera certainement déboussolée, mais elle ne sera pas la seule. Yannick s'attendait à ce que j'annihile tout espoir de maintenir ce rendez vous. Et moi, dans ma grande bonté - OK, mon grand machiavélisme - j'essayais de réparer ça. J'avais simplement installé le doute. Le doute est un poison dangereux. Yannick pourra toujours la baiser, si elle se sent bafouée, elle lui fera subir sa plus grande vengeance. Tout ça à cause du doute qui amplifiera tout. La haine. La colère. Ce sentiment de honte qu'elle a déjà lorsqu'elle me regarde. Ou de dégout, peu importe en fait.

- Je suis simplement de passage.

Mais derrière moi, je ne laisserais que des flammes.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: power is a dangerous thing. [brynn]   power is a dangerous thing. [brynn] EmptyDim 11 Jan 2015 - 4:38

Yannick B. Hobbs
Yannick B. Hobbs
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 08/02/2013
Prénom : F.
Célébrité : Sean O'Pry.
Crédit avatar : (c) FA
Messages : 790
Nationalité / origines : Américano-Suisse.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômes: Bachelor en journalisme (majeure), bachelor en histoire (mineure)
Job/Métier : Assistant au rédacteur en chef du L.A. Times (Reed Gallagher)
Adresse de résidence : Appartement en colocation dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Lisa T. M. Renfield, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.

power is a dangerous thing. [brynn] Empty

Un minimum de courtoisie ? Vraiment ? Sérieusement ?! Elle ose me réclamer un minimum de courtoisie ? Et elle, j'ai le droit de lui réclamer ... Oh, je ne sais pas, moi ... Un minimum d'elle, dans ma vie ?! Non mais vraiment ... Ça s'est très bien passé, tout ce temps, l'un sans l'autre, vivant nos vies séparées ... Donc de quel droit se permet-elle à présent de tout détruire, de tout gâcher ? Super. Génial. Voilà que Leslie est sur le point de se barrer ... Et malgré mes faibles tentatives de la retenir, je sais bien que je n'ai plus la moindre chance avec elle. La salope. Toutes des salopes, en fait, lorsque l'on y pense bien ... Bon, pas pour les mêmes raisons, certes ... Malgré tout, Leslie se reçoit, face à mes yeux ébahis. Vraiment ?! Vraiment ?! Elle se fout de ma gueule ou quoi ? C'est vraiment aussi facile que ça, une caresse de la LÉ-GEN-DAIRE Brynn Rhodes et voilà que déjà, elle se met à perdre pied ? C'est quoi ces conneries, elles sont où les caméras cachées ? Lançant un regard noir, assassin, à la femme avec laquelle je partageais autrefois mon lit (et plus, même), je regarde furieusement Leslie se rasseoir comme la petite soumise qu'elle est réellement. Autant le dire tout de suite : son sex appeal vient de retomber à zéro, à mes yeux.

- Tu es sûûûûre que tu ne préfères pas partir, Leslie ? Je veux dire ... Les rumeurs sont peut être vraies, après tout ... N'aurais tu pas peur que ... Oh, je ne sais pas ... Je te donne la Syphilis, par exemple ? Évidemment que non, je n'ai pas la Syphilis. Et évidemment que Brynn se trouve derrière ces rumeurs, j'en suis persuadé. Ironiquement, elle en était la victime, à la base ... Mais mademoiselle a toujours su tourner les choses à son avantage. Elle devrait devenir présidente, un jour, ça lui irait bien, tiens : pendant que son pays entier souffrirait la misère, elle se permettrait de faire de beaux discours en leur faisant croire qu'ils ont besoin d'elle et que son incapacité à les aider surpasse celle des autres hommes politiques car elle, au moins, le leur dirait avec honnêteté qu'elle ne peut rien pour eux. Ouais. Une excellente présidente, elle ferait, assurément. Brynn déclare finalement être "simplement de passage". Comme un virus, en fait. Autant faire en sorte que son passage soit bref et avec des dégâts minimaux, après tout : je crois en plus avoir trouvé le vaccin contre cette petite peste insupportable.

- Et puis, à en croire tous ces bruits de couloir, tu devrais bien savoir que tout ce que j'attends, c'est de te ramener chez moi afin de te ligoter au lit et de sortir cette petite boite noire cachée sous mon lit. Ou peut être que c'est ce que tu attends ? Une petite aventure à la "Fifty Shades of Grey" ?

Je peine à dissimuler mon sarcasme, mon agacement, ma hargne même. Et pourtant ... Cette fille, je n'en veux pas. Je n'étais déjà pas convaincu à la base, mais l'arrivée de mon ex comme un cheveu sur la soupe vient de tout tuer. Parce que je sais ... Je sais au fond de moi que quand je l'aurai ramenée chez moi et qu'elle sera sur le point de jouir, plus tard, dans la soirée, je ne pourrai penser à rien d'autre qu'au visage froid, glacial, triomphal de l'envoyée de Satan, la seule, l'unique, la terrible Gabrielle Brynn Rhodes ... De quoi avoir envie de finir moine, assurément.



+ DOESN'T IT FEEL SO GOOD TO BE BAD?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: power is a dangerous thing. [brynn]   power is a dangerous thing. [brynn] EmptyLun 12 Jan 2015 - 13:29

avatar
Invité
Invité

power is a dangerous thing. [brynn] Empty

Regardez ses yeux grands ouverts et son regard ahuri. C'est un vrai délice de pouvoir se repaitre de tout ça. Je savais qu'il s'attendait à ce que je la vire sans autre forme de procès, et ça n'aurait pas été difficile, bien au contraire. Mais justement, j'allais maintenant sur un terrain où il ne pouvait pas m'attendre. Je devenais imprévisible, encore, malgré cette impression qu'il avait de me connaitre. Je devenais incontrôlable, même. Il constate de ses yeux le pouvoir que j'ai sur les femmes et les hommes de mon entourage qui sont faibles. Ou tout du moins, qui ne sont pas aussi fort que Yannick peut l'être. Oh oui Yannou, transperce moi avec ce regard noirâtre. Ca me rend d'autant plus vivante. Il se trouvait alors dans un conflit immense : garder Leslie pour vraiment la baiser et subir des représailles, ou se soustraire à son ressenti, celui où elle venait de perdre tout intérêt pour lui, en sachant pertinemment que j'en suis la responsable.

- Bien sûr que non, qu'elle ne veut pas partir. Ce n'est pas dans son intérêt, n'est ce pas Leslie ?

Ma question était une très lisible menace. Pour Yannick en tout cas. Leslie y verra intimement un ordre, un conseil bien avisé. Elle se dira qu'elle n'aura vraiment rien à y gagner à partir. Elle devait se sentir prise au piège. Tiraillée par tant de choix dont aucun ne pourrait la satisfaire. Tout comme Yannick. J'offrais le choix entre la peste et le choléra.

- Tu sais les rumeurs, ça va, ça vient. Il n'a aucune raison à te contaminer, si c'était le cas. Il bluff pour te protéger des rumeurs. C'est mignon hein ?

Je disais tout ça en me plaçant derrière Leslie, les mains sur ses épaules, me penchant parfois pour lui souffler ces mots. Comme un maitre sur son apprenti. Une rumeur comme celle-ci pouvait très bien provenir de moi, oui. Mais je ne le dirais pas. Pas parce que je m'en cache, non. Je me fiche qu'on sache que ça puisse être de moi. Qui irait s'en plaindre voyons ? Seulement, je tiens à maintenir un doute subtile. Enfin, subtile.. Je me sentais dans mon élément. Je dirigeais, tout comme j'ai cette soif de diriger le monde. Pour le faire aller mieux. Pour le faire renaitre sous ma main. Mais chaque chose en son temps. Pour le moment, je m'occupais de Leslie, et de Yannick. Yannick tente une offensive. Yannou, tu ne devrais pas essayer de résister comme ça. Pourtant, j'adore. Continue.

- Tu sais ce qu'on dit à ce sujet, Leslie ? Ce sont ceux qui en parlent le plus hein. Oh mais... C'était votre premier rendez vous si je comprends bien ? Comme je suis confuse.

AHAH. Je riais tellement intérieurement qu'il ne fallait pas que je me fasse rire réellement. Confuse. Un peu de sérieux. Sous ce mot, Yannick risque bien de s'étrangler. Ou de se pisser dessus, au choix. Confuse quoi. Excellent. Je m'aime.

- Vous ne vous connaissez pas depuis longtemps alors.. disais-je, en prenant un ton presque triste.Comment as-tu rencontrer ce bel homme ?

Yannick semblait ne plus tenir calmement. Son calme se dissipait au fur et à mesure que je m'installais. J'avais l'air d'une vraie démone à ses yeux. Il n'avait peut être pas tort.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: power is a dangerous thing. [brynn]   power is a dangerous thing. [brynn] EmptyJeu 15 Jan 2015 - 2:53

Yannick B. Hobbs
Yannick B. Hobbs
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 08/02/2013
Prénom : F.
Célébrité : Sean O'Pry.
Crédit avatar : (c) FA
Messages : 790
Nationalité / origines : Américano-Suisse.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômes: Bachelor en journalisme (majeure), bachelor en histoire (mineure)
Job/Métier : Assistant au rédacteur en chef du L.A. Times (Reed Gallagher)
Adresse de résidence : Appartement en colocation dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Lisa T. M. Renfield, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.

power is a dangerous thing. [brynn] Empty

Elle ne veut pas partir. Évidemment que Brynn sait exactement tout ce qu'il se passe dans la tête de Leslie : c'est elle qui les lui met dedans, toutes ses conneries à la noix ! Putain, c'est vraiment la dernière fois que je donne une chance à une Alpha Bêta, je crois, parce que pour le coup, la déception suffit à me faire comprendre qu'elles n'en valent pas la peine. Pendant ce temps, Brynn se met à tenter de convaincre Leslie que les rumeurs qui circulent me concernant sont fausses ... Et elle le fait par tous les moyens, de surcroît ! Non mais j'en reviens pas ... Si j'avais été mal informé vis-à-vis de son esprit subtil et incroyablement pervers, lorsque nous avons commencé à nous fréquenter ... Il n'empêche que je le connais à présent assez bien, probablement mieux que la plupart de ses amis, même ! Et pourtant ... Même moi, je serai incapable d'expliquer ce qui pourrait la motiver à me pousser Leslie dans les bras. Même moi, je ne saurai pas comprendre comment elle est capable de se délecter de cela. C'est visiblement bien trop pervers pour la compréhension de mon propre esprit pervers, c'est la seule explication logique qui en découle. Brynn continue à injecter son poison en Leslie, mais je ne l'écoute, plus, à ce stade, d'une part parce que j'ai entièrement décroché de tout ce qu'elle pourrait bien avoir à dire, d'une autre, parce que de toutes manières, elle parle bien trop bas pour que je puisse l'entendre, d'ici ... Et bien évidemment, je n'ai aucune envie de la flatter en lui faisant croire que ce qu'elle a à dire pourrait m'intéresser, donc m'approcher serait tout simplement stupide. Lorsqu'elle s'adresse finalement à moi à nouveau, cela dit, je rentre de nouveau (assez involontairement, je dois l'avouer) dans la conversation. La salope.

- Le premier, oui ... Et comme Leslie est une femme intelligente, très certainement le dernier. Elle a raison, après tout ... dis-je alors, en m'adressant à Leslie, justement, cette fois-ci : Les filles comme toi, je n'en fais qu'une bouchée. Si tu t'attends à autre chose qu'à une bonne partie de jambes en l'air, avec moi, je dois t'annoncer que tu es à la mauvaise adresse, désolé. Je suis un peu con de lui avoir dit ça, tiens, parce que je sais bien que les Alphas ne sont pas réputées pour leur désir ardent de s'accoupler et de se reproduire. Elles ressemblent bien aux Deltas, là dessus, d'ailleurs ... Comme sur bien d'autres points ...

Et là, la vipère frappe à nouveau. Bordel, je sais que des pestes comme ça, ça n'a pas de colonne vertébrale ... Mais heureusement que Brynn n'en est pas une en apparence, cela me permettra de lui rompre le cou, lorsque l'opportunité se présentera. Intervenant alors afin d'empêcher à Leslie de répondre, je me décide à prendre le risque de m'attirer son courroux en son intégralité lorsque je lui réponds, d'un ton aussi hypocrite et faussé que le sien.

- As-tu réellement besoin de lui demander ? Tu devrais pourtant savoir comment je procède, depuis le temps ... Ou as-tu déjà oublié comment j'ai fait pour te rencontrer ? Bam. Un coup de maître pour Hobbs, qui vient de marquer un but. Fais la redescendre de son piédestal, Yann, c'est bien, continue. Spéciale. Brynn Rhodes s'est toujours confortée dans l'idée qu'elle était spéciale. Il me semble donc logique de briser l'illusion en lui prouvant que ce n'est pas le cas. Certes, je n'ai pas rencontré Leslie en l'invitant à une orgie, le jour de la Saint-Valentin ... Mais ça, elle ne le saura très probablement jamais. Je compte dessus, en tous les cas.



+ DOESN'T IT FEEL SO GOOD TO BE BAD?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: power is a dangerous thing. [brynn]   power is a dangerous thing. [brynn] EmptyMer 11 Mar 2015 - 13:35

avatar
Invité
Invité

power is a dangerous thing. [brynn] Empty

Leslie était devenue un poids mort. C'était affolant comment quelqu'un pouvait devenir avec moi, d'un claquement de doigt, intéressante à une chose à éliminer parce qu'elle commençait à me gâcher le paysage. C'est un peu comme un gosse avec une marionnette. Au début, on s'amuse beaucoup à la faire bouger. On en fait un peu ce qu'on en veut et on crée notre histoire. Et puis.. vient un moment où on veut s'en débarrasser. Là, je voulais clairement m'en débarrasser. Pourquoi ? Parce qu'elle n'intéressait plus Yannick et qu'elle ne me servirait à rien à l'avenir. Aucun moyen de pression. Aucun moyen de lui faire mettre un genou à terre avec cette cruche. A quoi me servait-elle alors, si ce n'était me faire perdre mon temps ?

- Bien sûr que Leslie est une fille intelligente. Vois, Leslie. Vois ce à quoi je t'ai épargnée. Tu me remercieras plus tard. Je déposais une main sur son épaule. Tu sais que tu peux compter sur moi. Je veille sur les Alpha Bêta.

Bon maintenant, Leslie.. Il est grand temps de t'en aller. Il est grand temps car ton heure de gloire est déjà passé et je risque de t'éventrer si tu restes ici une seconde de plus. Tu n'es rien pour moi. Au mieux je t'épargnerais parce que tu es une Alpha Bêta. C'est la seule chose qui a fait que je ne t'ai pas achevée sur place. Mais ma patience avait ses limites. Une très fine limite qui pouvait être atteinte facilement d'ailleurs, si on savait bien s'y prendre. N'est ce pas, Yannick ?

L'avantage, c'est que Yannick se faisait passer pour le connard dans l'histoire alors qu'il n'avait rien fait du tout. Leslie allait se retrouver meurtrie, et sans doute qu'elle divulguerait à qui veut l'entendre son histoire de la journée. Une autre histoire sur le compte de ce pauvre Hobbs qui nourrira les draps des jeunes filles, alors qu'il était totalement passif dans l'histoire. Après tout, je pouvais largement me régaler de ce qu'il venait de m'offrir. J'aurais pu me contenter de tout ça et tracer mon chemin. Son rendez vous était fini, c'était une certitude. Je pouvais continuer ma journée comme si un évènement banal venait de se passer.

J'aurais pu, en tout cas, si Yannick ne venait pas de commettre l'irréparable. La phrase gratuite qu'il aurait pu garder pour lui, mais qui allait déclencher mon courroux et me transformer en furie. A ses mots, mon sourire disparaissait sous un pincement de lèvres qui démontrait un mécontentement instantané et grandissant. Mes yeux se plissaient comme un chat sauvage le ferait devant sa proie, prêt à bondir. Mes griffes étaient d'ailleurs sorties. Non seulement il venait de dire quelque chose qui me déplaisait, mais en plus il venait de le faire devant Leslie.

- Leslie, si tu veux bien nous excuser maintenant. Je crois qu'il est l'heure que tu partes, avant qu'il essaie de te blesser davantage. Je m'occupe de lui.

Dégage Leslie, DÉGAGE, parce que si tu venais à ouvrir la bouche, j'étais sûre et certaine que je te planterais avec tout ce qui pourrait se trouver sous mes mains. Ou avec mes griffes, si jamais. Quand à Toi, Yannick, tu perdais peut être grandement au change. Je t'avais cherché ? Tu venais de me trouver. Mon calme fondait comme neige au soleil. Je sentais que je perdais peu à peu pied. J'aurais presque voulu que quelqu'un m'aide, si je n'avais pas cette envie folle de lui faire mal, comme il m'avait fait mal. J'espère que Leslie partirait vite, quoi qu'il en soit, parce que je n'attendais pas pour répondre à cette attaque.

- Je t'interdis de parler de nous deux comme ça devant quelqu'un, Yannick Hobbs. Je.. Respire. Ne le tue pas maintenant. Il pourrait encore te servir ce crétin. Ce si beau crétin.

En fin de compte, je ne disais plus rien. Je le fixais, simplement. Leslie ne comptait déjà plus. Peut être était-elle même déjà partie. Je m'en fichais éperdument. Plus rien ne comptait à part Yannick. A nous deux, mon beau. Je suis loin d'en avoir fini avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: power is a dangerous thing. [brynn]   power is a dangerous thing. [brynn] EmptyMer 11 Mar 2015 - 16:48

Yannick B. Hobbs
Yannick B. Hobbs
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 08/02/2013
Prénom : F.
Célébrité : Sean O'Pry.
Crédit avatar : (c) FA
Messages : 790
Nationalité / origines : Américano-Suisse.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômes: Bachelor en journalisme (majeure), bachelor en histoire (mineure)
Job/Métier : Assistant au rédacteur en chef du L.A. Times (Reed Gallagher)
Adresse de résidence : Appartement en colocation dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Lisa T. M. Renfield, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.

power is a dangerous thing. [brynn] Empty

Le spectacle d'hypocrisie phénoménal et écoeurant de Brynn ne me touche pas, bien au contraire. Il me révulse. Tout simplement. Cette femme est tout simplement ... Monstrueuse. Pire que Charlize Theron dans le film "Monster", et si par le passé, l'emballage m'avait plu, je suis à présent complètement immunisé à toute beauté qui pourrait se trouver sur ce visage si parfaitement sculpté. Pourquoi ? Parce que. J'ai vu la laideur, dissimulée en dessous. La crasse, la noirceur, cette chose malsaine qu'elle ose appeler une "âme" - et ça a su la défaire de tout charme qu'elle avait jusqu'alors à mes yeux. En silence, je les observe, discuter. Je regarde Brynn jouer son petit jeu, son numéro de cinéma. Une Leslie complètement conne et inutile qui l'écoute, religieusement. Le triomphe se dessinant sur les lèvres de mon adversaire m'insupporte davantage à chaque seconde supplémentaire. Alors, c'est plus fort que moi. Je frappe, sans me soucier des conséquences. Un coup bas. Compensé par les milliers de coups bas qu'elle avait bien pu avoir à mon égard, elle. Ce n'est là que le fruit de ses actions. Tout ce qu'elle mérite, une juste rétribution. Sous mes yeux satisfaits, son sourire disparaît. Alors, la statue de marbre perd tout dernier éclat de beauté qu'il pouvait bien lui rester. Elle invite Leslie à partir. Je me retiens de ricaner.

- Oui, Leslie, tu ferais mieux de t'en aller. Laisse nous régler cette histoire entre grands.

Oui, je m'attaque même à Leslie, à présent. Elle l'avait cherché. Elle l'avait mérité. Pas volontairement, certes, c'est vrai ... Mais toute amie de Brynn mérite à mes yeux d'être humiliée. En guise de compensation à toute l'humiliation qu'elle a essayé d'abattre sur moi. Sans dire un mot, voilà que l'autre cruche, l'autre abrutie, disparaît, en silence, rassemblant ses affaires honteusement, bredouillant avec confusion. Mais déjà, je ne m'y intéresse plus. Elle n'était que l'entrée, l'introduction. Maintenant, je m'attaque au plat de consistance. La furie de Brynn. Un mets bien supérieur à n'importe laquelle des frustrations. Brynn me répond alors. Je sens bien que je l'ai vexée.

Parfait.

Elle, je compte bien la faire payer.

- "Nous deux" ? Mes lèvres prononcent ces mots avec mépris. Parce qu'il y a un jour eu un "nous deux" ? Je jubile. Je frappe là où ça fait le plus mal, je creuse, j'enfonce le couteau dans la plaie, puis je le retourne, encore, et encore ... Et encore ... En face de moi, son visage continue de se crisper. Laide. Tu es tellement laide, Brynn, derrière ta rancoeur. C'est dommage. En dehors de cela, tu avais un si joli visage ... Mais une personne ne peut être aussi belle extérieurement qu'intérieurement, et là où la beauté extérieure de Brynn prospère, sa beauté intérieure laisse à désirer. Quel dommage que je suis le seul à l'avoir remarqué. Tu ... Quoi, exactement ? Que comptes-tu faire de plus pour tenter de m'humilier ? N'as-tu pas fini par te lasser ? Cela doit pourtant être tellement frustrant, de faire tant d'efforts pour si peu de résultats ... Ma voix se baisse lentement sur ces derniers mots, parce que je n'ai plus besoin de parler fort. Je sais que je suis en train de gagner. La regardant curieusement, les yeux plissés, je rajoute finalement :

- Tu veux m'interdire de quoi, exactement ? De parler de nous deux ? Silence. Ma tête s'incline lentement, curieuse, jubilante. Parce que tu as un train de retard, je pense que toute la ville en a entendu parler. Puis, je souris. Aussi charmeur et insolent que d'habitude. Ce sourire rayonnant de satisfaction, de fierté. Je souris ... Parce que maintenant, je le sais : j'ai gagné.



+ DOESN'T IT FEEL SO GOOD TO BE BAD?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: power is a dangerous thing. [brynn]   power is a dangerous thing. [brynn] EmptyMer 11 Mar 2015 - 17:48

avatar
Invité
Invité

power is a dangerous thing. [brynn] Empty

Leslie partait. Et son départ laissait derrière elle un silence parfait. Un silence qui pouvait aussi bien annoncer un combat à venir, de ceux qui déchirent les champs de bataille, qu'un chaos qui prospère. En tout cas, il n'annonçait pas de calme. Pas de répit. L'attitude de Yannick était de trop pour qu'il puisse y avoir une quelconque paix d'instaurée. Je sais, j'y étais aussi peut être pour quelque chose. Mais moi, j'en avais le droit. C'est toute la différence.

Nous deux. Il expulsait ces mots comme si ça pouvait être une chose, un souvenir, ou que sais-je encore qui pouvait le dégouter. L'espace d'un instant j'ai eu mal, tout simplement parce que l'espace d'un instant je me suis souvenue de ce que j'avais pu ressentir quand tout fut fini. Au moins, à ce moment là, je ressentais quelque chose. Mais plus je l'entendais, et plus je reprenais des couleurs. De la contenance. Un semblant de sourire. C'est lorsqu'il veut me blesser que je peux à nouveau me délecter. Lorsque les gens sont maladroits, c'est la franchise de la chose qui blesse. Jamais la chose en elle même. Et là, il cherchait volontairement à me faire du mal. Et quand on voulait jouer, je pouvais me nourrir. Il aurait pu en profiter pour m'achever, mais il s'était trompé dans l'exécution. Tu aurais du en profiter Yannick..

- Ne fais pas comme si il y en avait jamais eu. Notre histoire, tout le monde en connait l'enveloppe. Peut être pas l'intérieur, certes. Mais elle a existé. Tout comme ce que tu as pu ressentir.

Il jubilait ? Je ne lui faisais pas le cadeau de trop sourire. Juste, je reprenais le dessus sur ce qui avait pu me faire trébucher. Mon masque d'aigreur venait de s'envoler grâce à lui, et c'était à peine si je n'avais pas envie de le remercier de bon cœur.

- T'humilier ? Moi ? Voyons, pourquoi ferais-je une chose pareille ? disais-je, comme si j'étais l'innocente parfaite Tu n'as nullement besoin de moi pour t'humilier, mon cher. Et quand bien même je serais l'auteur de quoi que ce soit, les résultats sont bien là. Regarde l'énergie que tu dépenses à rester de marbre. T-t-t-t-t. soufflais-je alors, en agitant l'index devant lui de manière négative. Tu n'es pas obligé va.

Puis, j'arquais un sourcil à tout ça. Une main venait se perdre dans mes cheveux, pour replacer une mèche qui aurait pu bouger. Juste une manière de faire. Un geste à analyser. Il n'y avait aucun message derrière. Ce n'était qu'un artifice supplémentaire.

- Et alors quoi ? Dois-je m'en inquiéter pour autant ? Je me fiche éperdument que le monde entier soit au courant. Tu n'as vraiment rien compris. Tu es pourtant capable de te servir de ton cerveau. Dommage que Leslie ait absorbé ton intelligence par une envie de te vider. Faible.

Le dégout qu'il pouvait exprimer pour moi ne me blessait aucunement. Ça aurait peut être pu m'énerver si je ne le connaissais pas un minimum, mais ça me faisait sourire au contraire. Il ne ressentait pas de dégout parce que j'étais la personne la plus noire intérieurement qu'il pouvait connaitre. Il ressentait du dégout parce qu'au fond, il devait se voir comme dans un miroir, l'espace d'un instant. Pas aussi noir que je peux l'être. Mais il pouvait en voir des traits. Et il ne supportait peut être pas.

- Et arrête de me regarder de cette façon, veux tu ? Je sais que ça peut t'insupporter de te voir, mais tu pourrais t'assumer un minimum.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: power is a dangerous thing. [brynn]   power is a dangerous thing. [brynn] EmptyJeu 12 Mar 2015 - 22:48

Yannick B. Hobbs
Yannick B. Hobbs
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 08/02/2013
Prénom : F.
Célébrité : Sean O'Pry.
Crédit avatar : (c) FA
Messages : 790
Nationalité / origines : Américano-Suisse.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômes: Bachelor en journalisme (majeure), bachelor en histoire (mineure)
Job/Métier : Assistant au rédacteur en chef du L.A. Times (Reed Gallagher)
Adresse de résidence : Appartement en colocation dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Lisa T. M. Renfield, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.

power is a dangerous thing. [brynn] Empty

Un sourire fier, mesquin, même, se dessine sur mes lèvres. Seigneur, que je la hais. Au plus profond de moi, jusqu'à mes tripes, même, je la déteste avec une conviction sans nom. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'elle sait comment ramener à la surface toutes ces facettes de moi qui, pourtant, ne me plaisent guère. À mes yeux, Brynn sera à jamais associée à un Yannick bien différent de celui que j'essaie d'être, aujourd'hui. Un Yannick froid. Un Yannick arrogant. Un Yannick fier. Un Yannick cruel. Mesquin. Vicieux. Machiavélique. Un Yannick que je m'efforce à éradiquer de moi, malgré l'impossibilité même de m'en défaire, même avec toute la bonne volonté du monde ... Un Yannick qui remonte immédiatement à la surface lorsqu'elle prononce le moindre mot ou effectue le moindre mouvement. Son emprise sur moi est insoutenable. Je déteste le fait qu'après tout ce temps, elle sache exactement quoi faire, quoi dire, comment agir pour me faire réagir. Comme si je n'avais rien appris du tout, depuis la dernière fois. Comme si je n'avais jamais évolué, de mon côté. Comme si, encore et toujours, Brynn ne pouvait que gagner.

- Tant mieux pour eux, ils auraient probablement été déçus, le cas contraire : j'ai toujours trouvé qu'elle manquait en substance et en consistence ... Tout comme les sentiments que tu prétends si fièrement m'avoir vu ressentir, d'ailleurs.

... Et je ne peux que me plier au jeu, à sa marche diabolique, parce que je suis bien trop impulsif et bien trop fier, encore et toujours, pour pouvoir la laisser gagner. Seigneur, que je la hais.

- Arrête de jouer la comédie, Gabrielle ! Et hop, on hausse le ton. Et hop, on l'appelle par son vrai prénom. De quoi la faire sortir de ses gonds, pour qu'elle arrête de me faire passer pour ... Un con. Je reprends le contrôle de la situation, malgré moi. J'ai l'impression de faire partie de cette caste obscure de héros contraints de sacrifier leur humanité même afin de vaincre le mal incarné. Obligés de devenir quelque chose de plus sombre et de plus obscur à leur tour afin de se débarrasser de la pourriture qui menace tout ce qui leur est cher. Je ne sortirai pas indemne de ce combat. Ma véritable nature, trop enthousiaste, en ressortira que plus forte. Mais elle non plus ne rentrera pas sans quelques ailes froissées. Oh, ça non. Je me le promets. Je lui lance un dernier regard noir avant de grommeler, assez fort pour qu'elle puisse m'entendre : Tu ne devrais pas oublier que nous ne sommes pas tous aussi frigides que toi. Rester de marbre pour un être de passion est un exploit, en soi. Mais que sais-tu de la passion ? Un regard lourd et empli de reproches s'abat alors sur elle. Tu peux étudier la psychologie autant que tu le veux, cela ne t'apportera rien tant que tu seras incapable de l'appliquer à toi même. Bin-go ! Un point de marqué pour Hobbs. Il tire, il marque ! Je suis persuadé que cette réflexion ne pourra pas la laisser de marbre. Il n'y a que la vérité qui blesse réellement, après tout ... Et en tant que reporter amateur, je me sais particulièrement doué par la trouver dans même les plus obscures des sources, cette vérité que les gens fuient pourtant tant.

Lorsqu'elle me fait cette remarque sur mon cerveau, cependant, c'est plus fort que moi. Je me lève brusquement afin de me hisser à son niveau, la surplombant dans toute ma splendeur, mes quelques centimètres de plus m'offrant une supériorité physique et concrète sur elle.

- Moi, je pense surtout que tu as peur. Je siffle alors avec mépris et défi. Peur que les gens voient enfin clair dans ton petit jeu comme je le vois moi. Tu les contrôles tous, on le sait tous. Mais moi, tu ne me contrôles plus. Et ça, c'est ça ce qui te fait le plus flipper. Parce que tant que tu ne pourras pas me contrôler ... Je ricane alors. Je peux faire tout ce que je veux pour ternir ton image. Cette réputation que tu as construite avec tant d'effort et de mensonges. Je croise alors des bras avant de la regarder, solennellement. À ton tour, connasse. Je commence à prendre goût, à ce combat. Seigneur, que je la hais. Elle me demande alors d'arrêter de la regarder et je ris, malgré moi. Un rire bref, furtif, et pourtant, presque hystérique dans son intonation. Je me moque ouvertement d'elle.

- Moi, au moins, je n'ai pas peur de te regarder dans les yeux. Ce serait presque mignon de voir à quel point je t'intimide si ce n'était pas aussi pitoyable. Je mens un peu, d'accord, mais je pense qu'en comparaison aux véritables tapisseries de mensonges qu'elle a brodées dans sa vie, je m'en sors encore assez bien.



+ DOESN'T IT FEEL SO GOOD TO BE BAD?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: power is a dangerous thing. [brynn]   power is a dangerous thing. [brynn] EmptyMer 18 Mar 2015 - 11:27

avatar
Invité
Invité

power is a dangerous thing. [brynn] Empty

Les personnes qui n'avaient rien à cacher ne m'intéressaient que très peu. Bien sûr parfois, je m'amusais à en briser, mais ce n'était pas la meilleure partie pour moi. Ces gens là sont souvent constants dans leur blessure. Si tu les touches au bon endroit, ils tombent directement au sol. Ni plus ni moins. Et il n'y a aucune suite. Mais avec Yannick c'était différent, parce qu'il y avait deux Yannick. Et quand bien même j'en blesserais un, il y aurait certainement l'autre pour prendre le relai sur sa personne et se battre. C'est cette partie là que j'adore. Cela peut s'apparenter à de la torture, appelez ça comme vous voudrez. J'appelle ça juste jouer. Et Yannick lui il ne marche pas dans mon jeu. Oooooh non. Il court. Mais il aimait ça aussi.

- Manquer en substance et en consistance. Très intéressant. Tout comme le fait que tu mettes autant d'énergie pour feindre ces vilains sentiments que tu rejettes. Sur ces derniers mots, j'insistais un peu de manière théâtrale, avec un sourire non dissimulé, loin de là.

Gabrielle. Le prénom était lâché. Il n'y avait que mes proches qui avaient le droit de m'appeler comme cela. Théoriquement, Yannick avait été un proche. Mais il n'utilisait pas ce prénom pour faire le rapprochement, non. Mes doigts griffaient lentement la table, comme un chat qui était très énervé.

- Ne t'amuses pas à ça, Yannick. Ne joue pas sur ce terrain. disais-je, en le défiant. Puis, finalement, j'optais pour l'innocence même. Moi jouer la comédie ? J'en suis tout bonnement incapable ! Ahah. C'est cela oui. Peut être que j'abusais légèrement. Légèrement. La psychologie ne sert qu'à manipuler les foules. Tu crois que j'y cherche des réponses pour moi, là dedans ? Peut être.. Peut être qu'il avait raison.

Je laissais la question volontairement ouverte. Peut être aurait-il des envies d'y répondre, auquel cas cela serait vraiment intéressant de connaitre son point de vue sur le sujet. Mais il n'était pas question non plus que je lui donne les réponses comme ça clés en main. Il fallait bosser un peu, mon cher Yannick.

Là, je me mets à rire. Un rire franc. Un rire sincère. Celui là n'est pas feint, et n'est pas surjoué. Il est cristallin. Ses mots ont provoqué ça en moi de manière incontrôlable. Dieu que c'est bon.

- Selon notre grand expert Yannick Hobbs, j'aurais peur de perdre le contrôle sur les gens.. Je roulais des yeux. Je lui affichais mon mépris, non pas pour lui, pour ce qu'il venait de balancer. Des gens qui veulent ternir mon image, il en existe des dizaines comme toi. Tu te crois original ? Redescend sur terre mon petit. Tes envies de baiser avec Leslie te font perdre complétement pied. Contrairement à ce que tu peux croire, ce sont les gens qui m'ont offert ce pouvoir. Je les contrôle certes, mais les gens le veulent, de toute leur pauvre âme de faible. Certains me supplient pour que je leur accorde ne serait-ce qu'un peu de mon attention. Les gens gravitent autour de moi parce qu'ils ont besoin de moi, de ça. Je ne force personne à me suivre. Je ne force personne à s'agenouiller devant moi. Je ne force personne à me baiser les pieds. Je ne force personne à me baiser tout court. Ils le veulent de toutes leurs forces, et ils le font sans que j'ai le besoin de lever le petit doigt. C'est ça qui t'échappe lamentablement dans ton raisonnement de pseudo Freud. Quand à toi... je le regardais de haut en bas. Regarde toi. Tu te bats et tu te débats pour ne plus avoir ce contrôle sur toi, mais ce combat là tu le fais tout seul. Je ne l'ai pas demandé. Mon emprise est naturelle sur toi. Il avait voulu réveiller la bête ? Il avait la démone. Satisfait ?

Ris, Yannick. Ris.. On en a pas fini toi et moi. Maintenant qu'il s'était levé, je lançais une œillade pour le siège derrière lui, lui intimant l'idée que j'aimerais qu'il se rassoit, sans avoir à lui en donner l'ordre. D'ailleurs, pour preuve de bonne foi, je m'asseyais avant lui, le regardant d'en bas en papillonnant des yeux.

- Allons.. Ne reste pas debout, Yann..  

Alors Yannick. C'est quoi la suite ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: power is a dangerous thing. [brynn]   power is a dangerous thing. [brynn] EmptyMer 25 Mar 2015 - 18:17

Yannick B. Hobbs
Yannick B. Hobbs
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 08/02/2013
Prénom : F.
Célébrité : Sean O'Pry.
Crédit avatar : (c) FA
Messages : 790
Nationalité / origines : Américano-Suisse.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômes: Bachelor en journalisme (majeure), bachelor en histoire (mineure)
Job/Métier : Assistant au rédacteur en chef du L.A. Times (Reed Gallagher)
Adresse de résidence : Appartement en colocation dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Lisa T. M. Renfield, Sapphire C. Sachs, B. Stephen Smith, Oscar Luccheti, Peter L. Michaels & Croesus O. Kingsley.

power is a dangerous thing. [brynn] Empty

Lorsque ses ongles grincent contre le bois de la table, je vois bien que j'ai touché une corde sensible. Putain, mais, c'est qu'ils sont longs, en plus, ces ongles ... Elle pourrait aisément poignarder quelqu'un avec, j'en suis persuadé ! Elle m'ordonne alors de ne pas jouer sur ce terrain et c'est d'un sourire fier que je me permets de lui répondre, les bras croisés contre mon torse.

- Oh ... Brynn, Brynn, Brynn. Quand comprendras-tu enfin que tu n'es pas la seule à avoir le droit de t'amuser ? Le monde n'a pas été bâti pour tes beaux yeux. Un ricanement s'échappe alors d'entre mes lèvres, pour me donner un air plus confiant, pour me filer davantage d'autorité, face à l'adversité. Lorsqu'elle me déclare ne pas savoir "jouer la comédie", c'est d'un regard dur et sec que je la dévisage, intensément.

- Tu ne bernes personne. Je me contente finalement de lui marmonner avec froideur. Certains se font peut être embarquer dans son petit jeu tels de vulgaires pions, mais pas moi. Moi, je suis Yannick Hobbs ... Et Brynn Rhodes, je la connais. Probablement plus que n'importe qui d'autre, d'ailleurs.

- Je sais que des questions, tu t'en poses, et par millier. Et je sais aussi que les réponses, tu ne les trouveras jamais. Et tu sais comment je sais tout ça ? Arborant un énième sourire, encore plus étincelant, arrogant et fier que tous les précédents, mon visage se rapproche du sien avant que je ne lui déclare dans un doux chuchotement : Parce - que - moi - je - te - con - nais.

Lorsqu'elle se met à rire, mon sang ne fait qu'un tour avant de se glacer, complètement. Dieu, qu'elle est laide lorsqu'elle se croit si puissante, si dominante. Je peine à la regarder tant ce spectacle me révulse.

- Pourquoi perdrais-je mon temps à essayer de ternir ton image alors que j'ai bien mieux à faire de ma vie ? Tu te crois si spéciale. Tu te crois si unique. Ces mots là, je les lui crache presque au visage tant mon ressentiment envers elle est fort. ... Mais en réalité, tu n'es rien de plus qu'un autre nom, perdu au milieu d'une liste. Inoubliable ? Inoubliablement mauvaise, oui. Je marque une pose avant de continuer. Tu peux faire croire que tu ne fais rien. Que tu n'es que spectatrice, que tu n'es que victime. Que les gens te poursuivent sans que tu ne fasses quoi que ce soit. Cela marche peut être sur toutes tes copines, sur tous les imbéciles que tu croises au quotidien ... Mais moi, j'ai déjà donné. J'ai tout vu, tout entendu. La vérité, je la connais, et quoi que tu puisses essayer de dire pour me faire changer d'avis, je me souviens parfaitement de tout. C'est toi qui a besoin de l'attention des autres. Personne n'a besoin de la tienne. Et tu sais pourquoi tu en as tellement besoin ? Je me rapproche d'elle, une dernière fois, mon visage à côté du sien, mes lèvres placées à quelques centimètres de ses oreilles. Maintenant, voilà que je murmure les derniers mots que j'ai à lui annoncer.

- Tout simplement parce que sans eux, tu n'es rien de plus qu'une autre nana avec des illusions de grandeur et des ambitions hors de sa portée.

Je m'éloigne finalement avant de déclarer, d'un ton neutre mais assuré :

- Admets-le, Gabrielle : tu es faible. Tellement faible que tu as besoin d'écraser tout le monde sur ton passage afin de pouvoir t'élever au dessus d'eux. Tellement faible que tu dois tout contrôler, sans te soucier des gens autour de toi. Tellement faible que tu dois tous nous suffoquer. Tu le sais déjà, au fond de toi. Ne le nie pas. Je sais que tu sais pertinemment pourquoi je me suis enfui lorsque j'en ai eu l'opportunité. Tu m'empêchais de respirer. Alors oui : je cherche à me libérer de ton emprise. Mais pas parce que tu m'obsèdes. Parce que tu me rendais fou. Tu cherchais tellement à maîtriser la situation que j'ai fini par céder. Je n'en pouvais plus ... Et je ne serai certainement pas le dernier.

Ce ne sont pas des choses qui me sont faciles à dire. Encore moins des choses qui me sont faciles à penser. Pourtant, ces émotions, ces regrets, je les relègue, au plus profond de mon être. Afin de paraître fort ; afin de paraître déterminé. Face à elle, la surplombant de toute ma taille, je me sens fort. Je me sens indépendant. Enfin, me voilà libre. Libéré de son sort, libéré de la malédiction de Brynn. Enfin, me voilà capable de la voir pour ce qu'elle est réellement : une pauvre fille rongée par ses complexe, perdue sous un voile d'insécurités. Fut-il un temps, j'aurais trouvé cela touchant. Émouvant, même. Aujourd'hui, cependant ... La seule chose qu'elle parvient à m'inspirer, c'est de la pitié.

Puis, elle s'assied, me réclamant de la rejoindre. Mon regard se referme davantage tandis que je la contemple avec dureté. Comme d'habitude, elle se rend plus douce, pour obtenir ce qu'elle veut. Pour tenter de charmer. Mais cela ne marche pas. Cela ne marche plus, depuis un bon moment, déjà.

- Tu as raison. Je ne vais pas rester tout court, d'ailleurs. Ne le prends pas contre toi, mais ... En fait, oublie, c'est totalement contre toi.

Ramassant ma veste sur le fauteuil, je dépose quelques billets sur la table avant de marcher vers la porte de sortie, sans me retourner, ni même lui accorder un dernier regard. Parce que je m'en fiche, de Brynn, de ses complexes et de toutes les conneries qu'elle pourrait bien tenter de me raconter. Je ne suis plus sous son emprise, je ne le serai plus jamais. Elle pense probablement que je suis un connard, mais cela ne m'affecte pas pour deux excellentes raisons : Premièrement, parce que tout ce qu'elle peut bien penser, je m'en bats les couilles. Deuxième parce qu'elle aurait raison, mais que contrairement à elle, j'assume pleinement et je suis fier de mes actions.

Je quitte alors le restaurant, sans demander mon reste.

À la prochaine, Brynn ... En priant, bien évidemment, qu'il n'y en aurait pas, ou pas avant longtemps. La voir me met toujours dans un état d'esprit second, tant et si bien qu'il me faut systématiquement plusieurs heures pour me remettre du traumatisme. Si on peut appeler ça un traumatisme ... C'est probablement le seul mot qui s'en rapproche ne serait-ce qu'un peu. Cette nana est un véritable cauchemar.



+ DOESN'T IT FEEL SO GOOD TO BE BAD?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: power is a dangerous thing. [brynn]   power is a dangerous thing. [brynn] Empty

Contenu sponsorisé

power is a dangerous thing. [brynn] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
power is a dangerous thing. [brynn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser