Partagez | 
 

 shot in the heart △ alys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: shot in the heart △ alys   Mer 27 Mai 2015 - 23:09

avatar
Lysander E. Foster
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Date d'inscription : 25/01/2014
Prénom : Sonia
Célébrité : Aaron Johnson
Crédit avatar : l'homme de Lys.
Messages : 708
Nationalité / origines : Anglaise
Situation : En couple
Avec qui ? : Avec Peter Michaels, une relation qu'il garde cachée pour l'instant.
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Tout juste diplômé en Musique et en Management
Job/Métier : Grâce à son label de musique T△LENT, il produit et enregistre des artistes indépendants
Adresse de résidence : Dans la résidence des Phi Epsilon
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : M. Clarence Burns
Voir le profil de l'utilisateur






warm me up and breathe me

Un mot. Une note brève et dégueulasse. Voilà ce qu’avait trouvé Lysander en regagnant sa chambre après une longue soirée à fêter sa victoire. Il venait d’être élu chef des Phi Epsilon et quel événement aurait pu gâcher ce moment intense où il devenait le coordinateur officiel de sa seconde famille ? Certainement pas ça. Il ne s’était pas attendu à ça et pourtant tous les signes avant-coureurs avaient été présents. La longue étreinte de son jumeau pour le féliciter puis son absence que Lys avait attribuée à un simple contretemps. Une nouvelle fois, l’apocalypse faisait s’écrouler le monde du jumeau Foster et cette fois-ci, il n’avait rien à se raccrocher. La main agitée, il luttait pour relire à nouveau l’écriture maladroite de son frère. Sa main tremblait tant. Ses pupilles allaient de gauche à droite, frénétiquement, à la recherche désespérée du mot qui révèlerait la supercherie. Mais rien. Désolé. Pas le courage. Je repars. J’étouffe. Changer d’air. Partir loin. Je t’aime. Il n’eut pas la force de recommencer ses réactions théâtrales. Il n’eut pas la force de chercher à le joindre pour l’inonder d’insultes et de reproches comme il savait si bien le faire. Il n’avait même pas la force d’éliminer ce reflet qui, à nouveau, lui ressemblait comme autrefois. Comment Lukah avait-il pu le quitter une seconde fois ? Comment l’avait-il abandonné à sa liesse pour lui laisser la solitude comme unique souvenir ? Avait-il prémédité tout ça ? Avait-il prémédité de partir ainsi alors qu’il fêtait sa validation dans la communauté étudiante, qu’il prenait de plus en plus d’ampleurs au sein de ce campus ? Voulait-il le punir d’être heureux ? Les yeux bleus de Lysander se stoppèrent finalement sur son cellulaire, laissé sur son lit. Le papier roulé en boule dans son poing fermé, il s’empara nerveusement de l’objet pour composer le numéro qu’il connaissait par cœur. Alice. Elle saurait peut-être, peut-être s’était-il réfugié chez elle en attendant ? Peut-être. Jusqu’ici, les larmes avaient élues domicile au bord de ses yeux qu’elles côtoyaient tant de fois. Mais refoulées, il n’était pas question qu’elles n’entament leur course habituelle le long des joues rougies par l’alcool. Il était deux heures du matin, et Lys se moquait bien de savoir si sa cousine dormait déjà ou non. Un coup d’œil par la fenêtre lui démontra qu’au loin, quelques lumières de la villa des Alpha étaient encore allumées. Mais point de certitude. Merde les certitudes. Chaque fois qu’une conviction rassurait le cœur de Lysander, c’était pour mieux l’écraser par la suite. De cette déception si aigre, de cette douleur si violente.

Lorsque la voix d’Alice retentit enfin au bout du fil, Lys laissa alors tout déborder. Tout exploser. Alors qu’elle n’était pas même capable de voir sa fureur, elle pouvait déjà l’entendre. « T’ETAIS AU COURANT ?! » Hurla-t-il tandis que son pied envoyait valser chaque meuble et chaque objet dans sa chambre. Le vacarme interpela certains camarades qui n’osèrent pas toutefois aller frapper à la porte, bien trop connaisseurs des débordements émotionnels de leur chef. « VOUS VOUS FOUTEZ DE MA GUEULE C’EST CA ! » Au fur et à mesure qu’il incendiait sa cousine innocente, Lys réalisait peu à peu la situation. Lukah était parti pour une durée indéterminée. Il ne reviendrait jamais. Cette fois-ci, il l’abandonnait bel et bien. Pourquoi alors ce dernier mot lâche ? La bave aux lèvres, il continuait de lui crier dessus au téléphone tout en saccageant la pièce. D’une main, il prit même sa guitare anglaise, la Gibson qu’il avait royalement volée pour son départ aux Etats-Unis. Puis il la frappa contre le bureau, le mur, la porte, l’armoire, les pieds du lit. Il l’éventrait, il la réduisait en miettes comme il aurait voulu anéantir Lukah. Son jumeau, sa moitié, l’être le plus cher à ses yeux. Bien plus important que la musique, son talent, son avenir, tout. « C’EST TOI QUI LUI A DIT DE PARTIR COMME CA ?! C’est toi qui lui a conseillé de me laisser un pauvre mot d’excuse ?! » Au bout du manche, pendait lamentablement les restes de la guitare. Heureusement, la guitare personnalisée que lui avait offerte Peter était au-dessus de son armoire, hors de portée de sa rage destructrice. Lys laissa tomber le cadavre par terre. A ses hurlements se mêlaient désormais les sanglots. « J’ai fait quoi pour que vous me détestiez autant hein ?! » Puis sa voix s’apaisa l’espace d’une seconde pour qu’il la supplie sur un ton étranglé : « Il est parti... »


TWIN.       PETER.

if you can just stop loving him then you never really loved him at all; love doesn't work that way. if you ever truly love someone, then it never goes aways. there are all different sorts of love. it can even become hate and, really, hate is just another kind of caring. hate is only a form a love that hasn't found a way to express itself logically. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: shot in the heart △ alys   Sam 30 Mai 2015 - 16:28

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/


Le reflet de la lune se dessine sur la surface couleur or du vin blanc qui se trouve dans mon verre, et je le regarde avec un petit sourire, ô combien révélateur. La substance a le parfum et la saveur de la victoire, fêtée d’abord en grande compagnie féminine  et puis finalement avec ma seconde, la belle Oxanna. Nous sommes montées en haut de la demeure Alpha, dans cette chambre ou plutôt devrais-je dire cette suite m’étant désormais réservée. Elle ne ressemble en rien à ma propre chambre, plus classieuse, moins personnelle. Dans tes tons chauds, nacrés voire dorés … Un endroit relativement luxueux dans lequel j’inviterai très régulièrement mes soeurs de confrérie pour des rassemblements, sans aucun doute. Je ne peux m’imaginer seule ici, dans tout cet espace, aussi beau soit-il. Et à vrai dire, peu importe l’endroit où je me trouve dans cette maison, ce ne sera pas pour y être seule. J’ai pris des engagements, je m’y tiendrai.

Tandis que nous nous laissons joyeusement bercer par cette ambiance de victoire avec ma nouvelle amie, un coup de téléphone me fait sursauter. Déposant mon verre sur le rebord de la fenêtre, près de la banquette, je tire mon cellulaire pour y voir le nom de mon cousin. Alors évidemment, je m’attends à un appel plein de félicité, digne de Lys et de nos victoires.

Au lieu de ça … Des cris. Furieux. Des vociférements, plein d’aigreur et de rage. Lysander me coupe le souffle et je reste paralysée pendant un instant, face à une Oxanna qui ne comprend rien de ce qui se passe. Très vite cependant, je reprends mes esprits et commence à m’emporter, contre lui, contre ces mots qu’il me dit sans aucune légitimité. « Mais qu’est-ce que tu racontes ?! Je ne comprends rien. » Rien, rien. Je suis perdue et lui, j’entends bien qu’il est désemparé, encore plus paumé que moi.

C’est quand il parle de “lui” que je pose un visage sur toute cette fureur. Parce qu’il ne peut s’agir que de lui. Lysander n’est fusionnel qu’avec un autre homme, suffisamment pour se sentir à ce point tourmenté et affolé par sa faute. Et en l’écoutant me parler d’un départ, d’un mot d’excuse … Je commence à imaginer le pire. Mais cela ne doit pas être qu’un mirage, parce que Lukah il est comme ça, dépendant de cette liberté qui n’est le synonyme ni de celle de son frère, ni de la mienne. Il a sa liberté, celle qui fait mal, celle qui tuera Lysander ce soir, si je reste plantée là au téléphone. « Ne bouge pas. » Je dis seulement, avant de raccrocher et de m’excuser auprès d’Anna. Il faut que j’aille le rejoindre, peu importe combien je souffre déjà moi aussi en l’imaginant parti, car je connais trop Lys pour sous-estimer ses réactions.

***

J’étais sûre de le trouver chez les Phi, tout en haut, dans son antre. Et quand je pose mes prunelles sur tout lui, puis sur tous les dommages collatéraux de sa colère, je me sens un peu chavirer. « Merde … » Le cœur battant, je vois sa guitare complètement détruite à même le sol, puis à nouveau je le regarde. J’ai mal, j’ai tellement mal, mais mon corps est immobilisé, peut-être parce qu’une partie de moi n’arrive toujours pas à y croire. Je sens l'alcool de toute cette soirée me remonter au cerveau, et c'est lourd, c'est désagréable. J'aimerais remonter le temps, faire que toute cette fête ne soit jamais arrivée, pas si c'est pour se solder par un désastre. La voix tremblante, je viens percer un silence meurtri. « Je ne savais pas … Il ne m’a rien dit Lys … Je … » Je suis quoi … désolée de ce qui arrive ? Lukah est comme mon frère. Chez nous, la famille c’est sacré, c’est plus important que tout, et nous revoilà privés d’un de nos membres, encore. Les yeux humides, je fixe mon cousin, désemparée. « Lys … Tu me crois, hein … ? Dis quelque chose, je t’en supplie. » Finis-je par dire, avec cette voix déchirée qu'il me reste.


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: shot in the heart △ alys   Dim 28 Juin 2015 - 23:17

avatar
Lysander E. Foster
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Date d'inscription : 25/01/2014
Prénom : Sonia
Célébrité : Aaron Johnson
Crédit avatar : l'homme de Lys.
Messages : 708
Nationalité / origines : Anglaise
Situation : En couple
Avec qui ? : Avec Peter Michaels, une relation qu'il garde cachée pour l'instant.
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Tout juste diplômé en Musique et en Management
Job/Métier : Grâce à son label de musique T△LENT, il produit et enregistre des artistes indépendants
Adresse de résidence : Dans la résidence des Phi Epsilon
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : M. Clarence Burns
Voir le profil de l'utilisateur






warm me up and breathe me

Depuis quand Alice ne comprenait-elle rien ? Elle était si perspicace, si curieuse, elle était toujours au courant de tout. C’était impensable qu’elle n’ait pas été prévenue du départ de son cousin – ou même qu’elle ait vu des signes avant-coureurs tandis que Lys avait été dans le déni ces dernières semaines. Coachella avait été le lieu de réconciliation des jumeaux, l’aube d’une perspective de la complicité d’antan, de la fusion émotionnelle qui leur allait si bien. Pour lui, rien ne pouvait plus les séparer désormais puisqu’un départ avait déjà manqué de les briser. La paire était ressortie plus forte et plus unie que jamais et dès lors, il n’avait plus jamais craint que Lukah ne disparaisse à nouveau. Et pourtant, il se retrouvait bel et bien seul dans sa chambre, le soir de son élection à la tête de sa confrérie. Un papier froissé et une écriture fébrile en guise de dernières paroles. Ca non, Lysander n’acceptait pas une nouvelle trahison. Il ne pouvait plus supporter les déceptions successives et il rejetait la faute sur sa cousine qui aurait dû le retenir, pour le bien de tous. Avait-elle eu droit à une étreinte de départ, à un au revoir en bon et dû forme, de parent à parent ? Étranglé par la jalousie, il continuait de maltraiter son cellulaire, de hurler dans la boîte vocale alors qu’Alice le sommait de ne pas bouger. Où pouvait-il bien aller ? Il voulait sauter de cette fenêtre, courir jusqu’à tomber d’épuisement, fermer les yeux et ne plus jamais les rouvrir. A quoi bon faire confiance ? A quoi bon se démener pour être parfait si la personne pour laquelle on faisait tant d’effort n’était plus présente ? Quand on lui raccrocha au nez, il poussa un nouveau hurlement de rage, incapable de lâcher le téléphone. Il remarqua la porte de sa chambre s’entrouvrir légèrement. Alice ne pouvait pas être si rapide. Lysander rejeta alors le quelconque visiteur qui avait eu le malheur de vouloir apercevoir son nouveau chef dans un état de détresse. D’un violent coup de pied, il claqua la porte fermée. Elle ne se rouvrirait que sur Alice. Alice ou Lukah. Il avait mal. Il avait tellement mal. Pourquoi la souffrance psychique était-elle si cruelle tandis que la douleur physique, elle, n’était qu’éphémère ? Lys songea à remplacer l’une par l’autre mais fort heureusement, le visage de sa cousine apparut bientôt.

Déconfit, son minois constatait les dégâts. Elle gisait au milieu des vestiges de sa fureur, des conséquences de l’égoïsme de son jumeau. C’était entièrement sa faute. Il ruinait la vie de ses êtres chers pour le plaisir malsain d’être solitaire, de se sentir utile à une cause qui ne servait que la sienne finalement. L’arrivée d’Alice avait parvenu à stopper momentanément la catastrophe nucléaire de sa chambre. Mais au moment où elle poussa un juron, la réalité le frappa encore de plein fouet. Il s’attaqua à son bureau dont il débarrassa d’un violent balayage du bras toutes les affaires posées dessus. Heureusement qu’il n’avait pas encore investi la chambre suprême réservée au chef des Phi Epsilon... Pendant ce temps, Alice, derrière lui, bredouillait des mensonges. Dans son dos, il entendait les trémolos dans sa voix et pourtant, il n’arrivait pas à la croire. Lysander avait toujours été l’unique dupé dans l’histoire – le dindon de la farce, la marionnette qu’on confrontait à des situations insoutenables pour tester ses limites. Ses limites étaient explosées désormais et il ne voyait plus aucune raison de retrouver raison. La jeune femme le supplia de la croire et alors il fit volte-face pour la toiser, le regard mauvais. Ses traits étaient déformés par la haine, ses yeux rougis par les larmes. Il acheva la distance qui les séparait en quelques pas avant de saisir violemment les bras d’Alice. Il la fit brutalement reculer jusqu’au mur derrière elle contre lequel il continuait de la plaquer, ses doigts enfoncées dans sa chair à travers le tissu. « Tu mens ! » De légers postillons s’échappaient de sa bouche tant il luttait contre le désespoir. Il ne savait même pas qu’il lui faisait mal. « Pas une deuxième fois. Tu lui as dit hein ?! Tu lui en as parlé ou tu l’as acquiescé dans son choix ? » Il la lâcha seulement pour pointer un doigt accusateur, à dix centimètres de son visage. « C’est ça ?! Tu comprends qu’il ne reviendra pas ? » Il la secoua brièvement. « Il ne reviendra pas !! » Au moment où il se décidait à reculer, son pied cogna contre la guitare éventrée. Lys perdit bêtement l’équilibre et se retrouva sur les fesses en l’espace de quelques secondes. Sa dignité avait chu en même temps que lui – emportant tout espoir de s’en remettre. Il leva ses yeux bleus vers elle, hoquetant : « Je peux pas... » Et les sanglots reprirent possession de lui.


TWIN.       PETER.

if you can just stop loving him then you never really loved him at all; love doesn't work that way. if you ever truly love someone, then it never goes aways. there are all different sorts of love. it can even become hate and, really, hate is just another kind of caring. hate is only a form a love that hasn't found a way to express itself logically. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: shot in the heart △ alys   Mer 1 Juil 2015 - 18:43

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/


Les faits sont là. Son absence est criante, ravageuse, une fois de plus. Je chavire, je suffoque. Je peine à trouver suffisamment d’air dans cette chambre où tout a été ravagé par la souffrance, la haine, la rancœur. Toutes ces émotions dévastatrices qui animent Lysander, lui qui se retrouve à nouveau seul, seul sans son Autre. J’ai l’impression que chaque cellule de mon corps se décompose, les unes après les autres, m’arrachant des sueurs froides incontrôlables ; un corps qui ne devient qu’une enveloppe sensible, s’effritant au moindre bruit, au moindre frémissement. Et dans ma poitrine, je sens mon cœur s’épouvanter, battre à la folie, lutter contre la peur de l’abandon.

Pourtant, il n’y a plus à avoir peur.
Il est parti.

Tout est encore “fini”, ou tout ne fait que recommencer. Lukah et sa différence. Lukah et son besoin de s’éloigner.

J’aimerais lui crier de revenir, d’arrêter de déconner. Pour moi qui suis si proche de lui, pour son frère qui ne peut pas vivre sereinement sans lui. J’aimerais l’attraper, le secouer, le faire tomber, le secouer, encore et encore. Lui faire mal, l’empêcher de partir, lui rappeler que je suis une fille égoïste et que moi aussi, je peine à vivre sans un maillon de la chaîne. J’aimerais… Je voudrais qu’il me rassure, comme il a toujours si bien réussi à le faire, qu’il m’enveloppe de sa force, une que ni Lysander, ni moi n’avons, et qui nous a toujours cruellement manqué.

Mais c’est Lysander, qui crie. C’est Lysander, qui devient fou, plus bouleversé que jamais. C’est vrai, je ne l’ai jamais vu comme ça et je peine à déloger mes prunelles de lui. Quelques mots fragiles sortent de ma bouche pour lui assurer que je n’en savais rien, évidemment, sinon j’aurais tout fait pour qu’il reste. J’aurais été cette Alice convaincante qu’ils connaissent tous, celle que lui-même connait. Celle que Lukah, avec intelligence, a cherché à éviter. Mais cette vérité n’atteint pas le cœur meurtri de mon cousin qui se rue vers moi et me plaque contre le mur pour m’assassiner du regard, persuadé que je lui mens et que j’ai fauté quelque part. Sa force se ressent à travers ses doigts, cramponnés à mes bras et sans intention de me relâcher. J’aurais pu le trouver effrayant, si et seulement si je n’avais pas compris son chagrin. Mais je le comprends, et je sais que je dois le laisser faire, malgré cette situation déstabilisante au possible dans laquelle il me met, le laisser réaliser par lui-même qu’il se trompe, que je n’ai rien à voir là-dedans. Il finira par le comprendre dans mon regard, de ça j’en suis persuadée.



Et il pose ces questions, tout sauf innocentes. Il ajoute sa relation avec cet homme dans l’équation. Dans mon équation, remettant alors en cause toute cette confiance que nous nous sommes toujours accordés l’un à l’autre. Je n’ai jamais trahi Lysander et cela ne commencera pas de cette façon-là, si affreusement moche. Il s’excite contre moi, me secoue contre le mur et crie à nouveau. Je ne peux rien contrôler, rien. Je peux juste attendre qu’il s’écarte. Ce qu’il finit par faire quand un éclair de clairvoyance traverse son regard… Mais cela se solde par une chute en arrière, une qui fait davantage bondir mon cœur.

Oui. D’ordinaire, c’est moi l’égoïste. Moi contre lui, moi dans un combat équitable. Mais quand je me rends compte que la seule vision de lui à ce point désemparée me fait trembler et fait monter les larmes, je réalise qu’il n’y a pas de combat qui tienne aujourd’hui. Que ce soir, le maillon brisé, c’est lui. Lui en premier. Lui avant moi. Moi l’égoïste du second plan.

Alors je me décolle aussitôt du mur pour le rejoindre au sol, m’agenouiller brusquement face à lui à m’en faire mal aux os et attraper ses deux mains dans les miennes. Mes yeux vont chercher les siens, tristement humides, quand mes doigts s’agrippent fortement aux siens. « Tu pourras, Lysander. Bien sûr que tu pourras. » Et au fond de moi, j’en suis convaincue. Qu’il est une unité indépendante et capable de prendre le dessus, malgré cet attachement si précieux et rare qui le lie à Lukah. « Tu dois juste le vouloir, ça ne tient qu’à toi ! » Ma voix hurle un peu, pour le secouer à son tour, l’empêcher de se laisser complètement abattre par la situation. Je ne supporterais pas ça. Lukah ne peut pas avoir autant d’influence négative sur son frère, ou plutôt, il n’en a pas le droit.

Et alors que je cherchais les mots les plus justes à lui dire dans tout ce pèle-mêle d’émotions,  ne me vient finalement plus qu’une envie. Me rapprocher davantage de lui et le serrer dans mes bras, pour ne plus voir son visage affligé et lui permettre de craquer, s’il n’y a que ça pour atténuer la douleur vive. Tout contre lui, je ferme mes yeux et reprends une respiration, une que j’ai oublié de prendre depuis de trop longues secondes. « Je n’ai rien dit. Je te le promets, sur ma propre vie. » Et Dieu sait que je tiens à ma vie. Il faut y tenir, c’est une des leçons que j’ai apprises il y a plusieurs années déjà. « Il… Il en avait besoin. C’est tout. C’est comme ça. Tu n’y peux rien, ce n’est pas toi Lys. » Et j’ai beau résister, je ne peux malheureusement pas retenir l’eau qui s’accumule aux coins de mes yeux.


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: shot in the heart △ alys   Mer 8 Juil 2015 - 15:45

avatar
Lysander E. Foster
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Date d'inscription : 25/01/2014
Prénom : Sonia
Célébrité : Aaron Johnson
Crédit avatar : l'homme de Lys.
Messages : 708
Nationalité / origines : Anglaise
Situation : En couple
Avec qui ? : Avec Peter Michaels, une relation qu'il garde cachée pour l'instant.
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Tout juste diplômé en Musique et en Management
Job/Métier : Grâce à son label de musique T△LENT, il produit et enregistre des artistes indépendants
Adresse de résidence : Dans la résidence des Phi Epsilon
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : M. Clarence Burns
Voir le profil de l'utilisateur






warm me up and breathe me

Alice demeurait impassible à sa violence. Si en d’autres circonstances l’indifférence le rendait fou de rage, Lys savait que l’immobilité de sa cousine finirait par le calmer. Il lui fallait quelques minutes pour se rendre compte de ses erreurs et il fut aussitôt châtié de s’être montré aussi véhément envers une personne qui lui était si chère. Il était en train de la punir pour les méfaits d’un autre. Il maltraitait l’amour qu’on lui portait parce qu’il avait été maltraité pour l’amour qu’il avait porté à son frère. Il aurait tellement préféré se réfugier dans la haine, le détester pour mieux l’oublier. Mais c’était impossible. Même dans les yeux d’Alice, brillait le gène des Foster dont sa mère à lui avait hérité. Même dans son regard humide, il devinait qu’il ne parviendrait jamais à leur faire payer ce qu’ils lui faisaient subir. Il les aimait trop. Son cœur mou débordait d’admiration et de dépendance pour ces rares piliers. Lysander n’était pas construit sur ses propres fondations. Il avait toujours été en fragile équilibre grâce à la solidité des autres, toujours porté par les autres. Comment avancer quand on était bancals ? Alice avait, elle aussi, connu cette sensation d’être désemparé face à sa propre vie. C’était peut-être pour cette raison qu’ils étaient si fusionnels, qu’ils semblaient parfois être de l’exact même sang. Lys aurait voulu avoir une sœur dans sa vie. Une âme féminine sur laquelle se reposer. Une âme sensible à laquelle se rattacher. La pire erreur de sa vie était d’avoir lié son destin à celui d’un être indépendant, à l’illusion d’un double physique qui n’était que la facette opposée de sa personnalité. Comment s’en sortir désormais ? Dans le drame, Lys cherchait toujours ses réponses. Et cette fois-ci, il s’en remettait entièrement à sa cousine pour l’aider à les obtenir.

Il n’avait pas honte de pleurer. Dans un tel instant d’abandon, il n’avait honte de rien puisque la peur, elle, était souveraine. Lys redevenait un enfant envahi par ses phobies, ses craintes qui peu à peu se réalisaient. Il était ballotté entre l’avancement de sa vie et le recul de ses certitudes, sa réussite professionnel et l’échec de son individualité personnelle. Quand les doigts d’Alice vinrent chercher ses mains tremblantes, Lys osa enfin relever ses yeux trempés vers elle. Ses iris étaient rougis par les sanglots, comme le bout de son nez. Sa barbe était humide de larmes. Il n’avait rien d’un homme, au fond. Le jeune homme entendait le ton de sa voix briser la litanie incessante de ses pleurs. Il entendait l’espoir et la volonté qu’elle voulait lui transmettre à travers ses exclamations. Et pourtant, rien ne cessait. Il n’avait plus d’armes pour se défendre. La première fois, il s’était puérilement coupé les cheveux en guise de protestation. Mais maintenant, il avait passé 25 ans. Il était chef des Phi, leader d’une communauté de frères, artiste en devenir. Tout ne se résumait pas à des boucles lacérées. Soudain, il sentit le parfum d’Alice envahir ses narines tandis qu’elle le blottissait contre elle. Ou bien était-ce elle qui se blottissait contre son corps secoué ? Une poigne puissante entoura la taille de sa cousine, comme pour la retenir d’un départ de plus. Quand elle lui affirma qu’elle n’avait  rien dévoilé, Lys se permit de prendre une profonde inspiration, entrecoupée d’un hoquet. Elle n’avait rien dit. Lukah ne l’avait pas renié pour cette raison. Mais alors pourquoi ? Enfin, Alice tenta de lui expliquer mais ses suppositions étaient absurdes. Pourquoi Lukah était-il si égoïste ? « Il avait dit qu’il ne repartirait jamais. Il m’avait promis que l’on redeviendrait comme avant. » De belles paroles. Des promesses qu’on faisait aux enfants tout en espérant qu’ils finiraient par les oublier. Lys sentit qu’elle pleurait à son tour. Il réalisa qu’elle aussi pouvait être affectée par le départ de Lukah qu’elle avait finalement appris d’une façon toute aussi brutale que lui. Lys resserra son étreinte. « Ne m’abandonne pas, toi aussi. Je suis désolé, je ferai des efforts... » Désolé d'être con, borné, égocentrique, faible.


TWIN.       PETER.

if you can just stop loving him then you never really loved him at all; love doesn't work that way. if you ever truly love someone, then it never goes aways. there are all different sorts of love. it can even become hate and, really, hate is just another kind of caring. hate is only a form a love that hasn't found a way to express itself logically. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: shot in the heart △ alys   Jeu 27 Aoû 2015 - 20:18

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/


Poser des mots sur le départ précipité de Lukah m’arrache le cœur et me rend aussi nerveuse qu’abasourdie ; je n’arrive toujours pas à réaliser qu’il est parti, vraiment parti. Tout comme Lysander, j’avais naïvement cru que cette promesse serait respectée, qu’il resterait encore longtemps, très longtemps auprès de nous et que nous serions donc une famille unie, plus forte que toutes les autres grâce à nos personnalités si affirmées. Naïve, j’ai été naïve. Comme une enfant incapable de penser au pire. Et là, le voici qui me tombe dessus, de tout son poids, prêt à m’écraser pour me donner une sacrée raclée… ou devrais-je plutôt dire, une bonne leçon. Nous ne sommes jamais suffisamment proche de quelqu’un, même d’un frère, au point de le retenir auprès de nous éternellement. Jamais.

Comment ai-je pu y croire ?

Qui sont les égoïstes ?

Lui. Nous. Qu’est-ce que ça change, au final ?

Nous ne sommes plus des gosses. Lukah n’est plus ici avec nous. Il est quelque part, là où le vent a décidé de le mener en se fichant bien de nous blesser une fois de plus, mais où est la raison, dans tout ça ? Je suis perdue, tout autant que Lysander. Perdue dans toutes ces pensées qui remettent encore une fois tout en cause. « Plus rien ne sera comme avant… » Je présage, sur un ton à la fois ferme et navré. Aussi fusionnels puissent-ils être, Lukah et Lysander sont deux entités différentes qui doivent tracer leur route, chacune de leur côté. Ce sont leurs différences flagrantes qui me l’ont toujours fait comprendre, avec un recul qu’eux deux n’ont forcément jamais eu.

Je sens les bras de mon cousin se resserrer autour de moi et abaisse mes paupières dans un moment de faiblesse détesté mais incontrôlable. Les sourcils froncés et les dents serrées, je m’en veux d’être à ce point touchée par un départ qui a peut-être été ressenti comme inévitable par Lukah. J’aimerais tant savoir, ne plus être déchirée par ce sentiment d’ignorance affreux qu’il nous inflige à tous le deux. Voilà ce qui est le pire. Aux derniers mots du jumeau blessé, j’accroche mes doigts à sa chemise et m’écarte un peu, suffisamment pour le regarder droit dans les yeux. « Arrête Lys. Tu ne peux pas dire ça. » Je ne supporte pas l’entendre dire ça. Des paroles qui sonnent comme intolérables à mon oreille. Ainsi je ne le relâche pas, au contraire je le secoue un peu. « T’as pas besoin de lui pour être quelqu’un de fantastique, et de brillant. Ni de moi. Alors dis pas ça. » Mes yeux humides lui expriment toute la colère que ses mots ont procuré chez moi, tout ce que j’aimerais ne plus jamais ressentir. Lysander est à mes yeux quelqu’un d’absolument génial. Il l’a toujours été. Malin, intelligent, drôle, affectueux, ambitieux. Des qualités qui ne lui ont pas été insufflées par Lukah, quoi qu’il pourrait en dire. Des qualités, surtout, qui me rendront toujours admirative à son égard. « Faut pas en vouloir à Luke, tu comprends ? » C’est extrêmement difficile pour moi de dire ça, et j’ai d’ailleurs l’impression de m’étrangler en le disant. Pourtant j’ai encore une fois ce recul qui me permet d’y voir un peu plus clair dans ce scénario cauchemardesque. « Si sa vie est ailleurs, ben c’est comme ça, on n’y peut rien et il a le droit… Je sais qu’il nous aime, moi. Il ne sait juste pas comment dire au revoir. » C’est en regardant Lysander dans le bleu de ses yeux que j’imagine la peur qu’a du avoir Lukah, en songeant à une confrontation. C’est évident, il savait que son frère ne l’aurait pas laissé partir et que ça aurait été infernal.



Les secondes passent, un silence rythmé par les battements saccadés de nos cœurs s’installe. Mon front se laisse aller contre celui de Lys et nous restons ainsi pendant un instant, complètement anéantis, vidés. Ou plein d’un manque déjà énorme. Mes doigts se sont détendus, caressent désormais le haut de son dos et son épaule dans un mouvement irréfléchi. « On a été élus chefs, Lys… Je savais que ça serait toi, t’étais le plus beau et de loin. » Je tente un sourire, même vague, pour soutenir ces paroles sincères. « Bon, peut-être pas autant que Charly, mais… » Renchérir sur un ton de plaisanterie même flou, car l’erreur ce soir serait peut-être de laisser le désir d’indépendance – ou de liberté – de Lukah ruiner complètement notre bonheur…


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: shot in the heart △ alys   Ven 4 Sep 2015 - 18:43

avatar
Lysander E. Foster
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Date d'inscription : 25/01/2014
Prénom : Sonia
Célébrité : Aaron Johnson
Crédit avatar : l'homme de Lys.
Messages : 708
Nationalité / origines : Anglaise
Situation : En couple
Avec qui ? : Avec Peter Michaels, une relation qu'il garde cachée pour l'instant.
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Tout juste diplômé en Musique et en Management
Job/Métier : Grâce à son label de musique T△LENT, il produit et enregistre des artistes indépendants
Adresse de résidence : Dans la résidence des Phi Epsilon
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : M. Clarence Burns
Voir le profil de l'utilisateur






warm me up and breathe me

Lys respirait enfin dans l’étreinte d’Alice. Sa silhouette fine entre ses bras lui rappelait une présence qui n’était plus. Sa respiration lourde mais régulière donnait un rythme à suivre à la sienne, complètement chamboulée. Et sa voix, qu’elle ne s’arrête pas de parler, qu’elle continue de le rassurer, de lui promettre qu’elle n’y était pour rien dans le départ de la personne qui était aussi son cousin. Contre elle, il prenait conscience de l’ampleur du départ de l’égoïste Lukah qui n’avait fait ses adieux ni à son jumeau ni à ses cousins. Qui avait-il informé de son départ ? Une nana éphémère qu’il avait cru être la femme de sa vie ? Une jeune femme dans les bras de laquelle il avait passé de longues nuits enflammées, pendant que Lys attendait inlassablement sa venue ? Le nouveau chef des Phi Epsilon se lamentait sur son sort. Son esprit légendairement narcissique et dramatique cherchait tous les prétextes pour se mettre en cause, pour qu’il devienne la raison des maux de chacun. Il passait autant de temps à nourrir son amour propre qu’à l’assaillir de coups violents. Ce n’était pas ainsi qu’on se construisait ? Alice le reprit en main, forçant leurs deux regards bleutés à se croiser. Ses prunelles humides de Collins reflétaient la détermination tout autant que les yeux rougis du Foster respiraient la détresse. Il savait qu’il avait toujours été l’élément le plus faible de la fratrie, elle lui prouvait à nouveau en le berçant de douces paroles. Les larmes ne coulaient plus sur ses joues marquées mais ses traits traduisait le chagrin d’enfant qui l’avait submergé et le submergeait toujours. « Si j’ai besoin de toi. » Protesta-t-il. Le jour où Alice ne penserait plus être importante pour Lysander, alors elle s’en irait elle aussi faire sa vie. La dépendance nourrissait l’amour, c’était ce qui avait manqué au retour de Lukah, ce que Lys n’avait pas su lui donner à nouveau – dans la tentative de construire une relation fraternelle plus mature. En vain. Les doigts de l’homme s’étaient ancrés par-dessus les siens. Alice justifia le silence de son frère mais elle n’était pas convaincante. « Il ne sait juste pas prendre soin des siens. » Martela-t-il d’une voix amère. Lukah n’avait jamais ménagé personne, ça n’allait pas commencer maintenant.

Lys renifla bruyamment avant que le silence ne tombe dans la pièce. Seuls leurs souffles témoignaient encore de leur éveil et de leur tristesse partagée. Exsangue de toute force, il avait laissé aller son front contre le sien, unis par ce contact physique. Il avait toujours recherché la proximité physique, la force du toucher et des caresses. Ses yeux fermés relisaient sans cesse les mots brefs du bout de papier qui avait disparu quelque part autour d’eux. Ses doigts, au sol, cherchaient sur la moquette une main identique mais elle fut absente. Même parti, Lukah parvenait encore à hanter ses semblables. Il pouvait bien cesser de pleurer cette nuit, sa moitié reviendrait le hanter chaque nuit dans ses rêves. Il le savait. Lys et Alice étaient les deux esseulés de la nuit, les deux fraichement orphelins. Alors qu’ils venaient de trouver une famille de cœur, la famille de sang, elle, avait pris un autre chemin. Alice évoqua enfin leur victoire et Lys ne sourit même pas. « Qui pouvait bien espérer me battre au score... » Marmonna-t-il, tout de même enorgueilli de sa victoire. Encore quelque chose que Lukah ne serait pas là pour voir. Ce soir aurait dû être un soir de fête, voilà ce que sa cousine s’évertuait à lui rappeler. « Charly a triché. » Surenchérit-il, comme un gamin qu’on aurait vexé. Bien sûr que non il n’avait pas triché, il méritait amplement la tête de la confrérie des plus crétins de UCLA. Il y avait désormais trois personnes du gang à la tête des étudiants de l’université. Un tableau de rêve. Lys releva ses yeux vers Alice avant de murmurer dans un souffle : « Tu es belle. » Elle méritait cette phrase telle la déclaration d’amour, tel le remerciement implicite d’avoir été là. D’être là envers et contre tout.


TWIN.       PETER.

if you can just stop loving him then you never really loved him at all; love doesn't work that way. if you ever truly love someone, then it never goes aways. there are all different sorts of love. it can even become hate and, really, hate is just another kind of caring. hate is only a form a love that hasn't found a way to express itself logically. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: shot in the heart △ alys   Mer 7 Oct 2015 - 20:16

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/


La peine et le désarroi face à la situation ont profondément chamboulé Lysander. Heurté et blessé par l’attitude de Lukah, il ne semble pas vouloir accepter d’autre vérité que la sienne, celle qu’il hurle au creux de ses entrailles et qui résonne dans tout son être. Je la sens, je l’entends. Ce qui aurait pu déranger ou rendre indifférent autrui m’est douloureux puisqu’il s’agit de mon sang, là. Celui de Lys ou le mien, ça ne change rien, ça a toujours été du pareil au même. La famille, c’est sacré chez nous. Mais faut-il toujours une exception à tout système cohérent pour le confirmer ? Luke pourrait s’être davantage révélé aujourd’hui, et si mon chagrin est aussi énorme, je me positionne naturellement en soutien pour mon cousin meurtri parce que je sais que c’est de ça dont il a besoin et non d’une pleureuse empoisonnante.

─ Il paraît que ce n’est pas donné à tout le monde, de prendre soin des siens. Mais crois-moi, t’as autre chose à faire de ta vie qu’en vouloir à ces gens.

J’en veux à Lukah et d’un autre côté, je n’ai pas envie de l’accabler de tout un tas de choses qui ne regardent que lui, je le sais. Quelles ont été ses motivations ? D’où lui est venu ce besoin de partir ? J’ai toujours été plus complice avec Lysander et c’est ce dernier que j’ai toujours le mieux compris. A quoi bon creuser encore, et encore… La différence entre Lys et moi, c’est que moi je n’oublie pas que son frère nous aime et tient à nous, où qu’il soit. A sa façon.

L’heure aurait du être à la célébration. Je me permets de lui rappeler sa juste victoire, je me permets d’oser espérer lui arracher un sourire, même infime, mais il ne vient pas. Seul le mien se dessine à nouveau sur mes lèvres. C’est que j’ai parfois vraiment trop d’espoir.

─ Si un autre que toi avait été élu président, il n’aurait pas fait long feu. Tu aurais pu lire dans le journal deux jours plus tard “mort par empoisonnement, ce jeune homme n’a pas assez surveillé son verre au self durant sa pause déjeuner…” et tu m’aurais vu lever les épaules comme si de rien n’était.

C’aurait été ça, à peu de choses près. Quant à la victoire de Charly et à la supposée tricherie que signale Lys sans y croire, elles me permettent de voir qu’il n’a pas perdu de son répondant et de son sens de la rivalité qui ont été de mise tout au long de cette soirée. Je glisse l’une de mes mains sur son épaule, puis autour de son cou tandis que nos regards se croisent. Sa jolie déclaration me fait l’effet d’un baume au cœur malgré le chagrin qui est encore bien présent.

─ Merci, merci. Je ne suis pas devenue présidente des Alpha pour rien après tout. Répondé-je alors, avec un petit air de diva théâtral pour conforter le cliché encore fortement entériné de la belle et superficielle Alpha Bêta.

Puis, ce sont des éclats de voix qui se font entendre, de l’autre côté de la porte et du mur. La maison Phi Epsilon est en fête ce soir, comme chaque autre maison de confrérie. Tout contre Lysander, je me blottis un moment pour y ressentir cette sécurité à laquelle je suis habituée depuis toute petite et finis par dire, d’une faible voix :

─ C’est notre soirée. On ne devrait pas rester ici à pleurer l’absence de Lukah…

Mes doigts continuent de caresser les siens un instant, avant de s’arrêter, étant prise par un nouvel élan de survie ou quelque chose qui y ressemble.

─ On n’est plus des gamins, Lys. Il faut qu’on se secoue, ça ne sert à rien d’attendre demain pour vivre et penser à nous. C’est ce soir que ça se passe.

Lukah est son frère, mon cousin, mais il est libre avant tout et nous sommes qui pour s’apitoyer sur ce sort ? Je décide de m’écarter et de me relever puis de tendre ma main au nouveau président pour qu’il se relève.

─ J’ai envie de te voir heureux ce soir. Heureux pour toi et pour personne d’autre. S’il-te-plaît.

Que cela fonctionne ou non, je ne fais que suivre mon instinct, comme toujours.


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: shot in the heart △ alys   Jeu 12 Nov 2015 - 23:37

avatar
Lysander E. Foster
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Date d'inscription : 25/01/2014
Prénom : Sonia
Célébrité : Aaron Johnson
Crédit avatar : l'homme de Lys.
Messages : 708
Nationalité / origines : Anglaise
Situation : En couple
Avec qui ? : Avec Peter Michaels, une relation qu'il garde cachée pour l'instant.
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Tout juste diplômé en Musique et en Management
Job/Métier : Grâce à son label de musique T△LENT, il produit et enregistre des artistes indépendants
Adresse de résidence : Dans la résidence des Phi Epsilon
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : M. Clarence Burns
Voir le profil de l'utilisateur






warm me up and breathe me

La tristesse demeurait maitresse de son être meurtri mais Lysander commençait à regagner de la dignité. Cet orgueil débordant qui jamais ne le quittait finissait toujours par avoir le dernier mot et la loque qu’il était pouvait enfin se permettre de respirer à nouveau. Alice était grandement responsable de par son soutien et il était probable que désormais, toute l’affection qu’il portait à son frère ne soit reportée sur la personne forte que représentait sa cousine. Elle n’allait pas l’en blâmer, ça il en était certain, mais qui sait combien de temps tiendrait-elle avec tant de pression ? Elle ne l’avait jamais déçu, ce qui constituait un risque d’autant plus grand pour leur relation. Avec le fils Foster, le bien et le bonheur étaient toujours accompagnés par leur Némésis. L’un n’allait pas sans l’autre, c’était sans doute la seule relation d’équilibre qui puisse être dans l’existence de Lys. Il fallait être déchiré, torturé pour espérer vaincre et acquérir de la détermination. Il fallait être conquérant pour connaître les obstacles. Mais s’il avait compris et accepté cette dualité de sa vie, il n’avait toujours pas appris à la dompter. C’était elle qui l’apprivoisait, qui le soumettait. Lys était et demeurait intimement persuadé qu’il ne détenait pas toutes les rênes de son avenir et que tôt ou tard, on finirait toujours par renier sa volonté au profit de l’inattendu. Il aurait pu se battre, prier tout son saoul pour reporter le départ de Lukah, c’était vain, il serait parti quand même. Il n’y avait plus qu’à s’appuyer sur la canne et flageoler de nouveau vers des lendemains plus sûrs. Cette nuit avait-elle seulement une fin ? Demain, il ne serait plus le jumeau Foster mais le nouveau chef des Phi. Au lieu de préserver le seul lien fraternel qui ait su l’épanouir, il allait entretenir une fraternité de cœur pour l’année à venir. Il perdait sa moitié mais venait de gagner plusieurs frères, voilà ce qu’Alice essayait de lui faire comprendre en lui rappelant sa victoire. Et alors que sa fierté s’exprimait enfin, la jeun femme le rassurait quant à son triomphe et son mérite. Aucun Phi n’était aussi artiste que lui, aussi forcené, aussi ardu à la tâche quelle qu’elle soit. « C’est toi qui m’aurais fourni le poison, c’est ça ? » Surenchérit-il, la voix pleine d’espoir. A l’instar de feu son double, était-elle capable de tout pour lui ? Était-elle prête à se sacrifier à un tel engagement qui n’avait ni fin, ni limite ? Devenait-elle le nouveau reflet de lui-même, un reflet plus éclatant, plus optimiste ? La présidente des Alpha se tenait en face de lui et à eux deux, ils détenaient désormais les pouvoirs d’être ce qu’ils étaient nés pour être.

Les deux esseulés se reposèrent l’un contre l’autre, l’un autour de l’autre pour mieux se régénérer. Lys aurait pu demeurer ainsi toute la nuit, dans l’immobilité, dans la chaleur réconfortante de sa cousine mais elle n’était pas d’humeur si solitaire. Ils atterrirent de nouveau sur la terre quand de l’autre côté de la porte, la vie se manifesta. Il leva légèrement la tête pour contempler brièvement la porte close avant qu’Alice ne l’incite à se mouvoir. « C’est ce soir... » Son murmure résonna dans la pièce vide et obscure comme un écho de sa pensée. Elle avait raison. Lukah n’allait pas lui voler cette responsabilité, cette nouvelle vie qui l’attendait, après lui avoir arraché tant d’instants. Ses yeux bleus se plongèrent dans les siens, galvanisés de son énergie. « T’as raison... » Lui ne réfléchissait pas assez. Son cerveau était parti en même temps que l’ombre de Lukah. Lentement, Lys se releva, entrainant sa cousine. Main dans la main, il s’efforça de lui offrir un sourire de façade mais qui serait suffisant pour ce soir. « Le monde est à nous, hein ? » Une dernière question, une dernière tentative d’être rassuré avant que finalement il ne tourne la poignée de la porte afin de s’ouvrir aux autres. Et toujours en tenant la main d’Alice Collins, il sortit de sa torpeur et tous deux délaissèrent l’obscurité derrière eux pour attraper leur lendemain.
FIN DU SUJET


TWIN.       PETER.

if you can just stop loving him then you never really loved him at all; love doesn't work that way. if you ever truly love someone, then it never goes aways. there are all different sorts of love. it can even become hate and, really, hate is just another kind of caring. hate is only a form a love that hasn't found a way to express itself logically. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: shot in the heart △ alys   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
shot in the heart △ alys
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» One Shot Warhammer V.2
» [One Shot] Test de Manga no Densetsu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP :: Terminés-
Sauter vers: