Partagez | 
 

 the (wrong) time for somebody new + (OXEED)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Mer 29 Avr 2015 - 20:37

avatar
Oxanna Sterling-Woods
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 27
Date d'inscription : 17/11/2014
Prénom : Isa
Célébrité : Adelaide Kane
Crédit avatar : razowski (chacha)
Messages : 1171
Nationalité / origines : américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : sa collection de talons hauts
Orientation sexuelle : Asexuel(le)
Etudes/études passées : Sociologie + 4e année
Job/Métier : héritière
Adresse de résidence : westwood
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur


It's the wrong time
For somebody new
It's a small crime
And I got no excuse ( + )

   
Entre deux cours, Oxanna a senti son coeur lui échapper. Ses gestes et ses paroles ne sont plus siennes. Cette sorcière n'est pas elle. Cette fille haute perchée qui juge et qui critique, cette perruche qu'elle crée pour se détacher de la réalité. Celle personne n'est pas elle, pourtant Anna s'y accroche, pétrifiée de la vie sans les mensonges et les faux-semblants. Elle a créé ces remparts et s'y cloître depuis toujours, n'ayant pas le courage de montrer qui elle est, n'ayant pas la force de s'aimer aux yeux de tous, croyant que c'est mieux d'être détestée pour ce qu'on est pas que pour ce que l'on est vraiment. Ses entrailles sont nouées, sa gorge est coincée. Les gens ne jouent pas le bon jeu. Ils vont perdre la partie alors qu'Oxanna Sterling y perdra son âme.

Ses doigts tremblent. C'est vendredi, c'est le jour où l'ancienne Anna aurait fait des conneries jusqu'à ce que la soirée tombe dans le néant. L'ancienne Anna, destructive, provocatrice, révoltée. L'ancienne Anna, qui voulait échapper aux horreurs du vendredi, qui voulait chasser l'odeur des cigares et du scotch qui empestent sa demeure, qui forcent ses lèvres, qui forcent...

Oxanna ferme les yeux pour ne pas laisser voir les doutes qui la surprennent, là, devant tous ces gens. Elle voudrait être sauvée, pouvoir se retrouver. Égoïstement, elle pense à celui qui la connait le mieux, celui qui détient dans ses yeux les réponses à ses doutes. Anna sait qu'avec Reed, tout ira bien. Quand il est là, elle ne pense pas au passé, mais au futur. Quand il est là, il la ramène sur terre, la garde hors de ce cercle malsain où elle se fait du mal en refusant d'être elle-même. Reed ne juge pas, malgré l'étrangeté de la situation.

C'est après quelques minutes de taxi qu'Oxanna Sterling débarque sur le pas de la demeure Gallagher et Fille. Généralement, elle laisse savoir qu'elle va passer, ne voulant pas déranger, sauf qu'aujourd'hui, elle a besoin de voir Reed, de se raccrocher à celle qu'elle est quand il est là. Elle n'a pas prévenu, ne voulant pas se heurter, si pour une raison ou une autre, Reed était aujourd'hui occupé. À cette heure, il devrait être rentré, il y a Amy, il y a la vie, c'est vendredi.

Hésitant à sonner, la peur se creuse un terrier dans le ventre d'Oxanna. Et si Reed n'y était pas, et s'il y était avec quelqu'un... « Nanaaa. » Crie une voix de gamine enthousiaste, s'accrochant à la jambe d'Anna. Les yeux de la jeune femme se baissent jusqu'à la silhouette miniature d'Amy qui l’accueille comme il se doit. Ça fait sourire Anna, elle qui habituellement, n'aime pas les enfants. Mais Amy, c'est différent. Elle n'a pas à se forcer, ça lui vient naturellement. Malgré la différence d'âge, Anna se surprends toujours à embarquer dans les jeux d'Amy, s'amusant d'un plaisir sincère, pour toutes ces fois où elle jouant seule dans son palais, à l'abri des autres enfants, enfermée par un tyran.

La main d'Anna est prise par Amy qui réclame d'être poussée sur la balançoire, racontant tout en marchant ce qu'elle a appris aujourd'hui. Reed n'est pas en vue, étant probablement à l'intérieur alors qu'Amy s'amusait dehors. Oxanna rigole des histoires abracadabrantes d'Amy, sachant que tout semble beaucoup plus grand quand on est petit, que les couleurs sont plus vibrantes, que les personnages sont plus exubérants. « Mamaaaan » S'exclame Amy, envoyant la main à une fine silhouette qui sors de la maison. Anna sens un regard la brûler. Pour ne pas sembler impolie, elle envoie la main à Sarah, alors que cette dernière ne lui accorde pas un mot, pas un regard, ayant probablement été à l'intérieur avec Reed depuis tout ce temps. Oxanna ne sait plus où se placer. Sarah a toujours été ... compliquée, pense la jeune femme. Amy cours dire aurevoir à sa mère, avant que cette dernière ne retourne à l'intérieur, dire quelques mots à Reed, se préparant à laisser sa fille pour le week-end. Anna n'ose pas s'imaginer de quoi ils parlent, Anna refuse de les imaginer ensemble, dans la même pièce. Elle ne veut pas voir comment Reed regarde Sarah. Peut-être qu'elle est partie, peut-être qu'elle toujours à l'intérieur, Oxanna se concentre sur Amy qui l'invite à s'asseoir sur le sol pour tresser les pissenlits qui poussent indésirablement contre la clôture de la cour arrière. Anna ne pense pas, certainement pas, à Reed et Sarah.


nothing scares me anymore
⊹There she was my new best friend. High heels in her hands, swayin' in the wind While she starts to cry, mascara runnin' down her little Bambi eyes (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Jeu 7 Mai 2015 - 3:12

avatar
Reed Gallagher
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 25/07/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Jamie Dornan
Crédit avatar : (a) Razowski (s) Solosand
Messages : 1841
Nationalité / origines : Américain. Originaire d'Irlande.
Situation : Divorcé(e)
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en journalisme et en sciences politiques à l'UCLA.
Job/Métier : Rédacteur en chef du Los Angeles Times depuis fin 2014.
Adresse de résidence : Maison à Santa Monica.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron, Alice, Andreas & William.
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/


L'odeur des pommes de terre cuites mélangées à la crème, au fromage et aux lardons emplit la cuisine et se propage même jusqu'au salon, là où Reed est actuellement en train de discuter affaires avec Stanislas. Ancien collègue au Times et bon ami de la famille, le grand Suédois naturalisé vivant désormais de l'autre côté du continent est l'un des rares ayant réussi à découvrir Reed quand ils étaient encore dans les mêmes bureaux, fait rare quand on sait à quel point l'homme tient à garder sa vie privée silencieuse dans ces locaux. La discussion lui arrache quelques sourires, notamment lorsqu'ils évoquent la récente nouvelle à propos du mariage d'une commune connaissance, l'un de ces hommes qui ont une fois juré n'être absolument pas fait pour l'union sacrée, et puis... finalement. Finalement l'amour frappe. L'homme abaisse la garde et détend la pression, communément appelée fierté. Ce qui est pourtant si sérieux et même beau ne peut qu'amuser les deux amis spectateurs.

Un coup de sonnette et le voilà en train de raccrocher, presque trop brusquement, mais Stan lui-même sait à quoi correspond ce bruit. Il le pardonne alors de s'échapper aussi promptement et lui souhaite une bonne soirée. Déjà, le père impatient ouvre la porte et reçoit dans ses bras une fillette grandissant de jour en jour, bien trop vite. « Salut jeune fille. C'est pour quoi ? » Amelia lève les yeux au ciel en riant, le visage bientôt dissmulé dans ce cou mal rasé et pourtant immanquablement parfumé à l'eau de Cologne. « Excuse-nous pour le retard. On ne retrouvait pas Linton et tu comprends... » Il comprend, oui, que sa fille ne supporte pas de passer une nuit sans cette peluche sacrée en forme de mouton à tête noire. Un sourire vague sur les lèvres, Reed vient embrasser la joue de Sarah pour la saluer. « Vous êtes toutes pardonnées mesdames. » Déclare le plus vieux en croisant le regard de son ex-femme pendant un temps infiniment – trop – court, qu'il quitte pourtant en premier. « Je vais jouer dans le jardin ! » Aussitôt prévenus, aussitôt abandonnés, l'un à l'autre. Reed invite Sarah à rentrer pour discuter, ce qu'elle accepte après une hésitation qui marque le caractère brisé encore de leur relation. Les semaines passent, presque toutes rythmées par les venues de Sarah jusqu'à cette demeure dans laquelle elle n'a finalement pas eu le temps de régner. Cette demeure qui, sans la pièce maîtresse qu'était cette femme, peine à voir un homme s'épanouir complètement en son sein. Tout le monde le sait, tout le monde le devine, Reed n'est jamais mieux ailleurs que dans son bureau de rédacteur, situé en centre ville. Cette maison était un projet de vie commune ; symbole désormais d'un échec inoubliable. Aussi secrète soit cette vérité, le trentenaire ne peut pas nier combien il aime ces moments quand elle est là, auprès de lui, entre ces murs. Entre leurs murs. Toujours. Combien ses sourires et sa fragrance sont la plus belle ambiance qui puisse y habiter.

Et puis, vient le moment où tout se dérobe sous ses pieds, quand elle annonce son départ. Quand il l'embrasse à nouveau, amèrement, sur cette joue et que sa silhouette passe l'encadrement de la porte. Sans un mot, il laisse faire, regarde sa progéniture venir serrer sa mère dans ses bras avec, malgré tout, un air béat. Deux journées et trois nuits merveilleuses. Deux journées et trois nuits qui, malgré tout, passent vite. L'inattendu pointe cependant le bout de son nez au moment où il s'y attend le moins, alors qu'il tourne déjà les talons, quand la trentenaire revient sur ses pas visiblement contrariée. Les mots butent contre ses lèvres, mais parviennent en fin de compte à sortir. « Tu passes la soirée avec cette fille ? » A l'évidence, il ne peut cacher la surprise suite à ces paroles. « De quoi tu parles ? » « La fille Sterling. Je crois qu'elle t'attend dehors. » Mais cette attestation a plus l'allure d'une interrogation, néanmoins difficilement perceptible pour un homme presque trop terre à terre tel que Gallagher. Marqué par la surprise, il sent son cœur se serrer sans être pour autant capable d'en deviner la source. Ses yeux, à nouveau posés sur la blonde aux formes maternelles, relativisent ce qui semble pourtant nuire à son ancienne compagne. « Il n'y a rien de prévu. Elle est peut-être juste de passage. » Confie-t-il simplement. « Amy semble beaucoup l'aimer. Elle me parle souvent d'elle. Tu me le dirais, s'il y avait quelque chose ? » Le visage un peu marqué par la fatigue, le concerné se met à rire doucement face à cette idée qu'il juge saugrenue. Jamais il n'aurait été imaginer ça. Anna, sa chère Anna... Elle en rirait aussi, et c'est  son rire innocent et moqueur à la fois qu'il a l'impression d'entendre, soudainement. « Mais ce n'est pas le cas. » Assure-t-il d'une voix calme et, il l'espère, efficace. « Cette gamine a grandi trop vite. Elle a souvent l'air si triste. » Immobile et en appui contre la porte, il regarde Sarah, l'esprit vague, comme si ses propos étaient lourds de sens. Ce doit être le cas, véritablement, Reed connaît trop la jeune femme pour l'ignorer. Il sent le vent tourner quand, soudain, l'envie de voir l'écrivaine rester se voit remplacée, curieusement, par l'envie d'aller à la rencontre d'Oxanna. Par chance, la première ne tarde pas à s'éclipser, les lèvres closes et la tête pleine, laissant seul dans ce hall un homme partagé entre deux sentiments contradictoires. Le malaise et l'urgence.

Contournant la propriété par un chemin de dalles blanches, le regard de Reed se pose enfin sur elle, assise au loin, les deux mains affairées à leur tâche momentanée. Amelia ne capte les prunelles claires de son père que bien longtemps après, quand un sourire en coin s'est installé plus bas sur son visage. Il s'approche et s'adresse à la plus jeune. « Tu devrais  aller regarder ce que j'ai cuisiné pour toi, friponne. Et monter tes affaires dans ta chambre, accessoirement. » Avec son expression paternelle faussement stricte, il obtient rapidement gain de cause. La fillette court jusqu'à l'intérieur de la villa de la façon la plus guillerette possible sous le regard amusé de son père, avant qu'il ne se pose à nouveau sur Oxanna. Un petit instant de silence s'installe, sans pour autant que cela soit embarrassant. Entre eux, il n'est plus jamais question de cette gêne oppressante. Entre eux, il est toujours question de complicité, celle-ci qui le positionne toujours si naturellement en être bienveillant auprès d'elle. Les mains dans les poches, Reed finit par pointer du menton ce qui se trouve dans les mains de la brunette. C'est avec un ton légèrement amusé qu'il prend la parole. « Tu tombes bien, je songe depuis peu à engager un jardinier pour entretenir cet endroit. Intéressée ? » Parce que lui, clairement, n'a pas de temps à lui donner. Si c'était le cas, il y aurait de toute façon beaucoup plus de couleurs éparpillées ci et là... Cette tâche n'était pas censée lui revenir, vous l'aurez compris. Les yeux fixés sur Anna, il repense aux paroles de Sarah, à cette tristesse mentionnée. Serait-il tellement habitué à la fréquenter qu'il en oublierait de remarquer cela ? si seulement leur complicité rimait avec l'aisance des mots... « Je ne m'attendais pas à te voir débarquer ce soir. » ... « Tu vas faire une heureuse encore, c'est une excellente façon de commencer le weekend. » Pas une heureuse, non, mais deux heureux. Espérons qu'elle puisse le lire en lui, sur ce sourire léger qui ne quitte déjà plus ses lèvres.


Les hommes forts sont ainsi. Au zénith de l'amour, ils réfléchissent encore, ils calculent et leur décision est sans appel. Pancol
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Jeu 7 Mai 2015 - 5:10

avatar
Oxanna Sterling-Woods
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 27
Date d'inscription : 17/11/2014
Prénom : Isa
Célébrité : Adelaide Kane
Crédit avatar : razowski (chacha)
Messages : 1171
Nationalité / origines : américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : sa collection de talons hauts
Orientation sexuelle : Asexuel(le)
Etudes/études passées : Sociologie + 4e année
Job/Métier : héritière
Adresse de résidence : westwood
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur


Les doigts d’Anna tressent ensemble ces petites fleures jaunes tant détestées des adeptes de pelouses vertes. Amy en arrache les pétales à coup de cinq ou six, cherchant probablement la réponse à une question. Le regard de Sarah brûle toujours la peau d’Oxanna. D’aussi loin que l’héritière se souviens, les choses n’ont jamais été plus que cordiales avec l’ancienne femme de Reed. Quelques rencontres entre deux portes. Des mots froids pour meubler le silence de l’inconnu. Deux femmes radicalement opposées. Avec entre elles pour trait d’union, un Reed qui grince encore des dents face aux erreurs du passé. Oxanna Sterling ne peut s’empêcher de croire qu’Amy doit rêver la nuit de voir ses parents réunis. Ils se sont aimés, eux aussi, mais parfois, l’amour c’est pas suffisant. Il y a la vie qui s’en mêle, qui gratte à la porte la nuit, qui casse la vaisselle, qui crache sur l’argenterie. Tout n’est pas parfait et l’amour n’y peux rien. Anna repense à ses parents, eux qui n’étaient pas faits pour durer. Ça lui fait mal, de voir qu’Amy peut vivre entre eux, alors qu’elle, Anna, a du se contenter d’une moitié de famille. Amy rigole quand Anna lui tends une couronne de fleur, et elle l’enfile aussitôt, tournoyant les pieds dans l’herbe, le regard au ciel, fée du quartier, princesse de la maison. Et à force d’entendre la joie d’Amy, Anna accompagne ses rires dans une symphonie crystaline.

Aucune d’elles ne voit encore le spectateur probable de cette scène partagée sous les premiers rayons de l’été. Pourtant il est là, à regarder Amy collecter d’autres pissenlits, murmurant ensuite le plus grand des secrets à l’oreille d’Anna, qui retrouve son insouciance, se balançant de l’herbe sur ses habits, des fourmis sur ses jambes, du soleil dans ses yeux, de son passé et de son futur. Oxanna Sterling, princesse d’un empire, enfile la deuxième couronne tressée de ses mains, jouant aux filles des bois, laissant Amy inventer des aventures folles, volubile comme jamais. C’est peut-être l’excitation de se retrouver, Anna hésitant souvent à débarquer chez les Gallagher. Malgré son absence, la maison appartient encore à Sarah et à cette vie qu’il voulait construire avec elle. Cette femme hante les manques de cette demeure. Il y aura toujours ce désir de vie à deux qui colle aux murs. Ça effraie un peu Anna, ça et Sarah elle-même. Elle a toujours été polie envers Anna, jamais un mot déplacé, uniquement un regard désapprobateur, une certaine incompréhension. Parce qu’au final, qui pourrait comprendre l’attachement d’Oxanna pour Reed.
« Tu devrais  aller regarder ce que j'ai cuisiné pour toi, friponne. Et monter tes affaires dans ta chambre, accessoirement. » Cette voix grave enserre le coeur d’Oxanna Sterling, lui murmurant qu’elle est chez elle, maintenant, finalement. Reed envoie sa fille vers la maison, les responsabilités, cette vie où il n’y a ni fées ni créatures magiques, parce que dans cette maison, le coeur d’une enfant n’a besoin de rien d’autre que de cet amour tout puissant d’un père qui avec force et raison. Anna voudrait se retourner, mais les raisons qui l’ont poussée ici se plantent obstinément devant ses yeux. Il y a Lola et le passé qui gronde. Il y a son père et la pression incessante de la perfection. Il y a Genesis qui porte toute la tristesse du monde. Il y a Charly qui n’avouera jamais rien, mais qui joue au connard parce que c’est ce que cette vie a modelé de son nom. Et de l’autre côté de tout ça, il y a Reed. Oxanna se compose un sourire qui devient vrai lorsqu’elle pose enfin les yeux sur l’éditeur. Elle se relève, ne prenant pas la peine d’épousseter l’herbe qui colle à sa robe, cachant tant bien que mal une surprise derrière son dos. Grand détective, Reed Gallagher n’est pas le genre d’homme à qui l’on peut cacher quelque chose. « Tu tombes bien, je songe depuis peu à engager un jardinier pour entretenir cet endroit. Intéressée ? »  Anna hausse un sourcil, songeant à l’idée de mettre sa griffe sur cet endroit qui lui semble parfois intouchable. Fesant mine d’y réfléchir, la jeune femme, se décide à dénouer ses cordes vocale. « Je cherchais justement quelque chose pour occuper mon été. » Tente Anna, mi-joueuse mi-sérieuse. L’été a toujours été une saison détestée pour la jeune Sterling. Les autres saisons sont occupées par les études, tandis que l’été est un bassin inépuisables d’heures libres où elle doit se battre pour ne pas tomber. Pour ne pas laisser ses pensées l’engouffrer, pour éviter les tentations destructrices vers l’oubli. Cette idée folle, ce serait l’occasion de voir Reed plus souvent, pense Oxanna, l’instant d’un espoir qui n’a pas raison d’être. Elle chasse ces étincelles ridicules de son esprit, sortant de derrière son dos une couronne de pissenlits identique à celle qu’elle et Amy portent. « Si tu pensais y échapper, tu te mets le doigt dans l’oeil. » Lance malicieusement Anna, déposant son oeuvre d’art sur le sommet de la tête de Reed, s’approchant un peu trop près, pour arriver à sa hauteur. Elle ajoute d’un sourire en coin : « Ça te vas à merveille. Me regarde pas comme ça, c’est l’idée d’Amy. Elle a dit que même les garçons peuvent être des fées de la forêt. » Et Oxanna approuve. Le sexe d’un humain apporte tellement d’attentes quant à son apparence, ses champs d’intérêt, sa personnalité, qu’il est parfois impossible de séparer la personne de l’inflience de son environnement.

Oxanna sait qu’elle devrait probablement s’excuser d’être passée à l’improviste, ça n’était certainement pas le bon moment. « Je ne m'attendais pas à te voir débarquer ce soir. » Lance Reed. « J’espère que je ne dérange pas. Je suis un peu beaucoup en retard pour cette invitation du temps des fêtes. » Avoue à contre-coeur la jeune femme. Les fêtes se sont déroulées avec cette douleur au coeur, avec ce vide. Anna ne se sentait pas le coeur de sortir, si ce n’est pour les soirées obligatoires décrétées par Jeremy Sterling. « Tu vas faire une heureuse encore, c'est une excellente façon de commencer le weekend. » Anna rigole un peu, enfantine, légère de cette bonne humeur contagieuse propagée par Amy. Il y a quelque chose de charismatique chez cette enfant, il faut se l’avouer. « Amy est géniale. » Se contente d’énoncer Anna, réalisant que Reed le sait mieux que personne. « Elle retient ça de quelqu’un que je connais ... » Le taquine Anna, n’allant pas jusqu’à le complimenter directement. Prenant les dernières paroles de Reed pour une invitation à rester, Anna le prend par le bras, se dirigeant vers la maison. « Alors, Daddy, qu’est-ce qu’on mange pour souper. Ça m’intéresse, moi aussi. » Demande Anna, curieuse.


nothing scares me anymore
⊹There she was my new best friend. High heels in her hands, swayin' in the wind While she starts to cry, mascara runnin' down her little Bambi eyes (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Ven 8 Mai 2015 - 20:22

avatar
Reed Gallagher
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 25/07/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Jamie Dornan
Crédit avatar : (a) Razowski (s) Solosand
Messages : 1841
Nationalité / origines : Américain. Originaire d'Irlande.
Situation : Divorcé(e)
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en journalisme et en sciences politiques à l'UCLA.
Job/Métier : Rédacteur en chef du Los Angeles Times depuis fin 2014.
Adresse de résidence : Maison à Santa Monica.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron, Alice, Andreas & William.
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/


« Je cherchais justement quelque chose pour occuper mon été. » Bien, se dit-il intérieurement, mais ce ne sera pas dans ce jardin qu'elle occupera son été. Pas de cette façon en tout cas, ni contre quelques billets qu'il se verra pourtant dépenser afin de ne pas se charger de ces mauvaises herbes lui-même. Oxanna à son service, les mains dans la terre ? Il refuse même une seconde de l'imaginer, aussi charmant cela puisse-t-il être. Les sourcils redressés, il lui fait ce regard qu'elle connait bien, celui qui signifie “et puis quoi encore ?”, parce qu'il ne saurait rester à plaisanter là-dessus éternellement. Un père pourrait pourtant rémunérer son enfant après un travail estival efficace, mais il y a des limites à la relation paternelle entre Reed et Oxanna qu'il est d'ailleurs souvent le premier à mettre en relief. Silencieux, il ne peut enlever de son esprit ces deux mains derrière le dos de la jeune fille qui semblent cacher quelque chose, quand bien même ce soit le visage de la brunette qui recherche de l'attention à cet instant. L'homme ne tarde pas à apercevoir enfin l'objet mystère, un qui ne l'étonne qu'une seconde ou deux, finalement. Immobile, il ronchonne à moitié, retenant pourtant difficilement cet infime sourire, preuve qu'il est encore capable de s'attendrir pour elle et pour une chose aussi anodine qu'une couronne de fleurs. « Si tu pensais y échapper, tu te mets le doigt dans l’oeil. » Elle le connaît, elle sait bien qu'il n'est pas très nature et que ces fleurs sur ses cheveux ne devraient pas rester bien longtemps là-haut. « Mince... » Lâche-t-il avec renfrognement. Néanmoins, entre ce qu'il aurait tendance à dégager d'un coup de main et la mine enjouée d'Anna, Reed pourrait bien commettre une exception... Une exception pour quelques tiges et pétales soit disant insignifiantes. « Ça te vas à merveille. Me regarde pas comme ça, c’est l’idée d’Amy. Elle a dit que même les garçons peuvent être des fées de la forêt. » Il la regarde un moment sans rien dire, sans esquisser le moindre sourire, seulement pour la juger avec le minimum d'objectivité qu'il a à son égard. « Tu as de la chance que ce soit elle qui ait dit ça. J'en suis encore au stade où je lui pardonne tout. » Voilà ce qu'il lui confesse à voix basse, ses yeux dans les siens, l'épaule vaguement relevée. Il craque même un très fin sourire en coin en se détachant de la vision de sa fille et en se concentrant sur Oxanna, dont il apprécie de plus en plus la gaité ce soir.

Le soleil se couche déjà sur Los Angeles. Un réverbère s'allume non loin, accompagné bientôt de quelques autres éclairages éparpillés. Seuls dans ce jardin plus grand que le propriétaire n'en aurait besoin, ils pourraient parler à voix haute sans craindre la moindre écoute étrangère mais c'est dans des murmures que la conversation se prolonge. « J’espère que je ne dérange pas. Je suis un peu beaucoup en retard pour cette invitation du temps des fêtes. » Le visage penché, il hausse à nouveau légèrement les épaules avant de répondre. « C'est vrai, tu sais te faire désirer. Mais il paraît que c'est une bonne chose. » Complice, il lui adresse un rapide clin d’œil autant pour la taquiner que pour la rassurer. On dérange facilement Reed Gallagher avec l'improviste, mais Oxanna a su conquérir son affection tout au long de ses années, suffisamment en tout cas pour être considérée dans cette maison comme membre du foyer. Et s'il a désormais l'habitude de régner seul sur sa propriété, c'est pourtant bel et bien avec l'appui de sa fille qu'il a toujours tant affectionné la présence d'Anna chez eux. « Amy est géniale. » Il ne saurait pas être neutre au sujet de cette enfant, chair de sa chair et reflet si éclatant d'une femme qu'il aime encore. « Elle retient ça de quelqu’un que je connais ... » Mais Oxanna a les yeux extérieurs qui lui permettent de voir tout ce qui lie si manifestement Reed à sa fille. Tout ce qu'il manque lui, semaine après semaine, du fait de leur proximité. Il n'est pas insensible à ce que lui rapporte la jeune femme, malgré cette grande modestie qui a tendance à éteindre tout le reste. « Tu essayes encore de te faire pardonner pour ton retard, je me trompe ? » Lance-t-il, les sourcils froncés, tandis qu'elle l'entraîne déjà vers l'intérieur de la maison.

« Alors, Daddy, qu’est-ce qu’on mange pour souper. Ça m’intéresse, moi aussi. » Heureusement que lui et le dosage des rations alimentaires font deux. Ce manque cruel de savoir-faire domestique leur permettra de manger tous à leur faim, ce soir. Une fois rentré, le trentenaire referme la baie vitrée derrière lui et cherche Anna du regard, une expression découragée sur son visage. « Tu sais que j'ai horreur de ce surnom. » C'est peu de le dire. Reed n'a jamais supporté cette mauvaise habitude de la brunette et ce, malgré leur relation, malgré ces douze années qui les séparent. Il a une fille qui l'appelle ainsi le plus logiquement du monde et cela lui suffit amplement. Loin de lui l'envie d'avoir un énième rappel sur ce symbole d'une jeunesse envolée... Ce qu'il masque à moitié sous les signes de la décontraction et du futile pèse en réalité un peu plus sur sa conscience. « J'espère que tu aimes le gratin dauphinois. De toute façon tu n'auras pas le choix, ce sera ça ou rien d'autre ! » Répond-il finalement avec assurance en se dirigeant par la même occasion jusque dans la cuisine, suivi de près par la jeune Sterling. Il s'approche du four pour vérifier l'état du plat à l'intérieur et jette ensuite un coup d’œil à sa montre dont les aiguilles annoncent encore un temps libre avant que ce ne soit prêt. « On a encore un peu de temps. Je te sers un verre ? » Le fait est que Reed se voit déjà savourer le goût de ce bon vin rouge qu'il a remonté de sa cave, plus tôt dans la soirée. Il lui arrive occasionnellement de boire de l'alcool – jamais en grande quantité – en présence d'Amelia et chaque fois elle observe et enregistre, inconsciemment, ce doux souvenir de son père. Jamais elle ne voit sa mère toucher à une goutte de vin pendant leurs repas ; il est le premier à lui faire découvrir toutes ces odeurs, oh parfois désagréables, mais qu'elle lui préfère toujours cependant à celle du tabac froid. Outre le vin, d'autres boissons sont évidemment rangées dans son frigo, de quoi satisfaire Oxanna forcément. Il la sert elle en premier puis lui, dans un nouveau silence qu'il rompt bientôt, sans même avoir pris le temps de s'asseoir. « Alors, que nous vaut cette visite tardive ? » Légèrement piquant, il relève son regard et le pose sur celui de la jeune femme avec tendresse, à l'écoute de ce qu'elle aura peut-être à lui dire.


Les hommes forts sont ainsi. Au zénith de l'amour, ils réfléchissent encore, ils calculent et leur décision est sans appel. Pancol
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Dim 24 Mai 2015 - 19:44

avatar
Oxanna Sterling-Woods
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 27
Date d'inscription : 17/11/2014
Prénom : Isa
Célébrité : Adelaide Kane
Crédit avatar : razowski (chacha)
Messages : 1171
Nationalité / origines : américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : sa collection de talons hauts
Orientation sexuelle : Asexuel(le)
Etudes/études passées : Sociologie + 4e année
Job/Métier : héritière
Adresse de résidence : westwood
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur


« Mince... » Gromelle Reed Gallagher, en proie aux excentricités de deux demoiselles qui ont bien de la chance d'avoir cet homme dans leur vie. « Tu as de la chance que ce soit elle qui ait dit ça. J'en suis encore au stade où je lui pardonne tout. » Et il sourit, comme ça, juste pour calquer son humeur à celle d’Anna, pour faire partie de cette petite bulle de bonheur. Et les voilà deux grands enfants dans un jardin de grandes personnes. Un regard partagé, un quelque chose qui existe mais qui n’est pas nommé.

Oxanna retombe où ils se sont laissés la dernière fois. Oui, elle en a mis du temps, elle a laissé les fêtes passer, puis la morosité de l’hiver. Et elle reviens maintenant vers lui comme le printemps, avec ses couleurs et sa lumière. « C'est vrai, tu sais te faire désirer. Mais il paraît que c'est une bonne chose. » Et à ce moment, Reed lui offre un de ces rares clins d'oeil, complice, précieux. Il y a de ces moments où les gestes du trentenaire donnent à Oxanna l'imprécion d'être spéciale, d'être à sa place. Il y a bien des choses qu'elle sacrifierait pour le garder lui, dans sa vie. Elle n'a pas besoin de l'avoir en exclusivité, jamais la brune n'aurait ce genre d'envie, non, seulement un peu de Reed, ça lui convient. Après tout, il a déjà une fille au coeur, et personne ne pourra jamais surpasser cet amour là. D’un compliment indirect, la jeune femme laisse ses mots tomber comme des feuilles une fois l’automne venu. Et comme s'ils avaient fait ça depuis toujours, elle le traine par le bras vers l'intérieur. « Tu essayes encore de te faire pardonner pour ton retard, je me trompe ? » Questionne Reed. Anna ne veut pas l’admettre, mais ces derniers mois, elle ne pensait pas mériter le doux répis de sa présence. Il y a des nuits où elle n’aime pas la personne qu’elle devient. Il y a Lola et ces bas qui ne semblent pas connaître de fonds. Il y a ces alpha et les constants faux semblants. Il y a la déception et l’impossibilité d’être celle qui ferait le bonheur de son père.

Le décor a changé. Le jardin a laissé place à la cuisine. Le soleil couchant aux lumières réconfortantes. D’un Daddy, Oxanna taquine Reed, qui à son habitude, n’a jamais été particulièrement fan de cette appellation. « Tu sais que j'ai horreur de ce surnom. » Ses protestations amusent Oxanna. « Dans ce cas, comment est-ce qu’il est permis de vous appeler, Mr. Gallagher ? » Ce que Reed ne sait pas, c’est que pour Anna, ce surnom qu’il déteste signifie toutes les qualités qu’il manque à son père à elle. Reed est toujours présent, prêt à écouter, à sortir se ballader, manger, pour rien, sans jamais juger, sans attendre d’elle la perfection. S’il a d’autres suggestions, elle sera toute ouie, sinon ... « Je me permets de proposer : Fée de la forêt, Roi de la cuisine ou Prince des ténèbres. Une préférence ? ... non ? » Blague Oxanna, certaine qu’aucune de ces idées ne sera au goût de Reed. Il faut bien qu’elle s’amuse un peu de ses réactions d’homme respectable.



Ça sent bon. Les seules fois où la maison d'enfance d'Oxanna a eut cette bonne odeur de cuisine maison, c'était quand sa maman y était encore. Ça n'était pas de la fine cuisine, mais c'était assez pour réchauffer le coeur d'une gamine affamée, pourtant, ça n'était jamais assez bien pour Jeremy Sterling, habitué aux traiteurs, aux restaurants cinq étoiles, à toute cette nourriture impersonnelle. « J'espère que tu aimes le gratin dauphinois. De toute façon tu n'auras pas le choix, ce sera ça ou rien d'autre ! » « Oui, Capitaine. » S’exclame Oxanna, n’ayant aucune envie de protester. Elle mangerais probablement n’importe quoi qu’il aurait préparé. Parce qu’elle lui fait confiance. Parce que si c’est assez bon pour Amy, c’est assez bon pour elle. « On a encore un peu de temps. Je te sers un verre ? » Anna acquiesce, alors qu’il lui verse une coupe de vin. C’est si adulte, ce geste. Mademoiselle Sterling a une vive image de son père lorsqu’il commande une bouteille au restaurant, le serveur présente la bouteille, l’ouvre sous la supervision de Jeremy Sterling, en verse une gorgée, essuie le rebord du goulot avec un linge blanc, laisse le client faire tourner le vin, le sentit, le goûter, et donner son approbation d’un demi-regard. C’est un spectacle qui fait sentir Anna toute petite, comme une gamine qui ne comprends pas la vie. Alors que là, avec Reed, il n’y a aucunes prétentions. « Merci. » Dit-elle avant de lever son verre. « Aux vendredis soirs improvisés ... » Propose Oxanna, avant de prendre une gorgée du liquide riche et goûteux. Elle bois généralement un verre ou deux. Pas plus, c’est habituellement pour s’occuper les mains durant ces interminables soirées, ou pour éviter de se faire offrir un verre si elle a le malheur de sortir dans un bar.

Viennent les conversations précieuses. Reed et ces conversations qui la devinent. « Alors, que nous vaut cette visite tardive ? » Oxanna s’accoude au comptoir, haussant vaguement les épaules, ne sachant pas comment lui dire, ne sachant pas vraiment qui elle est en dehors de ces moments ensemble. Comment lui dire qu’elle n’aime pas cette Oxanna, celle qu’elle est avec les autres, avec tous les autres. « Ne vas pas croire que tu me manquais. » grommelle un peu Anna, ne voulant pas avouer bien des choses. Émotionnellement, elle est encore une enfant. « Peut-être, juste peut-être, que j’avais envie de terminer la semaine en beauté et que j’ai pensé à toi. » Oxanna cache ses derniers mots dans une gorgée de vin, son pouce et son index accrochés à sa coupe. Elle sait que Reed ne l’abandonnera pas, mais c’est plus fort qu’elle, si elle avoue à quel point elle s’est attachée à lui, la vie le lui enlèvera. Comme un mauvais sort, comme une malédiction. Parce qu’à vingt et un ans, on est pas trop vieille pour croire aux fées et aux sorcières.


nothing scares me anymore
⊹There she was my new best friend. High heels in her hands, swayin' in the wind While she starts to cry, mascara runnin' down her little Bambi eyes (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Mer 27 Mai 2015 - 22:45

avatar
Reed Gallagher
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 25/07/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Jamie Dornan
Crédit avatar : (a) Razowski (s) Solosand
Messages : 1841
Nationalité / origines : Américain. Originaire d'Irlande.
Situation : Divorcé(e)
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en journalisme et en sciences politiques à l'UCLA.
Job/Métier : Rédacteur en chef du Los Angeles Times depuis fin 2014.
Adresse de résidence : Maison à Santa Monica.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron, Alice, Andreas & William.
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/


« Dans ce cas, comment est-ce qu’il est permis de vous appeler, Mr. Gallagher ? » Le visage du principal concerné, exprimant toujours un désarroi minime, se tourne bientôt vers celui de son interlocutrice. Elle arbore ce faciès un peu espiègle, mais pas trop, juste ce qu’il faut pour ne pas lui en vouloir, finalement. Monsieur Gallagher ne pensait pas un jour se laisser attendrir de la sorte par une jeune femme de plus de dix ans sa cadette. A vrai dire, seule Amelia obtient toujours toutes les grâces de son père, et ça, c’est aussi quelque chose qui aurait été impensable pour le rédacteur en chef, huit ans en arrière. Oxanna n’est pas une amie comme les autres, malgré ce qu’il pourrait laisser entendre. A l’évidence, elle a ce petit quelque chose en plus qui pourrait faire toute la différence et qui le fait déjà, quel que soit le jour, le lieu et même les conditions dans lesquelles ils se voient. Le plus difficile, c’est de poser des mots dessus, mais nous n’en sommes pas encore là. « Je me permets de proposer : Fée de la forêt, Roi de la cuisine ou Prince des ténèbres. Une préférence ? ... non ? » Avec elle, n’importe quel enfantillage à la saveur douce et sucrée de ceux qui ne dérangent pas. Ceux que l’on n’a pas envie de faire taire sur le champ, oh, ça non. Cependant … « Non aucune. Je ne pensais pas que mon prénom te posait autant de problèmes … Tu m’en vois navré. » Sur ces mots, il lui décroche un petit sourire et un regard en coin, exprimant sans doute le fond de ses pensées, à savoir que peu importe les goûts de la jeune femme, “Reed” serait l’appellation à privilégier désormais si elle ne veut pas se voir réprimander. Bien sûr, ce n’est pas à prendre entièrement au premier degré. Le trentenaire sait bien qu’Oxanna aura du mal à se priver de ce petit plaisir personnel, surtout d’un jour à l’autre.

Le liquide rouge bordeaux se verse au fond des deux verres, l’un après l’autre, guidé par un geste aussi contrôlé que détendu. Comme tous les vendredis soir, Reed est serein et particulièrement optimiste. S’il n’est pas en compagnie de la femme qui hante parfois ses nuits, sa fille est là, elle, avec sa bonne humeur habituelle et ses rêves à n’en plus finir. Quant à sa douce Anna, attachante et piquante à souhait, elle comble malgré elle une solitude habituelle qu’un grand nombre de femmes ne pourraient même pas s'imaginer côtoyer. « Aux vendredis soirs improvisés ... » Il la suit sur cette lancée, levant bientôt son verre dans la même direction. Puis il lui montre une nouvelle fois, par son interrogation, qu’il s’intéresse à elle, à son existence désormais liée à la sienne qu’elle le veuille ou non. Appuyé contre le rebord d’un meuble de la cuisine, il savoure le parfum subtilement prononcé du vin, posant son regard sur son verre puis sur la jeune femme, installée face à lui. « Ne vas pas croire que tu me manquais. » La voici qui refait l’enfant, comme elle sait si bien le faire. Une figure à laquelle Reed proteste autant qu’il s’y accroche, encore et toujours. Un sourire sincère vient étirer ses lèvres et intérieurement, il se dit qu’elle lui a malgré tout manqué, elle. Il songe à ces quelques fois où il a pensé à elle quand il travaillait et que la pause de midi approchait ou quand le nom Sterling apparaissait sur son téléphone. Jeremy et sa fille sont deux compagnies tellement différentes et Reed ne saurait pas dire laquelle lui est le plus bénéfique. S’il se sent grandi chaque fois qu’il voit le premier, avec la seconde, c’est un sentiment plus sensible, plus fragile qu'il expérimente. Celui d’être important, en quelque sorte. « Peut-être, juste peut-être, que j’avais envie de terminer la semaine en beauté et que j’ai pensé à toi. » Et cela ne manque pas, comme toujours Oxanna a les mots pour le toucher. L’atteindre là où on l’a rarement atteint, là où, en réalité, peu de personnes ont eu accès libre. A vrai dire, il n’a jamais rien autorisé à la jeune Sterling, peut-être a-t-elle pris ce droit d’elle-même, au fil des années … Une question qui taraude Reed lorsque son regard croise celui d’Oxanna, difficilement tant ses propres mots semblent l’avoir embarrassée. Le sourire du rédacteur s’est effacé mais son cœur s’agite un peu, troublé par cet effet qu’elle arrive parfois à avoir sur lui, de la façon la plus intrigante qui soit à ses yeux. S’interroge-t-elle sur ce qui l’a amenée chez lui, ce soir ? « Le cœur a ses raisons que la raison ignore … En tout cas, je me ravis de ton choix si tu t'en inquiètes. » Lui assure-t-il alors, avec un nouveau sourire confiant. Parce qu’il a beau ne pas être l’homme le plus communicatif sur Terre à propos de ses sentiments, il sait malgré tout venir en aide à Oxanna quand il ressent qu'elle en a le besoin, là, au fond de ses yeux bruns ou, plus visiblement, sur ses gestes intimidés. Reed la connaît, c’est tout, et c’est déjà beaucoup.

Amenant le verre à ses lèvres, il abaisse ses paupières un moment, repensant aux paroles de Sarah, quelques minutes auparavant. Cette gamine a grandi trop vite. Elle a souvent l’air si triste. Les yeux de la Française ont toujours été le reflet d’une âme particulièrement sensible et protectrice. Que cela eut été avec lui ou avec le monde, elle a ce don pour ressentir et comprendre son prochain, presque trop aisément, d’une façon qui a toujours dépassé les capacités de Reed. Mais puisque cela concerne cette fois Oxanna, il peine à oublier les mots poignants, lourds de sens que son ex-femme a prononcés en sa présence. Quand il pose à nouveau ses yeux sur la brunette, c’est avec une expression paternaliste sur le visage et, peut-être, aussi, de cette autre chose mystérieuse qui ne porte encore aucun nom. « Tu me le dirais, s’il y avait une autre raison ? » Que de vouloir terminer la semaine en beauté, comme elle prétend … Il se détache du meuble et se rapproche du comptoir, s’y appuyant également à l’aide d’un bras et soutenant bientôt son menton à l’aide de sa paume. Cette proximité ne le trouble pas puisque confiance et assurance il y a. « Sarah t’a trouvé une petite mine, tout à l’heure. Et je me sais très mauvais pour voir ce genre de choses. » Ses prunelles fixent celles d’Anna, peu importe à quoi celles-ci s’accrochent. Il emploie un ton calme, quoiqu'un peu inquiet. « Alors soit tu lui donnes raison et j’essaye de chasser ces mauvais esprits du mieux que je peux, soit tu lui donnes tort et on oublie tout, comme si de rien n’était. » C’est aussi simple que cela, finalement.


Les hommes forts sont ainsi. Au zénith de l'amour, ils réfléchissent encore, ils calculent et leur décision est sans appel. Pancol
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Sam 30 Mai 2015 - 17:15

avatar
Oxanna Sterling-Woods
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 27
Date d'inscription : 17/11/2014
Prénom : Isa
Célébrité : Adelaide Kane
Crédit avatar : razowski (chacha)
Messages : 1171
Nationalité / origines : américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : sa collection de talons hauts
Orientation sexuelle : Asexuel(le)
Etudes/études passées : Sociologie + 4e année
Job/Métier : héritière
Adresse de résidence : westwood
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur


Et les petites stupidités d'Anna semblent s'insérer à la perfection entre le sérieux et les responsabilités de l'éditeur. La légèreté de la jeune femme n'est jamais feinte en compagnie de Reed, jamais. « Non aucune. Je ne pensais pas que mon prénom te posait autant de problèmes … Tu m’en vois navré. » Et c’est une petite moue faussement déçue qu’arbore mademoiselle Sterling l’instant d’une seconde, vite effacée par la conversation. Ses doigts autour d’une coupe, ses yeux sur le trentenaire aux yeux perçants. Il la voit, et pour autre chose que son apparence ou son nom. Il la voit, elle, et ça vaut de l’or pour quelqu’un dont reconnait l’existence pour les mauvaises raison ou qu’on ignore sans raisons. Un nom de famille, ça ne veux rien dire pour beaucoup, à moins qu’il soit puissant, influent, évocateur. Oxanna déteste parfois ces mots qui indiquent son appartenance. Parce que bien des relations dans sa vie auraient été différentes, n’aie-t-elle pas été une Sterling.

La cuisine, le vin, les mots.

Et en grand homme, Reed semble entendre ce qui ne passe pas les lèvres de la jeune Sterling. Parce que sous ses yeux sombres se cachent bien des mystères. Il a des choses qu’elle souhaite ne jamais avouer, pas même à Reed. Surtout pas à lui, avec son grand coeur et sa compassion. Parce que ça la tuerais, qu’il voit à quel point elle est brisée, qu’il sage l’étendue de ses blessures. Ça en deviendrait impossible d’être légère, de le regarder dans les yeux. « Le cœur a ses raisons que la raison ignore … En tout cas, je me ravis de ton choix si tu t'en inquiètes. » Et ses mots sont une énigme. Cette semaine, Anna s’est sentie sans coeur, inhumaine sous ses artifices, éloignée proche de ses faux amis. Son coeur a souvent tord, sa raison est souvent biaisée. Tous ces grands mots, Oxanna les chasse, choisissant de s’accrocher aux derniers. Il existe un homme, qui parvient à la rassurer avec applomb, même quand elle doute d’elle-même. Leur dernière rencontre a été une bouffée d’air frais pour la jeune Sterling. Quand elle se voit à travers les yeux de Reed, tout semble faire plus de sens.

Les lèvres baignant dans sa coupe, Anna se laisse porter par les possibilités infinies de cette soirée sans attentes. Le repas mijotte au four et cette cuisine n'a pas la froideur de celle des Sterling, où les plats haut de gamme préparés par un traiteur sont empilés dans le réfrigérateurs dans ces contenants froids, impersonnels. « Tu me le dirais, s’il y avait une autre raison ? » Transparente, se sent Anna face à Reed. Comme s'il voyait plus que la surface, comme s'il voyait ses organes, comme s'il perçait à jour ses secrets. Elle voudrait répondre que tout vas bien, qu'elle est heureuse, qu'il n'y a rien de plus à ajouter, mais sa gorge se serre, rendant impossible toutes paroles. « Sarah t’a trouvé une petite mine, tout à l’heure. Et je me sais très mauvais pour voir ce genre de choses. » Un flèche droit au coeur. Sarah, qui la regarde avec désaprobation, comme si c’était mal, comme si Anna n’avait pas sa place ici. Sarah a remarqué ça, de loin, sans la connaître. Oxanna en déduis que les évènements de la semaine se sont imprimés sur son visage. Que les drames et la fatigue on eu le dessus sur son masque de porcelaine.

Et ce sont les doigts autoritaires de Reed qui soutiennent son meton, alors que ses prunelles tentent de la percer à jour. Il a vite compris qu'entre une sortie facile ou une situation compliquée, Oxanna serait tentée de s'éclipser par la voie la plus simple. « Alors soit tu lui donnes raison et j’essaye de chasser ces mauvais esprits du mieux que je peux, soit tu lui donnes tort et on oublie tout, comme si de rien n’était. » Explique Reed, adorablement mature. Et le nez d’Oxanna se fronce, alors qu’elle médite à sa réponse. Mentir à Reed, elle ne le veut pas, pas ici, pas chez lui, pas lorsqu’il est à l’écoute et qu’il la garde bien en sécurité, sous son regard bienveillant. Mordillant un peu sa joue, la jeune femme cherche les mots qui expriment son dilemme, certaine que Reed aura la sagesse de pouvoir lui répondre en tout honnêteté. Avec les années, il a acquis sa confiance, son avis est précieux, aux yeux d’Oxanna. Inspirant profondément, elle se lance. « Tu crois qu’une bonne personne peut faire du mal ? » Commence-t-elle, poursuivant avec une question qui la torture encore aujourd’hui. « Est-ce que tu crois qu’on mérite ce qui nous arrive ? » De simplement mettre en interrogation ces doutes et ces peurs, ça enlève un peu de poids sur le coeur d’Anna. Et Reed est toujours là, malgré le conversations incongrues, malgré sa vie où se croisent la monotonie et les petits drames.

Deux grand adultes, deux questions, deux coupes de vin à moitié vides.


nothing scares me anymore
⊹There she was my new best friend. High heels in her hands, swayin' in the wind While she starts to cry, mascara runnin' down her little Bambi eyes (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Mer 3 Juin 2015 - 21:52

avatar
Reed Gallagher
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 25/07/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Jamie Dornan
Crédit avatar : (a) Razowski (s) Solosand
Messages : 1841
Nationalité / origines : Américain. Originaire d'Irlande.
Situation : Divorcé(e)
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en journalisme et en sciences politiques à l'UCLA.
Job/Métier : Rédacteur en chef du Los Angeles Times depuis fin 2014.
Adresse de résidence : Maison à Santa Monica.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron, Alice, Andreas & William.
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/


Reed voit le visage de sa protégée s’assombrir dès lors qu’il mentionne le prénom de son ex-femme, comme si celui-ci ne pouvait être qu’annonciateur de mauvaises choses. Ou peut-être est–ce lui qui se fait des idées … ? Après tout, avec son affligeante compréhension de la gente féminine, tout pourrait être possible. Sarah n’a jamais été très proche d’Oxanna durant ces dernières années, même quand elle était encore mariée au journaliste. Elle est ce type de femme trop sentimentale et un brin pessimiste, passionnée par le littérature qui plus est et avec tout ce que cela entraîne. Son métier d’écrivaine l’a davantage égarée dans tous les méandres de ces histoires d’amour qu’elle a toujours eu en tête et qu’elle se plait à transposer sur du papier, chaque jour qui passe. La proximité entre Oxanna et son mari n’a jamais été vue d’un très bon œil par la trentenaire ; pour cause, elle n’a jamais cessé de s’inquiéter sur la nature des sentiments ô combien mystérieux qui l’unissaient lui, qu’elle connait si bien, à cette – trop – jeune étudiante dont les airs parfois hautains parfois abîmés l’on toujours autant perturbée qu’ils ne lui ont donné matière à réflexion. Mais ça, Reed ne s’en est jamais soucié. Les hommes ont parfois bien plus de facilité que les femmes à se ranger dans des cases et à s’y conformer ; entre Sarah et Oxanna, il y avait un monde, il y en a toujours eu un et il y en aura toujours un, quelle que puisse être la force de son attachement à l’une ou à l’autre. C’est ainsi qu’il voit les choses, peu appréciateur des grandes prises de tête au nom des sentiments.

Appuyé contre ce comptoir, son visage soutenu par sa propre main, l’homme attend patiemment que la jeune fille daigne dire quelque chose. Lui qui est d’ordinaire si confiant en son autorité naturelle, avec Oxanna ce n’est pas pareil. De toute façon, il n’est pas là pour avoir une quelconque influence de ce genre sur elle, seulement pour l’aider à aller mieux et à surmonter tout ce qui pourrait être délicat, à côté, dans sa vie. Il sait qu’elle n’est pas aussi forte qu’elle pourrait le prétendre et que s’appeler Oxanna Sterling-Woods n’est pas forcément chose aisée. Les années lui ont servi, au moins à ça. Pour l’aider, il lui adresse ce regard plutôt tendre, un de ceux qu’il n’adresserait qu’à elle, ou presque. « Tu crois qu’une bonne personne peut faire du mal ? » Mais il ne s’attendait pas à ce type de question, pleine de philosophie. Quelque peu décontenancé, ses sourcils se froncent un peu avant qu’une seconde question ne perce le silence. « Est-ce que tu crois qu’on mérite ce qui nous arrive ? » Pendant un instant, Reed se focalise davantage sur cette mine soucieuse et tourmentée qui voile le visage d’Oxanna, plus que sur ses paroles. Après tout, il préfère mille fois la voir sourire … Mais bien vite, son esprit raisonné et raisonnable décide de chercher des réponses aux questions, plutôt qu’aux émotions. « Peut-être que tu devrais te poser la question autrement. Est-ce qu’un être humain mérite de naître ? Et mérite-t-il de mourir ? Mérite-t-il aussi de perdre un être aimé dans un accident ? Ou de perdre son job à cause d’une crise économique ? La vie ce n’est pas seulement une question de juste équilibre, Anna, ça ne l'a jamais été pour personne. » Reed a déjà réfléchi sur tant de questions philosophiques tout au long de ses études de lettres. Il est indéniable que cela lui a apporté une capacité de raisonnement spéciale et particulièrement éveillée. Ses yeux sont plongés dans ceux de la jeune femme et il sourit à nouveau, faiblement. « Je crois que tout être humain venu au monde est capable du pire comme du meilleur. N’as-tu jamais fait de mal à quelqu’un, toi ? … Et pourtant tu es une bonne personne. » Ajoute-t-il, rendant leur contact visuel plus insistant le temps de quelques secondes. Puis, sur ces mots réfléchis mais surtout sincères, il se redresse et apporte son verre à ses lèvres pour boire une nouvelle gorgée. Quand il le repose sur l’îlot face à lui, son regard reste un moment planté dans le liquide bordeaux, ne se relevant qu’après quelques nouveaux mots prononcés, sur un ton sérieux. « Rien n’est tout blanc ou tout noir. Le plus important, c’est d’être capable de réfléchir sur nos actes et d’en tirer une leçon. » Et il parle encore en connaissance de cause, parce qu’il a déjà été forcé de prendre du recul sur de nombreuses choses, tout au long de sa vie. C’était le seul moyen pour lui de réussir ensuite à avancer, plus confiant et plus fort. Tout du moins c’est l’impression qu’il en a. « Qu’est-ce qui te tracasse, Anna ? On t’a fait quelque chose ? » Ose-t-il finalement demander, son regard rivé dans celui de son amie.


Les hommes forts sont ainsi. Au zénith de l'amour, ils réfléchissent encore, ils calculent et leur décision est sans appel. Pancol
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Sam 13 Juin 2015 - 23:53

avatar
Oxanna Sterling-Woods
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 27
Date d'inscription : 17/11/2014
Prénom : Isa
Célébrité : Adelaide Kane
Crédit avatar : razowski (chacha)
Messages : 1171
Nationalité / origines : américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : sa collection de talons hauts
Orientation sexuelle : Asexuel(le)
Etudes/études passées : Sociologie + 4e année
Job/Métier : héritière
Adresse de résidence : westwood
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur


Dans cette cuisine, dans cette maison, sur cette propriété. Oxanna nage entre la confiance et l'idée que ces lieux appartiennent à une autre. Parce que les murs ont peut-être des oreilles pour tout raconter à Sarah. Sarah qui devine, qui voit tout. « Peut-être que tu devrais te poser la question autrement. Est-ce qu’un être humain mérite de naître ? Et mérite-t-il de mourir ? Mérite-t-il aussi de perdre un être aimé dans un accident ? Ou de perdre son job à cause d’une crise économique ? La vie ce n’est pas seulement une question de juste équilibre, Anna, ça ne l'a jamais été pour personne. Je crois que tout être humain venu au monde est capable du pire comme du meilleur. N’as-tu jamais fait de mal à quelqu’un, toi ? … Et pourtant tu es une bonne personne. » Et les mots de Reed sont soudainement entremêlés dans ce casse-tête philosophique auquel il manque des pièces. De quoi mélanger encore plus les idées et les sentiments. Il a raison, mais la réalité semble tellement plus complexe. Une bonne personne, semble penser Reed. Une bonne personne ne se fait pas abandonner par sa mère. Une bonne personne ne torture pas une ancienne amie. Une bonne personne ne mérite pas ce qui lui est arrivé. « Rien n’est tout blanc ou tout noir. Le plus important, c’est d’être capable de réfléchir sur nos actes et d’en tirer une leçon. » Anna, elle inspire un peu, le temps de classer ses idées, de mettre de l'ordre dans ce bordel qui l'assaille. Il y a de ces jours où ça serait plus simple d'être stupide, ne pas se poser de questions, de se laisser porter sans réfléchir. « Qu’est-ce qui te tracasse, Anna ? On t’a fait quelque chose ? » Demande Reed, beaucoup trop prévenant, beaucoup trop attentif. C'est ardu de lui cacher quoi que ce soit quand il la regarde ainsi. Pourtant, Mademoiselle Woods a encore quelques secrets pour le rédacteur. Elle a des secrets qu'il ne saura jamais, jamais dans cette vie. Parce ce regard qu'il porte sur elle, il est précieux, parce qu'il voit le meilleur d'elle. Jamais personne ne l'a regardée avec ces yeux, avec cette candeur presque irréelle pour un homme aussi terre à terre que lui. « C’est gentil, que tu ne puisses pas imaginer que ce soit moi, la méchante de l’histoire. » avoue-t-elle avant de se reculer du comptoir, les yeux pleins de malice. Peut-être que le fait d’avoir formulé ses doutes a aidé, peut-être que les mots de Reed ont démêlé les angoisses de la réalité, malgré tout, sa présence est réconfortante.

Et comme une horloge, Amy redescends en trombe, armée d’un casse-tête à faire en équipe. Coupant leur discussion, le devoir appelle Oxanna qui préfère laisser les détails flous. Ce n’est pas le genre de confidences qu’elle souhaite partager avec Reed. « On a encore un peu de temps avant le repas ? » Questionne sagement Anna, entraînée vers le salon par une petite main appartenant à une enfant qui ne juge pas. Son verre de vin est abandonné sur le comptoir, des traces de rouge à lèvre bordant le rebord de la coupe, marquant son territoire.

Sur la table basse du salon, les mille pièces du casse-tête se déversent pêle-mêle. Les deux demoiselles s'agenouillent face à face, plongeant leurs doigts dans les petites pièces uniques. « Tu vis avec ta maman et ton papa ? » Demande Amy, faisant la conversation alors qu’elles partent à la recherche des pièces de contour. « Non, je vis toute seule maintenant. Avant je vivais avec mon père. » Explique Oxanna, ne sachant pas vraiment d’où Amy sors cette question. « Tu trouves pas ça ennuyant toute seule ? » Se questionne la jeune Gallagher, touchante dans son inquiétude pour Anna. « Ça va, je suis tranquille et quand je m’ennuie je viens vous voir, toi et ton père. » Explique Oxanna. « Et ta maman, pourquoi tu vis pas avec elle ? » Questionne Amy à qui rien n’échappe. « Ma maman, elle est partie il y a longtemps. Mais c’est pas grave, je ne m’ennuie plus d’elle maintenant. Pourquoi toutes ces questions ? » Et j’ai droit à un de ces regards qui insinue que je m’apprêtes à être l’heureuse récipiendaire d’une précieuse confidence. « Il y a cette fille dans ma classe qui disait que c’est mieux de vivre avec son papa et sa maman. Sauf que c’est pas vrai. C’est pas mieux. Moi je peux avoir ma maman pour moi toute seule et mon papa pour moi toute seule et on est heureux nous. » Qu’elle proclame sans aucun doute avec cet air tendrement déterminé. Ce sera une femme incroyable dans quelques années à peine, pense Oxanna, émerveillée par sa confiance par sa solidité. Ce ne sont pas tous les enfants du divorce qui en sont négativement marqués, c’est ridicule de généraliser. Oxanna se dit qu’elle aurait préféré des parents à temps partiel plutôt que l’enfance qu’elle a eue. Et elles continuent de discuter, ayant déjà complété le contour du casse-têtes, les autres pièces maintenant classées par couleur. Et c’est Amy qui prédit que le souper est maintenant prêt. « Faut aller se laver les mains, papa sors le plat du four. » Indique Amy, définitivement plus mature que son âge.

Et c’est ainsi que les deux demoiselles se retrouvent à la table de Mr. Gallagher, leurs mains propres sur leurs genoux. Malgré cette maison, malgré le fait que ça ne soit pas vraiment sa famille, Anna se sens bien, l’espace d’un instant.


nothing scares me anymore
⊹There she was my new best friend. High heels in her hands, swayin' in the wind While she starts to cry, mascara runnin' down her little Bambi eyes (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Mer 17 Juin 2015 - 21:48

avatar
Reed Gallagher
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 25/07/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Jamie Dornan
Crédit avatar : (a) Razowski (s) Solosand
Messages : 1841
Nationalité / origines : Américain. Originaire d'Irlande.
Situation : Divorcé(e)
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en journalisme et en sciences politiques à l'UCLA.
Job/Métier : Rédacteur en chef du Los Angeles Times depuis fin 2014.
Adresse de résidence : Maison à Santa Monica.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron, Alice, Andreas & William.
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/


« C’est gentil, que tu ne puisses pas imaginer que ce soit moi, la méchante de l’histoire. » Une phrase prononcée sur un ton malicieux qui trouble Reed. Il ne trouve pas quoi lui répondre, d’ailleurs. Encore appuyé sur ce comptoir, son verre presque vide dans sa main, il croise une dernière fois les yeux sombres de la jeune fille et la regarde ensuite s’éloigner, avec l’impression de n’avoir rien percé du mystère d’Oxanna, celui qui plane depuis tant d’années mais qui parfois ressort, d’autant plus. Comme si, malgré tout ce qu’il venait de lui dire, il faille malgré tout repartir à zéro, encore une fois. Le trentenaire ne la voit pas comme une méchante, de quelque histoire que ce soit. Cela n’arrivera jamais. Que cette soit disant histoire lui soit contée ou non, jamais il ne pourra y croire. Oxanna est une fille bien que la vie a tourmenté, mais les mauvais coups du destin ne l’ont pas transformée en cette figure qu’elle semble mettre en avant, même subtilement. C’est inconcevable aux yeux et au cœur de Reed, tous touchés par la sensibilité et la douceur de cette fille, aussi intrigante puisse-t-elle être.

Une avalanche de pas se fait entendre tout à coup, venant sans surprise des escaliers, de l’autre côté du salon. L’homme voit le puzzle dans les mains de sa fille, ravie à l’idée de jouer avec l’invitée du soir. Il lui adresse un sourire tendre, avant de ré-entendre la voix de la plus grande. « On a encore un peu de temps avant le repas ? » Le plus calmement du monde, il relève ses prunelles vers Anna et lui réponds, sur un ton à la fois sérieux et énigmatique. « Tu n’as pas encore compris qu’Amelia a le pouvoir d’arrêter le temps quand bon lui semble ? » Parce qu’elle est une fée elle aussi, après tout. L’enfant affectionne les propos de son père aussitôt et tire la main d’Anna qui ne semble plus avoir le choix que de la suivre. Et Reed, esseulé mais non attristé, termine finalement son verre d’une traite avant de le reposer sur le comptoir.  

Comme tous les matins et tous les soirs, il se dirige alors vers les placards et en sort toute la vaisselle nécessaire pour servir le repas. Assiettes, couverts, verres d’eau, serviettes, carafe et condiments. Machinalement, il les installe sur la table du salon tout en surveillant la cuisson du plat et, de temps à autre, en jetant un coup d’oeil aux deux éléments féminins de la soirée qui semblent être en pleine discussion. Reed aimerait être une petite souris pour se faufiler vers elle et les écouter. Prendre connaissance de ce que sa progéniture peut bien avoir à raconter à Oxanna, avec des yeux aussi brillants. Mais les minutes passent, et il n’a réussi qu’à entendre quelques vagues mots, sans aucune cohérence.

L’alarme de la fin de cuisson sonne, moment pour lui de servir.

Amelia se précipite vers lui et il est obligé de lui demander de s’écarter pour ne pas risquer de la brûler avec le plat, dont la fumée s’échappe aussitôt sorti du four. Cela ne l’empêche pas de rester près de son père pour jeter un coup d’oeil au plat, tandis qu’elle se lave les mains. « Ça sent le brûlé papa c’est normal ? » Il regarde sa fille, légèrement moqueur et contrarié par ce qu’il a dans les mains. « Ce n’est jamais bon signe quand ça sent le brûlé, Amy. » Ce n’est pas cramé, mais sans doute un peu trop cuit. Voilà ce que l’on gagne, songe-t-il, à ne faire confiance qu’aux machines pour la cuisson d’un gratin.

Une fois à table, et les assiettes servies, Amelia en rajoute une nouvelle couche, décidément bavarde ce soir. « Maman a laissé cuire le poisson trop longtemps l’autre jour. C’était dégoûtant. » Avoue-t-elle sur un rire enfantin qui est communicatif, même pour son père. Pourtant, le contenu de ses propos lui serrent quelque peu le coeur. Sarah a toujours été une bonne cuisinière et les rares fois où elle ratait ses plats, Reed devait faire face à une femme presque anéantie. Parce que Sarah, c’était la sensibilité incarnée, même en cuisine. Les trois individus commencent à manger et rapidement, le plus vieux affiche une petite grimace, relevant ses yeux vers Oxanna, pour guetter son expression. Finalement, il ne peut s’empêcher de rire. « Je suis désolé. Je commanderai une nouvelle table au Giovanni’s prochainement pour me faire pardonner. Ça ne pourra être que meilleur. » Et il replante sa fourchette dans son assiette, sans prendre conscience du regard lourd de sens qui voyage sur lui puis sur Oxanna. Amelia les observe à tour de rôle en mangeant ce qu’elle ne trouve pas trop mauvais, dans un silence qui, évidemment, ne dure pas éternellement. « Moi aussi je pourrai venir au restaurant papa ? » Lance la petite voix avec une innocence qui réussit malgré tout à prendre de court son père. Il commence à réfléchir à la question, pesant naturellement les pour et les contre de cette nouvelle éventualité, une qui rimerait avec “étrange” … Mais il n’a même pas le temps de lui répondre que la petite s’adresse cette fois à Oxanna. « Tu pourras jouer à la maman, Anna. » Et à nouveau, son petit sourire mutin semble éclairer la salle, si chaste que cela en serait presque perturbant. Les yeux de Reed vont se poser sur la brunette discrètement, à la fois satisfait que la question lui soit détournée et gêné pour celle qui se doit maintenant de répondre, car les yeux clairs d’Amelia sont braqués sur elle.


Les hommes forts sont ainsi. Au zénith de l'amour, ils réfléchissent encore, ils calculent et leur décision est sans appel. Pancol
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Dim 12 Juil 2015 - 5:21

avatar
Oxanna Sterling-Woods
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 27
Date d'inscription : 17/11/2014
Prénom : Isa
Célébrité : Adelaide Kane
Crédit avatar : razowski (chacha)
Messages : 1171
Nationalité / origines : américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : sa collection de talons hauts
Orientation sexuelle : Asexuel(le)
Etudes/études passées : Sociologie + 4e année
Job/Métier : héritière
Adresse de résidence : westwood
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur


« Maman a laissé cuire le poisson trop longtemps l’autre jour. C’était dégoûtant. » raconte Amy, comme si c’était normal, ce trio improbable. Et la simple mention de Sarah touche Anna plus qu’elle ne le voudrait. Elle n’a jamais connu personne qui restera pour la vie, même si c’est à temps partiel, à coup de visites tous les vendredis soirs. Malgré son absence, Sarah est présente dans cette pièce, comme dans toute cette maison. Mais ça n’atteint pas cette ambiance qui égaie Oxanna. Cette impression de famille qui l’inclut sans questions et sans jugements. Parce que Reed ne pousse jamais les silences, il ne force pas ses confidences. Il est ce vent qui la pousse vers la lumière. Cette table, bien dressée, ces conversations, ce souper fait maison. « Je suis désolé. Je commanderai une nouvelle table au Giovanni’s prochainement pour me faire pardonner. Ça ne pourra être que meilleur. » Et Oxanna pose malicieusement les yeux sur Reed. Trouvant que ce repas un peu trop cuit goûte le bonheur. Il y a quelque chose de nostalgique pour la jeune femme de manger quelque chose de fait main, de fait avec le coeur. Et si Reed croit avoir à se faire pardonner, Oxanna ne le contredira pas, prenant toutes les chances de passer du temps avec lui, ici, ailleurs, peu importe. « Moi aussi je pourrai venir au restaurant papa ? » S’exclame Amy, certaine que sur ce ton adorable, son père ne pourras rien lui refuser. Oxanna jalouse silencieusement la relation qui unit Reed à Amy. Elle aimerait être l’objet des affections de son père, être sa faiblesses, sa faille, son unique exception. Oxanna aimerait pouvoir papillonner des yeux et avoir l’attention momentanée de Jeremy Sterling. Ce serait un agréable changement de ses critiques, de ses déceptions, de ses ordres déguisés en suggestions. « Tu pourras jouer à la maman, Anna. » Et les mots d’Amy sont innocents, voilés par l’enfance. Et les yeux d’Oxanna tentent de contenir sa terreur qui est contrastée par le rouge qui lui monte aux joues, inexplicablement. Parce qu’être maman, alors que Reed est papa, ça impliquerais ... Tant de réalités auxquelles Oxanna ne veut pas penser. Reed, ça ne s’explique pas, ce qui les unit. Ça transperce les murs des conventions sociales. Ils ne sont pas uniquements amis, ils ne sont pas amants, il y a ces sentiments, impossibles à mettre en mots. Et sous le regard insistant d’Amy, Oxanna ne sait pas quoi répondre. Les mamans, Oxanna n’y connait pas grand chose. Les papas, elle n’en avait que de mauvaises expériences, avant Reed. C’est confus, c’est beau et troublant. C’est Reed et Anna. « Je crois pas que je serais une très bonne maman. » Avoue Oxanna, jouant avec sa nourriture, la poussant du bout de sa fourchette, la réduisant en bouillie. « Mais je veux bien être la tata de week-end, si tu veux. » Tente Oxanna, hésitante. Parce que c’est ce qu’elle voudrait, faire partie de leur petit monde, de leur belle famille. Et l’idée d’être mère, ça lui fait mal. Sa mère à elle, elle a abandonné, elle a quitté son poste. Alors que la famille, c’est supposé être pour la vie. « Et puis, une maman, t’en a déjà une. » Tente d’expliquer Anna, se disant qu’une c’est déjà bien assez, que d’autres n’en ont pas, ou pas assez longtemps. Et Oxanna ne sait pas si ça fait du sens, si Amy comprends. Parce qu’elle adore Amy mais ne l’aimeras jamais comme le ferait une mère.


nothing scares me anymore
⊹There she was my new best friend. High heels in her hands, swayin' in the wind While she starts to cry, mascara runnin' down her little Bambi eyes (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Ven 31 Juil 2015 - 0:34

avatar
Reed Gallagher
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 25/07/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Jamie Dornan
Crédit avatar : (a) Razowski (s) Solosand
Messages : 1841
Nationalité / origines : Américain. Originaire d'Irlande.
Situation : Divorcé(e)
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en journalisme et en sciences politiques à l'UCLA.
Job/Métier : Rédacteur en chef du Los Angeles Times depuis fin 2014.
Adresse de résidence : Maison à Santa Monica.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron, Alice, Andreas & William.
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/


Reed oublie le goût quelque peu carbonisé de ce qu’il a en bouche quand il relève ses prunelles claires sur Oxanna, pauvre victime de la hardiesse enfantine d’Amelia. Il sait bien que cette dernière ne pense pas à mal, bien au contraire. Depuis longtemps, il a deviné combien cette enfant adore Anna. Leur entente ne laisse place à aucun mystère. Toujours pleine de tendresse et de complicité ; une qui le laisse souvent pantois, tant cela semble facile pour les deux concernées d’intéragir ensemble. Pour le peu de rendez-vous qu’il a acceptés avec les maîtresses d’école d’Amelia, Reed a toujours eu des retours faisant rapport d’une timidité et d’une difficulté à aller vers les autres. Après tout, les chats ne font pas des chiens. Reed lui-même n’était pas un enfant particulièrement avenant et il en était de même pour Sarah. Pourtant, aussi loin qu’il s’en souvienne, il semblerait que cela ait toujours été inné avec Oxanna.

Voyant celle-ci intimidée par la proposition d’Amelia, Reed s’apprête à la sauver d’un pétrin sans nom. Néanmoins, la brune prend la parole avant. « Je crois pas que je serais une très bonne maman. » Alors s’impose le silence. Royal, pendant plusieurs secondes. Le trentenaire la regarde, elle et ce qu’elle fait de la nourriture de son assiette. Il profite de son regard bas pour tenter de deviner, grâce aux expressions sur son visage, le fond de ses pensées. Cela dit, il n’a pas besoin de creuser longtemps dans ses méninges pour comprendre quelle pourrait être la source de ses maux apparents. Comment peut-on s’imaginer mère lorsque nous n’avons pas eu nous-même de modèle féminin auquel se raccrocher durant notre adolescence ? Un âge où l’on se construit, un âge où l’on a plus que jamais besoin de cette figure maternelle, d’autant plus quand on est une fille. Si Reed n’est pas un fin psychologue, il réussit pourtant à deviner la couleur du point sensible, ce qu’Amelia elle ne comprendra sans doute pas. « Mais je veux bien être la tata de week-end, si tu veux. » Le coeur serré par ce que son amie endure malgré lui et malgré sa fille, Reed redresse son visage, puis ses épaules, prêt à dire quelque chose. Il pourrait clôturer le sujet d’une phrase claire et efficace, une qui fermerait par la même occasion le bec trop confiant de son oisillon blond. Et puis, ce n’est pas comme si l’emploi du terme “tata du weekend” était agréable aux oreilles du rédacteur… Cela sonne trop creux, autant dans sa conscience que dans son âme. « Et puis, une maman, t’en a déjà une. » Amelia se trouve coincée devant ces sages paroles, pleines d’une perspicacité qu’elle avait sans doute voulu contourner pour séduire Oxanna. Si seulement elle savait par quoi était passé la jeune femme, si seulement elle avait été mature… Mais ce n’est pas le cas, et Reed sera le dernier à lui en vouloir. D’ailleurs, il va caresser ses cheveux mal peignés pour attirer son attention et use de mots à son tour concluants. « Ce n’est pas un jeu d’être maman, Amelia. Continue de manger s’il-te-plaît. » Il aurait aussi pu lui dire que leur grande amie avait bien d’autres chats à fouetter que de se projeter en mère durant ce repas improvisé, mais il se contente d’inciter sa fille à se concentrer sur son assiette pour laisser Anna tranquille, ce qui lui semble être le plus important. Et le dîner se passe bien, sur un ton plus décontracté. Ils évoquent la journée de la fillette, sa scolarité, ce garçon dont elle croit être entichée parce que toutes ses autres copines ont elles aussi un amoureux. C’est simple, doux, parfait.

« Je vais jouer dans ma chambre papa ! Anna, tu viens ? » Demande Amelia en lançant un regard emballé à la concernée, mais celui-ci se trouve contrecarré par la voix imposante de son père. « Non, Oxanna reste avec moi. On va discuter un peu. » Une moue boudeuse s’affiche sur le visage enfantin, mais très rapidement, elle se laisse pousser vers les escaliers et grimpe les marches à une vitesse folle, pensant déjà à toutes les histoires qu’elle va pouvoir jouer avec ses poupées dans sa chambre. Puis Reed revient vers la salle à manger et plus précisément vers la table où est resté son paquet de cigarettes. Il en sort une et l’allume, avant d’ouvrir la grande baie vitrée du salon. Son regard part à la recherchee de celui d’Anna et quand il le croise, il lui fait un signe de tête décidé. « Viens, on sera mieux dehors. » Pour que son intérieur ne sente pas trop le tabac – ce que Sarah lui fait remarquer à chaque fois – mais aussi pour profiter d’un cadre vert plus au frais, subtilement éclairé. Dehors, il s’assied sur un banc et attend que la jeune fille le rejoigne, le coeur léger grâce au vin qu’il a bu durant ce repas chaleureux. Néanmoins, ce qu’il s’apprête à dire ne manque pas de l’alourdir un peu, par la force des choses. Le regard tendre, il tourne son visage vers celui d’Anna pour prononcer : « Je suis navré pour les paroles d’Amelia tout à l’heure. » S’il pardonne tout à sa fille, il ne peut cependant pas se résoudre à laisser la soirée se passer sans revenir là-dessus. Il a senti qu’elle était embarrassée et pour cette seule raison, il tient au moins à s’excuser pour sa fille. « Mais si tu veux mon avis, quitte à choisir, je te préfère en fausse maman qu’en tata de weekend. » Ses lèvres se hissent sur les côtés et il rit légèrement, tandis que ses yeux sont accrochés à Oxanna. Cela apparaîtrait à n’importe qui, son désir de vouloir lui décrocher un sourire. D’ailleurs, il ne peut s’empêcher de raconter à voix haute cette vision qui s’invite tout à coup dans son esprit, sur un ton amusé. « Tu ne crois pas qu’on irait bien ensemble, le temps d’un diner dans un restaurant chic ? Il n’y aurait que ton père pour me tirer les bretelles, ça… » Et… Cela apparaîtrait à n’importe qui aussi qu’il n’a pas consommé qu’un seul verre de vin ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Lun 19 Oct 2015 - 17:33

avatar
Oxanna Sterling-Woods
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 27
Date d'inscription : 17/11/2014
Prénom : Isa
Célébrité : Adelaide Kane
Crédit avatar : razowski (chacha)
Messages : 1171
Nationalité / origines : américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : sa collection de talons hauts
Orientation sexuelle : Asexuel(le)
Etudes/études passées : Sociologie + 4e année
Job/Métier : héritière
Adresse de résidence : westwood
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur


Et la voix de Reed entre les assiettes, et ses doigts sur les ustensiles, prêt à les plonger dans les angoisses d'Anna. « Ce n’est pas un jeu d’être maman, Amelia. Continue de manger s’il-te-plaît. » Si, ça doit bien être un jeu, tente maintenant de se convaincre la brune. Ça doit être un jeu, puisqu'on peut baisser les bras, abandonner la partie, et se retourner pour passer à autre chose sans un regard en arrière. Ça doit bien être un jeu, pour que sa mère soit partie ainsi, perdante, laissant Jeremy Sterling terminer haut la main, sans sentiments, avec cupidité. C'est peut-être pour ça qu'Oxanna se plait à jouer à la reine de glace, ayant appris de leurs jeux à eux, alors qu'elle n'avait pour exemple que leur relation dysfonctionnelle. Qui sait, ce qui est inné et ce qui est appris, ce qu'on a en soi et ce qui nous est inculqué par notre environnement. Mademoiselle Sterling, Mademoiselle Woods, étirée entre ses origines, entre ce qu'elle est et ce qu'elle aurait pu être. Le repas se termine, comme toute bonne chose.

« Je vais jouer dans ma chambre papa ! Anna, tu viens ? » Demande Amelia, les yeux brillants, en approchant d'Anna, adorable comme jamais. Oxanna allait se lever pour la suivre, n'ayant ni le coeur, ni l'envie de refuser. sauf que la voix de Reed coupe ce qui aurait pu être un moment d'évasion. Avec Amy, Anna ne pense pas, il n'y a que le moment présent, que les rires, les jeux, les fées, les dragons. « Non, Oxanna reste avec moi. On va discuter un peu. » La voix de Reed est amicale, mais Anna se sent presque punie. Comme si elle avait fait quelque chose de mal. Elle ne veut pas discuter, parce qu'elle a peur des questions que posera Reed. Il voit à travers les craques, à travers les artifices et ça lui fait peur, à Anna. Ça lui fait peur, qu'un jour il devine ce qui ne doit pas être dit. Alors elle se tait, en craignant ce jour, cette éventualité.

Elle acquiesce, douce et silencieuse. « Viens, on sera mieux dehors. » Suivre docilement pour détourner l'attention. Faire ce qu'on attends d'elle, parce qu'elle n'a pas la force de tout briser pour s'extirper de sa peau, de cette carcasse qui ne lui ressemble plus. Sourire pour ne pas pleurer, elle ne connait que trop bien. Le ciel est noir, l'air est agréable, encore humide de la journée, mais ce sera frais dans quelques heures. « Je suis navré pour les paroles d’Amelia tout à l’heure. » Oxanna détourne le regard. Il n'a pas à s'excuser pour Amy. Elle dit ce qu'elle pense et Anna sait qu'elle devrait se sentir flattée qu'elle la voit ainsi, mais cette image la terrorise. La brunette sait pertinemment qu'elle serait une affreuse maman, elle ne sait pas comment on fait, pour aimer comme il faut, pour faire grandir, plutôt que d'écraser sous ses pieds.  « Mais si tu veux mon avis, quitte à choisir, je te préfère en fausse maman qu’en tata de weekend. » Et à travers sa tristesse, Oxanna trouve l'espoir de sourire, alors que Reed se fait mystérieux. Anna ne veut pas analyser ses mots, elle veut les savourer. « J'y connais pas grand chose, aux mamans, tu sais. » Lui avoue la demoiselle, le coeur moins lourd qu'elle l'aurait cru. Peut-être que Reed l'aide à porter ses mots, qu'il la porte à bout de bras, qu'il la tient en haut du vide, la retenant de tomber. La chute ne viendra pas, il sera là pour elle, c'est certain.

Les étoiles veillent sur leurs têtes, couvant le regard qu'ils partagent. « Tu ne crois pas qu’on irait bien ensemble, le temps d’un diner dans un restaurant chic ? Il n’y aurait que ton père pour me tirer les bretelles, ça… » Et c'est la surprise qui fait briller les yeux d'Anna, parce qu'elle ne pense pas, parce que son père est bien loin, bien enfoui sous ses ordres et ses responsabilités. Et le présent est si agréable, si scintillant de possibilités. Elle peut facilement s'imaginer dans un belle robe, souriant au bras de Reed, habillé d'un habit noir, habillé de son coeur recollé. « Oui ... » Répond Anna, Oui, on irait bien ensemble. Elle a joué avec l'idée dans sa tête bien des fois, n'ayant jamais le courage de s'avouer que c'est peut-être plus, que c'est peut-être sérieux. Et pour apprécier les étoiles, Anna laisse tomber sa tête contre l'épaule de Reed, y creusant sa place, incapable de fuir, même si tout ça lui noue l'estomac. « Et on irait manger où ? » Questionne Anna, voulant se faire conter le rêve qu'elle a peur de saisir. Cette possibilité lui plait, à condition que Reed ne se réveille pas un matin en ne la voyant que comme une enfant. Mais ses doutes, Oxanna les fait taire. Cette nuit est trop belle pour avoir peur.


nothing scares me anymore
⊹There she was my new best friend. High heels in her hands, swayin' in the wind While she starts to cry, mascara runnin' down her little Bambi eyes (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Mar 3 Nov 2015 - 17:14

avatar
Reed Gallagher
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 25/07/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Jamie Dornan
Crédit avatar : (a) Razowski (s) Solosand
Messages : 1841
Nationalité / origines : Américain. Originaire d'Irlande.
Situation : Divorcé(e)
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en journalisme et en sciences politiques à l'UCLA.
Job/Métier : Rédacteur en chef du Los Angeles Times depuis fin 2014.
Adresse de résidence : Maison à Santa Monica.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron, Alice, Andreas & William.
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/


J’y connais pas grand chose, aux mamans, tu sais.

Ces mots résonnent un moment dans l’esprit du trentenaire, déjà père depuis bientôt neuf ans. La tendresse que l’on peut lire sur son visage, quand il détourne son regard vers Oxanna, exprime ô combien elle réussit à toucher son cœur, encore une fois. C’est doux, et amer à la fois. La pensée, l’arrière-pensée. Il n’y a qu’elle, pour le toucher de cette façon. Sur des sujets qui, évoqués d’une autre bouche, n’auraient eu aucun impact.

Reed ne connaît pas Elisabeth Woods. Il ignore s’il aurait aimé ou non la connaître ; la vérité, c’est qu’Anna lui suffit à elle toute seule, dans toute sa grandeur, avec ses forces et ses faiblesses. Oxanna et son monde qu’il aimerait tant envelopper, rassurer. Oxanna, cette fille à papa si peu rattachée à cet homme aux cigares, cette fille qu’une mère n’a pas suffisamment protégée. Ce rôle de gardien qu’il a et qui lui tient tant à cœur, c’est l’héritage d’un couple absent. Les douloureux cendres d’Elisabeth et Jeremy. Et peut-être que Reed n’aimerait rien changer à tout cela, finalement. Car qui sait, ce qui peut renaître des cendres…

─ Tu as encore le temps pour ça.

Pour élargir ses connaissances, sur les mamans. Pour découvrir la joie, la peur et toutes ces autres émotions qui vont avec la découverte de la maternité. Le rédacteur en chef sourit alors avec une fierté ambiguë, bien conscient qu’il n’était pas question de ça mais décidé à garder le cap sur l’optimisme. Anna est si jeune encore. C’est loin de la mélancolie du monde qu’elle devrait se tenir. Loin des regrets qui vont et viennent avec la vie.

Il a toujours préféré sa légèreté. Sa candeur, pour le peu qu’il lui reste. Les expériences de la vie lui ont peut-être ôté une grande partie de son innocence, mais Reed sait n’a jamais laissé tomber la plus petite partie, encore enfouie en elle. Celle qui la détend, celle qui lui fait oublier, le temps de quelques instants, ce nom lourd à porter qui est le sien. Avec lui, elle n’a rien à prouver, elle n’a pas à être à la hauteur. Il l’a connue plus jeune et il l’a vue grandir, sous plusieurs coutures. Les faux semblants n’ont jamais été de rigueur avec lui, l’attitude de reine des glaces non plus. Entre eux, la simplicité et la complicité règnent. Rien ne leur a jamais été dicté.

Et ce soir, au fond de ce jardin partiellement éclairé, le trentenaire se révèle mystérieux avec cette vision qu’il conte à Oxanna. Son plus grand bonheur est qu’elle y songe, elle aussi. Qu’elle se laisse aller doucement.

─ Hmm… Dans un grand restaurant, tout en haut d’un gratte-ciel. On aurait la vue sur Los Angeles de nuit. Toutes les lumières de la ville et toutes les étoiles ne scintilleraient que pour nous. Il sourit encore, avant d’ajouter : Tu serais très belle, évidemment. Les hommes de la salle venus en compagnie de leur vieille épouse défraîchie te regarderaient, et peut-être que je serais un peu jaloux.

Sa cigarette se consume lentement entre ses lèvres, et quand sa main s’éloigne à nouveau, le rédacteur quitte cette bulle de songe dans laquelle il s’est laissé porter pendant un vague instant. Avec un air impénétrable sur le visage, il abaisse son regard plus bas, vers l’herbe d’abord, puis vers les mains de la jeune fille. S’il est si difficile de savoir à quoi il pense à cet instant, c’est probablement parce qu’il n’aimerait pas lui-même le crier sur les toits. Mais le murmurer…

─ Ça te plairait ?

Il oscille entre le sérieux et la légèreté. Il oscille entre beaucoup d’autres choses…


Les hommes forts sont ainsi. Au zénith de l'amour, ils réfléchissent encore, ils calculent et leur décision est sans appel. Pancol
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Mer 18 Nov 2015 - 16:26

avatar
Oxanna Sterling-Woods
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 27
Date d'inscription : 17/11/2014
Prénom : Isa
Célébrité : Adelaide Kane
Crédit avatar : razowski (chacha)
Messages : 1171
Nationalité / origines : américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : sa collection de talons hauts
Orientation sexuelle : Asexuel(le)
Etudes/études passées : Sociologie + 4e année
Job/Métier : héritière
Adresse de résidence : westwood
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur


─ Tu as encore le temps pour ça. » Réponds Reed confiant, comme s'il savait que tout irait bien, comme si on pouvait rattraper le temps perdu. Comme si les années d'absences n'avaient pas atrophié son coeur de femme. Comme si tout le mal n'était pas fusionné à ses os. Comme s'il était encore temps pour la sauver. Parce que Reed, sans être bavard, dit toujours juste ce qu'il faut. Un peu plus, et il manquerais d'effrayer la bête blessée qui git entre les côtes d'Anna.

Le jardin est maintenant baigné d'ombres. Les arbres s'enlacent, la balançoire est animée des âmes d'enfants qui ont maintenant grandis. Et c'est dans ces petits moment qu'Anna oublie d'avoir mal. La pénombre ambiante aspire son ombre, ses démons. Il ne reste que Reed et le ciel étoilé. Que le présent et l'espoir d'un futur. Mais à trop espérer, on prends la chance de se brûler les ailes.

Et la question d'Anna trouve réponse entre les lèvres de Reed. « Hmm… Dans un grand restaurant, tout en haut d’un gratte-ciel. On aurait la vue sur Los Angeles de nuit. Toutes les lumières de la ville et toutes les étoiles ne scintilleraient que pour nous. » Et sa voix est rauque, chaleureuse, comme une chanson d'autrefois dont on ne se rappelle que l'air. « Tu serais très belle, évidemment. Les hommes de la salle venus en compagnie de leur vieille épouse défraîchie te regarderaient, et peut-être que je serais un peu jaloux. » Et cette idée, ça plait à Anna. Reed serait sien, pour une soirée, pour un moment. Et Oxanna ne peut s'imaginer n'avoir d'yeux que pour Reed. À travers un regard extérieur, ils envieront ces deux âmes bien assorties, et pour une fois, Oxanna ne se souciera pas de ce qu'ils peuvent bien penser. Il n'y aura que l'opinion de Reed qui comptera.

Ça devrait la déranger, qu'il fume. Mais c'est Reed et c'est autre chose que ces cigares aux souvenir amers. Ça danse dans l'air, la fumée blanche. Ça fait tourner son coeur, sans violence. Et Oxanna peut s'imaginer avec Reed, déambulant comme une princesse dans un de ces endroits que son père approuverait. Ce rêve de grandeur, ça fait rêver Anna. « Ça te plairait ? » Questionne Reed. Et avant même que les mots puissent sortir de la bouche d'Oxanna, ses yeux brillants peuvent facilement répondre à sa place. « J'attendrai ton invitation. » Conclut la demoiselle, reconnaissante à la nuit qui cache le rouge qu'elle a aux joues. Elle veut pas s’épandre en grands discours, elle n'en a pas besoin. Reed sait, Reed devine.

Le temps s'étire. La nuit aussi.

Les mains d'Anna se cachent sous ses cuisses, alors que l'air frisquet la brusque. Elle voudrait que ce moment n'ait pas de fin, que cette paisible nuit reste immobile, intouchée, dans le temps comme dans ses souvenirs. « C'est frisquet tout à coup. Tu veux rentrer ? ou on se dit bonne nuit ? » Et c'est à contrecœur qu'elle propose la seconde option. Ça la frappe soudainement : Ils n'ont jamais étés seuls, comme ça, la nuit. Ils se voient pour diner, de jour le week-end, mais jamais quand il fait noir. Comme si c'était la ligne entre l'amitié et quelque chose de plus.


nothing scares me anymore
⊹There she was my new best friend. High heels in her hands, swayin' in the wind While she starts to cry, mascara runnin' down her little Bambi eyes (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   Lun 7 Déc 2015 - 19:46

avatar
Reed Gallagher
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 25/07/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Jamie Dornan
Crédit avatar : (a) Razowski (s) Solosand
Messages : 1841
Nationalité / origines : Américain. Originaire d'Irlande.
Situation : Divorcé(e)
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en journalisme et en sciences politiques à l'UCLA.
Job/Métier : Rédacteur en chef du Los Angeles Times depuis fin 2014.
Adresse de résidence : Maison à Santa Monica.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron, Alice, Andreas & William.
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/


Elle attendra son invitation. Et cela semble si simple. Idéal. Mielleux, sucré à souhait.

Il la regarde un moment, observe ces deux prunelles brillantes qui lui prouvent, à elles seules, que leur relation est si précieuse. Une relation qui les unie presque intimement, mais surtout mystérieusement. Que des étrangers étudieraient avec des yeux plein de soupçons. Mais pourquoi vouloir forcément poser des mots sur ces choses qui interrogent et qui persistent à être indéfinissables, tant qu’elles demeurent belles et paisibles ?

L’âme de Reed est en paix ce soir. Sarah est passée, Amelia est à sa place, quant à Oxanna, elle est là, sereine contre lui. Il ne pourrait demander mieux ; c’est à peine s’il y songerait. Le temps s’écoule tout à coup plus rapidement, comme si l’instant avait été trop beau pour durer éternellement. Et c’est quand il s’efforce de graver cette invitation dans l’un des nombreux tiroirs de sa mémoire que la douce voix d’Anna résonne à nouveau.

Il n’avait pas froid ; ce sont ses mots à elle qui le rappellent à l’ordre. Peut-être qu’il fait un peu frais, finalement…

─ On va rentrer. Je vais aller coucher Amelia… Tu peux rester un peu si tu veux, propose-t-il calmement, avant d’étouffer le bout de sa cigarette dans le cendrier qui traîne à ses pieds.

Peu après il se lève, se détachant ainsi du corps de la brunette. Ensemble, ils regagnent l’intérieur de la demeure Gallagher et montent à l’étage pour souhaiter une bonne nuit à l’enfant. Amelia est en proie à une douce confusion, ce soir-là, quand elle voit son père et Anna quitter ensemble sa chambre. Avant, c’était une chevelure blonde qui accompagnait toujours son père et là, tout est différent. Tout… Sans que cela ne soit douloureux. Sans qu’elle s’en inquiète.

Quand les deux adultes redescendent, l’aîné des deux reçoit un appel téléphonique qui promet d’être long. Il fait signe à l’étudiante et l’étudiante décide de s’éclipser, ce qui n’étonne guère Reed. Il aurait préféré être tranquille ce soir et profiter davantage de la présence d’Oxanna, mais le travail, reste le travail…

Une heure plus tard, il est encore au téléphone, seul depuis bien longtemps… Mais sur sa joue, une très légère marque de rouge à lèvres persiste.

Fin du sujet love


Les hommes forts sont ainsi. Au zénith de l'amour, ils réfléchissent encore, ils calculent et leur décision est sans appel. Pancol
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the (wrong) time for somebody new + (OXEED)   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
the (wrong) time for somebody new + (OXEED)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wrong Time, Wrong Memories...
» MINI-EVENT 9 ⊹ wrong place, wrong time
» (MARQUES D'ÂMES & MALADIE DE HANAHAKI) What if you find your soul mate at the wrong time?
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Les logements-
Sauter vers: