Partagez | 
 

 Strangers in paradise. (a. collins)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Strangers in paradise. (a. collins)   Sam 1 Aoû 2015 - 3:59

avatar
Rosie Duncan
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Date d'inscription : 14/07/2015
Prénom : Nad.
Célébrité : Kate Upton
Crédit avatar : Liloo_59
Messages : 279
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Homosexuel(le)
Etudes/études passées : Licence de Management (première année)
Job/Métier : A la recherche d'un job !
Adresse de résidence : Maison Alpha Bêta
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur



   
Strangers in paradise.
Alice Collins & Tristan Renner

   
   
▬  ‘‘Ce n’est pas la peine de venir aujourd’hui, je pense m’occuper moi-même du jardin pour faire quelques ajustements. Profitez de vos vacances pour vous reposer. Au revoir.’’

Tutututut…

Tristan regarde l’ensemble du jardin qui s’étend sur de nombreux mètres carrés. Il possède une grande maison que l’on appelle la « Villa des Roses » en l’hommage aux nombreuses variétés qui trônent autour de cette immense bâtisse. C’est aussi pour cette raison que Tristan a acheté cette villa après le divorce, elle respirait une certaine quiétude.

Mais un si beau jardin mérite aussi un bon entretien pour le rester ainsi : magnifique. Parfois, il prenait son après-midi pour s’en occuper. Il n’est pas autant dans son travail qu’on le pense, il est bien obligé de décrocher sinon les personnes de l’inspection du travail se poseront des questions.

Le doyen enfile sa salopette par-dessus un tee-shirt blanc plutôt banal et entame ses travaux. Au début, il ne pensait pas fatiguer. Après tout, ce ne sont que des travaux de désherbages, de plantations d’arbustes et bien d’autres entretiens.

Mais il faut bien l’avouer : le soleil californien est un véritable tortionnaire en cette période. Tristan a finit par abandonner le tee-shirt sur la brouette et laisser la salopette tomber sur ses cuisses. Le soleil frappe sur sa peau comme un steak qui grille sur une plaque chauffée.

Il ne sent rien. Il travaille à son labeur sans rechigner. Il apprécie la fraicheur de l’eau quand il boit enfin. Mais il croit apercevoir un visage au loin alors qu’il dépose la bouteille sous la brouette. Il n’arrive pas vraiment à savoir si c’est un rôdeur ou un simple curieux. Tristan décide de prendre la direction d’un petit chemin sur le côté pour arriver à la hauteur de ce petit mur de pierre.

Il avait envisagé de l’augmenter mais n’a jamais trouvé le temps, comme par hasard. Une silhouette prend forme au fur et à mesure qu’il s’approche.

▬  ‘‘Je peux vous aider ?’’ dit-il en reconnaissant ce visage plus que familier.

Hasard ou Folie ?

Cette fille. Pardon. Cette femme a décidé de le suivre au delà de l'université, il se refuse à la juger hâtivement. Il espère que le hasard ait mené cette demoiselle devant les murs de son domaine.

   
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Strangers in paradise. (a. collins)   Lun 3 Aoû 2015 - 0:20

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/



« Et si au lieu de faire un catch step on faisait un touch step, là à ce moment ? » Propose Emily tout en s’exécutant aussitôt, le genou et le pied successivement levés et posés pour former un pas de modern-jazz populaire.

De ses deux yeux juges, Alice regarde sa partenaire danser et étudie le moindre de ses mouvements, comme elle a l’habitude de le faire avec ses élèves le mercredi soir. Si elle est encore étudiante et en théorie “apprentie” dans le cadre de l’UCLA pour une dernière année, en dehors de l’université c’est une toute autre femme auxquels les débutants en danse ont à faire. Une professeure exigeante qui ne laisse pas du tout place au hasard, ce qui pourrait être difficile à supporter dans un contexte de loisir si et seulement si elle n’était pas en contrepartie d’une nature chaleureuse et enjouée.

« Cette idée me paraît bonne » dit-elle alors en s’avançant au milieu de la grande chambre d’Emily pour danser à son tour, « et ça nous permettrait juste après de repartir sur la droite. Pour la suite, ça serait même parfait. Repartons du début. »

***

Le quartier de Santa Monica est assez méconnu d’Alice qui, tout compte fait, est bien plus souvent active dans le centre ville, là où se trouve son appartement ainsi que tous les commerces et services dans lesquels elle se rend régulièrement. Tout comme l’université d’ailleurs, et tous ses proches savent combien Alice y est présente. Trop même, peut-être, mais demander à être à la présidence d’une confrérie sous-entend forcément de passer un nombre d’heures considérable à l’université. Très heureuse d’être en compagnie de ses soeurs Alpha la plus grande partie de la semaine bien qu’elle ne loge pas dans la maison de fraternité, l’infatigable Collins sera la dernière à se plaindre de cette situation.

Après avoir quitté le domicile de son amie, Alice décide d’emprunter un petit chemin de terre qui contourne la propriété, un qu’elle a déjà utilisé une ou deux fois tout au plus. Il lui permet de contempler une succession de villas, toutes plus grandes et luxueuses les unes que les autres. Cela attire forcément l’oeil d’Alice, elle qui aime tant tout ce qui brille.

Néanmoins, son regard s’arrête bientôt sur une silhouette, à quelques dizaines de mètres d’elle, penchée et concentrée sur sa tâche qui se trouve être de jardiner. Elle aurait évidemment continué sa route sans s’en soucier, si seulement cette silhouette n’avait pas appartenu à l’homme représentant le plus grand challenge de sa vie d’étudiante. Tristan Renner, le doyen de l’université.

« Regardez-moi ça, comme le monde est petit… » Murmure-t-elle pour elle-même, quand Tristan semble l’apercevoir.

Bien peu effrayée à l’idée de rencontrer son doyen en dehors de l’université – ce serait plutôt l’inverse d’ailleurs – Alice décide de se rapprocher pour s’assurer n’être pas victime d’une hallucination. Et lorsqu’il lui pose cette question innocente, la jeune femme ne contrôle pas ce sourire en coin qui naît sur ses lèvres, accompagnant le plus malicieusement du monde sa paire d’yeux bleus.

« Je ne me serais pas imaginé que la tenue de jardinier pourrait vous aller aussi bien que celle du directeur, monsieur Renner. »

Voilà ce qu’elle répond à l’homme. Par pure provocation, évidemment. D’ailleurs, elle ne se gêne pas pour abaisser vaguement son regard sur son torse libéré d’un quelconque t-shirt. C'est vrai qu'il fait chaud, elle-même n'est vêtue que d'un débardeur et d'une jupe d'été, mais tout de même, c'est son doyen qui se trouve en face d'elle dans ce semblant de tenue...

« Je n’ai pas besoin d’aide pour ma part. Mais peut-être que vous, si ? » Feint-elle demander avec candeur. Une candeur adorable ou embarrassante, en fonction du point de vue.


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Strangers in paradise. (a. collins)   Dim 9 Aoû 2015 - 0:44

avatar
Rosie Duncan
Belle et rebelle
Belle et rebelle
Date d'inscription : 14/07/2015
Prénom : Nad.
Célébrité : Kate Upton
Crédit avatar : Liloo_59
Messages : 279
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Homosexuel(le)
Etudes/études passées : Licence de Management (première année)
Job/Métier : A la recherche d'un job !
Adresse de résidence : Maison Alpha Bêta
Dispo pour le rp : Oui
Voir le profil de l'utilisateur



   
Strangers in paradise.
Alice Collins & Tristan Renner

   
   
Il n’était pas sûr de la silhouette qu’il voyait de loin. Tristan s’est demandé si le fait de côtoyer cette jeune femme ne finissait pas par lui donner l’impression de la voir plus souvent. Etant un homme réfléchi et curieux, il décide de savoir si c’est bien ce visage qu’il a aperçu au loin. Il marche en sa direction sans jamais ciller une seule fois.

Et ses pensées se confirment bien.

Alice Collins est devant son jardin. Il semble qu’elle l’ait vu avant lui, chose qui lui met le doute sur le bien fait de la présence de la jeune femme ici. S’il peut l’aider pour retrouver son chemin jusqu’à chez elle, lieu qu’il se doute loin de Santa Monica étant donné le standing de la danseuse.

« Je ne me serais pas imaginé que la tenue de jardinier pourrait vous aller aussi bien que celle du directeur, monsieur Renner. »

Tristan hausse les épaules.

▬ ‘‘Je vous en remercie. Mais c’est plutôt banal…’’

Il se voit comme un homme tout à fait normal en dehors de l’Université. Ici, c’est simplement un homme divorcé qui s’occupe de son jardin quand il a du temps libre. Chose qui est un véritable cadeau durant cet été. Il se dit qu’il pourra même se baigner dans sa piscine d’ici une petite heure quand le travail sera terminé.
L’attitude de l’étudiante le trouble quelque peu. Ce n’est pas vraiment un trouble auquel Alice Collins s’attend. Il se dit qu’elle doit être une personne très joueuse. Détail de sa personnalité qui lui fait sûrement défaut dans la vie de tous les jours.

« Je n’ai pas besoin d’aide pour ma part. Mais peut-être que vous, si ? »

Son aide ?
Tristan a la réplique plutôt facile pour lui répondre.

▬ ‘‘Je vous remercie de votre proposition mais je ne pense pas que vous aurez la force et la rigueur qu’il faut sous cette canicule pour réaliser les travaux que je mène. Et je ne tiens pas à ce qu’une étudiante se trouve chez moi, Miss Collins. Si des personnes vous reconnaissaient, je serais dans une posture inconfortable d’expliquer votre présence ici. On pourrait m’accuser de vous favoriser et je tiens à agir pour montrer que ce n’est pas le cas.’’

Son discours sonne d’une grande froideur et d’un détachement qui lui est propre. Il a beau être en dehors de l’Université, avec la jeune femme il tenait à avoir une attitude toujours distante. Il a du mal à se montrer convivial.
Probablement parce qu’elle use d’un pouvoir qui ne devrait pas exister.

▬ ‘‘Si vous n’avez pas besoin d’aide, que faites-vous ici, Miss Collins ? ’’

L’idée qu’elle le suive lui vient en tête. Après tout, il a perçu de nombreux gestes ou attitudes de la jeune femme qui présageaient le désir de faveurs de la part du Doyen.


   
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Strangers in paradise. (a. collins)   Lun 31 Aoû 2015 - 12:37

avatar
Alice Collins
À votre service
À votre service
Date d'inscription : 23/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Emily Didonato
Crédit avatar : .cranberry
Messages : 6421
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Avec qui ? : Sa bonne humeur ;)
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Etudes/études passées : Danse & théâtre (8ème année).
Job/Métier : Professeur de danse pour les adultes débutants le mercredi soir.
Adresse de résidence : Colocation avec Lola dans le Downtown.
Dispo pour le rp : Non
Autres comptes : Aaron et Andreas
Voir le profil de l'utilisateur http://anothercastlebuilder.tumblr.com/


Alice n’a en général aucun mal à mettre quelqu’un à l’aise. Mais cela ne saurait être pareil avec le doyen de l’université, évidemment. Non, cet homme a une prestance et une réserve qui lui ont toujours semblé plus ou moins inaccessibles, bien qu’elle s’en fasse un challenge de les chambouler un peu… Toujours est-il qu’elle ne se surprend pas des remarques de son directeur, plutôt neutres voire même froides contrairement à ce qu’elle tente de provoquer.


Avec un sourire légèrement renfrogné, la brunette se déçoit de l’à priori de Tristan, à savoir qu’elle ferait une bien mauvaise jardinière. Qu’en sait-il donc ? L’a-t-il déjà vue à l’oeuvre ? …

Non, mais c’est normal. D’autant plus normal qu’elle n’a jamais eu la main verte, Alice.

Mais tout de même, comment peut-il juger aussi vite ? N’est-elle pas une étudiante faisant preuve de force et de rigueur à l’université ? Il le faut bien, pour son rôle de présidente.


Et puis, la suite de ce qui ressemble un avertissement n’a pour effet que d’ennuyer la jeune fille. Elle n’en a que faire, de ce que les autres pourraient penser de la voir ici… Hormis créer un peu de choc et de jalousie chez bon nombre d’autres étudiantes, qu’est-ce que cela pourrait bien faire ? Alice s’en amuse vaguement, levant les yeux au ciel d’une façon fort expressive.

« Nous avons tous des chouchous, Monsieur. Je dirais même que c’est humain d’avoir des préférences, alors vous avez bien le droit d’avoir les vôtres. » N’est-ce pas logique ? Selon elle, en tout cas. Elle a même la ruse d’ajouter : « Et puis, qui pourrait nous voir, ici ? La hauteur des haies qui entoure votre villa est suffisamment haute, je crois. »

La voici qui rentre à nouveau dans le jeu de la provocation, avec cet aplomb désinvolte que tout le monde lui connaît si bien. Malgré la froideur de Tristan, Alice se rapproche de la petite porte du grillage, et donc de l’homme aussi par la même occasion. Elle ne se prive pas du plaisir silencieux et discret consistant à contempler de plus près les lignes de ce torse jusqu’alors inconnu, mais son regard revient très vite sur celui du doyen quand il lui pose une nouvelle question.

« J’ai une amie qui habite la villa juste à côté de la vôtre. » Répond-elle en jetant un regard rapide et précis en direction de la propriété adjacente dont on voit la toiture impeccable de là où ils sont. « On répète souvent en ce moment pour un spectacle de rentrée. Vous voulez que je vous montre un peu ce que ça donne ? Vous pourriez me donner un avis extér… »

Mais pile à ce moment, une sonnerie venant de l’intérieur de la maison se met à retentir, appelant ainsi le propriétaire à s’absenter pour aller répondre. Alice croise ses bras et lui lance un regard malicieux.

« Allez–y, ça ne me dérange pas d’attendre un peu. »

Sale petite effrontée, dites–vous ?


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les évènements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée. Austen
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Strangers in paradise. (a. collins)   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
Strangers in paradise. (a. collins)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paradise City
» Sal Paradise (en attente de validation)
» Invitation de l'annuaire White Paradise.
» LES PENSEES DU COUVENT / CHARLES ALLSTON COLLINS
» Lily Collins #003 avatars 200*320 pixels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP :: Terminés-
Sauter vers: