Partagez
 

 Mauvais timing. Andy&Maggie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Mauvais timing. Andy&Maggie   Mauvais timing. Andy&Maggie EmptyDim 10 Mai 2015 - 22:47

avatar
Invité
Invité

Mauvais timing. Andy&Maggie Empty

 
—Andy & Maggie—

Mauvais timing.

Mauvais timing. Andy&Maggie Large« Et n'hésitez pas revenir vers moi si vous avez besoin de plus de réponses, Mlle Wallace. » Le professeur d'Histoire Antique a toujours un ton calme et de la générosité à revendre quand on lui parle en privé. Le cours est terminé depuis un petit bout de temps mais j'avais besoin d'en savoir plus, surtout maintenant que les partiels approchent à grands pas. La dernière ligne droite avant d'atteindre ce vent de liberté dont je rêve. « Merci beaucoup, au revoir. » Je tourne les talons pour me rendre compte de la solitude immense que l'on ressent lorsque cet amphithéâetre est désert. L'écho de ma voix me revient en pleine tête et c'est... intimidant. Rapidement, je me faufile jusqu'à la grande porte, en attrappant mes affaires au passage, pour m'échapper dans un soulagement.
Il est encore tôt et je me dis que ce serait l'heure idéale pour sortir faire un petit footing au parc. Ca ne fait pas de mal avant l'été parait-il, bien que je sois tiraillée par cette idée que courir est inutile dans mon cas, puisque je sais pertinement que je vais m'enfiler deux trois clopes après l'effort. C'est comme pêcher un poisson et lui détruire la mâchoire, pour finalement le remettre dans l'eau. Chercher l'erreur.
Je déambule bien vite dans les couloirs jusqu'à frapper le coude de quelqu'un par inadvertance. « Oups pardon. » Dis-je par réflexe en me retournant vers cet inconnu, qui visiblement se fichait de moi et continuer son chemin. C'est sans compter sur mon exquise maladresse qui me fit rater la première marche des escaliers descendants. Mon pied glisse sur le rebord de la marche et tout mon corps est propulsé en arrière. BAM. « Aïe, putain ! » Je m'écrie quand mon coccyx prend un coup. Je regarde mon sac dévaler les escaliers sans moi, abandonnant au passage quelques affaires qu'il contenait. Heureusement que je n'avais pas pris mon ordinateur aujourd'hui !  
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mauvais timing. Andy&Maggie   Mauvais timing. Andy&Maggie EmptyLun 11 Mai 2015 - 0:04

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

Mauvais timing. Andy&Maggie Empty

Un énième rendez-vous avec ce bon vieux Fletcher, professeur de marketing mais également mon maître de recherche depuis trois ans déjà. Il m'a suivi durant tous mes stages et encore aujourd'hui, il se montre toujours intéressé par mon travail ; c'est bien l'un des seuls. Pour ça, il a gagné toute ma considération et même plus. Je dois le reconnaître, réussir ma thèse lui sera aussi dédicacé, en quelque sorte... En sortant de la pièce, je place mes dossiers sous mon bras et me rapproche d'un groupe dont je connais la moitié des étudiants au moins. On se serre la main et on s'adresse quelques mots sur la vie, le boulot, les études et une ou deux sorties de prévues d'ici les prochains jours, tout ce qu'il y a de plus habituel. J'ai du mal à réaliser que d'ici quelques mois à peine, je serai rayé de la liste des étudiants de cette université à jamais. Huit années de ma vie là-dedans, putain, et je vais m'en sortir avec seulement une espèce de déguisement à la con et un morceau de papier symbolique. Franchement, entre nous, après autant d'années à étudier dans ces salles parfois austères, ils pourraient penser à une récompense un peu plus mémorable je trouve. Une somme d'argent, une exposition médiatique, quelque chose dans le genre... Comment ça j'abuse ? Mes potes sont d'accord eux aussi, même s'ils se marrent en cœur. Je finis par les saluer afin de me diriger vers la cafétéria et d'y prendre un café mais c'est un tout autre événement qui attire mon attention quand je passe près des escaliers. Un bruit de chute détonne et s'en suit une avalanche de feuilles et d'outils en vrac. Mes yeux ne peuvent manquer cela mais hélas, quand ils se posent un peu plus haut sur la personne victime de la chute, elle est déjà écrasée sur les marches. « Aïe, putain ! » Sacrebleu, c'est notre chère Maggie qui vient de se rétamer par terre en public, Maggie que je n'ai pas vue depuis... Seigneur, depuis une éternité en fait. Tout du moins, je me souviens avoir croisé quelques fois son regard lors de soirées, mais rien de plus. En tout cas, là, face à sa tronche déconfite, j'ai bien du mal à me retenir de rire. « Bordel Wallace, tu sais décidément bien comment te faire remarquer. » Vous pensiez que j'allais la laisser croupir ainsi sans lui proposer la moindre aide, hein ? Vous pensiez que j'étais un gros connard ? Bande d'enflures, je suis un gentleman quand je veux. Quand j'y trouve un intérêt... « Ça va ton dos ? » Un vague sourire accroché aux lèvres, j'attrape les quelques affaires éparpillées à la va-vite et grimpe trois marches pour aller m'asseoir à côté d'elle, comme ça. Je lui tends ses feuilles et relève mon regard vers le sien, souriant. « T'aurais pu m'appeler simplement pour attirer mon attention plutôt que de risquer ta vie. » Elle n'a pas dû oublier mon amour pour la provocation, et quant à moi, je n'ai pas oublié l'effet de son regard sur moi.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mauvais timing. Andy&Maggie   Mauvais timing. Andy&Maggie EmptyLun 18 Mai 2015 - 17:00

avatar
Invité
Invité

Mauvais timing. Andy&Maggie Empty

 
—Andy & Maggie—

Mauvais timing.

Mauvais timing. Andy&Maggie LargeBordel il fallait que ça tombe sur moi quoi. Je ne relève même pas la tête vers les personnes aux alentours, je sais d'or et déjà qu'elles doivent pleinement ricaner. Alors je jure silencieusement entre mes dents en reprenant mes esprits, aggripée à la rembarde de l'escaliers. Mon derrière me crie à l'aide, je le masse doucement comme une vieille dame, parce que j'ai l'impression qu'au moindre mouvement, je risque de me casser quelque chose. Sans déconner, je suis petite mais tomber de ma hauteur ce n'est pas rien non plus. C'est là que j'entends cette voix familière, qui me fait dresser l'oreille. « Bordel Wallace, tu sais décidément bien comment te faire remarquer. » Andréas. Forcément, quitte à avoir la poisse, autant me casser la figure devant une connaissance. Enfin, une connaissance... Lui. Ironiquement, je souris quand je le vois. Pour sa blague, mais aussi pour sa belle gueule qui est restée la même. « Evidemment il fallait que tu passes par là à ce moment toi hein ! » Je ne me souviens même plus de la dernière fois où l'ont s'est vu. Enfin, à l'exception de deux trois coups d'oeil en soirée, mais rien de bien franc et direct. Je n'aurai pas pu rêver mieux comme retrouvailles dis donc. Je crois que j'aurai quand même préféré le croiser dans un moment de gloire et non de honte ou de maladresse comme maintenant. Gentiement, il ramasse mes affaires, toujours aussi galant -ça fait son charme-, puis venir s'asseoir à côté de moi pour me les rendre. « Ça va ton dos ? » « Bah j'ai mal quand même, mais rien de casser, c'est le principal. » Je tente de toucher le bas de mon dos pour évaluer ma douleur, tout en cherchant à camoufler ma mine gênée. « C'est cette marche là, je l'avais pas vu ! » Je me justifie, comme si je pouvais être innocentée face à ma maladresse. S'il y a bien quelque chose qu'on ne peut m'enlever c'est ça, ce deuxième pied gauche que je me trimbale en permanence, malgré moi. « T'aurais pu m'appeler simplement pour attirer mon attention plutôt que de risquer ta vie. » Toujours aussi piquant dans ses paroles. Je suis ravie de constater que le jeune Klein n'a pas tant changer. Immanquablement, ça ravive de bons souvenirs dans ma mémoire et je ne peux réprimer ce sourire amusée, comme autrefois. Ce jeu cessera-t-il ? « Oui, mais tu sais très bien que j'aime soigner mes entrées. » Même si celle-ci était... rocambolesque. « On va dire que j'avais envie de te surprendre tu vois. »  
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mauvais timing. Andy&Maggie   Mauvais timing. Andy&Maggie EmptyDim 24 Mai 2015 - 18:50

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

Mauvais timing. Andy&Maggie Empty

Maggie … Une parmi tant d'autres et pourtant, elle a quand même un petit truc en plus. Une complicité, peut-être. Notre aventure n'a pas duré bien longtemps mais avec elle au moins, ça s'est plutôt bien terminé. La preuve, je ne marche pas sur des oeufs chaque fois que je la revois. Au contraire, c'est bon enfant. « Evidemment il fallait que tu passes par là à ce moment toi hein ! » J'ai de la chance, c'est vrai, et le sourire d'enfoiré qui va bien avec en prime. Mais celui-ci, je suis prêt à parier qu'elle l'adore. « Le feeling de l'expert. » Que je réponds avec malice en faisant semblant d'humer l'air ambiant. En réalité, moi et le feeling, l'intuition, et tous ces autres trucs, ça ne fait pas un. J'aime juste y croire pour cette fois. Une fois assis à côté d'elle – et me fichant éperdument de gêner des gens dans leur montée et descente des escaliers –  je pose alors toute mon attention sur mon amie. « Bah j'ai mal quand même, mais rien de casser, c'est le principal. » J'ai peut-être un peu tendance à sous-estimer sa chute, qui fut pourtant spectaculaire, digne d'un numéro de clown au cirque. Mes yeux l'observent quand elle tente de redresser un tant soit peu son dos, en peine il faut le dire, et mon sourire s'efface au fil des secondes. « C'est cette marche là, je l'avais pas vu ! » Oui en effet … « La garce, cette marche. » Le coin de mes lèvres s'étire. « Tant mieux si rien n'est cassé, ça aurait été con quand même. » Et j'enchaîne avec mon numéro à moi, celui que je maîtrise à la perfection et qui rime avec “égocentrisme”. Maggie s'en amuse et moi je me trouve bête à compter les points que je gagne encore avec ça. On n'change pas aussi facilement …  « Oui, mais tu sais très bien que j'aime soigner mes entrées. On va dire que j'avais envie de te surprendre tu vois. » Et elle répond plutôt bien, pour ne pas changer de d'habitude. Je suis bien placé pour savoir que Maggie est une joueuse, de toute façon. Les vestiaires du stade s'en souviennent. Un instant silencieux, mes yeux dans les siens, je finis par hocher faiblement la tête. « Eh bien c'est réussi, et la foule a été surprise avec moi en plus. On se souviendra désormais de toi comme la fille qui s'est ridiculement cassé la gueule dans les escaliers de la fac. Flatteur. » Je me marre joyeusement, espérant qu'elle prendra ça à la rigolade aussi. Ensuite je me lève et descends une marche, puis deux, avant de me tourner vers elle. « Je t'offre le café, mamie ? C'est pas grand chose mais promis, il aura meilleur goût que tous les autres. Pour me faire pardonner. » De m'être moqué d'elle … Enfin, j'dis ça, mais le prétexte du café c'est surtout pour parler un peu, qu'on ne s'y trompe pas. C'est pas comme si je faisais réellement ça pour me faire pardonner … Qui y croirait ?



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mauvais timing. Andy&Maggie   Mauvais timing. Andy&Maggie EmptyMer 27 Mai 2015 - 13:22

avatar
Invité
Invité

Mauvais timing. Andy&Maggie Empty

 
—Andy & Maggie—

Mauvais timing.

Mauvais timing. Andy&Maggie LargeOn peut dire ce qu'on veut, revoir Andy fait plaisir, fait du bien. Il est le souvenir d'une époque insouciante, où tout allait bien dans ma vie. Ca me manque un peu... « La garce, cette marche. » Et ses vannes moqueuses me font sourire, toujours. « Tant mieux si rien n'est cassé, ça aurait été con quand même. » Con, c'est le mot adequate pour définir ma chute. Je m'amuse de son ironie pointilleuse et continue sur sa lancée. Lui comme moi n'avons pas oublié le taquinerie de l'autre. On va dire que ce jeu apaise un peu ma douleur aux fesses. Entre autres.
Le surprendre hein ? « Eh bien c'est réussi, et la foule a été surprise avec moi en plus. On se souviendra désormais de toi comme la fille qui s'est ridiculement cassé la gueule dans les escaliers de la fac. Flatteur. » Immédiatement, je prends un air faussement outrée et lui envoie un petit coup de coude dans les côtes. « Tu te fiches de moi, je rêve ! » Je ris bêtement avec lui, parce qu'au fond il a raison. Cette entrée en matière n'est pas vraiment celle que j'aurai espéré. Mais n'est-ce pas ça qui rend la chose amusante. Même si mon derrière ne vous dirait pas la même chose. Je le regarde descendre quelques marches, pensant qu'il allait partir. Et je n'en ai pas envie, alors, j'hésite un instant avant de dire quelques mots de plus, mais il me devance. Souriant, il se retourne vers moi et dit : « Je t'offre le café, mamie ? C'est pas grand chose mais promis, il aura meilleur goût que tous les autres. Pour me faire pardonner. » Se faire pardonner ? Pour les moqueries ? Mon œil. Je souris à mon tour, comblée par cette proposition. Au delà de l’ambiguïté et des souvenirs qu'il provoque, Andy reste d'une générosité folle. Les gens comme ça sont trop rares de nos jours. « S'il a meilleur goût que les autres, je ne peux refuser. » J'attrape mes affaires et me lève -difficilement- pour le suivre.  

On s'installe finalement à la terrasse d'un petit café, pas loin de l'université. Je connais un peu cet endroit, et Andréas a raison, leurs cafés sont vraiment bons ! Le soleil tape sur ma peau et ça fait vraiment du bien, alors je m’assoies du côté ensoleillé de la terrasse, histoire de prendre un peu de couleur. « Alors alors, Mister Klein, quoi de neuf hein ? Ça fait vraiment un paquet de temps qu'on s'est pas vu. Est-ce que tu es devenu un ministre ou un grand sportif ? » En souvenir de l'épisode du vestiaire du gymnase.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mauvais timing. Andy&Maggie   Mauvais timing. Andy&Maggie EmptyJeu 28 Mai 2015 - 16:40

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

Mauvais timing. Andy&Maggie Empty

« S'il a meilleur goût que les autres, je ne peux refuser. » Voilà ce que je voulais entendre. Nous avons passé assez de temps sur ces marches comme deux squatteurs, il est temps de bouger d’ici et d’aller faire quelque chose d’un peu plus intéressant. Non pas que sa chute ait été inintéressante, oh non … Cela m’a permis de ne pas la louper, disons. Sans cette mise en scène digne d’un spectacle, je l’aurais sûrement manquée, elle se serait perdue dans la masse étudiante et moi aussi, sans doute. Cette chute, c’était un coup du destin encore. Seuls ces moments hilarants me donnent envie d’y croire, d’ailleurs.

Les cafés de Marco, ce sont les meilleurs de Los Angeles. J’ai fait pas mal de terrasses dans cette ville et c’est toujours là que je préfère revenir. Une chance que ce soit situé si près de l’université et de chez moi, d’ailleurs. Ce Marco, c’est en plus un mec chaleureux et surtout, très bon vendeur. On pourrait se dire que tenir un café ce n’est pas grand chose mais j’suis persuadé que c’est faux, et quoi qu’il en soit, Marco il a la fibre. Quand je viens le matin avant mes cours, en plus d’avoir un café délicieux pour démarrer la journée, j’ai en plus la chance de discuter cinq minutes avec un adorable type, un de ceux qui a le temps pour vous. Cela dit, la terrasse est pleine à ras bord ce soir, il ne doit pas chômer. Et Maggie, elle se faufile de suite pour prendre la place au soleil, pas d’chance pour moi, mais chance pour elle que je ne sois pas d’humeur à chipoter. La pauvre, elle vient quand même de se taper la honte dans un escalier, ça serait dégueulasse de l’emmerder avec une histoire de chaise.

Installé à mon aise face à elle, j’étends mes jambes sur le côté et pose mes bras sur les accoudoirs. Calé comme un prince. Enfin un prince moderne. « Alors alors, Mister Klein, quoi de neuf hein ? Ça fait vraiment un paquet de temps qu'on s'est pas vu. Est-ce que tu es devenu un ministre ou un grand sportif ? » Dans les deux cas, ça serait vraiment pas mal …  Je m’imagine un instant ministre, dans un appart cinq étoiles à Washington et avec un rythme de fou … ouais, franchement, ça en jetterait autant que grand sportif. Je souris un peu avant de lever mes mains en l'air. « J’attends toujours ma nomination au ministère de l’économie … et celle pour participer aux JO. Franchement s’ils prenaient le temps de me chercher, ils ne seraient pas déçus. Toi-même tu sais. » Ajouté-je avec amusement. Ouais, elle aussi elle est venue me chercher à l’époque … Elle m’a trouvé et ça a été génial, dans mes souvenirs. « On s’est lancés dans une affaire avec Joshua, une boutique de musique pas très loin d’ici. Entre lui qui touche à la musique et moi au business, c’était en théorie idéal … Bon ce n’est pas simple tous les jours mais on a de la chance, ça marche plutôt bien grâce à la renommée de Joshua. » C’est facile de parler des affaires, et ça fait toujours plaisir. En tout cas, à titre personnel. « Voilà du coup … Ni ministre ni grand sportif, mais propriétaire d’un magasin et manager d’un artiste en prime. Josh m’assure une vie relativement tranquille pour le moment, il a intérêt de continuer sur cette lancée. » Dis-je alors avec un petit sourire. « Le portrait te plait toujours alors ? J'espère rester à la hauteur des espérances de Maggie Wallace. » Quoi, c'est elle qui a commencé …



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mauvais timing. Andy&Maggie   Mauvais timing. Andy&Maggie EmptyVen 5 Juin 2015 - 0:53

avatar
Invité
Invité

Mauvais timing. Andy&Maggie Empty

 
—Andy & Maggie—

Mauvais timing.

Mauvais timing. Andy&Maggie Large« J’attends toujours ma nomination au ministère de l’économie … et celle pour participer aux JO. Franchement s’ils prenaient le temps de me chercher, ils ne seraient pas déçus. Toi-même tu sais. » Encore une fois, il évoque des souvenirs dans ses sous-entendus, et je ris. En effet, je ne peux confirmer ses compétences sportives, même si ce n'est pas vraiment le même domaines. Il continue de m'expliquer sa nouvelle vie, et son investissement dans la musique avec Joshua. Je me souviens vaguement que Josh avait évoqué cette idée à Coachella, c'est vrai. Et autant dire que ça a marché puisque Monsieur a tellement décollé qu'on peut le voir dans presque toute l'Amérique. « Ouais, ton cousin est un petit génie, on ne peut pas le nier ! Je suis contente que ça marche. » Je me rappelle des débuts du chanteur, avec son groupe. Ca me laisse presque un arrière goût de nostalgie. J'attrape mon sac pour choper le paquet de cigarette qui s'y trouve au fin fond. J'en chope une, la glisse entre mes lèvres et tend le paquet à Andréas. Je ne me souviens plus s'il fume ou non, mais par politesse, ça me ferait plaisir d'en griller une avec lui. Encore une addiction dont je ne me suis pas dépétrée. Et je me demande si ça se fera un jour, ou si je mourirai du cancer avant. Rapidement, j'en allume le bout pendant qu'il continue de me parler. « Voilà du coup … Ni ministre ni grand sportif, mais propriétaire d’un magasin et manager d’un artiste en prime. Josh m’assure une vie relativement tranquille pour le moment, il a intérêt de continuer sur cette lancée. » « Manager carrément ? » J'avoue être impressionnée quand j'entends ça, et le regarder timidement. « T'y es quand même un peu pour quelque chose alors s'il a ce succès. T'as de bons contacts quoi... » Il n'a pas vraiment à s'inquiéter pour la lancée de Joshua. Ce ne sont que les débuts, et je ne doute pas que son succès grandisse encore. « Le portrait te plait toujours alors ? J'espère rester à la hauteur des espérances de Maggie Wallace. » Je fais tomber la cendre au bout de ma cigarette et la fait tomber dans le cendrier, toute sourire. C'est au delà de mes espérances. Andréas a fait son bout de chemin, c'est clair, mais je ne pensais pas qu'il grandirait aussi vite. Je fais un moue scotchée. « Le portrait me plait ouais. En vérité je suis plutôt épatée, je t'avoue. Tu termines quand même la fac avec deux plans survie à ton actif. La boutique et Josh, c'est carrément top ! » Klein est toujours plein de ressources à ce que je constate. En comparaison, les miennes sont minces. Je suis peut-être pas assez terre à terre, qui sait...
Le serveur arrive enfin. Andréas semble assez bien le connaître. Je commande un chocolat chaud ; oui je ne suis pas très café en journée. A part celui du matin, j'ai du mal. Encore un autre habitude étrange. « Du coup, tu restes à L.A l'an prochain quand même ? Puisque tu as la boutique. » Ce serait mentir que de dire que je n'aimerai pas le recroiser un de ces quatre... Je serai déçue d'apprendre que cette entrevue puisse être la dernière.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mauvais timing. Andy&Maggie   Mauvais timing. Andy&Maggie EmptyLun 8 Juin 2015 - 15:23

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

Mauvais timing. Andy&Maggie Empty

Maggie me tend son paquet de cigarettes et j’en prends une volontiers, n’ayant pas fumé depuis … peut-être bien depuis hier, même. Après l’avoir allumée, je l’amène à mes lèvres et profite de la détente. C’est l’étonnement que je lis bientôt sur son visage, lorsque je lui annonce ce que je deviens. « Manager carrément ? » Forcément, ça surprend, ce n’est pas le genre de profession qu’on croise à chaque coin de rue. J’ai moi-même un peu de mal à réaliser parfois, ayant presque toujours baigné dans la musique avec la passion de Joshua et avec toutes ces années à enchaîner les stages ici et là pour tenter de laisser une trace dans le monde du marketing et de la publicité. Finalement aujourd’hui j’ai juste envie de mettre ça sur le compte du mérite, que ça plaise ou non. « T'y es quand même un peu pour quelque chose alors s'il a ce succès. T'as de bons contacts quoi... » Je souris vaguement, haussant un peu les épaules. « Joshua et sa popularité, surtout. Dans ce milieu, c’est un peu le système des dominos … Tout s’enchaîne à une vitesse folle une fois que le public est conquis. Moi j’essaye de lui assurer ses arrières avec mes compétences pour le moment mais je ne pourrai bientôt plus le faire, il faudra que je me consacre de plus près au magasin. Ça c’est ma plus belle réussite. Josh … je sais qu’il ira loin avec ou sans moi, tu vois ? » C’est toujours tentant de jouer sur plusieurs tableaux tant qu’on le peut, mais je ne serai cependant pas capable de gérer tout ce travail éternellement.


Je l’observe un moment en silence quand elle débarrasse sa clope de ses cendres, appréciant finalement sa présence, comme toujours. Maggie, c’est une fille simple comme on n’en voit plus assez, assurément. « Le portrait me plait ouais. En vérité je suis plutôt épatée, je t'avoue. Tu termines quand même la fac avec deux plans survie à ton actif. La boutique et Josh, c'est carrément top ! » Elle me fait un peu rire, elle et tous ces gens aux avenirs incertains qui emploient le terme « plan de survie », parce qu’à l’évidence dans la branche que j’étudie, j’ai eu le luxe de ne pas avoir à penser de cette façon. J’allais forcément avoir un plan de vie, et non de survie. « C’est l’étudiante en histoire qui dit ça … » Je lui adresse un petit clin d’oeil, symbole de légère compassion pour sa galère. Ce n’est pas méchant, rassurez-vous, seulement du réalisme. Marco arrive alors ; je lui adresse deux trois mots et commande mon habituel café. « Du coup, tu restes à L.A l'an prochain quand même ? Puisque tu as la boutique. » A mon tour, je viens faire tapoter le bout de mon cylindre contre le rempart du cendrier. « Oui, maintenant je n’ai plus trop le choix. » Mais je l’ai pris, ce choix de m’implanter ici. Pour une durée indéterminée, cela dit … « Enfin je ne dis pas adieu à mon grand rêve de retourner vivre en Europe un jour, si l’opportunité se présente et si la boutique prend de l’ampleur … Ou si l’affaire s’effondre. » Que je rajoute en riant à moitié, bien que le fond ne soit aucunement drôle. Mais c’est pourtant ces deux scénarios qui peuvent arriver. Soit la création d’une chaîne de boutiques, soit le retour à la case départ. Dans les deux cas, j’aurai la possibilité de partir. Mes yeux reviennent se poser sur mon amie, avec un peu de malice. « Tu crois qu’une femme peut tout quitter pour le mec qu’elle aime, toi ? » Peut-être que j’y pense parfois … Peut-être aussi qu’elle pourrait m’apporter une réponse intéressante.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mauvais timing. Andy&Maggie   Mauvais timing. Andy&Maggie EmptyMer 17 Juin 2015 - 1:46

avatar
Invité
Invité

Mauvais timing. Andy&Maggie Empty


Je tire une nouvelle fois sur ma cigarette avant d'en faire tomber les cendres dans le cendrier. A vrai dire, je ne me cache pas finalement de lui dire ce que je pense. Qu'il m'impressionne et que je suis contente de ce qui lui arrive. Josh a besoin de personne pour prouver son talent, tout le monde le sait, tout le monde le dit. Mais Andréas n'a pas non plus besoin d'autrui pour grandir et réussir. La preuve est là. Ce fut juste un atout en plus que les deux cousins se soient serrés les coudes pour s'élever ensemble « C’est l’étudiante en histoire qui dit ça … »  Il m'adresse un clin d'oeil compatissant et je ris. C'est clair qu'on n'a pas la même certitude d'avenir. « Ouais, on va pas se mentir, mes projets à moi sont moins... stables. » Puis ma vie prend un tournant qui n'est pas rayonnant. Certains jours j'aimerai m'enfermer à double tour dans mon appartement pour les six prochains mois à venir, histoire d'éviter tous les emmerdes de ma vie. Malheureusement, ça n'est carrément pas envisageable.
Je continue sur ma lancée et lui demande alors s'il compte rester à L.A. Sans vraiment savoir pourquoi, je me rends compte que j'apprécie l'écouter parler de lui. Je constate le petit bout de chemin qu'il a fait depuis notre dernière entrevue, et puis c'est un gars vraiment simple et agréable. Pas seulement pour des parties de jambes en l'air.  « Oui, maintenant je n’ai plus trop le choix. Enfin je ne dis pas adieu à mon grand rêve de retourner vivre en Europe un jour, si l’opportunité se présente et si la boutique prend de l’ampleur … Ou si l’affaire s’effondre. » L'Europe, oui. Chacun rêve de partir dans un sens.  « Je ne te le souhaite pas. » Pour l'effondrement de son business. Je ne suis pas inquiète non plus, ça a l'air de bien marcher ici pour l'instant. « Et tu voudrais aller où en Europe ? »

Finalement, nos commandes arrivent. Je hume la fumée qui s'échappe du chocolat chaud et... il a l'air délicieux. Le petit spéculos sur le rebord de l'assiette me fait presque lécher mes babines. Je remercie le serveur en lui souriant puis me re-concentre vers Andréas qui, lui, semble s'être doucement égarer dans ses pensées.  « Tu crois qu’une femme peut tout quitter pour le mec qu’elle aime, toi ? » Cette question m'arrache un sourire attendrie. Ce mec est décidément trop bon pour moi. A une époque, je m'étais demandé si nous aurions pu nous engager dans quelque chose de sérieux et fidèle. Andréas est généreux, beau, sincère et vraiment drôle. Alors, oui, j'aurai pu, si j'en avais eu le courage. Mais on était beaucoup trop volages et désireux de séduire pour penser à quelque chose de sérieux. Pendant une seconde je réfléchis à sa question en me projetant dans ce genre situation avec Noah. C'est dur. « Est-ce qu'elle t'aime plus qu'elle ne s'aime elle-même ? » Parce que je crois que pour être prête à tout quitter, il faut vraiment vouloir le bonheur de l'autre, au delà du sien. « C'est dur de tout laisser tomber quand il y a des personnes qui comptent, des rêves ou des plans d'avenir. » Pour ma part j'ai trop de rêve pour oser penser les laisser tomber pour un homme. Mais si ça doit se faire pour lui, j'espère que la nana est prête à tout. Vraiment tout.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mauvais timing. Andy&Maggie   Mauvais timing. Andy&Maggie EmptyJeu 25 Juin 2015 - 3:54

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

Mauvais timing. Andy&Maggie Empty

« Ouais, on va pas se mentir, mes projets à moi sont moins... stables. » Et je n’aimerais pas être à sa place, qu’on se le dise. S’il y a bien une chose dans ma vie que je place en priorité, au risque de voir mes relations se détériorer, c’est mon avenir professionnel. Cela fait un certain nombre d’années maintenant que je fonctionne ainsi, sans doute sur le modèle de mon père, à qui tout semble réussir, finalement. Pourquoi choisir une autre manière de faire quand on a un si bon exemple ? « Je te souhaite de devenir historienne ou archéologue… enfin, ce que tu veux, quoi. Ca ne sera pas la grande richesse mais tu pourras être heureuse au moins. » Je souris avec un brin de malice, sur ces quelques mots malgré tout sincères. Ca me ferait mal au cul d’apprendre d’ici quelques années qu’elle n’aurait pas réussi à faire ce pour quoi elle se prédestinait.

Quand l’éventualité que notre affaire à Josh et moi coule s’échappe de mes lèvres, c’est une réaction prévisible que je reçois de la part de Maggie. « Je ne te le souhaite pas. » Non, j’espère bien cela dit, mais quand un étudiant en marketing ou plus largement en commerce se lance dans une affaire, il sait (mal)heureusement que cela ne peut pas être qu’une partie de plaisir. « Et tu voudrais aller où en Europe ? » Ma réponse ne se fait pas attendre. Beaucoup de gens la connaissent, et Maggie sera bientôt de ceux-là. « A Berlin. J’adore la vie là-bas, j’ai beau être désormais officiellement américain, ça ne m’empêche pas de toujours me sentir davantage européen. C’est vraiment une autre façon de vivre, et une autre mentalité. » Beaucoup plus raffinée, discrète, esthétique. « Tu y as déjà été ? Pas forcément en Allemagne, mais en Europe. » Et si elle me dit que non, je sais déjà quoi lui répondre, à l’évidence. Je crois qu’il y a des choses inévitables dans une vie. Si l’on être est européen, celle de se rendre au moins une fois aux Etats-Unis ; si l’on est américain, celle de se rendre de l’autre côté de l’Atlantique. Economiser toute une vie rien que pour ça, ça en vaudrait toujours le coût.

Et ce changement de pays veut évidemment dire emmener une grande partie de sa vie avec soi. Grace fait désormais partie de ma vie et je sais que si je devais partir demain, j’aurais l’irrésistible envie de l’inviter à me suivre. A vrai dire, je ne sais pas comment je pourrais tenir plus de quelques semaines loin d’elle. Ce n’est pas une question d’être niais, je refuse de croire ça. « Est-ce qu'elle t'aime plus qu'elle ne s'aime elle-même ? » Je ne m’attendais certainement pas à ce genre de question, je n’y ai même jamais pensé, et ça me laisse sans voix un moment. Parce que je ne connais pas la réponse à ça. Tout ce que j’sais, c’est qu’elle a un ego aussi énorme que le mien, et que ça n’a rien de rassurant pour notre avenir, visiblement … « Tu m’en poses une colle. Pas sûr qu'elle m'aime plus, en fait ! » Je rigole un peu, histoire de détendre l’atmosphère, quelque peu alourdie par ma faute finalement. J’ai voulu poser cette question d’une façon décontractée alors que cela a tout d’un sujet sérieux. « C'est dur de tout laisser tomber quand il y a des personnes qui comptent, des rêves ou des plans d'avenir. » Voici un argument plus compréhensible que je ne peux qu’accepter à sa juste valeur. Grace est comme toutes les autres filles auxquelles je m’attache, elle est ancrée à cette Californie dans laquelle elle évolue et aux gens qui l’entourent. Moi, à côté, allez savoir ce que je peux représenter … Je n’en sais rien, au final, et c’est presque absurde. « Sûrement … J’imagine que c’est le genre de trucs que tu peux demander à ta copine seulement quand tu lui as passé la bague au doigt, ou quelque chose dans le genre, non ? » Lancé-je alors en la regardant un moment avec complicité avant de lui adresser un petit clin d’oeil. Puis j’écrase ma cigarette et bois une gorgée de mon café, tranquillement. Quand le fond de la tasse revient frapper contre la coupelle, je relève mon regard vers mon amie. « Cessons de parler de moi, même si c’est super intéressant. Tu t’es trouvé quelqu’un ? »



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mauvais timing. Andy&Maggie   Mauvais timing. Andy&Maggie EmptySam 4 Juil 2015 - 14:28

avatar
Invité
Invité

Mauvais timing. Andy&Maggie Empty


Andy ne se cache pas qu'il aimerait vraiment retourner en Europe. Je sais qu'il a des origines européennes -sans me souvenir desquelles exactement- alors je pense directement à un retour aux sources. Et ça me fait sourire, parce que quand je lui demande où précisément il aimerait aller, il réponds presque immédiatement « A Berlin. J’adore la vie là-bas, j’ai beau être désormais officiellement américain, ça ne m’empêche pas de toujours me sentir davantage européen. C’est vraiment une autre façon de vivre, et une autre mentalité. » Voilà un pays que je ne connaissais pas encore à vrai dire. C'est toute une autre culture, un autre monde. Il y a tout de même l'Atlantique qui nous sépare, alors je veux bien croire ce qu'il affirme. « Tu y as déjà été ? Pas forcément en Allemagne, mais en Europe. » Je tire calmement sur ma cigarette en réfélchissant à sa question. Ca remonte à loin. « Oui. Quand j'étais gosse on voyageait souvent avec mes parents. Je sais pas si tu sais, mais ils ont une grande chaine de restaurant, tout ça. Bref. » Je secoue la tête pour éviter de m'attarder sur des petits détails. « On a vu l'Angleterre, la France et un peu l'Italie. Mais ça fait un peit moment maintenant. » J'ai quelques souvenirs des paysages européens, des ressentis que j'ai pu en avoir, mais les principaux décors que j'en retire restent malgré tout les restaurants de mes parents. « En tout cas si tu vas vivre en Allemagne un jour, je serai ravie d'y aller pour te faire un coucou un de ces quatres. J'aurai l'occasion de visiter comme ça aussi. » C'est pas le genre d'occasion que je manquerai ça, c'est certain ! Même si je ne maîtrise pas la langue. Pas du tout à vrai dire. Parce que vivre à l'étranger veut bien dire qu'il faut des bases. Pour un natif américain, ça peut être compliqué.

Il finit par engager un sujet un peu plus délicat. Celui d'être suivi par la femme qu'il aime. Quand il me demande un conseil, je reste rapidement sur le cul. A vrai dire je ne me suis jamais posé la question. En ce qui me concerne je n'ai jamais été jusqu'à me voir quitter le pays avec un homme pour vivre ailleurs. J'ai peut-être une idée un peu trop solitaire du voyage, je le reconnais, mais j'essaie de me glisser dans la peau de la copine en question. Je lui retourne une question qui me semble assez essentiel si elle décide de le suivre de l'autre côté du globe.  « Tu m’en poses une colle. Pas sûr qu'elle m'aime plus, en fait ! » dit-il en riant un peu. Je souris immanquablement quand il doute de l'amour qu'elle lui porte.  « Sûrement … J’imagine que c’est le genre de trucs que tu peux demander à ta copine seulement quand tu lui as passé la bague au doigt, ou quelque chose dans le genre, non ? » Je termine ma gorgée de chocolat avant de répondre presque immédiatement.  « La bague au doigt ? Non ! » Je ris bêtement. « Y a pas besoin de mariage, tant que tu aimes l'autre. Je pense que c'est juste une histoire de confiance. » J'épilogue comme si j'y connaissais quelque chose, pourtant je parle d'un amour que je crois inatteignable -pour moi en tout cas- ou vraiment rare. Le genre d'amour à la fois précieux et solide. Au fond, ce sont les années d'endurcissement commun qui peuvent forger ça. Peut-être que ça serait plus raisonnable d'attendre un peu avant qu'il quitte le continent.

« Cessons de parler de moi, même si c’est super intéressant. Tu t’es trouvé quelqu’un ? » Je m'amuse de sa pointe de narcissisme avant d'avaler difficilement ma nouvelle gorgée de chocolat. La question qui tue. Je ne peux pas me permettre de lui parler de Las Vegas, RJ et tout le reste. S'il pose la question, ça veut bien dire que Josh ne lui a rien dit. Tant mieux dans ce cas, je n'ai pas envie que mes conneries s'ébruitent. Je fais l'impasse sur ce gros mic-mac de ma vie pour oser parler de Noah. Doucement, je hoche la tête pour valider ma réponse. « Ouais, j'ai trouvé quelqu'un oui. Mais disons qu'on s'est un peu pris la tête récemment... » Je laisse ma phrase en suspend.  Parce que l'origine de ce conflit reste encore et toujours le même sujet interdit. Je maudis ce séjour qui devait finalement être une bénédiction. « Puis je vais bientôt partir pendant un mois cet été. Alors tu te doutes que ça ne va pas arranger les choses. » Je souris pour mieux faire passer la pilule et écrase franchement mon mégot dans le fond du cendrier.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mauvais timing. Andy&Maggie   Mauvais timing. Andy&Maggie EmptyMer 15 Juil 2015 - 0:00

Andreas Klein
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/

Mauvais timing. Andy&Maggie Empty

« Oui. Quand j'étais gosse on voyageait souvent avec mes parents. Je sais pas si tu sais, mais ils ont une grande chaine de restaurant, tout ça. Bref. » On devait être occupés à se raconter d’autres trucs quand on était plus proches elle et moi, plutôt que d’évoquer le cas de nos parents. J’ignorais cette chose pourtant assez importante sur sa famille mais ça m’intéresse vraiment. Après tout, qui dit posséder une chaîne de restaurant dit puissance et argent, n’est-ce pas ? « On a vu l'Angleterre, la France et un peu l'Italie. Mais ça fait un peit moment maintenant. » Certes il n’y a pas l’Allemagne, mais c’est malgré tout un beau panel qui avait dû à l’époque lui donner un bon premier aperçu sur l’Europe. « Eh bien, l’affaire de tes parents doit très bien marcher pour être implantée autant là-bas qu’ici. Ils ne regrettent pas trop d’avoir une fille plus branchée par l’histoire et les ossements que par le business ? » Je souris avant de boire une gorgée de mon café et de penser au cas de ma soeur Cora. Si mon père se satisfait de sa fibre artistique, c’est bien différent du côté de ma mère, elle qui ne pense qu’au marché du travail, avant toute autre chose. « En tout cas si tu vas vivre en Allemagne un jour, je serai ravie d'y aller pour te faire un coucou un de ces quatres. J'aurai l'occasion de visiter comme ça aussi. » Proposition sympathique. « , faudra pas hésiter à passer me voir ! Je te ferai découvrir toutes les spécialités allemandes, à commencer par la bière. » Et on se prendra une bonne cuite dans un bar de mon choix, évidemment.

Un peu plus tard, je la fais rire en parlant de Grace et aussi de mariage en guise de persuasion pour traverser l’Atlantique. « La bague au doigt ? Non ! Y a pas besoin de mariage, tant que tu aimes l'autre. Je pense que c'est juste une histoire de confiance. » La fameuse confiance, celle qui semble inatteignable ou presque. C’est déjà difficile d’accepter le fait qu’on aime quelqu’un alors si en plus il faut lui accorder toute la confiance du monde, non mais sérieusement, qui y arrive vraiment ? Pourtant, je sais que j’aime Grace et j’apprends jour après jour à apprivoiser les termes « confiance » et « concession » ; jamais aucune entreprise n’a été aussi dure. « Imagine tu réussis à persuader l’autre de te suivre jusqu’au bout du monde, après t’as plus le droit à la moindre connerie. » Je me mets à rire en imaginant Grace dans cette situation. Clairement, je serais enchaîné, obligé d’être parfait pour l’avoir emmenée dans un autre pays et l’avoir entraînée loin de ses proches. Décidément, ça sent vraiment le roussi. Non pas l’idée de partir à l’étranger, mais le fait d’être en couple sérieusement… Ca tue l’indépendance. Ca tue la liberté.

Je finis donc par lui demander de me parler d’elle un peu, parce que mine de rien j’ai envie de savoir ce qu’elle devient, ce qu’il se passe dans sa vie sentimentale. Curiosité mal placée ? Allez savoir. « Ouais, j'ai trouvé quelqu'un oui. Mais disons qu'on s'est un peu pris la tête récemment... » Le dos calé dans le fond de ma chaise, je jauge son regard afin de deviner les non-dits. Enfin, quel couple ne traverse pas des galères de ce type ? C’est pas la mort. « Puis je vais bientôt partir pendant un mois cet été. Alors tu te doutes que ça ne va pas arranger les choses. » Esquissant un vague sourire, j’entrelace les doigts de mes deux mains sur mon ventre et abaisse mon regard un moment, le temps de réfléchir. C’est pas comme si j’étais le mec le plus à l’aise pour discuter de sentiments. « Parfois ça fait du bien de s’éloigner un peu. » Je crois que ce n’est pas seulement le cas dans les relations amoureuses, ça vaut pour tout. Avec une pointe d’amusement, je poursuis en retrouvant son regard malgré le soleil qui tape. « Sois indulgente avec lui, il lui en faut bien du courage pour supporter une nana comme toi. » Mais je plaisante, à l’évidence. Si je dis ça, c’est précisément parce que je l’ai toujours trouvée facile à vivre, en tout cas plus que beaucoup d’autres. « Vous êtes ensemble depuis combien de temps ? »



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mauvais timing. Andy&Maggie   Mauvais timing. Andy&Maggie EmptyMer 19 Aoû 2015 - 23:05

avatar
Invité
Invité

Mauvais timing. Andy&Maggie Empty

« Eh bien, l’affaire de tes parents doit très bien marcher pour être implantée autant là-bas qu’ici. Ils ne regrettent pas trop d’avoir une fille plus branchée par l’histoire et les ossements que par le business ? » Je ris à la façon dont il présente mon tableau familial. Sachant que mon frère a choisi la voie du journalisme, il est vrai qu'on est loin de l'idéal de l'héritage de l'entreprise familial. « Ma mère est très compréhensive là dessus, mais mon père a eu du mal à s'y faire. » J'ai encore droit à des remises en question sur mon orientation lors de certains repas de famille. « Dis-toi qu'il essaie encore de me convaincre parfois. » Mais mes parents ne sont pas chiants, même si inquiets -comme tous les parents à vrai dire-, ils savent que mon choix d'avenir est issu de ma passion. Après tout, c'est grâce à eux que j'ai pris goût au voyage. « , faudra pas hésiter à passer me voir ! Je te ferai découvrir toutes les spécialités allemandes, à commencer par la bière. » Rien que pour ça, je viendrai alors. Il m'en faut peu, je sais, mais j'aime bouger, c'est indéniable.

La conversation prend un tournent un tantinet sérieux quand il envisage de partir vivre à l'autre bout du monde avec une fille. Le grand dilemme ; est-elle prête à le suivre ? Et honnêtement, je n'ai pas la réponse à cette question. « Imagine tu réussis à persuader l’autre de te suivre jusqu’au bout du monde, après t’as plus le droit à la moindre connerie. » Parce qu'à la moindre couille elle paniquerait, ses origines lui manqueraient, si c'est là qu'elle se réconforte quand ça va pas. C'est légitime, tout le monde réagirait comme ça. Et je vois bien que ce détail triture Andréas. Je vois le poids d'une éventuelle responsabilité s'abattre sur ses épaules. « T'sais, t'as pas à changer pour qui que ce soit. Te force à rien si tu le sens pas. Après, si elle ne le comprend pas... C'est que c'est pas la bonne personne pour toi. » Parfois c'est triste de se dire ça mais c'est la vérité.
Parfois je me dis la même chose quand il s'agit de ma propre relation. Noah est très différent de moi et pourtant on est proches comme jamais. Ça m'arrive d'avoir peur des étincelles et pourtant je sais qu'on sera capable d'avancer si on le veut bien. Quand ce sujet arrive finalement sur la table -c'était inévitable-, je ravale ma salive et mets de côté mes conneries avec RJ. Ça, je ne veux pas que ça s'ébruite ; j'ai déjà été assez jugé et détesté comme ça. Alors je lui parle de Noah, forcément. Notre relation est naissante et fragile, et avec mon voyage, il y a des risques que ce qu'on a construit se fissure un peu. Ou se renforce, comme il me le fait remarquer. Souriante, je crois en ce qu'il dit et prie pour qu'il ait raison. « Sois indulgente avec lui, il lui en faut bien du courage pour supporter une nana comme toi. » Comme une enfant, je lui tire la langue en riant. Je sais qu'il plaisante, que je suis pas une fille compliquée. Simplement craintive, parfois. « Mmh... Depuis un petit mois on va dire. C'est tout neuf. » Cette perspective me plait alors je souris malgré moi. Tout le mondre trouverait ça adorable. Je pense à au long terme parce que ça a quelque chose d'effrayant. Noah me fait du bien pour l'instant, ça me suffit. Trop penser me ferait du mal, je me restreins.
Quelques échanges de plus suivirent avant que nos tasses ne se terminent. « Bon, je vais me sauver. Ça m'a fait plaisir de te parler en tout cas Klein. Faudra se refaire ça un de ces quatre. » Prenant mon sac sur l'épaule, je me relève et m'en vais l'embrasser. « Merci pour le chocolat. Et embrasse ta belle. » Même s'il n'a pas besoin qu'on lui dise pour le faire, j'en suis sure.


END.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mauvais timing. Andy&Maggie   Mauvais timing. Andy&Maggie Empty

Contenu sponsorisé

Mauvais timing. Andy&Maggie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Mauvais timing. Andy&Maggie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Andy Murray ! Je ferais aussi bien que toi ! (libre)
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE
» Overpelt ce 28-03-010
» Résumé des Changement [by Andy]
» [IMPORTANT] Attention aux mauvais joueurs !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP :: Terminés-
Sauter vers: