Partagez | 
 

 La réalité rêvée → ANDELAIDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: La réalité rêvée → ANDELAIDE   Jeu 26 Nov 2015 - 2:48

avatar
Adélaïde J. Sullivan
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Date d'inscription : 06/01/2014
Prénom : Aurore
Célébrité : Nina Agdal
Crédit avatar : Cocaïne
Messages : 3254
Nationalité / origines : Argentino-Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : avec modération...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiante en dessin (3ème année)
Adresse de résidence : Dowtown avec Andreas. Habituellement au 92 Main St, Santa Monica; CA 90405; USA
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Leaven S. Campbell & Emma B. Castello
Voir le profil de l'utilisateur




LA RÉALITÉ RÊVÉE

Andreas & Adélaïde

Se réveiller en douceur, les draps froissés, les premiers rayons de soleil dans le dos chauffant délicatement sa peau. Adélaïde aurait pu se réveiller de bonne humeur, de très bonne humeur même. Seulement voilà, elle avait une sensation étrange au creux de son estomac, de celle qu'on ne vit pas souvent mais qui perturbe toujours autant. Seule dans son lit, elle semblait chercher un indice pour une possible réponse. Rien. Avait-elle rêvé ou est-ce que cela s'était-il réellement passé? Rêve ou réalité, c'était là une sensation désagréable que de ne pas savoir démêler le faux du vrai. Attrapant un t-shirt et enfilant un pantalon léger, elle se rendait dans la cuisine où elle entendait du bruit, toujours un peu pâteuse, toujours un peu endormie.

Les questions se cognaient dans son esprit, se répétait inlassablement, une à une, jusqu'au moment où ses pupilles se posaient sur lui, Andreas, son meilleur ami de toujours. Un regard, un sourire, quelques mots plus tard. « Salut. Bien dormi? » Une question innocente, normale. Habituellement en tout cas. Ce matin-là, elle avait un goût tout particulier pour Adélaïde tandis qu'elle prenait place sur une chaise après avoir mis du café au micro-ondes. Attrapant les croissants à sa portée, son regard était pourtant tourné vers Andreas, aussi concentré que déstabilisé. Pour sûr, ce foutu rêve l'avait concerné, si ça en était un en tout cas. Séparant son croissant en deux, elle semblait pourtant éviter le contact visuel dès l'instant où son inséparable osait tourner son visage vers elle. Elle pouvait sentir ses joues devenir rouges pivoines alors qu'elle se levait pour récupérer son café chaud. Cette sensation d'être loin de son regard l'aidait alors à lâcher une véritable bombe. « Est-ce qu'on a couché ensemble hier soir? » D'un coup, comme ça, elle avait senti que c'était le bon moment, le bon instant pour lui demander même si en réalité, il n'en existait pas vraiment. Ses draps froissés, son dos nu au soleil, c'était la faute d'Andreas ou seulement de la sienne finalement?

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.



- La beauté doit naître et mourir
chaque jour pour demeurer
digne d'être aimée. -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La réalité rêvée → ANDELAIDE   Jeu 26 Nov 2015 - 18:47

avatar
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/


Je trempe nonchalamment le croissant dans mon bol rouge de chocolat chaud, ce même bol qui m’a été offert par mon père il y a plus de dix ans en arrière, avec écrit dessus un Guten Tag, parfois peu convaincant… Adélaïde fait son entrée dans la cuisine au même moment et moi, je ne quitte pas ce point fixe du regard en face de moi, encore dans les vapes.

─ Mh. Ouais.

Rien de plus à ajouter. A question bateau, réponse bateau non ? Il y a des matins où je pète la forme, la majorité d’ailleurs, et d’autres où je me demande en fin de compte si je n’aurais pas dû rester plus longtemps au lit. Étrangement - ou pas - ce sont souvent les lendemains de soirée. Bref, après être resté dans le flou pendant deux ou trois bonnes minutes, je me décide enfin à revenir sur Terre. Mon regard se pose sur la main de ma coloc’, visiblement nerveuse sur la table, et puis ce sont ses yeux à elle que je vais chercher du regard finalement. C’est qu’elle a l’air bizarre, tout à coup, et en général quand j’ai un feeling à son sujet, je me trompe rarement. D’ailleurs au moment même où je capte son regard, elle détourne aussitôt le sien. Bon… Ça encore, j’vais pas m’en froisser. Mais quand je vois ses joues rougir instantanément, là c’est différent. Les prunelles fixées sur elle, je me mets à beuguer tout à coup, dans l’incompréhension la plus totale. Non mais Adélaïde, ma meilleure amie, qui rougit le matin alors que je la regarde, c’est quoi le délire ? J’ai le droit de trouver ça suspect ? Ou… D’en rire ? Ouais parce que c’est drôle, en fait…

Et puis elle me choque avec sa question. Sa putain de question qui manque presque de me faire avaler de travers.

What the fuck. Non mais, qu’est-ce qui ne va pas avec elle ? Avec son air si sérieux, son teint pourpre que j'ai du mal à quitter des yeux. J’croirais presque halluciner, et, c'est vrai… j’aurais très bien pu en rire. Mais au lieu de ça, elle a court-circuité mon cerveau pendant un instant. Ouais donc, si on a couché ensemble hier soir…

─ Euh… Ça mérite réflexion. Sache que ta question n’est pas très flatteuse. Mes conquêtes s’en souviennent en général, quand je suis passé entre leurs cuisses. Ajouté-je en mimant la déception.

Oh seigneur, cette fille me tuera un jour…
A moins que ce ne soit moi qui l’achève en premier.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La réalité rêvée → ANDELAIDE   Dim 13 Déc 2015 - 16:20

avatar
Adélaïde J. Sullivan
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Date d'inscription : 06/01/2014
Prénom : Aurore
Célébrité : Nina Agdal
Crédit avatar : Cocaïne
Messages : 3254
Nationalité / origines : Argentino-Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : avec modération...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiante en dessin (3ème année)
Adresse de résidence : Dowtown avec Andreas. Habituellement au 92 Main St, Santa Monica; CA 90405; USA
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Leaven S. Campbell & Emma B. Castello
Voir le profil de l'utilisateur


Son café entre les mains, Adélaïde revenait à sa place, comme d'habitude, ou presque. Elle venait de lâcher une question qui faisait clairement office de bombe à tel point que même Andreas semblait bloqué sur la réponse ou choqué de cette question, allez savoir, d'autant plus que son regard scotché sur elle n'aidait pas non plus à ce qu'elle se détende. Si l'idée d'avoir couché avec son meilleur ami, en soi, ça ne la gênait pas plus que ça, c'était surtout la constatation de ne pas savoir si cela était réel ou simplement un rêve un peu trop réaliste qui la rendait nerveuse. Elle en serait certaine si c'était le cas, non? Et d'un autre côté, c'était peut-être un peu trop surréaliste aussi... A vrai dire, là était tout le paradoxe. Si jouer aux legos version grandeur nature avec Andreas n'était pas gênant, ils n'avaient pas non plus de raison pour le faire et les choses auraient peut-être étaient mises au clair avant même qu'elle ne pose une question et pour sûr que qu'une conversation pareille, elle s'en serait souvenue.

Autant dire qu'elle se prenait sûrement un peu trop la tête et qu'elle attendait avec impatience la réponse d'Andreas... qui ne lui répondait pas vraiment finalement. A croire même qu'il s'amusait de la situation gênante d'Adélaïde, ce qui ne serait pas étonnant non plus de sa part vous me direz. « Si ma question n'est pas très flatteuse, ta réponse n'est pas très éclairante. » Disait-elle en mordant avec conviction dans son croissant dorénavant débordant de confiture. Prenant tout de même le temps de finir sa bouche et de boire quelques gorgées de café, elle semblait, par la même occasion, réfléchir un peu. « Je vais t'avouer le pourquoi de cette question. Je sais pas si on a couché ensemble ou si c'était qu'un rêve drôlement réaliste en fait. » Le pointant un instant du doigt, elle anticipait le côté crâneur d'Andreas par les paroles suivantes. « Et oui j'ai parlé de rêve et pas de cauchemar. Toi et moi on sait très bien que tu te débrouilles correctement, pas la peine de prendre le melon, Klein. » Fronçant un peu les sourcils, elle était clairement perturbée par ses pensées, peut-être souvenirs. « Ça semblait tellement réel... et en même temps je vois pas pourquoi on aurait fait ça. Tu peux peut-être réellement m'éclairer cette fois. » Oh oui, elle lui demandait bien une réponse claire et précise parce que dans son esprit, ce qui s'apparentait à des souvenirs était loin de lui donner les réponses nécessaires. A vrai dire, c'était peut-être même capable de l'émoustiller un peu trop si elle s'autorisait à y penser davantage, c'est pour dire.



- La beauté doit naître et mourir
chaque jour pour demeurer
digne d'être aimée. -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La réalité rêvée → ANDELAIDE   Ven 18 Déc 2015 - 19:56

avatar
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/


Elle veut une réponse éclairante ? J’aurais pu lui en donner une, c’est vrai. Un oui ou un non clair et net, mais j’en aurais tiré quoi moi, dans cette histoire ? L’occasion est trop bonne pour me moquer d’elle et croyez-moi, ces occasions-là, jamais je ne les laisse s’échapper. Adélaïde qui me demande si oui ou non nous avons couché ensemble la nuit dernière alors que nous avons fait chambre à part comme la plupart du temps, ça n’arrivera pas tous les jours, alors voilà… J’en profite pour m’amuser un peu. Où est le mal ? Dans quelques minutes, elle sera fixée. Enfin si elle est gentille.

“Un rêve drôlement réaliste”. “On sait très bien que tu te débrouilles correctement”. “Ça semblait tellement réel”. Comment voulez-vous que je réagisse, franchement ? Ça me fait sourire, je ne peux pas m’en empêcher. Si je ne me retenais pas, j’en rirais même de vive voix, sans oublier de lui demander ce qu’elle a fumé pour aller imaginer ça. Parce que là, quand même… Elle fait fort. Moi quand je rêve que je baise, croyez-moi, je le comprends vite au réveil que ce n’était qu’un rêve. Mais elle… Non, elle s’interroge. Ma petite Sully perd la boule et fait un rêve érotique avec moi, c’est presque trop… adorable.

Mordant à nouveau dans ma tartine, je ne déloge pas mes prunelles des siennes et craque un fin sourire en coin.

─ Tu ne vois pas pourquoi on aurait fait ça ? Quelle belle menteuse tu fais, murmuré-je avec amusement.

Okay je suis un salaud. Définitivement, mais c’est trop, trop tentant.

─ On le sait tous les deux qu’entre toi et moi, c’était à ça de craquer. Et… voilà, on dirait que ça a craqué, cette nuit. Pas grave, on peut oublier si tu veux. J’vais pas m’en vexer tant que tu admets que c’était un bon moment.

Et sur ces paroles dites avec un brin de nonchalance, je bois une grande gorgée de mon bol pour mieux faire descendre les aliments. J’ai à peine reposé le contenant que j’enchaîne :

─ Ou alors on peut réitérer, j’suis pas contre non plus, les sexfriends c’est tendance.

Je hausse l’épaule vaguement, sans préciser bien sûr que je ne fais que raconter des bêtises depuis une minute. Juste pour l’embêter, cela va de soi.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La réalité rêvée → ANDELAIDE   Mar 22 Déc 2015 - 0:50

avatar
Adélaïde J. Sullivan
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Date d'inscription : 06/01/2014
Prénom : Aurore
Célébrité : Nina Agdal
Crédit avatar : Cocaïne
Messages : 3254
Nationalité / origines : Argentino-Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : avec modération...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiante en dessin (3ème année)
Adresse de résidence : Dowtown avec Andreas. Habituellement au 92 Main St, Santa Monica; CA 90405; USA
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Leaven S. Campbell & Emma B. Castello
Voir le profil de l'utilisateur


Un an... croyez-le ou non, mais ça faisait un an qu'elle n'avait pas vu un seul loup comme on dit alors il y avait de quoi se poser des questions, de quoi avoir la sensation que tout cela était vrai. Peut-être que son rêve n'était qu'une manifestation d'un besoin ou d'un manque affectif. Après tout, elle aurait pu rêver de n'importe quel mec dans son lit mais non, elle avait rêvé d'Andreas, présentement son meilleur ami, il y avait de quoi être perturbée, il y avait de quoi se demander si cela était vrai ou non. Elle revoyait encore Andreas passer le seuil de sa porte de chambre pour elle ne savait plus quelle raison, qu'ils avaient discutés et que cela avait commencé de cette façon... le plus naturellement du monde en sommes. Avait-elle donc rêvé ou s'était-il réellement glissé dans son lit pour mieux se réveiller avant elle et en sortir avant elle sans qu'elle n'ait le temps de constater qu'il était bien là? Elle n'en savait rien et il se faisait un malin plaisir d'en jouer, elle le savait, elle le sentait et surtout elle le connaissait par cœur le moineau. La gêne avait tout de même fini par s'envoler, laissant place à une réelle interrogation, à un réel besoin de savoir et d'expliquer le pourquoi elle était à même de confondre rêve et réalité et surtout le pourquoi ils auraient fait ça, ce à quoi Andreas ne mit pas de temps à donner une réponse d'ailleurs. Son regard perplexe tourné vers son ami laissait savoir qu'elle cherchait à desceller le faux du vrai. « En admettant qu'on était à ça de craquer comme tu dis si bien, il y a forcément une raison pour craquer hier soir et pas un autre soir. »

Buvant quelques gorgées de café, elle allait presque recracher sa boisson à la réflexion d'Andreas. Oublier ce qui c'était passé à condition qu'elle admette que c'était bien ou bien réitérer pour devenir sexfriends et suivre la mode comme des moutons. Posant son bol sur le plan de travail, elle le fixait avec un regard qui semblait lui hurlait un WTF en pleine face. Ces quelques mots avaient suffit pour lui mettre la puce à l'oreille. « Je crois que j'ai finalement la réponse à ma question principale. C'est qu'un rêve pas vrai? Je te connais, le Andreas sérieux n'aurait jamais proposé un truc pareil. » Surtout pas après la seule nuit qu'ils avaient réellement passé ensemble, seule nuit qui, selon les dires de monsieur lui-même, devait rester entre eux. Pourtant, même après avoir dit ça d'un air persuadé, elle ne pouvait s'empêcher de remettre les pièces du puzzle en place dans sa tête, comme si tout revenait par bribes et qu'elle cherchait à trouver une faille, quelque chose d'incohérent. Croissant terminé, café presque entièrement avalé, c'est à cet instant qu'un souvenir de son rêve la frappait de plein fouet, prouvant à quel point ce n'était qu'un rêve et non la réalité. Une preuve assez plausible pour qu'elle se munisse du torchon frapper Andreas gentiment avec. « Bordel, t'es qu'un enfoiré Klein de jouer avec moi de cette façon! » Le rire aux lèvres, elle finissait par dire le pourquoi. « Maintenant je sais que c'est un rêve, je me souviens! » Finissant son café, elle posait son bol assez bruyamment comme si le couperet tombait net. « Niels et Lynn, les prénoms des jumeaux que j'attendais. On peut pas faire mieux comme preuve de non réalité! »



- La beauté doit naître et mourir
chaque jour pour demeurer
digne d'être aimée. -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La réalité rêvée → ANDELAIDE   Dim 3 Jan 2016 - 19:13

avatar
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/


Une raison pour craquer hier soir et pas un autre soir… Je ne suis pas sûr de comprendre où elle veut en venir mais c’est pas bien grave, hein ? C’est pas comme si je ne me foutais pas de sa gueule depuis tout à l’heure, après tout. Alors tout ce qu’elle me raconte là, franchement, ce que ça peut me faire… Du coup je la regarde avec une vague d’incompréhension et je me repose mon attention ensuite sur mon petit déjeuner, non sans lui proposer une alternative.

Mais l’idée des sexfriends, ça manque l’étouffer. J’fais un effort pour rester stoïque mais si je n’avais pas aussi bien joué le jeu, j’aurais sans doute ri de sa réaction. Manque de chance pour elle, je suis un as en comédie. Oui enfin… Jusqu’à ce qu’elle insinue voix haute que jamais ma version sérieuse n’aurait été lui proposer ça. Et merde. C’était bien parti pourtant. Et je pensais ma réputation suffisamment lourde pour qu’elle n’aie pas de doute, ça en plus de son rêve auquel elle a cru presque trop fort… Franchement c’est dommage, ça aurait pu être encore plus drôle que ça ne l’est déjà.

─ Depuis quand je suis à ce point sérieux ? C’est toi qui flippes. T’étais moins perturbée cette nuit…

Mais quelques secondes passent, et malgré mon sérieux, je n’arrive pas à esquiver les coups de torchons preuves qu’elle a compris la blague.

─ Oh ça va, tu diras à tes hormones de se calmer sur ma gueule, que je rétorque en riant et en échappant aux attaques.

D’ailleurs j’attrape le torchon au vol et l’attire sèchement vers moi pour qu’elle le lâche. La puce surexcitée - dans tous les sens du terme - se rassoit gentiment et m’assène d’un dernier coup… Non pas de violence mais d’humour. Un énorme. Je repose mon bol et lui lance un regard bourré de choses. La surprise, l’amusement, la moquerie. Beaucoup de moquerie.

─ T’as réussi à me convaincre d’oublier la capote, ce que t’es douée…

… Et j’explose de rire, main sur la bouche pour éviter d’en foutre partout. Putain. Des jumeaux. Cette fille fait des rêves aussi barges qu’elle, mais j’suis sûr que c’est une des nombreuses raisons pour lesquelles je l’aime. Bientôt je me lève pour aller chercher une brique de jus de fruits et quand je m’appuie contre le frigo après l’avoir refermé, je fixe son dos, sa nuque, ses cheveux attachés à la va vite. Ça aurait pu… Ça aurait pu, oui.

─ J’aime bien Niels et Lynn. Par contre toi enceinte… Désolé de te dire ça mais ça relève plus du cauchemar. J’irai les faire ailleurs ces deux-là.

S’il ne me reste que le pouvoir d’en rire, alors autant en profiter, à fond.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La réalité rêvée → ANDELAIDE   Lun 18 Jan 2016 - 18:42

avatar
Adélaïde J. Sullivan
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Date d'inscription : 06/01/2014
Prénom : Aurore
Célébrité : Nina Agdal
Crédit avatar : Cocaïne
Messages : 3254
Nationalité / origines : Argentino-Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : avec modération...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiante en dessin (3ème année)
Adresse de résidence : Dowtown avec Andreas. Habituellement au 92 Main St, Santa Monica; CA 90405; USA
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Leaven S. Campbell & Emma B. Castello
Voir le profil de l'utilisateur


Non mais quel abruti ce mec! Elle ne pouvait qu'en rire parce que c'était toujours ainsi entre eux mais franchement, se jouer d'elle à ce point, c'était un sacré enfoiré. Certes, elle avait fini par capter, certes, il avait fait une sacrée boulette en lui proposant de devenir des sexfriends, mais dans le genre, il était plutôt convaincant quand il ne faisait pas trop le con et qu'il n'avait pas son petit sourire d'enfoiré en coin. Comme présentement, capable encore de lui mettre un peu de doute dans les idées, lorsqu'il lui rappelait son manque de sérieux et cette fameuse nuit. C'est vrai que sa réputation de séducteur le précédait mais tout de même, pas avec elle, pas vrai? Ils s'amusaient parfois, se taquinaient, se cherchaient par les regards et par des mots rondement bien balancés mais ça n'allait jamais plus loin que le fun et pour sûr que ça resterait dans le fun, elle en était convaincue. « Depuis qu'on parle de toi et moi, de moi et toi. Genre ça sonne bien quand on évoque un duo de petites saloperies qui font les 400 coups ensemble et qui font chier leur monde mais pas quand on parle de sexfriends, tu vois. » Rien que de le dire, ça faisait bizarre, ça l'était vraiment trop pour qu'une once de réalité y soit inclue, impossible.

Et puis de toute façon, elle avait fini par comprendre toute la supercherie, l'attaquant à coups de torchon pour son insolence et son jeu dès le réveil qui avait réussi à lui retourner le cerveau. Riant un peu, elle lâchait le torchon sous l'impulsion de son meilleur ami et ne pouvait s'empêcher de rajouter quelques mots, comme pour trouver une raison à ce rêve érotique avec lui. « Je suis sûre que c'est à cause de ton twitter. J'ai regardé hier soir et je suis retombée sur ta photo bomchikawohwoh, tu sais celle où j'ai dit que des meufs devaient se toucher dessus. Bah voilà, moi je me touche pas dessus, je rêve dessus, c'est ta faute ça encore. » Mettre la faute sur lui, c'est une chose qu'elle faisait assez régulièrement, pour plaisanter évidemment. Reprenant son petit-déjeuner comme si de rien n'était, elle venait pourtant de lâcher une bombe, celle qui lui avait permis de comprendre enfin que tout n'était qu'un tissu de mensonges basés sur un rêve un peu trop réaliste. En tout cas jusqu'au moment où elle s'était souvenue que dans son rêve, elle était enceinte, d'autant plus de jumeaux. De quoi détruire toute la comédie. Estomaqué par la nouvelle, Andreas ne disait pendant un instant, juste le temps de sortir sa connerie qui la faisait de nouveau rire. Balançant ses cheveux en arrière comme une diva, elle énonçait la raison de cet oubli. « Que veux-tu. Les Sullivan obtiennent toujours ce qu'ils veulent, même l'impossible. » Parce qu'un Andreas qui met une fille enceinte, peu importe la fille d'ailleurs, c'était relativement impossible actuellement. L'estomac enfin dénoué, elle finissait son petit-déjeuner sans difficulté, non sans surenchérir sur les paroles du blond. « J'avoue que ça serait à double tranchant. Soit ça me calmerait, soit je serais pire que d'habitude... en sachant que je suis pas toujours un cadeau. » Disait-elle en haussant les épaules, bien consciente qu'elle pouvait être vraiment chiante dans son genre quand elle s'y mettait. Se levant pour ranger son bazar et nettoyé le comptoir, elle ne pouvait s'empêcher de lui lancer un regard, un sourire au coin des lèvres. « Tu m'imagines avec un ventre énorme? Ça serait con de gâcher un tel body de déesse avec des rondeurs et des vergetures quand même. » Rien que l'idée, ça la faisait grimacer tiens!



- La beauté doit naître et mourir
chaque jour pour demeurer
digne d'être aimée. -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La réalité rêvée → ANDELAIDE   Ven 5 Fév 2016 - 19:33

avatar
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/


J’ai toujours été un enfoiré. Il y a des personnes avec qui c’est encore plus agréable de l’être, je dois l’avouer. Et Adélaïde fait partie de ces personnes avec lesquelles je jubile d’être un petit (grand) con, mais enfin ça, elle le sait et ne devrait plus s’en étonner depuis le temps.

Oh, il y a plein de gens que ça ne surprendrait pas. Nombre de mes potes croient qu’on couche ensemble. Quand je leur dis que ce n’est pas le cas, ils me rient à la tronche… ça a le mérite d’être clair.

Souriant à cette réflexion, je soutiens son regard un instant avant de boire quelques gorgées de mon chocolat chaud. Ce que je viens de lui dire est vrai. Ma relation avec elle fait du bruit autour de nous et cela fait des années que je m’évertue à faire comprendre à mes amis qu’il n’y a rien d’ambigu avec Adélaïde, sauf que cette idée peine à se faire entendre. Bon, ce n’est pas comme si cela ne m’amusait pas, au contraire. Adélaïde est canon, alors pourquoi ne pas en jouer ? Je sais ce que je vaux, après tout.

Lorsqu’elle fait mention de mon Twitter et des filles – dont elle – qui se sont à moitié enflammées dessus, je me retiens de rire pour ajouter :

Tu vis avec moi et t’as encore besoin de me voir la nuit dans tes rêves ? Brandon n’est pas assez efficace ou c’est juste que tu tombes amoureuse ?

Adélaïde est une proie facile à charrier et j’en profite, encore. Cela dit, lorsqu’elle me fait remarquer qu’elle me connait presque par cœur avec l’histoire de la capote, je craque un petit sourire en coin, presque gêné. Presque, hein. Les gamins ne sont pas un sujet sensible avec moi, quoi que…  Enfin disons que les gamins des autres ne me dérangent pas. Pas tant que ça. Bref j’éloigne vite cette pensée de mon esprit lorsqu’elle enchaine sur son cas d’hypothétique mère. Permettez-moi d’en rire… Mademoiselle termine en même temps son petit déjeuner et je la regarde débarrasser son coin de la table, quelque peu perplexe.

Je pourrais t’imaginer si je le voulais, mais je ne suis pas sûr de le vouloir, étrangement… Répondé-je en me marrant à moitié. Surtout pas maintenant vu que c’est moi qui devrais subir toutes tes sautes d’humeur de femme enceinte.

Terminant mon bol, je me lève ensuite pour aller le déposer dans le lave-vaisselle.

Mais déjà faudrait-il que tu trouves le père. J’ai un peu de temps devant moi pour me préparer à la chose, à mon avis…

Quand je me retourne, je cherche son regard et me rapproche d’elle, un sourire malin sur le coin des lèvres. Ma main vient se loger vers ses cheveux que je libère volontairement de cet élastique noir un peu trop ample.  

Sauf si tu veux de moi pour le rôle… Les rêves, ça en dit long parfois… Et avec la plus grande malice, j’avance mon visage vers le sien et vais lui voler un baiser furtif qui aura sans doute le mérite de la réveiller.

Fier de moi, je le suis.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La réalité rêvée → ANDELAIDE   Mer 10 Fév 2016 - 5:09

avatar
Adélaïde J. Sullivan
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Date d'inscription : 06/01/2014
Prénom : Aurore
Célébrité : Nina Agdal
Crédit avatar : Cocaïne
Messages : 3254
Nationalité / origines : Argentino-Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : avec modération...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiante en dessin (3ème année)
Adresse de résidence : Dowtown avec Andreas. Habituellement au 92 Main St, Santa Monica; CA 90405; USA
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Leaven S. Campbell & Emma B. Castello
Voir le profil de l'utilisateur



Un sourire aux lèvres, elle ne pouvait s'empêcher de secouer un peu la tête, comme si les potes d'Andreas étaient tous irrattrapables. Sérieusement, entre eux, il n'y avait rien d'autre qu'une très forte complicité, beaucoup d'amour platonique et une entente au delà de toutes les espérances. Elle pouvait comprendre le trouble que cela pouvait créer autour d'eux, ils s'en amusaient même de toute façon, mais pour sûr qu'entre eux, ce n'était pas une question de physique de l'un ou de l'autre et encore moins de sexe. C'était bien au delà de tout ça et Adélaïde était la première à se réjouir de leur amitié des plus exceptionnelles. Andreas, cette andouille de première, était probablement l'un des seuls hommes qu'elle connaissait qui ne la voyait pas sous cet angle et qui ne l'avait pas abordée pour ça alors qu'ils étaient encore que des gosses. « Je m'en fou de l'avis de tes potes. Moi je te parle entre nous, quand ça sort de notre bouche et que ça résonne à nos oreilles... sexfriends, ça sonne pas bien du tout. » Un sourire malicieux sur les lèvres, ça sentait la connerie à plein nez. « Parce qu'on sait tous les deux que le sexe serait un bonus et pas le principal leitmotiv. Sexfriends est pas le bon mot. » Cette idiote se faisait rire toute seule, autant avouer que ce matin, ça ne volait pas bien haut mais bon, elle était blonde, ce n'était pas pour rien et Andreas en avait l'habitude.

Bientôt, c'est son rire qui éclatait dans l'air de la pièce. Non mais lui, sérieusement, il allait l'envoyer dans sa tombe avant l'heure avec ce genre de conneries! Arriver à caser le Brandon dans cette conversation était épique, il fallait l'avouer et en même temps, c'est qu'il avait pas tout à fait tort, tristement. « J'ai laissé tomber Brandon, je suis passée à Scott sauf qu'il est pas plus efficace en fait. Toi même tu sais que depuis un an... hein, voilà, tu m'as comprise. Je crois qu'il est temps que je baise, sérieux. » Disait-elle dans un rire franc. « Amoureuse ou pas de toi d'ailleurs. » Les technologies sexuelles d'aujourd'hui ne lui suffisaient plus, il lui fallait un contact humain coûte que coûte. C'était pourtant évident qu'un de ces jours, elle allait avoir besoin de quelqu'un et non pas d'un jouet. Enfin, comme on dit, on fait avec ce que l'on a. Amusée par leurs bêtises, elle finissait tout de même son petit-déjeuner, plus vite que l'escargot qui lui faisait face d'ailleurs, pour mieux débarrasser ce qu'elle avait dérangé et salit. Plus Andreas parlait et plus elle imaginait ce qu'elle pourrait être en étant enceinte et sincèrement, elle avait du mal à y voir du positif. Certes, elle ne pouvait pas nier qu'au bout du chemin, donner la vie était quelque chose de positif mais la grossesse, sérieusement. Sans parler de l'accouchement. Entre les problèmes, les humeurs variantes et la douleur, le blond n'avait pas tort, elle serait sûrement insupportable et probablement qu'elle-même ne se supporterait pas. Cela dit, son meilleur ami mettait en exergue un point essentiel: la nécessité d'un père pour être enceinte. Finalement on en revenait toujours au même point: Adélaïde et sa difficulté d'avoir des relations avec quelqu'un, ne serait-ce que sexuelles d'ailleurs puisqu'il ne fallait que cela pour se retrouver en cloque jusqu'aux yeux. « Un peu? Un peu beaucoup même à mon avis. D'autant plus qu'en dehors du père, il faut déjà prendre la décis... qu'est-ce que tu fous Klein? » La décision d'arrêter de se protéger contre une éventuelle grossesse... c'est ce qu'elle voulait dire de base avant qu'il ne s'approche d'elle, tel le loup dans la bergerie.

Elle sentait la bêtise venir parce qu'Andreas pouvait être un vrai enfoiré par moment et bon Dieu ce que cette bêtise était choquante, lui coupant l'herbe sous le pied d'un seul coup! Lui, Andreas Klein, qui parlait de son rôle de père. Damn! Ça lui avait coupé la chique, restant interdite face à ses paroles et ce baiser volé tandis qu'elle ne lâchait pas son regard. A croire qu'il ne se rendait vraiment pas compte de ce qu'il venait de faire et tout ce que cela pouvait déclencher chez Adélaïde qui, enfin, souriait et réagissait un peu pour le pousser légèrement avec un petit coup d'épaule. « T'es qu'un enfoiré de me faire ça. Tu sais très bien qu'en ce moment je suis... sensible. » Pour ne pas dire réactive face à ce genre de démonstration. Tout le monde le savait, un baiser volé pouvait facilement se diriger vers des baisers partagés, passionnés pour finalement finir en folie charnelle. Elle le savait, Andreas le savait et il jouait avec le manque certain de contact humain qu'elle avait. « Tu viendras pas te plaindre si je viens te violer sous la douche. » disait-elle dans un rire à demi teinte. « Et pour information... toi en père ça doit être pire que moi en mère alors l'association des deux, je veux pas imaginer non plus. Déjà pour le rôle de parents mais alors le gosse... bonjour le monstre quoi, ça serait horrible et je finirais par te détester de m'avoir engrossée. » Un sourire de nouveau malicieux sur les lèvres et un regard plein d'espièglerie, elle ne pouvait s'empêcher de rajouter quelques mots, se rapprochant davantage, assez pour que leurs souffles s'emmêlent, que leurs lèvres se frôlent. « En revanche, je note que les rêves en disent longs... avec le nombre de fois où je t'ai entendu gémir mon prénom dans ton sommeil, ça m'étonnerait pas que tu aimerais beaucoup mettre en pratique la conception d'un bébé sans avoir le gosse derrière. » Ok, c'était faux. Elle ne l'avait jamais entendu gémir son prénom mais après tout, elle ne serait pas Adélaïde si elle ne le provoquait pas un peu avant de l'abandonner dans la cuisine pour mieux se diriger vers sa chambre.

Balle au centre, 1 - 1.



- La beauté doit naître et mourir
chaque jour pour demeurer
digne d'être aimée. -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La réalité rêvée → ANDELAIDE   Mar 8 Mar 2016 - 4:41

avatar
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/


Le terme sexfriends ne semble pas enchanter Adélaïde en parlant de nous. Cela n’a aucune raison de m’étonner mais pour l’embêter, je me plais à lui faire croire le contraire. Toute la faute lui revient, elle n’aurait jamais dû faire un rêve érotique avec moi dedans. Ça laisse des séquelles, ce genre de trucs.

─ T’es mignonne quand t’essayes de te convaincre de quelque chose comme une forcenée. En attendant, tu viens quand même de rêver de moi tout nu, j’veux pas dire…

Je ne vais pas lui faire un roman. Moi quand je rêve d’une fille que je connais à poil, c’est que j’ai envie de me la faire sous toutes les coutures ; c’est aussi simple que cela. Bon okay, il y a bien eu quelques rares fois où j’ai rêvé que je partageais le lit de l’un des thons de ma classe de marketing mais ça, c’est le genre d’exception qui est là pour confirmer la règle, rien de plus. Je doute qu’Adélaïde me considère comme un thon et puis elle sait ce que je vaux. Enfin plus ou moins… Je m’échappe de mes pensées quand elle mentionne Brandon, puis un certain Scott soit disant plus efficace. Le temps que l’information me monte au cerveau, ma mâchoire a quant à elle le temps de s’abaisser et mes yeux sur elle s’accrochent, un brin choqué. Cette fille, bon sang.

─ Grand temps que tu baises, je dirais même. Je ne suis pas sûr de vouloir me dévouer ailleurs que dans tes rêves, j’aurais peur de finir esquinté. Parce que la vorace, quoi… Ça me ferait presque flipper hein. Oublie l’amour. C’est so 2015… Totalement has been.

Bon, d’accord, je viens pourtant de l’inviter à lui trouver un père, à ce futur éventuel gamin, mais il faut me comprendre aussi. Je crois que je fais une allergie aux sentiments amoureux depuis quelques mois. Je ne sais plus vraiment si je désire qu’Adélaïde s’embarque là-dedans ou non. D’ailleurs, calmons-nous tout de suite, j’ai dit qu’il me faudrait du temps pour me préparer à cette éventualité. Sans déconner, ça me ferait bizarre. Chaque chose en son temps… Et c’est sans chercher à comprendre d’où me vient cette envie étrange de la chahuter que je me rapproche pour aller lui voler un baiser. Enfin “sans chercher”... Disons plutôt que je ne fais que nourrir davantage son embarras matinal vis-à-vis de moi.

Bien sûr, sa réaction ne se fait pas désirer bien longtemps. Regard choqué, coup d’épaule significatif et sourire qui trahit. Sa “sensibilité” évoquée m’amuse, même si pour une fois, j’avoue ne pas savoir comment gérer ma propre connerie. Je viens d’embrasser ma meilleure amie ; elle aurait pu me frapper, je ne lui en aurais même pas voulu. Ouais, c’est sûr. Mais au lieu de ça, on rigole comme deux couillons. D’autant plus quand elle mentionne un viol sous la douche… Puis moi en tant que père… Nous en tant que parents. Oh la sueur froide. Pitié achevez-moi.

─ Ça me fout des frissons. Non pas que tu me détestes, hein, mais juste d’imaginer le gosse… Répondé-je pour la charrier, malgré tout.

J’ai à peine le temps de terminer ma phrase qu’Adélaïde se rapproche à son tour de moi. Appuyé contre le meuble de cuisine derrière moi, j’abaisse mon regard vers sa bouche qui vient dangereusement frôler la mienne. Je me perds dans de violents désirs plus ou moins avouables quand ses lèvres s'entrouvrent afin de murmurer quelques mots très, très viles. Bordel, j’espère - non je prie même, pour que ce soit des conneries. Impossible que j’aie murmuré son prénom dans mon sommeil. Impossible j’vous dis, c’est obligé qu’elle ment. Ou dois-je en douter ? Putain, et si c’était vrai ? Et si ça m’était arrivé ? Une fois… ? Peut-être cette fois où je l’ai croisée lorsqu’elle sortait de la salle de bain à poil, sans le faire exprès bien sûr. Cette fois sinon où, allez comprendre pourquoi, dormir contre elle m’a tendu raide comme un piquet. Seigneur, manquerait plus que je rougisse comme un débutant, avec tout ça.

─ Tu mens, murmuré-je alors, tandis qu’elle se décolle de moi pour s’éloigner.

Mes yeux fixent son dos avec une méfiance difficilement dissimulable. Alors quoi ? Elle va retourner dans sa chambre en me laissant me noyer dans cet affreux et obscur océan d’embarras ? Je ne crois pas non… Tout du moins je ne vais pas la laisser faire sans rien dire, elle rêve !

─ Hey, je sais que tu mens. Si c’était vrai, tu ne te serais pas faite prier pour te foutre de ma gueule avant, lancé-je avec une conviction un brin bancale.

Pourtant, cet argument est béton. Alors pourquoi j’arrive encore à en douter ? La suivant comme un chien dans le couloir, j’arrive bientôt au pas de sa chambre et je ne me gêne pas pour y entrer, comme s’il s’agissait de la mienne. Je n’attends pas qu’elle se retourne pour tenter de reprendre un peu de pouvoir.

─ Au pire, si c’est vrai, ça fait de nous des colocs légèrement frustrés, rien de plus. Bon surtout toi, parce que moi au moins j’ai une vie sexuelle trépidante… Mais passons, je ne suis pas là pour t’enfoncer davantage. Quoique ça se discute. Puisque je gémis ton prénom durant mon sommeil et puisque tu rêves qu’on couche ensemble, qu’est-ce qu’on attend pour donner raison à mes potes ?

Je reste sérieux un moment, jusqu’à ce que le coin de mes lèvres s’étire subtilement pour la rassurer… ou la perturber davantage, allez savoir. Tant que je tiens les rênes de nos conneries, moi tout me va.

─ Assume ton attirance. Ça fait des années que ça dure et pour y mettre fin, il n’y a qu’une solution, dis-je finalement en refermant la porte derrière moi.

Je reprends la main.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La réalité rêvée → ANDELAIDE   Mer 9 Mar 2016 - 5:56

avatar
Adélaïde J. Sullivan
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Date d'inscription : 06/01/2014
Prénom : Aurore
Célébrité : Nina Agdal
Crédit avatar : Cocaïne
Messages : 3254
Nationalité / origines : Argentino-Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : avec modération...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiante en dessin (3ème année)
Adresse de résidence : Dowtown avec Andreas. Habituellement au 92 Main St, Santa Monica; CA 90405; USA
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Leaven S. Campbell & Emma B. Castello
Voir le profil de l'utilisateur


Oh merde, ce rire qu'il lui provoquait par sa tronche de mec choqué était franchement franc. Si elle connaissait bien un mec parmi toutes ses connaissances qui étaient sexuellement ouvert d'esprit, elle pensait directement à Andreas mais le voir presque choqué à l'idée qu'elle puisse changer de sextoy comme de chemise ça la faisait franchement rire, elle qui ne s'attendait pas à tant d'étonnement de la part de son meilleur ami, surtout pas lui qui connaissait toutes les faces de la jeune femme. « Me regarde pas comme ça putain, tu me donnes l'impression d'être une alienne alors que c'est normal... hein que c'est normal? » D'utiliser des sextoys pour son plaisir quand la présence humaine dans son lit brille justement par son absence. D'un coup il lui foutait un doute monstrueux dans l'esprit, se sentant plus perverse que la normale des gens et plus particulièrement des filles. Et bah tant pis, elle préférait être un peu plus perverse que la normale que de retomber dans ses travers bien au delà d'une simple perversité quelconque. De toute façon, elle n'avait pas vraiment le temps de se poser plus de questions que cela sur sa normalité sexuelle ou non que cet abruti de Klein venait lui voler un baiser avant de se foutre de leurs propres gueules concernant un enfant à l'ADN commune. C'était vrai que sur le coup... c'était une image amusante mais plutôt flippante dans le genre. Haussant les épaules, un sourire presque de fierté sur les lèvres, elle ajoutait quelques mots. « Au moins il serait beau, on peut pas dire le contraire. » Il fallait l'avouer, que ce soit une fille qui tienne de sa mère ou un garçon de son père, il y avait des gênes plutôt bons voire très bons en jeu.

Mais pour le moment, le jeu, c'était entre eux. De taquineries en taquineries, de foutage de gueule en foutage de gueule concernant son rêve érotique, Andreas avait enclenché une envie de vengeance de la part d'Adélaïde et c'était sans faillir qu'elle le laissait croire à d'éventuels gémissements de son prénom dans les rêves coquins de son ami. Le meilleur là-dedans - pour elle en tout cas - ? De le laisser seul, laissant le doute plané tandis qu'elle l'avait provoqué autant par ses mots que par les gestes, en se rendant dans le bureau qui lui servait de chambre. Dos à lui, elle ne pouvait s'empêcher de sourire de sa connerie et ce, encore plus quand sa façon de s'exprimer laissait savoir qu'il avait un gros doute. Il la suspectait de mentir mais en attendant, le ton de sa voix n'était pas plus convaincant que cela, de quoi laisser encore un peu de leste à Adélaïde pour tirer sur la corde sensible. « Si tu sais que je mens, pourquoi tu insistes autant? Et puis personnellement je m'appelle pas Andreas Klein. J'aime garder des petits trucs pour moi pour les ressortir au moment opportun. » Ce qu'elle pouvait être une saloperie parfois. Non seulement elle lui mentait - gentiment évidemment - mais en plus elle entrait clairement dans le jeu, bien que ses paroles cachaient une vérité. Elle gardait parfois des choses pour elle pour mieux les lancer en argument derrière si toutefois quiconque était amené à lui faire du chantage ou autre. Là, en l’occurrence, c'était un petit mensonge pour mieux le déstabiliser mais si les gémissements de son prénom avaient été vrais, probablement qu'elle en aurait fait autant.

Vite rattrapée dans sa chambre par Andreas alors qu'elle préparait ses fringues pour sa douche, elle le laissait parler, amusée par ses paroles. Enfin amusée... jusqu'à ce qu'il laisse la porte claquer derrière lui, laissant sous-entendre qu'ils n'avaient plus aucune raison de ne pas se laisser aller sexuellement ensemble si tous les deux rêvaient tant de ce moment. Merde... c'est là qu'elle était censée lui dire qu'elle plaisantait, qu'elle lui avait menti sur toute la ligne et qu'elle ne l'avait jamais entendu gémir son prénom dans son sommeil, pas vrai? En principe oui, ça aurait du être le moment opportun mais c'était mal connaitre Adélaïde que de penser qu'elle marchait dans le même sens que tout le monde. Une fille comme elle, ça profite plutôt du moment pour enfoncer un peu plus le clou et jouer davantage. « J'attends que tu te l'avoues à toi-même que c'est réciproque. » S'approchant de lui, tenant ses fringues d'une main, elle posait l'autre sur l'épaule d'Andreas dans un geste presque désolé. « J'assume totalement mon attirance pour ton petit cul, après tout j'ai avoué haut et fort que j'ai fait un rêve érotique avec toi dedans. » Haussant un peu les épaules, elle poursuivait sa plaidoierie. « Toi en revanche, tu persistes à dire que je mens, que tout ceci ne vient que de moi et tu n'assumes pas l'attirance que tu as pour moi, mon pauvre ami. C'est ce qui nous bloque tu sais... si seulement tu pouvais avouer l'évidence... Ça serait l'occasion pour toi de venir prendre une douche avec moi. » S'approchant de son oreille, elle murmurait ses derniers mots. « Au cas où, je laisse la porte ouverte. » Ou de coucher avec elle sous la douche mais ça, il allait le comprendre comme un grand sans son aide tandis qu'encore une fois, elle le laissait seul avec sa conscience. Certes elle avait menti concernant les gémissements de son prénom mais là au moins, s'il la suivait sous la douche, avec ou sans mensonge, ça serait implacable: l'un comme l'autre était indéniablement attiré par son pair.

C'est arrivée sous la douche qu'elle prenait finalement pleinement conscience de sa connerie... Si Andreas se ramenait, même si c'était seulement pour le plaisir de gagner leur petit jeu de celui qui serait au dessus de l'autre dans la connerie, ça serait tout de même très étrange... oups...



- La beauté doit naître et mourir
chaque jour pour demeurer
digne d'être aimée. -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La réalité rêvée → ANDELAIDE   Lun 21 Mar 2016 - 0:59

avatar
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/


Adélaïde a une sexualité débridée et si j’en sais autant sur elle, jusqu’à la présence de ces engins qu’elle “cache” sous son lit pour son plaisir solitaire, c’est probablement parce que je l’ai connue sous toutes ses coutures, ce depuis le début. Cela pourrait être une fierté mais ça n’en est pas vraiment une, sachant que la majorité des connaissances que j’ai à son sujet ont été acquises à l'époque où elle se faisait appeler Jane. Et Jane ne se respectait pas. Néanmoins je crois pouvoir affirmer qu’Adélaïde est soignée et désormais l’on peut simplement dire que j’en sais beaucoup sur elle. Beaucoup, oui… Jusqu’à ces petites choses. Mieux vaut en rire qu’en pleurer, non ? Et moi, je ne me fais jamais prier pour rire d’elle, encore moins quand il s’agit de parler de sexe. Et surtout, surtout quand c’est sur quelqu’un d’autre. Trop facile !

─ Je pense que tu fais fonctionner à toi toute seule le business de cette boutique où tu commandes tous tes trésors, mais sinon oui t’es tout à fait normale. Le summum de la norme !

C’est plus fort que nous, on se charrie nuit et jour pour prouver que l’on existe. Ou que l’on tient à l’un à l’autre, allez savoir. Mais la nature de notre jeu change du tout au tout quand j’en viens à la suivre jusque dans sa chambre. A cet instant, quand je pousse la provocation encore plus loin et que je la regarde droit dans les yeux, j’en viens à me demander qui a commencé tout ça. Elle en rêvant de moi nu ou moi en m’accrochant à ce rêve bidon ? Le fait est que je jubile de la situation, de cette alchimie qu’il y a entre nous à ce moment précis. Suis-je en train de devenir taré ? Quelle mouche m’a piqué d'insister autant, et elle de s'accrocher autant ? Elle est bien la dernière nana que j’aurais pensé inviter pour une partie de jambes en l’air... et elle me déstabilise avec son répondant.

Mais je ne dois pas me laisser faire, alors je tente de continuer à mener le jeu. Entendre dire que j’ai pu gémir son prénom pendant mon sommeil m’a fait perdre bien assez de crédibilité auprès d’elle comme ça, il fallait y remédier. Tandis qu’elle cherche de quoi se vêtir, j’essaye donc de pousser le bouchon un peu plus loin, sans me rendre compte que c’est le vice que je pousse, en fait. C’est quand elle me répond que je réalise. Bam. Son épaule sur ma main. Bam. Son attitude désinvolte et sa confirmation que je l’attire. Bam. L’invitation sous la douche. Seigneur. Je ne m’attendais pas, mais alors vraiment pas à ça. Le pire dans tout ça, c'est que comme un con, je me vois sourire. C’est le cas, je souris. Un peu jaune c’est vrai, mais quand même. C’était drôle, j'aurais même pu en rire non ? Je ne sais même plus. Elle me parle d’une porte ouverte et ça résonne dans ma tête comme la proposition que pourrait me faire ma meuf. Sauf que je n’ai pas de copine et qu’il s’agit d’Adé. Quelle saloperie ! Et elle s’en va aussitôt, en plus…

Soit.

J’entends bientôt l’eau de la douche s’écouler, et mon coeur tambourine dans mon torse autant que les questions se chevauchent dans ma tête. Que faire ? Rester ici et laisser le jeu se terminer sur cette note ? Sur ma défaite, puisqu’il s’agirait bel et bien d’une défaite ! Il m’arrive souvent de laisser le dernier mot à Adé et en général ça l’énerve plus qu’autre chose que je cherche à éviter le conflit mais là… Là, tout a une saveur différente. Je ne suis pas tant attiré par une douche avec elle, enfin je ne crois pas, c’est surtout l’idée de ne pas perdre qui me motive. Qui me pousse, finalement, à rejoindre la porte de la salle de bain, à l’ouvrir et à relever le regard vers elle, à travers la vitre de la douche.

C’est là que j’assiste à ma propre mort. Une petite mort, soit, mais une mort quand même. Je l’ai déjà vue plusieurs fois à poil, mais là c’est…
Une connerie. Je fais une connerie.

Où est mon mental, bon sang ? Et ma faculté à me raisonner ?
Adélaïde, ma meilleure amie. Moi, son plus grand emmerdeur.
N’oublie pas ça, ducon, et reprends l’assaut.

Alors, délibérément et en me forçant à garder l’esprit zen, je m’approche de la paroi. D’elle. Je ne peux être que sérieux… Rire serait surfait et je crois que je lui en veux un peu pour tout ce merdier. A moins que je m’en veuille à moi, finalement, d’être pudique et de ne pas rentrer aussi facilement dans cette partie du jeu… Damn.

─ Tu ne m’attires pas. C’est vrai. C’est faux. Je l’ignore. Et puis merde, la question ne s’est jamais posée. Cela dit si je dois prendre une douche avec toi pour calmer tes hormones à mon sujet, je suis prêt. Tu n’as qu’à me demander de te rejoindre, dis-je en haussant à mon tour les épaules.

Délier ma langue me fait regagner en confiance. On m’a souvent dit que j’étais un baratineur. Ouais c’est peut-être bien vrai, mais croyez-moi, si je le fais c’est que j'ai une bonne raison de le faire. Dans certains cas, ça aide. Craquant un vague sourire en coin, je ne lâche pas son regard - aussi pour éviter de regarder ailleurs - et décide de retirer mon t-shirt afin de le jeter sur le  côté.

─ Ou me virer. Mais tu risques de rêver encore et encore de moi et entre nous… ça va finir par devenir embarrassant.

Je ne sais pas où on va, mais on y va. Reste à espérer que l’on saura s’arrêter avant le crash.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La réalité rêvée → ANDELAIDE   Lun 28 Mar 2016 - 21:22

avatar
Adélaïde J. Sullivan
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Date d'inscription : 06/01/2014
Prénom : Aurore
Célébrité : Nina Agdal
Crédit avatar : Cocaïne
Messages : 3254
Nationalité / origines : Argentino-Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : avec modération...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiante en dessin (3ème année)
Adresse de résidence : Dowtown avec Andreas. Habituellement au 92 Main St, Santa Monica; CA 90405; USA
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Leaven S. Campbell & Emma B. Castello
Voir le profil de l'utilisateur


Les premières gouttes d'eau faisaient frémir sa peau au fur et à mesure qu'elles glissaient le long de ses courbes. Bientôt habituée à la chaleur de l'habitacle, elle se retrouvait très vite trempée, prête à se laver et s'apprêter pour la journée. Si habituellement la douche était un moment qu'elle adorait, qu'elle affectionnait notamment pour sa capacité à faire le vide dans son esprit, ce n'était pas le cas ce matin. Petit con d'Andreas! Ils avaient joué, trop joué, sortant sûrement des limites du politiquement correct entre amis. Ils étaient comme ça, toujours à pousser le bouchon le plus loin possible, toujours à surenchérir l'un sur l'autre dans la connerie mais clairement, ça avait dérapé totalement ce matin. Le contrôle, ils ne l'avaient plus vraiment finalement et elle ne savait plus qui était le principal fautif de tout ça. Probablement les deux. Entre l'un qui s'amusait de son rêve érotique et qui taquinait ses lèvres comme si de rien n'était et l'autre qui inventait un mensonge et qui l'inventait à avouer son attirance au moins physique... Ils étaient autant fêlés l'un que l'autre. Ça aurait pu être amusant, vraiment, s'ils avaient su se limiter, si elle n'était pas persuadée qu'il allait passer cette porte de salle de bain juste pour le plaisir d'avoir raison. Le problème étant qu'avec eux, tout le monde le savait, les mots n'étaient pas suffisants. S'il venait jusque dans la douche, il allait devoir allier ses paroles à ses actes, il allait devoir la satisfaire physiquement. Une idée qui aurait pu lui plaire si ce n'était pas Andreas. Leur relation était particulière, forte, elle le savait mais au point de coucher ensemble sur un coup de tête, elle en doutait et c'était probablement la peur de casser quelque chose d'important qui la retenait dans cette démarche. Andreas était plus qu'un meilleur ami mais il n'était pas un amant et elle n'était pas certaine de vouloir lui octroyer ce statut, ça serait trop... étrange.

Comme c'était étrange qu'elle reste impassible alors que le blond venait d'entrer dans la salle de bain et qu'il lui faisait face sans problème. Quelques secondes encore avant, elle s'imaginait quoi lui répondre pour contrer tous les scénarios possibles mais la réalité était toute autre, comme d'habitude. Elle s'était dit quelques minutes avant qu'elle lui dirait qu'elle avait menti, qu'ils allaient rire ensemble et qu'au pire des cas, la douche qu'ils étaient censé prendre ensemble finirait en jeu d'eau totalement débile. Seulement voilà, le voir si sérieux, le défi dans le regard, ça ne donnait pas envie à Adélaïde de lâcher le morceau. Elle était comme ça, connue pour ne jamais dire non face à un défi. Elle l'écoutait parler tout en se rinçant les cheveux qu'elle venait de shampouiner comme si de rien n'était. Etre nue face à lui - et face à n'importe qui à vrai dire, loin d'être pudique - ça ne la gênait absolument pas, soutenant son regard, un sourire au coin des lèvres. « Tu dis ça comme si tu allais me rendre un service et que tu te forçais à le faire, c'est presque vexant. » Disait-elle avec amusement maintenant qu'il avait affirmé qu'elle ne l'attirait pas le moins du monde. Haussant un peu les épaules, elle attrapait sa fleur de douche et déposait une noisette de gel douche tout en continuant ses paroles. « C'est pas moi qui serait embarrassée en tout cas. » Une façon de lui dire que ça la gênait pas tant que ça de faire des rêves érotiques avec lui dedans. Certes, en soi, c'était plutôt perturbant comme truc et assez révélateur de son état de manque mais ce n'était pas une chose hyper embarrassante à partir du moment où, à l'avenir, elle garderait ça pour elle et surtout parce que c'était une chose qu'elle ne contrôlait pas. « Si mon cerveau décide de te mettre dans mes rêves érotiques, c'est pas de ma faute, c'est pas mon choix et je doute que coucher ensemble puisse résoudre le problème aussi facilement. » Etait-elle en train de s'avouer vaincue? Probablement oui mais elle préférerait qu'on lui coupe la langue plutôt que de l'avouer pleinement et clairement à haute voix. « En revanche, t'as sérieusement besoin d'une douche, d'une vraie douche. Tu sens le poney qui vient de sortir de son lit. » Ok, ça aussi c'était faux mais c'était une occasion de l'emmerder de nouveau sur un terrain beaucoup moins glissant... enfin en principe parce qu'en pratique, Adélaïde avait saisi la pomme de douche qu'elle avait tourné vers lui pour le tremper, lui et le sol, alors autant dire qu'il avait tout intérêt à faire gaffe s'il ne voulait pas se casser la gueule.



- La beauté doit naître et mourir
chaque jour pour demeurer
digne d'être aimée. -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La réalité rêvée → ANDELAIDE   Mer 6 Avr 2016 - 1:54

avatar
Andreas Klein
À votre service
À votre service
Age : 26
Date d'inscription : 26/10/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Marcus Hedbrandh
Crédit avatar : Eléa
Messages : 4979
Nationalité / origines : Naturalisé Américain. Originaire d'Angleterre. Père allemand.
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Toutes celles qui le veulent...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Job/Métier : Chef de publicité à Millenium Advertising.
Adresse de résidence : Appartement dans le Downtown, avec Adelaïde et Chloé. Ne soyez pas dég les mecs.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://fyeahmarcushedbrandh.tumblr.com/


Adélaïde qui fait semblant d’être vexée. Enfin, à sa façon et à la mienne, avec le sourire aux lèvres…

Parce qu’elle sait ce qu’elle vaut. A mes yeux, oui, et aux yeux du monde. Il faut dire qu’elle pourrait avoir tous les hommes à ses pieds si elle le voulait. Elle n’aurait qu’à claquer des doigts, qu’à cligner de l’oeil, qu’à agiter ses seins en riant naïvement comme elle sait si bien le faire, et ils seraient tous là, à agiter leur queue, impatients.

Parce qu’elle a tout pour elle, oui.

Mais elle a aussi et surtout ce que les autres ne connaissent pas et qui est si cher à mes yeux. Son humanité précieuse qui ne l’a jamais quittée, quoique l’on puisse en dire.

C’est vrai, je ne la désire pas. Je l’ai déjà, à ma façon, sans nul besoin de la posséder. Et ils trouvent ça étrange, les autres. Mais j’aimerais leur crier que j’ai moi tout ce qu’ils n’auront peut-être jamais.

Alors certes, je m’amuse avec elle, parce que j’ai l’intime conviction que jamais rien ne pourra briser notre relation. Pas même nos corps nus, pas même une douche pour deux. Ni même mon embarras, pas même ma virilité imbécile qui trouve le moyen de s’exprimer au moment où j’aurais aimé qu’elle se taise. Par souci de crédibilité.

C’est vrai qu’elle a tout pour elle. Tout ce qu’il faut, là où il faut…

Peut-être que je fais n’importe quoi, peut-être qu’on mérite des claques. Je les prendrai volontiers pour elle s’il le faut ; un jour je lui ai promis de la protéger coûte que coûte. Je ne pensais pas que ce serait la signature de contrat la plus risquée que j’aurais à signer de toute ma vie.

─ Non c’est sûr. Si tu couches avec moi, ça va te créer un nouveau problème encore plus grand : t’auras envie de réitérer ça encore et encore. Je ne serai plus jamais tranquille et serai même obligé de déménager pour trouver la paix.

Je craque un petit rire, pensant que ce n’est certainement pas le meilleur moment pour lui dire que je regarde les annonces immobilières depuis quelques jours déjà pour prendre mon indépendance. Bon, ce n’est pas comme s’il y allait avoir un bon moment pour lui dire ça mais bref, je suis actuellement torse nu face à elle et j’ai d’autres chats à fouetter, comme par exemple sa remarque désobligeante sur mon odeur. Levant spontanément mon bras pour aller vérifier ses dires au niveau de mon aisselle, je réalise que ça pourrait être pire… mais que ça pourrait aussi être mieux. Elle le sait, que je ne supporte pas la saleté et encore moins de sentir mauvais, contrairement à quelques malpropres aux cheveux gras qui s’assument, en plus. Elle le sait et elle l’utilise contre moi. D’abord les mots puis très vite, le jet d’eau qui s’écrase contre moi, contre le sol… Je fais un pas en arrière, surpris par l’attaque.

─ Put… Mes yeux la fusillent et je saisis l’occasion de la voir se marrer pour me rapprocher, attraper le truc qui lui sert de gant de douche, présentement mousseux à souhait, pour le lui foutre sur le visage, dans les cheveux, bref, partout où je pourrai l’agacer. Et j’espère qu’il pique bien les yeux, celui-ci !

Au pied de la douche et sous mes pieds nus, le sol se fait glissant. Je manque presque me prendre une gamelle en attaquant Adé et dois d’ailleurs me raccrocher de justesse aux parois. Quand je réalise encore une fois qu’elle est juste à côté de moi, complètement nue, je sens une vague de chaud me couvrir de la tête aux pieds. Le genre de réaction que je ne peux pas vraiment contrôler, même avec elle on dirait… Et s’il y a bien un signal à prendre en compte, c’est celui-là. Pris de chaud, je cherche son regard, juste son regard.

─ Je crois que j’ai besoin d’une douche froide là. Si vous pouviez vous dépêcher… toi et ton eau bouillante.

Heureusement que ce n’est qu’elle.
Ouais… enfin je crois. Je ne sais plus trop.



Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. Salinger
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La réalité rêvée → ANDELAIDE   Jeu 21 Avr 2016 - 17:14

avatar
Adélaïde J. Sullivan
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Date d'inscription : 06/01/2014
Prénom : Aurore
Célébrité : Nina Agdal
Crédit avatar : Cocaïne
Messages : 3254
Nationalité / origines : Argentino-Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : avec modération...
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Etudiante en dessin (3ème année)
Adresse de résidence : Dowtown avec Andreas. Habituellement au 92 Main St, Santa Monica; CA 90405; USA
Dispo pour le rp : Oui
Autres comptes : Leaven S. Campbell & Emma B. Castello
Voir le profil de l'utilisateur


Un nouvel éclat de rire frappait le silence de son fouet bruyant. C'était toujours comme ça entre eux. Le sérieux, la peine, le pardon, la bêtise et les rires. Ils revenaient toujours, peu importe la discussion, peu importe les coups verbaux parfois - heureusement peu nombreux. Elle finissait toujours heureuse avec lui, le sourire aux lèvres. Ce n'était pas une hypothèse. C'était un fait, un constat et une nouvelle fois, sa rangée de dents parfaitement alignées apparente le prouvait. Quel idiot mais c'était son idiot alors elle l'aimait comme ça, quoi qu'elle puisse en dire parfois. « Bon tu vois. Je crois qu'on est d'accord pour dire qu'il vaut mieux que je continue à rêver et fantasmer sur toi plutôt qu'on couche ensemble. Mes envies deviendraient trop invivables pour toi. » Elle s'en amusait, bien loin de se douter que les paroles d'Andreas cachaient une vérité. Les siennes étaient, en revanche, pleines d'ironie. Elle doutait qu'elle rêve une nouvelle fois de lui, érotiquement parlant en tout cas, autant qu'elle doutait qu'elle puisse avoir envie de lui encore et encore s'ils étaient amené à craquer parce que la situation serait étrange tout de même. Elle se contentait seulement d'entrer dans son jeu, bien qu'elle le quittait rapidement en lui faisant une remarque sur sa soit-disant odeur, ne se gênant pas pour l'arroser avec la pomme de douche.

« Oh come on fait pas le mec outré ou peiné, il va vite sécher. » disait-elle vis-à-vis de son boxer trempé, morte de rire. Un moment d'inattention dont profitait son ami pour s'approcher et lui voler sa rose de bain pour mieux lui faire mousser le visage et les cheveux. Par automatisme, elle tournait le visage, entre les rires et les cris, avalant même un peu de mousse. « Ahhhh, c'est dégueulasse et oui ça pique, bordel. » Crachant un peu de mousse dans la douche, elle rinçait la mousse avec la pomme de douche, frottant bien ses yeux effectivement rougis et se rinçant la bouche. Ouais... clairement, le goût de gel de douche était probablement le pire entre les deux. Néanmoins, cela ne l'empêchait pas d'éclater de rire sous la réflexion d'Andy, ne manquant pas de lui lancer un petit regard malicieux, à la limite d'être lubrique. « Entre l'eau et toi, je doute franchement sur l'identité du plus bouillant. » Parce qu'elle n'était pas dupe, parce qu'il restait un homme, qu'elle restait une femme et que les pensées faisaient toujours leur travail. Son avantage était que ses idées à elle ne pouvaient pas se manifester physiquement ou en tout cas, ça se voyait beaucoup moins que celles du blond. Elle restait tout de même compatissante et enclenchait l'eau froide avant de quitter la douche pour mieux s'enrouler dans sa serviette. « Estimes-toi heureux d'être Andreas Klein. » Un sourire au coin des lèvres, elle laissait savoir que s'il avait été quelqu'un d'autre, elle aurait sûrement joué avec ses nerfs jusqu'à ce que manifestations physiques de son désir s'en suivent. Le quittant enfin du regard, elle s'éloignait de la douche pour mieux aller s'essuyer et s'habiller plus loin.

Fin du game.



- La beauté doit naître et mourir
chaque jour pour demeurer
digne d'être aimée. -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La réalité rêvée → ANDELAIDE   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
La réalité rêvée → ANDELAIDE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Torg: le jeu de rôle de la guerre des réalités
» Ma réalité est mon rêve.
» L'amour est une rose, chaque pétale une illusion, chaque épine une réalité. [PM] & Dorian
» Entre cauchemar et réalité (prio' Howahkan)
» "L'opposé du jeu n'est pas le sérieux, mais la réalité" (Freud) - Rafaela T. D. Variola (Terminus)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Les logements-
Sauter vers: