Partagez | 
 

 onzième intrigue ◊ Oscar & Andreas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: onzième intrigue ◊ Oscar & Andreas   Jeu 4 Juin 2015 - 16:03

avatar
Bad Teacher
Pour pimenter le jeu
Pour pimenter le jeu
Age : 92
Date d'inscription : 02/07/2012
Prénom : Dieu.
Célébrité : Personne.
Crédit avatar : #FRAT7YL.
Messages : 1025
Nationalité / origines : Aucune et tout à la fois.
Adresse de résidence : Derrière chez toi.
Dispo pour le rp : Non
Voir le profil de l'utilisateur


L'INTRIGUE


EN PRATIQUE


FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER

Avec une enchère de 200$ c'est Andreas Klein qui remporte une soirée en compagnie du beau Oscar Luchetti.

Le taxi est passé vous prendre et vous conduit en direction de Santa Monica. Vous avez gagné une soirée dans une luxueuse cabane près de la plage et alors que vous vous apprêtez à trinquer, vous découvrez que votre toit est infesté de cafards.

CE CONTENU EST LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DE
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER. TOUTE REPRODUCTION
NON-AUTORISÉE, PARTIELLE OU TOTALE, EST PROSCRITE.

TEXTE (C) ADMIN
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: onzième intrigue ◊ Oscar & Andreas   Jeu 4 Juin 2015 - 17:08

avatar
Oscar Luccheti
À votre service
À votre service
Age : 21
Date d'inscription : 12/02/2014
Prénom : Ferdi
Célébrité : Thom Morell
Crédit avatar : (c) FA
Messages : 1039
Nationalité / origines : Sicilien (Italien)
Situation : Célibataire
Avec qui ? : /
Orientation sexuelle : Homosexuel(le)
Etudes/études passées : Doctorat en exercice du droit. ("juris doctor" ; 7ème et dernière année)
Job/Métier : Bénévole à l'orphelinat et dans des associations diverses ; il assiste également son frère à faire les comptes pour son salon de tatouage
Adresse de résidence : Eastside, avec son grand frère, Fabio
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : MLTR, YBH, SCS, BSS, PLM, COK
Voir le profil de l'utilisateur


Lorsque le taxi s'en va, le pesant silence revient au galop. Vicieux, il nous a accompagné toute la soirée. Tant d'années se sont écoulées ... Et pourtant, il semblerait que nous n'avons rien de particulier à se dire, en dehors des éventuelles platitudes propres à ce genre de situations. Cela fait tellement longtemps, en même temps ... Presque une éternité, en fait. Lorsque mon regard s'est posé sur lui, pour la première fois de la soirée, j'ai peiné à le reconnaître. Heureusement que son nom s'était chargé de faire disparaître toute éventuelle confusion ...

Klein.

Andreas Klein.

Andy.

Je n'ai pas besoin de nombreuses explications ou d'une longue conversation nostalgique pour me souvenir de cette soirée, tant d'années auparavant, d'abandon, de perdition et de capitulation totale.

Ça, c'était avant.

Et pourtant, lui et là, ici, maintenant. Avec moi. Ayant misé sur moi. 200$. Une part de moi, désespérée, se dit que je devrais essayer d'apporter une plus forte contribution à ce projet caritatif. Peut être qu'ils cherchent encore des volontaires pour aider à reconstruire les fondations des bâtiments détruits ... ? Il faudrait que je me renseigne, lorsque j'en aurai l'opportunité.

Me retournant alors, je le dévisage, curieusement. Dans ses mains, il y a une clé. Je ne sais pas qui la lui a donnée ni où il l'a trouvée mais je suppose que cela fait partie de son "package" d'enchérisseur. Devant nous, cette gigantesque cabane ... Mon coeur se resserre rien qu'en la voyant. Le jour où j'ai les moyens de m'acheter quelque chose d'aussi beau que cela ... Je crois que ce jour là, je pourrai mourir en paix.

Une cabane ...
La plage ...


Et un étrange, alarmant sentiment de déjà vu que je suis, malgré moi, entièrement incapable de chasser.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: onzième intrigue ◊ Oscar & Andreas   Jeu 4 Juin 2015 - 17:53

avatar
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/


J’ai été confiant jusqu’au moment où l’on m’annonça qu’il était mien.

Pour une soirée. Pour la bonne cause, qu’ils clâmaient tous dans le grand hall, croyant peut-être que nous n’étions tous là que pour ça. Pour aider la ville et ce quartier en détresse … C’est drôle, j’ai complètement oublié de quoi il s’agissait réellement quand j’ai vu son visage apparaître sur la scène. J’ai oublié Los Angeles, j’ai oublié mon sens de la générosité aussi médiocre soit-il, et tant d’autres choses, en fait. Il ne m’a pas vu mais moi je n’ai plus vu que lui.

Je l’ai entendu à nouveau. Je l’ai senti à nouveau, tout contre moi. Cela a été irréversible et je m’en suis voulu d’avoir ressenti ces choses, là, dans l’assemblée. Je m’en suis voulu d’avoir laissé le passé refaire autant intrusion en moi. Fait extraordinaire.

Il a changé. Peut-être en mieux, peut-être pas. Il m’est difficile d’avoir un avis là-dessus tant ma vision de lui à l’époque devait déjà être trop faussée par les circonstances. Qu’il devienne un homme ou non, Oscar reste Oscar. Cette part intouchable en lui est restée intacte.

Quand le taxi se gare, nous nous échappons et retrouvons l’air libre de l’océan. Mes yeux retrouvent ceux d’Oscar pendant un très bref instant pour vérifier qu’il m’accompagne toujours puis j’avance avec une assurance modérée jusqu’à … cette grande cabane, de la taille même d’un chalet. Je m’arrête alors, le regard rivé sur cet endroit tout de bois monté censé nous accueillir pour le restant de la soirée. Mon cœur se resserre dans ma poitrine, autant que ma mâchoire.

Evidemment, je pense à Grace. Je me demande à quoi j’ai pensé en misant sur Oscar. Ce que j’ai voulu au fond de moi. M’amuser ? Discuter ? Le regarder dans le blanc des yeux ? Je ne suis plus sûr de rien tout à coup, mais ce qui est sûr, c’est que le Andreas de l’époque n’est plus. Tant de choses ont changé, tant de choses précieuses me sont arrivées et ce sont ces choses-là que je dois encore mettre en avant. J’aimerais, vraiment, que ce soit aussi simple.

Reprenant finalement ma marche, j’insère bientôt la clé dans la serrure et nous ouvre la voie. Un gentleman en rendez-vous romantique aurait laissé passé sa bien-aimée passer en premier mais rien de ce scénario ne ressemble au nôtre. Alors je pénètre à l’intérieur de la cabane en premier et admire silencieusement le décor, posant au passage la clé sur une table.



Trois secondes, quatre secondes, presque cinq, et je me retourne vers lui. J’ose enfin le regarder à nouveau droit dans les yeux. Est-ce que cela me fait du bien ou plutôt mal ? Impossible à dire... La seule chose qui me vient à l'esprit, c'est que j'ai peut-être fait une connerie.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: onzième intrigue ◊ Oscar & Andreas   Mer 17 Juin 2015 - 3:40

avatar
Oscar Luccheti
À votre service
À votre service
Age : 21
Date d'inscription : 12/02/2014
Prénom : Ferdi
Célébrité : Thom Morell
Crédit avatar : (c) FA
Messages : 1039
Nationalité / origines : Sicilien (Italien)
Situation : Célibataire
Avec qui ? : /
Orientation sexuelle : Homosexuel(le)
Etudes/études passées : Doctorat en exercice du droit. ("juris doctor" ; 7ème et dernière année)
Job/Métier : Bénévole à l'orphelinat et dans des associations diverses ; il assiste également son frère à faire les comptes pour son salon de tatouage
Adresse de résidence : Eastside, avec son grand frère, Fabio
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : MLTR, YBH, SCS, BSS, PLM, COK
Voir le profil de l'utilisateur


La nuit tombée, tous les paris sont ouverts.

C'est subtile, la nuit. Dangereux, aussi. Il n'y a plus de soleil, plus de lumière ... Plus de preuves. Tout se fait dans l'ombre, dans le plus grand des mystères ... Et quel mystère ! Un mystère sombre, obscur ... Solennel. Et c'est Solennellement que mes pieds avancent et que mes pas me guident, me dirigent, vers cette cabane en bois. Le bois ... Comme celui d'il y a si longtemps, de cet été, si chaud, si lointain, si anglais, si distant ...

Et pourtant, si proche, également ...

Je le sens, ici et là. Dans mon coeur, dans mon âme. Cet été de non-dits, cet été de pensées ... Mais également, d'instincts. C'était cet été là que mes réelles préférences s'étaient révélées à moi. On pourrait aisément parler d'une épiphanie, d'ailleurs. Une révélation ... Et pourtant, là, ce soir, je suis complètement plongé, noyé, baigné dans ce noir complet, incapable de comprendre et de savoir ... Incapable de savoir ... Ce qu'il va se passer. Ce qu'il veut. Lui. Ici. Et ce qu'il me veut, après tant d'années ...

Ce que je veux, également. C'est important, ça aussi, je crois ...

... En même temps, tout a toujours été important, pour moi ...

On me l'a souvent reproché, d'ailleurs. "Oscar, tu t'attaches trop facilement. Tu accordes trop d'importances à des petites choses qui ne veulent rien dire ! Tu devrais ouvrir les yeux un peu. Te concentrer sur ce qui compte, réellement." Mais que puis-je y faire si mon coeur danse une danse différente que celle effectuée par leurs pensées ? Que puis-je y faire si chaque mot, chaque parole, chaque caresse qui m'est adressée s'ancre en moi, comme un crochet ? Que puis-je y faire si je vis tout, au jour le jour, avec émerveillement, passion, fureur, intensité, émotion ... ?

Que puis-je y faire, moi, avec toutes mes faiblesses et toutes mes limitations ... ?

... Je ne suis qu'un homme ...

...

...

... Et si je ne puis plus m'émerveiller à chaque fois que le soleil se lève, alors je ne peux plus m'émerveiller devant quoique ce soit.
Si je ne puis plus être triste lorsqu'une femme perd son enfant dans les lignes perdues entre les pages d'un roman, alors je ne peux plus être triste du tout.
Si je ne puis plus tomber amoureux par un simple regard ou même, par la simple intonation d'une voix ... Alors à quoi bon aimer ?

... Et si les choses n'ont plus d'importance, alors la vie ne mérite plus d'être vécue. Cela ne servirait à rien d'exister.

Je ne puis pas être autrement. Exister sans ressentir ... Exister sans penser ... Ce serait comme me demander d'exister sans ... Respirer. Exister sans penser. Cela n'a rien d'une existence. Passé ce cap, l'on tombe dans la survie. Et moi, je me refuse de sombrer dans cela.

Je préfère plutôt m'élever, librement, dans les airs, lentement, pas après pas, derrière lui, à sa suite, à sa succession, le suivant, timidement, silencieusement, avec confiance, avec calme, avec ... Je préfère être léger, quoi, être moi. Pouvoir vivre et me nourrir de cet optimisme qui me revitalise au jour la jour et de cet espoir qui n'a de cesse de me donner la pêche. Avoir cette voix douce, calme, fragile, vulnérable. Cette âme pâle, restreinte, timide, sensible, qui fait contraste à ces émotions folles qui se promènent en moi ...

... Quelles sont-elles, ce soir, ces émotions ?
Je ... Je ne sais pas.
C'est le picotement dans mes yeux et le tam, tam, tam résonnant de mon coeur. C'est la moiteur de mes mains et les tremblements dans mes jambes. C'est la fraicheur lacérante de la brise marine et les parois lisses et scintillantes de mes lèvres humides. C'est ces émeraudes profondes qui se forgent à nouveau un doux souvenir de sa silhouette. Cette boule, au fond de moi, qui brille, mais que seul je puisse voir. Cette tension, également, que je ressens dans mon short. C'est toutes ces choses, toutes ces émotions, toutes ces sensations en moi. Transformations, manifestations physiques, factuelles et analysables de choses que je ne saurais jamais expliquer ni comprendre par moi-même sans cela. C'est ce noeud au fond de ma gorge et les images qui se dessinent dans mes pensées. Ces souvenirs qui crient, hurlent à ceux ou celles qui veulent bien les écouter ... Et malheureusement, dans ce silence oppressant, je ne peux pas faire autre chose que de les écouter.

Puis, le déclic. Enfin. Quelque chose d'autre à écouter. Clic, clac. Cette clef qui tourne, dans cette serrure ... Et mon coeur, jusqu'alors si léger, si abstrait, si pensif et rêveur retombe, complètement ancré et happé, rattrapé par la réalité.

Andreas. Moi. Cabane. Plage. Ici. Maintenant.

Le noeud au fond de ma gorge se resserre, à présent.

Puis, Andreas entre. Ce n'est plus Andy, comme auparavant, lorsque j'étais encore jeune, capable de feindre une innocence insouciante. C'est Andreas, à présent. Et je suis Oscar. Je marche derrière lui, à présent entièrement plongé dans la pénombre. Nos silhouettes épousent l'obscurité tandis qu'à présent, nous ne formons qu'un avec la nuit.

Loin de nous est le jour où nous ne formions qu'un, tout simplement ...

Pourtant, un filet de lune pénétrant par la fenêtre me permet encore de détacher son ombre de l'obscurité afin d'identifier son individualité dans ce voile nocturne. Un autre rappel que nous sommes bien deux entités distinctes, séparées. Par le temps, les années, la vie, les expériences passées ...

Je ne sais pas à quoi il s'attendait lorsqu'il a misé et c'est bien cela qui m'effraie, je crois. Pour ne pas changer. Il semblerait que lorsque je suis avec lui, je ne peux tout simplement pas me sentir apaisé. Il me tourne le dos et cette scène est si puissante que je me sens mal-à-l'aise. Un intrus dans ce tableau de la nuit qui l'épouse, lui et le rayon de lune. Je ne me sens pas à ma place et j'aurai presque envie de prendre mes jambes à mon cou. Mais il a payé ... Et ce serait malhonnête de ma part de m'en aller.

Pourtant ... L'envie de m'échapper est ...

... Tellement ...

... Irres ...


...
...
... Inexistante.

Il vient de se retourner et voilà que toute idée de fuite s'est anéantie. Électrisé par ce regard lumineux, l'emprise magnétique que son corps a sur le mien se réveille abruptement. Je ne bouge pas, persuadé que chaque pas effectué dans la direction opposée me ramènerait deux pas vers lui, même contre mon gré.

Alors, plutôt que de me battre contre ma nature, je l'embrasse, pleinement. Un pas. Puis deux. En sa direction. J'essaie de me montrer confiant. Pourtant, je les sens, ces gouttes de sueur sur mes poignets, qui coulent cruellement le long de mes paumes moites ... Je les sens, ces boucles, mouillées, qui commencent à tomber et à me coller au front ...

Clairement, je ne me sens pas à l'aise, ni dans mon élément.
Mais j'essaie, parce que j'ai toujours essayé, et ça, personne ne pourra me l'enlever.
Son regard, planté dans le mien, m'appel, me dirige ...

... Alors je romps le contact.
Fais un dernier pas, puis baisse mon regard, sans prévenir.

Je me racle la gorge. Je ne sais pas quoi dire.

- Je ...

Mes dents s'enfoncent dans ma lèvre tandis que mes yeux se redressent, espérants. Cette fois-ci, c'est moi qui ancre mon regard dans le sien.

Aide moi. Explique moi. Laisse moi comprendre ce que je ne comprends toujours pas.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: onzième intrigue ◊ Oscar & Andreas   Dim 21 Juin 2015 - 18:31

avatar
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/


J’espérais une ambiance légère et détendue. Signe que nous serions tous les deux passés à – bien – d’autres choses, tout du moins je suppose que c’est inévitable, en sept ans.

J’espérais qu’il puisse trouver l’audace de parler avant que je ne le fasse, au moins pour me poser des questions. Une question. L’inévitable, encore. Le pourquoi ? L’unique. Et je lui aurais répondu. Tout aurait été naturel, spontané, fluide.

Mais au lieu de cela …

L’ambiance est lourde,  inquiétante. Je dirais même oppressante.

Et puis, il n’a trouvé aucune audace. Il est resté muet, me rappelant par son silence et sa silhouette peu assurée cette montagne qui nous a séparés, ce soir-là. Cette montagne que nous avons gravie à deux pour ensuite, ne plus avoir l’envie d’en redescendre.



Avant que je ne dégringole jusque plus bas que terre, par la force des choses. Par la force de cette condition humaine qui m’avait rappelé à l’ordre.

Oscar a vécu cette nuit-là avec moi. Il a vu ce qu’il n’aurait jamais dû voir. Ce que personne n’aurait dû voir. Et cela lui donne ce soir, malgré toutes ces années écoulées, un fort pouvoir sur moi. Il me connait. Il connait ce que tant d’autres ne savent même pas. Les fondements. L’obscurité. Les démons qui rongent, qui s’alignent et qui dévorent, ô trop délicieusement.



Il s’avance, n’affichant que l’incompréhension, l'incertitude. Des sentiments qui ne réveillent pas mes démons, eux encore endormis ce soir. Je soutiens son regard sans bouger, sans même broncher, tout du moins jusqu’à ce que cela devienne insensé.

« Je n’ai pas réfléchi. »

Je lâche ces mots comme s’ils n’étaient que des boulets gênants, alourdissants, et c’est vrai, l’instant d’après me semble déjà un peu plus léger. Mes yeux ne quittent les siens qu’une vague seconde, tandis que je cherche quoi rajouter, rien qui ne soit susceptible de faire empirer la situation. Le bout de mes doigts vient effleurer une table en bois, ce matériau qui fait drôlement écho.

« Je ne veux pas … »

Tu vois ce que je veux dire.

« Ça m’a pris, comme ça, je t’ai vu et j’me suis dit que c’était l’occasion de savoir ce que tu étais devenu. » Ajouté-je en haussant vaguement les épaules.

Il a le droit de douter de la véracité de mes propos, mais je sais qu’ils détiennent une grande part de vérité. Ça a été impulsif. Je ne pouvais pas le laisser partir sans lui avoir parlé, juste parlé. Et maintenant que je lui parle, je réalise qu’il me faudrait décidément plus réfléchir, à l’avenir, avant de m’embarquer dans des expériences pareilles.

Les secondes s’écoulent et je détaille désormais les traits de son visage, pour la première fois depuis longtemps, très longtemps. J’étudie en douceur tout ce qui a changé, tout ce qui est resté identique. Tout ce que je détestais, tout ce que j'adorais.

« L’explication te convient ? »

Parce qu’il en désirait sûrement une, une explication.

Ma voix sereine prouve que je ne lui en veux plus, de m’avoir cherché, de m’avoir entraîné sur cette pente.
Mais je m’en voudrai toujours à moi et au monde, d’avoir été fait ainsi.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: onzième intrigue ◊ Oscar & Andreas   Lun 27 Juil 2015 - 12:06

avatar
Oscar Luccheti
À votre service
À votre service
Age : 21
Date d'inscription : 12/02/2014
Prénom : Ferdi
Célébrité : Thom Morell
Crédit avatar : (c) FA
Messages : 1039
Nationalité / origines : Sicilien (Italien)
Situation : Célibataire
Avec qui ? : /
Orientation sexuelle : Homosexuel(le)
Etudes/études passées : Doctorat en exercice du droit. ("juris doctor" ; 7ème et dernière année)
Job/Métier : Bénévole à l'orphelinat et dans des associations diverses ; il assiste également son frère à faire les comptes pour son salon de tatouage
Adresse de résidence : Eastside, avec son grand frère, Fabio
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : MLTR, YBH, SCS, BSS, PLM, COK
Voir le profil de l'utilisateur


Mes yeux cherchent les siens avec hésitation et timidité. Je ne comprends pas. Je ne comprends plus. Je regarde mes mains. Andreas, Adriel, Atom, Alice... A, A, A, A... Où... Où va ma vie? Que devient-elle...? Que fais-je? Pourquoi n'ai-je pas de plan, pas de décision toute tracée, pas de destinée préconçue? Je ne comprends rien et les pièces s'ajoutant au puzzle n'ont de cesse de me compliquer la tâche.

Au secours...

Je suis mal à l'aise dans ce silence étranglant. Les images reviennent, les souvenirs reviennent, et je ne sais plus où me situer au milieu de tout cela. Ça me fait peur. Ça m'effraie. Je n'ai pas envie de ne pas savoir où me situer...

Au secours...

Mes yeux cherchent les siens mais je ne le retrouve pas. Du moins, je ne crois pas... Il n'y a plus la même sensibilité derrière les iris, plus la même histoire dans les iris. Ça m'effraie. Ça me donne un frisson dans le dos. Il m'intimide, parce que je ne le connais pas. Je ne le connais plus. Je n'ai jamais été à l'aise avec les étrangers... Les gens doivent toujours faire le premier pas, me remarquer. C'est là, et uniquement là, que je peux me permettre de briller.

Il n'a pas réfléchi.

Des mots, qui s'écrasent sur moi avec violence. Évidemment. Il n'a pas réfléchi. À quoi? Ça. Tout ça, là. Les enchères, la plage, la cabane... Nous... Moi...

Il n'a pas réfléchi.

Et ses mots s'enfoncent en moi comme des clous. Rouillés.

Mon regard le fuit car il ne peut le soutenir.

Moi, jamais je ne réfléchis pas.

Le regard qu'il pose sur moi m'invite cependant à revenir. Je n'ai pas envie, mais mes yeux dévient leur trajectoire à nouveau afin de subvenir aux plaintes des siens. Je ne sais pas ce qu'il cherche, dans mon regard. Une histoire? Une promesse? Un secret? Je ne sais pas, et c'est ce qui m'effraie et me déboussole davantage. Complètement fixé et focalisé sur son visage, j'en oublie tout le reste. J'en viens presque à m'oublier moi. Il est toujours aussi beau...

Je ne comprends pas.

Il ne veut pas.

Je souris, tristement. Je vois très bien de quoi il veut parler. Moi non plus, je ne veux pas. Alors pourquoi, vraiment... Pourquoi?!

Ça l'a pris comme ça...

Je ne sais pas quoi dire, je ne dis rien. Mon regard fuit, à nouveau, cherchant une excuse, un prétexte, quelque chose pour me défendre...

– C'est gentil. Je déclare, silencieusement, de façon neutre, sans vraiment savoir quoi ajouter par la suite. Il me demande si l'explication me convient et j'hausse des épaules.

– Est-ce réellement important...? C'est une explication. Mes mots s'étalent dans l'espace, disparaissent dans le vide. Les explications restent des explications, qu'elles soient satisfaisantes ou non. Je n'avais pas d'attentes, je n'ai pas de déception. Je m'essaie à un sourire mais je crois que si j'avais eu un miroir je me serai regardé avec dégoût tant il semblait faible et passif. Je m'apprête alors à poser une autre question lorsque... Mais... C'est quoi ça...?

Quelque chose est tombé. Du ciel. Sur moi. Quelque chose m'est tombé dessus. Je lève la tête. Une tâche. Noire... Qui... Bouge, grouille, vrombit, gargouille...

Une tâche noire qui infeste, dévore, pollue, décore...

Une tâche qui se mouve, qui se déplace, détruit tout autour d'elle...

Une tâche qui vit.

Insectes. Cafards.

– Il faut sortir de là. Je ne parle pas avec autorité, je masque mon dégoût. J'essaie d'oublier le fait qu'une de ces bestioles vient de me tomber dessus. Il faut qu'on sorte de là. C'est complètement dégueulasse ici.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: onzième intrigue ◊ Oscar & Andreas   Lun 24 Aoû 2015 - 0:28

avatar
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/


Il paraît qu’être gentil, c’est être con. Mais je sais que si lui me dit ça, ce n’est pas pour m’exprimer ça. Cela n’a rien de négatif, sortant de sa bouche aux accents méditerranéens. Il doit vraiment me trouver “gentil”. Ou alors différent de celui qu’il a connu à l’époque. Parce qu’à l’époque, je n’étais pas un gars gentil.

J’étais tout l’inverse et ça me rendait fier.

Aujourd’hui, je me sens différent. Je le sens différent, aussi. Grandi, mûri, lui qui semblait déjà l’être bien plus que moi, autrefois. Et c’était une des choses que je détestais chez lui, puisque ça attirait l’attention de la raisonnable Summer.

Summer… Qu’est-elle devenue ?



Et toi, qu’es-tu devenu ?

C’est la seule question qui me vient à l’esprit. La seule que je me sens la légitimité de poser, aussi. Combler cet immense vide spatio-temporel qui nous entoure, et celui qui nous a suivi durant toutes ces années, loin l’un de l’autre. Je rêve de spontanéité, de désinvolture et d’assurance. Tout ce que je suis d’habitude, tout ce que je peine à être ce soir. Pourquoi est-ce toujours si dur entre toi et moi ?

Il doit bien y avoir une réponse quelque part. Une solution pour cette équation à deux inconnus…

Puis… Une chose noire. Étrangère, surprenante, bizarre. Avec trop de pattes. Je la fixe, elle d’abord, dans la plus grande immobilité. Avant de l’observer lui, faire cette grimace de dégoût certaine. Mon regard remonte vers le plafond quand il nous somme de sortir de cette cabane, et je remarque une ouverture là-haut, parmi tant d’autres. Ce qui semblait plein de charme n’est en réalité qu’un vieux tas de planches assemblées, sans doute à la va-vite ou alors depuis de trop nombreuses années. Mes yeux retournent sur Oscar et je fais un pas vers lui, décidé à le débarrasser de cette sale bestiole. Agiles et patients, mes doigts mettent quelques secondes à arracher immondicité obstinée de l’épaule de l’Italien, puis je la jette à terre sur le côté, non sans une aversion, de sorte qu’elle ne puisse plus nous importuner.

– Je ne sais pas ce que c’était, mais loin de moi l’envie d’en croiser un autre. Dis-je d’une voix ferme et quelque peu agacée que l’on ait pu nous proposer cet endroit peu voire pas du tout commode. Sortons d’ici avant de se faire envahir.

A nouveau, je prends la porte en premier et attends qu’il me rejoigne dehors. Je referme ensuite à clé puis dépose celle-ci dans le fond d’une de mes poches de pantalon, dans lesquelles mes mains restent enfouies. Retrouvant Oscar dans le pénombre, je marche silencieusement à côté de lui tandis que nous nous rapprochons du bord de l’eau.

Immense. Silencieuse. Propice.



J’ose difficilement aller le regarder droit dans les yeux, mais j’ose malgré tout.

– J’étais surpris de te voir à ce gala. Je te pensais encore en Europe. Et puis, je n’ai plus de nouvelles de Summer depuis fort longtemps… Je suppose que c’est différent de ton côté.

C’est dit sans trop d’amertume, puisque le meilleur souvenir que j’ai ramené de cet été-là est, sans le moindre doute, notre aparté fiévreuse. Une qui aura eu le don de rendre la jeune fille bien fade et presque inintéressante, en quelques heures à peine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: onzième intrigue ◊ Oscar & Andreas   Mer 26 Aoû 2015 - 22:47

avatar
Oscar Luccheti
À votre service
À votre service
Age : 21
Date d'inscription : 12/02/2014
Prénom : Ferdi
Célébrité : Thom Morell
Crédit avatar : (c) FA
Messages : 1039
Nationalité / origines : Sicilien (Italien)
Situation : Célibataire
Avec qui ? : /
Orientation sexuelle : Homosexuel(le)
Etudes/études passées : Doctorat en exercice du droit. ("juris doctor" ; 7ème et dernière année)
Job/Métier : Bénévole à l'orphelinat et dans des associations diverses ; il assiste également son frère à faire les comptes pour son salon de tatouage
Adresse de résidence : Eastside, avec son grand frère, Fabio
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : MLTR, YBH, SCS, BSS, PLM, COK
Voir le profil de l'utilisateur


Je crois que si je ne sors pas d’ici immédiatement, je vais devenir malade.
Complètement malade.

Ça grouille, ça vibre, ça frétille, plus haut, dans ce trou, béat, noir, qui semble s’amuser à absorber la vie pour la recracher teintée de malveillance et d’horreur. Cafards. Des cafards de partout, je n’ai pas besoin de les voir de près pour savoir qu’il s’agit de ces horribles petites bestioles, ces insectes insupportables que tout le monde aimerait pouvoir fuir. Je me souviens de ma première rencontre avec l’un d’entre eux. Maman était avec moi et on criait tellement tous les deux que c’est Fabio qui a été obligé de l’écraser.

Brrrr.

J’en ai encore des frissons dans le dos.

C’est terrible, un cafard. Terrifiant. Terrifié. C’est petit, c’est moche, c’est silencieux et discret.

Je ne sais pas s’il s’agit d’une carapace ou d’ailes mais tout inspire la méfiance chez les cafards. Ils ne sont peut être pas agressifs mais ils n’en sont pas plus agréables pour autant. Il s’avance vers moi, sa main s’avance vers moi et lorsque je comprends enfin ce qui est en train de se passer, je détourne mon regard afin de tenter de perdre le désir de vomir. Il y a un cafard... Sur moi. Mon visage se crispe face à cette réalité, tandis que je l’imagine déjà, en train de parcourir mes vêtements, semant et étalant sa pestilence partout autour de lui comme s’il s’agissait de peinture, tandis que moi, je suis là, seul et sans défenses, sans avoir demandé quoi que ce soit.

Je sens alors sa main reculer et je grimace avec dégoût. Le cafard disparaît dans l’obscurité de la nuit, fait davantage alarmant que rassurant. Andreas m’annonce alors qu’il préfère ne pas avoir à croiser d’autres bestioles de ce genre et j’hoche de la tête, parce que je suis d’accord moi aussi et que je préfèrerais m’en aller avant que l’un d’entre eux ne me tombe sur la tête, cette fois-ci. J’imagine déjà un cafard qui craque et qui croustille en train de se promener dans mes cheveux et là j’ai encore plus envie de vomir.

– Oui, il faut partir. J’acquiesce donc face à cet invasion qui me semble on ne peut plus imminente. Andreas se précipite alors dehors et je le suis, sans demander mon reste. Le temps qu’il ferme à clé, moi, je suis déjà parti, je me suis déjà éloigné. Lorsqu’il revient vers moi, nous nous remettons alors à marcher, bien qu’en silence. Encore sous le choc, j’ai du mal à réellement formuler des phrases et des idées. Alors je ne dis pas et je marche, avec lui, vers l’eau.

Puis, on s’arrête.
Comme ça, sans se concerter.
Peut être même sur un coup de tête.
Le temps qu’il me regarde dans les yeux, uniquement.

Il me dit avoir été surpris de m’y voir, à ce gala. Apparamment, il me croyait en Europe. Summer, il n’en entend plus parler. Il suppose que moi, j’en entends encore parler.
Silencieusement, je me détourne de lui afin de continuer un bout de chemin, seul, face au joug de la nuit.

– Je croyais que tout le monde savait que j’allais étudier le droit à Los Angeles, juste après notre... Notre été. Je termine ma phrase avec timidité et discrétion. Cet été, je crois bien que jamais je ne l’oublierai. Et à défaut de pouvoir mettre d’autres mots sur ce qu’il s’était passé entre lui et moi, “notre été” convenait amplement. Je n’ai plus de nouvelles de Summer depuis cinq ans, au moins. Elle a supprimé son compte Facebook et après c’était un peu impossible de retrouver sa trace. J’annonce alors avec amertume. Il faut dire que notre amitié n’a plus jamais été la même après notre été. Il y avait trop de secrets, trop de non-dits. Summer, jamais elle ne l’a connue, la vérité.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: onzième intrigue ◊ Oscar & Andreas   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
onzième intrigue ◊ Oscar & Andreas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OSCAR MALE X CANICHE 6 ANS . NORD 59 - ADOPTE
» Oscar et la dame Rose
» Résumé de l'intrigue
» [relaxe amende] escroquerie poitiers le 15 mars oscar 2000
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: La plage-
Sauter vers: