Partagez | 
 

 love like war (lysander)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: love like war (lysander)   Mer 11 Nov 2015 - 20:06

avatar
Leonor I. Wayland
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 20
Date d'inscription : 01/03/2015
Prénom : sarah
Célébrité : sophie cookson
Crédit avatar : eugénie la plus parfaite ♥
Messages : 277
Nationalité / origines : mi américaine, mi danoise
Situation : Célibataire
Avec qui ? : son ego. relation exclusive.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : doctorat en littérature française et mineure en grec et latin, huitième année
Adresse de résidence : campus
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : ex aurore i. carstairs
Voir le profil de l'utilisateur



 

love like war
2012 ϟ Leonor aimait la précision. Le contrôle. La coupe impeccable de son jean en denim brut. L'assorti exact entre ses bottines en daim et la teinte de ses cheveux. La façon dont la couleur de sa chemise relevait celle de ses yeux. Probablement un vestige de sa vie de danseuse, donc elle ne voulait même plus entendre parler - même si elle n'arrivait pas à renoncer au sport et à l'adrénaline. La semaine précédente, encore, elle s'était jetée d'un avion, dans une séance de saut en parachute pendant laquelle elle aurait pu laisser sa peau. Et ce, uniquement parce qu'elle n'avait ouvert ledit parachute qu'au dernier moment. Mais ça lui plaisait, que de titiller la mort. Et de constater qu'elle s'en tirait toujours. C'était d'une ironie. Mais elle n'avait aucune raison d'y songer en cet instant-là. Elle avait Lysander, et, étonnamment, il réussissait, la plupart du temps, à lui faire oublier ce qu'il s'était passé lorsqu'elle avait quitté Paris. Même quand il l'empêchait d'avoir le plein contrôle. Comme ce jour-là. Une surprise. Dans l'idée, elle n'avait rien contre les surprises. Mais elle n'aimait pas ne pas savoir. Ne pas contrôler.

Ils devaient passer une partie de la journée ensemble - comme un couple normal, en somme. D'après ce qu'il lui avait dit, il avait l'intention de l'emmener quelque part - et elle n'avait aucune idée de quel était l'endroit en question. Puis le temps s'écoulerait probablement tranquillement, sans réels projets, jusqu'à ce qu'ils se rendent au cinéma le soir, ou autre. Ca lui était presque égal, tant qu'elle pouvait passer du temps en sa compagnie. Elle aimait l'attention dont il l'entourait, cette petite flamme, dans laquelle elle oubliait bien volontiers l'ancienne Leonor. Si toutefois on pouvait entièrement l'oublier.

Enfilant son manteau rose pâle - elle allait probablement s'en lasser dès l'hiver suivant, mais elle s'en moquait royalement - elle sortit de chez elle pour attendre Lysander. Après tout, elle n'avait aucune idée de l'endroit où le rejoindre - la faute à qui? - alors c'était bien le minimum qu'il passe la prendre. Non? Du moins, dans sa logique, c'était un lien de cause à effet. Pas moyen de le contourner. Et pourtant, malgré toutes ses râleries intérieures de petite princesse, elle ne put pas vraiment masquer son contentement lorsqu'il apparut enfin - et pourtant, ce n'était pas faute d'essayer, avec une petite moue qui avait déjà prouvé son efficacité, mais qui n'était pas des plus crédibles. Alors à la place, elle se contenta de sourire. "J'ai bien failli attendre. Alors, où avais-tu l'intention de m'emmener?"

 
© charney

 


invictus
beyond this place of wrath and tears, looms but the horror of the shade, and yet the menace of the years finds, and shall find, me unafraid. it matters not how strait the gate, how charged with punishments the scroll. i am the master of my fate: i am the captain of my soul. © pathos
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: love like war (lysander)   Jeu 19 Nov 2015 - 22:59

avatar
Lysander E. Foster
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Date d'inscription : 25/01/2014
Prénom : Sonia
Célébrité : Aaron Johnson
Crédit avatar : l'homme de Lys.
Messages : 708
Nationalité / origines : Anglaise
Situation : En couple
Avec qui ? : Avec Peter Michaels, une relation qu'il garde cachée pour l'instant.
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Tout juste diplômé en Musique et en Management
Job/Métier : Grâce à son label de musique T△LENT, il produit et enregistre des artistes indépendants
Adresse de résidence : Dans la résidence des Phi Epsilon
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : M. Clarence Burns
Voir le profil de l'utilisateur






For every step in any walk, any town of any thought
I'll be your guide

Lysander aimait l’harmonie. La satisfaction du regard. Le revers millimétré de son jean s’arrêtait pile à la naissance de ses bottines de cuir. Les boucles de ses cheveux parfaitement coiffées, chacune à sa place. La façon dont la monture noire de ses lunettes faisait ressortir le bleu azur de ses yeux. Il appréciait ce que sa tenue révélait de lui, ce que sa chemise disait de son personnage, comment son visage évoquait une époque qui n’existait plus. On le remarquait entre tous, le distinguait de son jumeau. C’était sans doute le meilleur compliment qu’on puisse lui faire : lui dire qu’il était original et unique. Il passait toujours des heures devant le miroir, à arranger les moindres détails, à paraître irréprochable. Et cette fois-ci, il avait fallu s’y mettre tôt puisqu’il devait aller chercher Leonor, sa petite amie. Il voulait toujours susciter l’envie, se pavaner devant les autres en suscitant la jalousie et avec une fille telle que Leo à son bras, ça n’était pas difficile. Aujourd’hui, Lys lui faisait une surprise et l’emmenait dans un endroit inconnu. Le jour était à marquer d’une pierre blanche car de telles initiatives étaient rares tant il était toujours maladroit dans les attentions affectives. D’ordinaire, il était beaucoup plus convaincant pour prouver son attachement avec ses crises de possessivité, ses caprices et ses effusions passionnées. Mais non, aujourd’hui, il la jouait gentleman et en sortant de la villa des Phi, il était persuadé de réussir son coup. Il emmenait Leonor renouer avec son rêve, la flamme qui l’animait autrefois : la danse. Plus précisément, il l’emmenait voir un opéra qui se déroulait en pleine journée – une occasion rare mais qui était justifiée par ce qui suivait la représentation : une rencontre avec la vedette du spectacle, une danseuse reconnue dans tout le continent américain. En s’arrangeant cette surprise, Lys n’avait pas omis de vanter les mérites de danseuse de sa petite amie et la professionnelle lui avait alors confié qu’elle lui offrirait peut-être une occasion à condition qu’elle montre ses talents. Ni une, ni deux, le jeune homme avait foncé. Son âme d’artiste accompagnait et ponctuait chacun de ses choix, de ses décisions et une fois de plus, il n’échappait pas à la règle. Passé le choc, elle serait de nouveau emportée par la danse.

A peine fut-il arrivé devant chez elle pour la conduire à l’opéra de L.A, Leonor commença à le questionner. « Tu crois pas m’avoir comme ça, hein princesse ? » Ce surnom pouvait paraître puéril, mais c’était la seule description qui lui venait à l’esprit quand il la voyait. Sa main glissa machinalement derrière sa nuque tandis qu’il déposait un baiser passionné mais turbulent sur ses lèvres. Qui était le plus surexcité au final ? « Grimpe et ce soir, j’te promets, je serai l’homme de ta vie. » L’égocentrisme de Lys ne le quittait jamais mais c’était un défaut que Leo avait plus ou moins réussi à canaliser. Trop emporté par l’élan de la journée, il conduisit trop vite alors qu’il prenait un chemin volontairement inhabituel pour rejoindre l’opéra que la jeune femme connaissait pourtant bien. « Putain, faut que je te fasse plus souvent de surprise, t’es sublime. » L’avantage avec un homme aussi expansif que Lys était le compliment était facile sitôt qu’il était pensé. L’adrénaline grimpait de plus en plus et bientôt il glissa sa main sur le genou de sa petite amie avant de lui ordonner d’une voix conspiratrice : « Maintenant tu fermes les yeux jusqu’à ce qu’on arrive. Si tu triches, on repart. » Saurait-elle résister ?


TWIN.       PETER.

if you can just stop loving him then you never really loved him at all; love doesn't work that way. if you ever truly love someone, then it never goes aways. there are all different sorts of love. it can even become hate and, really, hate is just another kind of caring. hate is only a form a love that hasn't found a way to express itself logically. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: love like war (lysander)   Mer 23 Déc 2015 - 17:43

avatar
Leonor I. Wayland
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Age : 20
Date d'inscription : 01/03/2015
Prénom : sarah
Célébrité : sophie cookson
Crédit avatar : eugénie la plus parfaite ♥
Messages : 277
Nationalité / origines : mi américaine, mi danoise
Situation : Célibataire
Avec qui ? : son ego. relation exclusive.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : doctorat en littérature française et mineure en grec et latin, huitième année
Adresse de résidence : campus
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : ex aurore i. carstairs
Voir le profil de l'utilisateur



C'était peut-être idiot, mais elle appréciait le sentiment de contrôle qui émanait de Lysander. Contrôle égalait pouvoir. Pouvoir égalait... bonheur ultime de Leonor? Elle n'était pas imbue de pouvoir, ne vivait pas, ne respirait pas, ne mangeait pas pouvoir. Mais elle savait apprécier la puissance et le contrôle. Elle les avait toujours appréciés. Elle aimait aussi la passion qui animait Lysander, et qui se heurtait régulièrement à son goût du contrôle. Elle aimait aussi le fait qu'il ne soit ni stupide, ni naïf, ni manipulable - pas même par elle-même.Et ça, c'était un vrai bonheur. Enfin, la plupart du temps. Elle était assez divisée à ce sujet. Comme en cet instant précis. D'un côté, elle appréciait sincèrement l'idée que son petit ami soit intelligent - d'un autre côté, elle n'irait jamais, jamais fréquenter un idiot. non mais. - mais de l'autre côté, elle aurait apprécié qu'il tombe dans le panneau et lui dévoile ses plans. Non, parce que les surprises, elle n'aimait pas ça. Mais elle décida qu'elle était de bonne humeur, et s'autorisa un sourire. "Je n'ai même pas cru un seul instant que tu allais te laisser prendre." Puis il l'étreignit et un instant, elle s'abandonna dans ses bras, noyant derrière elle tous ses vieux démons. Sauf que ses vieux démons savaient nager. Et qu'ils nageaient vite, en plus de ça.

Mais en la présence de Lysander, elle parvenait à les ralentir. Un peu. L'enthousiasme qu'il démontrait toujours, et en cet instant précis en particulier, l'arrachait à ses sombres pensées. Alors elle lui décocha son sourire charmeur n°4 - l'arme fatale - et l'embrassa rapidement, avant de lui tapoter la joue avec affection. "Je ne demande qu'à voir, honey. Impressionne-moi, et tu seras l'homme de ma vie jusqu'à la fin des temps." Pas exactement vrai. Elle détestait les "toujours" et les "jamais". Mais elle faisait avec. Alors elle s'installa dans la voiture, se moquant royalement par la suite de la vitesse à laquelle il roulait. Elle ne craignait pas la mort. La preuve. Elle s'était bien jetée de cet avion la semaine précédente. Elle testait la mort, la défiait, jouait avec elle - parce que la Grande Faux refusait de passer la prendre. Alors qu'elle avait bien pris Rosalind, aux dernières nouvelles. Mais ce petit jeu ne l'empêchait pas de garder un oeil sur la route - et l'itinéraire. Si elle se moquait royalement de ce qu'affichait le compteur, en revanche, l'itinéraire l'intéressait. Mais, fronçant les sourcils, elle réalisa qu'elle n'avait aucune idée de l'endroit où il l'emmenait. Elle le soupçonnait même de faire des détours exprès. Ce qui lui arracha une moue agacée, puis un sourire mi-amusé, mi-flatté. Au moins, il reconnaissait sa valeur. Alors qu'elle essayait encore vainement de dessiner mentalement un itinéraire, elle fut surprise par l'exclamation poussée par Lysander."Putain, faut que je te fasse plus souvent de surprise, t’es sublime." Pas au point de sursauter, évidemment, pas son genre, mais surprise quand même. Et profondément touchée. Il était comme ça. D'un coup, il lâchait un compliment, et c'était terriblement agréable. Alors elle se pencha vers lui, l'embrassa sur la joue sans lui laisser la possibilité de détacher les yeux de la route, laissa glisser ses lèvres vers l'oreille de son petit ami, et lâcha un murmure: "Et tu es terriblement classe. C'est très attirant." Elle était plutôt avare de compliment, mais avec lui, elle pouvait se le permettre. Il était unique. Ce qui était la raison pour laquelle, après lui avoir jeté un regard soupçonneux et avoir lâché un: "Si c'est un sale coup, tu le regretteras.", elle finit par lui obéir. Et ferma les yeux, plongea immédiatement dans l'inconnu. Elle aurait pu tricher, évidemment, mais elle était curieuse de savoir ce qu'il lui réservait, et il n'était pas idiot. Il devinerait instantanément si elle essayait d'ouvrir un oeil. Alors avec un soupir, elle se résigna. Elle détestait les surprises.

Spoiler:
 


invictus
beyond this place of wrath and tears, looms but the horror of the shade, and yet the menace of the years finds, and shall find, me unafraid. it matters not how strait the gate, how charged with punishments the scroll. i am the master of my fate: i am the captain of my soul. © pathos
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: love like war (lysander)   Sam 23 Jan 2016 - 12:16

avatar
Lysander E. Foster
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Ambitieux(se) mais sérieux(se)
Date d'inscription : 25/01/2014
Prénom : Sonia
Célébrité : Aaron Johnson
Crédit avatar : l'homme de Lys.
Messages : 708
Nationalité / origines : Anglaise
Situation : En couple
Avec qui ? : Avec Peter Michaels, une relation qu'il garde cachée pour l'instant.
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Tout juste diplômé en Musique et en Management
Job/Métier : Grâce à son label de musique T△LENT, il produit et enregistre des artistes indépendants
Adresse de résidence : Dans la résidence des Phi Epsilon
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : M. Clarence Burns
Voir le profil de l'utilisateur






For every step in any walk, any town of any thought
I'll be your guide

Lysander savait qu’en compagnie de Leonor, il n’y avait aucune crainte. La jeune femme n’avait peur de rien – c’était une qualité parfois impressionnante. La mort ne semblait pas l’effrayer, le risque semblait la charger d’adrénaline et d’impatience. Pour quelqu’un d’aussi impulsif que le fils Foster, c’était presque une aubaine d’avoir une telle petite amie : elle ne serait pas derrière son dos à lui répéter une énième fois qu’il allait toujours trop loin. Et aujourd’hui encore, elle n’aurait aucun reproche à lui faire. Il allait l’épater, il allait éveiller en elle des sentiments enfouis avec douleur mais qu’il déterrait avec plaisir. Il serait l’épaule sur laquelle s’appuyer le temps qu’elle monte les marches et qu’elle s’installe dans le fauteuil de spectateur. Il savait que sitôt les rideaux s’ouvriraient sur la scène, Leonor serait transportée dans une passion et un envoûtement qu’il n’y avait aucun moyen de définir. C’était comme lorsqu’on lui collait sa guitare dans les mains, qu’on lui demandait d’improviser quelques paroles sur un air inconnu. C’était cette impression de faire un saut dans le vide qu’on avait effectué déjà mille fois et dont on ne redoutait plus l’atterrissage. Leonor pouvait bien faire toutes les activités les plus extrêmes du monde, sauter en parachute quarante fois ou frôler le danger des millions de fois, il n’y avait rien de tel que la passion pour animer un être. Lys en était intimement convaincu et il était prêt à le prouver à la jolie étudiante à ses côtés. Il sentit ses lèvres s’égarer sur sa joue imberbe et il ne put s’empêcher de sourire. Les démonstrations d’affection avaient comme l’effet d’une drogue sur lui, il se sentait revigoré, exalté, électrisé chaque fois qu’elle s’approchait de son corps et lorsque ses mains s’en mêlaient, c’en était fini de toute volonté. « Tu m’étonnes qu’on suscite la jalousie. » C’était des suppositions qu’il aimait faire sans en avoir la réelle preuve mais ça le confortait dans son idée que son couple était juste unique et supérieur à n’importe quel duo de Los Angeles. Alors que la route vers l’opéra devint peu à peu inévitable, il finit par lui ordonner de fermer les yeux. Elle n’aimait pas ça – pas plus que lui à vrai dire. Mais la surprise devait être parfaite, sans aucune fausse note. Évidemment, elle le mit en garde de toute farce désagréable et un ricanement retentit dans le véhicule. « Tu crois que je me serais fait aussi beau pour que tu finisses en furie par te jeter sur moi ? » Sa main caressa quelques secondes la naissance de sa cuisse pour attester de sa présence même si le silence finit par tomber.

Lys était concentré sur la route pour rejoindre au plus vite l’établissement. Ils n’étaient pas en retard mais il voulait qu’ils aient le temps de s’installer, qu’elle ait le temps de réaliser avant que tout ne démarre. Cette pesanteur de l’attente, de l’inconnu, c’était encore meilleur accompagné. Au bout d’une dizaine de minutes, il finit par se garer juste devant l’opéra. « On ne triche pas. » rappela-t-il avant de s’empresser de sortir le premier. Il contourna sa voiture pour ouvrir la portière du côté de Leonor. Il savait ô combien c’était difficile d’obéir, à quelques mètres du dénouement. Il prit la main de sa petite amie pour l’aider à sortir et ne la lâcha pas, tandis qu’il fermait la voiture et qu’il vérifia de sa main libre qu’il avait les billets dans sa poche. « On est bientôt arrivés, juste quelques marches. » prévint-il, en gravissant la dizaine de marches de marbre jusqu’à l’entrée. Un ouvreur les attendait et l’expression de ce dernier en voyant entrer un homme et une femme aux yeux fermés fut immanquable. D’un air peu aimable, Lys posa son doigt contre ses lèvres pour qu’aucune faute ne soit commise. Il lui fit comprendre d’un geste qu’ils se placeraient tous seuls puis ils franchirent les portes de la salle de théâtre, emplis d’un brouhaha de spectateurs impatients et d’une atmosphère réchauffée. Lys s’était ruiné pour les meilleures places, au premier rang du premier balcon, directement face à la scène. Avant d’installer Leonor, il saisit ses deux mains qu’il posa sur la balustrade puis il lui murmura à l’oreille avant de s’écarter légèrement d’elle pour observer cette réaction : « Ouvre les yeux, Leo. »
Spoiler:
 


TWIN.       PETER.

if you can just stop loving him then you never really loved him at all; love doesn't work that way. if you ever truly love someone, then it never goes aways. there are all different sorts of love. it can even become hate and, really, hate is just another kind of caring. hate is only a form a love that hasn't found a way to express itself logically. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: love like war (lysander)   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
love like war (lysander)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Il était une fois-
Sauter vers: