-85%
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
22.95 € 149.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Someone Like You - Ezelone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Someone Like You - Ezelone   Someone Like You - Ezelone EmptyDim 15 Fév 2015 - 14:54

avatar
Invité
Invité

Someone Like You - Ezelone Empty

Ce soir-là il avait posé ses yeux sur moi. Ce n'était pas un regard d'homme en manque. C'était bien plus. C'est l'un de ces regard qui me pétrifient de l'intérieur. Je n'ai jamais vraiment su comment réagir à ça. C'est bien la raison qui me pousse à croire que je ne suis pas prête à être adulte, enfin, à prendre des décisions qui pourront tout changer dans ma vie. Oui, j'essaie de me donner les allures d'une femme forte qui sait ce qu'elle veut. Mais au final. Je suis comme toutes les autres, effrayés par la vie, enfin joliment effrayée. En tout cas ce bel Apollon avait su éveiller en moi ce sentiment que je m'étais entêtée pourtant à enfouir au plus profond de moi. Mais c'est tout mon corps qui défaillit lorsque qu'avec autant de classe que dans son allure il m'invita à dîner. Je ne savais pas très bien ce que tout cela pouvait bien dire. J'avais été plutôt distante toute la soirée à essayer d'éviter la discussion approfondie, étaler sa vie, enfin j'avais tout bonnement pas parlé de moi. Je voulais d'un côté être cette fille mystérieuse qu'on a envie de mettre à nue et cette fille qui a juste envie de fuir ce qui l'effraie. Pourtant, j'étais resté là, perdu dans le bleu de ses yeux à fondre à chacun de ses mots. Sa voix roque faisait fondre la glace qui m'entourait. Mais j'avais su resté ferme. Impassible. Parce que je crois que ce n'était pas une nuit qu'il voulait passer avec moi mais, bien plus. En tout cas c'est ce que je réussi à déduire de son invitation a dîner. Je voulais dire non, j'étais de celle qui en temps normal aime faire languir les hommes mais, je m'étonna en entendant un 'oui'. La soirée avait prit fin et je n'avais qu'une envie, me taper la tête contre un mur. Il y avait quelque chose chez cet homme qui me faisait perdre les pédales...
Aujourd'hui était le jour de ce fameux dîner. Quelque séance de yoga m'ont fait décompresser. Je n'avais plus vraiment peur, après tout, ce n'était qu'un dîner, ça n'engageait à rien. Je crois bien que son physique attirant avait su me subjugué et fait perdre la tête. Seulement maintenant, je m'en étais remis. Enfin je crois. En tout cas, je n'étais pas, ou du moins plus, cette femme décontenancée de l'autre soir. Je ne l'avais pas montrer, d'ailleurs, que je défaillais, juste qu'il m’intéressait, ou du moins son corps. C'est l'une des seules choses que je savais faire, la tigresse. Il avait su être suffisamment entreprenant pour que je devienne une guimauve.
Bref, le temps passait et dans à peine deux heures il serait derrière ma porte. Ouais, il avait vraiment joué les gentleman et avait insisté pour venir me chercher. Était-ce juste pour jouer les Don Juan ou pour connaître mon adresse pour pouvoir m'harceler ? Je croisais les doigts pour que ce soit la première proposition qu'il l'emporte ! Cela dit, j'allai fouiller dans ma penderie pour en sortir une robe à dentelle qui arrive mi-cuisse, dos nu compris. Ce soit je sortirais la carte de la femme fatale avec une robe rouge coquelicot aux manches longues. Pourtant cette fois, ce n'était pas le décolleté qui primait, il n'y avait avait pas. Rien de vulgaire dans la tenue, juste de l'élégance. Je ne savais pas où il comptait m'emmener mais à en juger par son élégance ce ne serait pas un McDo ou quoi que ce soit dans le genre. J'avais sortis de l'armoire des sous-vêtements assortis, cette fois je décida de mettre du noir, un soutient-gorge simple et le string qui va avec. Il fallait que ce soit discret, la robe me moulait et pas question qu'on aperçoive quoi que ce soit. Mais avant d'enfiler le tout, je me plongea sous l'eau de la douche et m'appliqua a briller de partout...
Une fois fini, je m'enroula dans le peignoir et essuya consciencieusement les cheveux avec de la sécher à l'aide d'un sèche-cheveux et d'un peigne, je voulais qu'ils soient un minimum lisse. Après cela, je m'appliqua pour les enrouler et finir par un chignon parfaitement fixer grâce à des pince. Je m'attaqua alors a rendre mon visage plus lumineux. Je commença par étaler une crème pour l'hydrater correctement et continua mon rituel pour parfaitement me maquiller sans m'éborgner. Parfait. Il ne manquait plus qu'à m'habiller. Je m'essuya donc et accrocha la peignoir dans la salle de bain avant de retourner dans la chambre où j'avais délicatement poser ma tenue sur le lit. Je commença par mettre mes sous-vêtements mais, alors que je réajustais correctement mon soutient-gorge, on frappa à la porte. Je sursauta. « J'arrive » dis-je tout en attrapant la robe et l'enfila à toute vitesse. Mon sac était prêt sur la table, j'avais ma robe, manquait plus que mes chaussures. Je ne les trouvais plus. Il me faut ces escarpins rouge pour aller avec la robe. Je réussis enfin à mettre la main dessus après avoir déranger toutes les chaussures dans l'armoire à cet effet. Je les mis et déplissa ma robe, réajusta ma coiffure avant d'aller ouvrir au beau blond ténébreux qui devrait se trouver derrière. C'est alors que je pris un sourire un peu niait avant d'ouvrir et le saluer poliment. Cependant je n'avais pas l'intention de l'inviter à rentrer. Pour ça il fallait le mériter....
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Someone Like You - Ezelone   Someone Like You - Ezelone EmptyMar 17 Fév 2015 - 2:40

avatar
Invité
Invité

Someone Like You - Ezelone Empty

Someone Like You
Babylone & Ezechiel.
fiche par ©century sex  

Si j’ai envie de comparer ma passion pour Babylone à celles que j’ai eu, elle surpasse bien Magdalene ou encore Katie. Eislinn, je ne peux pas dire, Emma non plus. Je sais que je les ai aimé et encore aujourd’hui, je ressens une tendresse certaine envers Emma, Eislinn j’ai encore du mal avec notre rupture qui a détruit ma vie même si ce n’est pas de sa faute. Je n’ai jamais eu de chance avec les femmes et pourtant, ma foi et mes sentiments me guident vers cette jolie blonde. Je ne sais pas si je dois y croire vraiment. Elle est tellement plus jeune que moi. Elle pourrait trouver des hommes de son âge ou à peine plus âgé, ils seront mieux « conservés », mieux en bien des choses. Je ne pouvais même pas dire que je pouvais être plus mature dans une relation aux vues de ce qu’il s’est passé avec ma femme et mon ancienne maitresse. Je ne suis pas un homme honnête et pourtant, je suis en train d’enfiler un costard très classe dans le but d’impressionner une femme ?

Dans un sens, je me sens honteux. Essayer de séduire une femme alors que je ne mérite même pas sa confiance. Je ne suis pas à l’abri de la faute. Mais j’ai foi en cette flamme qui nait dans mon corps. Elle est vivifiante, réelle. C’est tout ce dont j’ai besoin en ce moment pour remonter lentement cette pente vers mon piédestal de bonheur. J’ai tout fait pour lui faire plaisir, j’ai réservé un restaurant plus que charmant et romantique, j’ai acheté des fleurs et du champagne millésime. En espérant le boire chez elle, dans le fond, mais je ne peux pas me montrer envahissant. Je ne peux pas espérer passer la soirée chez elle à discuter devant un feuilleton télévisée, allongée à moitié sur moi en buvant une coupe de champagne. Un jour, qui sait… Pas à la seconde fois que l’on se voit. Et pourtant, c’est le cœur vaillant mais stressé que je me retrouve devant la porte de la grande blonde sulfureuse.

J’entends ses talons traversés son appartement, faisant vibrer mon cœur à son rythme. Quand je la vois, je suis sûr de mon choix… de mes choix, pardon. Mes lèvres tremblent quelques secondes en la regardant, elle est si belle… Une véritable déesse sur des talons hauts. « Bonsoir, Babylone. Tu es… magnifique ! Vraiment… je… » Je suis sans voix devant tant de beauté. Je suis vraiment trop dingue de cette femme, jamais une femme ne m’a rendu aussi dingue d’elle. Je suis comme un adolescent amoureux. Je me décide quand même à prendre mon courage à deux mains et lui tendre une douzaine de roses rouges en un magnifique bouquet ainsi qu’un petit sac contenant la bouteille de champagne. « Voilà… j’ai pensé que ça te ferait plaisir… J’espère que tu les aimes… » Un sourire, et voilà… Je suis lancé en espérant que ça lui fasse plaisir.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Someone Like You - Ezelone   Someone Like You - Ezelone EmptyMar 17 Fév 2015 - 11:06

avatar
Invité
Invité

Someone Like You - Ezelone Empty

Je ne savais pas à quoi m'attendre en me rendant à ce dîner qui était clairement un rendez-vous galant. Oserait-il m'embrasser au moment de me laisser ? En tout cas, s'il ne le faisait pas, il serait vraiment bête. Bon ok, je ne prend pas réellement au sérieux cette entrevue, pourtant j'avais mis le paquet dans ma présentation physique et j'en étais plutôt fière. Disons que il m'avait réellement troublé et c'est bien ça qui est effrayant. Je n'avais pas été insensible à ses regards vous savez, ceux qui sont tellement pleins de sens, ceux qui vous glace sur la place, vous savez les yeux vitreux qui intimides. Et puis, j'ai jamais vraiment su résister aux grands, blonds, baraqués. Non mais vraiment, si vous me dîtes que cet homme est mal foutu c'est moi qui vous en met une, il est juste... parfait. Si RJ m'entendait dire ça il me secourait la tête pour me remettre les idées en place. Je crois que c'est bien pour ça que je ne lui ai pas parlé de lui, il le prendrait mal, ou, je ne sais pas. Oui voilà, je ne sais pas pourquoi ? Non mais vraiment quand ça vous tombe dessus... Non, non, rien de tout ça n'est important, rien est réel, on ne sait vu qu'une fois, certes j'étais toute chose mais c'est sûrement l'alcool, pas l’enivrement de son parfum, certainement pas... Mon dieu je perd la tête, c'est effrayant. La j'ai vraiment besoin que RJ vienne me remettre les idées en place. Je suis perdue, totalement perdu dans ce fatras de sentiments qui c'est engouffré en moi depuis quelques jours.
Mais quand j'entendis frapper à la porte ce fut tout autre. Je n'étais plus effrayée, je suis dans mon élément merde, pourquoi je devrais avoir peur de cet homme, non mais vraiment, je suis pas ce genre de femme. Je suis de celle qui les laisse se languir en arrivant en retard à un rendez-vous. Je suis de celle qui aime les faire souffrir. Oui ça c'est mon credo, être une prétentieuse, salope sur les bords qui c'est se faire désirer, certainement l'une de ces femmes qui se pourrissent la vie à cause de leurs sentiments. Je suis libre, merde et jeune ! Alors faut en profiter !
Bref, c'est dans cet élan que j'allai ouvrir au.... beau blond. J'avais gardé ma tenure de femme impassible. Je m'étais juste contenté de lui sourire un peu bêtement, sans vraiment lui importer d'importance. Juste un petit « Bonjour » en guise de politesse. Mais lui s'y attarda, ces yeux rivés sur moi à me relooké de haut en bas, à en voir ça réaction j'avais choisis la bonne tenue. « Bonsoir, Babylone. Tu es… magnifique ! Vraiment… je… » Tu ? Ahah qu'est-ce que je pouvais aimer les compliments. Même d'homme de la trentaine qui visiblement préfère les jeunes, il devait bien avoir dix ans de plus que moi. Mais à vrai dire, c'est tellement pas dérangeant, les hommes mûres ont ce petit quelque chose, bon déjà ils ont tellement plus d'expérience et ont les bons gestes. C'est pour ça, il faut que je me méfie quand même de ce beau parleur, je ne veux pas qu'il m'attrape dans ses filets. Parce que si il voulait vraiment m'attraper ce ne serait pas en y allant franco. Mais cela dit, je n'étais pas prête à me brûler les ailes. Non mais, je m'étonne moi même à penser toutes ces choses. Merde. Faut que j'arrête de penser tout ça. Faut que j'arrête de me monter le bourrichon. Faut juste que je soit celle qui est détestable, celle qui pourrait ce l'envoyer dans les chiottes et lui dire qu'elle n'avait pas jouit. Vous voyez, la salope de base quoi....
Pourtant, quand il me tendit ce bouquet de rose rouge, je commençais à être conquise. C'était un gentleman... J'attrapais le bouquet et huma l'odeur qui en émanait. L'odeur était aussi douce que pouvait l'être ces sourires qu'il me lançait. Il me tendit aussi un sac contenant une bouteille, de champagne semble-t-il. Il avait vraiment sorti le grand jeu. J'en étais perplexe. « Voilà… j’ai pensé que ça te ferait plaisir… J’espère que tu les aimes… » Ce fut à mon tour de sourire en sortant mon nez du bouquet. « Elles sont magnifiques. Merci. » Je fus moi même troublé par mon merci, je croyais qu'il fallait resté impassible, ne pas réagir à ses paroles, ses petites attentions ?! En tout cas je n'avais pas relevé ces compliments sur ma tenue. Et oui, c'est pas comme ça que réagisse les femmes prétentieuses ? En mode, je suis belle et je le sais. « Je vais poser tout ça à l'intérieur et on pourra partir. » Comme promis je ne l'invita pas à entrer. C'est d'ailleurs sur le seuil de la porte que je laissa alors que j'allai mettre au frais la bouteille et posa les roses sur la table. Dans la volée j'attrapai ma pochette et retourna à l'entrée. « Selon vous, il va faire froid ce soir ? Je prend ma veste ou pas ? » Et c'est dans un élan de folie que je referma la porte derrière moi. Si c'était un vrai gentleman il me donnera sa veste après tout... Oui je sais, je cherche les bêtises, et après je vais me plaindre. Je suis vraiment désespérante. « Oh allez, soyons fou. Alors où comptez-vous m'emmener dîner, vous ne me l'aviez pas dit la dernière fois. » Oui, j'avais choisis de la vouvoyez, ça mettais une distance entre nous, d'un côté ça rappelait le fait qu'il soit plus vieux que moi et le fait que l'on ne se connaissait pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Someone Like You - Ezelone   Someone Like You - Ezelone EmptySam 21 Fév 2015 - 22:34

avatar
Invité
Invité

Someone Like You - Ezelone Empty

Someone Like You
Babylone & Ezechiel.
fiche par ©century sex  

Mes yeux la dévorent. Pas seulement pour sa tenue mais quand elle prend le bouquet pour en humer le parfum, je la trouve encore plus magnifique. Une nymphe qui retrouve sa nature à elle. Mes yeux se perdent sur la jeune femme et je n’ose pas donner suite à ses remerciements. J’essaie de la découvrir. Chose qui me semble difficile car elle ne dit pas grand-chose sur elle, j’ai même senti son hésitation quand je voulais savoir où elle habitait pour venir la chercher en toute gentillesse. D’un sens, je comprends parce qu’on ne se connait pas mais se rend-elle compte à quel point je suis fou d’elle ? Un simple regard a suffi à susciter mon âme, à la lier à moi comme jamais personne ne m’a lié à elle.

Je me sens mal qu’elle ne m’invite pas mais acquiesce avec un sourire tendre. J’aurais aimé découvrir où elle vit, ne pas avoir que ce que je n’ai le droit de voir depuis l’entrée de son appartement. Malheureusement, elle est comme ça. Je l’aurais à l’usure, je la posséderais jusqu’à ce qu’elle me désire. Elle revint vers moi en me questionnant sur le temps dehors, à vrai dire, je ne sais pas si elle est frileuse ou non. « Je ne sais pas, mais nous verrons bien ? » Je ris alors qu’elle ferme la porte de chez elle. J’entoure alors son dos pour la guider en dehors de chez elle alors qu’elle me questionne sur la destination.

« Dans un délicieux restaurant, vous verrez, c’est génial. » En appuyant sur la clef, j’ouvre mon Audi et la tenant par la main, je l’aide à entrer à l’intérieur. Je fais le tour de la voiture et m’insère dans la circulation. Je pose mon regard quelques secondes sur Babylone, j’entrevois ses jambes au travers de sa robe, ce qui me fait légèrement rougir. Je reporte mon attention sur la route pour nous éviter un accident. « J’ai cru voir que vous viviez seule, non ? Cela fait longtemps que vous êtes à Los Angeles ? » Première question pour creuser un peu plus le mystère de cette jeune femme.

Nous avions encore quelques minutes devant nous avant d’arriver à destination. Ça force à la discussion, enfin… je ne me sens pas forcé. J’ai envie de connaitre Babylone, de A à Z.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Someone Like You - Ezelone   Someone Like You - Ezelone EmptyDim 22 Fév 2015 - 21:51

avatar
Invité
Invité

Someone Like You - Ezelone Empty

Alors que je fermais la porte de mon appartement et m'apprêtais à le suivre pour allez vers cet endroit mystère, il m'entoura le dos de ses bras et m'accompagner jusqu'à la sorti de l'immeuble. C'était plutôt bizarre en tout cas ça avait le don de me faire frissonner. Il avait posé sa main sur mon dos dénudé. Je ne regardais pas devant moi, un mélange de gêne et de fascination. J'alternais mon regard sur son visage et vers le sol avec un sourire hésitant. Je n'étais pas très 'dame' à ce moment là. J'aurais dû rester impartiale, regarder devant moi, sans une once de ressentit, juste le regard haut et une démarche de reine.
Cela dit, je restais tout de même perplexe sur la destination vers laquelle nous nous dirigeons. « Dans un délicieux restaurant, vous verrez, c’est génial. » Cette fois, c'est sa fin de phrase qui me laissa perplexe. Il jouait les gentleman et venait un peu de se dis-crédibiliser mais, je trouvais ça mignon. Je me contentais juste de sourire alors quand il ouvra l portière de son Audi et me pris la main et m'aider à entrer lui fit remonter dans mon estime, c'était très... très princier. Vous avez vu 'Orgueil et Préjugés' ? Parce que c'est exactement ce qu'il se passe, Darcy tend la main pour aider Elisabeth à monter dans la carriole et ce geste est tellement pleins de sens. Peut-être que notre histoire va continuer dans cette foulé..
Cela dit, je resta concentré et ne le regarda même pas entrer dans la voiture. Peut-être justement par orgueil. Seulement je m'étonnais moi-même, j'étais tellement distante, voir même froide que je ne me reconnaissais pas. J'avais plutôt l'habitude de jouer les chaudasse, fille facile et tout ce qui s'en suit, provocation et tenue aguicheuse, après tout j'étais strip-teaseuse pour mon bon vouloir. Mais je ne sais pas, là j'avais envie d'être différente. Peut-être est-ce lui qui me faisait cet effet. En temps normal je lui aurais sauté dessus, arraché sa chemise et fin vous voyez la suite, en même temps, il était tellement bien foutu...
Je sorti de ma torpeur quand il tourna la clé dans le contacte et que le moteur commença à rugir. Je me concentra donc sur la route pour ne pas me perdre à le contempler ou quoi que ce soit, ce n'était pas le rôle que j'avais décidé de jouer... Mais je sentais son regard ce poser sur moi. Je n'avais même pas à faire quoi que ce soit pour l'aguicher, avant c'était facile mais là, j'avais juste besoin d'être là. Pourtant il ne me connaissait même pas, on venait à peine de se rencontrer et je ne lui avais rien dit sur moi. Il devait bien avoir dix ans de plus que moi mais là, n'était pas le problème. Disons que j'étais d'un côté repoussé et attiré. J'en étais totalement troublée.  « J’ai cru voir que vous viviez seule, non ? Cela fait longtemps que vous êtes à Los Angeles ? » Je souris et apporta mon regard sur lui. Il était observateur en plus... « Je va et vient, alors... » J'essayais d'éviter la question du est-ce que je vis seule et fut aussi bref que possible pour LA.  Je faisais de courte phrases car je savais très bien que ça me m'étais à mon avantage. Cela dit, je n'allais pas pouvoir me défiler comme ça très longtemps . Et je crois tout simplement que j'en ai pas vraiment envie...
Le silence qui régnait dans la voiture devenait pesant. Je me décida enfin à prendre la parole. « Et vous ? Que faîtes vous ici ? » En le connaissant mieux peut-être que ça me forcera à parler, à me dévoiler. Je n'avais pas vraiment l'habitude d'aller à un rendez-vous comme ça de manière plutôt aléatoire, sans débouché ou dû moins sans savoir comment tout ça allait terminer. Je sais je partais de l'appart en étant sûr que je lui résisterais, avec au fond un espoir qu'il abandonnerais. Mais la façon dont il avait de me regarder ne me laissais pas indifférent. J'avais l'air d'être quelqu'un dans ses yeux, je voyais que ce n'était pas du sexe qu'il était venu chercher mais bien plus et je crois que c'est ça qui me plaisais. Il ne me manquait plus ça... J'avais le boulot, la ville, quelques amis et c'est bien ce qu'il me manquait dans ma petite vie parfaite : un copain stable. Oui, j'avais des relations mais pas du tout sérieuses et je m'en lassais. Oui, je sais ce que vous pensez, que je ne suis aps vraiment moi, que je pète un câble. Et bien, c'est fort possible. Mais comment ne pas résister à ses yeux bleus transperçant qui te regardent de façon magique. Je n'avais qu'une envie finalement, c'était de lui sauter dessus, là maintenant et faire comme dans 'Lullaby for Pi', m'asseoir sur ses genoux et l'embrasser de façon intense, il continuerait à conduire et nous nous arrêteront chez lui ou chez moi et finiront tout ça par l'unissons de nos corps entremêlés. N'est-ce pas beau ?...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Someone Like You - Ezelone   Someone Like You - Ezelone EmptySam 28 Fév 2015 - 20:42

avatar
Invité
Invité

Someone Like You - Ezelone Empty

Someone Like You
Babylone & Ezechiel.
fiche par ©century sex  

Je crois que je me mets bien plus de pression qu’il n’en parait. Je ne sais pas si Babylone ressent le stress qui emporte mon âme dans des tourments sans fin. J’ai envie de lui plaire, de l’aimer jusqu’à la passion, je ne cherche pas forcément à fonder une famille ou même à me marier, simplement être heureux avec la personne qui fait de moi ce que je suis : un homme et d’en assumer totalement mes sentiments. Choisir de vivre avec elle parce que j’en ai envie et pas parce que ça ferait plaisir à ma famille de me voir marier à elle.

Je fais des efforts.
Je suis vrai.
Je suis honnête.

Pour une fois dans ma vie, j’ai la chance de pouvoir vivre une relation qui me convient, d’être romantique envers une femme et de m’y perdre avec plaisir. Même si j’ai peur… peur de la distance qu’impose la jeune femme avec moi. J’ai toujours vécu avec une femme qui a été réceptive à mes efforts, à mes cadeaux, mes attentions aussi. Même Emma et Eislinn me montraient leur plaisir mais je n’arrive pas à lire en Babylone.

Est-ce cela l’amour ?
Être dérouter ?
Être perdu ?
Se lancer sans protection dans le vide ?

Très probablement. Je l’aide à monter dans la voiture, je suis prévenant et j’essaie de rendre cette soirée agréable. Je me dis qu’elle ne me connait pas vraiment, et moi non plus, je ne la connais pas. Je pourrais la découvrir à présent. Au volant de ma voiture, je n’ose pas vraiment allumer la musique. J’ai envie de discuter, de toute manière, c’est la base d’un rendez-vous : l’échange. Je tente de voir par où je peux commencer. Je m’intéresse à elle et bizarrement, j’essaie de savoir un peu sa vie en posant une question et d’en analyser ses réponses.

Sa réponse est vague. Je n’ai d’ailleurs aucune idée de son métier. Peut-être qu’elle n’a pas envie de parler ? Elle ne semble pas vouloir développer et je n’ai pas envie de l’énerver à lui poser trop de questions. Fort heureusement, elle brise le silence. Ce qui me convient et alors que je tourne dans l’angle d’une rue, je lui réponds : « Je suis de Los Angeles, j’y vis depuis toujours mais ma famille est d’origine suédoise. J’ai beaucoup voyagé pour mon boulot, enfin… j’étais Révérend jusqu’à l’année dernière. Pour des raisons personnelles, j’ai dû quitter les ordres et j’ai obtenu un poste au sein de l’Université. Je suis maitre de conférences en théologie, j’assiste un professeur en histoire el l’art. C’est très passionnant. » La passion… la chose qui m’anime le plus.

Depuis que j’ai remonté la pente, j’ai fait de mon travail une raison d’avancer sans tomber. J’essaie de me purger de ce moment où j’ai commencé à boire, à me rendre saoule pour oublier que ma vie s’était effondrée. Mais ça… je ne peux pas encore lui dire. Elle pourrait me fuir à l’idée de tomber sur un vieil alcoolique. D’ailleurs … notre différence d’âge est évidente. Peut-être qu’elle ne voit qu’en moi un bon passe-temps ? Elle est si jeune, elle n’est peut-être pas le genre de filles qui se pose. Cette génération est si différente de la mienne. Je ne sais pas comment réagir avec Babylone. Sans parler de sa distance et sa froideur, ce n’est pas tout le temps mais je la sens loin.

Mais je n’ai pas le temps d’essayer de trouver un moyen d’en parler ouvertement, de réfléchir à comment soulever la question. Nous arrivons devant le restaurant. C’est le genre de restaurant où ils n’ont pas de voituriers, c’est sympathique mais pas non plus tape à l’œil. Je réalise un créneau parfait entre deux voitures. Je contourne celle-ci et prends la main de la jeune femme pour l’aider à sortir de la voiture. Je l’admire encore quelques secondes, qu’elle est magnifique. Je guide sa main au creux de mon bras, ferme la voiture à distance.

« Nous y voilà, j’espère que vous allez aimer. » Je souris avec tendresse avant de l’emmener à l’intérieur. On nous met à une table plutôt calme, nous ne serons pas déranger. On nous tend le menu et connaissant les lieux, je sais déjà quel vin choisir. Alors que le serveur va la chercher, je repose mes yeux sur Babylone. Elle est si belle… « Je te remercie encore d’avoir accepté cette invitation. Ça me fait vraiment plaisir que tu aies accepté de passer la soirée en ma compagnie. Je n’ai jamais rêvé meilleure soirée en ce moment qu’à tes côtés. » Je suis tellement romantique, je sais. Mais je suis ainsi. Romantique, j’aime la passion et Babylone la déchaine dans mon corps.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Someone Like You - Ezelone   Someone Like You - Ezelone EmptyLun 9 Mar 2015 - 16:52

avatar
Invité
Invité

Someone Like You - Ezelone Empty

Je voyais bien que j'étais dès plus désagréable, le genre de femme qui tape vite sur le système, c'était plus du mystère c'était un fossé que j'étais en train de créer, voir même une muraille de Chine que je bâtissais. A vrai dire c'était pas trop mon but non plus. Enfaîte, au final, je ne savais plus vraiment quel était mon but. Enfin si je l'avais su à un moment... J'avais cru, oui, qu'être celle qui n'était pas accessible rendrait le jeu plus amusant. Mais finalement, je ne sais plus. En tout cas, tout ce que je savais c'est qu'il ne m'avait pas inviter à ce dîner pour parler de la pluie et du beau temps, il avait des idées derrière la tête, et je suppose pas très chaste. Pourtant il commençait bien. Il faisait tout dans l'ordre. J'étais en train de me faire courtiser, c'était indéniable. Je crois que ça me plaisais. En tout cas, ses yeux bleus lagons me faisaient perdre la tête, et à le regarder, j'avais une envie, lui déchirer la chemise. Et oui, je ne suis pas de celle qui prennent leur temps, qui se préservent pour le troisième rencart, qui ne se laisse pas tripoter ni trop reluquer. Je suppose que vous vous en doutez en voyant ma tenue.
Il me pris l'envie de briser se silence que j'avais créée en répondant sans répondre à sa question. Parce que c'est plus que que du mystère que je voulais poser entre nous, je ne voulais pas révéler la vraie moi, la salope sans cœur qui baise à tout va tout ce qui bouge, qui se pointe à des orgies avec son meilleur pote, celle qui fume des joints, boit et finit chaque soirée à poil, dans le lit d'un inconnu ou dans les bras de RJ. J'avais une relation vraiment... complexe avec lui. Il était mon pote et l'un des meilleurs coup que j'avais connue. Il n'y avait pas de barrière entre nous. C'était quand tu veux, où tu veux, avec qui tu veux. Pourtant je sais très bien que s'il me voyait au bras de cet homme il me rirait au nez en me demandant pourquoi je perds mon temps avec un vieux beau. Il me connaît par cœur et je le connaît par cœur. Il sait très bien que je lui cède à chaque fois... Voilà. Pourtant ce soir je ne veux pas être elle... Alors pour son bien je me contenterais d'être vague... « Je suis de Los Angeles, j’y vis depuis toujours mais ma famille est d’origine suédoise. J’ai beaucoup voyagé pour mon boulot, enfin… j’étais Révérend jusqu’à l’année dernière. Pour des raisons personnelles, j’ai dû quitter les ordres et j’ai obtenu un poste au sein de l’Université. Je suis maître de conférences en théologie, j’assiste un professeur en histoire de l’art. C’est très passionnant. » Aoutch. Là je me prend une sacrée baffe en pleine figure parce que lui ne filtre pas ses paroles. Il a l'air sincère. Il a l'air de vouloir parler. Plutôt bizarre qu'il me révèle ça. Pas très glam de m'avouer qu'il était révérend il n'y pas plus d'un an et que là, il se retrouve avec une fille comme moi, qui montre ses seins pour pas un sous... J'espère qu'il avait compris que je n'étais pas une escorte ou quoi que ce soit... Bon ok, j'exagère mais, j'avoue que je suis assez effrayée là. Il venait quand même de me dévoiler par mal sur sa vie. Qu'est-ce que ça voulait dire ? Que je devais en faire tout autant ?...
Mais mes réflexions s'achevèrent ici car il alla se garer sur le parking du restaurant. Je n’eus à peine le temps de détacher ma ceinture qu'il était déjà à ma porte pour me tendre sa main pour m'aider à sortir. Très gentleman. Je me laissa faire et me retrouva presque coller à lui, mon bras attaché au sien, il était de la vieille école et j'avoue que j'aimais ça. « Nous y voilà, j’espère que vous allez aimer. » Je réponds à son sourire. « Je n'en doute pas. » Je me laissa guider jusqu'à l'intérieur du restaurant qui était plutôt simpliste mais assez chic. A l'entrer, une hôtesse nous attend et nous place dans un coin plutôt reculer et assez calme. Il me tira la chaise pour que je puisse m'asseoir et alla se poster en face de moi avant que l'hôtesse nous donne les menus. « Je te remercie encore d’avoir accepté cette invitation. Ça me fait vraiment plaisir que tu aies accepté de passer la soirée en ma compagnie. Je n’ai jamais rêvé meilleure soirée en ce moment qu’à tes côtés. » Euh... j'étais censé répondre quoi là ? Je me contenta de sourire légèrement en m'efforçant de ne pas trop le crisper. Je crois que là c'était trop. Ça faisait limite vieux aguicheur romantique mais, après tout, je ne lui en veux pas, il essayait de briser la glace. Tout ce que je trouve à lui répondre c'est : « Je reviens, je vais me repoudrer le nez. » Je lança un dernier sourire avant de prendre mon sac à main et de me diriger vers les toilettes du restaurant, me tenant bien droite, allure sûre, démarche quelque peut féline. Bon après tout c'était vers des toilettes que je me dirigeais... Une dois à l'intérieure de la pièce, je me posa contre le lavabo et inspira un bon coup. « Baby, dans quoi tu t'es embarquée encore. » Je me pris le visage entre les mains. Non mais sérieusement, je n'ai jamais été le genre de femme qu'on amène à un restaurant et a qui on fait des baise-main. Bon, finalement, je me regarde dans le miroir et réajuste ma coiffure, me tapote les joues et inspire un bon coup. Allez, tu peux le faire. Je sortis mon portable de mon sac à main et voit un message de RJ. Je ne l'ouvre pas et décide enfin à retourner auprès d'Ezechiel qui allait finir par se demander pourquoi il m'avait inviter si je passait le plus clair du temps à éviter les question et à me cacher..
Une fois de nouveau à table. « Excusez-moi. » Je me saisis du menu. « Hum vous me conseillez quoi. A vrai dire je ne suis jamais venue ici. » Voilà. Il devra se contenter de cet aveux pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Someone Like You - Ezelone   Someone Like You - Ezelone EmptyJeu 19 Mar 2015 - 2:02

avatar
Invité
Invité

Someone Like You - Ezelone Empty

Someone Like You
Babylone & Ezechiel.
fiche par ©century sex  

J’espérais pouvoir discuter librement avec la jeune femme mais je sens que ce n’est pas vraiment à quoi ce que je m’attendais. A vrai dire, elle est tellement belle, tellement séduisante que je me demandais pourquoi moi, un vieux de 38 ans, bien plus âgé qu’elle ait une chance avec elle ? Franchement, je n’ai pas vraiment la gueule de l’emploi. C’est le genre de fille à avoir des hommes à ses pieds, à les rendre fous d’un regard comme elle a su le faire avec moi durant la réunion des anciens étudiants. Mais je suis un homme et je continue à me dire que si je fais des efforts, je pourrais continuer à la séduire, peut-être qu’elle me parlera un peu plus d’elle si je me confie moi aussi ? Elle finira par me parler un peu d’elle, elle cessera cette distance abyssale entre nous. Je me sens tellement mourir de ne pas pouvoir accéder à ses sourires, à ses regards, ceux qui ne sont pas distants, je voudrais qu’elle me regarde et me fasse sentir que je lui plais.
Elle n’a pas répondu. Babylone n’a rien dit et je n’ai qu’une envie : m’enfoncer dans mon siège. Peut-être que cet aveu sur ma vie la froisse ? Peut-être ai-je dis ou fait quelque chose qui lui déplait ? Allez savoir, elle ne dit rien. Elle daigne enfin à me répondre quand nous sortons de la voiture et que je lui avoue espérer que l’endroit lui plaise. Je me suffis du simple contact de ma main qui la guide à l’intérieur. Je la complimente, la remercie de sa présence. J’aimerais pouvoir faire plus mais je ne sais pas quoi dire. Et pire encore, elle ne dit rien. Elle s’en va, « se repoudrer le nez », elle n’en a pas besoin mais je ne dis rien. Je ne suis pas objectif, c’est ça. Mais l’absence de réponse me glace. Elle m’a souri mais rien dit. Je crois que mon attitude la gêne. Peut-être ressent-elle de la pitié pour moi ? Je réfléchis longuement en me demandant ce qui peut bien la rendre si distante et pourtant, lui faire accepter ce rendez-vous ?
Mes yeux ne cessent de quitter la porte des toilettes pour femmes alors que je suis plongé dans des songes frustrants. Elle refait son apparition, on ne peut pas dire qu’elle ait vraiment changé dans son maquillage. « Tu es un homme, tu ne remarques rien de toute façon ». Elle est trop belle pour que je me concentre sur les détails. La jeune femme s’excuse et je n’en dis rien en dehors de mon sourire qui lui pardonnerait même ma propre mort de sa main. Babylone fond sur le menu, sans vraiment lancer la discussion. J’inspire lourdement et le plus silencieusement possible puis je regarde mon menu : « hmm… les tagliatelles au pesto ou celles à la carbonara sont délicieuses. Prenez ce qui vous tente le plus. »
J’observe la jeune femme, j’avais déjà fait mon choix pour ma part. Une fois qu’elle fit le sien, la serveuse vint à nous. Je commandais un vin excellent pour accompagner le repas puis nous voilà partie dans un repas plutôt… contrastés. Des plats chauds et délicieux pour une ambiance qui me rendait presque malheureux. Je n’arrive pas vraiment à tirer quelque chose de Babylone, je la sens bridée, comme si elle retenait la véritable femme qu’elle était. Je ne dis rien le long du repas, j’attends patiemment la fin. Je partis payer l’addition puis la rejoint finalement, passant mon bras autour de ses épaules. La nuit est tombée quand nous sortons. « Ouuh… ça s’est rafraichi, attendez… »
J’enlève ma veste et entoure ses épaules. « Voilà, vous n’avez pas trop froid ? » lui demandais-je en la regardant tendrement. Quand je la regarde, j’ai bien envie de l’embrasser, de fondre mes lèvres sur les siennes et savourer. Mais elle a mis tellement de distance entre nous que je doutais bien évidemment de sa réponse face à mon possible baiser. Je tente alors scruter son regard pour en percer le mystère. Je ne sais pas pourquoi mais mes lèvres trahissent mes pensées : « Pourquoi avez-vous accepter de m’accompagner ce soir, Babylone ? Je n’ai pas l’impression de vous plaire. Et je le comprendrais que ce soit le cas, je suis plus âgé que vous, je suis… fou de vous… Babylone… » J’avoue alors que je risque seulement de la faire fuir avec cet aveu.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Someone Like You - Ezelone   Someone Like You - Ezelone EmptyDim 5 Avr 2015 - 10:40

avatar
Invité
Invité

Someone Like You - Ezelone Empty

J'essayais de faire de mon mieux. De ne pas être cette fille qui saute sur tout ce bouge. Parce que oui, soyons honnête, je ne suis pas de celle qu'on invite au resto, je suis plutôt de celle qu'on invite à prendre un verre et croyez moi, ça fini toujours avec un coup dans le nez et parti de jambes en l'air dans des lieux plutôt insolites... Je devrais avoir honte ?... Pourtant j'étais là, propre sur moi, belle robe, talons et sourire gêné au bras d'un presque quadragénaire. Je m'impressionnais là. Vraiment. Je crois que je vieillissais et commençait à avoir peur de ne jamais trouvé chaussure à mon pied. Peut-être que les parties de baise avec RJ commençait à devenir plutôt bizarre. Non me fait pas dire ce que je n'ai pas dit. J'aime prendre mon pied avec RJ, lui c'est l'homme de ma vie mais je me vois mal finir mes jours avec lui, enfin plutôt je me vois mal couché avec lui par-ci par-là jusqu'au bout.
Et d'un claquement de doigt je me retrouvais légèrement séduite par les yeux doux de ce beau parleur. Je me pinçais discrètement le bras pour voir si je me trouvais bien ici, en mode prude à ne pas parler, ce qui en temps normal n'est pas mon cas, sans insinuer que je me le taperais bien après, bin ouais, il est quand même carrément canon. Mais jusqu'à quand je pourrais jouer à ce jeu là ? Ce jeu qui c'était plus ou moins imposé à moi mais que je n'avais pas refusé, oh non, loin de là... Et c'est à ce moment là, quand je pense ce genre de chose que je ne comprend plus rien à la vie. Je voulais quelque chose de simple, pas prise de tête sans engagement, et j'avais accepté ce dîner avec cet homme qui semblait avoir une vie plutôt bizarre et compliqué. Faut vraiment que j'arrête de sauter à pied joint dans la boue... Mais pour l'instant, il fallait que ej termine cette soirée comme elle avait commencée... « hmm… les tagliatelles au pesto ou celles à la carbonara sont délicieuses. Prenez ce qui vous tente le plus. » Je lui souriais. « Et bien je vais vous écoutez et prendre les tagliatelles au pesto, j'avoue n'avoir jamais goûté le pesto mais il y a une première à tout... » Ouais, non là ça suffit, je commençais à raconter n'importe quoi... Ça faisait limite insinuation et tout. Je déteste l'inconscient !.. Mais quand nos plats arrivèrent ce fut le repas le plus long de toute ma vie. Pas une parole. Juste des regards gênés par-ci par-là qui ne faisaient qu'augmenter la pression. C'était vraiment bizarre. Plus jamais ça ! Je ne suis vraiment pas faite pour être la femme parfaite, prude au bras d'un homme plus âgés. Il doit déjà une vie bien remplie à son âge, des enfants peut-être, peut-être même une femme ? Ahhh mais là déjà ça serait plut moi, maîtresse en soubrette ? Là je coche la case oui. Mais je crois que je m'emballe un peu trop...
Mais une fois le repas fini, il part payer, je me dirige vers la sortie en me triturant les doigts dans tous les sens pour maîtriser mon stress de 'qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire'. Je le voyais revenir, et moi tapoté légèrement le pied sur le carrelage pour appréhender le reste... Une fois à mon niveau, il entoura mes épaules de son bras pour m'accompagner jusqu'à la sortie. Ouais, je devais vraiment le refroidir, il n'avais plus dit un mot durant tout le repas, on semblait si loin l'un de l'autre et là, si proche, essayait-il peut-être de briser la glace ? En tout cas, tout ce que je comprenais à ça c'est qu'il tenait beaucoup à moi, sinon il aura déjà fuit en voyant ma presque hostilité. « Ouuh… ça s’est rafraîchi, attendez… » Il me lâcha pour pouvoir enlever sa veste qu'il plaça autour de mes épaules. « Voilà, vous n’avez pas trop froid ? » Je lui souris. « Merci. » Aussi bref que l'avais été avec toutes mes autres paroles. Mais le voir me lancer ce regard presque attendrissant d'un homme qui semble avoir le cœur qui bat vite. « Pourquoi avez-vous accepter de m’accompagner ce soir, Babylone ? Je n’ai pas l’impression de vous plaire. Et je comprendrais que ce soit le cas, je suis plus âgé que vous, je suis… fou de vous… Babylone… » Euh là autant vous dire que je suis sur le cul. Mais au moins, la glace était brisée... « Je.. je suis désolée. Vraiment... » Bon j'en avais marre. Je voulais pas être salope mais pas non plus être celle que je ne suis pas. Ouais, je sais, je suis personne dans ce cas... « Ezechiel, je crois que je ne suis pas celle que vous attendiez et je vous ai fait perdre votre temps.. » J’enlevai sa veste de mes épaules et lui redonne. « Mais pour tout vous dire, si j'ai été aussi... bizarre c'est parce que vous.. m'intimidez.. » Maintenant je perd la tête. Qu'elle belle soirée. Jamais à refaire ! « Désoler. Ramenez-moi chez moi, s'il vous plaît.. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Someone Like You - Ezelone   Someone Like You - Ezelone Empty

Contenu sponsorisé

Someone Like You - Ezelone Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Someone Like You - Ezelone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser