Partagez
 

 I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.   I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. EmptySam 21 Fév 2015 - 19:54

marin
marin
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 15/11/2012
Prénom : Marine/SPLEEN.
Célébrité : Nicolas Duvauchelle
Crédit avatar : odistole
Messages : 3831
Nationalité / origines : FRANCAIS
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : nope.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frat7yearslater.com/

I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. Empty

A. Jules Von Bodman


19 ANS
ALLEMANDE
MÉDECINE (OPTION PHILO)
EN N'AUCUNE IDÉE
CÉLIBATAIRE


FEAT. Sophie Turner



PARTIE I - LE CORPS SAIN ...
INFORMATION #1 ♦️ Ma garde robe.
La mode n'a jamais été innée chez Jules. Au mieux elle arrivait à marcher avec une paire de talons toute une soirée lors des événements caritatifs de la famille, mais en dehors de ça, vous ne la verrez jamais sans une paire de Doc Martens ou des Vans. A vrai dire elle possède une étonnante collection de Doc, qui a envahi la maison de son cousin Charly. Elle a un style qu'on qualifierait d'un peu grunge tout en restant assez simple. Fan des chemises bûcherons, des shorts et des t-shirts de groupes, elle a toujours un bracelet ou des breloques et ne peut pas se concentrer si elle reste sans bijoux. Le seul aspect féminin de sa garde robe, hormis deux-trois robes qu'elle réserve pour les grandes occasions, c'est son sac de cours. Un énorme sac à main dans lequel elle doit constamment fouiller pour retrouver un simple objet. En cuir tanné à la main avec des finitions en fer et une fermeture éclair usée par les années, son sac, déniché dans une friperie, est sa plus précieuse relique, elle ne s'en sépare jamais et il contient toute sa vie, de son téléphone portable à son porte-monnaie en passant par son Mac Book Air et ses écouteurs.
Elle n'aime pas trop se maquiller mais fait un effort tous les jours pour ressembler à une fille qui aurait dormi plus de cinq heures par nuit.
La seule chose qui passionne Jules en matière de vêtements ce sont les sous-vêtements. Ayant la fâcheuse habitude de passer son temps en culotte et soutien-gorge, elle a une immense collection de dessous et c'est son plus grand plaisir coupable. La dentelle rouge et turquoise étant ses péchés mignons, elle possède un nombre incalculable de pièces de ces couleurs et ne peut pas s'empêcher d'en acheter et de se pavaner avec dans sa chambre, ce qui peut être gênant lorsque son cousin, ou quiconque, débarque à l'improviste.

INFORMATION #2 ♦️ Mon hygiène.
Si avant qu'elle mette un pied en dehors de l'Allemagne, Jules était d'une hygiène irréprochable, depuis qu'elle vit chez son cousin, son hygiène laisse parfois à désirer. Les études de médecine n'étant pas des plus faciles, il lui arrive souvent de se coucher tard et de se réveiller trop tard pour ne prendre ne serait-ce qu'une douche ou de se brosser les dents. Pas très ragoûtant pour une jeune fille noble, mais c'est pour cela qu'elle a toujours sur elle une bouteille de bain de bouche et des chewing-gums. Le soir au contraire, il lui arrive de se pomponner durant des heures, du gommage à la pédicure, en passant par un bon bain chaud et relaxant en écoutant des vinyles.
Quant aux médecins, et c'est paradoxal, elle les déteste. Si elle peut éviter d'aller se faire démonter les dents, trifouiller l'utérus ou se faire enfoncer un bâton jusqu'au fond de la glotte, elle s'en passera avec joie. Disons qu'elle fait un check-up complet tous les six mois depuis qu'elle est à Los Angeles, alors qu'avant elle passait au moins une fois par semaine chez des spécialistes pour voir si rien ne clochait chez le jeune prodige.

INFORMATION #3 ♦️ Mes études//Mon emploi.
Pour Jules la médecine, c'est avant tout, une relation d'amour et de haine. Dévouée complètement à Descartes, Nietzsche et Freud, jamais elle n'aurait pensé se retrouver un scalpel dans les mains. Elle s'est inscrite en médecine pour faire plaisir à son oncle comme à son père. Et même si la médecine ne la passionne pas autant que la philosophie (matière qu'elle a en option), cela ne l'empêche pas d'exceller dans ce parcours. Car être une Von Bodman est synonyme d'excellence, quoi qu'il arrive. Il est certain que même à l'autre bout du monde, Alexander Von Bodman ne laissera jamais sa fille ruiner la réputation familiale qu'il a mis des années à bâtir.
Même si elle a suffisamment d'argent pour vivre dans la meilleure suite de l'Hôtel Braxas jusqu'à la fin de ses études, rester inactive n'a jamais été un trait de caractère persistant chez Jules. Alors pour se faire un peu d'argent, elle a décidé de travailler chez Jodie's Music Store, le magasin de ses deux cousins. Bien qu'elle ignorât l'identité des deux propriétaires lorsqu'elle a commencé à travailler, le fait d'être entourée de musiques et de pouvoir en savoir plus sur sa famille ne sont que deux des aspects les plus intéressants de son travail. Et si en plus elle peut avoir une ristourne sur les vinyles, elle ne dira pas non. Elle n'a jamais dit à son père ou à son oncle qu'elle avait un travail, étant sûre qu'ils n'apprécieraient pas qu'elle ne se concentre pas à 100% sur ses études.

INFORMATION #4 ♦️ Mon opinion sur le sexe.
Et c'est là que ça coince. Si tout le monde pense que Jules a déjà pas mal d'expérience dans ce domaine, et elle n'a jamais prétendu le contraire, la seule fois où Jules a vu un pénis, ce fut en cours d'anatomie et sur un cadavre pour s'entraîner. Depuis ce jour, son attrait pour la gent masculine n'a de cesse de reculer. Peu de personnes savent qu'elle est encore vierge, et encore moins connaissent la vraie raison. N'étant pas du genre à attendre son prince charmant, la demoiselle n'a juste jamais eu l'occasion de faire sauter sa v-card. Elle n'en ressent pas le besoin, c'est tout. Pour tout dire, elle ne connaît même pas son orientation sexuelle. Homme ou femme, elle ne s'en préoccupe pas, elle, pour ainsi dire, prend ce qu'il vient. Et au moment où la chose est sur le point d'arriver elle se défile. C'est juste que son corps est trop important pour elle pour qu'elle le partage avec tout Los Angeles.



PARTIE II - L'ESPRIT, MALSAIN ...
INFORMATION #5 ♦️ Mon sens de la spiritualité.
Même si Jules porte une croix fine en or, elle n'a jamais été croyante À partir du moment où elle a pu éviter les dimanches à l'Eglise en famille, elle a tout de suite arrêté de fréquenter Jésus. Elle s'est tournée un moment vers le bouddhisme mais n'y trouvant aucun réconfort spirituel, elle a décidé de ne plus se poser de questions et d'avancer dans sa vie avec ou sans l'aide d'un deus ex machina. Quant à la présence de la croix autour de son cou, c'est devenue une habitude de la porter, alors elle ne s'en défait jamais, presque comme une relique.

INFORMATION #6 ♦️ Mon code moral.
Chez les Von Bodman, il n'y a pas de juste milieu, c'est tout noir ou tout blanc. Et Jules a été élevé selon cette philosophie. Elle ne peut pas comprendre les motivations intrinsèques qui motivent un étranger ou un membre de sa famille à agir de façon malhonnête. On peut la penser naïve, mais elle est plutôt intransigeante et surtout très loyale, la trahison (depuis celle de sa mère et même avant) elle ne cautionne pas. C'est en partie pour cela que les gens la jugent mal et la voient encore comme une petite fille naïve qui n'a pas encore conscience que la vie peut être aussi grise. Et elle a beau dire qu'elle ne cautionne rien, son petit mensonge sur sa virginité est une belle entrave à son code moral...

INFORMATION #7 ♦️ Moi et Los Angeles.
Cela ne fait que quelques mois (depuis juillet 2014 à vrai dire) que Jules est à Los Angeles et cette ville ne fait que de la surprendre. Elle aime sa diversité, se perdre dans ses rues, sa température estivale, tout est plus grand, plus amplifié. Pour la demoiselle, Los Angeles est une ville pleine d'opportunités à saisir, de hasards et de rencontres, et elle comptait profiter pleinement de toutes les chances qui s'offraient à elle.
Elle réside actuellement chez son oncle et son cousin et compte y finir ses études, puis après, pourquoi ne pas s'y installer ? Tout est encore un peu flou dans sa tête, mais Berlin lui manque, elle ne peut s'empêcher de faire des parallèles entre sa ville d'origine et son nouveau refuge. En parlant de refuge, elle en a trouvé un, le Jodie's Music Store, un magasin de musique où elle travaille. En parallèle elle va à l'Université. UCLA est à l'image des deux dernières lettres de son acronyme. Gigantesque, pleine de surprise et de possibilités. Elle adore les cours qu'elle suit et a même envisagé de rejoindre une confrérie comme son cousin. C'est juste qu'elle ne trouve pas encore de confrérie qui lui ressemble. Mais en tout cas elle ne souhaite en aucun cas quitter Los Angeles pour le moment.

INFORMATION #8 ♦️ Mes loisirs et passe-temps.
Jules est une fille passionnée. Quand elle se lance dans une activité elle le fait à fond, c'est tout ou rien pour elle, il n'y a pas de juste milieu. Une chose à savoir sur elle c'est qu'elle ne quitte jamais ses écouteurs, la musique c'est la bande-son qui berce sa petite vie. C'est pour ça que sa principale activité est de découvrir de nouveaux groupes ou des anciens principalement dans le magasin d'Andréas et Joshua. Elle adore lire des ouvrages sur la philosophie et la médecine et participe parfois à des clubs de lecture dans des cafés pour diversifier ses activités. Niveau sport elle n'en fait aucun, plutôt grasse mat' que footing. Même si ce n'est pas une fêtarde invétérée, elle aime bien sortir de temps en temps pour se défouler. Mais ses soirées idéales se résument à de la nourriture à emporter, netflix (concept qu'elle adore!) et des cochonneries à partager entre amis. Elle passe le plus clair de son temps à la Bibliothèque Universitaire, pas encore habituée à se sociabiliser.



PARTIE III - LE MASQUE ...
PRÉNOM : Marine. PSEUDO : SPLEEN. ÂGE : vingt-ans. ANNIVERSAIRE : 04/02. GROUPE : étudiante. PRÉSENCE : as soon as possible ! NIVEAU DE RP : assez cool. OÙ AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM ? sur Bazzart. COMMENT LE TROUVEZ-VOUS ? moche What a Face ANCIEN MEMBRE DE FRAT ? SI OUI, QUI (nom + avatar) ? euuuh j'ai été Aaron Wang et Sinead Winthrop Scott. POSTE VACANT OU PERSONNAGE INVENTÉ ? : Crée à partir du lien de Charly Von Bodma,. SOUHAITEZ-VOUS VOUS INSCRIRE AU MP DE MASSE ?  Oui [X]   Non [ ] VOTRE PLUS GRANDE PEUR VIS-À-VIS DE #FRAT7YL : Qu'on mette la tête de Ferdi sur le design What a Face UN DERNIER MOT ♥️ ? I'M BACK BITCHES love
Code:
<span class="bottinpris">❧ SOPHIE TURNER </span> • A. Jules Von Bodman






Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.   I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. EmptySam 21 Fév 2015 - 19:55

marin
marin
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 15/11/2012
Prénom : Marine/SPLEEN.
Célébrité : Nicolas Duvauchelle
Crédit avatar : odistole
Messages : 3831
Nationalité / origines : FRANCAIS
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : nope.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frat7yearslater.com/

I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. Empty

VOICI MA VIE


she's got an appetite for destruction.


PARTIE IV - REVENONS AU COMMENCEMENT ...

1995 - 2011 ♦ But mother, i don't want to gropw up

Elle n’avait jamais eu de frère ou de sœur, la politique du premier enfant étant une tradition solidement ancrée dans la famille Von Bodman. Du moins dans la tête de son père.
Il n’y avait jamais eu d’éclats de joie intense dans la demeure des Von Bodman.
Il n’y avait jamais eu de partie de cache-cache effrénée dans chaque recoin de la maison. Aucune escalade d’arbres, ni de bataille de boules de neige autour de la propriété.
Il n’y avait eu qu’elle, et le silence. Toute son enfance elle l’a passée enfermée dans un bureau, devant plusieurs professeurs qui défilaient et lui faisaient la leçon. Et ce ne fut qu’à partir du lycée qu’elle put enfin mettre un pied dehors. Mais pas n’importe quel lycée, il lui fallait au minimum, le meilleur lycée de Berlin. Puis…Son parcours était tout tracé. Et même si cela n’enchantait pas Alexander Von Bodman de voir une femme reprendre le flambeau, il allait devoir s’y habituer. De toute façon il n’avait pas le choix. Alors durant toutes ces années il a façonné Jules. Il l’a modelée pour qu’elle devienne à son image. Il n’aurait jamais cru que deux-trois hormones et une rupture plus tard, sa créature allait se retourner contre lui.

Alexander Von Bodman avait rencontré sa femme, Clémence Wells à une soirée caritative. Les invités, triés sur le volet, s’étaient tous tus à l’entrée de la jeune femme. A l’époque c’était un mannequin en vogue, à l’esprit un peu trop libre. On ne l’avait jamais vu accompagnée d’un homme mais pourtant ses conquêtes féminines comme masculines ne se comptaient plus. C’était assurément une belle femme, enfin elle l’était toujours. Elle avait ce petit accent parisien qui en avait fait craquer plus d’un et ce regard mutin qui invitait toujours à l’aventure. Elle fouillait votre âme à la recherche des moindres de vos envies. C’était une succube. Mais elle en valait le coup. A l’époque, son mari l’avait regardé de loin. Jeune et téméraire, Alexander Von Bodman venait de reprendre l’entreprise de son père. Il était reconnu dans le milieu pour sa sévérité et ses exploits financiers. Mais une autre partie de son entourage, plus proche, le connaissait comme étant un séducteur invétéré, à la recherche de la plus belle conquête à exposer à son bras. Ils ne firent que se croiser durant la soirée, s’échangeant quelques mots. Jusqu’à ce qu’ils se retrouvent dans l’ascenseur. Il était derrière elle et admirait ses courbes gracieuses dans sa robe ouverte jusqu’au bas de ses reins. Il sourit. Et la vit sourire dans le reflet des portes de l’ascenseur. Il s’approcha d’elle, laissant son souffle caresser sa nuque, puis descendit une de ses mains sous sa robe. Ce fut leur premier contact. Bref mais sensuel, passionné. Puis les portes s’ouvrirent. Et ils repartirent chacun de leur côté. Sans un numéro, ni rien. Ils se revoyaient à chaque soirée caritative, chaque évènement mondain était un jeu de chasse, un jeu de séduction. Tantôt elle prenait les rênes dans les toilettes, tantôt il reprenait le contrôle, dans des parkings souterrains, sous une table. Les semaines passaient inexorablement tandis que leur jeu continuait de plus belle. Jusqu’à ce qu’il l’invite à un véritable rendez-vous.

Après cela tout s’accéléra. Il l’épousa en quatrième vitesse au bout de quelques semaines. Trois mois après elle arrêtait le mannequinat pour devenir une « femme Von Bodman ». Plus elle mettait un pied dans cette famille plus son âme était dévorée par la rigueur et la lourdeur des règles de la famille allemande. Elle voulait arrêter tout ça. Le quitter et partir. Mais ce qui l’empêcha fut sa grossesse soudaine. En tombant enceinte de Jules elle se dit qu’elle pourrait reprendre le contrôle sur sa vie. Durant les neuf mois de la grossesse Alexander avait retrouvé la flamme qu’il avait eue lorsqu’il courtisait sa femme. La famille Von Bodman était rassérénée par l’annonce de la grossesse et la laissait tranquille. Jusqu’à ce qu’ils apprennent le sexe du bébé.
Une fille. C’était une fille qui allait représenter tout l’empire Von Bodman. Ils ne pouvaient plus faire machine arrière maintenant, c’était trop tard. Tout l’héritage allait être donné à une femme. Le sexe faible. Si Alexander perdit en intérêt pour le bébé, Clémence quant à elle, l’aima encore plus. C’était un pied-de-nez à cette famille si rigide, et un allié dans cette grande maison vide n’allait pas être de refus. Mais plus l’arrivée du bébé tant attendu par sa mère, arrivait, plus Alexander regagnait en intérêt pour celle qui allait bientôt devenir son héritière. Il s’était occupé de tout, était aux petits soins avec sa femme et cette dernière espérait que leur vie parfaite était enfin de retour.

Le 19 Février, Ariel Jules Von Bodman naquit dans une des cliniques les plus privées de Berlin. Ariel car c’était le prénom préféré de sa mère, et Jules car ce fut le prénom qu’elle devait avoir si elle avait été un garçon. Un autre pied de nez envoyé au Von Bodman. L’ironie de la situation fut lorsqu’on découvrit que la demoiselle était rousse. Le père exulta de rage. Une fille, qui plus est, rousse ? On ne put demander pire humiliation pour cette famille de blonds cendrés, qui cultivait sa blondeur avec une rage aussi flamboyante que la rousseur des cheveux du nouveau née. Même si sa famille ne l’avait jamais désirée durant la grossesse, lorsqu’elle pointa le bout de son nez, Ariel fut accueillie comme un trophée. Après tout c’était une Von Bodman, et même si elle ne pourrait pas faire perdurer la lignée, enfin jusqu’à ce qu’on lui fasse signer un contrat stipulant que ses enfants devraient s’appeler Von Bodman, elle faisait partie de cette famille. De gré ou de force.
La petite fille fut chouchoutée, voire même pourrie gâtée durant toute son enfance. Elle avait tout ce qu’une petite fille rêvait d’avoir. Mais quand on ne quitte jamais la demeure familiale, avoir tout ce que l’on veut de matériel n’est plus suffisant. Elle avait besoin d’amis. Ce n’est qu’à partir de ses huit ans qu’elle eut le droit d’aller jouer avec les enfants des voisins. Elle n’avait toujours pas le droit de quitter la maison et les enfants, sélectionnés par la famille, devaient se rendre chez les Von Bodman à heure fixe, tous les mercredis et samedis. Le reste du temps, la petite Ariel attendait avec impatience ces visites, comme un prisonnier attendait les visites conjugales.

Ce n’est qu’à l’âge de douze ans, après de nombreuses moqueries de la part de ses camarades de jeux, qu’Ariel décida de se faire appeler Jules. Sa mère s’y opposa fortement, mais son père, qui s’était de nouveau intéressée à sa fille depuis qu’elle était capable de communiquer de façon claire, accepta avec joie cette histoire de prénom. Après tout, ce prénom, c’était presque comme s’il avait un fils, non ?
Jules se rapprocha fortement de son père à cette époque-là, faisant tout ce qu’elle pouvait pour lui plaire, attirer son attention. Equitation, danse, langue étrangère, cours de débat, elle se formait à la moindre des fantaisies de son père.

Jusqu’à ce qu’elle rentre dans un lycée privé de Berlin et découvre pour la première fois la capitale. Forte et fière, ravagée par son passé, mais surtout vivante. Une allégorie pour Jules. Un enfer pour son père. Le début d’une débauche pour sa mère. En sommes le début d’un voyage vers l’inconnu, qui effrayait et excitait au plus haut point Ariel Jules Von Bodman.


2012 ♦ Of course we can stay friends. I might as well set myself on fire.

« Alors…C’était comment ? »

Ce jour-là je n’avais même pas eu le temps de faire un pas dans le couloir du lycée, qu’Alix, ma meilleure amie à cette époque, m’avait déjà emmenée dans les toilettes des filles pour ce qu’elle appelait un « débriefing ».

« Je ne vois pas de quoi tu veux parler. » lui répondis-je, sachant pertinemment de quoi elle voulait parler.

Le problème c’est qu’il ne s’était rien passé. Absolument rien. Pas une petite étincelle, pas une seule caresse. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé. Mais j’avais refusé toutes les avances d’Erik, tant et si bien qu’à défaut d’avoir une vie sexuelle, il s’en était créée une de toutes pièces. Et j’étais impliquée dans son mensonge bien malgré moi. Après cela, deux choix s’offraient à moi. Soit je disais la vérité, et dans ce cas-là je passais pour la frigide et lui le menteur pathologique, où j’assumais son erreur, qui était aussi la mienne. Et puis qui n’a jamais menti sur du sexe, après tout ?

« Ah oui je vois, shy on the streets, sexy in the sheets. I get it. Mais tu sais que tu vas devoir tout me dire tôt ou tard ? » répliqua mon amie, un sourire espiègle collé sur son visage rond.

En sortant des toilettes, tout le monde savait et me regardait comme si je venais de tourner dans un film porno et que ce dernier était diffusé sur une chaîne nationale. Mais c’était bien pire que ça. Je suis Jules Von Bodman, et les filles comme moi ne sont pas réputées pour leur facilité sexuelle. Être une Von Bodman n’a jamais été aussi facile que je le laissais paraître. Tout n’était pas luxe, faste et volupté, bien au contraire. Ma vie n’a jamais été aussi minutée que depuis le jour de ma naissance. Chaque branche de mon arbre généalogique établit un ensemble de règles que toute la maisonnée doit suivre. Et si mes règles n’étaient pas aussi strictes que celle de mon cousin, elles n’étaient pas pour autant moins complexes. Je devais maintenant le niveau d’excellence de la lignée à son paroxysme et aucune déviance n’était tolérée. Et cette déviance-là, si elle arrivait aux oreilles de mon paternel, même la vérité ne me sortirait pas de ce mensonge aussi facilement.

***

« C’est fini entre nous Jules. »

Nous étions au dessert et il m’avait balancée ça sans préambule. Sans préavis. C’était une phrase perdue dans le brouhaha du restaurant. Lâche fut le premier mot qui me vint à l’esprit. Il m’avait emmenée dans le seul endroit où je ne pouvais pas faire une scène. Ou je ne pouvais pas me rebeller juste me taire. Il m’avait ôté du seul droit que je pouvais encore avoir avec lui. Celui de la parole. Il m’avait mis au silence comme tous les membres de ma famille l’avait fait. J’aurais pu me lever et faire une scène mais à quoi bon ? Je n’étais même pas censée être là de toute façon. Mais j’étais bel et bien physiquement là, assise à cette table de ce luxueux restaurant, le regard perdu dans le vide ne sachant que dire. Le laissant continuer à me détruire.

« C’est toi Jules. Ça a toujours été toi. Y a toujours eu que toi. C’est pour ça que je te quitte. Parce que je supporte pas l’idée que tu ne m’appartiennes pas complètement. »

Je relevais les yeux, me forçant à ne pas pleurer. C'était la pire des raisons pour rompre avec quelqu'un, il le savait, je le savais et je ne voulais pas lui montrer que cela pouvait m'atteindre. On en revenait toujours au même point. Le sexe, moteur de l’humanité, destructeur de passion, sujet qui fâche, qui gêne, qui enrage et qui blesse. Je ne lui avais donné aucune deadline, aucune date d’expiration, aucun espoir auquel se raccrocher. Je lui avais juste dit non. Une syllabe courte et catégorique, porteuse de sens, porteuse de désillusion.

Il s’est levé et a quitté la salle. Personne ne le regardait. Qui pourrait se douter qu’il venait juste de briser le cœur d’une fille. Mais pas n’importe quelle fille. Il venait de me briser le cœur. Il ne l’avait pas simplement brisé, il l’avait pris dans ses bras, l’avait fait miroiter lui aussi de l’espoir d’un happy ending, puis il l’avait posé délicatement par terre et avant même que le petit organe ne s’en aperçoive, il lui avait asséné le coup fatal. D’un seul geste net et précis, il l’avait coupé en deux, le laissant pourrir sur le trottoir. Nous étions le genre de personnes qui évitait le problème jusqu’à ce qu’il nous engloutisse.

Et quand je pensais qu’il n’y avait pas plus mauvaise journée, quand je pensais qu’il ne pouvait pas faire pire, il avait eu le culot de me laisser la note. J’étais tel un condamné à mort à qui on avait refusé le dernier repas. Il ne m’avait même pas laissée savourer ma dernière bouchée. Bu ma dernière gorgée.

Ce soir-là je suis juste rentrée chez moi, sans un mot ni même un sourire pour les personnes qui m’apostrophaient. Et je me suis endormie, contemplant tout ce que j’avais perdu dans le vide du ciel noir.

2013 ♦ If I had a gun with two bullets, and i was in a room with Hitler, Ben Laden and you... I would shoot you twice.

Elle danse. Le regard vide, elle ondule au fil de la musique, ne se souciant de rien, ni personne. Surtout personne. Ça c’est la Jules version 2013. La Jules sortie de l’adolescence de façon trop brutale, la Jules qui se rebelle, qui part faire la fête jusqu’à deux heures du matin. Si elle ne s’était jamais fait prendre, soudoyant les membres du personnel qui la voyaient se faufiler en douce, l’excitation qu’un de ses parents la prenne en flagrant délit la comblait de joie. Cela faisait quelques mois qu’elle s’était mise en tête de quitter Berlin. Elle allait regretter ce monde underground qui l’avait accompagné dans une nouvelle version d’elle-même. Mais en entendant de dire au revoir à la capitale berlinoise elle prenait du bon temps. Elle n’allait jamais trop loin dans ses principes, si certaines filles pensaient que se faire exploser le derrière dans les toilettes d’un club n’altéraient en rien leur pureté, grand bien leur fasse. Jules, elle n’était là que pour danser. Et boire.

Le son pulse et parcoure son corps faisant trembler tous ses membres d’une excitation ineffable. Elle ne pensait plus à rien, plus à sa parfaite petite famille qui dormait dans sa luxueuse maison éloignée de tout. Elle ne pensait pas à son téléphone qui vibrait dans sa poche, signe que le chauffeur qui l’attendait depuis bientôt trois heures à l’extérieur, commençait à s’impatienter. Au contraire, elle voulait faire durer le moment, le transformer en une éternité, un motif qui se répèterait à l’infini. Lorsque la musique vint à se terminer, la jeune rousse, qui avait fait se retourner plusieurs hommes en se faufilant jusqu’au bar, commanda son verre habituel. Elle avait fait la connaissance du barman, Damian, qui peu à peu l’avait introduite à tout le staff du club. Elle était devenue ce qu’on appelait dans le jargon, une habituée du lieu, et avait eu le privilège, surement à cause de son nom, de ne payer aucune consommation. Il faut dire qu’elle avait ramené pas mal de monde depuis sa récente ascension sociale au sein de son lycée. On ne couche pas, même pour de faux, avec Erik Zimmerman sans en assumer les conséquences. Ou plutôt les avantages. Jules côtoyait désormais l’élite, le plus fin du gratin et pour une fois ce n’était pas son nom qui l’avait mené jusqu’ici. Seulement de faux exploits sexuels, mais quand on est une Von Bodman tous les moyens sont bons pour avoir ce que l’on désire. Et plus que tout Jules désirait être une tornade. Une tempête qui détruirait tout sur son passage. Elle voulait être enviée encore plus qu’elle ne l’était, elle voulait provoquer, charmer, choquer… Elle voulait vivre pour elle-même et pas pour un simple patronyme.

« Un mojito, s’te plaît. » lança-t-elle à son ami qui s’empressa de lui servir son verre.

Elle le vide cul sec. Puis un autre. Et encore un autre. Tant et si bien qu’elle ne les compte plus et les avale tout simplement, sans se soucier de rien. Tel est son mantra d’adolescente désabusée. Au bout d’un moment, alors qu’elle est de nouveau sur la piste de danse et que sa danse devient de plus en plus lascive, elle sent une main se poser sur son épaule. S’empressant de se retourner elle tombe sur Damian.

« On devrait peut-être faire quelque chose pour toi. » lui dit-il en souriant.

Elle se laisse faire, lui souriant en retour. Alors il l’emmène dans les toilettes des hommes, toujours moins bondés que ceux des femmes. Plus elle marche à ses côtés, plus elle se sent nauséeuse et lorsqu’ils arrivent enfin devant la porte des toilettes elle se jette à l’intérieur ouvrant une des portes au hasard. Une main devant la bouche, elle s’interrompt aussitôt devant la scène qui s’offre à ses yeux.
Un homme debout, pantalon baissé appréciant le spectacle que lui offre une femme, à genoux. Il ouvre les yeux et réalise qu’ils ne sont plus seuls, tapotant la tête de la femme qui se relève aussitôt, essuyant du revers de son bras, des miettes de son quatre heures. Elle se retourne et… Fait face à sa fille. Qui, faute de mieux, lui vomit sur les pieds.

***

Après l’incident du club, Jules n’avait dit mot. Elle avait juste regardé sa mère avec mépris à plusieurs reprises, surtout quand elle tentait de lui parler. De la raisonner. Mais Jules n’était pas si dupe. Et avait prévenu sa mère que si elle revoyait ce bellâtre ou n’importe qui d’autres, elle se ferait un malin plaisir de tout révéler à son père. Elle qui craignait une colère du patriarche n’attendait maintenant plus que ça. Sans une pointe d’amertume. Même si elle n'était pas très famille, Jules ne voulait pas être la personne qui allait faire exploser le parfait portrait de famille. Pourtant elle dut s’y résoudre lorsqu’elle surprit sa mère en train d’envoyer quelques photos à un de ses amants. Jules arracha le téléphone de sa mère de ses mains et fonça, courant presque à travers les longs couloirs de la demeure, jusqu’au bureau de son père où elle enferma, elle et son père, à clé, entendant déjà les coups de poing de sa mère contre la porte massive en chêne.

« Elle te trompe depuis le début ! » fulmina la fille en balançant le téléphone sur le bureau de son père.

Ce dernier, posa les papiers qu’il était en train de lire sur un coin de son bureau, remonta ses lunettes fines sur son nez et jeta un bref coup d’œil aux photos accusatrices. Il reprit alors ses papiers et sans jeter un œil à sa fille, lui dit d’une voix calme :

« Je sais. »

La demoiselle fut surprise face à sa réponse. Comment pouvait-il être au courant de cette affaire, de cette trahison et n’avoir rien fait ? Comment avait-il pu regarder, manger, respirer, vivre avec une femme qui ne s’épanouissait qu’en présence d’hommes plus jeunes ? Comment avait-il pu être aussi conciliant alors que chaque erreur de Jules était sévèrement réprimandée ? Trop stupéfaite pour ajouter un mot, elle se laissa tomber sur un fauteuil, sa tête entre ses mains.

« Je comprends ta surprise. Je l’ai été tout autant lorsque j’ai découvert que ta mère me trompait il y a de cela quelques années. Mais nous sommes des Von Bodman. Nous ne pouvons pas nous permettre un tel scandale. Cela ruinerait l’image de l’entreprise. »

Jules se leva d’un bond, furieuse.

« Alors tu laisses sucer tous les gamins du coin dans un club miteux juste pour ne pas avoir à affronter deux-trois commères ? Mais comment peux-tu être assez stupide pour la laisser faire ça ? »

« S’en est assez. Retourne dans ta chambre et rend son téléphone à ta mère. Et n’oublie pas de finir tes devoirs. » acheva Alexander Von Bodman, n’ayant pas quitté les yeux de ses contrats, sa main droite par contre avait froissé le papier, preuve de son agacement naissant.

Jules toisa son père, essayant d’obtenir une autre réaction que l’indifférence. Mais rien ne sortit de la bouche de son père. Alors elle tourna simplement les talons, ouvrit la porte, contemplant sa mère qui s’était recroquevillée par terre et qui pleurait à présent. Elle ne lui adressa pas un regard de plus et marcha droit vers sa chambre. Puis elle prit un sac, mis son ordinateur dans sa sacoche, enfila une  veste au hasard et quitta les lieux. Sur le chemin qui la menait à la sortie de la propriété elle croisa la gouvernante, Rosa.

« Où allez-vous Jules ? »

La demoiselle ouvrit la porte de la voiture, et avant de la refermer s’adressa à la domestique.

« A Los Angeles. »

Elle claque la portière.

2015 ♦ The right guy, he's out there. I'm just gonna go kiss a whole bunch of losers to get him.

« Bonjour, je suis venue postuler suite à votre annonce sur le journal. »

Lorsqu’elle entra dans la boutique, Jules fut prise d’un sentiment familier. Elle n’arrivait pas à mettre le doigt dessus, mais à la minute où elle avait mis un pied dans le magasin, elle savait qu’elle s’y sentirait bien. Elle avait trouvé l’annonce au hasard au gré de ses recherches d’un petit boulot après les cours. Bien entendu elle n’avait rien dit à son cousin, ne voulant pas être pistonnée encore plus qu’elle ne l’était par son patronyme en lui-même. Mais chaque entrevues auxquelles elle était allée, s’étaient déroulées de la même façon, dès que l’employeur voyait son nom, son attitude changeait, entre fascination et dégoût. Apparemment les Von Bodman avaient une réputation plutôt mitigée à Los Angeles. Mais pour celle-ci elle avait décidé de biaiser un peu les règles du jeu. Elle avait indiqué sur son CV le nom de jeune fille de sa mère, anonyme et passe-partout. L’entretien s’était déroulé sans aucune anicroche et elle rentra chez les Von Bodman juste après. Son oncle, très soucieux du bien-être et de la sécurité de sa nièce lui avait fait affréter une voiture, qui ressemblait plus à une limousine qu’une simple voiture, ce qui n’avait pas facilité ses déplacements qu’elle aurait voulus moins…tape-à-l’œil. Si à Berlin elle assumait le faste de sa famille, à Los Angeles elle voulait se sentir anonyme, elle voulait être une typique girl-next-door. Mais elle déchanta vite la première fois qu’elle s’installa chez son cousin.

***

Jules n’avait jamais prévenu son oncle et son cousin qu’elle arrivait. A la base elle avait choisi Los Angeles sur un coup de tête. Paris c’était trop commun. Londres trop gris. Ibiza trop vu. Sans parler d’Hawaii ! Elle n’était pas prête à partir en Asie. Alors les Etats-Unis lui étaient apparus comme une évidence. C’était grand, c’était loin et surtout c’était un bon moyen de recommencer à zéro. Lorsqu’elle arriva à l’aéroport et qu’elle acheta son billet, se demandant bien comment elle allait survivre si son père décidait de lui couper les vivres après sa fugue, elle essaya de se remémorer toutes les personnes qu’elle connaissait qui habitaient à Los Angeles. Mais rien ne lui vint en tête. Tant pis, elle verrait bien sur le coup.

C’est confortablement installé dans son siège en première classe que la réalité frappât Jules en pleine face. Bien sûr qu’elle connaissait quelqu’un à Los Angeles ! Son cousin Charly y habitait depuis quelques temps, maintenant. Cependant, elle n’avait aucun numéro, aucune adresse et dans les airs il lui était difficile de trouver des renseignements utiles. Le vol, quant à lui, lui sembla durer une éternité, son seul avantage fut qu’elle put se gaver de nourriture et de films pour passer le temps. Mais plus l’avion se rapprochait de sa destination, plus elle était anxieuse. Une partie d’elle lui disait de retourner à la maison, que le monde était trop grand pour une fille comme, mais ses yeux brillaient déjà d’excitation à l’idée de conquérir une nouvelle ville.

Après 15h de vol, et une expulsion nonchalante de son refuge d’acier, Jules Von Bodman connut ses premiers émois angéliens. C’était une chose de partir sur un coup de tête, s’en était un autre de devoir se débrouiller seule dans une ville aussi immense. Sa quête d’un taxi fut incroyablement longue, aussi incroyable qu’on puisse le penser compte tenu du fait qu’elle se trouvait dans un aéroport. Son seul éclair de génie fut d’aller échanger ses euros en dollars pour pouvoir payer ledit taxi.

« Je dois aller chez les Von Bodman. » hasarda-t-elle dans un anglais aux sonorités allemandes, qui sait il l’amènerait peut-être au domicile de son cousin.

Elle déchanta vite quand l’homme la déposa devant un énorme building d’où des dizaines de personnes entraient et sortaient. Elle souffla un bon coup, paya le taxi – qu’elle trouva exorbitant – puis quitta la voiture. Elle passa les premières portes avec facilité et se dit que finalement ça allait être facile de contacter son oncle. Arrivée à l’accueil, elle répéta mentalement la phrase qu’elle venait de répéter pour sonner le plus américain possible à la secrétaire qui ne lui adressa même pas un seul regard.

« Bonjour je voudrais voir Charly ou Justus Von Bodman pourriez-vous m’indiquer leurs bureaux ? »

La jeune femme leva la tête, la toisa de haut en bas et lui dit :

« Vous avez un rendez-vous ? »

La jeune allemande fit non de la tête. La secrétaire lui lança un regard agacé.

« Mais je le connais personnellement ! » s’exclama Jules.

« Tout le monde connaît Monsieur Von Bodman personnellement. » ironisa la secrétaire.

Jules commençait à perdre patience. La secrétaire également. Si l’une faisait son job, l’autre n’acceptait pas qu’on lui dise non, avantage ou inconvénient d’être née une cuiller en or plaqué dans la bouche.

« Mais j’ai VRAIMENT besoin de voir monsieur Von Bodman. Vous n’avez qu’à l’appeler ! Faites votre boulot, merde ! »

La secrétaire cligna des yeux une demi-seconde et elle n’eut qu’à faire un geste de la main pour que deux gorilles arrivent aussitôt, et se placent de part et d’autre de la rousse.

« Veuillez escorter cette demoiselle jusqu’à la sortie. » ordonna l’employé.

Lorsqu’on l’empoigna, Jules, qui d’habitude savait toujours garder son calme, commença à vociférer en allemand une série de phrases qu’il n’aurait pas été très bon de traduire. Ce fut à ce moment-là que Justus Von Bodman en profita pour sortir de son bureau, étonné par tout ce tintamarre. Bon timing. Lorsqu’il reconnut la langue et vit une chevelure rousse se débattre, il n’eut qu’à dire un mot pour que la scène se stoppa soudainement. Tout le monde retint son souffle, les agents de la sécurité lâchèrent la demoiselle qui leur sourit avant de se retourner vers son oncle.

« Ariel ? » s’exclama-t-il, étonné de voir sa nièce ici. Il balaya la pièce cherchant son frère du regard. Aucune trace. Il reporta son attention sur la demoiselle.

« Que fais-tu ici ? » s’adressant à elle en allemand.

Voyant que tout le monde les regardait, il l’invita à commencer cette discussion dans son bureau. Jules lui expliqua tout, n’omettant aucun détail. Après tout elle voulait commencer sur de bonnes bases avec cet oncle qu’elle n’avait pas vu depuis des années. Les deux frères s’étaient brouillés à cause d’une histoire d’héritage et Charly et Jules n’avaient eu que peu d’occasions de se voir, même de se croiser. Et même si elle avait eu peur que son oncle la rejette, ce dernier l’accueilli avec gentillesse, aussi rapidement que possible. A croire qu’il n’était pas aussi vil que le portrait qu’Alexander avait décrit à sa fille. Au contraire, elle le trouva calme, serein, face à l’ouragan qui venait bouleverser sa vie.

Dès qu’elle eut mis un pied dans la demeure des Von Bodman, ce fut Justus qui prit en charge la demoiselle. De son éducation à son emploi du temps, en passant par son visa étudiant, il traita la demoiselle comme si elle était sa fille. Et les anciens mécanismes, les bonnes vieilles habitudes refirent bien vite surface. Jules faisait tout pour plaire à son oncle, et ce fut le cas lorsque la demoiselle s’orienta vers la médecine au lieu de la philosophie. Ce fut également le cas lorsqu’elle passa du temps dans l’entreprise de son oncle, au plus grand dam de son père qui n’avait jamais réussi à intéresser la demoiselle. En parallèle, la demoiselle tentait de se reconstruire petit à petit, loin de sa folle vie berlinoise.
(C) TUMBLR

FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.   I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. EmptySam 21 Fév 2015 - 20:05

avatar
Invité
Invité

I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. Empty

Cette beauté excited excited
Rebienvenue chez toi. KEUR KEUR KEUR I love you
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.   I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. EmptySam 21 Fév 2015 - 20:15

Madison T. Fawcett
Madison T. Fawcett
Sage comme une image
Sage comme une image
Age : 26
Date d'inscription : 14/11/2013
Célébrité : J. Shrader Lawrence.
Crédit avatar : gorgeousmali
Messages : 4552
Nationalité / origines : Ecossaise, visa étudiant.
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Master de sexologie - Cinquième année
Job/Métier : Assistante personnelle de Saul "Ace" Cassidy
Adresse de résidence : Westwood.
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Jay & Gia & Logan & Heather
Voir le profil de l'utilisateur

I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. Empty

VON BODMAN love Enchantée pervers
Bon courage pour ta fiche love


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.   I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. EmptySam 21 Fév 2015 - 21:05

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. Empty

Alors comme ça j'ai une nouvelle cousine et en plus elle est canon ? QUI PLUS EST, travaille dans ma boutique ? T'es grave la (re)bienvenue toi loukas finis vite cette fiche pour que je découvre davantage la demoiselle héhé (non ce n'est pas un ordre, je ne suis pas comme ça Arrow). love



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.   I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. EmptySam 21 Fév 2015 - 21:21

M. Clarence Burns
M. Clarence Burns
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Age : 27
Date d'inscription : 11/03/2013
Prénom : Sonia
Célébrité : Chris Hemsworth
Crédit avatar : hepburns
Messages : 1106
Nationalité / origines : Américaine
Situation : En couple
Avec qui ? : Leaven Campbell depuis deux ans.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé d'un Master en Zoologie
Job/Métier : Soigneur, responsable du secteur félin au zoo de L.A.
Adresse de résidence : Appartement 6859, Garland Avenue, Downtown
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Lysander E. Foster
Voir le profil de l'utilisateur

I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. Empty

Du coup plus de Sinead ? bouh bouh
CE PERSONNAGE VA ENVOYER DU PATE, de toute façon il faudra (encore) un lien avec Lys. siffle Rebienvenue ma belle ! crazy


And all the helpless souls within her drowned. All save one. A lady. Whose soul is greater than the ocean, and her spirit stronger than the sea's embrace. Not for her a watery end, but a new life beginning on a stranger shore. It will be a love story. For she will be my heroine for all time.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.   I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. EmptySam 21 Fév 2015 - 23:08

Valery S. Belemi
Valery S. Belemi
Héros(ïne) d'antan
Héros(ïne) d'antan
Age : 23
Date d'inscription : 15/11/2012
Prénom : Loïc
Célébrité : Holden Lower
Crédit avatar : yonna
Messages : 6008
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Ma main droite.
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : première année en langues Étrangères (option français)
Job/Métier : aucun job à l'horizon.
Adresse de résidence : quelque part sur le campus (pour le moment, le temps qu'il prenne ses marques et se trouve un appartement en ville)
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. Empty

Welcome back BITCH pervers
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.   I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. EmptySam 21 Fév 2015 - 23:29

Mana'arii Baldwin
Mana'arii Baldwin
À votre service
À votre service
Age : 24
Date d'inscription : 21/04/2014
Prénom : Razowski
Célébrité : The Great Woolston
Crédit avatar : Feu Ardent (a) endlesslove (s)
Messages : 3244
Nationalité / origines : Américain. Il est né à Honolulu mais il a passé toute son enfance et son adolescence sur Maui, une île de l'archipel d'Hawaï
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Job/Métier : Il est en deuxième année d'histoire. Il voudrait se spécialiser dans l'étude des peuples d'Océanie.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur

I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. Empty

Avouez que c'est quand même la plus belle cousine du monde loukas loukas ne soyez pas jaloux
REBIENVENUE, bon courage pour cette nouvelle fiche et encore merci d'avoir pris mon lien bouh love love love


    Ka Pua Maila I Ka Mauna

    There is pleasure in the pathless woods, there is rapture on the lonely shore, there is society where none intrudes. By the deep sea and the music in its roar. I love not man the less, but Nature more.©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.   I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. EmptySam 21 Fév 2015 - 23:38

Reese Wayland
Reese Wayland
Le destin entre les mains
Le destin entre les mains
Age : 28
Date d'inscription : 11/02/2014
Prénom : Anaïs/Madness
Célébrité : ANCIENNEMENT PHOEBE TONKIN
Crédit avatar : twisted lips
Messages : 581
Nationalité / origines : Australienne/Américaine
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : 8ème année en Gynécologie
Job/Métier : Assistante de Paul Bitemignon au L.A Hospital.
Adresse de résidence : Résidence universitaire pour le moment.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Non
Voir le profil de l'utilisateur

I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. Empty

RIP jolie Sinead T_T

REEE FEMME ** ** sex calin1 excited kiss kisss smirk fall disco



Hear the sirens in the air. All the warning signs were there. When I feel your touch it burns my skin, echoing sublime it spreads within and I should cut all the ties. Let it burn and walk away from you. This predator I let in knows my heart. There's nothing I can do.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.   I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. EmptyDim 22 Fév 2015 - 10:00

avatar
Invité
Invité

I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. Empty

Qu'est-ce qu'elle est belle Sophie bave

welcome back!
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.   I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. EmptyDim 22 Fév 2015 - 12:40

Kai Norton
Kai Norton
Dieu du stade
Dieu du stade
Age : 25
Date d'inscription : 16/04/2014
Prénom : Anaïs alias Nana
Célébrité : Adam Gallagher
Crédit avatar : Poetically Pathetic
Messages : 5264
Nationalité / origines : Américain
Situation : En couple
Avec qui ? : Gia Leonetti
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Sport-études basket ball + 6e année en Management
Job/Métier : Vendeur chez Foot Locker (Walmart) durant son temps libre
Adresse de résidence : Loft à Santa Monica, avec grace
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Eden
Voir le profil de l'utilisateur

I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. Empty

Une Von Bodman, on est foutus ! mdr Bon courage pour ce perso **


FRAT LOVE:
 


I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. 15010401232481345

CLIQUES SUR LE COW BOY I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. 1601312334
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.   I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. EmptyMer 25 Fév 2015 - 21:12

marin
marin
À votre service
À votre service
Age : 23
Date d'inscription : 15/11/2012
Prénom : Marine/SPLEEN.
Célébrité : Nicolas Duvauchelle
Crédit avatar : odistole
Messages : 3831
Nationalité / origines : FRANCAIS
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : nope.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frat7yearslater.com/

I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. Empty

estelle. marchiiiii ,je suis passée du côté roux de la force même avec mes personnages :haaa:

camille. FAWCETT, l'honneur est partagé smirk

eugénie. T'as vu comme t'es chanceux et en plus je pourrais même pas t'attaquer en justice pour harcèlement sexuel (enfin j'espère pas siffle )

sonia. Sinead est repartie vivre en Nouvelle-Zélande parmi les hobbits siffle OUI IL NOUS FAUT TROP UN LIEN ! je viendrais squatter ta fiche à nouveau siffle

loic. i'm not a bitch, i'm the bitch and for you i'm MRS the bitch Cool

liz. à l'image du cousin le plus cool du monde :haaa: j'étais obligée de prendre ton lien, je m'en serais voulue d'être passée à côté **

anais. FEEEEEEEMME crazy thea

thomas. oui je suis amoureuse bave kneel merci !

anais. allez cette fois-ci y a moyen de s'arranger et d'être sympa entre nous Cool ou pas Arrow VON BODMAN UNIS CONTRE L’ADVERSITÉ !

bon ben voilà j'ai enfin fini ma fiche, ce fut dur, ce fut long comme ma.... Cool




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.   I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. EmptyJeu 26 Fév 2015 - 19:53

Lola C. Sandstrøm
Lola C. Sandstrøm
À votre service
À votre service
Age : 33
Date d'inscription : 20/11/2013
Prénom : Marie
Célébrité : Ebba Zingmark
Crédit avatar : Feu ardent
Messages : 2535
Nationalité / origines : Finlandaise
Situation : Célibataire
Avec qui ? : avec ma solitude
Orientation sexuelle : Homosexuel(le)
Etudes/études passées : Stylisme
Job/Métier : fait le ménage chez Charly / travaille dans une boutique de marque
Adresse de résidence : Downtown - En coloc avec Alice et Grace
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : non
Voir le profil de l'utilisateur

I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. Empty

FICHE VALIDÉE


FÉLICITATIONS, TU AS RÉUSSI


JE M’APPELLE ... LOLA C. SANDSTRØM
Etude de cas. Marie. 28 ans, 28 dents. Cheveux soyeux, oeil brillant. Préfère écrire, lire et dessiner à bouger. Mord en CB en signe d'affection. Gifle en rp. Aime la bière belge. Voudrait élever des lamas, être un springbok et ré-équilibrer le cosmos en cultivant le désordre. Vous mordille bien (et fort) dans le cou.




FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER


J'ai beaucoup aimé croiser un personnage féminin qui ne se soucie de la mode et de se pomponner que de façon "accessoire", tu mets en avant d'autres aspect de Jules, c'est super chouette.

Je ne sais pas trop qui de son père ou de sa mère je déteste le plus, mais j'espère, j'espère vraiment que Jules va apprendre à ne pas vouloir sans cesse satisfaire les "mâles" de sa famille (bon, à la limite, elle peut être pote avec Charly, ça va, ça, j'accepte)

Breeef... avec tout ça, Lola fait peut-être aussi le ménage dans la chambre de Jules, maintenant >< . C'est pas juste, une rousse riche! Vraiment pas!!!

Bon jeu parmi nous avec ce personnage!
→ prendre ses repères ←
Félicitations, petit Padawan ! Te voilà maintenant validé, et prêt à intégrer la communauté de Fraternities, Seven Years Later ! Fini, la solitude, bonjour, le flood, le rp, les amis, les liens, la chatbox ! (Enfin, vous l'aviez déjà, avant, celle-là ) Fini les longues fiches à remplir et à rédiger, bonjour les fiches de liens et les coins détente ! Dorénavant, vous êtes l'un des nôtres. N'oubliez donc pas, en conséquence, de bien recenser votre avatar, de bien (re)lire les règles pour vous assurer que vous les avez toutes en tête, et surtout, de vous amuser sur le forum !

Vous trouverez ici un petit message dont le seul but est de vous guider à travers le forum donc n'hésitez pas à vous en servir pendant l'intégralité de votre séjour !

Encore une fois, félicitations, et bienvenue, un ou une réceptionniste viendra sous peu vous prendre sous son aile. En attendant, n'hésitez pas à commencer à vous familiariser avec vos pairs et à débuter le jeu sur Frat (ceci commence d'ailleurs de suite par une visite sur notre page Facebook et une adhésion à notre groupe Facebook !)

L'équipe administrative à son grand complet.


CE CONTENU EST LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DE
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER. TOUTE REPRODUCTION
NON AUTORISÉE, PARTIELLE OU TOTALE, EST PROSCRITE.

TEXTE © ALOU
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.   I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. Empty

Contenu sponsorisé

I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
I want a guy to look at me the way Channing Tatum looks at Jonah Hill after he shoots that guy in the dick.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La psychiatrie s'invite à l'Elysée
» [UPTOBOX] Underworld : Nouvelle ère [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Hamburger Hill [DVDRiP]
» In my Time. Dick Cheney.
» Coup de bluff à Notting Hill

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Les dossiers archivés-
Sauter vers: