Partagez
 

 Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE   Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE EmptyVen 9 Jan 2015 - 4:48

Adélaïde J. Sullivan
Adélaïde J. Sullivan
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Date d'inscription : 06/01/2014
Prénom : Aurore
Célébrité : Nina Agdal
Crédit avatar : Cocaïne
Messages : 3254
Nationalité / origines : Argentino-Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : avec modération...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiante en dessin (3ème année)
Adresse de résidence : Dowtown avec Andreas. Habituellement au 92 Main St, Santa Monica; CA 90405; USA
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Leaven S. Campbell & Emma B. Castello
Voir le profil de l'utilisateur

Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE Empty

Libérée, délivrée! × ft. ANDREAS & ADELAIDE
Cela faisait un peu plus de deux semaines qu'elle était parti de l'établissement, ne donnant aucun signe de vie mise à part par les chèques qu'elle avait émis et qui faisait bouger son compte en banque. Depuis deux semaines elle bougeait sans cesse mais aussi dangereux que cela pouvait être, elle n'arrivait jamais vraiment à s'éloigner de Los Angeles. Depuis trois jours, elle avait quitté l'hôtel qui lui avait permis de s'abriter du vent glacial de la semaine passée. Elle n'avait pas pu rester, le propriétaire n'ayant pas confiance en son paiement par chèque, l'avait prié de payer et de dégager. Après tout il avait raison, il aurait très bien pu tomber sur un chèque en bois et avoir une semaine de chambre qui lui passe sous le nez. Quoi qu'il en soit, cela faisait donc quelques jours qu'elle était de nouveau dehors, trainant ses affaires, cherchant des endroits gratuits et discrets pour rechargé son téléphone. Autant dire que sa vie de princesse lui manquait, elle ne pouvait pas le nier, qui aimerait avoir une vie de misère à côté de la vie de château de toute façon. Mais ça la grandissait. Ça l'obligeait à voir les choses positivement là où elle aurait pu voir négativement. Avant, les quelques centimes qu'elle avait dans son porte monnaie l'embêtait plus qu'autre chose. Aujourd'hui elle les conversait précieusement, ne serait-ce que pour aller dans les toilettes publiques, par exemple. La rue lui avait aussi appris à être débrouillarde. Coquette malgré sa fuite, elle avait sut rester propre en se lavant les cheveux dans les lavabos des toilettes de supermarché par exemple. Il fallait aussi dire qu'elle avait pris soin de voler quelques trucs à l’hôpital avant de s'en aller, en plus de ses affaires, ça devait aider en soi. Elle vivait donc comme cela, simplement, depuis deux semaines. Deux semaines où elle n'avait donné aucune nouvelle ne laissant derrière elle qu'un simple mot.

Andy,
Je pense que tu vas m'en vouloir de faire ça, mais je refuse de fuir sans m'expliquer ne serait-ce qu'un peu. Être enfermée ce n'est pas pour moi, tu le sais, mais si j'ai pris cette initiative de m'en aller, ce n'est en aucun cas pour fuir la thérapie et m'enfoncer de nouveau dans cette autre moi qui n'est que fureur. Il faut que tu saches que je n'abandonne pas le combat pour autant. L'univers hospitalier m'a toujours effrayée, je sais au fond de moi que je ne pourrais pas totalement m'en sortir en étant dans cet environnement, j'ai besoin de me confronter au monde extérieur. Je savais d'avance que le directeur de l'établissement ne m'aurait pas laissé sortir même avec une demande, je ne suis pas folle, bien au contraire, je me trouve plus lucide que jamais. J'ai soif de liberté et ce, même si ça doit te blesser. On me l'aurait pas redonnée, je l'ai donc reprise de moi-même. J'en suis désolée et je ne veux pas que tu t'inquiètes pour moi, tout ira bien. Je t'ai fait confiance, fais-moi confiance à ton tour. Je te connais par cœur, je sais que tu vas me chercher. Ne vas pas là où tu penses me trouver, je n'y serais pas. Tu vas me manquer, plus que quiconque, mais j'ai le sentiment de ne pas avoir le choix sans vraiment pouvoir l'expliquer.

Je t'aime, ne l'oublies jamais.
Adélaïde, seulement Adélaïde.


Un mot auquel elle repensait tandis qu'elle marchait sans réellement savoir où aller, probablement pour simplement se réchauffer, son sac de vêtements fraichement sorti d'une machine d'un lavomatique. Alors qu'elle relevait la tête de ses pieds, elle croisait le regard de quelqu'un qu'elle n'aurait pas voulu croiser. Le choc de la rencontre, de le voir là où elle ne s'y attendait absolument pas durait quelques secondes. S'en suivait alors une réaction sans précédent: la fuite. Fuir Andreas comme elle fuyait l'hôpital où il la ramènerait certainement...
code by lizzou × img tumblr



- La beauté doit naître et mourir
chaque jour pour demeurer
digne d'être aimée. -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE   Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE EmptyVen 9 Jan 2015 - 20:28

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE Empty

Don't you dare leaving me again ×
ft. ANDREAS & ADELAIDE
Un simple mot. Quelques lignes dont je reconnais sa plume, dont les mots m'ont rendu perplexe mais surtout inquiet. J'ai tout imaginé dans ma tête. Je l'ai imaginée partout, n'importe quand. Et je la vois, partout, n'importe quand. Dans la rue, qu'elle soit vide ou bondée. Je crois voir son visage sur telle ou telle fille, juste parce qu'elle aurait la même allure, les mêmes cheveux, le même sourire enfantin, la même voix, le même parfum. Elle me manque et j'ai peur pour elle, de la savoir seule là où elle se trouve.  J'ai tout essayé mais elle ne donne pas signe de vie. Son téléphone, lui, ne répond plus au mien. Ses mots... Je les relis, souvent, trop souvent. Je cogite, ne parviens pas à comprendre ses motivations les plus profondes. Pourquoi ne plus vouloir me donner de nouvelles ? Pourquoi couper le contact avec son monde, tous ceux qui comptent pour elle ? C'est comme un coup de poignard, un “je n'ai plus besoin de toi”, un “c'est fini” et je ne le supporte pas.

Je pense à elle chaque jour. Grace est au courant, puisque je lui ai déjà parlé d'Adelaide. Elle me voit tourner en rond, parfois, quand je tente de chercher où ma meilleure amie aurait pu aller se réfugier. Mais rien ne me vient, et elle reste introuvable. Douze ans que je la connais, et je suis incapable de deviner où elle aurait pu aller. Je me sens impuissant, tout ça par sa faute. Pour son égoïsme sévère.

Adelaide … c'est pas normal, ce que tu me fais, c'est totalement injuste.

Il fait encore jour mais le soleil est bien bas dans le ciel, on ne le discerne plus à travers les buildings. Je sors de chez un ami et je songe à aller faire un tour à l'épicerie pour m'acheter deux trois bricoles quand, soudainement, je croise le regard au loin d'une fille. Immédiatement, je sais. C'est elle, je la reconnaîtrais parmi mille. « Ade … » Je m'entends murmurer presque sourdement, avant de la voir détourner son visage pour prendre ses jambes à son cou. Je m'étais immobilisé, choqué de la voir là, mais je ne perds pas une seule seconde pour lui courir après et tenter de l'arrêter dans ce numéro incompréhensible. La course poursuite dure de longues, longues secondes. Je la vois tourner tout à coup pour emprunter une petite ruelle, ruelle dans laquelle je me précipite en m'accrochant au mur dans le tournant, et je reprends une allure rapide, suffisamment rapide pour la rattraper petit à petit. Il y a ce sac qu'elle porte qui la ralentit, fort heureusement. Je me sais bon coureur, certes, mais je sais aussi qu'elle n'a rien à envier à personne non plus, à ce niveau-là. Au bout d'une dizaine de secondes à avoir crié son prénom entre quelques ordres impératifs, j'attrape enfin la lanière de son sac et la force brusquement à se stopper dans sa fuite. Mon autre main vient alors s'accrocher violemment à son bras et je la tire vers moi pour la forcer à cesser de gigoter et à m'affronter du regard. Mes yeux sur elle, lui disent que je lui en veux, tellement. Ils lui disent qu'elle a été horrible, que ce n'était pas digne d'elle. Mais surtout, ils lui crient que j'ai été terriblement inquiet pour elle ... « Pourquoi tu me fais ça ? » Que j'arrive à murmurer en la fixant, encore essoufflé par cette course, mais trop plein de rancœur.
code by lizzou × img tumblr



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE   Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE EmptyMer 14 Jan 2015 - 1:29

Adélaïde J. Sullivan
Adélaïde J. Sullivan
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Date d'inscription : 06/01/2014
Prénom : Aurore
Célébrité : Nina Agdal
Crédit avatar : Cocaïne
Messages : 3254
Nationalité / origines : Argentino-Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : avec modération...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiante en dessin (3ème année)
Adresse de résidence : Dowtown avec Andreas. Habituellement au 92 Main St, Santa Monica; CA 90405; USA
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Leaven S. Campbell & Emma B. Castello
Voir le profil de l'utilisateur

Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE Empty

Libérée, délivrée! × ft. ANDREAS & ADELAIDE
Souffler, s'éloigner, comprendre le monde, se surprendre à l'aimer, parfois à le détester, mais surtout s'y confronter. Adélaïde avait eu ce besoin, vite, trop vite probablement pour beaucoup. Celui d'affronter le monde, l'extérieur, celui qui lui faisait tant peur derrière son masque, celui qu'elle avait longtemps considéré comme son ennemi derrière la fenêtre de sa chambre. Et pourtant, elle avait compris. Il n'était pas son ennemi, mais celui qui la lui apprendrait la vie, la vraie. Pas celle qu'elle a eu pendant des années, coupée dans un monde de riches, d'or et de paillettes. Pas ce monde qu'elle connait si bien comme étant hypocrite, hautain et sans aucune saveur, ni couleur. Elle n'y avait connu que des requins, des affreux bonhommes sans aucun état d'âme ou d'âme tout court d'ailleurs. A une exception près. Parce qu'il l'a comprenait, ne la voyait pas comme un quelconque trophée mais bien comme cette gamine fragilisée qu'elle était. Andreas avait toujours été celui qui la ramenait à la réalité, ce tampon entre le monde tout rose dans lequel on l'avait plongée et la réalité et difficulté de la vie. Il était son précieux ami. Un ami qu'elle fuyait pourtant aussi. S'il avait sut la comprendre, s'il avait sur lui garder la tête hors de l'eau pendant toutes ses années, il était aussi ce lien, malgré lui, entre elle et son père. Elle aurait voulu revenir vers lui, sincèrement, mais elle savait que sa fuite devait probablement amener son père a prendre des nouvelles par le biais d'Andreas. D'avance, elle savait que son géniteur l'aurait renvoyée à l'hôpital et peut-être que sa réaction laissait savoir qu'elle avait peur qu'Andy en fasse de même. Il l'y avait emmené après tout, ce n'était certainement pas pour qu'elle s'enfuit en cours de processus.

Alors elle avait tenté de fuir, peut-être pour ne pas y retourner certes, mais surtout pour ne pas l'affronter lui. Elle n'aurait pas aimé qu'on lui fasse ce qu'elle avait fait, alors forcément, elle le savait probablement en colère. Mais elle avait échouée, ralentie par son sac d'affaires diverses et variées. Elle aurait pu le laisser tomber pour continuer mais elle n'en avait pas le temps qu'Andreas l'attrapait fermement par le poignet, loin d'être décidé de la lâcher. « Tu me fais mal Andreas, arrête! » Bien-sûr que non, encore un stratagème pour ne pas l'affronter et pourtant elle y était obligée. Ce regard sur elle, cette sensation d'avoir fauté, de ne pas avoir fait les bons choix, de ne pas avoir adopté la bonne attitude mais surtout cette impression qu'il est soulagé, peut-être, de l'avoir en face de lui, en chair et en os, et non pas par le biais d'une feuille où les mots se sont alignés. « Et toi alors? » Pourquoi n'avait-il pas suivi ce qu'elle lui avait demandé? Pourquoi ne lui avait-il pas fait confiance? Pourquoi s'était-il inquiété? Essoufflée, elle n'avait réussi qu'à aligner trois mots, mais elle n'en pensait pas moins. Tout en tentant de retrouver son souffle, elle libérait son bras de son emprise, elle savait que toute façon, si elle tentait de fuir, il la rattraperait, de nouveau. Il était comme ça, persévérant, surtout avec elle. « Que veux-tu que je te dise hein? Tout le monde aurait refusé que je m'en aille, tout le monde y compris toi. C'était ma seule option, je l'ai prise, je pouvais pas rester là-bas, c'est tout. » Elle lui avait dit, l'univers hospitalier ce n'était pas pour elle, même en étant consciente d'être malade, elle ne pouvait pas y rester. « Je peux pas être moi-même dans un endroit où je suis pas à l'aise, tu le sais. » Plus que quiconque puisque jusqu'ici, la seule fois où elle se trouvait être pleinement Adélaïde c'était avec lui, dans leur forte amitié où elle se sentait la plus à l'aise, comme chez elle, en face-à-face. Avec les autres, elle n'y arrivait pas, encore moins avec des inconnus soit disant là pour vous aider et vous écouter alors que d'avance, il vous prenne avec votre passé, avec les préjugés de la maladie.
code by lizzou × img tumblr



- La beauté doit naître et mourir
chaque jour pour demeurer
digne d'être aimée. -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE   Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE EmptyMer 14 Jan 2015 - 17:46

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE Empty

Don't you dare leaving me again ×
ft. ANDREAS & ADELAIDE
Je m'en fiche qu'elle ait mal, sur l'instant. Je ne la tue pas, je la tiens juste fermement et la raison est évidente. Si elle s'enfuyait à nouveau, elle me rendrait fou. Peut-être que j'suis pas doué, que j'suis même nul, mais je ne comprends pas pourquoi elle me fait tout ce numéro. Pourquoi elle est partie de cet hôpital alors que tout se passait bien, que la fin se rapprochait, pourquoi elle mène cette vie salissante, en fuite de ceux qu'elle aime ou de ceux qui l'aiment, pourquoi elle me regarde comme si elle m'en voulait atrocement alors que c'est à moi de lui en vouloir. Je pensais qu'on était suffisamment proches pour éviter ce type de scène dramatique mais apparemment, non. Apparemment, je ne compte pas assez pour Adelaide. Je ne trouve rien à redire à ses questions. Peut-être parce que ça me semble tellement évident que ce serait bête de le rappeler. Pourquoi je lui fais ça ? Parce que je l'aime, parce que je refuse qu'elle et moi, ce soit ça. Son bras réussit à s'échapper de ma main et je m'immobilise face à elle, blessé. Le pire ce sont ses mots, qui me rappellent qu'Adelaide c'est la soif de la liberté, le rejet d'une quelconque emprise, celle qu'on a toujours eue sur elle tout au long de sa vie. Et je l'oublie, souvent, je l'oublie non pas parce que ça m'arrange, juste parce que je suis toujours aveuglé par autre chose. Par tout ce qu'elle représente pour moi. « Mais tu avais fait le plus gros du chemin ! Pourquoi abandonner à un moment pareil ? C'est con putain, c'est con ! » Je m'adresse à elle avec la même intensité, dans la voix et dans le regard à défaut de pouvoir utiliser mes mains. « Tu ne comprends pas que tout ce qu'on veut, c'est que tu t'en sortes ? Merde Ade, on fait tout ça pour toi, parce qu'on tient à toi et toi tu décides parce que ça te chante de reprendre ta soit disant liberté en fuyant et en allant vivre je ne sais où … dans la rue ? T'étais pas en prison, je t'aurais jamais envoyée en prison. » Est-ce qu'elle le comprend ça ? Qu'elle en avait besoin pour sa survie ? Un condamné a-t-il besoin de la prison pour survivre ? Je crois que c'est fort différent. Ma main se pose sur mon visage et glisse vers ma nuque avec lassitude, quand je retrouve ses yeux. « Tu crois qu'on peut tout résoudre avec une lettre ? Je n'suis pas un mec à qui on envoie des lettres pour le rassurer, bon sang. J'étais mort d'inquiétude pour toi, mais tu t'en fous j'imagine ? Et de ton père, t'en fais quoi ? C'est trop égoïste Adelaide. »
code by lizzou × img tumblr



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE   Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE EmptyJeu 15 Jan 2015 - 20:44

Adélaïde J. Sullivan
Adélaïde J. Sullivan
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Date d'inscription : 06/01/2014
Prénom : Aurore
Célébrité : Nina Agdal
Crédit avatar : Cocaïne
Messages : 3254
Nationalité / origines : Argentino-Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : avec modération...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiante en dessin (3ème année)
Adresse de résidence : Dowtown avec Andreas. Habituellement au 92 Main St, Santa Monica; CA 90405; USA
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Leaven S. Campbell & Emma B. Castello
Voir le profil de l'utilisateur

Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE Empty

Libérée, délivrée! × ft. ANDREAS & ADELAIDE
Ses mots heurtaient son esprit comme s'il n'avait rien compris ou comme si elle n'avait pas sut se faire entendre, Adélaïde n'en savait trop rien au final. Mais quoi qu'il en soit, elle avait cette impression qu'il n'avait pas sut lire entre les lignes du mot qu'elle lui avait laissé. Probablement parce qu'il était trop énervé pour s'en rendre compte lorsqu'il l'a lu, trop inquiet sûrement et peut-être parce qu'il s'agit là d'un truc de fille comme dirait beaucoup d'autres hommes. Quoi qu'il en soit elle en était blessée qu'il puisse penser qu'elle avait tout arrêté, qu'elle avait abandonné alors qu'elle lui avait écrit noir sur blanc que ce n'était pas ce qu'elle avait fait. Elle le laissait parler, elle le laissait dire et elle l'écoutait. Et plus elle l'écoutait, plus elle avait cette envie de le couper, de lui dire d'arrêter de se fourvoyer. Elle se savait insupportable lorsqu'elle avait ce genre d'attitude, une vraie tête à claques, mais elle ne put s'empêcher de rouler des yeux, lassée de l'entendre dire des bêtises selon elle. « Qui te dis que j'ai arrêté hein? "On, on, on, on" tu n'as que ça à la bouche et moi dans tout ça? Si j'ai fait preuve d'égoïsme il me semble que tu fais exactement pareil en me crachant à la figure tous tes "ce qu'on veut" "on fait tout ça pour toi". Pour ta gouverne moi aussi j'ai fait ça pour moi, contrairement à ce que tu sembles croire. C'est pas parce que je m'en vais que j'arrête, je te l'ai dit, je te l'ai écrit, rentre-le toi dans le crâne bordel! Si tu m'y a emmené pour m'aider, je n'ai fait que continuer ce que tu as commencé, prends-en conscience! » Ne dit-on pas, aides-toi, le ciel t'aideras, après tout ? Dans sa vision des choses Adélaïde avait eu besoin de s'en aller pour continuer le processus là où Andreas aurait souhaité qu'elle reste à sa place et c'était là toute la source de leur conflit. Ils ne se comprenaient pas sur ce point qui pourtant était un point capital dans leur cas. Mais ses prochains mots furent les pires. Comment pouvait-il penser qu'elle se fichait de lui, surtout de lui. C'est un regard presque noir qu'elle posait alors sur lui. « Comment tu peux dire ça franchement? Ne serait-ce que le penser, c'est n'importe quoi, je m'en fiche pas de toi, ni de mon père. Au contraire, je vous connais bien assez pour savoir que vous allez me renvoyer là-bas. » Ces derniers mots étaient presque teintés de désespoir. Elle n'avait pas envie d'y retourner, elle ne voulait pas y retourner. Ça serait probablement pire parce qu'elle ne trouvait pas ça nécessaire, au contraire même, elle trouvait que rester entre quatre murs c'était régressif alors qu'ici, dehors, elle avait l'impression d'avancer et de pouvoir expérimenter sa résistance à Jane, sa capacité de se contrôler. Elle avait réellement l'impression d'avoir changer et non pas parce que des médecins lui disent, mais bien parce qu'elle peut enfin le voir.
code by lizzou × img tumblr



- La beauté doit naître et mourir
chaque jour pour demeurer
digne d'être aimée. -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE   Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE EmptyVen 16 Jan 2015 - 19:57

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE Empty

Don't you dare leaving me again ×
ft. ANDREAS & ADELAIDE
Comme si elle n'avait pas été suffisamment blessante comme ça, il faut maintenant qu'elle me gueule dessus que je suis celui qui fait preuve d'égoïsme, tout ça parce que soit disant je ne pense qu'à nous (son père et moi) dans cette situation. Je n'en crois pas mes oreilles. Comment peut-elle oser prétendre ça ? Elle s'est échappée de cet hôpital avec la croyance que ça résoudrait tout, et moi là-dedans ? Moi j'ai eu droit à une lettre, un “je t'aime” pour cacher une misérable fuite, une fichue prise de distance. Alors que j'ai fait tout ça pour elle, putain, que je n'ai pensé qu'à elle. Croit-elle que ça m'enchantait de la filer à des toubibs sans être sûr du résultat ? « Non non, tu ne continues rien. Tu as simplement cassé ce que tu avais commencé en t'enfuyant, ne transforme pas la réalité à ta guise. » Je n'y connais peut-être en rien en médecine mais j'aimerais au moins qu'elle ne me prenne pas pour un abruti. Quand on commence un traitement, on le finit dans les règles et dans un milieu sain, pas dans la rue. « Et ne me traite pas d'égoïste alors que j'ai fait tout ça pour ta santé uniquement, c'est trop injuste. » Ajouté-je, vindicatif. Oui, c'est injuste, et dégueulasse. Je reste là, immobile, mes yeux dans les siens pendant un moment en ne trouvant plus rien à redire. Dans cette guerre de points de vue, je me sens bouillir à l'intérieur, plein de tout un tas de choses qui n'arrivent pas à sortir, que je n'arrive pas à exprimer. Elle m'en veut, je lui en veux, mais qui a le plus de légitimité ici ? Est-ce égoïste ou prétentieux de penser que c'est moi ? Ces derniers mots qu'elle prononce, je ne sais à nouveau pas quoi en penser. Si elle ne se fiche pas de moi, ou de son père, elle nous a pourtant mis dans une situation affreuse juste parce qu'elle a cru naïvement que vivre en tant que SDF serait mieux pour elle. Mais qu'est-ce qu'on peut y faire, maintenant ? Je sais pertinemment que si on la ramène là-bas, ils vont rallonger son séjour. Pesant les pour et les contre de chaque solution qui me passe à l'esprit, je déloge finalement mes prunelles des siennes. Prendre le temps de respirer, de souffler, de penser intelligemment, j'devrais en être capable. Et si la solution se trouvait en face de moi, en fait ? Pas dans ce ciel que je regarde avec lassitude mais en elle. Je rabaisse alors ma tête vers Adelaide et reprends la parole, plus calmement. « Tout ce qui compte pour moi c'est que tu sois soignée, que tu ne fasses plus ces crises et que t'arrêtes de … » D'offrir ton corps à n'importe qui. Mais je me retiens de le dire, ne souhaitant pas enfoncer le couteau dans la plaie alors qu'elle s'en sort peut-être mieux que je ne le pense. Je fais de mon mieux pour trouver les mots mais les disputes n'ont jamais été mon fort, moi qui préfère largement fuir toute sorte de conflit. Pour elle, c'est différent. « Tu … Je ne peux pas repartir de mon côté et te laisser vivre comme ça, je ne sais où, je ne sais comment, avec je ne sais qui … C'était pas ça l'idée. » Et elle compte trop pour moi pour que je la laisse ainsi dans la nature.
code by lizzou × img tumblr



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE   Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE EmptyVen 30 Jan 2015 - 2:28

Adélaïde J. Sullivan
Adélaïde J. Sullivan
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Date d'inscription : 06/01/2014
Prénom : Aurore
Célébrité : Nina Agdal
Crédit avatar : Cocaïne
Messages : 3254
Nationalité / origines : Argentino-Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : avec modération...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiante en dessin (3ème année)
Adresse de résidence : Dowtown avec Andreas. Habituellement au 92 Main St, Santa Monica; CA 90405; USA
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Leaven S. Campbell & Emma B. Castello
Voir le profil de l'utilisateur

Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE Empty

Libérée, délivrée! × ft. ANDREAS & ADELAIDE
Si Jane refaisait surface? Non, certainement pas. Par contre l'Adélaïde déçue et énervée d'entendre ça, sûrement oui. Ce qu'elle pouvait être idiote pourtant! Elle le savait, elle lui crachait à la figure des choses totalement ridicules, notamment cette histoire d'égoïsme. Elle savait très bien qu'il n'avait fait cela que pour elle, qu'il ne pensait pas qu'à lui et son père et pourtant elle ne pouvait s'empêcher de protester. Parce qu'elle était comme ça, tête brûlée, qu'elle ne changerait sûrement jamais et qu'elle cherchait toujours à avoir raison au point de monter des théories totalement bêtes et méchantes. Et pourtant, elle était sûre d'une chose. Elle avait bien ressentie ce besoin de fuir pour avancer et non pas fuir pour tout arrêter, reculer et se retrouver dans la même misère qu'avant. Elle était peut-être à la rue, dans la misère matérielle justement, mais certainement pas psychologique. Andreas ne voyait que la surface de l'iceberg et pour cause, il n'était pas au courant de tout et notamment du vol qu'elle avait commis, un mal pour un bien. Un vol qu'elle comptait bien lui mettre dans la face en retirant son sac de ses épaules et en voyant dedans, de façon brusque certes, la colère ayant très certainement pris le dessus. « J'ai rien cassé du tout putain, tu comprends rien! Si j'avais voulu m'enfuir pour tout péter, je l'aurais fait bien avant et je n'aurais même pas pris la peine de t'écrire. » La logique, du moins celle d'Adélaïde, lui disait simplement que si elle avait fuit avant, elle aurait continué à voir en Andy un traitre et non pas un ami, d'où le fait de ne pas lui écrire. Et qu'elle aurait donc fuit dans le simple but de rester clairement dans la merde. Aujourd'hui ce n'était pas le cas et elle y voyait une preuve de sa bonne volonté et de sa bonne foi. Elle avait fuit à un moment qu'elle estimait stratégique pour continuer et non pas abandonner. Et si Andy ne comprenait pas sa logique, il comprendrait autrement, notamment de façon physique, lorsqu'elle se permettait de plaquer contre son torse un contenant à pilules. « Si tu comprends pas mentalement comment je fonctionne, peut-être que ça, ça peut t'aider à comprendre que je n'ai rien abandonné du tout. Je peux te sortir les trois autres boites si ça te suffit pas. » Voler son traitement à l'hôpital avant de s'en aller, ça, c'était une preuve irréfutable qu'elle continuait à se stabiliser comme elle le pouvait. Un mal pour un bien, oui, même si elle risquait d'être punie pour cela, elle s'en fichait. Elle ne savait pas quoi lui dire d'autre, alors elle le regardait, tout simplement. Il semblait réfléchir sans qu'elle ne sache vraiment à quoi. De son côté elle cherchait juste à le convaincre qu'elle n'avait pas arrêté malgré sa situation préquaire de façon à ce qu'il ne la ramène pas là-bas. Elle le savait, elle ne le supporterait pas. « Que j'arrête d'être une pute. Tu peux le dire, c'est ce que j'étais. Une salope même serait un mot plus juste, la pute a au moins l'intelligence de se faire payer. » Alors que de son côté, elle s'était offerte de façon la plus idiote du monde simplement pour satisfaire un vide qui ne serait de toute façon jamais comblé, elle l'avait bien compris. « Tant que ton idée ce n'est pas de me renvoyer là-bas et de me priver d'aller et venir comme je veux, je peux tout accepter. » Sa liberté, elle en avait besoin. « Même si j'ai pas du tout envie de retourner dans le monde hautain des paillettes et des faux-semblants qu'est le monde de mon père, si ça peut te rassurer je peux y retourner. » Retourner chez elle, oui, même si l'envie n'y est absolument pas. Haussant les épaules, elle osait même demander naturellement. « Bien que la meilleure solution serait probablement de rester avec toi. » Un sous-entendu? Très certainement.
code by lizzou × img tumblr



- La beauté doit naître et mourir
chaque jour pour demeurer
digne d'être aimée. -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE   Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE EmptyLun 9 Fév 2015 - 22:36

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE Empty

Don't you dare leaving me again ×
ft. ANDREAS & ADELAIDE
Adelaïde s'écrie et sa voix détonne encore plus que la mienne dans cette rue où nous nous trouvons. Accrocher son regard devient de plus en plus douloureux, comme si à chaque éclat de rage, il me renvoyait davantage combien je me méprendssur la situation. A quel point je peux être un connard, et peut-être égoïste qui ne comprend rien ou ne veut rien comprendre comme elle le sous-entend. Tout ce que je n'ai jamais voulu être avec elle, mais que mon manque et mon inquiétude ont peut-être fait ressortir par mégarde. Je ne sais pas, ce sont de trop forts sentiments pour que j'en comprenne ne serait-ce qu'un dizième. La seule chose qui m'aveugle et par delà cette lettre qui m'a été adressée, c'est sa fuite organisée, une preuve qu'elle n'était sans doute pas faite pour ça, mais surtout une rupture entre elle et moi, entre ce que la médecine avait prévu pour elle, pour la sauver d'elle-même. J'entends ce qu'elle me dit, je l'entends très nettement et pourtant je n'arrive pas à intégrer son argument. Je reste convaincu qu'elle aurait pu, et du rester jusqu'au bout. Elle ne me fera pas changer d'avis. « Très bien tu as eu la gentillesse de m'écrire une lettre. Tu veux une médaille ou quoi ? Ce ne sont que des mots Adelaide, ça ne change pas grand chose pour moi. Et ça ne change rien non plus au fait que tu as brisé ce qui était prévu. Pas par moi mais par toute une équipe de médecins qui avait à coeur de te soigner putain, et ça tu ne peux pas le nier. T'aurais très bien pu rester jusqu'au bout, ça ne t'aurait pas tuée ! » Qu'elle me crache encore dessus s'il lui reste suffisamment de venin, je n'en ai plus peur désormais. Mais au lieu de m'attaquer de nouveau verbalement, elle sort de son sac un objet qui, une fois plaqué contre moi, m'apparait sous la forme d'une boite de pilules. S'en suivent de nouveaux mots justificateurs que j'écoute à moitié car mon attention est toute droit dirigée vers cette précieuse boite que tient ma main. Elle marque un point en me prouvant qu'elle n'a pas cessé son traitement, mais cela ne la ramène pour autant pas dans le contexte hospitalier, là où tout patient dans son cas devrait se trouver. Je suis peut-être trop simpliste, mais j'aimerais qu'elle me comprenne un minimum. Qu'aurait-elle souhaité, elle, si l'un de ses meilleurs amis avait été dans la même situation ? Qu'il erre dans les rues de Los Angeles ou qu'il soit prise en charge H24 par un équipe de professionnels ? La question ne se pose même pas. Elle dit à voix haute ce que je n'ai pas osé dire et en profite pour se salir encore plus les mains, comme si ça n'avait pas été suffisant. Ces mots font mal, sont désagréables à entendre ; ce n'est pas le portrait que j'ai toujours eu à coeur et elle le sait, elle en rajoute exprès. La renvoyer là-bas ? Non, cela fait de moins en moins sens. La ramener auprès de son père, dans ce monde qu'elle décrit négativement … Cela me semble être le plus adapté à son état d'esprit assoiffé de liberté, tout du moins jusqu'à ce qu'elle propose une troisième solution, une à laquelle je n'avais même pas pensé. “Rester avec moi”, comme “vivre avec moi” ? Oui évidemment, c'est ce que je peux lire dans ses prunelles quand elles croisent à nouveau les miennes. Je n'irais pas jusqu'à dire que cela me réjouit entièrement mais quitte à ce qu'elle ne retourne pas à l'hôpital, autant la savoir dans un endroit sûr … « Tu veux vraiment venir vivre chez moi ? » Elle est mon amie, mais il n'a jamais été question de vivre ensemble, jamais. Je n'arrive pas à imaginer cela, me réveiller non loin d'elle, me coucher non loin d'elle, déjeuner, diner avec elle, toutes ces choses que l'on fait avec un colocataire. Avec les autres ça ne me posait aucun problème, avec elle … ça aura une autre saveur, c'est certain. Grace sera la dernière à se satisfaire de ce choix, mais mon besoin de protéger Adelaide est encore plus fort et ça, je n'ai plus qu'à espérer qu'elle le comprenne. « Ok. Si tu veux. » Aussi simplement. Ok. Dans un mouvement d'épaule las, corrompu, mais pas tant que ça. « Mais promets-moi que tu n'abandonneras rien, jusqu'au bout. » Je dirige ma main vers elle pour lui rendre la boite en plastique, mais sans quitter son regard. « Et que tu ne prendras plus aucune décision de cette ampleur sans m'en avoir parlé auparavant. Je déteste tes silences, et je déteste ces fichues lettres. » Et je déteste encore plus ces moments embarrassants, qui me prouvent à moi-même combien je tiens aux gens, à elle en l'occurrence. Je fais un pas vers elle, seulement un, et je pose mon regard dans le sien, dans l'espoir qu'elle termine ce que j'ai commencé, ce que je suis incapable de terminer juste parce que c'est elle qui a décidé de m'échapper il y a quelques semaines.
code by lizzou × img tumblr



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE   Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE EmptySam 21 Fév 2015 - 4:11

Adélaïde J. Sullivan
Adélaïde J. Sullivan
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Date d'inscription : 06/01/2014
Prénom : Aurore
Célébrité : Nina Agdal
Crédit avatar : Cocaïne
Messages : 3254
Nationalité / origines : Argentino-Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : avec modération...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiante en dessin (3ème année)
Adresse de résidence : Dowtown avec Andreas. Habituellement au 92 Main St, Santa Monica; CA 90405; USA
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Leaven S. Campbell & Emma B. Castello
Voir le profil de l'utilisateur

Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE Empty

Libérée, délivrée! × ft. ANDREAS & ADELAIDE
Ce n'était que des mots, elle avait brisé ce qui était prévu, ça ne l'aurait pas tuée. Adélaïde admettait tout cela, elle l'entendait, l'intégrait contrairement à Andreas qui ne semblait pas comprendre que certes, ce n'était que des mots mais qu'ils comptaient pour elle, qu'elle avait pensé et choisi chacun d'eux, que certes elle avait tout brisé mais qu'elle avait eu ce besoin vital de le faire, certes ça ne l'aurait pas tuée mais elle était persuadée que ça l'aurait empêchée d'avancer. Et si tout ça, Andreas ne voulait pas le comprendre, au grand dam d'Adélaïde, elle se disait qu'elle avait peut-être bien fait de laisser une lettre derrière elle au lieu de parler concrètement de ses envies et son besoin de s'en aller de l'hôpital. S'il ne comprenait pas maintenant, il ne l'aurait jamais compris, alors oui, elle osait se dire qu'elle avait pris la bonne décision. Mais au delà de tout ceci, et Dieu merci, elle ne lui en voulait pas de ne pas comprendre parce qu'il ne pouvait pas se mettre totalement à sa place et elle ne pouvait pas non plus se mettre totalement à la sienne. Ils pouvaient faire de beaux complémentaires, de beaux jumeaux comme de beaux opposés, c'est ce qui faisait d'ailleurs toute la richesse de leur amitié. Et si aujourd'hui ils s'opposaient fermement l'un à l'autre, ce n'était pas pour autant qu'elle s'était mise à le haïr ou à être déçue, au contraire. Elle l'aimait d'autant plus de l'affronter, de lui tenir tête comme il l'avait toujours fait. Non pas parce qu'elle avait fait une bêtise (pas de son propre regard sur sa fuite en tout cas) mais bel et bien parce que ça prouvait qu'il tenait à elle. Une confrontation qu'elle savait basée sur toute l'inquiétude qui retombait d'un seul coup sous forme de colère et d'incompréhension. Alors oui, elle l'aimait d'autant plus de s'être inquiétée pour elle (malgré qu'elle lui avait demandé le contraire), elle qui avait connu cette peur de perdre leur amitié par sa faute.

Mais bien vite la colère s'était estompée. La réflexion de chacun s'était tournée vers une solution possible ou non, aussi bien pour satisfaire l'envie et le besoin de liberté d'Adélaïde que de rassurer Andreas en la sortant de la rue. Naturellement elle avait alors évoqué le fait qu'elle pouvait habiter chez lui. Au moins il pourrait l'avoir dans son champ de vision, elle ne serait pas à la rue ni à l'hôpital ni chez son père et elle pourrait aller et venir autant qu'elle le voudrait à partir du moment où elle continuait à prendre son traitement et à être suivie par un psychologue. Haussant doucement les épaules, elle semblait embarrasser qu'il se pose des questions. « Oui, pourquoi pas, mais je voudrais pas déranger ou que ça te fasse chier de m'avoir dans les pattes. » Bien qu'elle savait évidemment se faire discrète au besoin. Fort heureusement, la gêne s'envolait vite lorsque Andreas lui affirmait que c'était ok pour lui aussi si c'était vraiment ce qu'elle voulait et franchement, quitte à choisir, évidemment que c'est ce qu'elle voulait le plus. Attrapant la boite qu'il lui tendant, elle la rangeait rapidement mais précieusement dans son sac qu'elle remettait sur son dos. Retrouvant le regard d'Andreas, elle souriait doucement, heureuse de ce terrain d'entente. « C'est promis. Je continuerais jusqu'au bout, je prendrais plus de décision de cette ampleur sans t'en parler et je t'écrirais plus de lettres. » Riant doucement, son naturel revenait de lui-même et elle savait très bien ce qu'il attendait, mais son sourire malicieux laissait aussi savoir qu'elle avait cette intention de le taquiner un peu, en le faisant patienter, parce qu'elle savait bien qu'il se trouvait con, là, maintenant, de suite. Mais la réconciliation officielle que des chefs d’États ferait en se serrant la main était bien trop tentante pour qu'elle y résiste longtemps et ne vienne pas dans ses bras pour un câlin plein d'amitié, pour une réconciliation bien méritée. « Merci Andy. » Se détachant un peu de lui, elle souriait doucement et commençait alors à marcher en direction de chez lui, certaine qu'il était en train de la suivre. « Je kidnappe ta salle de bain en arrivant, t'es prévenu. » Ouais... une bonne vraie douche serait une bonne réconciliation avec la propreté aussi...
code by lizzou × img tumblr



- La beauté doit naître et mourir
chaque jour pour demeurer
digne d'être aimée. -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE   Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE Empty

Contenu sponsorisé

Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Libérée, Délivrée C'est décidé, je m'en vais. › ANDELAIDE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DÉLIVRÉS DE SOUSSANG!
» (alika) + je me livre en aveugle au destin qui m'entraine.
» "I just want to sing" - Abigail Ingram [Terminée, Délivrée]
» [Bayonne] [Pastorale/Lankou Complète et baptisé]
» Entraînement de Sokka

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP :: Terminés-
Sauter vers: