Le Deal du moment :
Nike FR : 25 % sur tous les articles
Voir le deal

Partagez
 

 That's when we uncover. - Aaren.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: That's when we uncover. - Aaren.    That's when we uncover. - Aaren.  EmptySam 1 Aoû 2015 - 13:48

Heather Edwards
Heather Edwards
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Age : 27
Date d'inscription : 06/09/2014
Célébrité : DAISY LOWE
Crédit avatar : LiLOO59 (signature : excelsior)
Messages : 2189
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Job/Métier : Employée à la cafétaria d'UCLA && Youtubeuse/Bloggeuse culinaire
Adresse de résidence : Central.
Dispo pour le rp : Oui

That's when we uncover. - Aaren.  Empty

Seven Years Later.
Aaron & Ren
Nobody sees, nobody knows. We are a secret. Can't be exposed. That's how it is, that's how it goes. Far from the others. Close to each other. ▬ ZARA LARSSON (UNCOVER)

Les vacances permettent de faire des activités assez variés à Los Angeles. J’en ai fait des choses en passant de la rave party, de la soirée des nudistes et bien d’autres choses encore. J’ai envie de faire des choses utiles cet été pour palier à ma vie sociale qui est plus que désastreuse. Je me remets à peine de ma « pseudo » réconciliation avec Joshua qui compense à peine la déception que me fait vivre un certain Allemand. Un véritable crève-cœur quand on espère pouvoir tourner la page du passé pour avancer en aillant de l’espoir.

Aujourd’hui, l’espoir est mort.
C’est ainsi que je le crois.
Que je le pense.

A force de côtoyer les associations à l’hôpital et la pauvreté dans mon quartier, je suis venue à connaitre ce centre. Mon petit frère, Ken, y a passé beaucoup de temps étant donné qu’il ne pouvait pas faire de sport comme les autres adolescents de son âge. Aujourd’hui, ils ont prévus d’encadrer de jeunes enfants, pas plus de six ans autour d’activités artistiques. Un photographe devait venir passer une heure ou deux pour immortaliser ce moment convivial entre les enfants. Il y avait aussi un anniversaire de prévu, alors Ren n’était pas de trop pour aider.

J’enfile la blouse que portent toutes les animatrices bénévoles et accueille les enfants qui viennent au compte-goutte. D’autres animatrices préparent la salle en déposant des feuilles blanches sur les tables avec des stylos de peintures pour les enfants. « Ren, tu peux venir m’aider s’il te plait ? » me demande une collègue. Je quitte l’entrée de centre communautaire pour la rejoindre afin de porter le carton de feuille. J’entends des petits soupirs d’admiration de la part de certaines personnes, des adultes femmes surtout mais je n’y prête pas attention.

Je pose le carton au milieu de la salle et termine de fournir les tables en feuille. Mais quand je me relève et me tourne pour regarder l’entrée, c’est un tsunami qui s’offre à moi. « Le photographe est arrivé » dit-elle d’une voix mielleuse. Je n’arrive pas vraiment à trouver le même engouement que les autres. Mon regard capte le sien et je me sens totalement mise à nue. Je le reconnais, il y a seulement sept années de plus, de la barbe et surtout une plus grande carrure.

M-a-t-il reconnue ? Je rêve que non. Plus je le fixe effrontément, plus mon rêve d’inconnu s’éloigne. La réalité est obligée de nous frapper tous les deux. Je ne sais plus du tout où me mettre.



© Gasmask


i'm stronger than these criminals

   
⋆ Born to be your fantasy, your addiction.

   
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: That's when we uncover. - Aaren.    That's when we uncover. - Aaren.  EmptyVen 14 Aoû 2015 - 19:48

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

That's when we uncover. - Aaren.  Empty

S’il n’avait pas reçu un appel par la mairie de la ville pour aller travailler au Community Center, il ne fait nul doute qu’Aaron n’y aurait jamais mis les pieds de son plein gré. N’allez pas croire qu’il soit un homme complètement insensible face à la précarité des plus démunis, disons plutôt qu’il ne s’en préoccupe pas tant que ça. Même pas du tout. Aaron Campbell a toujours d’autres chats à fouetter. Ses journées sont déjà bien assez remplies comme ça, et puis si vous voulez savoir, il préfère se soucier du bien-être de ses proches plutôt que de celui des gens qu’il ne connait pas, riches ou pauvres. Il est comme ça, Aaron. Il à la main sur le cœur pour une poignée de personnes seulement, mais pour celles-ci il serait prêt à tout.

Quoi qu’il en soit, il se rend aujourd’hui dans ce centre qui a pour projet un atelier artistique afin de divertir et d’initier un groupe d’enfants provenant des milieux défavorisés. C’est le cœur léger qu’il entre dans le bâtiment, avec son matériel de photographe dans un sac qu’il tient par dessus son épaule. Vêtu d’un jean et d’une chemise décontractée, le trentenaire ne prête pas tout d’abord pas tant attention aux personnes déjà présentes, se contentant de trouver la responsable du projet pour discuter quelques minutes, plus par plaisance que par bienséance. Ainsi, il en apprend un peu plus sur les personnalités qu’il va photographier et cela lui permet de se préparer au mieux pour les prochaines heures.

Lorsqu’il fait son entrée dans la pièce principale, ses yeux se posent sur plusieurs petites têtes blondes, brunes, même une rouquine de trois ou quatre ans, un peu plus à l’écart d’un groupe déjà formé. Un mince sourire spontané étire le coin des lèvres du jeune père tandis qu’il s’avance, mais avant même qu’il ne puisse dire bonjour aux enfants présents, son regard intercepte celui d’une adulte au milieu de la salle, une que sa mémoire physionomiste reconnaît très – trop vite.

Sept ans en arrière. Au Love. Sur conseil d’un ami. Cette brunette qu’il avait pointé du doigt et qui, quelques minutes plus tard, écartait les jambes docilement pour lui permettre de se soulager comme une vulgaire bête. Vulgaire, pourrait décrire l’action. Et pourtant… Pourtant, il se souvient, qu’elle était étrangement différente de ce à quoi il se serait attendu.

Que fait-elle ici, dans ce centre communautaire, au beau milieu d’enfants ? Elle aidait auparavant les hommes à libérer leurs pulsions sauvages et désormais, elle s’occupe d’enfants malchanceux ? Aaron la regarde avec surprise et celle-ci serait difficile à cacher. Il sait qu’il s’agit bien d’elle, son regard à elle ne trompe pas. Mais le photographe ne souhaite pas se laisser dépasser par son passé, surtout par ce soir brumeux de sa jeunesse dont il a aujourd’hui encore honte. Parce qu’il n’a jamais eu besoin d’aller aux putes pour profiter d’un peu de plaisir, après tout, voilà qui n’est pas à l’image de sa réputation… Oui, si seulement il ne l’avait pas fait. Mais il l’a fait. Soit.

Il ne sourit pas. Son regard dévie soudainement vers son appareil photo qu’il accroche à son cou et, rassemblant toute sa force, il décide de faire comme s’il ne l’avait pas reconnue. S’approchant des enfants, il s’agenouille entre les quelques tables et les regarde tour à tour avec un nouveau sourire chaleureux. « Bonjour les enfants. Je vais faire quelque photos aujourd’hui pendant que vous peindrez. Ça ne vous dérange pas, j’espère ? » De grands yeux intimidés le fixent et quelques voix plus audacieuses percent le silence pour manifester leur joie d’être capturés éternellement “dans la boite”. Très rapidement, Aaron se rapproche de la chevelure rousse à l’écart et se penche pour voir ce qu’elle est en train de peindre. « C’est Ren ! Là, ce sont ses cheveux tout noirs, et longs. » Elle relève sa tête et cherche la concernée avant de l’appeler avec enthousiasme : « Ren, Ren ! Viens voir ! »


Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: That's when we uncover. - Aaren.    That's when we uncover. - Aaren.  EmptyVen 21 Aoû 2015 - 3:04

Heather Edwards
Heather Edwards
Engagé(e) passionnément
Engagé(e) passionnément
Age : 27
Date d'inscription : 06/09/2014
Célébrité : DAISY LOWE
Crédit avatar : LiLOO59 (signature : excelsior)
Messages : 2189
Nationalité / origines : Américaine
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Job/Métier : Employée à la cafétaria d'UCLA && Youtubeuse/Bloggeuse culinaire
Adresse de résidence : Central.
Dispo pour le rp : Oui

That's when we uncover. - Aaren.  Empty

Seven Years Later.
Aaron & Ren
Nobody sees, nobody knows. We are a secret. Can't be exposed. That's how it is, that's how it goes. Far from the others. Close to each other. ▬ ZARA LARSSON (UNCOVER)

Je suis totalement mal à l’aise de voir cet homme. Aaron. Je n’ai pas oublié son prénom. Jamais je n’ai pu l’oublier d’ailleurs. Il est un peu comme une première fois, un premier visage surtout un premier corps en réalité. Je me souviens de cette nuit-là, de cette heure qui me parut longue et honteuse. De ce corps dont je n’avais jamais demander la présence à mes côtés, de ces billets qui m’ont été donnés pour ce que je lui ai fait. Mais c’est fini. Tout cela est fini. C’est du passé et je sais qu’il ne pourra pas leur dire qui je suis. Ce serait dire qu’il a connu ce monde, probablement qu’il y a gouté. Suis-je la première ? Suis-je la dernière ? Je n’en sais rien. Ce que je sais, c’est que sa présence me rend totalement nerveuse. Je ne sais pas comment réagir en le voyant, lui-même semble perturbé de ma présence. J’en conclus qu’il me reconnait. Il sait qui je suis. Je remarque l’appareil photo dans ses mains et je comprends…

Ce ne sont que quelques petites heures en sa compagnie. Nous arriverons sûrement à nous éviter. Je suppose. Mais c’est mal partie. Alors que je termine ce que je fais, les enfants arrivent pour dessiner ou discuter entre eux. Plusieurs étaient déjà présents dont cette demoiselle qui parle avec Aaron. Elle dit mon prénom et je suis bien obligée de savoir ce qu’il se dit, vu surtout à qui elle parle. « Ren, Ren ! Viens voir ! » me dit-elle et malheureusement, je suis obligée de me rapprocher. Je me place de l’autre côté de la demoiselle, observe le dessin qu’elle me tend. « Il est très joli ! » dis-je en souriant. Une demoiselle à ce que j’en crois sur le dessin. C’est une main d’enfant, je ne reconnais pas tout de suite… « C’est toi sur le dessin ! » Mes lèvres font une moue un peu surprise, c’est vrai que les cheveux longs et bruns, les mêmes couleurs que ma tenue d’aujourd’hui. « Tu dessines bien, tu devrais me dessiner des amis, non ? » La petite secoue la tête vigoureusement et surtout positivement et décide de s’y remettre.

Mon regard, lui, se relève pour croiser le photographe. Un frisson me parcourt quand je vois son visage, ses traits qui ont été près des miens il y a longtemps de ça. Que dire à cet homme ? Je ne sais pas, je n’y arrive pas. J’ai honte de ce que j’ai été, ce que je suis est presque meilleur si j’arrivais à ne plus voler, à ne plus mentir aux personnes que j’aime, à être une personne normale. Je lâche un soupir et m’éloigne de cet homme. Je me dirige vers une collègue, me penche à son oreille pour lui proposer d’échanger nos places. Simplement, qu’elle anime l’atelier auprès des enfants pendant que je termine de préparer le goûter. Je sais que c’est un pari dangereux pour une personne comme moi qui est un danger en cuisine. Mais ce n’est que de couper des gâteaux. De loin, je peux voir Aaron. Cette tension ne cesse de me rendre folle.

Le passé est si proche de moi…

[ … ]

Le temps passe. Et finalement, tout se termine. Ce fut un véritable calvaire pour moi car je n’ai pas osé être moi-même avec les enfants. Je me suis sentie coincée par mon passé, par la présence du photographe. Alors que les feuilles et les crayons ont été abandonnés au profit du goûter, une collègue me dit d’apporter une assiette de gâteau et un verre au photographe. Je veux me débiner mais elle est kidnappée par un petit… « Zut… » je grommelle avant de prendre mon courage à deux mains et d’approcher d’Aaron. Je lui tends l’assiette et le verre : « Tenez… ça fait du bien après une heure d’efforts… » dis-je sèchement. Il se souvient ? Je me souviens. Une heure. Du sexe. Non, je ne peux pas appeler ça du sexe. C’est de la sauvagerie tout simplement. Je me demande s’il a évolué… ou pas. Il a grandi, c’est ce que je peux voir, il est encore plus musclé à ce que j’imagine… Je pourrais aussi lui parler gentiment pour faire connaissance mais voilà… c’est moi tout craché de ne pas vouloir…




© Gasmask


i'm stronger than these criminals

   
⋆ Born to be your fantasy, your addiction.

   
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: That's when we uncover. - Aaren.    That's when we uncover. - Aaren.  EmptyLun 26 Oct 2015 - 15:20

Aaron Campbell
Aaron Campbell
À votre service
À votre service
Age : 28
Date d'inscription : 09/05/2013
Prénom : Eugénie
Célébrité : Henry Cavill
Crédit avatar : Aurore ♥
Messages : 6116
Nationalité / origines : Américain
Situation : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Etudes/études passées : Diplomé en photographie à l'UCLA.
Job/Métier : Photographe en studio indépendant, au A. Campbell Photography.
Adresse de résidence : Villa luxueuse dans le Westwood, en bord de mer.
Autres comptes : Alice et Andreas
http://anothercastlebuilder.tumblr.com/

That's when we uncover. - Aaren.  Empty

Elle s’approche. Sara. De l’enfant qui l’a dessinée, elle, ses longs cheveux bruns, sa taille longue et fine. Aaron est encore agenouillé à côté de la fillette, quand le modèle répond à l’appel. Il sent bien qu’elle se force à venir pour ne pas décevoir l’enfant ; que si elle en avait eu la possibilité, elle aurait plutôt couru dans la direction opposée. Après tout, les souvenirs ne sont pas vraiment en sa faveur.

Sept ans sont passés, et pourtant… Elle semble toujours aussi jeune. Cet éclat de jeunesse captive d’ailleurs un instant le photographe, et il en vient à se demander si elle était véritablement majeure, à l’époque. Devrait-il en plus se rajouter cela sur la conscience… ?

Leurs regards se croisent et fuient aussitôt. Elle n’est pas la seule à avoir honte, mais Aaron possède au moins cette carrure et cette assurance masculine souvent utiles pour dissimuler les sentiments. Ce qui n’est pas le cas pour Sara, visiblement. Lorsqu’il la voit s’échapper, il l’observe de dos un vague instant avant de se concentrer à nouveau sur ce qui l’entoure. Avec une distance entre eux, tout est plus simple et les prises s’accumulent. Aaron oublie qu’il a été jeune, et qu’il a fait des choses qu’il regrettera toujours.


Ce n’est qu’au moment du goûter, que tout lui retombe sur la tête. Quand elle refait apparition avec une assiette contenant une part de gâteau ainsi qu’un verre de jus de fruits. Il laisse alors son matériel de photographe sur le côté et relève son regard sur la brunette. Sa remarque est maladroite et aurait pu le faire rire, s’il n’avait pas payé pour ces efforts, des années en arrière. Au lieu de cela, c’est un sourire en coin compatissant qui vient se loger sur ses lèvres. Très vite, il prend la décision de dédramatiser. Après tout, ils ne sont pas dans un lieu propice à l’étalage du passé.

─ C’est très agréable de travailler avec des enfants, surtout quand il ne s’agit pas de les encadrer.

Il dit cela sur un ton légèrement amusé. Pour sûr, il n’aurait pas l’envie ni le courage d’encadrer toute une troupe d’enfants aussi jeunes. Les photographier, eux et leur spontanéité, est bien plus dans ses cordes.

Aaron attrape ce que la jeune femme lui a apporté et laisse ses yeux traîner sur elle un petit moment avant de la remercier avec bonhomie.

─ Merci pour ça.

Assis sur sa chaise, il ne perd pas une minute pour planter sa cuillère dans le gâteau et pour le goûter. A sa mine réjouie, on peut aisément deviner que la saveur lui plaît. Mais au lieu de se taire pour mieux apprécier le goût, le trentenaire reste fidèle à lui-même et poursuit le début de conversation avec la brunette. Peu importe qui elle est, ou qui elle a été ; il y a eu maturation.

─ Je sais que vous êtes gênée mais croyez-moi, je ne suis pas non plus dans la meilleure des positions. Je crois que le mieux serait de passer l’éponge. Après tout, vous semblez avoir tracé votre route.

Sa voix s’est rengorgée d’assurance, et sur ses derniers mots, il balaye tous ces enfants du regard.


Vois-tu, mon petit, tout dépend de l'aplomb, ici. Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de bureau. Il faut s'imposer et non pas demander. Maupassant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: That's when we uncover. - Aaren.    That's when we uncover. - Aaren.  Empty

Contenu sponsorisé

That's when we uncover. - Aaren.  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
That's when we uncover. - Aaren.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER :: Sujets de RP-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser