Partagez | 
 

 Comme un prisonnier [PV. GIA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Comme un prisonnier [PV. GIA]   Lun 26 Oct 2015 - 7:45

avatar
Kai Norton
Dieu du stade
Dieu du stade
Age : 25
Date d'inscription : 16/04/2014
Prénom : Anaïs alias Nana
Célébrité : Adam Gallagher
Crédit avatar : Poetically Pathetic
Messages : 5264
Nationalité / origines : Américain
Situation : En couple
Avec qui ? : Gia Leonetti
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Sport-études basket ball + 6e année en Management
Job/Métier : Vendeur chez Foot Locker (Walmart) durant son temps libre
Adresse de résidence : Loft à Santa Monica, avec grace
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Eden
Voir le profil de l'utilisateur



Le lourd son grave du combiné m’oppresse. Je recule celui-ci de mon oreille pour ne plus entendre ce « tut » incessant et le repose au ralenti. Déçu de ne pas avoir eu plus de temps pour lui parler. Mais pourquoi veut-elle se pointer ici quand je lui dis de ne pas le faire. Tête brûlée. Et si elle se retrouve dans la merde par ma faute, je m’en voudrais tellement ! Pas sûr qu’elle l’a compris quand je l’ai entendu me dire qu’elle partait pour me rejoindre, mauvaise idée ! Très mauvaise idée ! Mais allez-y. Tentez donc de raisonner une Gia bien décidée … Impossible. Un gardien me pousse dans le dos et me fait sortir de mes pensées pour me signaler de retourner dans ma jolie petite cellule. « C’est bon ouais … »  Grinçais-je entre mes dents, loin d’être ravi par cette idée. Je ne sais pas ce qui me rebute le plus. Les barreaux. Le fait que les chiottes soient approximativement à 20 centimètres du lit. Je ne sais pas. Ce design ne me plaît guère. Surtout la peinture, mais quel architecte digne de ce nom peut oser avoir un tel mauvais goût ? Ce gris est horrible et vous donne simplement envie de vous ouvrir les veines dans un coin de votre mètre carré. Tout en positivité … Plus que 24 heures. J’ai hâte !

« Norton ! » J’ouvre un œil et tourne la tête légèrement pour regarder le garde qui vient de m’appeler. Il me veut quoi lui ? On ne peut même pas faire une sieste tranquille dans cet endroit miteux ? « Norton ! » « Quoi ? » Grommelais-je tout en me frottant les yeux pour espérer me réveiller plus rapidement. « T’as de la visite, lèves toi putain ! » Il frappe les barreaux de sa matraque en faisant un boucan ignoble. Je pivote sur le lit et pose mes deux pieds à terre en me prenant la tête entre les mains et jetant un regard au garde, ravi de son petit effet. Quel con ! Il laisse la cellule bien fermée, comme pour me faire comprendre que je suis très bien dans mon état d’animal en cage. Et dire que je suis innocent … Je n’ai pas de bol ! Mais alors, vraiment pas ! Il ne veut pas non plus m’envoyer en tôle pendant qu’il y est ce gros connard ? Et quand je dis gros, c’est dans les deux sens du terme. 120 kilos facile le bestiau ! Je me lève pour me rapprocher des barreaux et ainsi du garde par la même occasion, passant une main encore endormir dans mes cheveux et demandant doucement. « Qu’est-ce qu’il se passe ? » Je reste le plus calme possible. Même si je lui foutrais bien mon poing sur sa gueule … Ah j’en ai marre d’être ici !



FRAT LOVE:
 



CLIQUES SUR LE COW BOY
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme un prisonnier [PV. GIA]   Jeu 29 Oct 2015 - 22:09

avatar
Gia Leonetti
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Age : 26
Date d'inscription : 28/02/2014
Célébrité : Shanina Shaik.
Crédit avatar : ANOMIE (signature : LIZZOU)
Messages : 2942
Nationalité / origines : Américaine (nationalisé), Italienne (adoption) et Sicilienne (naissance).
Situation : En couple
Avec qui ? : Kai Norton
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : a fait une Licence en Langues (Italien/Anglais).
Job/Métier : Business-woman
Adresse de résidence : Santa Monica.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur


Je l’admets, je suis une femme têtue. Mais je sais que j’ai du pouvoir et que je pourrais faire sortir Kai de là. Qu’il soit en tort ou non. Je n’aime pas le savoir là-bas, un autre détenu plus costaud que lui pourrait le blesser dans un quiproquo tout bête. Je ne prends même pas le temps de prévenir qui que ce soit, seul mon garde du corps me suit jusqu’à ma voiture et s’installe du côté passager car j’insiste pour conduire. Vite. C’est ça mon but le long du trajet, aller vite pour me retrouver auprès de Kai dès que possible. En chemin, j’appelle mon avocat qui a l’habitude de ce genre d’affaire et le convainc de me rejoindre au commissariat où Kai est emprisonné. C’est avec cette impatience hargneuse que je me gare sur la première place du parking. Je me présence à l’accueil mais le jeune homme semble avoir du mal à comprendre ma requête. ‘Pas de visites’. Seulement, le chef de la police m’aperçoit et comprend.

« Laissez-la le voir. » dit-il avec lassitude. Un policier m’emmène en direction des prisons alors que mon avocat va s’entretenir avec lui. Mon cœur se met à battre à la chamade au fur et à mesure que j’approche des cellules. J’entends la voix de Kai qui se montre si calme mais dont je sens la nervosité. Entre grimace et sourire, j’aperçois Kai entre ses barreaux. Ça me fout le mal au ventre de le voir ici. Mon regard se pose sur le gardien, il ouvre la porte et je me jette dans ses bras. Ma tête contre son torse, je le serre contre moi. « ça me rend folle de te savoir ici… » dis-je dans un soupir. Son parfum, sa présence. Je me sens réconfortée mais je sais que ce n’est pas de suite que tout est réglé. Je m’écarte légèrement pour pouvoir le regarder droit dans les yeux : « Kai, dis-moi ce qu’il s’est passé… De quoi on t’accuse ? »

Je n’ai pas eu le temps. Non, je ne me suis pas donné le temps de discuter avec qui que ce soit. Je veux tout savoir de la bouche de Kai. Je ne croirais que ce qu’il me dit. Après tout, ce n’est pas ce qui nous lie ? La confiance ? De toute façon, je compte le sortir de là. Il ne passera pas une heure de plus ici…


J'ai décidé que ma vie était trop simple...  

Je veux vraiment la compliquer avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme un prisonnier [PV. GIA]   Sam 7 Nov 2015 - 10:57

avatar
Kai Norton
Dieu du stade
Dieu du stade
Age : 25
Date d'inscription : 16/04/2014
Prénom : Anaïs alias Nana
Célébrité : Adam Gallagher
Crédit avatar : Poetically Pathetic
Messages : 5264
Nationalité / origines : Américain
Situation : En couple
Avec qui ? : Gia Leonetti
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Sport-études basket ball + 6e année en Management
Job/Métier : Vendeur chez Foot Locker (Walmart) durant son temps libre
Adresse de résidence : Loft à Santa Monica, avec grace
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Eden
Voir le profil de l'utilisateur


 
Le garde donne un coup de tête en direction du couloir qui accède jusqu’aux cellules. Qu’est-ce qu’il veut me dire celui-là ? Alors je relève les yeux, genre au ralenti, vous savez, comme dans les films. Sauf que là, ben je suis emprisonné et vraiment dans de sales draps. Gia … Je reste un moment bouché bée. Mais elle est venue en plus ! Non, mais elle ! Faut que je lui apprenne le sens du mot Non. Quand elle décide un truc, c’est foutu, vous ne pouvez pas la ramener à la raison. Quelle idée j’ai eu moi d’être avec une femme comme ça. Ni une, ni deux, elle se jette dans mes bras et je n’ai pas la force de la repousser. Finalement, ça me fait du bien de l’avoir avec moi, là, maintenant, ici. Sentir cette présence que j’apprécie tant et surtout, avoir quelqu’un qui ne me voit pas comme un criminel une seconde. Ce qui change de mes compagnons de cellule. Regardez-les. Ils n’ont pas l’air commodes, et je vous le certifie, ils ne le sont pas. « Je t’avais dit de ne pas venir. » Je lâche ces quelques mots au creux de son oreille. Les yeux fermés. Toujours dans les bras l’un de l’autre. Je soupire. Parce que je n’arrive décidemment pas à la raisonner, à me faire écouter et surtout à lui faire prendre de bonnes décisions. C’est vrai quoi. 24 heures de plus ou de moins, ça n’allait pas changer grand-chose. Je commençais à avoir l’habitude d’être ici moi. Okay, c’est faux. Je déteste cet endroit.

Gia s’écarte et je regrette immédiatement son éloignement. Sa question. Je passe une main dans mes cheveux, qui vient se loger sur ma mâchoire. Je suis embêté là. Parce que je ne sais absolument pas ce qu’il se passe. « J’en sais rien. » Lâchais-je doucement d’un air maussade tout en soupirant. Tout ce que j’ai appris, je l’ai appris il y a à peine 24 heures. Mais je préfère tout dire à Gia. Absolument tout. Je ne crois pas lui avoir mentit une seule seconde depuis qu’on se connait. « Tu sais hier je suis passé chez moi pour aller voir Grace, elle n’était pas là, alors du coup je me suis dit que je pouvais récupérer ma moto que j’avais laissé dans le garage, la bichonner un peu, sauf que … » Je marque un temps de pause. Tout ça à cause d’une moto quand même. « Elle n’était pas là. Plus de moto. Plus rien. J’ai appelé mon père, en pensant qu’il aurait pu passer chez moi et faire un tour avec, mais non, ça fait bien longtemps qu’il n’a pas mis les pieds dans un de mes appartements et ma cousine n’a même pas le permis moto, elle m’a rigolé au nez quand j’ai posé ma question. Résultat. Je me suis fait voler. » Mon bébé s’est envolé. J’ai presque envie de verser une larme. C’est mon enfant à moi ma moto. Me l’enlever ainsi. C’est vraiment qu’un gros con celui qui me l’a prise. Je m’assois sur mon lit. Enfin, l’espèce de truc avec un semblant de matelas dessus qui permet de s’allonger. Rien de bien extraordinaire. Rien de bien confortable. Le fait de m’asseoir me permet de finir mon histoire plus sereinement. Etrange sentiment. « J’ai pris les papiers, je suis venu ici le plus vite possible pour déclarer le vol et voilà où je me retrouve. » En montrant d’un signe de main notre entourage. Ce parfait décor de tôlard. « Apparemment ma moto a été retrouvée, ah j’étais content quand on me l’a annoncé ! » Mais ça, c’était avant que la nouvelle tombe. « Et puis après on m’a dit qu’elle a été retrouvé dans une histoire de meurtre et que par conséquent je suis le principal coupable présumé. » Mais quelle chance j’ai là ! Je me prends le visage dans les mains et marmonne doucement. « C’est la merde Gia … » Et pas qu’un peu !



FRAT LOVE:
 



CLIQUES SUR LE COW BOY
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme un prisonnier [PV. GIA]   Dim 8 Nov 2015 - 5:58

avatar
Gia Leonetti
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Age : 26
Date d'inscription : 28/02/2014
Célébrité : Shanina Shaik.
Crédit avatar : ANOMIE (signature : LIZZOU)
Messages : 2942
Nationalité / origines : Américaine (nationalisé), Italienne (adoption) et Sicilienne (naissance).
Situation : En couple
Avec qui ? : Kai Norton
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : a fait une Licence en Langues (Italien/Anglais).
Job/Métier : Business-woman
Adresse de résidence : Santa Monica.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur


Le voir ici, ça me fait du bien. De l’avoir contre moi, ça me réconforte tellement. Il semble de bien aller. Physiquement, c’est certain. Moralement, je ne sais pas encore. Je n’ai pas envie de le quitter : d’une pour le savoir, de deux, je ferais le chien de garde pour le protéger. Des taulards, de la police, de tous. J’ai beau faire face à un homme accusé d’un crime dont j’ignore encore la nature, je ne vois pas comment Kai pourrait être dangereux. A part un coup de poing un peu trop fort, Kai ne ferait pas de mal à une mouche. Je le connais depuis trop longtemps pour le savoir. Je lâche un rire nerveux quand il me ‘gronde’ d’être venue. « Je ne t’abandonnerais jamais. Tu pourrais avoir tuer pleins de gens… je m’en fiche… » soufflais-je quelques secondes avant de passer aux choses sérieuses. Parce que oui… on est dans la prison d’un commissariat quand même !

Kai m’explique son histoire, sa version des faits. Honnêtement, je ne perçois pas un seul mensonge dans sa façon de parler. Et je peux vous dire que je m’y connais en histoires fausses, en mensonges, en omissions ou faits cachés. Mes sentiments pour lui ne sont pas affectés au point de manquer d’objectivité. Doucement, je me rapproche de Kai et pose ma main sur son épaule. L’émotion le prend, guette la moindre faiblesse de sa part. Je peux comprendre que la situation l’affecte, personne d’innocent n’a envie d’être coincé ici. Parmi des personnes qui le sont moins. « Ne t’en fais pas, Kai. T’es innocent. Ce n’est pas parce qu’ils ont retrouvés ta moto, que c’est toi le suspect. Surtout que tu allais la déclarer volée. »

Un soupir s’échappe de mes lèvres. La situation me rend nerveuse. Un nœud se forme dans ma gorge. Je sais que quoi qu’il arrive, je peux le sortir de là. J’ai de l’influence sur la personne la plus « importante » du bâtiment. Celle qui peut ordonner qu’on le laisse partir, qui peut effacer cette histoire des fichiers. « Viens, on va te sortir de là. Tu ne resteras pas une journée de plus ici… » dis-je en tirant la main de Kai pour le relever et l’attire à l’extérieur de la cellule. Je vois que le policier a un moment d’hésitation mais le chef arrive finalement avec mon avocat. « Déjà ? On peut aller dans une salle plus fermée pour discuter. » dis-je calmement alors qu’il se contente d’acquiescer.

Je regarde Kai et serre un peu plus ma main dans la sienne. Mon regard essaie de lui montrer la quiétude d’esprit que j’ai pour la lui transmettre. Qu’il se rassure…

On suit dans un silence religieux l’homme dans une salle d’interrogatoire. Une simple formalité. Mais un tel soulagement. Je n’aime pas le voir ici. Je n’aime pas le voir si mal…


J'ai décidé que ma vie était trop simple...  

Je veux vraiment la compliquer avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme un prisonnier [PV. GIA]   Mar 17 Nov 2015 - 13:07

avatar
Kai Norton
Dieu du stade
Dieu du stade
Age : 25
Date d'inscription : 16/04/2014
Prénom : Anaïs alias Nana
Célébrité : Adam Gallagher
Crédit avatar : Poetically Pathetic
Messages : 5264
Nationalité / origines : Américain
Situation : En couple
Avec qui ? : Gia Leonetti
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Sport-études basket ball + 6e année en Management
Job/Métier : Vendeur chez Foot Locker (Walmart) durant son temps libre
Adresse de résidence : Loft à Santa Monica, avec grace
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Eden
Voir le profil de l'utilisateur



 
Gia peut bien dire ce qu’elle veut, la réalité est là. Je suis là. Dans ce trou à rats et par conséquent elle aussi,  alors que jamais je n’aurai souhaité cela. Pour moi. Pour elle. Pour nous. Sur ce lit de misère, dans cette cellule, ce commissariat. Au milieu de ces hommes et de ces femmes moins innocentes que moi. Qui ont probablement tués des gens. Torturés. Violés. Pire encore que ce que mon imagination pourrait révéler. Je me demande soudain ce que je fou là, au milieu de ces monstres alors que j’ai toujours tout fait pour ne pas me retrouver là. Ne pas s’en faire, c’est bien trop demandé. Cela fait à peine 24 heures que je suis ici. Une journée. Rien de plus. Et pourtant, j’ai l’impression que cela fait déjà une semaine. C’est insoutenable. Ce monde n’est pas le mien. Je n’ai rien à faire ici, c’est décidé. Je suis un mec bien! Alors pourquoi je me retrouve là ? Non, ça je le sais. Mais comment est-ce possible ? Toujours la tête dans les mains je réponds à Gia, sans aucune conviction dans la voix, juste histoire de lui confirmer que je l’ai entendu. « Ils n’ont pas l’air d’être d’accord vu que je suis ici et soupçonné de meurtre. » C’est la réalité. Rien d’autre. Et elle peut bien dire ce qu’elle veut, je suis certain qu’elle sait que j’ai raison. « Comme si je pouvais tuer quelqu’un… » Je soupire, dis ces quelques mots en douceur. En parlant presque à moi-même. Comme s’il ne s’agissait que de pensées.

Je laisse Gia m’entraîner avec elle, sans aucune résistance. Finalement. Je ne comprends rien. J’ai beau avoir eu 24 heures de réflexion, tout ce qui vient de me tomber sur la tronche est incompréhensible. Mais alors, voir Gia ici et agir comme bon lui semble, je peux vous dire, ça déboussole encore plus. Comme si … C’était elle la chef ici. Franchement ? Il se passe quoi ici ? J’ai l’impression soudaine de mettre planté de film. Ou je suis passé à une réalité alternative, possibilité à ne pas négliger non plus. Le garde de ma cellule ne dit rien quand j’en sors à la suite de Gia et j’ai presque envie de l’engueuler. Mec ! Youhou ! Je me casse, alors que je ne devrais pas, réagis bordel ! Mais non. Il reste planté là quand un autre policier débarque avec un mec un peu trop bien habillé pour faire partit des forces de l’ordre. Que quelqu’un m’explique, je suis perdu … ! Les yeux aussi ronds que des soucoupes de café, je ne fais que suivre ma sauveuse sans réagir davantage. Dans une salle pour discuter, oh ben pendant qu’on y est, on a qu’à prendre un cocktail hein ! On est juste dans un commissariat où je suis le principal suspect pour meurtre. Simplement. Ah je sais ! Je suis en train de dormir ! Tranquille, dans deux minutes je me réveillerai et je comprendrais que tout ça, c’est juste mon rêve. D’avoir une femme qui vient me sauver des griffes de méchants messieurs. Femme sexy en plus. Pourtant, la main de Gia qui se serre dans la mienne me fait revenir dans la réalité et je sais soudain que tout ça n’est pas un rêve. Merde alors. Ça devient vraiment bizarre. Alors je la suis, dans cette salle d’interrogatoire. Génial. Au top. Tout ce que j’adore ! Je lui lâche la main, je connais le truc, c’est bon, prépares la marmite, je vais me faire cuisiner. Je m’assois dans un silence pesant, lâchant simplement un soupir de mal aise. « Et maintenant ? » Simple question. Pour savoir ce qu’il va se passer. Posant mes mains sur la table et triturant mes doigts entre eux. Juste pour info, mon match de Nba ne va pas tarder à commencer, donc, j’aimerai bien aller le regarder. Je ne suis pas rassuré, mais voir Gia agir comme si elle savait ce qu’elle faisait m’a donné l’espoir de pouvoir ressortir d’ici bien rapidement. Je lui jette un regard. Elle a l’air bien sûr d’elle.




FRAT LOVE:
 



CLIQUES SUR LE COW BOY
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme un prisonnier [PV. GIA]   Mar 1 Déc 2015 - 20:34

avatar
Gia Leonetti
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Age : 26
Date d'inscription : 28/02/2014
Célébrité : Shanina Shaik.
Crédit avatar : ANOMIE (signature : LIZZOU)
Messages : 2942
Nationalité / origines : Américaine (nationalisé), Italienne (adoption) et Sicilienne (naissance).
Situation : En couple
Avec qui ? : Kai Norton
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : a fait une Licence en Langues (Italien/Anglais).
Job/Métier : Business-woman
Adresse de résidence : Santa Monica.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur


Je sais que Kai n’est pas l’homme qu’ils recherchent. Il peut être pleins de choses mais certainement pas un meurtrier. Je le connais depuis bien trop longtemps. Je fais une moue exprimant mon empressement. J’ai envie de partir d’ici en compagnie de Kai. Que cette histoire soit derrière nous. Tous dans la salle, on est tendus. Tous, de Kai à l’inspecteur. Il n’y a que mon avocat qui semble un peu plus détendu mais il est quand même sous pression. Je le paie au résultat même si je dois avouer que mon influence a pour beaucoup dans l’histoire. La porte se referme et je me sens un peu ébranlée par la distance de mon petit-ami. Il ne semble pas serein et je le comprends. Je tente d’occulter son état pour me concentrer sur le chef de la police et mon avocat.

Kai parle mais je ne tourne pas la tête vers lui. Je fixe le chef. « Vous ferez comme d’habitude. Etouffez l’affaire que ça n’apparaisse plus dans son casier judiciaire. Mon avocat est là pour vous aider à terminer les formalités administratives. Cela vous convient ? » dis-je sans aucune hésitation. L’homme expire lourdement : « D’accord mais on double la somme, je prends de gros risques sur cette histoire. » Je soupire, décontenancée. « Vous en prenez toujours. Mais d’accord. Je ferais déposer votre argent et on vous fera indiquer l’endroit de la transaction. » Il acquiesce puis se tourne vers mon avocat pour discuter avec lui.

De mon côté, je m’approche de Kai et m’assoit sur le bord de la table, près de lui. Je me pince la lèvre inférieure : « On rentre bientôt. Kai… je… » Je tente de réprimer l’inquiétude que j’ai ressenti pendant ces 24 heures sans nouvelles de lui. J’ai de l’influence dans Los Angeles mais sans son appel, je ne l’aurais pas su aussi rapidement. Je me penche pour prendre ses mains et en embrasser le dos de ses doigts. « J’étais tellement inquiète de ne pas avoir de tes nouvelles. Tu restes avec moi, ce soir ? » dis-je avec une certaine tendresse. Malheureusement, nous sommes coupés par mon avocat.

« On va faire quelques papiers. Votre ami devra les signer et vous pourrez partir. On revient. » Je secoue la tête positivement. Suivant le chef de la police, il sort de la salle en prenant la direction de son bureau. Quelques formalités qui nous laisse l’occasion de se retrouver un peu tous les deux. Je n’ose pas dire ou faire davantage. Je sais que mon attitude de femme sûre d’elle, qui sait ce qu’il faut faire et par-dessus tout qui a du pouvoir sur un homme important de la police, peut amener à de nombreux soupçons de la part de Kai. Je sais qu’un jour, je vais devoir lui dire qui je suis en dehors de la femme d’affaires. Mais pas aujourd’hui, il a bien assez à digérer pour l’instant.

Mon regard se nourrit de ses yeux bleus. J’ai trop de chance… Un frisson me parcourt…

« ça va aller ? » dis-je en essayant de dire ça en le ménageant.


J'ai décidé que ma vie était trop simple...  

Je veux vraiment la compliquer avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme un prisonnier [PV. GIA]   Ven 11 Déc 2015 - 18:59

avatar
Kai Norton
Dieu du stade
Dieu du stade
Age : 25
Date d'inscription : 16/04/2014
Prénom : Anaïs alias Nana
Célébrité : Adam Gallagher
Crédit avatar : Poetically Pathetic
Messages : 5264
Nationalité / origines : Américain
Situation : En couple
Avec qui ? : Gia Leonetti
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Sport-études basket ball + 6e année en Management
Job/Métier : Vendeur chez Foot Locker (Walmart) durant son temps libre
Adresse de résidence : Loft à Santa Monica, avec grace
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Eden
Voir le profil de l'utilisateur



 
Je ne comprends pas grand-chose à la situation. Rien au comportement de Gia. Rien à l’acceptation du chef de la police. Et encore moins à ce qui va bien pouvoir m’arriver. Il y a quelques minutes, le gentil garde de ma cellule s’amusait à me dire que j’allais rester en prison pour le reste de ma vie et maintenant on chuchote derrière mon dos pour étouffer l’affaire. Comment est-ce possible ? Et puis tout ça, ça ne ramènera pas mon bébé, ma beauté, ma moto.  Je soupire doucement, me mordant l’intérieur des joues et jetant mon regard dans le vide, sur le mur face à moi, tentant de comprendre la situation, tentant d’imaginer la suite de la situation, mais finalement, devant me résigner à rester ignorant pour le moment. Mon regard se fait vide, mon envie de me battre n’est pas présente, les faits qui me sont reprochés sont tellement absurdes que je ne sais plus comment les prendre, comment les assumer, comme les détourner. Le retour de Gia me fait détourner les yeux, quand elle s’assoit sur le bord de la table, je m’enfonce un peu sur ma chaise, comme pour disparaitre. Il se passe quoi maintenant ? Je la laisse prendre ma main, sans aucune réticence, sans même chercher à l’empêcher de quoi que ce soit. Ecoutant ses paroles. Mettant un certain temps pour lui répondre, me devant d’abord de comprendre, d’analyser pour ensuite former une phrase et un semblant de réponse. « Faut déjà que je sorte d’ici … » Dis-je, la voix faible, l’esprit ailleurs. J’aurai voulu accepter, lui dire que oui, je resterai des heures entières, mais pour cela, je dois d’abord ne plus être ici. Et dans l’état actuel des choses, j’ignore totalement la suite des événements, si même je vais pouvoir retrouver la lumière du soleil un jour, pour vous dire.

Le regard toujours perdu face à moi j’entends les mots de l’avocat, mais ne les écoute pas. Une histoire de papiers je croie. Je n’en sais rien. Tout ce que je comprends, c’est qu’il quitte la pièce et qu’aucun autre mouvement ne révèle la présence de quelqu’un d’autre. Nous laissant probablement seuls, Gia et moi, dans cette pièce d’interrogatoire. Je ne dis rien. Commençant à me poser des questions. Détournant mon regard, l’observant un instant. Je capte son regard. Je ne dis toujours rien. Me demandant bien comment tout cela est possible. Comment en un claquement de doigts cette femme peut réussir à faire bouger autant les choses. Je l’observe. Réfléchis. Mais ne trouve aucune explication logique. J’entrouvre les lèvres, comme pour chercher de l’air que je n’aurai pas assez dans mes poumons. C’est elle qui brise le silence en première, mettant un certain moment à pouvoir lui répondre. Seules quelques lettres percent dans mon esprit pour jaillir de ma bouche. « Bof. » Pour ne pas dire non.  Pour ne pas dévoiler toutes les interrogations qui fusent dans mon cerveau. J’expire profondément. Replonge mon regard sur le mur face à moi. Détourne mes yeux de ceux de Gia. Cherchant une manière de poser ma question. Celle qui me brûle les lèvres. « Comment ? » C’est tout ce que j’arrive à dire, c’est tout ce que je veux savoir. Le pourquoi sera pour plus tard, le comment est plus important. Comment a-t-elle fait pour venir jusqu’ici avec une telle rapidité ? Comment a-t-elle fait pour me faire sortir de cette cellule ? Comment fait-elle pour avoir ce pouvoir ? Comment ? La manière. La raison. Un simple mot. Une simple question. Mais une lourde signification que j’aimerai réellement connaître. Je reporte mon regard sur elle, cherchant le sien, plissant les sourcils. Tentant de trouver une signification, un indice dans ses yeux, sur son visage. Répétant ma question. « Comment ? » Ah bas les masques !



FRAT LOVE:
 



CLIQUES SUR LE COW BOY
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme un prisonnier [PV. GIA]   Dim 24 Jan 2016 - 13:48

avatar
Gia Leonetti
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Age : 26
Date d'inscription : 28/02/2014
Célébrité : Shanina Shaik.
Crédit avatar : ANOMIE (signature : LIZZOU)
Messages : 2942
Nationalité / origines : Américaine (nationalisé), Italienne (adoption) et Sicilienne (naissance).
Situation : En couple
Avec qui ? : Kai Norton
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : a fait une Licence en Langues (Italien/Anglais).
Job/Métier : Business-woman
Adresse de résidence : Santa Monica.
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur



Le pouvoir… Pourquoi n’en suis-je pas griser de ce plaisir de puissance ? La continuelle impression que les gens vous lèchent les bottes de peur que pour la réalité de leur récompense. Ce n’est pas aussi agréable qu’on le croit, ça n’apporte pas autant de satisfaction que la présence d’un être cher. Mais c’est le genre de chose que je suis prête à faire pour sortir Kai de cette histoire stupide. Stupide parce que je sais pertinemment qu’il est incapable de faire du mal à quelqu’un. Malheureusement, ce n’est plus ça qui est dans son esprit : sortir, non Kai se demande comment je peux réussir à être aussi libre pour sa libération, comment on peut accéder aussi facilement à ma demande, à faire taire la police sur ce qu’il a bien pu faire.

Mon esprit se lance dans une profonde réflexion pour trouver la bonne manière de lui expliquer les choses sans trop lui en dire. D’une parce que ce n’est pas le moment de se prendre la tête au risque de se dire des choses impardonnables et deuxièmement, ça se trouve, on nous écoute et je risque gros si ça venait à se savoir. Je lâche un léger soupir avant de le regarder droit dans les yeux pour lui montrer ma sincérité : « Je ne peux pas te dire grand-chose ici mais disons que l’argent a un certain pouvoir. Et que je donnerais ma fortune pour te sortir de là. » dis-je le plus simplement du monde avant que la porte ne s’ouvre à nouveau. Mon regard s’est posé sur l’avocat puis sur Kai.

« Sortons de là, bébé. » J’emboite le pas pour sortir de la salle d’interrogatoire et après avoir fait signer les papiers à Kai pour sa sortie, on sort. On retrouve l’air libre. J’ai l’impression de me détendre soudainement. Je suis contente… les choses vont s’arranger très certainement ! J’observe Kai du coin de l’œil et prise par un élan de nervosité, je prends son visage entre mes joues et l’embrasse. Comme pour me rassurer que tout cela est réel. Je rouvre les yeux pour planter mon regard dans le sien, avec plus de douceurs. En espérant qu’il soit aussi soulagé et apaisé que moi de cette sortie : « Je suis contente de te voir libre. Tu veux dormir à la maison ? Je prendrais soin de toi… » et pas que pour l’idée cochonne qui me traverse l’esprit quand je me rend compte de la proposition que je viens de faire.

Mais je ne l’exclus pas pour autant.


J'ai décidé que ma vie était trop simple...  

Je veux vraiment la compliquer avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme un prisonnier [PV. GIA]   Lun 7 Mar 2016 - 14:45

avatar
Kai Norton
Dieu du stade
Dieu du stade
Age : 25
Date d'inscription : 16/04/2014
Prénom : Anaïs alias Nana
Célébrité : Adam Gallagher
Crédit avatar : Poetically Pathetic
Messages : 5264
Nationalité / origines : Américain
Situation : En couple
Avec qui ? : Gia Leonetti
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Sport-études basket ball + 6e année en Management
Job/Métier : Vendeur chez Foot Locker (Walmart) durant son temps libre
Adresse de résidence : Loft à Santa Monica, avec grace
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Eden
Voir le profil de l'utilisateur



La réponse se fait attendre. Ma question était pourtant simple. Ce laps de temps ne me dit rien qui vaille. Je relève mon visage vers elle, mon regard cherchant le sien, l’observant, comme si ses traits pourraient me donner un indice sur ses pensées, sur une réponse que je pourrai avoir. Un jour. L’ambiance de la prison pèse sur l’atmosphère. Une grande négativité et un sombre sentiment se fait sentir. Alors quand la réponse tombe, c’est encore pire. Mon cœur est au ralenti, comme tout le reste de mon corps. Elle ne peut rien dire. Pas ici. Mon intuition détourne ses propos comme si elle ne voulait rien révéler, comme si elle voulait me cacher quelque chose. Je baisse les paupières, ferme doucement les yeux et  détourne le visage pour regarder de nouveau le mur sans couleur, sans teinte, sans aucune joie de vivre. Un peu comme mon état d’esprit actuel. Le lieu y est pour beaucoup. Mais ce silence et ce comportement de la part de la Leonetti amplifie encore davantage ce sentiment de mal être. C’est ainsi qu’aucun mot n’arrive à pénétrer à travers mes lèvres. Je ne peux pas lui répondre. Je n’y arrive pas. Je préfère laisser le silence persister.

Je remue la tête de haut en bas pour montrer mon approbation. Bien entendu que je veux sortir d’ici. Mais cette ignorance et le fait que je sois totalement à côté de mes pompes ne me permettent même pas d’apprécier ce plaisir. Je suis la belle italienne. Signe là où ou me dit de le faire en m’indiquant les coins de pages qu’on me tend. Je ne lis même pas. Je ne comprends rien. Je  fais ce qu’on me dit et secoue la tête de manière positive quand on me parle et que quelqu’un semble attendre une réponse de ma part. Le baiser de Gia ne me réveille pas. Je suis toujours dans cet état esprit étrange. Celui où on vous enferme et on vous oblige à vous remettre en question. Justement, en parlant de ça, j’en ai des milliers dans la tête, des questions. Je hausse les épaules. Je ne sais pas ce que je veux. « Okay. » Soufflais-je simplement. Car c’est le seul mot qui semble pouvoir être en accord avec la situation. Tout cela est bien trop étrange.

Je ne fais que suivre Gia. Comme si elle était ma guide. Comme si elle était ma sauveuse. Comme si ma vie dépendant maintenant de la sienne, de ses choix et même de ses envies. Et puis dans tout ça, j’ai perdu ma moto.


RP FINI POUR KAI.




FRAT LOVE:
 



CLIQUES SUR LE COW BOY
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme un prisonnier [PV. GIA]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
Comme un prisonnier [PV. GIA]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Le commissariat-
Sauter vers: