-50%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur la Souris Gaming Razer DeathAdder Elite
39.99 € 79.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 contagious (jalil)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: contagious (jalil)   contagious (jalil) EmptyJeu 28 Mai 2015 - 14:02

avatar
Invité
Invité

contagious (jalil) Empty

J'avais choisi de faire mes courses dans l'un des supermarchés que je jugeais le moins cher. Evidemment, je ne m'attendais pas à trouver des produits de qualité, ou même la moindre chose que j'avais l'habitude d'acheter par le passé, mais du moment que je me nourrissais, c'était bien là tout ce qui comptait à mes yeux. En vérité, je n'étais pas un gros mangeur, il m'arrivait même de ne diner qu'une fois par jour sans forcément me sentir mal le lendemain. C'était dans mon métabolisme, et ça n'était pas plus mal puisqu'ainsi, je pouvais faire des économies certaines sur le prix de la bouffe. On ne pouvait pas dire qu'il y avait grand monde ce soir là, peut-être deux ou trois caissiers, quelques clients et une de ces vieilles musiques qui tournaient sans arrêt en boucle. On pourrait croire que pour attirer les consommateurs, les supermarchés passeraient des musiques actuelles, mais ça n'était jamais le cas, comme si la nostalgie du bon vieux temps était plus vendeuse que ce qui passait actuellement à la radio. C'était probablement le cas, lorsque l'on voyait la moyenne d'âge de ces lieux là. Jetant un oeil à la femme bien plus âgée que moi quittant le magasin, mes prunelles s'abandonnaient sur la fin du rayon, tentant désespérément de trouver mon bonheur dans tous ces sachets de pain de mie. Mais rien à faire, ils n'avaient pas franchement une bonne tête, quoi qu'ils fassent. C'est à ce moment là que je les entendis, les alarmes, me soulageant presque de la musique qui était entrain d'être diffusée. C'était stupide vu que celles ci avaient tendance à faire bien plus mal aux oreilles. Pas même le temps de réagir que les hommes casquées débarquaient déjà et qu'une odeur de cramé envahissait peu à peu la pièce. Plissant les yeux, je tentais de comprendre ce qui était entrain de se passer. Sauf que voilà, une masse se jetait déjà sur moi pour m'intimer de me coucher au sol, alors que le rayon s'enflammait. « Qu'est ce que... » me plaignais-je en m'accrochant malgré moi à l'épaule de mon sauveur, mon poing se refermant sur son haut pour le garder tout contre moi. Etait-ce réellement entrain de se produire ? Le magasin venait-il littéralement de prendre feu ? L'odeur était de plus en plus insupportable, je commençais même à avoir du mal à respirer, et pourtant je ne voulais plus bouger. Je ne pouvais plus bouger seul, restant accroché à cet inconnu donc je percevais à peine le visage.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: contagious (jalil)   contagious (jalil) EmptyJeu 28 Mai 2015 - 19:18

avatar
Invité
Invité

contagious (jalil) Empty

La journée a été calme, un peu trop à mon goût. Pas le moindre feu, pas le moindre accident à signaler, rien du tout. Aussi surprenant que cela puisse être, il est vraiment inhabituel de ne recevoir aucun appel pendant autant d’heures d’affilées. Nous n’aurons été interrompus par les standardistes que pour une crise cardiaque ne nécessitant pas l’intervention de notre équipe, les ambulanciers ont été les seuls à se dégourdir les pattes à trois reprises ces deux dernières heures. Chanceux ! Je commence à prendre racine. Bien entendu, pour bien embêter tout le monde, notre premier appel de l’après-midi vient interrompre le début de la relève par mes collègues. A cinq minutes près et j’aurais pu profiter de la soirée pour me reposer et sortir faire un tour en ville. Mais non, à la place je me retrouve à courir à toute vitesse jusqu’au camion pour grimper à l’intérieur en terminant d’enfiler ma combinaison. Une fuite de gaz a été signalée dans un point chaud situé en ville, dans un supermarché. Moins de cinq minutes suffisent à nous permettre de rejoindre l’endroit, pas le temps de s’installer, il faut foncer. Mes collègues entrent les premiers dans le magasin pour évaluer la quantité d’oxygène restant, c’est ce qui nous permettra d’agir facilement ou non. « Jenkins, viens avec moi, on va faire le tour du magasin pour éloigner les clients des rayons adjacents ! » Les murs de la cuisine donnent en effet sur le rayon des viennoiseries. Par chance, à cette heure-là très peu de personnes sont encore présentes dans le magasin. Il y a ce garçon, pas le moins du monde perturbé par l’odeur de gaz. « TOUT LE MONDE A TERRE ! » Un faux mouvement, une porte poussée un peu trop vite et l’enfer s’abat sur une bonne partie du magasin. Une explosion digne de ce nom, en un flash, un homme censé se serait jeté au sol… Seulement je n’ai pas été formé pour cela, sans réfléchir je m’élance, sans faillir, n’écoutant que mon instinct et attrape le jeune garçon pour basculer et le faire tomber. Tant pis si je lui tombe dessus, tant pis si je l’écrase, il aura une chance de s’en sortir ! « Monsieur, monsieur est-ce que ça va ? » Je le questionne sans pour autant le regarder, bien trop occupé à estimer les dégâts. Nous devons sortir d’ici au plus vite, je n’ai pas mon masque et je commence déjà à tousser, il est de plus en plus difficile de respirer. « Nous devons sortir d’ici ! » Pas de réaction, rien, il semble complètement abasourdi. L’adrénaline du moment me permet de le soulever sans trop éprouver de difficultés. « Appuyez-vous sur moi, je vais vous sortir de là ! » Ma main glisse le long de sa taille, je longe sa colonne vertébrale pour trouver un appui suffisant pour ne pas trop me fatiguer et le maintenir debout contre moi.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: contagious (jalil)   contagious (jalil) EmptyDim 31 Mai 2015 - 15:50

avatar
Invité
Invité

contagious (jalil) Empty

Je n'avais clairement pas prévu que ma soirée se passerait ainsi. Non, pour moi aller dans un supermarché n'était pas équivalent à se manger un inconnu en pleine face sans même avoir à dire un mot. Parce que c'était bel et bien ce qui venait de se produire, même si je n'en avais plus franchement conscience, toussotant contre l'épaule de l'inconnu alors que je me sentais déjà être soulevé. Je ne savais même pas comment il pouvait me porter, puisque je n'étais pas un poids plume, mes muscles ne m'allégeant pas franchement. J'entendais vaguement sa voix tel un échos, mais préférais m'accrocher à lui, mon nez s'engouffrant contre son haut pour tenter de ne pas inhaler plus de fumée que je venais déjà de le faire. Aucune idée de ce qu'il était entrain de se passer autour de moi. Enfin si, j'avais bel et bien compris qu'il était pompier, et qu'ainsi, il devait y avoir un feu. Pour le coup je ne pensais absolument plus aux courses que je laissais derrière moi, en oubliant même la faim qui m'avait gagné quelques instants plus tôt. Tout n'était qu'une question de survie et pourtant, là encore, je ne la devais qu'au jeune homme. Je ne voyais pas bien son visage, seulement sa couleur de peau légèrement plus bronzée que la mienne. Il avançait difficilement jusqu'à la porte alors que d'autres personnes s'agitaient autour de nous. Je n'arrivais pas bien à savoir si les flammes s'intensifiaient ou non, bien trop occupé à serrer cet inconnu tout contre moi pour éviter d'étouffer, mais aussi et surtout parce que j'avais sacrément peur de ce qui pourrait m'arriver si jamais il me laissait. Si jamais il préférait sauver sa peau plutôt que la mienne, ce qui au fond, aurait totalement pu se produire. Je n'avais jamais fait face à ce genre de situation, alors je ne savais pas franchement bien comment réagir. Je titubais à ses côtés, jusqu'à ce que nous rejoignions finalement la sortie, l'air frais me faisant le plus grand bien, alors qu'il commençait d'ores et déjà à pleuvoir, mes mèches de cheveux tombant sur mon front et ma chemise se tachetant ici et là jusqu'à venir coller ma peau. « Merci. » furent mes seules paroles, entre deux toussotements, et alors que mes prunelles s'ancraient dans les siennes pour mémoriser son visage. Le visage de celui qui m'avait sauvé la vie, parce que oui, c'était bel et bien ce qu'il venait de se produire, même si j'avais encore bien du mal à le réaliser. Je ne prêtais même plus attention au bâtiment derrière moi. Je me doutais qu'il devait y retourner, et pourtant, je restais accroché à lui. « V-Vous pouvez rester avec moi ? » Ça n'était probablement pas ce qu'il avait de plus important à faire, mais étrangement, je me sentais en sécurité, bien plus que s'il venait à retourner là dedans.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: contagious (jalil)   contagious (jalil) EmptyDim 7 Juin 2015 - 17:57

avatar
Invité
Invité

contagious (jalil) Empty

Je n’ai pas le temps de me remettre de l’explosion, je ne peux pas me permettre de prendre une minute pour reprendre mes esprits avant de repartir à l’assaut. La vie de ce jeune homme en dépend, la mienne également. Il n’est jamais très bon d’inhaler de la fumée et nous le faisons déjà depuis quelques minutes. Mes poumons commencent sérieusement à s’encrasser et respirer devient plus difficile, je tousse sans jamais pour autant opter pour le ménagement. J’aurai largement le temps de me reposer lorsque je serai enterré six pieds sous terre. En attendant ce jour, j’ai du boulot, je dois venir en aide à cet homme, encore abasourdi par ce qu’il vient de se passer. Comment lui en tenir rigueur ? Ce n’est pas tous les jours que l’on prend une explosion comme celle-ci en pleine tête, en l’espace d’une seconde l’atmosphère s’est transformée, l’air est devenue brûlante, l’apocalypse s’est déversé sur lui… Sur nous mais j’ai l’habitude de cette ambiance, des risques, des feux j’en ai déjà affronté quelques-uns depuis le début de ma carrière et celui-ci n’est pas le pire que j’ai eu à affronter. L’adrénaline procurée par un instant d’une rare intensité, nous sous-estimons clairement la force que cela nous donne. Je soulève Atom sans éprouver la moindre difficulté, la moindre petite douleur, c’est à peine si je ressens son poids lorsqu’il s’accroche à mon cou et se colle à moi pour se protéger de la fumée, des flammes. L’une de mes mains longe son crâne contre lequel je m’appuie pour le forcer à s’appuyer contre mon torse, il ne doit pas respirer la fumée, le moins possible en tout cas ! Autour de nous je ne repère aucune victime, la plupart des clients ont pu être évacués avant l’explosion, espérons que personne ne sera laissé pour mort au milieu des décombres. La difficulté augmente avec les secondes, je suffoque, le souffle court et pourtant, je n’arrête jamais d’avancer. Mon bras se resserre autour d’Atom que je protègerai au péril de ma vie s’il le faut. Je le sens faiblir lui aussi, il est désorienté, ses pas ne sont pas du tout accordés aux miens, il me retarde plus qu’il ne m’avance mais il fait de son mieux, je le sais. En dépit des circonstances, il s’en sort même plutôt bien. Nous parvenons enfin à atteindre la sortie, deux de mes collègues nous sautent dessus pour nous aider à atteindre les derniers mètres, à l’extérieur la pluie, le froid, le vent, tous ces éléments me revigorent. Les questions se multiplient autour de moi, je ne parviens pas à les écouter. Ils attendent de moi des ordres, des pistes, un bilan de ce qu’il y a à l’intérieur, je suis leur lieutenant, c’est mon boulot d’être là pour les conseiller, les diriger. Difficile de le faire efficacement cela dit, après avoir risqué ma vie comme je viens de le faire. « Je n’ai pas aperçu de survivants, ouvrez le toit si vous le pouvez… Vous disposez de quelques minutes pour vous rendre à l’intérieur avant que la situation ne devienne trop critique, prenez vos masques, équipez-vous et allez-y, ne restez pas seuls, par équipe de deux minimum ! » Mon supérieur, le chef de la caserne, va prendre la relève, je le sais, j’ai rendez-vous avec mes deux collègues ambulanciers qui vont devoir s’assurer que tout va bien. Pour l’heure ce n’est pas mon état qui m’inquiète, c’est Atom. « Merci. » Je pourrais relâcher la pression, lui rendre sa liberté mais je n’y parviens pas. Je ne le lâcherais pas jusqu’à ce que je sois certain qu’il soit hors de danger. « V-Vous pouvez rester avec moi ? » Je toussote et acquiesce d’un simple hochement de tête. « Bien-sûr, je resterai avec toi jusqu’à ce que tout ceci soit terminé, okay ? » Je le rassure comme s’il était un enfant apeuré. Mes doigts remontent le long de son visage pour chasser la pellicule noire qui recouvre sa peau. « Tu arrives à respirer ? Tu es blessé ? » Je le questionne, prêt pour un diagnostic très important pour faciliter la tâche à mes collègues ambulanciers qui approchent de nous avec des brancards. « Ils vont t’examiner, vérifier que tu n’es pas brûlé, que la fumée inhalée ne mettra pas ta vie en danger, que tout va bien ! » Ils vont en faire de même pour moi, ils ont déjà préparé les masques à oxygène.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: contagious (jalil)   contagious (jalil) Empty

Contenu sponsorisé

contagious (jalil) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
contagious (jalil)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser